Archives par mot-clé : anthropologie

Paroles de doctorante – Se lancer dans une thèse en anthropologie

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés
Témoignage reçu par courrier électronique le 19 décembre 2011

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Quand j’ai eu fini mes études d’architecture, j’ai voulu d’abord intégrer la FEMIS. Mais au final après 6 ans d’études, j’avais surtout envie de me lancer dans la vie active. Des années plus tard, après une expérience d’architecte et après avoir tenu un salon de thé, je décide de passer le concours de professeur des écoles d’architecture. En regardant de plus près, il s’avère que j’ai besoin d’un doctorat pour pouvoir accéder à ce concours. Je suis au chômage et voilà quasi un an que je cherche du travail dans une période de crise. Alors pourquoi pas transformer ce temps « perdu » à quelque chose d’utile et me lancer dans une thèse !

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

J’ai d’abord été me renseigner à l’École d’Architecture dans le Sud-Est. Le professeur qui m’a reçu était des plus désagréable. Très clairement, je sortais des sentiers battus et je n’étais pas une de ses élèves. Il n’a fait aucun effort pour en savoir plus sur mon projet. Au moment de partir, la secrétaire qui avait entendu la conversation m’interpelle discrètement depuis son bureau. Elle me donne alors l’adresse de l’École Doctorale à laquelle est rattachée l’École d’Architecture. Je me rends donc sur place. Je rencontre la directrice qui emballée par mon projet m’envoie vers deux laboratoires : celui de sociologie et celui d’anthropologie. En sociologie et exposant mon sujet, mon interlocuteur m’oriente directement en anthropologie. Là, je rencontre le directeur du laboratoire. Mon sujet traitant des objets, il me propose deux personnalités.

Sortant d’architecture, j’avoue que je ne connais ni l’un ni l’autre. Ma bibliographie se limite à quelques grands ouvrages sur mon sujet comme « Le système des objets » de Baudrillard. Monsieur B. est disponible. A la lecture de mon sujet, il me rencontre et me dit qu’il faut que je trouve un terrain d’enquête et surtout que je ne choisisse qu’un seul thème dans tous ceux que j’ai abordé dans le papier que je lui ai fait suivre. J’opte pour la seconde vie des objets (j’avais aussi proposé les objets-mémoires et les objets-transformés).

Je crois que c’est à ce moment précis que je me suis dit : « Je peux le faire ! » La rencontre avec Monsieur B. a été déterminante. Quelqu’un à l’écoute et de bons conseils. Exigeant mais sympathique. C’est d’ailleurs une attitude qui l’honorera tout au long de la thèse. C’est quelque part le critère déterminant. Si je n’avais pas eu le bon feeling avec mon directeur, j’aurais laissé tomber l’idée de pouvoir faire une thèse. J’avais envie d’un rapport qui sorte du schéma prof-élève, étant donné que cela faisait environ 10 ans que j’étais sorti du circuit universitaire.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Je suis doctorante. Tout simplement ! Je suis aussi un OVNI ou un alien, l’extra-terrestre de service. Celle que l’on regarde en diagonale. Je ne suis pas des « leurs » : je viens d’architecture et je n’ai pas le bagage d’un bon étudiant en anthropologie. Je le ressens d’autant plus aux rares conversations du repas de midi ou autour du café : elles sont truffées de références bibliographiques ! Je suis parfois consternée et parfois amusée : ça dépend de mon humeur ah ah ! Mais je trouve toujours dommage que ces personnes soient toujours dans l’intellectualisation. Aucune ne vous dira le dernier film qu’elle a été voir ou sa dernière engueulade avec sa copine ! Je me demande parfois si ces gens ont une vie en dehors de la recherche. Mais après tout, s’ils sont heureux ainsi, grand bien leur fasse ! Je suis plus perçue comme une touriste au final que comme un membre à part entière du laboratoire. Et j’avoue que je ne cherche pas à m’insérer plus que cela dans la vie du labo : question de réciprocité j’imagine ! Je rends ce que l’on me donne.

