Archives par mot-clé : dialogue

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention de Jean-Pierre Alix, secrétaire général du M.U.R.S, conseiller science-société à la présidence du CNRS.

Vidéo en ligne de l’intervention

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques », à partir de travaux menés dans le cadre de l’OCDE

Quelques extraits, mais je vous conseille la lecture de l’article dans sa totalité.

Publication en ligne de l’OCDE

Capture d’écran 2013-08-01 à 10.26.53

« Qu’est-ce que la question « sciences en société » ? Notre découverte, c’est que le rationnel classique de sciences en sociétés est en position critique. Il vient d’une espèce d’âge d’or, qui n’a peut-être pas existé, dans lequel la science occupe une place mythique due aux grandes figures (…) Pasteur, Einstein et d’autres. Il a été assez commode de gérer la politique scientifique à partir de ce mythe pendant un certain nombre de décennies. la conséquence de ce paradigme est que le transfert des connaissance vers les profanes est le plus souvent fait par le système éducatif, c’est-à-dire à long terme. Une autre de ses caractéristiques est que le public ne comprend pas spontanément la science. Une troisième caractéristique est que les décisions vont du haut vers le bas. une quatrième est que les experts, encore faudrait-il déterminer exactement de quoi il s’agit, jouent un rôle majeur et silencieux. C’est donc ce modèle de déficit de connaissance du public qui est dominant, selon lequel il faut donc enseigner le public. la communication est unidirectionnelle, elle va des scientifiques vers le public, elle est linéaire, depuis la théorie jusqu’à la technologie, jusqu’aux nouveaux usages. Mais cette « vision de l’âge d’or » est contrebattue par des faits nouveaux, que chacun de nous peut observer.

Le premier est que la vie quotidienne des citoyens dépend de la science et de la technologie, dans un très grand nombre de domaines, c’est d’ailleurs leur succès d’une certaine façon. (…)

Le deuxième est que les enjeux des sciences en sociétés deviennent très nombreux : OGM, tests génétiques, nano, déchets nucléaires, réchauffement du climat, énergie, science et religion, avec les courants créationnistes. Parallèlement, la confiance envers le système scientifique et le complexe scientifico-militaro-industriel décroît, du moins en Europe : ce n’est pas vrai dans tous les pays du monde. Ceci marque une différence majeure avec les époques où la discussion à propos de la science « tait limitée à un petit nombre d’experts, appartenant à l’Etat ou à l’industrie. Or, le public ou la société, selon le terme que l’on emploie, souhaite exprimer qu’il possède un savoir contextuel, souvent issu de la tradition, pas totalement empirique, pas totalement formalisé, savoir qui échappe souvent aux experts. (…)

Il y a donc une mutation réciproque : une mutation en soi de la vie des sciences, des déplacements de sujets et la société développe ses propres mutations. Il n’y a pas de raisons que leurs rapports restent harmoniques à tout moment. (…)

C’est dans ce contexte qu’a démarré l’atelier du Forum mondial de la science. Il a été décidé d’explorer l’approche par le dialogue, avec l’idée que pour changer ce système de communication unilatérale, il faut maintenant passer à la communication à deux sens : à la fois les scientifiques offrent, et à la fois la société offre. Chacun est légitime pour poser ses question à sa façon. C’est donc l’idée d’un dialogue bidirectionnel. Les premières conclusions ont montré qu’il fallait un élargissement du processus démocratique, lui-même fondé sur le principe du consentement éclairé, conduisant à un dialogue bidirectionnel, et à un besoin de définir clairement ce qu’est un processus de dialogue, considérant en particulier que ce processus est complexe, en raison de l’imbrication, souvent mal connue, des parties prenantes. Elles sont nombreuses, puisqu’on peut citer aussi bien les systèmes éducatifs, le système économique, la recherche elle-même, la culture, les médias, les décideurs, etc. »

Un peu plus loin :

