Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de thèse

Le 8 mars 2010 – Daniel est en 3ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien, ou avec un an de décalage. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse.

Le protocole d’entretien utilisé est une adaptation de celui construit par Joëlle Le Marec dans le cadre du projet AFSSET.

Référence : Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010

Je demande à l’étudiant.e en thèse de noter, dans un agenda ou sur le support de son choix, pendant une semaine, l’ensemble des situations de communication dans lesquelles il est impliqué, quelque en soit le médium (discussion formelle, informelle, courriers électroniques, téléphone, etc.). Le choix des communications que le doctorant ou la doctorante choisit de noter est en lui-même significatif de ce que celui-ci considère comme étant représentatif de son travail de recherche. Lors de l’entretien, le ou la doctorant.e commente son relevé de communication.

Prise de notes

Exemple de prise de note dans un agenda de l’une des doctorantes rencontrées en entretien.

La transcription qui suit est faite au plus proche du langage parlé de l’entretien. Les phrases n’ont pas été réécrite (grammaire notamment) ce qui rend parfois la lecture et la compréhension plus ardues.

Les lieux, les personnes et les sujets de recherche ont été anonymés.

MF- Donc tu as fait la semaine du 1er Mars … ?
DANIEL – C’était la semaine dernière en fait…

D’accord. Tu avais fait la semaine d’avant aussi…
– J’avais fait la semaine d’avant aussi, mais en fait… comme je te disais, j’étais resté souvent à la maison, pour rédiger des articles, donc, je me suis dis que c’était pas super intéressant. Voilà j’interagissais mais de temps en temps par mail, comme ça pour dire, j’en suis à tel point de l’article, ou des choses comme ça, donc je me suis dis que c’était pas… enfin je sais pas ce que tu cherches exactement, mais je me suis dis que c’était pas très pertinent quoi.

En fait, moi c’est toutes les situations où tu es amené à communiquer dans ton quotidien de thèse. Donc je sais pas, tu es toujours chez toi ou… ?
– Ça c’est plus représentatif quoi. Parce que là j’étais quasiment pas, j’étais au labo quoi, c’était une semaine classique.

D’accord. Bah comme ça, si jamais il y a des choses ou tu penses à des choses que t’as fait la semaine d’avant et que t’as pas fait cette semaine, n’hésite pas à me rajouter… si tu penses que c’est important…
– Ok.

Donc je te propose qu’on reprenne un peu jour par jour et puis tu m’expliques…
– D’accord. Ben… alors. Le lundi en fait tout le monde était en vacances la semaine d’avant. Sauf… une personne. Donc en fait quand on est arrivé le lundi, on a commencé à discuter, voilà les uns de ce qu’on avait fait pendant les vacances, mais ça ça t’intéresse pas, et puis, celle qu’était resté, donc c’était N., qui nous a raconté ce qui s’était passé au labo quoi. Donc bah les interactions entre les gens du labo, entre L. et puis les autres [rires]. Et puis… enfin des choses comme ça, enfin du matériel qui manquait, des choses classiques, quoi, enfin en gros qu’est-ce qui faut recommander pour qu’on puisse maniper dans de bonnes conditions rapidement quoi. Donc voilà. Après je sais pas si tu veux que je développe certains trucs, si c’est plutôt l’aspect scientifique… ou l’aspect [inaudible].

Tout ce que tu veux en fait, qui me permet de bien me rendre compte de ce qui se passe pour toi. Les situations dans lesquelles tu te trouves. Mais tu verras c’est pas [rires].
– Tout ce que je veux d’accord. Ce qui se passe. Bon donc voilà c’était ça, tout ce qui s’est passé au labo pendant qu’on était pas là. Oui, parce qu’en fait… c’est ce que tu me disais, c’était la semaine d’avant, mais la semaine d’avant j’étais en vacances. C’était la semaine encore d’avant où j’étais quand même surtout… enfin surtout chez moi.

Donc là ça vous permet de reprendre un peu…
– Oui, de reprendre un peu contact, avec ce qui s’est passé, etcetera. Donc voilà. Donc ensuite pendant les déjeuners en fait, toute l’équipe mange, sauf la chef. Et en fait on discute… enfin ça dépend en fait… là j’aurais pu marquer ce qu’on avait discuté exactement ce jour-là, mais en gros au déjeuner on peut discuter ben soit des articles qu’on est en train d’écrire, soit des articles que des collègues du domaine ont écrit, qui ont été publiés, on dit ce qu’on en pense, soit pas du tout, des discussions qui ont rien à voir quoi. J’essaye de relier avec l’aspect scientifique [rires]. Et il y a pas mal de discussions, enfin… comment dire ? Ce que j’appellerai un peu potin, tu vois, des discussions dans ce genre-là, potins du labo, voilà, qu’est-ce qui s’est passé dans telle autre équipe, parce qu’en plus là il y a eu la visite, je sais pas, si tu toi connaître l’AERES, qui vérifie, enfin qui vient contrôler les labos. Donc la visite de l’AERES, on a eu plein de discussions à ce sujet-là.

Et l’équipe c’est qui alors ?
– Donc l’équipe, ben il y a M., maître de conf, il y a T. qui est CR1, il y a N., qui est assistante ingénieure, C. qui est ingénieur recherche. Et puis bah… il y a des fois S. qui est post-doc, des fois  N. qui est doctorant. Et puis voilà quoi.

Pourquoi des fois… ?
– Parce qu’en fait, ils viennent pas toujours manger avec nous [rires].

Ah d’accord !
– Des fois ils vont manger, avec leur femme ou, souvent leur femme d’ailleurs, ou avec d’autres gens quoi. Donc ils mangent pas toujours avec nous.

Donc ça c’est l’équipe avec laquelle tu travailles.
– Donc ça c’est l’équipe avec laquelle je travaille. Et puis dans l’équipe il y a aussi la chef, mais elle vient jamais manger avec nous, et elle et sujet de discussions aussi [rires]. Donc c’est pour ça que voilà, elle vient pas manger avec nous non plus.

Parce qu’elle le sait ?
– Bah en fait, elle a essayé de venir manger avec nous une fois. Et en fait elle nous avait quasiment obligés, en gros elle avait dit « Ouais ! on a qu’à aller manger ensemble ce midi ! ». Donc on y était allé mais donc du coup, on mangeait comme ça [mime tête baissée], il y avait des gros blancs pendant des minutes et des minutes. Donc elle a compris qu’il fallait pas revenir, et elle est pas revenue [rires]. Donc voilà [rires]. Parce qu’en fait on l’aime pas trop. Voilà, bon. Alors ensuite… ensuite donc… on revient au labo. Alors je sais pas… est-ce qu’il faut qu’on dise que les trucs professionnels, ou par exemple… voilà, alors [rires] quand on revient de déjeuner, souvent on fait des mots fléchés avec T. et N., voilà [rires]. Donc ensuite on regarde nos mails. Et comme moi je suis responsable de la réunions d’équipe, j’envoie un mail le lundi après-midi pour, enfin d’abord je vais voir la chef, D., pour lui demander « Oui, la réunion d’équipe de demain, c’est ça qui était prévu, est-ce que on fait toujours ça, est-ce que t’es toujours d’accord, est-ce que tu vois d’autres choses à mettre à l’ordre du jour ? », et une fois que j’ai fait ce… ce petit test avec D., j’envoie un mail à toute l’équipe en disant « voilà, demain la réunion d’équipe aura lieu, il se passera ci, il se passera ça, c’est telle personne qui parlera », voilà, donc je présente un peu ce qui sera à l’ordre du jour le lendemain.

