Archives de catégorie : Normes

Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Le 7 avril 2009 – Éléonore est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Le 15 février 2010 – Axelle est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Le 8 mars 2010 – Daniel est en 3ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien, ou avec un an de décalage. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ?

La présentation support de mon intervention et de la discussion avec les doctorants le 10 février 2015 au séminaire « Certificat de Compétences Numériques » (CCN) – CFDIP

Dire et écrire les relations d’enquête – Co-intervention avec Joëlle Le Marec dans le cadre du séminaire « Le Chaos des écritures »

Contexte et recontextualisation dynamique

Hier après-midi, je suis intervenue avec Joëlle Le Marec dans le séminaire Le Chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines, qui existe depuis septembre 2009.

« Le séminaire aborde les modes d’écriture dans leur diversité (savantes, littéraires, artistiques, politiques, quotidiennes, etc.) et sur la longue durée. Il privilégie le croisement des perspectives, et s’attache à les renouveler au regard des mutations culturelles et anthropologiques induites par la grande conversion numérique et les transformations économico-politiques en cours. La thématique générale est déclinée en plusieurs journées d’étude annuelles, qui se font écho à travers des sous-thèmes fédérateurs  pluriannuels : l’oralité, le dialogue et la polyphonie, la réflexivité, l’émancipation, les relations entre science et littérature, l’ancien et le nouveau de l’invention de l’écriture au numérique.

Ce cycle de journées d’étude maintient une tradition de liberté formelle, de dialogisme et d’indisciplinarité, qui hérite de séminaires d’abord tenus à l’Université Pasteur de Strasbourg, à l’ENS de Lyon et à l’Université Rennes 2. Au croisement des études sur la littérature, sur les sciences, et sur l’information et la communication, il réunit des doctorants et chercheurs de toutes les disciplines, venant de plusieurs régions de France et de l’étranger. Le séminaire est dirigé par Baudouin Jurdant, Joëlle Le Marec, Laurent Loty et Emmanuel Souchier, dans le cadre du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des 17e et 18e siècles (CELLF 17-18e, Université Paris Sorbonne et CNRS), du Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR Lettres, Arts et Cinéma (CERILAC, Université Paris-Diderot) et du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC, Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées, CELSA, Université Paris Sorbonne). »

Le titre de notre intervention commune est le suivant : « Dire et écrire les relations d’enquête », dans une séance intitulée plus largement « Cultiver l’enquête »

« Il s’agira dans cette journée de détailler ensemble des aspects souvent peu traités de l’enquête, et qui relient le désir de scientificité non pas à la technicité des méthodes, mais à une conscience réflexive et poétique précise, partagée, discutée, des évènements  et des objets qu’elle crée. »

Notre présentation s’ancre dans l’expérience commune d’un terrain de recherche qui avait mené à la co-écriture de l’article « Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs » (Le Marec et Faury, 2012).

Le texte qui suit ne reprend pas l’intervention d’hier mais correspond aux réflexions qui ont préparées cette intervention. La mise en dialogue avec Joëlle Le Marec, au moment même de l’intervention nous a amené à construire un dire qui s’éloigne de et s’articule avec l’écrire qui suit ici.

Je remercie les organisateurs de ce séminaire de m’avoir invitée et pour la richesse de échanges. J’ai particulièrement apprécié de pouvoir à cette occasion reprendre le fil de mes réflexions de recherche. La mise en dialogue y est pour beaucoup.

« La lecture des ouvrages méthodologiques m’avait finalement assez mal préparée à ce que l’expérience de l’entretien me réservait… une relation humaine, une situation vivante (Raoul, 2002) qu’il serait vain de chercher à maîtriser par une « chasse au biais »130. Ainsi, j’ai décidé de me rendre le plus perméable possible, pendant l’entretien, à ce qui s’y passe. De lâcher prise pendant, l’attention en éveil, pour mieux ré-explorer la densité de l’entretien ensuite, au moment de l’analyse et de la prise de distance. Pour être entièrement dans la situation, j’ai même finalement pris le parti risqué de me passer de prise de notes, afin d’être totalement disponible, y compris corporellement, à ce que me disant mon interlocuteur. Tout reposait donc sur l’enregistrement et sur la mémoire que je garderai131 de l’expérience vécue de l’entretien, en espérant que la technique ne me fasse pas faux bond. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 204)

La préparation de cette intervention me donne l’occasion de replonger dans mon manuscrit de thèse, mais surtout dans l’expérience du terrain pendant mes années de doctorat, de sa mise en mot, de sa mise en inter-subjectivité.

Depuis ma soutenance, mi-septembre dernier, mes nouvelles activités professionnelles m’ont considérablement éloignée de ce vécu et de ces réflexions.

Avec Joëlle Le Marec, nous avions souligné, dans notre texte commun, et dans le cas particulier de ma thèse, l’importance de l’effet de la distance à l’expérience partagée par l’enquêté, au moment de l’entretien, sur le rapport au terrain du chercheur-enquêteur et aux personnes qu’il y rencontre (de la proximité à l’hyper-proximité en ce qui concerne mon travail de recherche sur la recherche).

« Des situations d’hyper-proximité – Ma posture de chercheur a fortement structuré les situations d’entretien dans lesquelles je me suis engagée, en particulier avec les doctorants en biologie, anciens camarades de promotion et/ou actuels amis. J’ai utilisé cette proximité, en la questionnant toujours, dans la mesure où la relation enquêteur-enquêté structure la dynamique d’entretien, et que la dynamique de création d’implicite et d’explicite fait partie de mon objet de recherche. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 296)

Et je me repose aujourd’hui de manière d’autant plus prégnante la question :

Que signifie revenir, et que faire d’un retour à l’expérience de terrain lorsque nous sommes très à distance de celui-ci ?

De quoi partir, sur quoi s’appuyer, à partir de quoi se souvenir de ce qui nous avait marqué, frappé à l’époque et dont le sens partageable s’est peut-être construit a posteriori, lors de la mise en discours, lors du dire ou de l’écrire ?

Le sens lui, éprouvé, de la situation d’enquête, n’a pas attendu les mots pour attirer notre attention : comment garder des traces de l’épreuve du terrain ? Le carnet de terrain, le dictaphone, le carnet de recherche, les mails, autant de mise en mots, oraux ou écrits qui nous permettent de rester au plus proche de ce que nous avons vécu dans l’enquête, et autant que possible d’y revenir.

Tout ce préambule pour dire finalement ceci : aujourd’hui je suis en effet très à distance de l’expérience du terrain, des espaces d’inter-subjectivité qui l’ont accompagnée1, et de sa mise en écriture, que vais-je pouvoir vous en dire2 ? Vais-je en effet pouvoir y revenir ? Et si oui, comment ? Quelle actualisation de l’expérience, le dire (lors du séminaire) et l’écrire (dans ce carnet de recherche) vont-ils susciter ?

Re-lire à distance, la situation d’entretien transcrite, nous dit souvent beaucoup aussi de ce que l’on attendait de la situation au moment où on l’a vécue, des hypothèses que l’on faisait à l’époque, de la méconnaissance parfois des spécificités du terrain que l’on amorce, du vécu des acteurs, du sens des mots qu’ils emploient et que l’on n’a pas nécessairement perçu sur le moment.

