Archives de catégorie : Rapport identitaire et culturel aux sciences

Reprendre la recherche

L’Infusoir bouge encore, puisque je reprends petit à petit le chemin vers la recherche (enfin !), que je n’ai jamais dissociée de l’écriture sur les blogs scientifiques.

Je commence par rattraper le fil : là où je m’étais interrompue en septembre 2012, déjà… La soutenance d’une thèse.

Quelles sont aujourd’hui devenues mes questions ?

A suivre…

Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Le 15 février 2010 – Axelle est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Le 8 mars 2010 – Daniel est en 3ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien, ou avec un an de décalage. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

« Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

 

« L’expression « vulgarisation de la science » apparaît au XIXe siècle pour désigner le fait de diffuser les connaissances savantes en les mettant à la portée du grand public. Le terme vulgaire, du latin vulgus, concernait jusque-là la foule, qualifiant ce qui est ordinaire, général et commun ; il prend sa tournure péjorative au fur et à mesure que s’affirment les valeurs bourgeoises, pour désigner en contrepoint les comportements populaires. » P. Rasse (2001)

J’interviens depuis 2013 dans un cours intitulé « Épistémologie de la médiation scientifique Cours #1« . Les récents tweets « #JeVulgariseCar » me donnent de la matière pour les prochaines éditions de ce cours, notamment afin de répondre à la question « Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?« , qui s’articule en particulier avec le travail déjà évoqué de Baudouin Jurdant sur les fonctions de la médiation scientifique et ses ambiguïtés (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques).

Sauf que la dite-matière à penser se situe un peu de manière décalée. Je suis interpelée non pas directement par les raisons mobilisées par ceux qui ont répondu à la question lancée (ici) par Cécile Michaut (scientifique, journaliste et formatrice), mais bien par l’épistémologie de la communication sous-jacente à cet engagement pour la « vulgarisation ».

Quelles sont les modèles de communication qui sous-tendent les conceptions du « partage » des savoirs exprimés ? Le « partage » est en effet l’un des thèmes récurrents des réponses tweetées.

Je me lance ainsi dans un « partage » des travaux de recherche sur la « vulgarisation » (la réflexivité, encore et toujours elle). Continuer la lecture de « Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

L’autorité : de la soumission à la désobéissance, en passant par la remise en question – L’Expérience de Milgram

«Pour résumer, heureux d’avoir pu rendre service.»

«J’espère que mes efforts et ma coopération ont pu être utiles à votre projet.»

«Je serai toujours content d’aider Yale dans ses expériences. Je crois fermement dans ce genre d’expériences qui aident à mieux comprendre les gens.»

Commentaires des participants à l’expérience de Milgram

milgram_03« Au début des années 1960, Stanley Milgram, chercheur à Yale, demande à des individus sélectionnés par petite annonce d’infliger des chocs électriques d’intensité croissante à d’autres individus (qui, eux, sont en réalité des acteurs, et ne reçoivent en fait pas de chocs) s’ils échouent à retenir des mots. Le tout sous la supervision d’un scientifique, et en leur faisant croire qu’ils participent à une étude sur l’influence de la punition sur l’apprentissage. »

« Dans la variante la plus connue de l’expérience, 65% des individus allèrent jusqu’à la tension maximale, et potentiellement mortelle, de 450 V. »

« Obéir aveuglément à l’idée du progrès scientifique plutôt qu’à l’autorité du chef, cela reste obéir aveuglément. »

Source : Slate – A-t-on mal interprété «l’expérience de Milgram», une des plus célèbres de l’histoire de la psychologie ?

Continuer la lecture de L’autorité : de la soumission à la désobéissance, en passant par la remise en question – L’Expérience de Milgram

Reprendre le fil décousu

nouveau-depart
Nouveau départ, par Lucille Beuzelin

Il y a des fils conducteurs qui se distendent si on les laisse trop longtemps de côté. J’ai interrompu mes activités de recherche pendant déjà 10 mois. C’est beaucoup trop long si l’on considère à quel point les questions qui les sous-tendaient me tiennent à cœur et à raison.

Je vais donc, au sein de nouvelles activités professionnelles, tenter de reconnecter avec ses questionnements liés à nos rapports aux sciences et aux relations sciences-société, et parcourir mes « archives » que je vais ressortir des cartons après de multiples déménagements. Bref, je vais expérimenter le retour à des questionnements à distance et depuis un nouveau contexte, une nouvelle situation de parole. A un moment particulier de ma trajectoire professionnelle.