T’es chargé de la réunion d’équipe, de l’organiser ou… ?
– Ouais enfin tu sais c’est juste envoyer le mail, de voir les personnes qui sont concernées, ou je réserve la salle, enfin je vais voir B. qui réserve la salle, et j’amène le vidéoprojecteur s’il y a besoin du vidéoprojecteur. Voilà. Ensuite qu’est-ce que j’ai fait ? Alors ensuite, je vais revoir la chef, donc D., pour discuter… en fait… en fait j’avais commencé à rédiger des articles, en disant « voilà je rédige des articles », mais… parce que, il faut que les choses sont bien carrée, parce qu’en fait… ça va être important que je te précise ça maintenant, en fait je suis en co-direction, j’ai deux directeurs de thèse, donc j’en ai un qui est à Telle Ville, et j’ai D. qui est ici quoi. Donc avec celui qui est à Telle Ville, je communique surtout par mail, et puis… de temps en temps, une fois par mois, ou deux fois par mois, je vais à Telle Ville et je vais discuter directement avec lui. Voilà et puis j’en profite pour faire des manips en même temps, voilà.

Tu restes longtemps quand tu vas … ?
– Non, c’est deux trois jours, je reste rarement plus longtemps quoi.

Et ça se décide comme ça… ?
– Bah en fait c’est surtout, c’est en fonction des manips, quand j’ai un truc à faire à Telle Ville… j’en profite, enfin voilà je dis à mon directeur de Telle Ville «  j’aimerais venir tel jour, et on pourrait en profiter pour discuter de telle chose ou telle chose.» Et il me dit, « oui, moi je serai là, donc c’est bon, je te réserve mon jeudi après-midi pour discuter, et puis le reste du temps tu peux maniper quoi. » Donc on s’organise un peu comme ça.

Parce qu’il y a des manips que tu peux faire que là-bas ?
– Ouais, il y a des manips que je peux faire que là-bas.

Parce qu’ils ont quoi, ils ont le matériel… ?
– Ouais en fait, je fais toutes les… en fait…je fais… c’est une espèce de grosse manip, je fais toute la première partie ici, et puis la lecture des données en fait, j’accumule des données et puis à la fin je les lis, et l’appareil pour les lire il est là-bas, c’est un séquenceur que j’utilise, que j’ai calibré depuis le début de mon master, donc j’utilise toujours le même. Donc je reste sur celui-là. Donc la fin je peux la faire que là-bas quoi. Donc [inaudible].

T’avais fait ton stage de master à Telle Ville ?
– Ouais, ouais, j’avais fait mon stage de master à Telle Ville. Donc voilà. Et puis donc avec Q., c’est mon directeur de Telle Ville, je communique surtout par mail, et puis les rares fois où, enfin les rares fois, les fois où j’y vais, et avec D., c’est un peu quand je passe dans le couloir entre le labo où je manip et puis le bureau, souvent je me fais alpaguer « oh Daniel ! », c’est comme ça que ça marche, ou par mail quoi, quand on est un peu fâchés.

Et c’est quoi le genre de discussions alors que vous avez ?
– Bah en fait… Alors avec Q., mon directeur de Telle Ville, c’est des discussions scientifiques, sur voilà, « j’en suis là, il me reste ci et ça à faire, qu’est-ce que tu verrais d’autre, qu’est-ce que je pourrais faire ? comment je vais pouvoir analyser ces trucs-là ? », enfin voilà, c’est un peu déterminer où j’en suis et puis ce que je vais faire quoi, pour être le plus efficace possible. Et puis, bon avec D., c’est plus… c’est plus flou quoi. C’est, c’est quand elle a envie de discuter « ah tiens, t’as fait une PCR, envoie-moi les résultats de la PCR », c’est je suis pas, en fait je suis moins guidé quoi, voilà Donc ici, c’est plus des discussions sur les collaborations, sur les missions, des choses plus logistiques, enfin comment dire, les bêtises qu’il faut pas faire en fait. C’est, elle me dit ce qu’il ne faut pas que je fasse. [rires] Voilà.

Ce que t’appelles missions, c’est… ?
– Par exemple, quand je vais quelque part en mission, par exemple je vais à Tel Labo dans Telle Autre Ville, pour prendre des morceaux de Telle Espèce sur les spécimens du musée, eh ben, voilà, il faut que je passe voir D. pour lui dire, que je vais contacter le musée, ensuite je contacte le musée, ensuite je vais voir D. pour lui dire, « je vais faire une convention avec le musée », je fais la convention avec le musée, ensuite, je vais voir D. pour lui dire, « oui, je vais sans doute y aller à cette période-là », et voilà. En fait je suis obligé de passer par elle, sinon voilà j’ai des problèmes [rires], c’est-à-dire en fait c’est un goulot d’étranglement, c’est une voie hiérarchique obligatoire quoi.

D’accord, tu le vis comme une contrainte quoi ?
– En fait c’est chiant quoi [rires] parce que y’a plein de choses, enfin du coup elle perd plein de temps à s’occuper de choses, qu’on est capable de faire tout seul quoi, donc voilà. On est obligé de le faire parce que sinon on a des bâtons dans les roues, mais on le fait, voilà. Donc à chaque fois qu’il y a une procédure vers l’extérieur, il faut que elle soit au courant.

Et t’as déjà eu des problèmes parce que tu dis… ?
– Ah ouais, ouais. Dès que je fais un truc de travers, je me fais ramasser [en chuchotant]. Par exemple j’ai pas le droit théoriquement d’envoyer des mails sans qu’elle soit en copie, des mails à des collaborateurs, sans qu’elle soit en copie. Alors que je le fais, enfin quand j’étais à Telle Ville je le faisais librement. Et puis je l’ai fait pendant une grande partie de ma thèse jusqu’à ce que ça commence à me souler, et maintenant je le fais systématiquement. Parce qu’au début de ma thèse, je le faisais, enfin j’envoyais des mails directement et ça posait pas de problème, enfin, tant que les personnes de l’autre côté ne m’envoyaient pas un mail pour me poser une question en mettant D. en copie, parce que là ça posait problème. [rires]

D’accord, parce qu’elle se rendait compte…
– Parce que du coup, ils laissaient le mail d’avant et elle se rendait compte que j’avais envoyé un mail sans la mettre en copie et elle me tombait dessus.

Et pourquoi en fait, qu’est-ce qui s’est, c’est quoi qui pose problème, t’as… ?
– Elle veut tout contrôler c’est tout. Enfin c’est mon interprétation, mais c’est l’impression que tout le monde a plus ou moins, il faut qu’elle soit au courant quoi. En fait c’est même pas des fois pour… faire chier, c’est juste… pour qu’elle soit au courant. En fait tu pourrais écrire n’importe quoi dans un mail, des fois je suis sûre qu’elle les ouvre pas, c’est juste voilà, la forme, il faut respecter la hiérarchie, donc maintenant on respecte la hiérarchie. Voilà, donc voilà. Donc c’est assez lourd, voilà, du coup ça retarde pas mal certaines discussions importantes parce que, enfin moi j’ai une retenue à discuter avec elle, parce que justement, je sais que ça va être chiant quoi. Donc il y a des choses que je repousse jusqu’à ce que je ne puisse plus repousser quoi.

Du genre, par exemple ?
– Bah donc par exemple les articles et puis le plan de ma thèse. En fait j’ai des articles que j’ai commencé à écrire depuis longtemps, et le plan de ma thèse je l’ai depuis longtemps, mais j’en ai discuté avec mon directeur de Telle Ville, qui est ouvert, mais avec ma chef ici, moins. Donc là je suis allé la voir pour prendre un rendez-vous, pour lui dire que j’avais commencé à rédiger des articles, et que j’avais commencé à écrire un plan de thèse, et que je voulais son avis, parce que c’est cette procédure-là qu’il faut suivre, donc voilà, et donc on a pris rendez-vous, vendredi de la semaine dernière et puis mardi, demain, pour discuter de ces sujets-là précisément. Parce que voilà, on est juste à côté, mais on prend rendez-vous pour la semaine d’après quoi. Voilà. Sinon, ensuite, qu’est-ce qui s’était passé le lundi ? Voilà il y a eu un mail de C., donc l’ingénieur de la plate-forme, qui nous [inaudible] a qu’il y avait une maintenance le lendemain, donc qu’on pouvait pas maniper. Ça c’est, enfin des mails intra-équipe, qui sont assez communs quoi, enfin dès qu’on a un souci, on communique avec le mail. Donc voilà. Vas-y…

Non, non, mais en fait vous êtes tous dans le même… ?
– En fait on a trois bureaux, donc il y a… Il y a un bureau avec M., N., donc le thésard, et puis c’est tout. Et puis il y a le bureau de D.e où elle est toute seule, donc la chef, et puis tous les autres sont dans mon bureau. Donc il y a moi, N., T., C. et G.. Donc voilà.