Présentation du terrain qui constitue la base de l’écriture et de l’intervention

« Les entretiens portent sur les pratiques quotidiennes de la recherche et sur la manière dont les enquêtés vivent leur condition de chercheur. Nous repérons les modalités de construction d’un discours sur ce que signifie faire de la recherche, sur la position de chacun dans des collectifs scientifiques (l’équipe, le projet, la discipline, la filiation) et sur la confrontation entre pratiques et principes.

Les entretiens sont menés auprès de doctorants en biologie expérimentale, de chercheurs à différentes étapes de leur carrière et de chercheurs ayant migré des sciences de la nature vers les sciences sociales. Un même protocole est utilisé, consistant pour les enquêtés à commenter le relevé quotidien systématique des situations de communication vécues cours d’une semaine de travail. » (Le Marec et Faury, 2012)

Dire et écrire les relations d’enquête – Dire l’enquête

L’enquête, le terrain, on commence à les dire, aux autres et à soi, au moment où on les prépare. Puis dans la prise de contact avec l’enquêté, lorsqu’il s’agit de lui présenter les raisons pour lesquelles on souhaiterait le rencontrer : dans les mails, par téléphone, lors du démarrage de l’entretien…

« Je viens pour que tu m’expliques »

« pour que vous me racontiez »

« tout m’intéresse », « ce que tu veux »

« on peut commencer à ce moment là »

Lors de mes enquêtes, je ne précise pas nécessairement le contexte général de la recherche, mais ce que j’attends de la situation d’enquête particulière à laquelle je souhaite que mon interlocuteur participe.

NB : j’utilise souvent « enquête » pour parler de l’ensemble des entretiens que j’ai mené, mais c’est un sens restreint de ce terme – et « situation d’enquête » pour un entretien particulier.

Le contrat de départ, ainsi établi, plus ou moins explicitement ou implicitement, de la relation d’enquête permet à chacun, enquêteur et enquêté, de s’installer dans ce qu’il projette de la situation de communication qu’il accepte en s’y rendant présent. Avec des hiatus éventuels, qui seront levés par des ajustements tout au long de l’entretien.

Relation enquêteur-enquêté en ajustement

Considérer qu’il y aurait à dire de la relation d’enquête n’est pas anodin. On considère dès lors l’enquêteur partie prenante de la relation d’enquête, et non à distance de celle-ci. On reconnaît qu’il y aurait dans les manières de dire et les manières de se dire, de l’enquêté et de l’enquêteur, des traces de la façon dont chacun vit l’expérience d’entretien, en tant que situation de communication, reconnue comme forme culturelle (Le Marec, 2002).

C’est accepter également cette nécessaire part manquante de l’interprétation par l’enquêté de la situation d’enquête (Le Marec, 2002), dont l’enquêteur ne saisit que des traces.

Dire la situation de communication vécue à l’instant où elle se vit, et ensuite

La transcription, telle que l’on choisit de l’effectuer, reflète une multitude de choix de la part de l’enquêteur : les phrases sont-elles reformulées ? Fait-on apparaître les silences ? Les regards ? Les hésitations, les répétitions ? Quelle place donne-t-on à la communication non verbale, sonore ou non, dans les entretiens non pas filmés mais enregistrés sur dictaphone ? Comment cela se traduit-il dans la transcription ? A quel tamisage3 procède-t-on au moment de la transcription ? Que constitue-t-on en données ? (Thèse de doctorat M. Faury,  p. 205)

Que choisit-on d’écrire dans le carnet de terrain ? Choisit-on de retranscrire les propos fidèlement au cas où l’enregistrement ne fonctionne pas, ou plutôt de ne rien écrire pour être entièrement (y compris dans l’attitude corporelle) dans l’écoute et dans la relation avec l’enquêté? Choisit-on d’écrire ses impressions (de gêne, d’étonnement, d’agacement, etc.) comme autant d’indicateurs qu’il est dit quelque chose pendant l’entretien qui vient d’être vécu ? Pourquoi le faire ?

Sous quelles formes peut-on conserver des traces pérennes de ce qui a été vécu sur le terrain ? Les dit-on (à soi-même par le dictaphone, à un collègue qui partage l’expérience de terrain, etc.) ou les écrit-on ? Dit-on ou écrit-on les ressentis ? Pourquoi ?

Dire l’autre dans l’enquête

Il y aurait beaucoup à dire pour dire l’autre dans l’enquête (identités et sens projetés, investissement de la situation de communication, etc.) et dans sa relation à l’enquêteur, et donc à soi dans l’enquête. Nous n’aurions peut-être d’ailleurs jamais fini, et c’est tant mieux, tant la relation est riche, tant l’autre est riche de significations. Tant la situation est vivante.

Dire et écrire les relations d’enquête – Se dire l’enquête l’un.e à l’autre à partir d’une expérience vécue commune

L’intervention commune avec Joëlle Le Marec, lors du séminaire « Le Chaos des écritures, s’appuie sur l’expérience des temps de partage de l’expérience de l’enquête et de la situation d’hyper-proximité que nous avons toutes les deux vécues, bien que différemment, dans le cadre d’une recherche sur la recherche, dans laquelle des chercheuses rencontrent des chercheurs pour qu’ils témoignent d’un quotidien et d’un vécu de la pratique quotidienne de la recherche comme métier.

L’échange entre ce que Joëlle Le Marec perçoit de la situation d’entretien et ce que j’y avais perçu moi-même nous a amené, par la discussion, a nourrir l’idée que l’entretien était l’occasion d’un partage d’une réalité de la recherche ressentie de manière proche chez l’enquêteur et l’enquêté. Cette proximité de l’enquêteur à l’enquêté « à des effets de reconnaissance de modes d’engagements et de vécus proches » (Le Marec et Faury, 2012). C’est la manière dont le chercheur-enquêteur associe le chercheur-enquêteur au parcours de ce qui constitue sa réalité quotidienne, par la description et le commentaire des pratiques de communication qui la compose, qui m’a amenée à développer l’idée d’espace mental de la recherche dans le cadre de ma thèse.

« Au cours de l’entretien, dans la relation qui s’établit avec l’enquêté, l’enquêtrice a le sentiment de « sentir l’espace mental de la recherche », dessiné par les pratiques de communication rapportées et commentées (espaces symboliques, frontières, contraintes, épaisseurs, pluralités) et de le comprendre par ce qu’elle vit lui-même (en tant que doctorant au moment des entretiens), ou ce qu’elle a vécu (en tant qu’ex- étudiante en biologie expérimentale et ancienne étudiante-stagiaire en laboratoire). Cette compréhension est d’une part utilisée dans l’interprétation et conditionne par ailleurs le rapport qui se construit à l’enquêté en entretiens » (Thèse de doctorat M. faury, p.119)

Se dire l’enquête et la relation d’enquête, entre chercheurs impliquées sur le terrain, nous a donc amenées à nourrir ntore perception, à balancer le vécu d’une situation de communication singulière par l’appel à des vécus proches mais différent, de chacune d’entre nous. Ces moments de discusions ont ainsi constitué de réels espaces de réflexivité et d’inter-subjectivité dans l’expérience du terrain.