Je ne suis plus en situation de déplacement entre les sciences biologiques et les sciences humaines et sociales, même si cela constitue toujours mon expérience vécue.  Je suis en transition, une nouvelle fois, et je travaille à présent à l’interface entre trois mondes, développant chacun des rapports aux science bien différents : le monde de l’éducation nationale, celui de l’enseignement supérieur et de la recherche et celui enfin de la médiation scientifique.

Me voici donc sur le point de replonger dans mes archives de thèse, de papier et numériques, mes corpus, mes lectures, renouvelées ou nouvelles. Et d’articuler cette plongée avec les cours que je donnerai l’année prochaine : Science et société à l’Ens de lyon et « Ethique de la médiation scientifique » à l’université de Strasbourg.

Je ne sais pas encore quel temps je pourrai consacrer au blogging scientifique à la rentrée, mais je compte notamment sur les temps de déplacement en train pour venir élaborer ici de nouvelles pistes de recherche et prolonger celles de ma recherche doctorale. Sans contrôler à l’avance ce qui en émergera, ce qui constitue à mon sens tout le sel de l’entreprise.

C’est avec plaisir quoi qu’il en soit que je renouerais avec la pratique du carnet de recherche, qui a été une composante essentielle de mon travail de recherche, tout au long de mes années doctorales, notamment pour la dimension réflexive qu’elle m’a ouverte.

Crédit photographique : Nouveau départ, par Lucille Beuzelin

– 17 septembre 2012 – Soutenance de thèse, et après ?

Après la soutenance de thèse, vient le moment d’un bilan ponctuel : et maintenant ?

Entre ce qui est souhaité et réaliste, entre ce qui permet de se projeter et ce qui laisse dans l’incertain, c’est le moment des choix, quand ils existent.

Concernant l’Infusoir, c’est l’occasion de faire un point et de reconnaître une nouvelle fois le rôle que cet espace numérique, que j’ai réellement habité pendant les nombreux mois passés derrière mon ordinateur, a joué dans le cadre de ma thèse. Nous en avions parlé il y a quelques temps avec F. Giraud, et j’ai déjà (co-)écrit ailleurs (ici ou ) au sujet des multiples intérêts du carnet de recherche (et plus largement du blogging scientifique), dont je crois nous n’avons pas fini d’explorer les potentialités pour nos pratiques de recherche.

L’expérience de l‘Infusoir, carnet individuel, a d’ailleurs nourri l’envie de faire vivre des espaces collectifs numériques, issus de rencontres, dans le contexte de projets de recherche interdisciplinaire, ou plus simplement visant à croiser les regards, et le plus souvent en lien avec des aventures de recherche et humaines bien réelles, toujours incarnées par des chercheur.se.s et des auteur.e.s, des femmes et des hommes, dont les textes, les regards sur le monde m’ont nourrie et avec qui les échanges ont souvent été déterminants, même si l’effet « de l’extérieur » n’est pas toujours perceptible. Elles et ils ne se reconnaîtront pas nécessairement, mais je les en remercie profondément.

Les Espaces réflexifs

Enquête sur l’Homme vivant

Table Ouverte

Penser la recherche

Regards Unis Vers

Je n’ai que rarement abordé ma thèse de manière direct dans ce lieu numérique, pourtant L’Infusoir, depuis le premier billet, a toujours été en interaction étroite avec mon travail de thèse.

Cette thèse, soutenue, je la partage maintenant sur les archives ouvertes, et je vous en donne également un aperçu via la présentation, support de ma soutenance le 17 septembre 2012.

Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?

L’Infusoir trouvera une nouvelle place, dans les semaines ou mois à venir, ce ne sera pas sa première transformation.

Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1

A partir de l’ouvrage collectif « Management de la recherche – Enjeux et perspectives » – (2007) sous la direction de Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, Editions De Boeck

Cet ouvrage est issu du séminaire « Management stratégique de la recherche » dont les comptes-rendus de séances sont en ligne (pdf).

Les compléments et remarques (ressources, liens) sur cet état des lieux sont les bienvenus en commentaires

Contexte de l’écriture du billet : préparation d’un cours de niveau Licence

Dans l’ouvrage intitulé « La management de la recherche – Enjeux et perspectives », dirigés par Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, les auteurs abordent en introduction la question des « écologies complexes des institutions de recherche », et de l’accroissement de leur complexité au cours des cinquante dernières années, en particulier pendant la dernière décennie, « à mesure que la place occupée par la science et l’innovation dans nos sociétés devenait centrale ».