Et l’ambiance est sympa dans le bureau entre vous ?
– Ouais c’est vachement sympa, en fait… comment dire, comment on pourrait dire ça ? en fait on est assez soudés dans l’équipe parce que, voilà. Et on est assez désol…, désolidarisés de la chef. Donc c’est assez particulier, je sais pas si c’est, voilà dans notre labo c’est comme ça, donc voilà, on s’entend très bien, et puis… on dis…, on est assez solidaires quand on a un souci, ce qui est assez fréquent, on en discute et puis on essaye de voir comment on pourrait le résoudre quoi. Donc la moitié des soucis proviennent des manips, voilà il y a un truc qui foire, qu’est-ce qui a pas marché, voilà, et puis le reste des soucis vient des interactions avec la chef.

D’accord. Donc ça vous prend quand même beaucoup de temps…
– Ouais ça prend beaucoup de temps, ouais. Donc c’est assez lourd, enfin, l’impression que j’ai c’est que… en fait ça… ça nous gâche une partie du temps qu’on aurait pu utiliser à discuter de choses plus pertinente enfin, par exemple… enfin la moitié des déjeuners par exemple à midi, on discute des problèmes qu’il y a avec la chef quoi, donc c’est un peu toujours la même chose qu’on ressasse quoi, mais bon voilà, c’est comme ça quoi.

Tout le monde n’a pas une co-tutelle, enfin t’es… ?
– Non. Non, non il n’y a que moi qui ait une co-tutelle.

Parce que du coup t’interagis pas mal avec ton autre directeur de thèse… ?
– Ouais, j’interagis pas mal avec mon autre directeur de thèse, mais les autres, le labo de Telle Ville, les gens de là-bas, je les connais pas trop trop quoi. Voilà, je les connais un peu mais… je connaissais un des thésards qui était avec moi en master, enfin qui était en thèse pendant que j’étais en master, donc du coup, jusqu’à la fin de sa thèse voilà on interagissait pas, mais sinon le reste du labo là-bas je le connais pas trop quoi. Voilà.

D’accord. Donc sur ton sujet tes principaux interlocuteurs ça va être qui du coup ?
– Eh ben, ça va être mon directeur de Telle Ville et puis ça va être M. et T. en fait. Voilà.

Vous avez tous des sujets proches ?
– En fait moi je travaille sur l’ADN ancien de poissons. A Telle Ville, Q. il est très fort en Tel Sujet, ici on est très fort en Tel Autre Sujet. Donc avec Q. c’est surtout Tel Sujet, et avec T. et M., c’est surtout Tel Autre Sujet. Donc, je pioche un peu là où je peux.

Comment ça se fait, enfin comment t’es arrivé dans celui de Telle Ville et puis après comment t’es venu ici… ?
– En fait depuis le départ c’était une collabo entre les deux, entre les deux labos quoi. J’étais en premier stage de M2, et voilà je m’ennuyais dans le laboratoire où j’étais, voilà j’étais allé voir D., ici, et elle m’a dit, donc « je te propose, tu peux faire un stage sur Tel Sujet, ou sur Tel Autre Sujet et ce sera en collaboration avec Telle Ville ». Donc je lui ai dis « ben voilà ce sera Tel Autre Sujet avec Telle Ville », donc voilà, je suis allé faire un stage de 6 mois, le deuxième stage de master, à Telle Ville, je suis venu trois semaines pendant ce master là, pour regarder comment marchait Tel Autre Sujet ici, et puis ensuite en thèse, je suis venu surtout ici parce que c’est surtout sur Tel Autre Sujet que je travaille, et je suis resté en contact avec Telle Ville, parce que pour Tel Sujet c’est indispensable aussi quoi.

Et ton premier stage, pourquoi, c’était quoi ?
– C’était à Tel Endroit, sur de la modélisation, ça me faisait chier quoi.

Pourquoi, c’est quoi qui t’ennuyait en fait ?
– Bah la modélisation. En fait ça m’intéressait en soi, je veux dire, les sorties de modélisation, ça m’intéressait de les interpréter, mais modéliser moi-même, ça ne m’intéressait pas du tout. Donc il a fallu que j’essaye moi-même, enfin que je tâte, pour me rendre compte qu’il me fallait du travail à la paillasse, sinon je m’ennuyais quoi. Donc voilà, c’est comme ça que je m’en suis rendu compte. [rires]

Donc c’est pour ça que tu as orienté ensuite tes recherches…
– Voilà donc ensuite je suis allé sur un truc, je voulais faire de l’évolution, surtout pour l’évolution, et puis travailler à la paillasse, je suis venu ici quoi.

(…)

Et tu savais depuis le début que tu voulais travailler sur l’évolution ?
– Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi, tout ce qui est relation, évolution, des trucs comme ça.

Tu sais depuis quand ça à peu près ?
– Depuis le début du master, même fin de la licence quoi. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là, j’ai fait un truc sur Tel Sujet, ensuite j’ai fait un truc sur Tel Autre Sujet, et ensuite j’ai travaillé sur, enfin c’est celui où je me suis trompé sur la modélisation de Telle Espèce, et ensuite voilà je suis revenu, je suis venu ici, quoi.

Donc voilà, donc le mardi. Donc on avait commencé la journée, parce qu’en fait M.était en vacances jusqu’au lundi, en fait il était en vacances la semaine d’avant et jusqu’au lundi, et donc quand il est arrivé on a commencé par, ah oui t’as pas mal d’interactions au café aussi, où t’as M. qui arrive dans le bureau qui dit « qui veut un café ? », et donc là on part au café. Même si on boit pas de café. Parce que voilà. Moi je bois pas de café mais je l’acc… [rires] je les accompagne quand même, et donc là, il y a M. qui est arrivé qui dit « ah voilà, on va boire un café » et donc là c’était, comme M. il part en fait du labo, on a discuté de ça, de ce qu’il allait faire ensuite, des travaux qu’il allait… commencer et puis des interactions qu’il avait déjà avec les membres de son nouveau labo quoi. Parce qu’il commence, enfin comment dire, il finit de travailler ici, et puis en même temps, sur son temps libre, il fait déjà des analyses pour le labo suivant quoi, le labo où il va. Donc voilà, on a discuté de ça. Ensuite, qu’est-ce que j’ai fait ? Ensuite c’est Q., mon directeur de Telle Ville, qui m’a envoyé des articles. Voilà, parce que la semaine d’avant je lui avais demandé des articles par mail, parce qu’ici j’arrivais pas à les avoir. Et c’est des articles sur Tel Sujet, donc je lui avais envoyé un mail en disant « oui, par Telle Université comme vous travaillez sur les poissons vous allez pouvoir les avoir », donc il me les a envoyés. Et puis il m’a envoyé, je lui avais demandé de m’envoyer des morceaux de Telle Espèce, des échantillons, et donc en même temps, il me disait qu’il les avait envoyés quoi. Donc ensuite il y avait la réunion d’équipe, donc de 10 à 11, et là, comment ça se passe concrètement ? Bah on arrive tous. On commence à discuter, on met le vidéoprojecteur en marche, c’est T.qui était sensée parler de son travail sur Telles Espèces, donc… voilà. On commence à discuter entre nous, mais en fait la chef était pas arrivée donc on l’attend pendant un quart d’heure, elle arrive et puis ensuite T. parle, elle fait un exposé d’un quart d’heure sur Telle Espèce, et puis on discute classiquement sur son sujet quoi. On pose des questions, sur les analyses etcetera, comment on pourrait les faire, enfin en fait, c’est surtout M. et T. qui discutaient, et puis nous on met notre petit grain de sel quand on repère un truc qui nous interpelle quoi.

