Archives par mot-clé : biologie

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.

Solenne : temps, projets et publications au centre de la recherche

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, c’est plutôt pour l’enseignement que Solenne avait choisi sa formation, au cours de laquelle elle découvre finalement son intérêt pour la recherche : « Enfin déjà, tu sais le petit stage d’une semaine qu’on avait fait, déjà rien que ça, j’avais adoré quoi, j’avais passé ma semaine à faire des mini-preps, enfin des trucs qui maintenant me paraissent chiants, mais j’avais adoré ça, c’était juste, « ouais c’est incroyable ce qu’on peut faire avec rien du tout quoi, j’adore ! », et c’est vraiment ça qui m’a plu tout de suite. Mais c’est vrai qu’avant j’étais plus rentrée à l’ENS pour l’enseignement par contre. C’était plus ça qui me plaisait, et je crois que c’est plus petit à petit au cours de l’enseignement qui est plus axé recherche, que je me suis rendu compte que, c’était vraiment passionnant, et que c’était ce qui me plaisait quoi. »

Après son stage en deuxième année de Master, Solenne décide de rester dans le même laboratoire pour effectuer sa thèse, étant donné que la thématique lui plaît, que l’ambiance dans l’équipe est agréable et qu’elle s’entend bien avec son directeur de thèse : « Mais je savais, enfin j’avais rien signé au départ, j’aurais très bien pu partir, mais… enfin, vu comme s’est passé mon M2, « il y a pas de problème, je fais ma thèse ici quoi », au bout du premier stage de M2, j’ai dit, « c’est bon je reste, et je reste pour… pour quatre ans quoi. » Mais bon. Mais au départ oui je me suis dit, « si c’est vraiment l’horreur », que ça me plaît pas, machin, j’essaierais de trouver ailleurs et puis le faire ailleurs quoi. Mais comme ça me plaisait bien, que les gens étaient sympas, que mon directeur de thèse c’est une crème, j’ai fait « c’est bon, je reste » [rires]. »

Photo : cc ex_magician sur Flickr

Les activités de Solenne sont structurées par les projets de recherche dans lesquels elle est impliquée. Ainsi, leur avancement conditionne ses urgences et son planning, ainsi que les relations qu’elle entretient avec les autres membres de l’équipe : « on est une dizaine, mais on est plusieurs à travailler sur le même projet, genre… moi, il y a mon directeur de thèse donc qui m’encadre, donc mes sujets sont ses sujets on peut dire, et on a tous les deux une ingénieure qui travaille avec nous, donc elle c’est pareil… c’est des projets en fait à trois, on a les mêmes genres de projets. Donc après c’est plus genre petits groupes dans le sens où on est une dizaine, mais on est trois ou quatre à bosser sur les mêmes choses ».

Au sein d’un projet, c’est plus particulièrement la production de résultats, en vue de publier des articles, qui organise sa pratique de recherche et la répartition de son temps : « […] le nouveau sujet, on a… on a bien avancé, et donc là on essaye de voir un peu ce qui manque pour rédiger un article. Et donc résultat, on refait plein de manips pour avoir de belles figures, etcetera, etcetera. […] Donc ce qui fait que l’autre sujet, j’ai plus le temps de le faire, parce qu’il demande quand même beaucoup de temps. Alors en plus il demande de faire les choses bien, parce que c’est des extractions d’ARN, dans des échantillons super précieux, donc je peux pas faire ça à la va-vite, entre deux minutes, donc il faut clairement que j’ai du temps. »

