Archives par mot-clé : interdisciplinarité

A la recherche d’espaces de réflexivité

Je n’étais plus sûre de publier ce billet (que j’avais commencé pour le publier en février dans un carnet de recherche collectif sur la réflexivité), et puis Marie-Anne Paveau a écrit son dernier billet du mois de Mars dans les Espaces réflexifs, et nous a proposé les idées de « réflexivité éthique » et de « lieu de l’interrogation épistémique-éthique sur l’élaboration du discours scientifique ». Deux idées qui me parlent, beaucoup.

Un discours réflexif ne peut être élaboré que si on lui offre des conditions pour exister. Il me semble qu’il restera sinon, tout au plus, à l’état de besoin ressenti. Serait-ce ce besoin qui poussent certains chercheurs à faire de la vulgarisation ou de la médiation scientifique (Jurdant, 2006) ?

La question qui me tient actuellement est celle des conditions dans lesquelles un discours réflexif pourrait être ébauché, initié, voire se déployer dans nos pratiques de recherche et dans la formation des futurs chercheurs.

Je suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes noires, ou tout autres évidences construites. Encore faut-il réaliser et comprendre la construction de nos connaissances scientifiques ainsi que leurs modes de construction. Cette prise de conscience et la compréhension précise du caractère construit et situé de la connaissance n’amènent en rien à un jugement de valeur négatif sur celle-ci, ni à une forme de relativisme, mais bien au contraire ce qui me paraît donner de la valeur aux connaissances scientifiques. Cette prise de conscience permet en effet d’expliciter ce qui donne leur scientificité aux connaissances produites :

« […] les scientifiques peuvent très bien oublier la perspectives qui détermine le discours qu’ils tiennent sur la réalité. Parce qu’ils tiennent un discours sur la réalité. Ils construisent une certaine représentation du monde. J’adore cette définition que l’on doit à un linguiste suisse, Luis Prieto, dans les années 70, il disait quelque chose qui m’a toujours fasciné. Il pose à un moment donné le problème suivant : « Quelle est la différence entre une connaissance idéologique, et une connaissance scientifique ? ». Bon. Facile. Non pas si facile, vous allez le voir. Alors la réponse qu’il donne, est une réponse qui à mon avis est très intéressante. Il dit, « une connaissance scientifique est une connaissance qui n’oublie pas qu’elle est connaissance. Alors qu’une connaissance idéologique, c’est une connaissance qui a oublié qu’elle était de l’ordre de la représentation, qu’elle était effectivement connaissance. » (Jurdant, intervention 2009)

L’altérité permise, à différents niveaux et degrés, par toute situation communication peut constituer, à mon sens, le premier déclencheur d’un regard réflexif, pour peu que l’on soit dans l’intention de « se rencontrer », que la « la motivation [soit] moins une curiosité vague que le besoin vivement ressenti de « sortir » de cadres disciplinaires trop exclusifs (conceptuels, problématiques, protocolaires ou axiologiques) » (Durrive, Faury et Henry, 2012). Au-delà de la naïveté des bons sentiment et des bonnes intentions, il s’agirait de considérer que « la présence de mon interlocuteur dans un espace interdisciplinaire signifie et représente son exigence de comprendre. Dès lors que je le reconnais comme un alter ego : il existe d’abord à travers le jugement et le point de vue  qu’il porte sur mon activité – et non à travers une ignorance qui le résumerait à du non-être ou à un obstacle » (Durrive, Faury et Henry, 2012).

Photographie : fdecomite (sur flickr)

Pour les chercheurs, les situations interdisciplinaires, entre disciplines ou même entre spécialités d’une même discipline, dans la mesure où elles sont conçues comme un dialogue où l’autre est à rencontrer et à comprendre, constituent des espaces de réflexivité potentiels. L’autre est le même en cela qu’il peut partager une réalité commune du fait de son statut d’universitaire, mais où il est également autre :

« En fait, malgré l’altérité (inter)disciplinaire, il reste sans doute sinon une connivence sur laquelle s’appuie cet échange – ce que montre peut-être la difficulté plus importante encore à être compris hors de l’entre-soi des chercheurs. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