Et ça se passe régulièrement les réunions d’équipe ?
– Bah c’est toutes les semaines le mardi à 10 heures quoi.

D’accord.
– Enfin a priori. C’est comme ça que ça se passe. Et puis après concrètement il y a D. qui a quelque chose une semaine sur deux le mardi matin et donc on est obligé de la déplacer ou de la supprimer. Et donc c’est pour ça que le lundi généralement je vais la voir pour si le lundi vraiment il y a une réunion, ou pas. Donc voilà. Ensuite, qu’est-ce qui s’est passé ? Donc ensuite j’ai discuté avec N., enfin voilà, comme je suis à la fin de ma thèse, je suis surtout en phase de rédaction, enfin maintenant j’analyse et je rédige, donc je fais beaucoup moins de manips, et donc du coup N., qui est assistante ingénieure, elle travaille avec moi, et elle fait des analyses avec moi quoi. Et donc on a eu pas mal de discussions, en particulier la semaine dernière… où on, on détermine en fait, je sais pas, disons que j’ai encore 10 échantillons, dont il faut que j’extraie l’ADN et qu’il faut que j’analyse, ben je dis « voilà N., moi je m’occupe de ces trois-là, toi tu t’occupes de ces cinq-là et puis telle autre personne s’occupera des autres », et puis « il faut faire telle PCR sur tel échantillon », etcetera, donc on fait un peu de logistique, enfin pas de logistique, mais on fait des planning des manips qu’elle doit, qu’elle doit faire. Donc on a fait ça après la réunion d’équipe.

Donc du coup, parce qu’il y a plusieurs personnes qui t’aident là pour la fin de ta thèse ?
– Ouais. Enfin c’est surtout N., et puis C. qui est l’ingénieur de la plate-forme sur laquelle on travaille. Qui… ouais qui fait des manips aussi pour moi. En fait… il s’ennuie [rires]. Donc il demande aux autres personnes du labo, si elles ont pas des choses à faire. Donc ben moi j’ai plein de choses à faire [rires], donc je lui en file.

Là t’as beaucoup de choses à finaliser ?
– Ouais, il y a pas mal de choses à finaliser quoi. Bah il y a les articles que j’ai déjà écrit, et pour lesquels je me rends compte, bah voilà qu’il faudrait que je fasse ce petit truc en plus. Et puis il y a des articles que… qui sont en préparation, et que… pour lesquels il faut que je finisse d’accumuler plein de données quoi. Donc en ce moment c’est assez… bourrinage au niveau manips.

Et comment ça se passe justement pour la rédaction d’un article… ?
– Alors comment ça se passe ? Alors théoriquement [rires], théoriquement c’est facile, mais concrètement en fait… alors pour la rédaction des articles… bon, il y a des problèmes entre mes deux directeurs de thèse, parce qu’en fait ils veulent tous être dernier auteur, enfin ils veulent tous les deux être dernier auteur, forcément, et… du coup, il y a des discussions, sur comment on… on sépare, bah toutes les données que j’ai accumulées, comment on les cloisonne pour faire des articles indépendants quoi. Donc ben… la politique de mon directeur de Telle Ville, c’est plus on essaye de faire pas mal d’articles, enfin dès qu’il y a un truc qui se tient on fait un article, on publie. Et puis voilà, c’est fait. Et puis la politique d’ici, du labo d’ici, c’est plus on accumule un gros jeu de données, et puis on fait un gros papier donc voilà. On pourrait en faire deux ou trois petits quoi. Et donc les deux sont pas d’accord. Donc évidemment il y a des interactions assez, enfin moi j’intera…, j’interviens pas. Je les laisse discuter tous les deux. Et bon, moi je donne mon avis, mais bon c’est pas moi qui aurais le dernier mot de toute façon. [rires] Donc concrètement comment ça s’est passé, j’ai, lors de mon dernier comité de thèse… j’avais fait une espèce de bilan de toutes les données que j’avais, et puis j’avais fait une partie valorisation, où j’avais dis, « ben voilà ce que je compte faire. J’aimerais faire un article sur tel truc. Un autre article sur tel truc, où je mettrais ci, ça et ça », et donc voilà, et donc à la suite de ça, ils ont discuté, enfin le comité de thèse à discuté, et c’était resté flou pour moi. C’est-à-dire qu’il y avait pas de consensus quoi. Moi j’avais mon idée, mon directeur de Telle Ville était d’accord avec moi. Et puis ici, ils étaient pas d’accord avec moi, et puis il y a pas eu de consensus qui… est ressorti. Donc en fait quand j’ai rédigé les articles ensuite, je me suis dis « ben, on me dit rien, je fais comme je l’entends, de toute façon sinon il va rien se passer quoi ». Donc j’ai commencé à rédiger comme je le sentais moi, et puis voilà, je viens en référer ensuite… [rires] ici pour voir si ça convient quoi.

Donc tu lui amène enfin l’épreuve finale, enfin la rédaction finale ?
– Ouais, je l’ai prévenu que je rédigeais des articles, que c’était sur ci et ça. Elle a fait « ouais, ouais », donc voilà, j’ai considéré que « ouais, ouais » ça voulait dire « ouais continue, vas-y. Et donc voilà, je les ai rédigés comme je le sentais quoi. Donc il se trouve que les premiers c’est ceux qui posaient le moins de problèmes, donc le « ouais, ouais », je pense que ce sera bon, mais pour la suite je vais ré…, je vais faire pareil en fait, je vais rédiger comme je le sens, parce que de toute façon c’est moi qui vais rédiger, et puis je leur demanderai d’apporter leurs corrections, s’ils ont une correction à apporter quoi.

Tu rédiges tout seul alors… ?
– Ouais.  Je rédige tout seul, et puis, si j’ai besoin d’un conseil je demande à T. ou à M., et puis pour les révisions, je fais surtout confiance à Q., voilà, mon directeur de Telle Ville. Voilà. Parce qu’en fait…[rires] bah elle ça va compter pour du beurre quoi [rires].

C’est vraiment pour la forme que tu… ?
– Ouais. Si, il y aura des corrections quoi, mais bon. C’est pas les corrections les plus pertinentes que je vais avoir quoi. Ce sera pas forcément hyper utile. Mais bon, il faut de toute façon que j’y passe, ce sera obligatoire. C’est logique aussi, enfin je veux dire, les manips je les ai fait ici, donc je conteste pas le fait que tout doit passer par là, mais [rires] le souci c’est que quand j’envoie, bah là [montre ces notes], cet article-là, donc Q. m’a envoyé des questions à 17h et m’a renvoyé des corrections à 18h30, en fait je lui avais envoyé, je l’avais envoyé le dimanche quoi. Donc mon directeur de Telle Ville il est super réactif, il va super vite, il est super efficace quoi. Donc voilà, et en fait, là j’ai toujours pas les corrections de cet article-là de la part de D. ici. Donc voilà, c’est ce problème de timing, qui fait que j’ai des petits soucis des fois [rires]. Donc pour la suite, voilà. Je vais adopter une stratégie, « stratégie dead-line » [rires]. Parce que sinon, je pense que ça marchera pas quoi.

Ça consiste en quoi la « stratégie dead-line » alors ?
– Bah je dirais, en fait le mieux ce serait que, enfin, je vais écrire à Q., pour lui dire que ce serait bien qu’il lui envoie un mail en disant « si à telle date on a pas les corrections de toutes les personnes, c’est pas grave, on soumet quand même l’article ». Donc ça se fait comme ça. Et si c’est moi qui le fais, ça marchera pas. Parce qu’en fait, sa stratégie, c’est qu’elle va venir dans le bureau et puis elle va me dire « ah ouais, non mais de qui, c’est pas un thésard qui va poser des dead-lines gnagnagni gnagnagna, j’ai pas que ça à faire gnagnagni gnagnagna », et au final, voilà elle va me dire qu’elle me l’a dit, que la dead-line ça tient pas, donc ça sert à rien quoi. Donc il faut que ce soit quelqu’un qui soit d’égal à elle pour que ça ait du poids quoi. Donc voilà.

