Archives par mot-clé : enseignements

D’un contexte à l’autre – Réinventer une manière de prendre le temps de la réflexion

Le temps de la thèse est fini.

Ce temps de réflexion long, continu, laissant le temps de s’installer dans l’épaisseur des questionnements a pris fin. Et avec lui un quotidien fait de lectures, de pensées, d’interactions, sur un sujet qui m’a occupée pendant 4 années. On finit par oublier, très vite, les longueurs et les errances jalonnant la thèse, pour se souvenir de ce temps dédié, à l’extrême, aux élaborations d’une réflexion par tâtonnement, par incertitudes et construction lente, parfois besogneuse.

Un temps long dans lequel bien sûr des reliefs apparaissent. Je n’ai pas vécu, mangé, dormi « thèse » pendant ces 4 années, j’ai eu la chance d’y associer le travail collectif de recherche et l’émulation des échanges, au sein du laboratoire C2So « Communication, Sciences et Société », des séminaires, des rencontres organisées, des discussions informelles ; lors de mes enseignements et des interactions avec les étudiants et doctorants en biologie notamment, en cours « Sciences et Société » ; avec l’équipe du service Science & Société de l’Université de Lyon (PRES) ; et bien sûr dans tous ces échanges numérico-réels, via les blogs et Twitter, qui ont joué un rôle roboratif  essentiel.

Pourquoi ce retour sur ce qui n’est plus ? Parce que la transition laisse dans l’expectative : que va devenir un carnet de recherche dont la place s’est construite  progressivement au cours de la thèse et qui maintenant se voit décalé, dans les besoins d’écriture qu’il va pouvoir remplir ?

L’infusoir était motivé par l’envie d’initier une approche réflexive sur les sciences. Sans que la direction ne soit plus précise que cela au départ. Commencer à écrire et l’on verra bien… Mes nouvelles activités réactivent cette envie : prendre le temps du recul, de la pensée, de la réflexivité vis-à-vis des discours sur la science (sa pratique, ses acteurs, ses valeurs, ses enjeux, …) que l’on mobilise dans une diversité de contextes.

Continuer de penser les discours de la science et sur la science dans la société dans laquelle je vis, leurs enjeux sociaux, politiques, philosophiques.

L’Infusoir devient mon carnet d’accompagnement d’activités professionnelles, et le prolongement d’une réflexion de recherche qui s’ancre à présent dans un quotidien fait de rencontres avec des problématiques de formations d’enseignants et de dialogue entre les mondes : de la recherche, de l’éducation et de la médiation science-société / CSTI (Culture scientifique Technique et Industriel).

Un billet pour transposer le contexte, un billet pour reprendre l’écriture avant qu’elle ne s’émousse par l’activité urgente et pressante dont les journées sont si vite emplies.

Mélodie Faury – Licence CC-BY 

Entretien avec Pierre Clément – Cours « Science et Société » à l’Université Lyon 1, dans les années 1970 – Extrait

Vous trouverez ici un extrait – L’entretien complet est disponible sur le site science-societe.fr

Accéder à l’entretien complet, publié le 19 septembre 2012

Le 6 juin 2011 – Dans un bureau de l’ENS de Lyon

Mélodie Faury : Je serais très intéressée par votre expérience d’enseignement science-société à l’Université Lyon 1, dans les années 1970. Je serais curieuse de savoir comment cela se passait concrètement. Pour commencer tout m’intéresse, je pourrais resituer ensuite avec des questions plus précises, mais si vous voulez bien me raconter…

Pierre Clément : Ça fait beaucoup !

MF : Nous pourrions débuter par un retour sur ce à quoi correspondaient ces cours, comment ils étaient reçus, comment ils se déroulaient ?

Pierre Clément : L’histoire commence dans l’après 1968. Il y a eu une loi d’orientation en 1969 qui n’a été mise en œuvre à l’Université Lyon 1 qu’en 1973, si je me souviens bien. Une circulaire est alors passée appelant à proposer des idées d’enseignements. C’était ce que l’on appelait des « options III ». C’est à dire qu’en premier cycle, en DEUG,les étudiants s’inscrivaient dans des options, A ou B. DEUG A c’était les mathématiques, la physique. DEUG B, plutôt biologie, géologie, biochimie.

Au sein de chacune de ces deux branches, ils choisissaient des « options II », qui étaient des filiaires disciplinaires, puis des enseignements à la carte, ouverts pour toutes les filières du DEUG A ou pour celles du DEUG B : les « options III ».  Ils étaient créés, de novo. Il y avait 50 heures à l’année, par étudiant, à choisir parmi un certain nombre d’options III qu’on leur proposait. Et donc il fallait les créer. Et il y a eu un appel d’offre.

Alors moi j’y suis allé. C’était Louis David qui pilotait, un professeur de géologie, qui avait une certaine ouverture d’esprit. Il a dirigé le musée Guimet pendant pas mal de temps, jusqu’à ce que le Musée des Confluences prenne assez récemment la relève.

Et donc, je vais le voir, et il me dit : « Liberté totale, pour créer ce que vous avez envie de créer », je lui dis « C’est pas possible ça ! Un espace de liberté ! ». Alors, ça correspondait quand même bien à l’époque, à l’après 68, ça bouillonnait d’idées.

Lire la suite ->