Dire et écrire les relations d’enquête – Écrire l’enquête

La difficulté à écrire la relation d’enquête me semble avant tout venir de la linéarisation par laquelle nous fait passer l’écriture. Comment faire si je chercher à écrire l’enquête de manière pluri-dimensionnelle, c’est-à-dire si je cherche à éviter de faire de l’enquête un lieu de production d’un matériau décontextualisé, sorti de la relation et de la situation de communication qui ont permis son existence, sa construction ? Comment aller vers une écriture réflexive, par le dialogue qu’elle induit avec le lecteur, de l’enquête ?

« la réflexivité est éprouvée sur plusieurs plans simultanés dans l’entretien (dans la réflexion individuelle au cours de l’échange, dans la communication entre proches culturels, et dans la réflexion dialoguée entre pairs) et c’est cette caractéristique que nous exploitons. La situation d’entretien est bien sûr, d’un point de vue technique, une pratique d’analyse des conditions de productions de « matériaux de l’enquête ». Elle est également une situation reconnue culturellement comme destinée à produire des savoirs sur la société, mais dans un contexte où la conceptualisation de ce qu’est la situation d’entretien devient un des enjeux de la recherche puisque celle-ci porte sur des pratiques de chercheurs. Elle est enfin une condition partagée par l’enquêteur chercheur et le chercheur enquêté dans la mesure où l’enquête devient nécessairement un moment de dialogue entre collègues. » (Le Marec et Faury, 2012)

Comment donc en rendre compte dans l’écriture : en témoignant de ces épaisseurs, de ces représentations de l’enquête par la mobilisation concrète d’exemples, d’extraits de transcription, de sons, d’images, de composites (Le Marec, 2002) ?

J’ai ainsi par exemple accordé une importance particulière à la manière de dire pendant l’enquête menée au cours de ma thèse, et je me suis posée la question suivante :  comment en rendre compte par l’écriture, qui s’intéresse le plus souvent au « matériau » tamisé, transcrit, c’est à dire aux mots, à ce qui est dit, plus qu’à la manière dont ces mots donnent du sens à la relation, à la situation d’entretien ?

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Il me paraît particulièrement important de travailler, par le dire et l’écrire, à la contextualisation de la situation de communication, et d’en rendre compte pour permettre l’inter-subjectivité, pour permettre la réflexivité individuelle et collective à son endroit, pour tendre vers une interprétation partageable, et qui tende vers le plus d’objectivité possible.

Dire et écrire les relations d’enquête – Re-dire l’enquête

A quoi mène de re-dire l’enquête ? Dire et re-dire l’enquête nous amènerait ainsi à toujours reprendre ces situations d’enquête non comme figée mais vivante, partageable dans ces lieux précieux de la réflexivité collective. Comme c’est le cas dans le cadre de ce séminaire Le Chaos des écritures sur Cultiver l’enquête. Je gage que re-dire l’enquête nous amène à pousser plus loin cette idée que la réflexivité pourrait être une forme de « reconnaissance partagée du sens de ce qui se joue pour les uns et les autres. » (Le Marec et Faury, 2012) ? Un autre exemple, celui du travail mené avec Yann Calbérac, Sarah Coordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan à partir des entretiens menés par Yann Calbérac et en présence de celui-ci, me laisse penser que ce pourrait effectivement être le cas. Nous avons alors croisés quatre regards, n’ayant pas vécu la situation d’entretien, pour les mettre en dialogue avec celui qui l’a vécu et pour dire et faire dire au terrain, ce qui peut être partagé de la recherche, dans une dynamique d’objectivation qui s’assume comme processus4.

Finalement pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Dans le cadre de mon travail de thèse sur le rapport identitaire et culturel aux sciences, cette relation fait partie même de l’objet, objet communicationnel, que j’ai choisi d’étudier. Mais plus largement, l’attention à cette relation me paraît permettre d’initier une dynamique réflexive incontournable pour le chercheur qui cherche à comprendre plus qu’un matériau recueilli : une parole contextualisée, à l’intersection entre contexte de la recherche, vécu de l’enquêté et partage social d’une situation ancrée dans les mémoires culturelles de l’enquêteur et de l’enquêté.

« La réflexivité étant une dimension constitutive de n’importe quelle situation de communication, nous chercherons à développer une réflexion sur l’enquête comme situation de partage culturel où s’éprouvent des effets de reconnaissance réflexive de ce qui est demandé ou exprimé par les uns et les autres, enquêteurs et enquêtés. » (Le Marec et Faury, 2012 – lien)

Considérer l’enquête comme une pratique à la fois très réflexive et dialogique, pour l’enquêteur et pour l’enquêté. Considérer la relation d’enquête et chercher à la partager en la disant ou en l’écrivant amène à de passionnants dialogues interdisciplinaires et intergénérationnels dans des contextes de recherche où le collectif vise l’inter-subjectivité.

 » Il y a construction d’une condition réflexive collective : c’est le dialogue avec autrui qui permet d’abord de mettre à distance le rapport très singulier que le chercheur entretient avec son objet, mais aussi de transformer ce rapport singulier en résultat de recherche pour les autres membres du collectif de recherche. » (Le Marec et Faury, 2012)

En préparant ce billet, j’ai d’abord écrit ce que je souhaitais dire lors de ma co-intervention avec Joëlle Le Marec sur les relations d’enquête. Comment allais-je ensuite le dire ? Puisqu’il s’agit notamment d’un dire en relation. Et puis je l’ai ré-écrit, et enfin publié et partagé.


Références :

Jurdant, B. (2006). Ecriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec). Sciences de la société (n° 67), pp. 131-143.
Jurdant B. Parler la science ?, Alliage n°59, 2006.


Le Marec, J. , Babou, I. et Faury, M. , Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir. ), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Le Marec, Joëlle – Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2010. (éd. collective)

Le Marec, J. Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication no 25 – Questions de Terrains, 2002.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165.
Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communication modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982.

Olivier de Sardan, J. -P. , « La violence faite aux données », in : Enquête « Interpréter, surinterpréter », n°3, 1996, p. 31-60.

Crédit photographique : Moleskineh par Amir Kuckovic, licence CC-NC-SA

  1. notamment des discussions avec Joëlle Le Marec lors de nos terrains communs, et avec Sarah Cordonnier et Bernard Bensoussan dans le cadre des séances de préparation du séminaire « Trajectoires et Témoignage » []
  2. lors du séminaire et dans cette forme d’écriture oralisée du carnet de recherche []
  3. Ce terme provient des discussions menées avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan lors de nos séances de travail, d’analyse collective d’entretiens, pour préparer les journées d’étude Trajectoire et Témoignage []
  4. merci à Emmanuel Souchier pour la discussion à ce sujet []

– 17 septembre 2012 – Soutenance de thèse, et après ?

Après la soutenance de thèse, vient le moment d’un bilan ponctuel : et maintenant ?

Entre ce qui est souhaité et réaliste, entre ce qui permet de se projeter et ce qui laisse dans l’incertain, c’est le moment des choix, quand ils existent.

Concernant l’Infusoir, c’est l’occasion de faire un point et de reconnaître une nouvelle fois le rôle que cet espace numérique, que j’ai réellement habité pendant les nombreux mois passés derrière mon ordinateur, a joué dans le cadre de ma thèse. Nous en avions parlé il y a quelques temps avec F. Giraud, et j’ai déjà (co-)écrit ailleurs (ici ou ) au sujet des multiples intérêts du carnet de recherche (et plus largement du blogging scientifique), dont je crois nous n’avons pas fini d’explorer les potentialités pour nos pratiques de recherche.