Et là, sur ces articles-là, le dernier auteur il a été défini ou pas ?
– Sur les premiers ouais. Sur le premier ce sera mon directeur de Telle Ville, sur le deuxième, ce sera ma directrice d’ici. C’est ça que je, enfin, la stratégie de faire plein d’article ce sera assez positif, dans le sens où ils seront tous les deux contents [rires], donc je pense que c’est ce qui va être adopté, parce que si on faisait voilà que deux ou trois gros articles, le truc c’est que, ben il y aurait forcément quelqu’un qui se ferait un petit peu avoir, enfin pas avoir, mais qui se sentirait un peu lésé par rapport à l’autre, donc du coup, plus j’en fais, et plus je me dis que, il y aura moins de soucis quoi. Donc voilà.

Et quand tu parlais de retours pertinents, c’est quoi alors un retour pertinent, qu’est-ce qui t’es utile ?
– Et ben, c’est… des questions sur… l’enchaînement logique de mes parties, enfin, parce que bon moi j’écris mais… enfin c’est ma logique à moi quoi, donc j’attends de voir si ça paraît logique aussi aux autres. Donc un retour pertinent c’est « bon, la discussion est bien construite », ou « telle partie de la discussion, je la trouve pas top, est-ce que tu voudrais pas la fusionner avec telle partie de l’introduction, ça me paraît assez redondant, déplace la là », ou « bah en discussion, pourquoi tu parles de ci, mais tu parles pas de ça, c’est bizarre parce que dans le matériel et méthodes on a l’impression que tu vas en parler et puis t’en parles pas », tu vois, enfin c’est des choses dans ce goût-là quoi. Donc voilà, c’est ça pour moi [rires], c’est un truc qui me fait avancer quoi. Voilà.

Donc ça c’est par mail avec…
– Par mail avec Q., et puis je vais aussi demander sans doute à M. et à T., de m’aider à corriger quoi. Voilà. Donc pour ces articles-là. Pour la suite alors, donc là on était mardi. Donc avec N. pour les manips, ensuite c’est Q. qui me renvoie… donc c’est, il me pose des questions sur l’article que je lui avais envoyé dimanche, donc ça c’est des trucs qu’il avait pas compris, c’est pas vraiment des corrections, c’est plus, « voilà je comprends pas ce que tu as écris dans tel tableau, explique-moi quoi ». Voilà. Et puis ensuite, il m’avait envoyé la correction, donc là ça m’a pris tout le, ça m’a pris tout le mardi soir ensuite pour faire les corrections quoi.

Du coup tu travailles aussi le week-end sur tes rédactions… ?
– Oui, aussi. [rires] Le soir et le week-end aussi pas mal. Parce que, je sais pas si, ouais si je peux le dire aussi là, parce qu’en fait… je pourrais rédiger ici, mais j’y arrive, parce que dans le bureau, on est cinq, et j’arrive pas à rester concentré, c’est pas possible de rester concentré quoi. Je suis sur mon ordinateur en train d’écrire un paragraphe, et puis, il y a quelqu’un qui rentre dans le labo, qui, enfin typiquement, M. ouvre la porte, et puis il sort une grosse blague vaseuse, tout le monde se met à rigoler et puis voilà, on… il nous dit « oh, on va boire un café », on boit un café, et du coup j’avance pas quoi. Donc quand je rédige, je rédige plutôt à la maison quoi. Et ici, je pose plutôt des questions, sur telle figure, enfin je pose des questions quoi. Là j’arrive pas, j’arrive pas à rédiger, à faire des trucs posés, enfin, travailler longtemps ici c’est, j’y arrive pas, donc voilà. C’est pour ça que la semaine d’avant j’étais beaucoup chez moi aussi.

Oui, donc maintenant en fait tu, quand t’as besoin de longues plages pour rédiger, tu vas…
– Oui, je suis plutôt chez moi, quoi.

Et elle a commencé quand ta phase de rédaction ?
– En fait j’ai commencé en novembre parce que… au début je voulais soutenir en juillet et tout le monde me disait « ah ! il faut commencer tôt, il faut commencer tôt », donc j’avais commencé tout doucement en novembre, j’avais fait un espèce de petit plan, voilà juste pour me rassurer et j’avais commencé à rédiger un article. Mais voilà, c’est resté sans vraiment progresser jusqu’en janvier quoi. Et c’est en janvier que j’ai vraiment commencé à rédiger, donc là, bon j’ai rédigé, c’est un grand mots, à former les idées qui m’aideront à rédiger quoi. Donc pour l’instant, là j’ai juste un article de rédigé, un deuxième qui est bien avancé on va dire, et puis, pour la thèse, j’ai un plan assez détaillé quoi. Donc c’est pas vraiment rédigé mais j’ai la trace qui va me permettre d’aller v…, enfin d’aller plus rapidement que si je partais de zéro quoi.

Tu parlais de ton comité de thèse là tout à l’heure, c’est qui ton … ?
– Alors, mon comité de thèse… bah ça a varié en fait suivant les années, mais le dernier comité de thèse, bah il y avait mes deux directeurs de thèse, logique, et puis il y avait un représentant de l’école doctorale de Telle Ville, qui est… il doit être professeur, professeur il travaille sur Tel Sujet, et puis, il y avait… un ingénieur aussi qui travaille sur Tel Sujet. Et puis il y avait aussi une collaboratrice archéologue qui devait venir, et qui en fait n’est pas venue. Parce que elle s’est disputée, enfin les relations sont assez tendues avec ma chef ici, donc… je, voilà on sait pas vraiment pourquoi elle est pas venue, officiellement, c’est parce qu’elle avait beaucoup de travail, mais officieusement, c’est parce qu’elle avait pas envie de nous voir quoi. Nous voir, et particulièrement voir ma chef, voilà [rires]. Donc c’est sympa.

Et ça se passe comment, devant le comité de thèse tu dois… ?
– Alors le comité de thèse, en gros pendant une demi-heure tu fais une présentation de, voilà, bilan des résultats, etcetera, et pour la suite c’est le comité de thèse qui discute, qui pose des questions, et qui est sensé donner un avis sur l’avancement de la thèse, est-ce que ça se passe bien, est-ce qu’il aura fini à la fin de sa troisième année, est-ce que il est dans un élément qui est positif pour lui, est-ce qu’il apprend des choses partout, enfin dans tout son labo, enfin voilà. Et donc là, en fait c’était assez, enfin comment dire ? C’est ce que je disais tout à l’heure, on a discuté des articles, donc il y avait les idées de Telle Ville, donc les idées de mon directeur de Telle Ville, les idées de ma directrice ici, et puis… ils étaient indépendants en fait les autres de Telle Ville, mais ils ont pas été considérés comme indépendants par la chef ici, mais comme parti pris pro-Telle Ville, donc en fait il y a pas eu de discussion, parce que c’était « de toute façon ils sont pas neutres, ils n’apportent rien à la discussion, c’est, c’est Q. qui les a briefés deux minutes avant », quoi. Donc c’était pas super pertinent comme discussion [rires] mais donc c’est obligatoire pour se réinscrire, donc on le fait. Donc voilà. Donc ça, ça s’est passé comme ça.

Et tu disais, au début je voulais soutenir en juillet, c’est que… ?
– Ouais, alors en fait… bah l’objectif… c’était de partir assez vite [rires], assez vite, finir le plus tôt possible, au moins, parce que je pense que je vais prendre mon poste en fait dans le secondaire en septembre, donc il y a de fortes chances quand septembre je ne puisse plus rien faire sur ma thèse, enfin, je me dis que j’aurai pas le temps. Donc au départ, je m’étais dis, « je vais soutenir en juillet, comme ça je me prends deux mois de vacances », mais en fait ça sera pas possible, parce que ça a pas mal trainé, il y a des choses qui ne sont pas allé aussi vite que je pensais, en particulier la rédaction et puis des discussions qui sont, qui avancent à deux à l’heure, donc finalement, je pense que je soutiendrai plus à la Toussaint, pendant les vacances de la Toussaint. Mais je devrais avoir fini tout… en juillet-août quoi. Parce que de toute façon je ne ferai rien à partir de septembre. Je l’ai dis clairement.