« Une telle situation de communication nous paraît rendre l’ascèse réflexive plus « naturelle », en l’inscrivant dans le mouvement spontané de l’interaction où l’on cherche à se faire comprendre. Cependant, elle nous semble aussi donner à l’autocritique réflexive plus de radicalité, dans la mesure où celle-ci est vécue comme une crise : l’absence du consensus disciplinaire habituel – qui nous offre la connivence conceptuelle, problématique et axiologique garantissant la compréhension – est ici subie comme un inconfort où l’on ne peut plus se satisfaire de nos repères de fait. Or, bien qu’il puisse être polémique, ce dialogue désamorce le conflit qui devient plutôt une crise symbolique : contrairement à l’objectivation unilatérale d’un spécialiste autre qui prétend nous réduire aux conditions de notre discours, c’est ici nous-même qui nous mettons en difficulté par ce défi. Aussi est-ce bien sur fond d’une expérience intime (remettre en cause de soi-même la légitimité de ses questionnements habituels dès lors qu’ils ne vont plus de soi hors de leur contexte disciplinaire) que l’effort discursif et analytique de réflexivité se renouvelle. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Les espaces de réflexivité, pour les chercheurs, seraient des espaces (auto)critiques mais pas seulement (voir le billet de Marie-Anne Paveau sur ce que n’est pas la réflexivité), où l’on prendrait le temps de la rencontre avec l’autre, dans un effort d’intercompréhension et d’explicitation. Concrètement, les espaces de réflexivité pourraient par exemple consister en des formations (étudiants, jeunes chercheurs, chercheurs) où la prise de parole orale, ou encore par l’écrit évitant la « scripturalité primaire » (Jurdant, 2006), par les formés, est centrale : non pas pour exprimer « gratuitement » une « opinion » mais pour mettre à l’œuvre la réflexivité en situation de communication, c’est-à-dire celle qui peut se développer, si on y fait attention (Le Marec, 2002), lorsque l’on s’adresse à un interlocuteur. C’est en effet en situation de communication que l’on est en mesure de réaliser la part d’altérité que l’on ne soupçonne pas a priori dans ce que l’on considère comme l’entre-soi.

Photographie : fdecomite (sur flickr)

La réflexivité nous éloigne toujours plus du sur-place. Elle nous amène à explorer de nouvelles dimensions de nos pratiques de recherche, à les situer, à les contextualiser, à présenter le regard qu’elles supposent : sans les relativiser, elle nous permet de mieux les (re)connaître, d’en percevoir les spécificités, les dimensions et les profondeurs. Et, peut-être surtout, de mettre ce regard en perspective, et non en concurrence, avec d’autres.

Ce billet tombe dans un écueil : celui de l’absence d’exemple concrets. Je m’efforcerais d’en proposer dans mes prochains billets sur ce sujet.

Références

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/695

Jurdant B. (2006) Parler la science ?, Alliage, n°59

Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14)

Paveau, Marie-Anne (4 février 2012). “Des exigences de la connaissance scientifique”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 4 février 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8447

Paveau, Marie-Anne (30 mars 2012) Ce que n’est pas la réflexivité. Boucle finale Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le …   http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1568

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (30 mars 2012) “A la recherche d’espaces de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/2579

 

Les Espaces Réflexifs

Adresse du carnet de recherche collectif : reflexivites.hypotheses.org

Ce carnet vise à expérimenter une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans nos pratiques de recherche et d’enseignement, avec pour question de départ, la déclinaison, selon nos disciplines, d’appartenance ou d’origine, de la question posées par Yann Calbérac sur son carnet de recherche (en cours de construction : Le miroir d’Alice) : “Que se passerait-il si les géographes/ les linguistes/ les historiens/ les biologistes/ etcetera, alors qu’ils mènent leurs recherches, se regardaient faire ?”

Ce carnet accueillera des billets individuels ou collectifs, parus précédemment sur nos blogs respectifs ou écrits spécifiquement,mais aussi des billets invités et présentations d’extraits de “grands textes” de la réflexivité, français et étrangers.

Photographie : e y e / s e e - (Certains droits réservés - licence Creative Commons)

Fonctionnement de l’équipe de rédaction :

Tour à tour, les participants au carnet “Espaces réflexifs” pourront prendre en charge la “direction” de la publication, pendant un mois. Chacun donnera alors sa “couleur” au carnet et l’investira comme il le souhaite. Les autres participants feront alors vivre le carnet par les discussions qui auront lieu en commentaires. $

Ce carnet est bien sûr également ouvert aux commentaires de ses lecteurs !

