Archives par mot-clé : identité

« Tu vois, sur cette photographie, c’est moi » – L’identité : questions, critères et représentations

Ce billet est publié en parallèle sur le site du Laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant ».

Ce billet prend le parti de ne pas s’inscrire a priori dans une perspective disciplinaire, ni dans la pensée d’un auteur donné : il est issu d’une séance organisée avec Bachar Cheaib dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant », qui souhaitait constituer un point de départ, sous formes de questionnements issus de parcours ou de supports, à d’autres séances et des lectures interdisciplinaires pour essayer de comprendre, justement, comment différentes disciplines posent et conceptualisent la question de l’identité.

L’identité, des critères d’identification

Prenons une photo de soi, il y a 6 ans. Suffisamment loin de soi aujourd’hui pour avoir l’impression « d’avoir changé ».

Sommes-nous aujourd’hui la « même » personne que celle qui y figure ? Qu’est-ce qui fait que l’on se sent aujourd’hui le même, mais pas exactement, qu’hier. Arrive-t-il au contraire que la personne figurant sur la photographie nous soit étrangère ?

Sur cette photo, ce n’est plus moi mais c’est moi quand même.

Le rapport à soi-même, vis-à-vis de cette photographie, me paraît intéressant. Si l’on a pu choisir cette photographie parmi d’autres, comme celle nous représentant, il y a six ans, c’est bien que certains « critères » nous permettent de faire ce choix, de nous identifier.

Il y a des indices qui nous permettent de dire qu’il s’agit de nous-mêmes sur l’image.

Une identité peut-elle être lue, peut être perçue ?

Selon quels indices, quels critères, selon quels signes, quels codes ?

Comment le chercheur, selon ses questions, sa démarche et ses méthodes, peut-il les appréhender ?

Qu’est-ce que ces critères disent de l’identité et de l’individu ? 

Ce que l’on pense être et ce que les autres nous renvoient que nous sommes pour eux

Ces questions rejoignent des discussions précédentes menées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant », sur la perception et le regard de l’autre : « Le corps et sa perception« .

Marie-Anne Paveau, qui développe une approche en analyse du discours avec une dimension philosophique et cognitive, a notamment travaillé sur les inscriptions cutanées et ce qu’elles disent de l’identité :

« De nombreux tatouages disent l’identité, au sens très large du mot : j’encre qui je suis, qui je veux être, qui je suis pour l’autre, pour qui je veux être pris, ou l’inverse, et j’indique par là sur mon corps que cette identité désirée ou haïe est une question perpétuellement posée. « qui je suis, qui je veux être, qui je suis pour l’autre, pour qui je veux être pris ». »

Paveau, Marie-Anne (9 février 2012) Scriptocorpus 3. Identités dermographiées La pensée du discours [carnet de recherche]. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8345

Lorsque l’on exprime quelque chose de soi, dans quelle mesure compose-t-on avec une identité désirée ou repoussée ? Comment se pose la question de « qui on est » dans nos interactions avec les autres (appartenances, ruptures, filiations, etc.) ?

Face à soi, sur la photographie, autant de questions qui peuvent surgir, d’autant plus si aujourd’hui on ne se reconnaît plus sur celle-ci.

Bande Dessinée XIII - 1er Tome

Comment je sais que « c’est moi » ?

Je le sais, parce que je fais quelque chose face à cette photographie. Je suis active :

Je vois,

je nomme (les personnes en présence, les lieux, moi-même),

je catégorise (un moment donné de ma vie, un endroit donné, des relations interpersonnelles particulières, etcetera)

je me souviens (du contexte, du moment, des personnes présentes, etc),

je suppose (que c’est moi étant donné ce dont je me souviens, etc.),

je réfère (je fais appel à des repères),

etc.

Même si je suis en partie caché (on ne voit que mon bras, dans un pull dont je me souviens), je suis en mesure, par cette approche active de ce qui figure sur le cliché, de déduire, qu’il s’agit bien, selon toute vraisemblance, de moi.

Cette image n’est pas moi. Mais c’est effectivement moi qui suis représentée, qui apparaît sur cette photographie.

