Archives par mot-clé : formation

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, les motivations de Pauline pour la science étaient liées à son expérience personnelle. Ses objectifs ont évolué au fil de sa formation et de la découverte de l’importance d’une certaine mise à distance vis à vis de ses objets de recherche : «  […] je pense qu’il faut vraiment se méfier quoi, de l’implication sentimentale… Autant faire des choses, faire avancer la recherche en biologie, se dire qu’effectivement on va aider des personnes malades etc., je pense  que du coup le fait d’avoir des personnes malades dans son entourage peut être une motivation, mais travailler vraiment sur ce que ces personnes-là ont, je pense que c’est pas forcément bon quoi, pour soi, pour les autres, enfin, que c’est, tu manques forcément de recul quand tu fais ça je pense. »

L’intérêt qu’elle porte pour la recherche en génétique au moment de sa thèse dépasse finalement les applications potentielles des résultats qu’elle pourrait trouver : « Comprendre, juste pour comprendre la vie, même pas avec un but médical, ou en tout cas, à ma paillasse tous les jours, le but médical il est pas présent dans ma tête clairement, alors que le but de connaissances scientifiques ouais, toujours. C’est vraiment, ouais, c’est vraiment ça qui me motive quoi. »

Source: http://www.coramh.org/pages.php?p=2

De l’encadrement de son master, puis de sa thèse aux relations inter-individuelles dans et entre les laboratoires, Pauline porte un regard critique et tranché sur la recherche : « par rapport à l’encadrement de ma thèse, bon c’est clair, c’est pas comme ça que je vois la relation entre un thésard et une directrice de thèse, et par exemple je trouve qu’on a pas du tout assez d’interactions, sur le plan scientifique et sur le plan technique, et que ma chef est pas quelqu’un d’extrêmement présent, et ça, ça me pèse vraiment. » Elle ajoute plus loin : « c’est vraiment de l’arrivisme toujours quoi, enfin, les gens font passer leur carrière avant, avant l’aspect humain, alors, il y a sûrement des raisons aussi, il faut dire que c’est très difficile de faire une carrière dans la recherche donc effectivement, si tu es pas un peu un loup tu as un peu de mal à y arriver, enfin, il faut aussi un peu écraser les autres parce que sinon, ça passe pas. Mais je trouve ça dommage quoi, je trouve ça dommage que la sélection elle se fasse comme ça. C’est pas les meilleurs scientifiques qui arrivent aux plus hauts postes, c’est ceux qui ont les dents les plus longues. » Proche des mouvements de syndicats, elle exprime à plusieurs reprises un fort intérêt pour les questions de gouvernance de la recherche et un mécontentement quant aux modes de fonctionnement de la recherche : « Enfin, les chercheurs en biologie, de manière général je les trouve très peu concernés par très peu de choses en fait, enfin le manque d’intérêt est flagrant […] en ce moment, on est dans un contexte un peu particulier parce qu’il y a la refonte de l’unité, donc toutes les équipes en gros, c’est remis à plat et c’est reconstruit on va dire, donc que ça leur prend énormément de temps, énormément d’attention, et donc finalement les questions plus générales […] ils s’en fichent complètement quoi vraiment c’est… »

L’encadrement des stagiaires et des thésards est au centre de ses préoccupations et de ce qu’elle déplore dans le mode de fonctionnement de son laboratoire : « quand elle prend par exemple un stagiaire de master, et donc c’était sûrement mon cas quand je suis arrivée, même si après j’avais pas forcément de recul, etc., c’est… c’est, elle prend de la main d’œuvre pour faire des publications, elle prend pas quelqu’un qu’elle a envie de former par exemple, et ça c’est, enfin, peut-être un petit peu, mais c’est clairement pas le but principal, quand elle prend un stagiaire de master, c’est pour faire du volume, elle le voit comme sa force de frappe, c’est son mot quoi je veux dire. » Plus généralement, c’est la relation pédagogique qui lui paraît indissociable de la pratique de recherche : « enfin, moi qui suis extrêmement attachée à l’aspect enseignement et l’aspect encadrement des thésards et des stagiaires etc, c’est quelque chose qui me révolte complètement, et c’est pas qu’elle, hein je veux dire, là en ce moment, tous les chercheurs du labo ont au moins trois, voire quatre stagiaires, ce que je considère comme complètement anormal. […] Moi ce qui me plaît dans ma thèse c’est la partie monitorat, c’est la partie enseignement, donc quelle que soit la suite de ma carrière ce sera forcément avec un partie importante d’enseignement. Soit enseignement dans le secondaire, soit enseignement dans le supérieur. »

Source : http://www.observatoiredessubventions.com/tag/enseignement/

Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. » Continuer la lecture de Lucie – Ces échanges qui font la science

Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Philippe est venu en France pour faire ses études en biologie. Si son souhait de faire de la recherche apparaît assez tôt, son affinité pour sa spécialisation actuelle a évolué au fil de sa formation :« Ouais, lorsque j’étais arrivé en licence, c’était vraiment la bactério et rien. Et après je me suis dis, finalement, on reste dans la microbiologie avec les virus et j’ai essayé de trouver quelque chose où il y a de l’argent et où c’est intéressant. J’ai toujours aimé les trucs moléculaire, là c’était parfait.[…] Mais ouais la recherche ça m’a toujours plu. »

C’est sur les conseils d’enseignants-chercheurs et guidé par son intérêt pour un sujet de thèse, que Philippe choisit un laboratoire pour effectuer son doctorat : « J’ai demandé à une des profs de l’épigénétique, qu’est-ce qu’elle avait fait comme parcours, elle m’a dit qu’avant de faire de l’épigénétique, elle a travaillé dans le domaine de la traduction, donc du coup j’ai contacté Untel, parce que j’étais assez proche de lui, et je lui ai demandé s’il y avait un laboratoire de traduction dans Tel Lieu. Il m’a dit « oui », un super labo où ils font en plus de la virologie, donc c’était parfait. J’ai choisi comme ça. »

Continuer la lecture de Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Continuer la lecture de Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. » Continuer la lecture de Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

Continuer la lecture de Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Paroles de doctorants – Terrain de thèse

Mon travail de terrain, mené essentiellement sous forme d’entretiens, m’a amenée à rencontrer des doctorants en biologie, eux aussi en cours de thèse.

Ils ont bien voulu détailler leur pratique quotidienne de la recherche, le rapport qu’ils entretiennent à leur pratique au moment de l’entretien, mais parfois aussi plus largement à la science.

C’est de la diversité de l’expérience vécue de la thèse que la galerie de rencontres que j’initie aujourd’hui cherche à donner un aperçu. [1]

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, sous forme de commentaire ou de préférence à l’adresse suivante :

experiencedethèse@gmail.com

Une publication pourra ensuite être envisagée sur l’Infusoir (qui se réserve le choix des témoignages à publier, sur des critères liés à la rédaction de ceux-ci et non bien sûr à la nature de l’expérience vécue)

Pour cela ces témoignages devront être anonymes (pas de nom de lieux ou de personnes notamment) et reprendre la structure suivante :

  • Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?
  • Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?
  • Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?
  • Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?
  • Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?
  • Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?
  • Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?

[1] Idée inspirée de l’ouvrage de Gilles Chantraine, dans lequel il présente sous forme d’encadrés les prisonniers qu’il a rencontré au cours de ses entretiens : Par-delà les murs, Gilles Chantraine, Paris, PUF, 2004, 268 p.

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.