Leur objectif est de cerner les tensions actuelles dans lesquelles se trouvent pris la recherche et ses « écosystèmes » (opposé à l’idée de « blocs homogènes ») et de comprendre la diversité de pratiques, d’organisations, de valeurs, qui en résulte au regard de cette « série de tensions ou de conflits entre lesquels il s’agit de trouver des bons compromis ».

 

 « Tension entre la créativité et la résolution de problèmes, entre la fermeture et l’ouverture sur la société ou entre l’autonomie et l’hétéronomie. Tensions aussi entre le marché et la gratuité, la spécialisation et la visibilité extérieur, le territorial et le global, ou encore le long terme et le court terme. » p. 13

Pour le sujet qui intéressent plus particulièrement les auteurs de cet ouvrage, « le management de la recherche – depuis la définition des stratégies jusqu’à l’évaluation des résultats », Jacques Theys insiste plus particulièrement dès l’introduction sur l’une de ces tensions :

« Parmi les tensions majeures qui traversent les institutions de recherche, il faut sans doute mettre en bonne place celle qui oppose encore aujourd’hui les valeurs et les principes gouvernant l’activité scientifique ou « l’éthique des chercheurs » et celles implicites dans la notion de « management ». p. 13  

Comment se structure le système de recherche actuel en France ?

Les trois grandes fonctions identifiées par les auteurs de l’ouvrage correspondent à trois niveaux, eux-mêmes caractérisés par des logiques, des missions et des modes de gouvernances spécifiques. A chaque niveau correspondent des institutions, caractérisées par des stratégies, des responsabilités, des instruments et des dispositifs de contrôle associés à chacune des fonctions.

 1/ Niveau gouvernemental – « une fonction politique de répartition des ressources pour de grands objectifs » (niveau 1) ;

 2/ Niveau des agences de financement  « une fonction d’intermédiation qui consiste à traduire ces objectifs macro en programmes de recherche et d’allocation de ressources pour le niveau opérationnel (opérateurs de recherche) » (niveau 2) ;

3/ Niveau opérationnel – « une fonction de réalisation de la recherche ou niveau opérationnel » (niveau 3), par « les opérateurs de recherche, universités et instituts de recherche, dont les équipes de recherche bénéficient de financements budgétaires récurrents, de financements sur projet des agences et de financements alternatifs (régions, entreprises, Europe, etc.) » (p. 26).

J’ajoute d’emblée un quatrième niveau, parce que je porte un intérêt particulier à cette question dans le cadre de mes recherches : celui des individus, organisés en collectifs, notamment en équipes de recherche, et de la pratique quotidienne vécue de la recherche publique (temporalité). Il pourrait également être qualifié de « niveau opérationnel » mais présentent des spécificités par rapport au niveau 3, que je ne détaillerai pas ici.

L’ensemble de ces niveaux, y compris un potentiel quatrième que l’on pourrait associer, sont en interrelation étroite. Ils présentent chacun leurs spécificités (« logique », « mission », « mode de gouvernance ») et correspondent à la mise en place d’une diversité d’institutions et des structures prenant en charge les fonctions listées (« stratégies », « responsabilités », « instruments et dispositifs de contrôle associés »).

L’ouvrage qui sert de base à l’écriture du présent billet s’intéressent plus particulièrement aux opérateurs de la recherche, à l’évolution de leur environnement, c’est-à-dire du système de recherche multi-niveau précédemment et brièvement décrit, pour « en tirer un certain nombre d’implications en termes d’enjeux et de pistes d’action pour le management de la recherche publique » (« perspectives », « questions ouvertes » et « interrogations », p.27).

Je m’arrête donc dans le cadre de la petite série que j’initie sur ce qui constitue la contextualisation du livre, c’est-à-dire la synthèse qu’il propose des évolutions de la recherche publique en France depuis 1990 et jusqu’en 2006 (l’ouvrage a été publié en 2007) et non le cœur de son propos.