Se reconnaître – Si je me ressemble encore

Dans le cas le plus simple, les ressemblances entre moi aujourd’hui et le moi représenté sont suffisamment fortes pour que j’ai presque l’impression de m’observer dans un miroir.

Je sais que « c’est moi » parce que je compare. Je retrouve, extérieurement, des similitudes : une même enveloppe physique, corporelle.

Je sais que « c’est moi » car je l’ai vécu : de là d’où je parle aujourd’hui, j’ai les souvenirs du moment où a été prise cette photo, que c’était moi, dans cette situation ;

Je sais que « c’est moi » parce que l’on me l’a dit. J’en suis convaincue, sans m’en souvenir nécessairement. Ne serait-ce que parce que l’on considère que cette image de nous-mêmes qui apparaît sur la photo correspond bien à la représentation que nous nous en faisons. C’est cohérent.

A l’inverse, on peut rester sceptique face à une ancienne photographie : « Cela ne peut pas être moi ! ».

Se reconnaître – Si je ne me ressemble plus

Si je ne me ressemble plus du tout, physiquement : j’ai perdu/pris 30 kilos, j’ai changer de couleur de cheveux, de coupe, mon visage a été greffé…

Puis-je faire l’effort mental pour me rappeler que j’étais autrement ? Que je ressentais autrement ?

Bande dessinée XIII - Tome 3

Et qui suis-je ? Suis-je plus la personne dont je me construis une image aujourd’hui ou celle représentée sur le cliché, et pour qui ?

Suis-je ce que mes papiers disent de moi ? Si je lis ma carte d’identité, que dit-elle de mon identité ? Si je perds mes papiers d’identité, est-ce que je perds autre chose qu’une identité administrative ?

Suis-je mon nom et ce que mes parents m’ont donné comme identité en me nommant ? En quoi cela m’inclut-il dans une histoire familiale, culturelle, etc ?

« Les noms, prénoms et surnoms, c’est une des grandes affaires de la vie. »

Série d’hiver sur les prénoms, sur le carnet de recherche La pensée du discours, par M.-A. Paveau.

Le prénom dit-il quelque chose de ce que je ressens que je suis ?

Suis-je ce que je ressens ?

Bande dessinée XIII - 1er Tome

La reconnaissance, de ce que l’on est dans ce que l’on fait

L’identité ne passe pas uniquement par une représentation, une image, mais également par ce que l’on a été ou encore de ce que l’on fait ou a fait.

L’écriture, par exemple, pourrait-elle être considérée comme l’une de ces actions qui seraient le prolongement de ce que l’on est ?

Lorsque j’écris ma thèse, le moi d’aujourd’hui ne reconnaît pas toujours ce que le moi d’hier à écrit (il y a un an) : je ne suis plus si sûre d’avoir écrit ce que je lis sur mon écran. Il n’est pas toujours évident de se l’approprier : l’état dans lequel j’ai écris hier est loin de celui dans lequel je suis aujourd’hui. Le processus scientifique de déconstruction-construction des idées et hypothèses participe fortement de cette impression.

On bouge. L’identité est en mouvement.

Mais c’était quand même « moi » hier, dans les « faits », c’est-à-dire matériellement.

Il y aurait donc des « faits » qui définiraient mon identité ?

Saisir l’identité

La notion d’identité numérique, par exemple, me semble bien mettre en avant ces questions du « qui on est » et du « qui on donne à voir », c’est-à-dire ce que l’on projette de soi-même dans des espaces d’inscription.
L’identité serait-elle un ensemble de facettes, de morceaux épars à rassembler pour reconstituer l’identité d’une personne ?

Seules, ces facettes sont toujours caricaturales ou trop simplistes. Associées, elles ne sont jamais exhaustives. Le problème fréquemment associé à la question de l’identité numérique est celui de son contrôle. Mais n’est-on pas toujours dans l’impossibilité de contrôler ce qui sera projeté sur notre identité, même si l’on en a l’illusion.

Dès lors que l’on cherche à caractériser son identité, ou celle de quelqu’un, on se trouve face à l’impossibilité de la saisir complètement, et de la catégoriser pour la parcourir entièrement : on se retrouve confrontés à différents renvois vers ce que l’on est qui sont contradictoires, entre eux, et avec ce que l’on projette de soi-même (pour soi, pour les autres).