Dans le parcours de Solenne, c’est la vie personnelle qui conditionne en grande partie les choix professionnels, et notamment celui de faire un post-doctorat en France, plutôt qu’à l’étranger : « Moi je sais que pour des questions prof…, enfin privées, j’ai pas envie de partir et que je partirai pas donc… tout le monde me dit, « Ah, mais tu peux partir, deux ans c’est pas grave, deux ans sans ton mari… « , « – Ah non, mais non, deux ans sans mon mari moi je le conçois pas mais… » [rires], et puis bon, j’aimerais bien avoir une vie de famille aussi, donc deux ans avec moi aux Etats-Unis, lui en France, ça va être difficile la vie de famille [rires]. Donc non, je conçois pas comme ça ma vie, et clairement ma vie privée passe avant ma vie professionnelle, donc ben si il faut faire un choix, c’est déjà fait. Donc… donc voilà. Certaines personnes ont du mal à le comprendre et à le concevoir, mais… c’est assez marrant d’ailleurs, selon les gens avec qui tu discutes il y en a qui te prennent pour une extra-terrestre, genre « – Ah bon, mais tu peux pas te passer de ton mari pendant deux ans ? », « – N..non !» [rires]. «- Si je l’ai épousé c’est qu’il y a une raison, c’est pas pour le quitter et partir deux ans à l’étranger […] Donc résultat c’est des choix à faire et, ils sont déjà faits dans ma tête, donc après si le professionnel suit pas, bah, tant pis, il suivra pas et puis je ferais autre chose. »

Axelle : produire des résultats ne suffit pas

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Le choix d’Axelle pour la recherche s’esquisse dans sa formation secondaire : « Je pense que c’est depuis le lycée. Je sais pas… si d’ailleurs, je me souviens que quand on était au collège, on avait ‘Une journée pour un métier’, et je devais déjà penser à la recherche à ce moment-là parce que j’avais demandé à visiter l’Institut Pasteur. »

Il est confirmé lorsqu’elle discerne dans ce métier l’existence d’une forme de liberté et d’autonomie : « je sais que ce qui m’a donné envie de faire de la recherche, ce qui me plaît toujours dans la recherche, c’est voilà, cette liberté qu’on a, liberté hormis le fait qu’on ait un thème qui nous cloisonne un petit peu, et qu’on ait plus ou moins des chefs qui nous guident, liberté de… réfléchir sur ce que tu vas faire faire à tes bestioles, sur le protocole, sur la question posée, sur la façon de l’aborder, la liberté extrême en fait qui fait qu’on a toutes les infos à portée dans la biblio, que c’est juste à nous d’aller les chercher, pour éventuellement être meilleur dans ce qu’on va faire. C’est quelque chose qui me plaît beaucoup. »

A l’aise dans les pratiques qui composent son quotidien de doctorante, Axelle compose malgré cela avec certaines frustrations : celle de ne pas être plus impliquée par ses co-directrices de thèse dans la conception et l’interprétation des expériences, celle de ne pas être plus reconnue : « […] j’en fais trop mais je le dis pas, enfin pour avoir ces résultats j’ai bossé, j’ai bossé les week-ends, enfin c’est juste parce que c’est quelque chose qui m’intéresse énormément, je pouvais pas penser à autre chose, donc j’ai ramené des publis chez moi, j’ai bossé très tard chez moi, j’ai bossé les week-ends, je suis restée au labo jusqu’à dix heures parfois certains soirs, bon, pour répondre aux questions que je me posais, mais ça elles le savent pas, parce qu’elles partent à 18 heures, et bon je leur dis pas « je suis restée au labo jusqu’à dix heures », mais… voilà, j’essaye de faire mon travail, mon travail de paillasse et les manips qu’elles savent que je fais, plus à côté, répondre aux questions qui m’intéressent. Mais je cache pas spécialement, si on me demande, je suis toute disposée à leur parler de ce que je fais, mais ce qu’il y a c’est qu’elles me demandent pas donc… donc voilà. »

Photo : cc Florence Ivy sur Flickr

Elle déplore la répartition des tâches à l’œuvre dans son équipe pour la production de résultats et notamment le rôle attribué aux stagiaires et aux doctorants : « Bah, c’est-à-dire que je suis un peu tout le temps aux manips, là au stade où j’en suis, j’ai des manips, si je veux juste faire de la manip bête et méchante pour avoir des résultats, avec toutes les données qu’on va stocker […] j’en ai pour au moins quatre mois. J’ai plusieurs manips en parallèle, donc c’est sûr que, si je veux, mais j’essaye de l’éviter au possible, je peux faire juste ma, ma chair à paillasse pendant quatre-cinq mois, et voilà. Donc c’est sûr que… comme elles, elles ont tout intérêt à ce que j’avance dans mon boulot, et qu’en parallèle il faut que, il y a un article qui doit être écrit, c’est rentable [hésite à prononcer le mot] cette façon de faire, de : elles écrivent de leur côté et moi je continue de mon côté. Voilà. [sourire puis rires]. »

           Axelle aime son travail, mais souhaiterait sortir du rôle qui lui est attribué :

«Axelle : – En fait je veux être chef. [rires].