L’expérience de l‘Infusoir, carnet individuel, a d’ailleurs nourri l’envie de faire vivre des espaces collectifs numériques, issus de rencontres, dans le contexte de projets de recherche interdisciplinaire, ou plus simplement visant à croiser les regards, et le plus souvent en lien avec des aventures de recherche et humaines bien réelles, toujours incarnées par des chercheur.se.s et des auteur.e.s, des femmes et des hommes, dont les textes, les regards sur le monde m’ont nourrie et avec qui les échanges ont souvent été déterminants, même si l’effet « de l’extérieur » n’est pas toujours perceptible. Elles et ils ne se reconnaîtront pas nécessairement, mais je les en remercie profondément.

Les Espaces réflexifs

Enquête sur l’Homme vivant

Table Ouverte

Penser la recherche

Regards Unis Vers

Je n’ai que rarement abordé ma thèse de manière direct dans ce lieu numérique, pourtant L’Infusoir, depuis le premier billet, a toujours été en interaction étroite avec mon travail de thèse.

Cette thèse, soutenue, je la partage maintenant sur les archives ouvertes, et je vous en donne également un aperçu via la présentation, support de ma soutenance le 17 septembre 2012.

Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?

L’Infusoir trouvera une nouvelle place, dans les semaines ou mois à venir, ce ne sera pas sa première transformation.

Retour sur le « Live-Tweet – Jeu de rôle » | Présentation Prezi

Suite à l’expérience de live-tweet organisée sous forme de « jeu de rôle » lors des 22es Rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » (présentation plus détaillée de l’idée proposée : ici), voici la présentation Prezi du retour d’expérience, le lendemain de l’atelier « Homme augmenté ».

Merci à l’équipe d’organisation, et en particulier à Jean-Michel Courty et Béatrice Korc, pour l’invitation et pour avoir permis d’initier des débats très intéressants avec les participants sur l’usage de Twitter dans ce type de rencontres scientifiques.

 

.prezi-player { width: 550px; } .prezi-player-links { text-align: center; }

Faire l’expérience des conférences augmentées : un jeu de rôle lors d’un live-tweet ? | Rencontres Jeunes CNRS – samedi 27 octobre

Les 26, 27 et 28 octobre auront lieu les rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » réunissant 450 jeunes européens de 18 à 25 ans, à Poitiers.

J’ai été invitée pour expérimenter le samedi un live-tweet (ou LT – voir plus bas si ce terme vous intrigue) avec les participants, et notamment les chercheurs, présents lors de ces rencontres. Nous « live-tweeterons » en particulier l’atelier de Béatrice Korc, intitulé « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

Le dimanche matin, à la fin des rencontres, j’interviendrai afin de revenir sur l’expérience et pour discuter avec les jeunes des potentialités et des questions que soulèvent la pratique du live-tweet lors de conférences comme celles auxquelles ils ont assisté.

Après avoir parcouru en quelques lignes les intérêts possibles de l’utilisation de Twitter dans un contexte de rencontres scientifiques, je propose dans ce billet, à celles et ceux qui le souhaitent, de participer à une expérience collective le samedi 27 octobre, matin (horaire précisés rapidement) sous la forme d’un « live-tweet – jeu de rôle » (si vous connaissez déjà tout du live-tweet, vous pouvez allez à la présentation de l’expérience directement).

Et si vous êtes intéressés par l’expérience du « live-tweet – jeu de rôle », n’hésitez pas à le dire en commentaire ou en me contactant sur Twitter (@Infusoir)

L’enjeu : faire appréhender aux jeunes présents à Poitiers ce week-end, par une démonstration « jouée » de live-tweet, que la posture que l’on choisit d’adopter lors d’un LT sur Twitter peut être multiple et que c’est justement la multiplicité des postures réunies lors d’un évènement qui peut augmenter de manière très riche une conférence, comme celles auxquelles ils auront assisté les jours précédents.

Qu’est-ce qu’un live-tweet ?

Ce qui se passe sur place

Dans cette courte description du live-tweet sur le site NetPublic, intitulée « Live-tweet, mode d’emploi », on souligne les formes particulières d’utilisations et trois principales fonctions :

  • Formes d’utilisations possibles du live-tweet :

–  « être diffusé sur écran durant l’événement » (ponctuellement ou en continu) ;

–  ou à l’inverse n’être consulté que par les participants ayant accès à internet, sur ordinateur ou smartphone, qu’ils aient un compte Twitter ou non ;

– on peut également envisager l’intégration ou la non-articulation du contenu des tweets à l’évènement (par exemple la conférence ou le cours lui-même), selon que celui-ci est pensé par les organisateurs de manière plus ou moins collaborative ou interactive, en temps réel.

  • Trois fonctions notées par ce site :

– « relayer les propos tenus par des intervenants et participants (conférences, débats, salons, barcamps, émissions de télévision, dispositifs participatifs, formations ou modes d’apprentissage…) en les partageant sur Twitter (via ordinateurs traditionnels et outils mobiles) » ;

–  « échanger avec des participants à distance » – dans les faits, le live-tweet permet souvent aussi de créer du lien entre les personnes présentes physiquement à l’évènement ;

–  « capitaliser les questions, avis, compléments d’information et de les agréger a posteriori dans un fichier-document récapitulatif »

Et dans la mesure où l’idée est de donner à de nouveaux utilisateurs des idées et des envies quant aux potentialités du live-tweet, c’est là qu’il serait intéressant d’expliciter un peu à mon sens :

  • sur quoi peuvent porter les questions, les avis, les compléments d’informations ?
  • quelles formes peuvent prendre en particulier les compléments d’information ? Tweet de 140 caractère, tweet augmenté d’un lien ? Et de quel type de lien, c’est-à-dire pointant vers quels types de contenus ?
  • quelles sont les postures possibles des participants au live-tweet vis-à-vis du conférencier et de son propos ?

Rapport au sujet : curieux, sceptiques, critiques, enthousiastes inconditionnels, etc.

Statut vis-à-vis du conférencier : public cible, collègues spécialistes, professionnels du sujet dans un autre domaine (autre discipline, autre métier), »troll« , etc.

Rapport au discours du conférencier :

relais mot pour mot / compte-rendu en construction, 140 caractères par 140 caractères (« la scripto-diffusion« ) ; sélection/synthèse du propos ; positionnement et commentaires (« back-channeling« ) ; questions adressées au conférencier, réactions personnelles aux propos (humour, témoignage, engagement, etc.) ; apports de compléments en lien avec l’intervention ou « documentation additionnelle » (sites internet cités, annonces d’autres évènements, lien vers des articles, des supports en ligne, etc) ; mise en relation avec des contenus ou des personnes concernées par le propos tenus, etc.

Types de tweet : tweets écrits, tweets écrits augmentés, tweets illustrés, tweets photographiques, tweets sonores, série de tweets éditorialisés (intégrés à des Storify par exemple), etc.