L’identité, en mouvement permanent, liée à la mémoire.

Savoir qui on est, ne veut pas forcément dire « savoir le partager », « l’expliquer » ou « l’expliciter ». Dire qui l’on est ne revient pas à se définir selon une identité qui soit biologique, administrative, textuelle, numérique, etc. On propose ainsi une perspective sur l’identité. Mais on ne dit pas son identité.

Ce que l’autre projette sur l’identité

Que fait l’homme lorsqu’il dit à quelqu’un ce qu’il est ? Que fait le chercheur (« l’homme cherchant ») lorsqu’il dit ce qu’est l’homme vivant ?

Bande dessinée XIII - 1er Tome


L’objectivation, lorsqu’elle ne dit pas depuis quel point de vue elle est construite, peut constituer une forme de violence : l’enquêté , par exemple, ne se reconnaît pas toujours dans les résultats de l’enquête, dans ce qui est rapporté de ce qu’il a dit, de ce qui est dit du monde dont il a une expérience vécue. De la même manière que l’on ne se reconnaît pas nécessairement dans la description, prétendument neutre que nos amis, nos proches font parfois de nous.

La violence de l’objectivation réductrice lorsque la personne objectivée ne se reconnaît pas

dans ce qu’il est dit de son identité

Comment le chercheur (homme cherchant) peut-il prendre l’identité de l’homme vivant comme objet de recherche ?  A quelles conditions et selon quelles perspectives (disciplinaires) ? La reconnaissance de soi-même, l’expérience vécue, le sens donné à une situation par l’homme vivant, parfois constitué en enquêté ou bien en corps biologique, font-ils partie de ce qui est constitué en données signifiantes et pertinentes par le chercheur (homme vivant et cherchant à répondre à une question de recherche) ?

Ce que l’on donne à voir

Ce que l’on donne à voir dépasse ce que l’on renvoie, dans la mesure où l’idée de l’intention semble s’y ajouter. On fait un choix délibéré. Ce qui ne détermine pas pour autant ce qui est effectivement vu…

Ce que je choisis de dire de moi-même, en termes d’appartenances, de catégories et de normes mobilisées, va influencer la manière dont l’autre me considère. Ainsi, selon les interlocuteurs, pour leur donner une idée de qui l’on est, on peut se présenter de différentes manières:

« je suis biologiste moléculaire et cellulaire de formation »

« je suis biologiste de formation »

« je suis en thèse de sciences humaines »

« je suis en thèse en sciences de l’information et de la communication ».

Selon les contextes, je ne ferais pas appel aux mêmes critères, considérés comme légitimes ou pertinents :

« je suis née en TelleAnnée»

« je viens de TelleVille  »

« j’ai suivi tel cursus universitaire »

« je suis TelleCroyance »

« j’appartiens à TelCollectif»

Contrôler, de manière toute relative, ce que l’on donne à voir de son identité revient à considérer des critères que l’on se donne ou selon lesquels l’autre  pourrait projeter sur soi une identité. Mais les travaux de Bourdieu, et notamment le concept d’habitus, ont largement démontrés combien nous parlons de nous-mêmes quant à ce que nous sommes, au sens de nos appartenances sociales et culturelles : dans notre façon de parler, de nous comporter, de nous habiller, d’exprimer des goûts, etcetera.

De qui on est à d’où on parle

Qu’est-ce que l’identité ?

Entre le début de ce billet et maintenant, j’ai déjà changé, j’ai déjà bougé. Mais je viens toujours du même endroit.

Mon rapport à ce point de départ change quant à lui, ainsi que mon discours à ce sujet.

Si j’ai du mal à dire qui je suis, de manière non figée, en dehors de ce qui me caractérise matériellement, factuellement (ce qui reste « identique »),

je peux au moins (essayer de) dire d’où je parle

L’identité pensée selon un processus

Je propose donc ici de pensée l’identité comme ce vers quoi l’on tend et d’où l’on vient : dans un mouvement, dans un parcours.