Enquêteur : – Mais chef apparemment c’est moins de paillasse.

Axelle : – Oui, mais c’est plus de traitement de résultats.

Enquêteur : – Et c’est ça qui te plaît le plus ?

Axelle : – Bah ouais, ça pourrait me plaire un peu plus ouais.

Enquêteur : – Parce que tu traites y compris les résultats des autres en fait ?

Axelle : – Ouais, mais t’en traites plus en général, c’est pas la question de mes résultats ou des résultats des autres, c’est juste que t’as juste plus de questions à laquelle tu peux tenter de répondre. »

Elle se projette dans la suite de son parcours et aspire à faire un post-doctorat. Elle investit cette expérience à venir d’un enjeu déterminant : celui de tester sa volonté de faire de la recherche et de contrebalancer les insatisfactions de sa thèse : « J’envisage, oui, donc non seulement de faire un post-doctorat, mais.. en plus j’aimerais bien… être chercheuse dans la recherche publique après, j’aimerais bien. C’est mon projet. Si je suis pas dégoutée d’ici là et s’il y a pas autre chose qui est entré en ligne de compte, mais a priori c’est mon projet. C’est-à-dire que là, par exemple, bon bah, d’un côté mon boulot me plaît, mais il y a des choses qui ne me satisfont pas dans mon interaction avec les gens […] c’est peut-être une idée que je me fais, mais j’ai l’impression que pour l’instant mon rôle c’est de, produire des résultats, pas forcément de me poser des questions sur des problématiques, des thématiques adjacentes ou… Donc… donc voilà, j’ai l’impression que… je m’épanouirais peut-être plus dans le post-doctorat. Mais, peut-être que ça me, enfin ça me fatiguera avant, cette façon, enfin cette insatisfaction que j’ai, peut-être que ça me fatiguera et qu’à la fin de la thèse j’aurai pas envie de, de continuer, enfin je sais pas. Je sais pas trop. »

Laurent : la thèse, une découverte du fonctionnement de la recherche

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Laurent s’est dirigé vers la recherche par intérêt pour la démarche expérimentale et les modes de raisonnement, tels qui les avait découverts en fin de lycée : « Ouais en Terminale, je pense que c’était… c’est de… la première année, non, c’était Première, Première où on a fait de la science expérimentale, ce qui s’appelait sciences expérimentales à l’époque, et… où je me suis beaucoup amusé à, ben justement faire les manips, et à faire, bah ce qu’on fait en fait au labo, en beaucoup plus encadré bien sûr, le raisonnement scientifique. Depuis le moment où tu poses l’hypothèse, où tu testes l’hypothèse, où t’obtiens le résultat et tu analyses le résultat et tu en tires les conclusions. Et… ce… ce mode de raisonnement m’a beaucoup plu et le travail à la paillasse, même s’il était très minime à l’époque m’a beaucoup plu aussi et… c’est ce qui fait que… après j’ai eu envie de passer dans la recherche, même si à l’époque je savais pas du tout en fait ce qu’était en réalité le monde de la recherche. »

Dans le choix de son laboratoire de thèse, la thématique a son importance, mais c’est avant tout l’ambiance dans l’équipe qui l’amène à accepter d’y passer ses années de doctorat : « C’était… en fait sur mes… initialement… je voulais faire de la neuro, entre guillemets. Et… […] et c’était ici que j’avais été le mieux accueilli par le chef d’équipe, que j’avais pu le plus discuté avec les gens de l’équipe, et du coup c’est là que j’avais fait mon stage de M1, et… ce stage s’était super bien passé parce que… parce que il y avait une très bonne ambiance de travail et ouais, c’était clairement l’ambiance de travail qui m’avait, qui m’avait attirée. Et après, du coup j’ai pas vraiment fait de la neuro [rires], mais… ça m’a pas dérangé plus que ça, parce que le sujet m’avait beaucoup intéressé aussi. […] Je préférais venir faire ma thèse dans une équipe où, où vraiment tu te sentais un peu plus libre, et beaucoup moins surveillé. »

