Archives de catégorie : Réflexivités

Circulation des savoirs à l’ère du numérique – 1er jour

cc Mélodie Faury

 

L’Université d’été du Cléo « Circulation des savoirs à l’ère du numérique » a débuté hier à Marseille et peut être suivie en direct sur twitter. (Toutes les conférences sont filmées et seront mises en ligne)

Après un très bon accueil, nous (re)parcourons le programme de la journée et de la semaine, bien chargé, mais surtout prometteur.

Conférences introductives

L’ouverture du président de l’Université de Provence, J.-P. Caverni donne le ton.

Morceaux choisis :

« Le privé fait main basse sur la connaissance, or elle est un bien public. La démarche de revue.org est d’intérêt public. »

« Dans un monde [la recherche] où parfois il faut payer pour lire ce qu’on a écrit. Ceux qui écrivent se posent des questions. »

« Il n’y a pas de pensée qui ne soit associée à une pratique. Les chercheurs savent tous cela, c’est leur quotidien. »

« Le partage comme règle d’une communauté universitaire : un refus de la concurrence »

Jean-luc Pinol, directeur du TGE-Adonis, enchaîne et insiste sur la « nécessaire cohérence des acteurs du numérique » pour l’accès aux publications scientifiques, notamment pour le bon fonctionnement du portail Isidore, regroupant des ressources en sciences humaines et sociales.

Marin Dacos, nous présente à son tour la démarche de cette seconde édition de l’Université d’été et nous rappelle les 10 commandements de l’édition électronique ouverte proposée par le Cléo, ou ses principes de bases :

Être lisible

Être manipulable

Être indexable

Être cherchable

Être copiable et collable

Être annotable et inscriptible

Être citable et identifiable

Être décrit avec métadonnées

Être interopérable

Être en libre accès

cc OpenEdition (sur Flickr)
cc OpenEdition (sur Flickr)

Pour M. Dacos, la mise en œuvre de ces principes demande la mise en place d’un modèle économique nouveau, différent du modèle auteur-payeur (voir L’édition électronique, de M. Dacos et P. Mounier).

Pierre Mounier se charge ensuite des aspects pratiques de la journée, et nous retenons en ce début de journée un état d’esprit :

 » Il ne s’agit pas d’asséner des vérités mais déclencher des conversations  (notamment sur twitter) « 

« Le projet Unlibrary : les auteurs amplifiés », Chris Meade

Premier cours du matin en parallèle de : « Sociale, la lecture ? » par H. GuillaudSupport du cours en ligne

En quelques mots :

Chris Meade, directeur du think and do tank If:Book, explorant le futur du livre, nous offre une promenade et des rencontres en Unlibrary (bibliothèque « buissonnière »). Pour C. Meade, il n’y a plus de lieux spécifiquement dédiés à la lecture, elle est partout dans tous les espaces (métro, rue, etc.) avec l’arrivée des smartphones et autres tablettes, il parle même de « retour du livre » sous une autre forme certes, mais il s’agit toujours de lecture. Une lecture « mobile ».

« Pourquoi passer tant de temps à promouvoir l’usage de la « page écrite » alors que ce sont les mots que l’on aime ? » C. Meade

« Le livre n’est pas un objet, c’est une expérience » C. Mead

 » Amplified author & creative reader : blogging, tweeting, publishing, learning, conversing, illuminating, etc. »

Tweets de la conférence de Chris Meade

Atelier – Utiliser Lodel pour l’édition électronique de livres et de revues 1/2

cc OpenEdition (sur Flickr)

Animé par I.  Secondat de Montesquieu et S. Roulet

Objectifs de cet atelier : voir quelles sont toutes les étapes pour la mise en ligne d’une revue sur Lodel (utilisé par Revues.org)

En parallèle de :

Construire une veille thématique (S. Mercier, L. Bester); Tweets de l’atelier « Construire une veille thématique »

Maîtriser XML TEI pour l’édition ( D. Roux, P-Y. Buard, J-F. Rivière) ; 

OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques (J. -C. Peyssard, J.-B. Bertrand) ; Tweets associés à « OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques »

Valoriser le patrimoine scientifique en ligne (R. Maurel-Segala, Th. Mansier) ; Tweets associés à « Valoriser le patrimoine scientifique en ligne »

De la lecture numérique, M. Roland-Guill

cc OpenEdition (sur Flickr)

 

Tweets de l’exposé « De la lecture numérique »

En quelques mots :

M. Roland-Guill nous propose une « causerie », non pas sur les conditions de fabrication et d’utilisation du livre électronique, mais en déplaçant la problématique du côté de la lecture numérique, des modes de lecture qu’elle induit.

Parcourant et discutant différentes théories des médias, en partant notamment de celles de Nicolas Carr (« the message is the media »), il nous amène à considérer le livre comme un révélateur d’un état de la société (approche historique), la lecture comme un processus qui ne dépend pas tant des supports sur lesquels elle s’effectue que des intentions qui la motivent (information versus formation).

 

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Quelques éléments de contexte

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Continuer la lecture de Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Continuer la lecture de Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?