Et t’as plus envie de continuer dans la recherche alors ?
– Bah si si, mais c’est juste que là je voulais absolument être sûr que je sois parti en septembre quoi, que je reste pas plus longtemps, parce qu’ici il y a une histoire de tout le monde fait une quatrième année, enfin tout le monde, il y a de fortes chances que, enfin la majorité des thésards précédents ont fait quatre ans quoi, mais bon moi ça m’apporte rien, je vais rien apprendre de plus si je reste une quatrième année, donc moi c’est pas intéressant, donc j’ai décidé que je resterai pas une quatrième année quoi. C’est pour ça aussi que je bourrine pour avoir fini quoi.

Mais du coup là, si tu prends ton poste, tu vas plus faire de recherche ?
– Ouais. En effet, mais [rires]… Je vais faire, enfin, en gros je vais prendre mon poste, et puis ça me permettra de prendre du recul, parce qu’en fait là, je suis un peu dégouté de la recherche, parce que j’ai pas une expérience très positive avec le labo ici, et puis, avec les collaborateurs en fait, on est tombé sur des collaborateurs un peu, enfin, je veux pas généraliser, mais je pense que c’est des cas particuliers, et ils ont été assez chiants, et du coup, bon là j’ai pas une très bonne image, donc je pense que je vais prendre une année où je vais faire autre chose, et puis je verrai donc entre cette autre chose, donc cet enseignement, pur enseignement secondaire, et puis enseignement-recherche, ou que recherche, ce qui me plaît le plus quoi. Mais il faut que je prenne le recul parce que là je… je pourrais pas décider, je peux pas décider maintenant quoi, si je décidais maintenant, je me dirais, « bon bah je vais faire que de la recherche, enfin, je vais faire que de l’enseignement après quoi ».

Ouais. Il s’est passé quoi avec ces collaborations qui t’a comme ça… ?
– Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie [dit un peu étouffé comme à chaque fois que ramène propos ou conception de sa directrice de thèse], et il y a des collaborateurs qui aiment bien discuter, enfin avoir une relation particulière avec les gens avec qui ils inter…, enfin avec les gens avec qui ils travaillent quoi, et donc en fait ils se sont, enfin les collaborateurs ils sont pas stupides, ils se rendent compte… de qui, enfin avec qui discuter, avec qui c’est plus intéressant, attends c’est bête ce que je dis, bon bah ils se rendent compte qu’il y a des gens avec qui c’est intéressant de discuter, et puis des gens c’est pas intéressant [rires]. Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. Donc du coup, ben c’était un peu biaisé ma relation avec les collaborateurs, parce que j’écrivais, toujours en mettant ma chef en copie, et, enfin c’était pas du tout la même chose quoi. C’était juste, voilà, et en plus je pouvais pas dire grand chose en fait. En gros je disais « on a des résultats, mais on peut pas vous les donner tout de suite, on vous les donnera, quand ce sera sous instance de publication ». Tu vois, c’est des trucs dans ce genre-là. Donc du coup les collaborateurs ils ont été un peu échaudés, et puis ils se sont un peu énervés, enfin, et puis j’étais un peu entre les deux, enfin, en gros je me fais engueuler par la chef, parce que je discute avec les collaborateurs librement, et ensuite, quand j’essaye de, enfin de faire un peu comme elle me dit, je me fais engueuler par les collaborateurs quoi. Parce qu’en gros ils considèrent que je suis pas assez indépendant et que je suis trop attaché à la chef, enfin attaché, que je respecte trop, enfin pas respecté, mais que voilà, c’est moi qui collabore avec eux, et que on a à avoir une relation particulière quoi. Donc voilà et puis du coup ça c’est pas super bien passé avec tout le monde, donc voilà, c’est sous cet aspect-là que ça m’a pas trop plus quoi.

T’étais pris entre deux trucs…
– Ouais voilà, j’étais pris entre deux eaux quoi. Je pouvais pas faire, enfin voilà, je pouvais pas faire grand chose, il y a un moment où [rires] j’ai continué à interagir comme avant, [baisse le ton] mais sans le dire à la chef, alors qu’elle m’avait qu’il fallait absolument que voilà, et donc là il y a une fois où elle a du, enfin, il y a eu un mail comme ça où le collaborateur a répondu en la mettant en copie, et là je me suis fait [rires] ramasser. Et comme, ma chef c’est aussi [en chuchotant presque] la femme de W. [rires], j’ai eu le droit à des visites chez W., des trucs comme ça quoi.

Ah ouais, c’est carrément…
– Donc c’était, c’est, enfin tu vois c’est juste pour montrer, faire les gros yeux quoi, voilà c’est chiant quoi. Donc voilà. Donc [en chuchotant] les relations étaient particulières.

Ça, ça t’as quand même… enfin voilà marqué quoi ?
– Ouais ça m’a assez refroidi quoi [rires]. Même si je me suis dis tu vois le laboratoire à Telle Ville, ça se passe très bien, lui il me laissait faire ce que je voulais, sur les articles en fait je pourrais choisir, enfin je choisis qui c’est que je mets, enfin qui c’est que je rajoute, si je trouve qu’ils ont fait des choses pertinentes, que je trouve pertinentes, mais bon, le problème c’est que ici c’est pas la politique qui est suivie, donc c’est assez, c’est assez délicat en fait à gérer la situation entre deux politiques différentes quoi. Parce qu’il y en a un qui joue l’ouverture et puis qui est complètement, voilà qui interagit avec le plus de monde possible, quitte à des fois avoir un souci, enfin je veux dire, il y a des fois ça se retourne contre lui quoi, mais dans le tas, comme il a plein de collaborations, c’est plutôt positif, et puis ici, où attention, les extérieurs c’est un danger, il faut faire attention, bon bien sûr, les collaborateurs proches, on peut discuter, mais voilà, il faut quand même rester prudent quoi. Voilà, donc entre les deux, je pouvais pas vraiment choisir parce que sinon [rires] j’avais un souci. Donc si j’ai choisi au niveau, moi j’ai choisi moi, enfin comment je voulais faire concrètement, mais je peux pas l’appliquer pour l’instant quoi, donc j’attends la suite.

Ouais, c’est-à-dire si jamais tu reprenais un travail de recherche ce serait dans un labo qui partagerait plus… ?
– Ouais voilà, je ferais plus attention quoi. Quand je choisis. Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec T. et M., mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. Donc voilà.

Ça c’est une truc qui a pas du tout été dit par les étudiants que tu aurais pu croiser du labo… ?
– En fait… on s’est, non. En fait je sais pas comment ça se passe vraiment mais, par exemple quand j’étais venu les trois semaines, quand j’étais à Telle Ville pour mon stage de master, j’étais venu trois semaines ici pour faire Tel Sujet. Et bah, en fait… je m’en suis rendu compte après, parce qu’on a reçu nous-mêmes des stagiaires, et le truc qu’on faisait, enfin, qui se décidait dans le labo, c’était qu’ils se fassent leur idée par eux-mêmes quoi. On allait pas les influencer en leur disant, voilà en détruisant l’image de la chef tout de suite. Donc on laissait un peu le temps passer, on regardait les interactions se faire, et puis ils arrivaient au bout de trois semaines en disant, enfin au bout d’un moment en disant, « mais… ça se passe pas bien et c’est quoi le problème ? », et on leur disait, « bah voilà », on en discutait, mais il y avait toujours cette phase-là et moi le problème c’est que cette phase-là je l’ai eue, j’étais déjà ici en thèse donc.

