Archives par mot-clé : europe

« Prendre la société de la connaissance au sérieux » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention d’Ulrike Felt, professeur en sociologie des sciences à l’Université de Vienne

Vidéo en ligne de l’intervention

« Prendre la société de la connaissance au sérieux », intervention d’Ulrike Felt à partir de travaux d’un groupe d’expert effectués pour la direction « Science, Economie et Société » de la Commission Européenne.

Rapport de 2007 disponible en ligne (en anglais), dont U. Felt est rapporteur et B. Wynne « chairman ».

version 2009

Capture d’écran 2013-08-01 à 17.16.17« (…) le défi posé au groupe était de repenser l’engagement de la société civile démocratique dans la gouvernance de la science en Europe. L’idée était de rassembler des connaissances acquises par des chercheurs dans le domaine STS (science, technologie, société) pour évaluer les défis actuels et débattre des stratégies futures concernant la science et sa gouvernance. (…)

Cependant le rapport ne devait pas aboutir à des recommandations de « best pratice » en ce qui concerne science et gouvernance. Il s’agissait plutôt de montrer les enchevêtrements complexes entre science et société et leur profond enracinement dans nos cultures. Le rapport visait donc plutôt à offrir des options pour repenser la situation. En conséquence, nous avons abordé la question de science et gouvernance à travers les notions-clés employées dans les discours des décideurs européens.

Nous avons identifié quatre notions à approfondir : l’innovation, son orientation, sa distribution ; le risque et la science, ainsi que sa dimension normative; l’éthique, la politique normative européenne et le rôle des experts ; et enfin les publics européens, leurs formations, performances et rencontres.

Dans le processus de discussion, deux thèmes transversaux ont émergé. Premièrement, la question se posait de savoir comment nous apprenions en tant que société et que signifiait l’apprentissage dans le contexte d’une société européenne de la connaissance. Deuxièmement, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait prêter une grande attention à ce que nous avons appelé les « imaginaires » et les narratifs dominants car ils sont le cadre de tous nos futurs potentiels : ils sont des lieux d’articulation entre les idées plus générales de progrès et les développements technoscientifiques. Ainsi, le rapport s’est fixé comme but de contribuer à une conceptualisation différente et plus large des questions en jeu dans le domaine science et gouvernance en Europe, et d’offrir un point de départ pour la construction d’une société de la connaissance plus robuste, ouverte et durable. »

Rapport à lire donc.

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention de Jean-Pierre Alix, secrétaire général du M.U.R.S, conseiller science-société à la présidence du CNRS.

Vidéo en ligne de l’intervention

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques », à partir de travaux menés dans le cadre de l’OCDE

Quelques extraits, mais je vous conseille la lecture de l’article dans sa totalité.

Publication en ligne de l’OCDE

Capture d’écran 2013-08-01 à 10.26.53

« Qu’est-ce que la question « sciences en société » ? Notre découverte, c’est que le rationnel classique de sciences en sociétés est en position critique. Il vient d’une espèce d’âge d’or, qui n’a peut-être pas existé, dans lequel la science occupe une place mythique due aux grandes figures (…) Pasteur, Einstein et d’autres. Il a été assez commode de gérer la politique scientifique à partir de ce mythe pendant un certain nombre de décennies. la conséquence de ce paradigme est que le transfert des connaissance vers les profanes est le plus souvent fait par le système éducatif, c’est-à-dire à long terme. Une autre de ses caractéristiques est que le public ne comprend pas spontanément la science. Une troisième caractéristique est que les décisions vont du haut vers le bas. une quatrième est que les experts, encore faudrait-il déterminer exactement de quoi il s’agit, jouent un rôle majeur et silencieux. C’est donc ce modèle de déficit de connaissance du public qui est dominant, selon lequel il faut donc enseigner le public. la communication est unidirectionnelle, elle va des scientifiques vers le public, elle est linéaire, depuis la théorie jusqu’à la technologie, jusqu’aux nouveaux usages. Mais cette « vision de l’âge d’or » est contrebattue par des faits nouveaux, que chacun de nous peut observer.

Le premier est que la vie quotidienne des citoyens dépend de la science et de la technologie, dans un très grand nombre de domaines, c’est d’ailleurs leur succès d’une certaine façon. (…)

Le deuxième est que les enjeux des sciences en sociétés deviennent très nombreux : OGM, tests génétiques, nano, déchets nucléaires, réchauffement du climat, énergie, science et religion, avec les courants créationnistes. Parallèlement, la confiance envers le système scientifique et le complexe scientifico-militaro-industriel décroît, du moins en Europe : ce n’est pas vrai dans tous les pays du monde. Ceci marque une différence majeure avec les époques où la discussion à propos de la science « tait limitée à un petit nombre d’experts, appartenant à l’Etat ou à l’industrie. Or, le public ou la société, selon le terme que l’on emploie, souhaite exprimer qu’il possède un savoir contextuel, souvent issu de la tradition, pas totalement empirique, pas totalement formalisé, savoir qui échappe souvent aux experts. (…)

Il y a donc une mutation réciproque : une mutation en soi de la vie des sciences, des déplacements de sujets et la société développe ses propres mutations. Il n’y a pas de raisons que leurs rapports restent harmoniques à tout moment. (…)

C’est dans ce contexte qu’a démarré l’atelier du Forum mondial de la science. Il a été décidé d’explorer l’approche par le dialogue, avec l’idée que pour changer ce système de communication unilatérale, il faut maintenant passer à la communication à deux sens : à la fois les scientifiques offrent, et à la fois la société offre. Chacun est légitime pour poser ses question à sa façon. C’est donc l’idée d’un dialogue bidirectionnel. Les premières conclusions ont montré qu’il fallait un élargissement du processus démocratique, lui-même fondé sur le principe du consentement éclairé, conduisant à un dialogue bidirectionnel, et à un besoin de définir clairement ce qu’est un processus de dialogue, considérant en particulier que ce processus est complexe, en raison de l’imbrication, souvent mal connue, des parties prenantes. Elles sont nombreuses, puisqu’on peut citer aussi bien les systèmes éducatifs, le système économique, la recherche elle-même, la culture, les médias, les décideurs, etc. »

Un peu plus loin :

« Qu’est-ce que le public ? Est-ce une construction ? Est-ce la même chose de dire société ? Est-ce la même chose de dire opinion publique ? Ce sont des constructions intellectuelles qu’il faut savoir définir et comparer. Une autre question importante est comment évaluer et identifier les préoccupations du public ? Qu’est-ce qu’une préoccupation du public ? D’où part-elle, comment se définit-elle, comment évolue-t-elle ? Une troisième question, c’est que nous introduisons sans le vouloir un débat entre différentes formes de démocratie, qui est le suivant : y a-t-il contradiction entre la démocratie représentative, c’est-à-dire le système électif, et ces nouveaux systèmes d’expression de la société civile qui auto-désignent leurs représentants ? Enfin une question importante pour que les processus de dialogue soient efficaces, c’est de savoir si ces consultations peuvent être transformées en décisions politiques recevables, c’est-à-dire applicables, que les décideurs puissent entendre. »