L’identité en tension et en mouvement.

J’ai par exemple du mal à dire « je suis lyonnaise ». Je peux par contre affirmer que « je suis née à Lyon » : cela me paraît mieux me définir plus.

« Je suis lyonnaise » laisse apparaître l’idée d’appartenance à un groupe, à une conception de ce que signifierait « être lyonnais », qui me semble absent dans « je suis née à Lyon », expression par laquelle j’investis un parcours, une histoire, d’une manière qui m’est propre.

Je ne sais pas où je vais, par contre, la direction vers laquelle je vais, les valeurs (ce qui définissent ce qui est désirable pour moi) qui me mettent en mouvement disent quelque chose de moi. Elles disent des choses sur le plan culturel, de l’éducation, du vécu, de l’idéal (de ce vers quoi l’on tend), sur le plan du rapport aux autres, aux collectifs.

Est-ce que dire ce que l’on voudrait être ne dit pas autant (ou plutôt parle différemment) d’une personne que sa description avec un certain nombre de critères, des références précises, de ce qu’elle « est » factuellement ? Que disent les identités administratives, génétiques ou autres de l' »être » ?

Qu’ai-je envie de savoir en tant qu’homme de l’identité de l’autre et de moi-même ?

Qu’ai-je envie de savoir, en tant que chercheur (homme cherchant), de l’identité de l’homme vivant ?

Quelques premières pistes bibliographiques

Deschamps, J.-C. & Moliner, P. (2008). L’identité en psychologie sociale. Des processus identitaires aux représentations sociales. Paris, Armand Colin

Dubar, C. (2001). La Crise des identités. Paris, Armand Colin

Kaufman, J.-C. (2004). L’invention de soi – Une théorie de l’identité. Paris, Armand Colin

Lahire, B. (2001) L’homme pluriel – Les ressorts de l’action. Paris, Armand Colin

Bourdieu, P. (1980). L’identité et la représentation. Actes de la recherche en sciences sociales, Volume 35, Numéro 1, p. 63 – 72.

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

Dr. Jekyll ou Mr. Hyde – La figure du scientifique et sa construction entre auto-représentation et perception du public

Forum jeunes chercheurs ouvert au public, Lausanne, 9 septembre 2010

Plus d’informations

Extrait des aspects qui y seront développés :

« 1.  Le terme de scientifique est relativement récent et ne s’est imposé que dans le courant du 19ème siècle. Quelle est son histoire ? Comment notre perception du scientifique change-t-elle avec les mu­tations successives que connaissent les appellations qui le désignent au fil du temps ?

2. Quelles sont les sources de la construction de la figure du scientifique ? Au-delà des documents textuels (autobiographies, préface d’ouvrages clés, correspondances, biographies, éloges, entrées de dictionnaire ou d’encyclopédie, etc.) nous aimerions aussi inclure les sources visuelles (portraits, médaillons, sculptures, films, etc.). Ces sources comportent-elles une fonction propre, une rhétorique particulière, des thèmes narratifs, des leitmotivs, des mythes de référence ou des conventions de repré­sentation picturale ?

3. Dans quelle mesure la perception des scientifiques par eux-mêmes est-elle conforme ou contraire avec celle élaborée par un public externe ?

4. Quelles relations entretiennent les diverses représentations du scientifique avec le contexte historique d’où il émerge? Peut-on discerner des moments clés dans l’évolution de l’identité scienti­fique ? […]

5. Enfin, quelles sont les rapports qu’entretiennent les représentations du scientifique et la science même ? Comment la perception du scientifique par lui-même et par les autres influence-t-elle les prati­ques de la science ? L’imagerie identitaire déployée a-t-elle quelque chose à dire sur les objectifs de la science ? […] »

Ce Forum jeunes chercheurs est organisé par la SSHMSN (Société Suisse d’Histoire de la Médecine et des Sciences Naturelles), qui a comme objectif de favoriser l’essor en Suisse de l’histoire de la médecine et des sciences naturelles. Fondée en 1921, cette société est membre de l’Académie suisse des sciences naturelles.

Pour plus de détail, vous pouvez aussi consulter l’appel à communication.