Ouais voilà c’est ça, t’étais parti pour un moment…
– Donc après il faut s’y faire. J’étais dedans j’étais dedans quoi. Et enfin je veux dire, sinon, si on fait abstraction de ce truc qui pose problème, sinon ça se passe très bien, enfin je veux dire, je fais les manips que je veux plus ou moins et puis,  les, enfin c’est enrichissant les discussions, c’est vachement intéressant, il y a juste un… petit problème.

Par rapport aux vécus des autres stages…
– Ouais.

Est-ce qu’il y en a d’autres où tu te sentais mieux, par rapport à ce que toi tu avais envie de faire, une façon de travailler ou… ?
– Bah les autres ça me plaisait bien, enfin c’était… c’était comme mon directeur de Telle Ville maintenant, enfin c’était assez libre quoi. C’était voilà, l’objectif c’est de répondre à telle question, et puis voilà, pour répondre à telle question on va essayer de faire telle ou telle manip, et puis on réfléchit à comment on va faire les manips, on fait les manips, « ah ça pas donné exactement le bon résultat », c’était, voilà on a une question à poser, on va voir le collègue qui est à côté pour lui poser des questions, enfin c’était, c’était plus, on était plus libre quoi. Et puis on ressentait, je ressentais moins la pesanteur de la hiérarchie quoi. Mais bon c’était aussi que dans les stages d’avant, j’avais peut-être moins d’interactions avec l’extérieur aussi quoi. Les stages de licence et de master 1 on a quand même moins… enfin voilà, il y a des fois où t’arrive à écrire un article, ça aboutit à un article, mais, c’est plus du travail, à la paillasse, où tu interagis avec une personne qui est directement responsable de toi… qui… a un grand chef, a un autre chef, et puis tu vas voir le grand chef qu’une fois de temps en temps, mais c’est rare que l’on demande au petit stagiaire de licence ou de master de discuter avec les collaborateurs d’une autre université, d’ailleurs quoi. Donc ces problèmes-là peut-être qu’ils auraient existé, mais je les ai pas vu quoi, je les ai pas vus. Et puis les thésards qui étaient dans ces labos-là, m’avaient pas l’air d’avoir ces problèmes-là. Ils avaient l’air de gérer plus ou moins tout seul ce qu’ils avaient à faire.

Voilà. Donc, tu veux qu’on, on reprend ?

Ouais ouais on peut…
– Alors là on était le mardi soir. Donc le mardi soir, donc là j’ai répondu à Q., mon directeur de Telle Ville, ces questions sur mon article, et puis je lui ai dis que je faisais les corrections le plus tôt possible, etcetera. Ensuite le mercredi… là on a discuté avec T., parce qu’elle est responsable de l’envoi des séquences, donc ça c’était une question de logistique, on avait un nouveau code, donc on a discuté du nouveau code, de la procédure à suivre pour bénéficier des réductions, et puis on, s’en est suivi une discussion sur, en général, l’envoi des séquences, enfin voilà on fait… on fait séquencer nos produits de PCR par une boîte donc on a discuté de ça. Ensuite…

Donc elle, c’est elle qui est chargée d’envoyer toutes les séquences de tout le monde… ?
– Voilà elle est chargée… En fait elle est, bah dans le labo, chacun est responsable, enfin chacun a une responsabilité, donc moi par exemple je suis chargé des interactions avec Telle Entreprise, c’est l’entreprise qui nous fournit le marqueur de taille, c’est pas une énorme responsabilité, et puis responsabilité des machines aussi, donc je suis responsable de Telle Machine, et puis de la réunion d’équipe. Et puis les autres personnes ils ont des autres responsabilités, donc par exemple T. est responsable des interactions avec cette entreprise-là, donc dès qu’on a un problème on dit, « T., j’ai un problème avec les séquence que j’ai envoyée, est-ce que tu peux leur demander ci et ça », voilà. Et puis chacun a ses responsabilités comme ça, donc c’est assez cloisonné, enfin pas cloisonné, mais réparti, chacun à ses responsabilités.

C’est réparti comment, enfin, comment ça se passe justement ?
– C’est la chef qui dit, à un moment, on sait pas trop pourquoi, genre quand je vais partir, il va y avoir une réunion d’équipe où elle va dire « ah bah Daniel est parti, il était responsable des réunions d’équipe et puis de Telle Machine et de la [inaudible] de Telle Entreprise. Bon bah C. tu vas être responsable de la réunion d’équipe, T. Telle Entreprise et N. de l’autre truc. » Voilà, il y a pas de concertation, c’est comme ça. Voilà. Et puis ensuite qu’est-ce qui s’est passé ? Donc là j’ai réinteragis avec N. et C. sur Telle Espèce. Donc répartition des tâches, parce qu’en fait, on est tous les trois à maniper sur le même sujet, enfin sur mon sujet en fait, donc… c’est moi qui gère, enfin, qui centralise plutôt que qui gère, donc je centralise… pour qu’on se marche pas sur les pieds, enfin, pour qu’on fasse pas des choses redondantes, parce que C., lui il… il aime bien extraire, donc il extrait beaucoup d’ADN, et ensuite on fait des PCR, mais pour éviter que moi je fasse beaucoup de PCR, que N. a déjà faite, et ben voilà on se coordonne et je donne une ligne directrice à chacun, je dis « C. toi tu extrait, N. tu fais une PCR sur ces échantillons, moi je fais une extraction sur ces échantillons, je fais une PCR sur ces échantillons, j’analyse les séquences à la fin, et puis on en discutera tous ensemble à la fin », voilà, comme ça, c’est clair dès le départ, et chacun sait où il va. Et a priori ça se passe plutôt bien. Donc voilà, donc là il y a eu discussion là-dessus. Et puis ensuite, je suis rentré à la maison je crois le mercredi après-midi pour travailler, sur mes articles. Voilà, le jeudi j’ai discuté avec T., jeudi matin, de la stratégie de publication des articles. Puisqu’en fait, ben je les avais écrit, mais je savais pas trop à quelle revue les envoyer, des questions comme ça quoi. Où c’est qu’on va le publier et puis comment gérer l’ordre des auteurs des trucs comme ça. Puisque ça pose problème souvent. Voilà. On a discuté de ça. J’avais lu un article, sur l’ours polaire, qui était paru le week-end précédent, donc j’ai envoyé un mail d’équipe pour prévenir tout le monde, bon des fois qu’ils soient pas au courant. Et ensuite on en a discuté, ceux qui l’avaient pas vu, enfin tu vois, on en revient toujours aux mêmes choses tu vois, on envoie des trucs comme ça, et à une pause café, on dit « ah, oui au fait la publication sur les momies égyptiennes là, Toutankhamon et sa famille machin », « ah,  la publication sur l’ours blanc truc bidule », on discute, on a discuté au café. Voilà. Là j’ai pas fait grand chose d’autre, parce que j’ai du maniper, j’ai du maniper pas mal. Vendredi aussi j’ai maniper sur la plate-forme, donc là je voyais personne quoi.

C’est quoi la plate-forme ?
– C’est… ben, c’est… c’est une zone confinée en fait, on travaille sur… sur Tel Sujet en fait. C’est une salle blanche, où… on est assez isolée, il y a une surpression, on est obligés de mettre cinquante tonnes de protection, et on… on est chacun dans une pièce, enfin, on est rarement plusieurs dans la même pièce quoi. Et donc on passe beaucoup de temps là-bas, parce que toutes nos manips (…) ça peut se faire que là-bas, pour éviter les contaminations etcetera, et donc… donc on le fait là-bas quoi, ça nous prend pas mal de temps, on y reste pas mal de temps.

Donc tu sais que quand tu as une journée de manips, tu sais que tu vas pas voir beaucoup de monde en fait ?
– Ouais, ouais, ouais. Alors il y a des jours, là je sais pas, je suis pas dans la période standard de manipulation (…). Donc si, dans ces semaines-là standard, il se peut qu’il y a des jours où je vois personne parce que, ou que je vois des gens que à midi en fait. J’arrive à 8h, ou 8h30, les gens sont pas encore arrivés, j’imprime une feuille de route, je vais sur la plate-forme, j’y reste jusqu’à 11h30, je lance ma manip, ensuite je vais manger, et puis l’après-midi, soit je retourne sur la plate-forme, soit je fais des manips ici dans l’Autre Labo, enfin, il y a des jours où on discute quasiment pas quoi, sauf le midi. Mais là en ce moment c’est moins le cas quoi, c’est moins le cas.