Intégration du carnet dans un projet collectif plus large :

Le travail initié dans ce carnet pourra donner lieu à une journée d’étude sur la réflexivité dans les pratiques de recherche, en 2012, voire à une publication collective de revue, dont le carnet serait l’incubateur.

Participants au carnet collectif sur la réflexivité :

  • Yann Calbérac – Sur twitter @yann_c

A travers champs – Trajectoire et témoignage

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Ce billet reprend quelques éléments de mon intervention du 16 novembre 2011 dans le cadre de la deuxième journée d’étude « Trajectoire et Témoignage ». Il endosse le statut de « réflexion en cours », comme chacun des retours de journées d’étude ou des suites données à une intervention, présentés dans ce carnet.

« Cette deuxième journée d’étude, organisée au Centre Norbert Elias (École normale supérieure de Lyon, salle n° 2, bât. de l’IFE), le 16 novembre 2011, relève d’un cycle destiné à approfondir et partager une réflexion collective sur l’heuristique du témoignage dans la recherche en sciences humaines et sociales. Quelle que soit la discipline, le témoignage prend place, au moment du recueil comme au moment de l’analyse, à différents niveaux logiques et méthodologiques non exclusifs qui, souvent, sont entremêlés et « débordent » les uns sur les autres sans nécessairement que cela fasse l’objet d’une interrogation spécifique. Sans tenter de réduire la diversité des formes et des contextes, les journées d’étude Trajectoire et témoignage ont l’ambition d’explorer l’articulation de ces différents niveaux, leur fonctionnement et les démarches par lesquelles on peut les expliciter, grâce à l’éclairage de plusieurs approches disciplinaires. »

La première journée s’est déroulée le 28 juin 2011 et la troisième journée aura lieu le 24 janvier 2012. Ces trois journées donneront lieu à une publication collective.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse

Ainsi que l’a présenté Sarah Cordonnier, il s’agissait par cette introduction, que nous faisions à quatre voix, d’essayer de rendre compte, et de partager avec les participants à la journée d’étude de novembre 2011, la dynamique, les apports et les interrogations que nous portons dans des rencontres régulières, sorte de « mini-séminaires » que nous mettons en place Sarah Cordonnier, Bernard Bensoussan, Joëlle Le Marec et moi-même afin de préparer ce cycle Trajectoire et Témoignage.

Dans le cadre de cette journée d’étude, et en écho avec le travail mené dans nos rencontres préparatoires, il me paraissait d’abord intéressant de discuter la question de ce que l’on constitue en données signifiantes dans le témoignage, de ce que nous considérons comme les « moments » du recueil et comment nous les circonscrivons :  comment définit-on ce qui relève du « cadre » et du « hors cadre » ?

Je m’arrête principalement sur l’une des formes possibles du témoignage, qui n’est bien sûr pas la seule, celle de l’entretien. Par « hors-cadre » j’entends tout ce qui est en dehors de la transcription, c’est-à-dire ce qui est généralement considéré comme étant en dehors du « moment » de l’entretien, et qui donne pourtant à la situation d’entretien sa signification, pour l’enquêteur et pour l’enquêté, en tant qu’activité sociale (Le Marec, 2002 ; Le Marec et Babou, 2003).

L’autre élément au centre de mes interrogations, mais que je n’aborderai pas ici, était l’effet de la rencontre de pratiques de chercheurs d’autres disciplines sur nos propres pratiques, autour du témoignage et de la trajectoire. Plus généralement, il m’importait de considérer la portée du dialogue interdisciplinaire et de la réflexivité construite collectivement, notamment pour l’analyse individuelle et collective des situations d’entretiens (Le Marec et Faury, Publication prévue en 2012 ; Durrive, Faury et Henry, Publication prévue en 2012).

Dans quelle mesure pouvons-nous partager, témoigner[1], entre chercheurs, aux trajectoires différentes, aux disciplines différentes de ce qui se passe dans les situations d’entretien constituant notre terrain de recherche ?