« Qu’est-ce que le public ? Est-ce une construction ? Est-ce la même chose de dire société ? Est-ce la même chose de dire opinion publique ? Ce sont des constructions intellectuelles qu’il faut savoir définir et comparer. Une autre question importante est comment évaluer et identifier les préoccupations du public ? Qu’est-ce qu’une préoccupation du public ? D’où part-elle, comment se définit-elle, comment évolue-t-elle ? Une troisième question, c’est que nous introduisons sans le vouloir un débat entre différentes formes de démocratie, qui est le suivant : y a-t-il contradiction entre la démocratie représentative, c’est-à-dire le système électif, et ces nouveaux systèmes d’expression de la société civile qui auto-désignent leurs représentants ? Enfin une question importante pour que les processus de dialogue soient efficaces, c’est de savoir si ces consultations peuvent être transformées en décisions politiques recevables, c’est-à-dire applicables, que les décideurs puissent entendre. »

Quelques mots sur les sciences en société – « Sciences en société : dialogues et responsabilité scientifique »

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association « Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique« .

MURS n°60 – 2009, intervention de Danièle HERVIEU-LEGER

Deux points de vue de « Sciences en Société », HERVIEU-LEGER, Danièle, KLEIN, Etienne

Capture d’écran 2013-07-31 à 16.09.54« Cette science, qui a renoncé à l’horizon scientiste d’un réduction de toutes les grandes questions métaphysiques, cette science qui limite son propre propos, non pas dans le registre de la connaissance, mais en admettant simplement qu’il y a plusieurs entrées dans le réel humain, cette science se présente du même coup à la fois comme extraordinairement puissante, capable d’avancées extraordinaires, et en même temps comme très modeste, au sens où elle connaît et gère elle-même la limite de son propre propos. Cela ne veut pas dire du tout que les vérités que formule la science sont des vérités relatives : cela veut dire qu’elle sont situées dans un registre de savoir donné, qui n’épuise pas les possibilités humaines d’accès au réel. La science a atteint un niveau de développement extraordinaire, tel qu’elle peut se placer dans cette position de distance par rapport à elle-même, qui fait toute la différence avec certains rêves scientistes du siècle dernier. (…) Donc, elle nous établit tous dans une incertitude de fond, non réductible, quant à notre capacité d’apporter une réponse définitive et stable à tous les questionnements qui surgissent de notre expérience. Elle nous révèle l’incertitude même de notre condition.(…) Pour faire face à cette situation, il ne s’agit pas seulement de rendre la science attractive, accessible, séduisante. Le problème auquel nous sommes confrontés c’est, au fond, de nous éduquer, de nous socialiser, et de socialiser les jeunes générations, dans une condition qui est une condition d’incertitude, y compris dans les attentes que nous avons à l’égard de la science. Une condition d’incertitude qui implique de savoir par exemple, faire une place à la manière dont nos savoirs se construisent. Autrement dit, la question de l’éducation scientifique n’est pas seulement de montrer la science en train de se faire et de la rendre séduisante, c’est au moins autant d’intégrer l’histoire de nos savoirs dans la formation intellectuelle. Dans cette perspective, les musées et les fêtes de la science sont des choses importantes. Mais le vrai problème, selon moi, c’est d’arriver à intégrer le bon rapport à la science, en tant qu’elle est précisément à la fois capable de changer notre univers et nos vies, et en même temps de nous laisser devant nos incertitudes sans nous tenir par la main. »

Point de vue que je partage entièrement.

Pour qu’un carnet vive… [2]

Merci de respecter les intentions de l’espace où vous entrez

Vous cherchez un lieu pour expliciter votre propre pensée, pour parler de vos recherches ? N’hésitez pas à ouvrir un carnet de recherche ou un blog.

Merci de bien vouloir respecter l’objectif de discussion de l’espace constitué par les commentaires et de ne pas l’occuper pour vos propres usages ou la maturation de vos propres idées indépendamment des perspectives développées par les billets publiés ici, ou plus généralement par ce carnet. Cet espace est public et j’ai choisi pour l’instant d’en faire un espace ouvert aux commentaires car je suis convaincue que les commentaires sont potentiellement des lieux de dialogue.  Mais les espaces numériques, précieux, comme tous les lieux potentiels d’échanges, sont aussi fragiles, en particulier s’ils tombent dans l’écueil des monologues juxtaposés.