A part les réunions d’équipe, en fait les discussions c’est souvent informel… ?
– Ouais, c’est souvent dans le bureau, je suis en train d’écrire un truc, d’écrire un mail ou quelque chose, je reçois un mail, et ouais je me retourne vers T. qui est sur ma droite, ou je vais voir M. qui est dans son bureau, ouais c’est plus informel, on fait rarement des réunions pour dire « tiens on va discuter de ça quoi ». Parce qu’en fait on est juste à côté donc, autant en discuter quand l’idée nous vient quoi. Donc voilà, c’est comme ça que ça se passe en général. Sauf avec la chef qui veut absolument, enfin qui prend des rendez-vous, parce qu’on discute pas de façon informelle. Sauf sur des broutilles, sur « ah, bah t’as eu des bandes sur ton gel », super [rires]. Voilà [rires]. Donc voilà, donc c’est comme ça que les interactions se font avec la chef.

Ok, donc le vendredi, qu’est-ce qui s’est passé ? Donc là j’ai eu une espèce de relance de mon chef de Telle Ville, parce qu’en fait je lui avais dit le mardi, que j’allais faire les corrections le plus vite possible, donc là il m’a écrit pour me dire qu’il attendait les corrections de l’article 1 et qu’il était impatient d’avoir l’article 2. Donc c’était pour me dire [rires] « bouge toi ». Donc voilà. Je lui ai dis, je lui ai répondu que j’attendais encore des résultats, et qu’il fallait de toute façon que… qu’il y ait D. qui lise, qui lise mes articles pour que j’incorpore ses corrections, pour faire un deuxième, une deuxième, un deuxième tour de correction quoi. Ensuite, on a eu la réunion avec D. sur les articles, où on a discuté de ce qui était dedans. Alors en fait, ce qui était dedans, je l’avais déjà mis dedans puisque je l’avais déjà écrit. Et puis on a discuté… en fait je lui ai expliqué ce qu’il y avait dans l’article, parce qu’elle savait pas complètement vraiment ce qu’il y avait dedans. Parce qu’en fait, souvent, enfin, au début peu, mais vu que… c’était chiant, mes communications sont limitées avec elle, donc en fait j’avance les manips tout seul, en interagissant avec T., M. et Q. Et de temps en temps je vais faire le point avec D., je lui explique ce que j’ai fait, et en général, enfin ça pose pas de problème, enfin… il faut juste que, pour ne pas que j’ai de problème en fait, il faut juste que je lui dise ce que je vais faire, enfin, ce que je vais faire de façon assez floue quoi, j’ai pas besoin de lui dire des trucs très précis, et puis ensuite je viens présenter mes résultats, et si j’ai fait trois fois plus que ce que j’ai dis mais que c’était dans la même direction, en fait ça pose pas de problème quoi. Il faut juste, il faut juste la prévenir quoi. Donc là c’était bon, l’article 1 « j’ai écris ça dedans », « ça sert à ci, ça sert à ça », « est-ce que tu pourrais lire », quoi. Parce qu’elle avait pas encore lu. Donc… en fait elle attendait que je lui explique ce qu’il y avait dedans pour le lire apparemment. Donc là, elle devrait lire incessamment sous peu.

Donc vous avez rendez-vous demain… ?
– Donc demain, c’est sur les autres articles, et sur le plan de la thèse. Donc… voilà, on en discutera demain. Et pour l’article 2, on a discuté de l’article 2 aussi, et donc là lui il est en cours de rédaction… donc… elle m’a dit surtout de… où c’est qu’on va le placer, enfin où c’est qu’elle voudrait le placer, et ce qu’il faudrait rajouter pour qu’il soit mieux, et quelles figures je pourrais faire. Donc voilà, en gros c’était ça. Donc c’était intéressant, je veux dire, c’est constructif dans le sens où… voilà je… ça me permet d’avancer aussi quoi. Mais ça m’aide pas complètement, c’est moi qui vais faire les figures, enfin voilà. [rires]. Donc là, ça a duré une heure et demi un truc comme ça, et ça s’est passé, ça s’est bien passé. Par rapport à ce que ça a pu être dans le passé. Donc là c’était une bonne réunion assez constructive, et ensuite… ensuite j’ai eu une réponse de… d’un mail que j’avais envoyé la semaine d’avant… j’avais contacté le muséum de Telle Ville, donc là je l’avais contacté par mon directeur de thèse, et… c’était au sujet de l’article 2, donc celui-là, l’article 2. En fait je leur ai demandé de faire des photos, parce que j’avais certaines données que j’avais pris en note, lorsque je les avais vu, j’étais venu les voir à Telle Ville, au muséum, et je leur avais demandé de refaire des photos sur certains spécimens, que j’avais pas bien observés et pour lesquelles j’avais des données manquantes quoi. Donc là ils m’ont répondu, ils m’ont répondu vendredi, voilà. Et puis le samedi, samedi j’ai interagis avec personne d’humain quoi, de face à face, j’étais tout seul.

T’es venu ici ?
– Ouais je suis venu ici quand même. Enfin si j’ai vu des gens mais… remarque si, j’ai interagis avec des géologues [rires], mais ils étaient juste venus, parce qu’en fait ils viennent des fois faire des manips dans notre labo-là. Et là ils étaient venus faire une centri, enfin c’était juste une question technique quoi, ils voulaient faire une centri à plus de 25000 g, et ils m’ont demandé si on avait une centri qui faisait plus de 25 000 g, je leur ai dis que non. [rires] Donc c’était la seule interaction avec des gens concrètement que j’ai eu. Sinon j’ai envoyé un mail au muséum de Telle Autre Ville, pour leur, pour l’article 2 toujours, pour en fait clarifier la liste des échantillons qui seront inclus dans cet article-là. Et en fait, je le formate… comme… ce sera présenté dans l’article et je leur demande de vérifier qu’il n’y ait pas d’erreur, que ça leur convient quoi. Donc voilà. Et puis là j’ai discuté avec Q. sur les articles pour gérer… pour gérer les problèmes avec la directrice d’ici. Donc voilà.

D’accord. Donc en fait tu lui confie un peu aussi les soucis que t’as… ?
– Ah oui, oui, oui. Ah oui, oui. Ouais parce que sinon, c’est un peu, ce serait pas, c’est pas possible quoi.

Et qu’est-ce qui va faire que par exemple là tu viens plutôt travailler ici, que chez toi ?
– Bah là c’est que j’ai des manips à faire aussi. Donc dès que j’ai des manips à faire je viens au labo pour la journée. Là je vais partir dans pas longtemps mais… ouais dès que j’ai une manip en fait, ça me prend pas mal de temps, j’ai des PCR qui sont super longues, donc je les lance le matin et je suis obligé de rester la journée. Voilà.

Et oui, qu’est-ce qui fait que c’est une semaine classique alors, tu m’as dit que c’est une semaine classique ?
– Bah alors une semaine classique, dans le sens ou bah je suis venu au labo déjà. Où j’ai fait des manips classiques, jeudi et vendredi, j’ai fait des fractions, et puis c’était lundi et mardi, j’ai fait des PCR quoi, donc c’est ce que j’ai fait pendant la majorité de ma thèse quoi.

D’accord, des manips un peu en routine ?
– Ouais, c’est des manips, c’est toujours la même chose qu’on fait, juste c’est … les échantillons qui changent quoi. Donc c’était… ça c’était typique, et je veux dire pour les relations, il n’y a rien eu de spécial, il y avait pas de grosse réunion, des discussions du café, de midi, tout le monde était là, enfin c’était typique dans le sens où… la majorité des semaines de l’année se déroulent comme ça quoi.