Quelques exemples

Editorialisation des tweets d’un évènement

Tweet humoristique et illustré d’une étudiante, lors d’un cours sur le fonctionnement de la recherche en France

 Tweets d’étudiants pendant un cours : question à soi-même et/ou question à l’enseignant

Les tweets construction d’un compte-rendu en temps réel, les tweets augmentés qui partagent des liens, les tweets qui créent des liens entre les participants

Les tweets qui prennent le contre-pied, qui amènent des précisions, qui commentent, qui critiquent, qui sont drôles,

les tweets illustrés, les photos-tweets,

ceux qui parlent de celui qui écrit : « je m’ennuie », « j’ai faim »

les tweets-questions, qui seront relayées, qui témoignent du réflexion initiée par les participants à la conférence / au cours, auxquels l’intervenant.e réagira en direct ou qu’il/elle lira après la conférences

Dans cette liste à la Prévert, on perçoit déjà une diversité, loin d’être parcourue de manière exhaustive, des tweets pouvant être partagés par les participants à un évènement (ou un cours), chacun d’entre eux n’étant bien sûr pas nécessairement « spécialisés » dans une façon particulière de tweeter (même si dans les faits, certains montrent une prédilection pour une forme de live-tweet plutôt qu’une autre). Ce rapide tour d’horizon n’évoque d’ailleurs pas tout les tweets : il y a aussi les tweets entre les participants, certains n’étant d’ailleurs pas nécessairement associés du #hashtag, qui créent du lien et qui participent souvent à la convivialité de l’évènement, en facilitant la prise de contact qui se poursuit de IRL (In Real Life) pendant les pauses, les moments off de l’évènement, ou par la suite.

Suivre un évènement à distance

Le live-tweet d’un événement se caractérise par un #hashtag que M.-A. Paveau qualifie de « balise d’indentification » dans le cadre d’un LT, et qui permet aux participants de retrouver sur une seule et même page l’ensemble des tweets liés à l’événement.

Le hashtag de samedi 27 octobre est en cours de définition ! Il sera très prochainement défini et communiqué aux participants intéressés.

Ce qui est souvent apprécié par les participants à distance, via le #hashtag, c’est d’avoir accès, grâce au live-tweet, non seulement au contenu de l’évènement (relai) mais aussi à la vision particulière de celui qui tweete sur cet évènement et sur ce qui y est dit (quand un compte Twitter que l’on suit par intérêt assiste à un évènement et qu’il partage son expérience de cette manière).

M. Sabourdy, dans son « Petit guide pour live-tweeter un évènement » : « Les personnes qui n’ont pas le temps ou les moyens d’y assister comptent souvent sur les twittos présents pour relayer ce qui s’y passe et apporter leur point de vue. »

Le positionnement du participant qui tweete, lorsqu’il est familier du sujet, spécialiste ou tout simplement critique (constructif), vient alors enrichir considérablement le contenu relayé.

Le live-tweet sous forme de jeu de rôle : quels tweets pour quelles postures ?

A partir de cette diversité que nous venons de parcourir, je propose donc ici des idées de rôles pouvant être joués samedi matin, que vous soyez présents pour le live-tweet, sur place ou à distance. Si vous avez envie de participer et/ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les proposer !

Rappel du thème de l’atelier : « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

  • Le relai fidèleSur place – Il ou elle tweete exactement les propos du conférencier, en temps réel
  • L’esprit critique constructifSur place ou à distance -Il donne de la matière à penser sur le sujet, par ses questions, en soulignant des aspects problématiques, etc.
  • Le questionneur intempestifSur place ou à distance – Il pose des questions sans arrêt, à lui-même ou au conférencier, en lien avec le contenu de la conférence ou avec la manière dont elle se déroule
  • Le pointilleuxSur place ou à distance – Il demande des précisions : au conférencier et à ceux qui s’occupent du live-tweet
  • Le collègue qui s’y connaîtSur place – Il ou elle apporte des complèments d’informations sur le sujet abordé (possibilité de préparer quelques ressources en avance sur le sujet, liste de liens à tweeter lors de l’atelier)
  • L’augmenteur Sur place ou à distance – Il ou elle ne partage que des tweets augmentés de liens (articles, annonces, vidéos en ligne, etc.)
  • Le contrepointSur place ou à distance – D’un autre métier ou d’une autre discipline, il ou elle propose un contre-point sur le sujet abordé, complémentaire de celui du conférencier
  • Le féru de contexteSur place – Il ou elle donne à voir ce qui se passe, les salles, les intervenants, les participants ; ils aident ceux qui suivent le LT à se représenter visuellement l’évènement
  • Le dessinateur en temps réelSur place ou à distance – en lien avec ce que dit le conférencier ou ce que lui inspire le thème abordé
  • A vos propositions !

Bibliographie

Bon, François (26 mai 2012) “Twitter et comment s’en servir”. Tiers-Livre [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2931

Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208

Faury, Mélodie (1 juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le … http://enthese.hypotheses.org/453

Hugoline, 2012, “Les hashtags”, Blog La souris de bibliothèquehttp://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/about.html, consulté le 17.01.2012.

Paveau, Marie-Anne (27 février 2012) “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter” La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338

Pallier, Frédérique (7 juillet 2012) « #Xroads2012 + quelques remarques sur l’organisation des LT » Sociographie.net [blog] Consulté le 22 octobre 2012. http://blog.sociographie.net/post/2012/07/07/Xroads2012-%3A-LiveTweet-du-Crossraods-in-Cultural-Studies-Paris-2012

Live-tweeting at academic conferences: 10 rules of thumb, The Guardian

Sitographie sur Twitter dans la recherche : Twitter for academic research

Le carnet de recherche comme pratiques de recherches : « comment écrire pour un carnet de recherche ? » – THATCamp 2012

Les 25 et 26 septembre s’est déroulé le That Camp 2012, organisé par le Cléo et dont le programme était très riche (disponible en ligne / présentation du That Camp par Pierre Mounier).

A cette occasion, Pierre Mounier proposait un atelier intitulé « Comment écrire pour un carnet de recherche ? » auquel j’ai participé, et qui a donné lieu à l’écriture à plusieurs mains, notamment à partir du piratpad en ligne (prise de note collaborative) et de l’important travail d’édition qui a suivi (« Booksprint »), d’un article qui figure dans l’ouvrage publié le 30 septembre par la MSH (Maison des sciences de l’homme), dans l’une de ses collections électroniques :

THATCamp Paris 2012

Non-actes de la non-conférence des humanités numériques
Avec la collaboration de Collectif et Paul Bertrand
Le sommaire des « non-actes » est disponible ici

Résumé

« Un atelier proposé à cause du constat concernant le développement de nouvelles pratiques d’écriture sur la plateforme Hypothèses. Des carnetiers qui réfléchissent actuellement à la manière de produire des livres à partir de notes de blog. Cet atelier est conçu pour permettre une discussion sur ces questions. Écrire pour un carnet de recherche est très différent de ce qui est attendu pour une revue à comité de lecture. Quelles sont les particularités de ce mode d’écriture ? Comment concilier précision et brièveté de la forme ? Le style oral et conversationnel est-il compatible avec la rigueur propre au raisonnement scientifique ? L’idée est que l’atelier soit basé sur un échange d’expérience et une analyse en commun de quelques billets significatifs. »

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

Où est l’autre ? – Adresse et réflexivité dans l’écriture

La réflexivité dans l’écriture, c’est je crois Bertrand Labasse qui l’a initiée chez moi1.