Photo : cc Jaygooby sur Flickr

Dans sa conception de la pratique de recherche, les échanges entre collègues sont essentiels : « Et… et en plus un truc que j’ai découvert justement, et auquel je m’attendais pas, c’est justement la possibilité d’interactions… et de pouvoir discuter de ton projet, de tes soucis, avec d’autres personnes, même si a priori ils ont pas… ils sont pas… enfin… même si c’est pas des… des gens qui sont directement impliqués dans ton projet, le fait de pouvoir, de pouvoir interagir justement, et … et ne pas faire son petit projet tout seul dans son coin. Ce qui serait quand même beaucoup moins agréable [rires]. Ouais, on a, enfin c’est clairement un métier qui… qui m…, dans laquelle, dans laquelle les interactions, enfin, rien qu’au sein de l’équipe, sont vraiment super importantes. Et c’est d’ailleurs comme ça que tu choisis ton sujet, enfin clairement c’est comme ça que j’ai choisi par exemple mon labo de thèse. »

Et l’expérience de la pratique de recherche l’a amené à envisager le fonctionnement collectif d’un point de vue désenchanté par rapport à l’idée initiale qu’il s’en faisait : « le monde scientifique, la beauté de la recherche scientifique, tout le monde s’aide, c’est fini, hein ». Réaliste, il reste motivé par le métier de chercheur : « Donc finalement ça correspond assez bien [rires] à l’image que je m’en étais fait au début, même si voilà… j’ai perdu mes idéaux du tout le monde est beau et tout le monde s’aide sans espérer retenir, requérir quoi que ce soit en échange, mais… mais bon, malgré tout, tout ce qui, tout ce qui fait majoritairement le monde de la recherche me plaît et du coup je regrette pas du tout d’avoir choisi ça. C’est déjà pas mal [rires]. »

 Au centre de son intérêt, la démarche, le raisonnement scientifique et les expériences : « J’ai toujours le côté manip et… et, le fait de travailler par… par essai-erreur on va dire. Te poser une question au départ et te dire « bon alors voilà, qu’est-ce que je vais faire pour résoudre ça ? », et savoir que sur les dix trucs que tu vas tenter, il y en a un qui va marcher, et que c’est ce dixième-là qui fait que, même si t’as un moment de bonheur [rires] entre guillemets, qui arrive tous les deux mois, et bah tu sais que ça arrive de temps en temps et du coup ça te motive pour en faire. »

Du fait de son projet de thèse, il participe activement à des demandes de financements, en interaction avec sa directrice de thèse. Une occasion pour lui de réaliser certains enjeux de la pratique de recherche, en dehors de la réalisation des expériences à la paillasse : « Et donc… c’est là que… là aussi que c’est intéressant, enfin, parce que on se sent impliqué clairement dans la vie du labo, en disant «  pour fonctionner, on a besoin d’argent et… et voilà, pour faire une demande d’argent, il faut faire toutes ces démarches », et là tu, du coup, je crois que c’est la première fois que je vois la demande d’argent depuis, depuis le début, depuis vraiment le début. Parce qu’en fait, le fait que j’ai à en rédiger une moi, et ben tu te rends de ce que, de ce que ça représente. Et du coup, j’ai trouvé ça, j’ai trouvé ça pas mal [rires]. Justement de, de… ouais. Hum… De me rendre compte de ce que ça représentait. »