Les évolutions de la recherche en France depuis 1990

 « La recherche fait aujourd’hui l’objet, dans les pays européens, de réformes importantes dont un objectif majeur est de redéfinir les relations entre la recherche publique et le monde économique. » Duval & Heilbron, 20061

Depuis 1990 les évolutions de la recherche publique française sont multiples. Parmi celles-ci2, on peut noter en particulier :

1/ L’accélération continue du rythme d’accumulation des connaissances et des innovations

Cette accélération va de paire avec une augmentation exponentielle du nombre de chercheurs, et donc de publications dans les revues scientifiques. Ce qui faisait remarquer à Derek de Solla Price3, chercheur ayant développé la bibliométrie ou scientométrie, que l’accroissement est tel que « 80% des scientifiques ayant existé vivent toujours »4.

2/ Bouleversement des modes de production de la recherche

Ces bouleversements sont identifiés par les auteurs comme issus des changements :

–         d’échelle ;

–         de mode d’organisation du travail scientifique ;

–         de structuration et de spécialisation des disciplines ;

–         de circulation de l’information (impact d’internet…) »

Les modes de production des savoirs se transforment en particulier du fait de l’implication d’acteurs hétérogènes, et non pas exclusivement de scientifiques, dans les processus de recherche : orientation de la recherche, financement, mais aussi production des connaissances.

Voir l’exemple des recherches participatives.

 « Là où seuls les scientifiques de métier opéraient auparavant, on trouve aujourd’hui des collectifs hétérogènes directement impliqués dans le travail même de production de la connaissance (utilisateurs, scientifiques, décideurs,…) » Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.9

Les différents modes de production des connaissances et leurs évolutions

Dans l’ouvrage « Management de la recherche – enjeux et perspectives », les auteurs reprennent la distinction opérée par Gibbons et al. dans deux ouvrages intitulés « The new production of knowledge » (1994) et “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” (2001)5.

Précaution – Le rapport à la catégorisation

Dans les recherches effectuées sur les pratiques de recherche, les catégories elles-mêmes parlent de la manière dont celui qui catégorise (en l’occurrence le chercheur) conçoit son objet de recherche (en l’occurrence la recherche), c’est-à-dire le rapport qu’il entretient à son objet6.

Je considère donc les catégories construites par Gibbons et al. en fonction du positionnement de l’auteur de cette catégorie. La catégorie n’a pas en soit valeur d’absolu et sert à décrire le réel de manière orientée (par une question, par la focalisation sur une caractéristique, ou encore par des jugements de valeurs plus ou moins conscients, des enjeux extérieurs à la production de connaissances seule, etc.). Une catégorie vient ainsi « outiller » le développement d’une perspective sur le réel.

« En 1994, Michel Gibbons, associé à plusieurs autres sociologues de la science, a proposé d’interpréter l’ensemble de ces évolutions comme le passage d’un mode traditionnel de production scientifique, fermé sur lui-même (« le mode 1 ») à un mode plus ouvert, tiré par les applications (« le mode 2 »).

 Dans le « mode 1 », la recherche est confinée dans les laboratoires ; les questions à aborder sont définies par les seuls scientifiques. Les approches mono-disciplinaires sont privilégiées. Le travail de recherche est conduit dans des institutions spécialisées, homogènes et hiérarchisées. L’évaluation des résultats est réservée aux « pairs ». »

Dans le « mode 2 », au contraire, la formulation des problèmes et le choix des thèmes de recherche sont partagés avec les utilisateurs ou les parties prenantes. Les financements sont attribués par projet et proviennent de sources diversifiées (publiques ou privées). La mise en œuvre de ces projets repose sur la collaboration en réseau de disciplines diverses, et est largement distribuée entre des institutions hétérogènes – entreprises, universités, hôpitaux, sociétés de conseils, maîtres d’ouvrages publics, associations. Enfin, l’évaluation des résultats fait intervenir des critères et des acteurs qui ne sont plus exclusivement scientifiques, mais aussi sociaux, culturels, économiques ou politiques. » p.11

Comme pour toute catégorisation, si elle est descriptive, celle de Gibbons et al. présente des modèles qui peuvent aider à penser les pratiques de recherche. Les catégories peuvent alors nous amener à voir des différences intéressantes dans les pratiques, les organisations, les structures. Si une catégorie devient prescriptive, s’associant à des échelles de valeurs que l’auteur n’identifie pas nécessairement lui-même7, elle ne revient plus à distinguer uniquement des différences mais peut tracer des frontières étanches au sein d’une diversité de pratique, entre un « bon » mode et un « moins bon » ou « mauvais » mode de production des connaissances.