« Ecoutez-vous, vous savez ce qui ne va pas dans vos textes »,
Bertrand Labasse, lors d’une formation doctorale
« J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire. »

Lors d’une formation à l’insertion professionnelle intitulée « Expertise rédactionnelle : des idées au texte » (2009), Bertrand Labasse développait, par de multiples entrées, les processus cognitifs à l’œuvre lorsque l’on écrit, et que l’on lit. Il se réappropriait ensuite ces connaissances pour proposer des manières d’écrire mieux, c’est-à-dire d’écrire en étant conscient, autant que possible, de ce qui se passe lorsque l’on écrit.

Il présentait l’acte d’écrire comme l’une des tâches mentales les plus exigeantes qui soient, dans la mesure où elle demande de composer avec :

–         un échange à établir avec un destinataire absent ;
–         des conflits à régler à chaque seconde ;
–         une linéarisation de sa pensée ;
–         une négociation sociale avec celui à qui l’on s’adresse ;

Cette formation se focalisait sur un type particulier d’écrit, l’écriture journalistique, l’écriture adressée prenant en compte son interlocuteur, potentiel, imaginé, supposé ou alors démontré, dans le cadre d’un journal, d’une revue ayant précisément défini les caractéristiques de son lectorat.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Adresser un discours

« Essayer de connaître les idées des lecteurs ou des visiteurs avant d’élaborer un projet d’article ou d’exposition

« Essayer de préciser l’impact possible de votre cours ou de votre produit en tenant compte des questions, des idées et des façons de raisonner de votre public ».

Extrait de l’encart p.141, Des idées pour apprendre, A. Giordan, F. Guichard et J. Guichard

Cette prise en compte d’un interlocuteur (lecteur, auditeur, participants, élèves, visiteurs, etc.), dans l’élaboration d’un discours oral ou écrit, que ce soit2 dans un contexte d’enseignement (éducation dite parfois « formelle ») ou dans les dispositifs de médiation (éducation dite en regard « informelle »3 ) est un élément central de nombre de textes de didactique des sciences ou encore des formations et guides à la médiation scientifique ou encore au journalisme scientifique (quelques références à titre d’exemples, en fin de billet).

« Se mettre dans la peau du lecteur

Que vous écriviez…

– un article journalistique que vous souhaitez enlevant

– un texte promotionnel pour lequel vos supérieurs ont imposé de nombreuses balises

– un communiqué de presse

– un rapport d’étape pour les investisseurs

– un livre pour enfants

– ou un article encyclopédique…

… il y a un point commun. LE point commun. LA question que toute personne qui communique devrait d’abord et avant tout se poser :

A qui est-ce que je parle ? »

Pascal Lapointe, Guide de vulgarisation – Au-delà de la découverte scientifique : la société, p.37

Il s’agit le plus souvent d’un interlocuteur que l’on pourrait qualifier « d’idéal-typique »4, dans la mesure où l’on considère plutôt ce qui fait l’homogénéité des interlocuteurs ciblés, c’est-à-dire ce qu’ils partagent, plutôt que leurs différences et leur diversité5.

Les caractéristiques considérées comme pertinentes pour définir cet interlocuteur / public / lecteur type, dans la construction du dispositif, varient selon les contextes de communication (enseignement, médiation, recherche, revues spécialisées) : connaissances acquises, parcours, expériences vécues,  spécialisation disciplinaire, intérêts, etcetera.

Ce qui me paraît particulièrement intéressant est l’effet de cette prise en compte d’un autre, plus ou moins défini, lorsqu’elle n’est pas seulement un impératif théorique, sur la conception-même, par l’enseignant, le conférencier, le médiateur, etcetera, de son matériau, de son support, de son écrit. C’est-à-dire la manière dont cet autre est intégré au dispositif. Et dans le cadre des dispositifs intégrant des connaissances scientifiques, je m’intéresse particulièrement à l’effet de cette attention à l’interlocuteur sur la construction ou l’actualisation d’un rapport aux savoirs mobilisés chez l’enseignant, le conférencier, le médiateur, c’est-à-dire chez celui qui construit le dispositif, ou d’une certaine manière qu’il co-construit si l’on estime qu’il construit avec l’autre qu’il y intègre. Mais c’est une question que je développerai vraisemblablement dans d’autres billets, en lien avec l’exemple de l’intégration de métadiscours dans les situations d’enseignement.

Pour le dire autrement, et en généralisant un peu, je m’intéresse à l’effet de la prise en compte d’un interlocuteur conceptualisé/imaginé/intériorisé, dans la construction d’un dispositif de communication de et sur la science (c’est-à-dire intégrant tout à la fois des contenus scientifiques et un rapport à ces contenus), sur celui ou celle qui construit ce dispositif.

Croiser les regards sur son texte en cours d’écriture

Sans avoir nécessairement à conceptualiser un interlocuteur bien défini, la méthode présentée alors par Bertrand Labasse, consiste au premier niveau à partir de ce qui faisait le dénominateur commun des parties prenantes de la situation de communication, c’est-à-dire de viser une compréhension du texte pour quiconque parlant la même langue6.

Il se basait ainsi sur l’idée qu’il fallait être attentif à certains aspects du processus d’écriture/lecture au moment de l’écriture et lors des successives relectures du texte.

Ainsi, l’idée qu’il proposait était d’être en éveil, en alerte, vis-à-vis de tout ce qui pourrait nuire à :

  • la lisibilité graphique7 du texte (« legibility » en anglais) : c’est-à-dire ce qui fait que l’on peut lire
  • la lisibilité lexico-syntaxique du texte (ou « charge lexico syntaxique » ; voir la formule de Flesh et Gunning) : c’est-à-dire ce qui permet de lire sans un effort cognitif trop important (longueur des phrases, nombre de syllabes par mots, nombre de phrases par paragraphe, etc.)
  • l’intelligibilité du texte, sa logique, sa cohérence ;
  • la figurabilité du texte, c’est-à-dire ce qui permet au lecteur de « voir de quoi on lui parle »

    Schéma du cours de Bertrand Labasse

Document total en ligne (pdf)

Pour ensuite s’attacher à l’équilibre entre effort et effet cognitif pour le lecteur.

  • Effort cognitif, c’est-à-dire l’effort mobilisé pour traiter une information ;
  • Effet cognitif, c’est-à-dire ce que retire le lecteur de l’accès à l’information.

Bertrand Labasse s’appuie à ce niveau sur la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1992) :

« Les êtres humains cherchent automatiquement, dans toute leur activité cognitive, à obtenir la pertinence la plus grande possible, c’est-à-dire l’effet cognitif le plus grand, pour l’effort de traitement le plus faible. »

Sperber et Wilson (1992)

En regard, il proposait des méthodes, des outils conceptuels et des pratiques.

Ce qui m’avait paru alors particulièrement intéressant était l’idée de devoir prendre de la distance par rapport au texte, au moment même où on l’écrit, ce qui demande de travailler une sorte de gymnastique pour se mettre à distance « en temps réel » (le lire à distance, l’entendre en l’écrivant, etc). Celle-ci n’est pas facile à enclencher lorsque l’on a pris d’abord l’habitude de ne pas « entendre / comprendre » ce que l’on écrit ((voir à ce sujet la veille partagée de Marie-Anne Paveau)).