Photo : cc ReneS sur Flickr

Le modèle d’étude sur lequel travaille Laurent conditionne sa pratique mais aussi la durée de la thèse : « […] en trois ans [rires] c’était un peu juste… du fait que… le matériel de base, la souris, fait que… bah dès que tu fais une manip tu as… tu as deux semaines de manipulation sur l’animal et après le traitement de, enfin réalisation des extraits ou…. des coupes ça demande aussi au minimum trois semaines si tu vas jusqu’à l’analyse finale. […] Donc déjà le matériel de base fait que tu allonges ton… la durée de l’étude. Et en plus, il y a eu des… problèmes dans notre animalerie… […] il y a eu une contamination, dont ils ne connaissent pas l’origine donc la manière la plus simple pour résoudre une contamination, c’est : on tue toutes les souris. […] Donc ça c’était indépendant de ma volonté [rires] mais… et puis la dernière chose c’est que, bah c’est en fait récemment que le screening […] a été mis en route, et c’est ce qui apporterait une… un gros point fort à l’étude que je mène, et du coup ce serait… dommage de s’arrêter là […] ». Laurent envisage donc une quatrième année de doctorat : « Ouais, bah bien sûr en accord avec le directeur de thèse, mais… clairement en discutant, c’est vite apparu que c’était… ça pouvait être intéressant d’avoir une quatrième année, surtout que c’était dommage de devoir s’arrêter à ce niveau-là. […] Donc voilà, mais c’est oui, mais effectivement c’est assez courant, en tout cas dans notre équipe [rires] de faire des thèses en quatre ans. »

Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, les motivations de Pauline pour la science étaient liées à son expérience personnelle. Ses objectifs ont évolué au fil de sa formation et de la découverte de l’importance d’une certaine mise à distance vis à vis de ses objets de recherche : «  […] je pense qu’il faut vraiment se méfier quoi, de l’implication sentimentale… Autant faire des choses, faire avancer la recherche en biologie, se dire qu’effectivement on va aider des personnes malades etc., je pense  que du coup le fait d’avoir des personnes malades dans son entourage peut être une motivation, mais travailler vraiment sur ce que ces personnes-là ont, je pense que c’est pas forcément bon quoi, pour soi, pour les autres, enfin, que c’est, tu manques forcément de recul quand tu fais ça je pense. »

L’intérêt qu’elle porte pour la recherche en génétique au moment de sa thèse dépasse finalement les applications potentielles des résultats qu’elle pourrait trouver : « Comprendre, juste pour comprendre la vie, même pas avec un but médical, ou en tout cas, à ma paillasse tous les jours, le but médical il est pas présent dans ma tête clairement, alors que le but de connaissances scientifiques ouais, toujours. C’est vraiment, ouais, c’est vraiment ça qui me motive quoi. »

Source: http://www.coramh.org/pages.php?p=2

De l’encadrement de son master, puis de sa thèse aux relations inter-individuelles dans et entre les laboratoires, Pauline porte un regard critique et tranché sur la recherche : « par rapport à l’encadrement de ma thèse, bon c’est clair, c’est pas comme ça que je vois la relation entre un thésard et une directrice de thèse, et par exemple je trouve qu’on a pas du tout assez d’interactions, sur le plan scientifique et sur le plan technique, et que ma chef est pas quelqu’un d’extrêmement présent, et ça, ça me pèse vraiment. » Elle ajoute plus loin : « c’est vraiment de l’arrivisme toujours quoi, enfin, les gens font passer leur carrière avant, avant l’aspect humain, alors, il y a sûrement des raisons aussi, il faut dire que c’est très difficile de faire une carrière dans la recherche donc effectivement, si tu es pas un peu un loup tu as un peu de mal à y arriver, enfin, il faut aussi un peu écraser les autres parce que sinon, ça passe pas. Mais je trouve ça dommage quoi, je trouve ça dommage que la sélection elle se fasse comme ça. C’est pas les meilleurs scientifiques qui arrivent aux plus hauts postes, c’est ceux qui ont les dents les plus longues. » Proche des mouvements de syndicats, elle exprime à plusieurs reprises un fort intérêt pour les questions de gouvernance de la recherche et un mécontentement quant aux modes de fonctionnement de la recherche : « Enfin, les chercheurs en biologie, de manière général je les trouve très peu concernés par très peu de choses en fait, enfin le manque d’intérêt est flagrant […] en ce moment, on est dans un contexte un peu particulier parce qu’il y a la refonte de l’unité, donc toutes les équipes en gros, c’est remis à plat et c’est reconstruit on va dire, donc que ça leur prend énormément de temps, énormément d’attention, et donc finalement les questions plus générales […] ils s’en fichent complètement quoi vraiment c’est… »