Concernant les modes proposés par Gibbons et al., le problème est soulevé par Léo Coutellec8, dans son article « La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne » : « la distinction simple mode1/mode2, au départ descriptive, est devenue une distinction prescriptive ». Il cite D. Pestre9 qui avait déjà relevé cet aspect et le jugement de valeurs associé, de la part des auteurs de l’ouvrage « Repenser la science » :

« Dès 1997, D. Pestre faisait remarquer que la dimension prescriptive était présente au sein même du travail de M. Gibbons & al. qui présentait le mode 2 toujours comme supérieur, plus efficace et plus adapté à la « mondialisation économique » alors que le mode 1 présentait les caractéristiques d’un système replié, conservateur et improductif. Le caractère normatif de l’entreprise de caractérisation sociologique et politique du mode 2 sera ensuite explicitement assumé dans Repenser la science en 2001. Elle aura d’ailleurs un certain succès politique, reprise abondamment dans les rapports de l’OCDE sur « l’économie de la connaissance », inspirant largement la stratégie de Lisbonne et tout le mouvement de re-définition du rôle de l’enseignement supérieur auquel on assiste depuis les années 1990. »

Pour ce qui nous intéresse dans le cadre du présent billet, je retiendrai des initiatives de catégorisation (diachrone ou synchrone) des pratiques de recherches, la mise en évidence d’une diversité des pratiques de production de savoirs, au cours du temps ou qui co-existent encore aujourd’hui. D. Pestre, dans son ouvrage « Science, argent et politiqueUn essai d’interprétation » montre que  différentes façons de faire des sciences ont toujours cohabité historiquement.

« Si l’opposition de ces deux modèles est en effet extrêmement fructueuse pour comprendre et synthétiser l’ensemble des mutations précédemment évoquées, la réalité concrète des institutions de recherche et des systèmes nationaux d’innovation, comme d’ailleurs un retour sur l’histoire des sciences, conduisent plutôt à mettre en avant la coexistence – plus ou moins pacifique – de plusieurs modèles ou « régimes » concurrents. » ». Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.11

Si la diversité caractérise ce que nous avons appelé le niveau 3 (ainsi que le niveau 4 ajouté plus haut), l’orientation récente des niveaux gouvernemental et des agences de financements induit également une évolution profonde et commune des formes institutionnelles du système français de recherche.

Prochains billets

Le système actuel de la recherche publique en France – En bref – Partie 2

Le système actuel de la recherche publique en France – Ressources pour aller plus loin

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (14 août 2012) “Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1”. L’infusoir [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/3498

  1. Duval J. et Heilbron J., Les enjeux des transformations de la recherche, Actes de la recherche en sciences sociales 2006/4, 164, p. 5-10. En ligne []
  2. Les auteurs citent également d’autres évolutions : transformation du statut et échelles des infrastructures en lien avec les transformations de la production de connaissance ; « rapport de la science à ses utilisateurs » – enjeux économiques, géopolitiques, sociaux ou territoriaux ; « déplacement de l’équilibre vers les « applications », vers la « demande » » ; formes de légitimation de la recherche et intégration au débât public ; « émergence d’une concurrence inédite entre acteurs de la recherche » ; nouvelles échelles et implication d’acteurs, d’autant plus nombreux ; pp. 9-11 []
  3. synthèse sur Derek de Solla Price, par Marie-France Blanquet, novembre 2007. []
  4. PRICE, Derek John de Solla, Little science, big science, New-York, London : Columbia University Press, 1963 []
  5. Références : Gibbons, Limoges, Novotny, Schwartmann, Scott and Trow :“The new production of knowledge », London, Sage, 1994 ; Novotny, Scott et Gibbons 2001 “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” []
  6. dans le cas particulier de la recherche sur la recherche, l’objet de la recherche se confond ou s’articule avec la pratique du chercheur, dans lequel celui-ci est pris []
  7. D’où l’importance à mon sens, pour ce point mais pas uniquement, de la démarche réflexive dans les pratiques de recherche []
  8. en ligne (pdf) []
  9. Référence – Pestre, D. (1997). « La production des savoirs entre académies et marché. Une relecture historique du livre : The new production of knowledge édité par Michael Gibbons ». Dans : Revue d’économie industrielle 79.1. []