« L’écriture peut-elle être réflexive ? Peut-elle s’approprier elle-même en tant qu’écriture ou bien est-elle obligée, irrévocablement obligée, de passer par la lecture pour se repenser […] »

Baudouin Jurdant, « Écriture/lecture : questions sur la réflexivité« 

Les relectures, telles que je les avais apprises en tant qu’élève puis étudiante, m’amenaient plus à chasser les  fautes orthographiques et grammaticales qu’à imaginer la réception de mon texte sur un interlocuteur, en l’occurrence l’enseignant qui relirait ma copie, puisque c’en était alors le seul destinataire.

Il s’agit donc d’imaginer l’autre lisant au moment où l’on écrit. Et où l’on se relit.

L’astuce proposée par Bertrand Labasse, très imagée, de manière délibérée pour qu’elle soit marquante, était d’écrire toujours en s’accompagnant de deux personnages perchés (des « gnomes » ) respectivement sur les épaules droite et gauche.

Le premier nous interrompant à tout instant, « ne fait aucune déduction, n’a aucune mémoire de travail et ne comprend que ce qui est dit explicitement, à condition qu’il puisse se le représenter ».

Le second surenchérissant, à chaque phrase: « Et alors ? Qu’est-ce que j’en ai à faire, pourquoi tu me racontes ça ? »

Cette mise à distance du texte par sa soumission à des regards, que l’on adopterait successivement, en se décentrant pouvant (aussi ?) se faire, non pas au moment même de l’écriture, mais lors des relectures successives, axant celles-ci sur différents aspects des enjeux du texte (lisibilité, intelligibilité…).

Je retiens de cette proposition l’idée d’emprunter différents regards qui se poseraient sur le texte que j’écris, pour le rendre partageable, et pour désherber l’accès aux regards qui s’y poseront effectivement. D’une certaine manière, j’inscris ainsi la perspective particulière que je développe en écrivant, dans un prisme de multiples autres perspectives. Sans pouvoir les endosser toutes les unes après les autres, bien entendu, la dynamique ainsi amorcée présente l’intérêt de connecter la mienne à ces autres.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Faut-il toujours prendre en compte un interlocuteur, adopter d’autres regards ?

Il est entendu qu’un texte, pour peu que l’on souhaite qu’il soit lu, doit répondre aux critères minimums de lisibilité et d’intelligibilité  décrits plus haut.

En dehors de ces critères assurant qu’un texte n’existe pas que pour lui-même mais également pour un potentiel « autre », ou peut également souhaiter cibler plus particulièrement ses lecteurs.

Les écritures adressées sont ainsi particulièrement adaptées à certains contextes fréquents de la pratique de recherche : l’écriture d’articles, la préparation d’intervention, la construction de supports de présentation (Power point, Prezi, etc), construction de dispositifs de communication « grand public ».

C’est-à-dire dans tous les contextes où l’enjeu est dans une certaine mesure didactique (transmettre un certain nombre de concepts, idées, connaissances) et/ou conversationnel (la discussion est possible, souhaitée).

L’intégration d’une extériorité au discours que l’on construit peut constituer un frein. Notamment pour d’autres formes d’écritures, plus libres (au sens de moins normées, moins ancrées à un contexte défini par les interlocuteurs qui s’y trouvent) ou littéraires.

Ainsi, lorsque l’interlocuteur est difficile à saisir, à cerner, à incarner, la volonté ou l’impératif plus ou moins conscient de sa prise en compte peut devenir paralysante. L’interlocuteur se dérobe et l’écriture n’arrive pas à prendre de direction.

Le choix peut être alors d’écrire pour soi, pour construire une réflexion. Cette forme d’écriture, sans visée discursive, ne prévoit a priori pas de place à l’autre. Ce qui n’exclut pas pour autant que celui-ci la trouve, de gré ou de force.

Il est aussi des formes d’écritures, poétiques ou philosophiques, qui n’ont pas à prendre en compte le lecteur parce qu’elles touchent au sensible ou au métaphysique. Et les échos qu’y trouvera le lecteur s’ancreront dans son expérience, dans ses émotions, dans son vécu, indépendamment de qui il est, de ce qu’il fait et d’où il vient.

« Quant au lecteur, c’est la vieille histoire. J’ai quand même l’impression d’écrire pour le lecteur, sinon je l’aurais laissé dans mon tiroir, ce manuscrit, justement. Je souhaite mille lectures possibles et mille lectures différentes. Puisque l’on sait bien qu’une fois qu’on a écrit, et c’est bien cela l’intérêt, cela nous échappe totalement. »

Pierre Sauvanet, à propos de son ouvrage « L’Insu – Une pensée en suspens », dans l‘émission « Du Jour au lendemain » (France Culture) du 21 juillet 2012.

Écrire pour

Dans la plupart des situations d’écriture de mes pratiques de recherche, d’enseignement, ou de médiation scientifique,  j’écris pour quelqu’un, même si parfois ce quelqu’un n’est pas tout à fait identifié et simplement doté de certaines caractéristiques, ne serait-ce pour commencer que celle de ce que nous ne partageons pas comme évidences, comme « boîtes noires » qu’il faut donc réouvrir.

Je peux écrire pour

des collègues, de la même discipline, dont les objets de recherche et les méthodes sont différents des miens

des collègues de disciplines différentes

des étudiants, dont le parcours et l’expérience vécue sont différents des miens

des acteurs professionnels, qui travaillent dans des contextes différents du mien,

des acteurs sociaux dont les enjeux, vis-à-vis d’objets communs, sont différents des enjeux de recherche ou d’enseignement,

etc.

Ici même dans ce carnet de recherche, mes écrits ne sont pas toujours adressés aux mêmes lecteurs d’où peut provenir la difficulté à comprendre articulation des uns avec les autres. Celle-ci n’est autre que celle de mon parcours et du cheminement de mes réflexions au fil de mes recherches et enseignements, où je suis amenée à rencontrer différents types d’interlocuteurs et à discuter avec eux : étudiants, doctorant.e.s, chercheur.se.s en sciences expérimentales, chercheur.se.s en sciences humaines, enseignants, acteurs de la communication scientifiques, techniques et industriels, etc.

Je pourrais préciser à chaque billet à qui il s’adresse, mais je m’y refuse pour l’instant, pensant que l’interlocuteur imaginé n’est pas exclusif ni excluant, et que les points de convergences entre la perspective que je développe et l’intérêt des lecteurs ne peuvent être toujours anticipés. J’imagine ainsi favoriser les surprises de l’intérêt partagé inattendu.

Cette démarche est spécifique je crois au carnet de recherche ou au blog, dont la « ligne éditoriale » peut se permettre d’être mouvante et non fixée a priori, comme cela peut être le cas d’un journal ou d’une revue.

Je finis par m’adresser ici « aux lecteurs de ce carnet », visant avant tout à être lisible, intelligible. C’est dans le temps que la cohérence entre les billets peut émerger. Et chaque billet, inscrit dans un contexte général, celui du carnet, a aussi une vie propre, et ses lecteurs spécifiques.

Cette adresse à des lecteurs supposés, en soi, est une dynamique qui donne forme à la réflexion, qui donne un cadre et une direction tout à la fois, et qui rend possible dans ce carnet l’inscription, la matérialisation et l’élaboration de réflexions que je n’aurais pas inscrites de la même manière dans une forme écrite pour moi-même, ni pour des interlocuteurs plus précisément identifiés. Cette adresse un peu floue n’est pas toujours évidente pour l’écriture et la lecture puisqu’elle induit souvent l’arborescence du propos dans plusieurs directions à la fois. Mais elle est globalement motrice, car elle s’associe à un format, celui du billet numérique, qui cadre l’écriture suffisamment pour que des réflexions liées à mes pratiques d’enseignement, de recherche et de médiation s’inscrivent, sous l’impulsion d’une exigence de lisibilité, liée à l’écriture en ligne.