L’encadrement des stagiaires et des thésards est au centre de ses préoccupations et de ce qu’elle déplore dans le mode de fonctionnement de son laboratoire : « quand elle prend par exemple un stagiaire de master, et donc c’était sûrement mon cas quand je suis arrivée, même si après j’avais pas forcément de recul, etc., c’est… c’est, elle prend de la main d’œuvre pour faire des publications, elle prend pas quelqu’un qu’elle a envie de former par exemple, et ça c’est, enfin, peut-être un petit peu, mais c’est clairement pas le but principal, quand elle prend un stagiaire de master, c’est pour faire du volume, elle le voit comme sa force de frappe, c’est son mot quoi je veux dire. » Plus généralement, c’est la relation pédagogique qui lui paraît indissociable de la pratique de recherche : « enfin, moi qui suis extrêmement attachée à l’aspect enseignement et l’aspect encadrement des thésards et des stagiaires etc, c’est quelque chose qui me révolte complètement, et c’est pas qu’elle, hein je veux dire, là en ce moment, tous les chercheurs du labo ont au moins trois, voire quatre stagiaires, ce que je considère comme complètement anormal. […] Moi ce qui me plaît dans ma thèse c’est la partie monitorat, c’est la partie enseignement, donc quelle que soit la suite de ma carrière ce sera forcément avec un partie importante d’enseignement. Soit enseignement dans le secondaire, soit enseignement dans le supérieur. »

Source : http://www.observatoiredessubventions.com/tag/enseignement/

Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. » Continuer la lecture de Lucie – Ces échanges qui font la science

Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Philippe est venu en France pour faire ses études en biologie. Si son souhait de faire de la recherche apparaît assez tôt, son affinité pour sa spécialisation actuelle a évolué au fil de sa formation :« Ouais, lorsque j’étais arrivé en licence, c’était vraiment la bactério et rien. Et après je me suis dis, finalement, on reste dans la microbiologie avec les virus et j’ai essayé de trouver quelque chose où il y a de l’argent et où c’est intéressant. J’ai toujours aimé les trucs moléculaire, là c’était parfait.[…] Mais ouais la recherche ça m’a toujours plu. »

C’est sur les conseils d’enseignants-chercheurs et guidé par son intérêt pour un sujet de thèse, que Philippe choisit un laboratoire pour effectuer son doctorat : « J’ai demandé à une des profs de l’épigénétique, qu’est-ce qu’elle avait fait comme parcours, elle m’a dit qu’avant de faire de l’épigénétique, elle a travaillé dans le domaine de la traduction, donc du coup j’ai contacté Untel, parce que j’étais assez proche de lui, et je lui ai demandé s’il y avait un laboratoire de traduction dans Tel Lieu. Il m’a dit « oui », un super labo où ils font en plus de la virologie, donc c’était parfait. J’ai choisi comme ça. »

Continuer la lecture de Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Continuer la lecture de Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. » Continuer la lecture de Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

Continuer la lecture de Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Paroles de doctorants – Terrain de thèse

Mon travail de terrain, mené essentiellement sous forme d’entretiens, m’a amenée à rencontrer des doctorants en biologie, eux aussi en cours de thèse.

Ils ont bien voulu détailler leur pratique quotidienne de la recherche, le rapport qu’ils entretiennent à leur pratique au moment de l’entretien, mais parfois aussi plus largement à la science.

C’est de la diversité de l’expérience vécue de la thèse que la galerie de rencontres que j’initie aujourd’hui cherche à donner un aperçu. [1]

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, sous forme de commentaire ou de préférence à l’adresse suivante :

experiencedethèse@gmail.com

Une publication pourra ensuite être envisagée sur l’Infusoir (qui se réserve le choix des témoignages à publier, sur des critères liés à la rédaction de ceux-ci et non bien sûr à la nature de l’expérience vécue)

Pour cela ces témoignages devront être anonymes (pas de nom de lieux ou de personnes notamment) et reprendre la structure suivante :

  • Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?
  • Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?
  • Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?
  • Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?
  • Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?
  • Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?
  • Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?

[1] Idée inspirée de l’ouvrage de Gilles Chantraine, dans lequel il présente sous forme d’encadrés les prisonniers qu’il a rencontré au cours de ses entretiens : Par-delà les murs, Gilles Chantraine, Paris, PUF, 2004, 268 p.

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale