Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?

La science avec les mains : et si on étudiait la peau de saucisson ?

C’est la saison des oraux blancs de TIPE (Travaux d’Intérêt Personnel Encadrés) pour les élèves en classe préparatoire Agro-Véto.  Cette année le thème de « surface » devait les inspirer pour imaginer un sujet d’étude et une problématique à traiter par la mise en œuvre de protocoles expérimentaux.

Un groupe d’élèves se penche sur la peau de saucisson, en tant qu’interface, avec en tête la question suivante : quelles sont les propriétés du boyau de porc qui justifient qu’on le choisisse ainsi pour la maturation et le conditionnement de nos chers compagnons de pique-nique ?

On amène le sujet, on pose la problématique, et on annonce le plan, puis on détaille les protocoles expérimentaux, les résultats et on discute de leur  interprétation. Pas de doute la recette « OHERIC » (Observation – Hypothèses – Expériences – Résultats – Interprétation – Conclusion) est intégrée et maîtrisée.

Mais après avoir comparé la diffusion de l’eau contenue dans le mélange de viande dont est constitué le saucisson à travers le boyau, en regard de la diffusion de l’eau de cette même viande à travers un collant (?), voici que ce groupe conclue en toute simplicité : « Le boyau est donc perméable à l’eau ».

Exit le questionnement initial, exit le potentiel de l’expérimentation.

Et me voilà projetée en sixième, je revis mon premier contact avec la biologie comme discipline…

Nous finissons notre premier chapitre de Sciences Nat’, après avoir noirci plusieurs pages de cahiers d’observations brutes, avec l’application scolaire héritée de la primaire, nous touchons au but… la conclusion !

Et quelle conclusion !

Cl chap1 : le poisson nage.

Second chapitre, seconde conclusion :

le criquet saute.

Est-il besoin de vous dire que je n’ai appris que beaucoup plus tard à aimer la biologie ?

Quand et comment apprend-on que problématiser donne toute sa dimension et son intérêt au raisonnement scientifique ? Quand et comment passe-t-on de la science comme recette descriptive à la science comme démarche efficace pour répondre à certaines de nos questions sur les phénomènes ?

La science : un système de valeurs ?

Sur le site de l’émission « Recherche en cours », je vous invite à écouter l’enregistrement de l’entretien intitulé « Quand la science recolle les morceaux », réalisé auprès de Leïla Peirié  et Livio Riboli-Sasco, rondement mené par David Dumoulin et Jean-Marc Galan, ainsi qu’à lire les commentaires associés. Extrait…

Sur la page d’accueil du site de l’association Paris-Montagne

Livio et Leïla, qui m’excuseront je crois de discuter ici de leur intervention, comme point de départ à une discussion sur les relations entre sciences et valeurs, y présentent leurs travaux de recherche respectifs, ainsi que des initiatives de médiation scientifique engagées au sein de l’association Paris-Montagne. Sur le site, il est ainsi indiqué en guise de présentation : « L’arrière pensée est claire : derrière les contenus scientifiques faire passer les valeurs positives véhiculées par la science. »

Mais voilà que je ne peux m’empêcher de me demander : la science véhicule-t-elle des valeurs positives en elle-même ? Peut-on dire que la science est un « système de valeurs » ? En cela, je rejoindrais le commentaire de Ed, sur le fond non sur la forme, quand il se demande comment concilier réalité d’une pratique et un certain idéal de la science : ces valeurs que l’on projette sur la science, comment faire quand on ne les rencontre pas dans son quotidien ? Faut-il en prendre son parti ou peut-on se démener pour les y réinjecter ? S’agit-il d’un discours utopiste ? La science est-elle, peut-elle ou encore doit-elle[1] être le lieu d’existence de valeurs (pas nécessairement positives d’ailleurs…) ?

Que la science puisse être un lieu de projection de valeurs, voilà qui n’est pas nouveau, mais très intéressant. On peut effectivement penser la science et ce que la science devrait être dans l’idéal, en lien avec une certaine conception de la société, mais « science » rime-t-il par exemple avec « démocratie » dans les faits? Là encore entre idéal et réalité…

D’où nous vient alors cette idée que la science pourrait être porteuse de valeurs ? La question mérite d’être posée de la relation effective et souhaitable, toujours dans une certaine conception de la société, entre sciences et valeurs (voir par exemple les questions posées aux participants de Pari d’avenir 2008, et le  séminaire Sciences, Technologie et Valeurs coordonné par Bernadette Bensaude-Vincent d’octobre 2009 à janvier 2010).