En écrivant ce billet, je considère donc le processus d’écriture et celui de l’adresse en même temps : qu’est-ce que je fais quand j’écris ? A qui est-ce que je m’adresse quand j’écris ? La forme est-elle ajustée ?

Est-ce que je m’adresse à quelqu’un quand je passe par l’écriture pour réfléchir sur la réflexivité, si ce n’est aux lecteurs eux-mêmes intéressés par la réflexivité ? Et pour préciser le contexte rendant possible l’écriture de ce billet : l’aurais-je écrit de cette manière si je n’avais pas eu par ailleurs des échanges dans le cadre du carnet collectif Les Espaces réflexifs ?

  • Séminaire

Le chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines (publication à venir), organisé en 2010 par Joëlle Le Marec, Yves Jeanneret et Baudouin Jurdant

  • Quelques ressources bibliographiques sur la prise en compte de l’interlocuteur (au sens large) dans diverses situations de communication et d’élaboration de discours, oraux ou écrits, intégrant l’autre, selon différents enjeux

[Exemple de la diversité des enjeux de la vulgarisation scientifique, par B. Jurdant.]

Boyer, J.-Y. (1992) La lisibilité, Revue française de pédagogie n°99, pp.5-14. Consulté le 6 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Giordan, A., Girault, Y. et Clément, P. (1994) Conceptions et connaissance, Peter Lang.

Giordan, A. (1996) – Les conceptions de l’apprenant : un tremplin pour l’apprentissage. Sciences humaines. Hors série. – Auxerre. – No 12, pp. 48-50

Giordan, A., Guichard, F. et Guichard, J. (2001) Des idées pour apprendre, Chapitre 5 – « Comment connaître et prendre en compte les apprenants ? ». Paris :  Z’éditions-Delagrave. pp.123-142

Jurdant, Baudouin (11 février 2012) “Écriture/lecture : questions sur la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 6 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/575

Labasse, B. (1999). La lisibilité rédactionnelle, Communication & langages n°121. Consulté le 4 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Labasse, B. (2001). La communication scientifiqueLogiques et méthodes. Chassieu : Pôle universitaire de Lyon

Labasse, B. (2004). Lisibilité et pertinence : ce que la psychologie cognitive peut apprendre à l’écriture de presse, Comité national pour le développement de l’information, vol.1, n°3. Consulté le 6 août 2012. URL : http://cndi.pressetech.org/EtudesdePresse3.pdf

Lapointe, Pascal (2008). Guide de vulgarisation – AU-delà de la découverte scientifique : la société. Québec : Éditions MultiMondes

Martinand, J.-L. et Guichard , J. (2000). Médiatique des sciences. Paris : PUF, collection “ éducation et de formation

Sperber, D., & Wilson, D. (1989) La Pertinence. Paris : Éditions de minuit.

  • Références

Flesh, R. (1948), A new readibility yardstick, Journal of Applied Psychology, 32, 221­233.

Sur la vulgarisation scientifique –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de retracer l’histoire des théories de la vulgarisation, et de comprendre l’évolution de ses discours et de ses pratiques. Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Sur le public –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de comprendre la notion de « public ». Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Analyse du discours et psychanalyse “Une approche du discours dans sa division et son inquiétude : le sujet, habité par l’Autre, ne sait pas ce qu’il dit” – Veille de Marie-Anne Paveau

  1. en tant que mouvement et processus à l’œuvre, et non en tant que résultat []
  2. je n’oublie que chacune des situations de communication évoquées ici présentent leurs spécificités, mais je fais le choix de considérer leur point commun, la prise en compte d’autrui, indépendamment des objectifs multiples et divers de chacune de ces situations []
  3. Voir l’ouvrage « Médiatique des sciences » []
  4. Voir l’ouvrage « Essais sur la théorie de la science » de M. Weber []
  5. à l’exception bien sûr des dispositifs d’enseignement et de médiation qui s’appuient justement, par l’interactivité, sur ce qui peut émerger de cette diversité []
  6. et non pas nécessairement le même langage, en particulier lorsqu’il s’agit d’un langage de spécialiste []
  7. cette qualification est de moi, pour différencier plus cette forme de lisibilité de la lisibilité lexico-syntaxique []

La vie réelle d’une doctorante 2.0 – Extrait

Billet publié en intégralité, le 1er juin 2012, sur le carnet de recherche « Ressources pour la thèse et au-delà »

Extrait

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

Lire la suite ->

Contenu du billet

La veille

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Pratiques de lecture

Twitter

Écriture collaborative

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Avez-vous des twitt-heures ?

Question du 5 janvier 2012 posée sur twitter


 

Cette question m’est semble-t-il arrivée par plusieurs chemins.

Le premier, deux lectures, celle du tweet de @klermor (12:34 AM – 5 Janv 12) et de @boris_urbas (12:08 PM – 4 Janv 12)

Puis une seconde, au détour d’un billet sur Les carnets du SID, intitulé Twitter, twimpact factor et citation d’où provient la citation suivante : « […] un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire ».

Depuis le temps que la twitt-réflexivité me chatouille, voici une première occasion que je saisis de l’expérimenter un peu.

Ces deux inscriptions font échos à des réflexions latentes ces derniers jours d’utilisation intensive de twitter1 : elles proviennent notamment des rendez-vous qui s’installent lorsque je passe des journées avec twitter en fond d’ordinateur ou sous forme de consultations régulières sur mon smartphone : je crois savoir, par exemple, qu’en ce moment @mapav8 pointe souvent le bout de son nez en fin de matinée et jusqu’à la fin de ma pause déjeuner, puis de nouveau en fin d’après-midi, tandis que @ndelavergne est plutôt du soir quand il relaye sa veille, même s’il fait quelques petites incursions en journée.

Pour d’autres utilisateurs de twitter présents sur ma TL (Time-Line), c’est plus difficile à dire, entre les flux tendus et les apparitions ponctuelles, cela pose quelques questions :

Quels usages faisons-nous de twitter ?

Et si nos twitt-heures avaient beaucoup à dire de la façon dont nous nous approprions twitter en tant qu’outil (personnel, professionnel, les deux mêlés, veille, mise en relation, discussion voire chat, etcetera) ?

Elles parlent en tout cas de nos inscriptions sur Twitter, beaucoup moins de nos modes de lectures.

Entre présence, lectures et écritures, avez-vous plutôt des tweet-heures, de tweet-jours, des tweet-envies ou des tweets-inspirations ?

Vos commentaires sont bien sûr comme toujours les bienvenus !

Quelques premières réponses reçues sur Twitter le 5 janvier 2012, face à mes interrogations (merci à tous !) :

 

 

 

 

  1. A l’inverse de @boris_urbas j’ai fait cette fois le choix de garder une activité sur twitter pendant la rédaction de ma thèse, ce qui n’avait pas été le cas de ma première période d’écriture intensive où j’avais à l’inverse ressenti le besoin de « couper » avec le numérique pour un temps, du fait de temporalités qui me semblaient incompatibles. []