Archives par mot-clé : géographie

Paroles d’un ancien doctorant – Doctorat en géographie, convention CIFRE

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Source : http://www.cdt.cict.fr/guide/
Témoignage reçu par courrier électronique le 03 décembre 2011

Récit d’une thèse de Doctorat de géographie,

réalisée en convention CIFRE entre novembre 1991 et décembre 1994

(soutenue devant l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse)

• Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Après avoir refusé de m’engager dans une thèse après mon DEA, j’ai commencé à travailler au Canada puis en France dans plusieurs sociétés du secteur du privé. Au bout de 3 ans, mon goût pour la réflexion et en particulier pour une réflexion propre à la recherche s’est à nouveau imposé à moi. Mais pour autant, je voulais trouver la possibilité d’effectuer un travail de recherche appliquée et je devais pour cela trouver une organisation à la fois intéressée par mon profil et mes propositions de sujets recherche, et capable de m’accueillir et de financer mon poste de chercheur. J’ai effectué des démarches dans ce sens et j’ai eu la chance de trouver l’opportunité d’effectuer ma thèse dans le cadre d’une convention CIFRE au sein d’une société d’aménagement régional du sud de la France, et en étant admis en même temps dans un laboratoire de recherche en géographie.

• Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Je connaissais déjà ce laboratoire de recherche avant d’y être admis, et certains de ses membres. Ce laboratoire faisait partie d’un groupement d’intérêt public connu sur le plan national et international, à la fois comme éditeur d’ouvrages et de revues de référence en géographie et de divers programmes de recherche notamment dans mes domaines d’intérêt, en l’occurrence l’aménagement du territoire. Enfin, ce laboratoire souhaitait engager une collaboration avec mon futur employeur et ma candidature est arrivée à point pour les trois parties.

• Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Dans le laboratoire, j’avais un statut de doctorant chercheur et je partageais ce statut avec cinq autres doctorants. Mais en étant en même temps ingénieur de recherche dans l’entreprise qui m’accueillait, la répartition de mes activités entre ces deux organisations créa rapidement une situation difficile à concilier, qui le resta pendant les trois années de la thèse. De ces deux statuts, celui qui me rattachait à mon employeur devint plus « attractif » et j’eus du mal à résister aux obligations professionnelles qui me liaient à mon employeur au détriment du laboratoire de recherche.

• Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Dans le laboratoire de recherche, je n’avais que de rares contacts avec mon directeur de thèse qui assurait en même temps la fonction de directeur de laboratoire. Mes échanges les plus fréquents étaient avec un chercheur qui fut désigné comme mon co-directeur de thèse et certains des autres doctorants. Mon travail dans le laboratoire de recherche était fait de lectures, de discussions, de travaux sur postes informatiques, mais où j’ai plus souvent fait l’expérience de la solitude du chercheur que celle de la collégialité d’une équipe de chercheurs.

• Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

Du fait de mon statut particulier et de mon double rattachement institutionnel, ma thèse s’est déroulée de façon déséquilibrée dans le temps passé entre le laboratoire et l’entreprise. Cela semble être souvent le cas des thèses CIFRE, où l’employeur, lorsqu’il est du secteur privé, perçoit le doctorant comme un employé comme les autres qui a des obligations de présence avant d’avoir des droits d’absence comme doctorant et chercheur associé à un laboratoire. Cette difficulté ainsi que la nature de mon travail de recherche et ses résultats firent l’objet de débats animés lors de ma soutenance et de la délibération du jury, même si l’issue de celle-ci me fut très favorable.

• Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Là aussi du fait de la nature particulière du cadre institutionnel du déroulement de ma thèse, ma conception de la recherche a été directement influencée par la nature d’une recherche appliquée, c’est-à-dire orientée vers la production de résultats tangibles au détriment de réflexions de fond et moins directement transposables pour l’entreprise. Ce déséquilibre fut une source de frustration mais le laboratoire de recherche ne fit pas non plus la démonstration de vouloir imposer à mon employeur ce qui devait être une répartition de mon emploi du temps à parité, initialement prévue par la convention cadre de ma thèse. J’ai néanmoins vécu « de l’intérieur » ce qu’est un travail de recherche appliquée, ce qui était mon souhait initial, même si je ne pouvais pas prévoir dans le détail les difficultés mais aussi tous les bénéfices que j’ai pu tirer de ces trois années. Enfin, j’ai eu l’occasion de participer à diverses collaborations avec d’autres laboratoires de recherche et à deux programmes européens de recherche, ce qui m’a permis de me faire une idée pratique d’une recherche conduite en collaboration internationale et plus seulement franco-française, ce qui m’a donné le goût de poursuivre ce type de collaboration.

• Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Après ma thèse, l’entreprise m’a proposé de continuer à travailler pour elle, en changeant la nature de mon contrat de travail (CDI après un CDD de trois ans) et de changer mon poste d’ingénieur de recherche en un poste d’ingénieur d’étude. J’ai pu prendre la responsabilité de projets, où la part de R&D a été très réduite sans pour autant en disparaître totalement. J’ai ensuite occupé diverses fonctions en ingénierie technique, commerciale, dans des organisations du secteur privé (société en informatique, structure de transfert de technologies), des collectivités locales et des organismes publics de recherche.

• Quelle est votre situation actuelle ?

Depuis près de deux ans, je suis ingénieur de recherche dans un établissement public de recherche dans le secteur du patrimoine culturel, au sein du Service Méthodes et Qualité de la Direction Scientifique et Technique. J’y conduis diverses actions de recherche appliquée et à visée très opérationnelle. En parallèle, je suis chercheur associé dans une UMR du CNRS. Je participe à diverses actions de recherche collective (PCR), des groupes de recherche (GdR), des réseaux de chercheurs et je tente de maintenir tant bien que mal un équilibre entre ces divers axes de mon activité dans un contexte de fortes contraintes budgétaires, sans oublier l’activité de publication scientifique ni celle de veille méthodologique.