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Mon directeur de thèse reste mon interlocuteur favori. D’abord parce que c’est tout de même lui qui m’accompagne dans ma thèse. Ensuite parce que c’est une personne que j’apprécie beaucoup pour deux raisons : il est toujours présent et de bon conseil, et il a un caractère très appréciable. C’est quelqu’un qui ne manque pas d’humour et puis c’est aussi quelqu’un qui ne se met pas en avant. Il n’est pas dans cette suffisance de cuistre que peut arborer la plupart des membres du labo. Il fait son chemin, tranquillement, sans un mot plus haut que l’autre. Toujours aimable, toujours égal ! C’est vraiment appréciable ! Ce n’est pas de la fausse modestie : je crois qu’il y a des personnes qui sont capables de rendre leurs lettres de noblesse au mot « humilité » sans que cela paraisse trop galvaudé.

Il y avait aussi un garçon en première année, doctorant lui aussi. Je crois qu’on s’est trouvé parce que lui non plus ne venait pas d’anthropologie. Il avait fait sport-études ! Vous imaginez !? Un sport-études qui se lance dans une thèse ! Moi je trouve ça très honorable ! En plus, le sujet de sa thèse était vraiment intéressant. Et il l’a mené en 3 ans et quelques mois. Bravo ! Certains doctorants le regardaient de haut. J’en ai même entendu dire : « Oui enfin c’était une thèse médiocre, il n’a même pas eu de mention. » Ce à quoi je me suis sentie obligée de répondre pour remettre les pendules à l’heure : « Oui mais au moins lui il l’a passé sa thèse et il l’a eu en seulement 3 ans, ce qui n’est pas le cas de tout le monde ! » C’est assez insupportable cette attitude prétentieuse ou pédante… C’est même triste surtout quand je me dis que ces personnes se prétendent anthropologue : il y a comme un paradoxe non ?

Cette année, je communique un peu plus avec le représentant des doctorants. Mais je crois que c’est surtout parce que c’est quelqu’un de poli. Je ne suis pas bien sûr qu’à l’arrivée nous resterons en contact. C’est très dommage parce que je pense que c’est quelqu’un qui a un véritable potentiel ! Il devrait se mettre un peu plus en avant. J’aime beaucoup sa façon de penser… Pour cette troisième année, j’ai décidé de l’assister pour le séminaire d’épistémo-méthodologie. C’était une façon de m’impliquer un peu plus dans la vie du laboratoire (oui ça va à l’encontre de ce que j’ai dit plus haut, mais je pense aussi qu’il faut toujours se montrer sous son meilleur jour et ne pas reproduire les attitudes les plus basses). Au final, il a demandé à une autre doctorante de nous rejoindre. Je crois qu’il l’a fait parce qu’il n’a pas vraiment confiance en moi… Il a peur que je fasse du grand guignol le jour J. Ce serait bien que les gens soient capables de faire la part des choses. Il y a un temps pour tout : s’amuser et travailler. Mais à voir, ce n’est pas encore compris comme tel !

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

En elle-même, la thèse se déroule bien. La première année a été consacrée à une remise à niveau : lectures et retour sur les bancs de la fac en licence d’anthropologie. La deuxième année fut entièrement dévouée au terrain d’enquête. Et là, je suis en pleine rédaction. Enfin pleine… ah ah ah !!! J’essaie d’être régulière, mais en ce moment, c’est l’hiver et il fait froid et nuit plus tôt : j’ai envie de dormir et aussi de manger plein de chocolats en regardant des films à l’eau de rose ! AH AH AH !!!

J’ai toujours eu le contact avec mon directeur de thèse par mail et par rdv de façon régulière. C’est le mot : la régularité, c’est la clé !

Je pense que je prends la thèse comme un travail ! Je ne l’aborde pas comme un étudiant qui poursuit son cursus LMD. Le fait d’avoir déjà travaillé me permet d’avoir le recul nécessaire et de m’impliquer sans me perdre. Je ne ressens pas du tout le syndrome du thésard en pleine angoisse, qui doute, qui ne dort plus. Je ne me reconnais pas dans ces échos : je suis très loin de ça ! J’ai une maison à faire tourner, j’ai des amis à voir avec plaisir et une famille avec qui discuter. La thèse, c’est mon travail. J’organise ma journée comme une journée de travail : je bosse de telle heure à telle heure et après c’est l’heure du thé ! Et les jours où je n’ai pas envie ? Je ne culpabilise pas. Même en archi, on ne peut pas toujours être à 100% ! Je profite alors de ce genre de journée pour faire la cuisine, sortir, voir mes amis, m’aérer la tête. C’est important : ça permet de repartir de plus belle dans la thèse. Avoir la tête dans le guidon n’est pas la meilleure solution. Il faut savoir mettre de la distance. L’implication est une chose mais il ne faut pas que ce soit au détriment de tout le reste. C’est un juste équilibre à trouver et pour le moment, ça va !