Pour Ian Hacking, « ce qui donne aux sciences une valeur intrinsèque […] (est) le fait que nous assistons à ce qui nous rend proprement humains, ces talents ou facultés dont chacun est cultivé par un style de raisonnement scientifique distinct, durable, et en même temps entièrement historique. »[2]. Pourtant, dans la discussion qui nous occupe, ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais bien de ce que chacun projette comme valeurs (extrinsèques ?) dans la science.

Il y aurait je pense une différence fondamentale à faire entre science et médiation scientifique. Il semble que nous ayons chacun notre propre définition de la science, parfois fédérée autour d’un idéal commun, souvent empreinte de nos valeurs, et en tout cas issue de notre histoire individuelle et collective, de notre culture, voire de notre posture dans le « champ scientifique »[3]. Ainsi pour Bourdieu « lorsqu’on est jeune, -c’est de la sociologie de la science élémentaire-, on a, toutes choses égales par ailleurs, moins de capital, et aussi moins de compétence, et on est donc incliné, presque par définition, à se poser en s’opposant aux plus anciens, donc à porter un regard critique sur leurs travaux. »[3]. Dans l’émission qui nous sert de point de départ, la pratique de la science comme « remise en cause permanente de ses paradigmes » est l’image de la possibilité et des effets concrets, dans la médiation scientifique, d’une projection d’un idéal « révolutionnaire » sur une science qui peut dans ce cadre se permettre de jouer le caméléon, changeant au gré de ceux qui se l’approprient.

Qu’en est-il dans la pratique de recherche ?


[1] L’idée de « non-empiètement des magistères » développée par S.J. Gould, dans son livre Et Dieu dit : « Que Darwin soit ! », pourrait ici nous être utile.

[2] Hacking I., « Vrai », les valeurs et les sciences, Actes de la recherche en sciences sociales 2002/2, 141, p.13-20.

[3] Bourdieu Pierre, 2001. Science de la science et réflexivité. Paris : Editions Raisons d’agir.

Les controverses scientifiques pour comprendre la recherche ?

L’étude des contro­ver­ses scien­ti­fi­ques, au cœur des pra­ti­ques des cher­cheurs, permet de com­pren­dre com­ment la science fonc­tionne, les jeux d’acteurs qu’elle met en mou­ve­ment. Ne sépa­rant pas les contex­tes de pro­duc­tion des conte­nus et savoirs scien­ti­fi­ques qui émergent dans la recher­che scien­ti­fi­que, elle apporte une vision com­plète de ce que signi­fie « faire de la science ».

Les contro­ver­ses scien­ti­fi­ques sont ainsi une entrée pri­vi­lé­giée pour tout scien­ti­fi­que sou­hai­tant pren­dre du recul et mieux com­pren­dre les tenants et abou­tis­sants de sa propre pra­ti­que.

Retrouver les enregistrements des conférences :

Introduction au cycle de conférence, Pablo Jensen, directeur de recherche au CNRS et dirige l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI)

Pourquoi s’intéresser aux controverses scientifiques ?, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

La controverse OGM, Christophe Bonneuil,spécialiste de l’histoire de la biologie et des questions sciences-société, professeur à l’EHESS

Les controverses éthiques au coeur des controverses scientifiques, Anne Cambon-Thomsen, directrice d’une équipe multidisciplinaire éthique – génétique à Toulouse

Que nous apprend l’analyse des controverses scientifiques? Un point de vue sociologique, Cyril Lemieux,Socioloque (Institut Marcel Mauss, EHESS)

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2009-2010

Organisées avec l’aide de Pablo Jensen et Nicolas Chéron.

La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ?

Qu’est-ce que la vulgarisation scientifique ? Quels en sont les objectifs, les fonctions et les enjeux ? Qui en sont les acteurs, les publics ? Comment la médiation des sciences peut-elle s’insérer dans la problématique des relations science-société ? Avec à chaque fois, tel un exercice de style, une tentative de réponse à la question initiale : la vulgarisation scientifique est-ce finalement une mode, une nécessité ou encore une illusion ?

Retrouver les enregistrements des conférences :

Les sciences à l’âge des publics, Gérard Wormser, philosophe, chargé de mission Science et société à l’ENS-Lsh
La vulgarisation : les modèles et les publics, Joëlle Le Marec, professeur en Sciences de l’information et de la communication, Directrice du laboratoire C2So
Communication scientifique et réflexivité, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2008-2009

De sciences en sciences…

Un point de départ : questionner ma discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire.
Qui m’emmènera bien plus loin, aux croisements de l’histoire, de l’épistémologie, de la philosophie et de la sociologie des sciences… avec toujours au centre la question des relations entre sciences et société.
Pour une approche réflexive de la science, où communication scientifique, notamment via la vulgarisation, et culture scientifique auront certainement un place de choix.

Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.

En quête d’espaces de réflexivité – Elans de pensées dans et hors cadres