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Elle n’a pas évolué ! Ah ah ! C’est comme partout ! Un joyeux bordel ! Dans le fond thèse ou projet d’architecture, c’est la même chose. Organisation, planification, rendu, tenir les délais, etc. Et tout cela en jonglant avec l’administration. Pour moi, ça ne change rien au final. Sauf qu’au lieu de concevoir un bâtiment, je conçois une thèse.

Si elle a évolué, ce serait sur une chose : nous sommes dans un moment charnière. Il y a un changement dans la recherche quant à sa diffusion et puis sur la façon de l’aborder. Je me rends compte qu’il y a de ce fait deux écoles : ceux qui restent dans leur partie et ne veulent rien diffuser avant d’avoir sorti leur ouvrage, et ceux qui s’ouvrent à l’échange pluri-disciplinaire pour un même sujet et qui diffusent l’avancée de leur recherche au fur-et-à-mesure. Je me range dans la deuxième catégorie. Je pense que l’avenir de la recherche est là sinon on risque de tourner en rond. L’échange est à mes yeux la clé du progrès pour de nouvelles idées ! Je n’ai pas peur de diffuser mon travail en ligne. Dans mon labo, j’ai proposé aux doctorants d’ouvrir leur carnet de recherche hypotheses en ligne par exemple. La réponse fut sans appel : « Non, c’est dangereux de diffuser ses idées en ligne comme ça, on pourrait te les voler ! » Certes… Mais le vol d’idée n’a pas attendu le net pour exister. Et dans un certain sens, je préfère être un chercheur volé qu’un chercheur oublié. Du coup, via ces nouveaux supports de diffusion, je me suis rapprochée d’autres chercheurs issus d’autres laboratoires et d’autres secteurs (linguistique, géographie, sociologie, etc.) : ces rencontres ont été stimulantes et enrichissantes ! J’ai pu trouver auprès de ces personnes un retour attentif (attentionné parfois) à mon projet et vice versa. Le partage, l’échange, le don… Ce thème me passionne aussi, ce n’est donc pas un hasard.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Après la thèse ? Et même dans cette dernière année puisque je vais m’inscrire à deux concours de la fonction publique : celui d’Architecte Urbaniste d’État et celui de Conservateur du Patrimoine. Je croise les doigts pour réussir mais le niveau des concours est de plus en plus élevé et nous sommes de plus en plus nombreux à nous présenter. Si j’obtiens un de ces postes, j’aimerais pouvoir m’inscrire comme professeur d’architecture (titulaire ou vacataire), à condition bien sûr que je ne sois pas mutée loin d’une école d’architecture. Je ne veux pas perdre mon idée première : celle de pouvoir enseigner dans les écoles d’architecture. Mais en sociologie-anthropologie de l’habitat. Les cours de Monsieur R. m’ont vraiment marquée pendant les études. Ils étaient passionnants. La place de l’homme est primordiale dans les projets d’architecture. Après tout, nous construisons pour l’homme ! Ce sont les hommes qui vont vivre dans ce que l’on nomme « les cellules d’habitation ». Et je crois que c’est quelque chose qui a été perdu de vue depuis un certain temps. Sûrement que mon expérience dans les cabinets d’architecture m’en a fait plus grandement prendre conscience. On ne conçoit pas : on rentabilise de la surface ! C’est horrible ! Des heures au téléphone à négocier des cm2 au lieu de réfléchir au bien-être des habitants ! Cela devenait frustrant et démoralisant à la longue…

Quelle est votre situation actuelle ?

Je suis actuellement en 3ème et dernière année de thèse, je l’espère. 3 ans, c’est très suffisant en ce qui me concerne. Je ne sais pas trop comment font les personnes qui restent plus de 5 ans en thèse ! C’est trop long ! Il s’agit d’une thèse et pas d’un travail de « chercheur » dans le sens noble du terme. C’est le début. Et dans un sens si on arrive à gérer une thèse, alors on sera capable de gérer un sujet de recherche plus vaste et de tenir la longueur !