L’hypothèse que nous faisons collectivement avec ces journées d’étude est que ce partage, de ce qui se passe dans la situation d’entretien, est possible. Il serait possible en-dehors même des cadres de références disciplinaires. Lorsque l’on vise à témoigner d’une situation d’entretien, l’entretien n’est dès lors pas pris seulement en tant que donnée recueillie, mais en tant qu’ « espace, témoignage et/ou relation d’enquête en construction », comme le présente l’argument du cycle dans le cadre duquel s’insère la journée d’étude.

Les séminaires de préparation de ces journées Trajectoire et Témoignage, et les journées d’étude elles-mêmes amènent à se poser les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’analyse collective d’un entretien est-elle possible ? En quoi consiste-t-elle et que rend-t-elle envisageable par rapport à une analyse qu’effectue le chercheur qui a lui-même mené l’entretien ?
  • Peut-on d’une certaine manière témoigner collectivement de ce qui se passe dans un entretien, alors-même que nous n’avons pas conduit, rendu possible, ni vécu[2] l’entretien individuellement ?
  • Dans le collectif, lorsqu’il s’agit par exemple d’analyser les entretiens, qu’apporte de spécifique l’enquêteur, celui qui était présent, physiquement, et pour qui l’entretien prend sa place dans un processus plus large, et dans des questions de recherche particulières ? Se constitue-t-il en témoin de ce qui se passe (ou s’est passé), notamment « hors du cadre », c’est-à-dire hors de ce qui est finalement transcrit, enregistré, filmé, ou plus généralement de ce qui « est lisible », dans le texte, l’image ou le son ?
  • Étant extérieur à l’entretien, peut-on percevoir « à la lecture », au sens large, l’existence d’un « hors cadre », sans pour autant le comprendre ? L’enquêteur ayant physiquement expérimenté l’entretien est-il alors là pour lui donner un sens à ce « hors-cadre » ?
  • Lorsque l’on présente des verbatims par exemple, lors d’une présentation, comment les accompagne-t-on en tant que chercheurs, lorsque l’on veut témoigner sur ce qu’ils « disent » ? Ces extraits parlent-ils d’eux-mêmes ou non ? Dans quelle mesure le chercheur enquêteur témoigne-t-il de ce qu’ils ne « disent » pas ? Quelle est la nature des informations que le chercheur apporte dans son témoignage pour accompagner le film, la transcription, l’enregistrement ? Pour dire quoi ? Le partage de la situation d’entretien, de ce qui s’est passé porte-t-il sur les « données »[3] contenues dans l’entretien, ou sur les conditions qui ont donné lieu à l’entretien (le « protocole ») ?
  • Pour celui ou ceux qui lisent les entretiens sans les avoir eux-mêmes menés, voit-on, s’arrête-t-on sur les mêmes choses lorsque l’on lit ou on écoute (ou regarde un entretien) ? Voit-on les mêmes choses dans l’entretien ? Si ce n’est pas le cas, qu’apporte le croisement des regards en-dehors d’une plus grande exhaustivité[4] ? Notamment qu’apporte ce croisement des regards à celui-là même qui a mené l’entretien ?
  • Se pose également la question de la forme du témoignage sur les entretiens menés au cours d’une recherche et de l’ancrage nécessaire ou non de ces entretiens dans une question de recherche. Si on les dissocie de la question de recherche à partir de laquelle ils ont été mis en place, cela n’empêche pas de considérer les entretiens comme des situations de communication situées et contextualisées. Mais que deviennent les entretiens si on les met cette fois dans un espace d’intersubjectivité, où des regards extérieurs se porteraient sur les entretiens ? Quels sont justement les espaces d’intersubjectivité qui peuvent être envisagés ?

 

Références

Le Marec, J. et Babou, I.(2003). De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque, in : Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec [sous la dir.de], Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165

Le Marec, J. (2002). Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 – Questions de Terrains, 2002.

Durrive, B. “Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?”. Enquête sur l’homme vivant, 20 décembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 02 janvier 2012. http://ehvi.hypotheses.org/720

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. Préactes p. 60

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. Préactes p.95


[1] J’utilise délibérément le terme « témoigner » pour les chercheurs eux-mêmes : dans quelle mesure le chercheur peut-il témoigner de ce qui se passe dans la situation d’entretien dans laquelle il était partie prenante ?

[2] Ce terme me paraît très important : le fait de « vivre » la situation d’entretien, en tant que situation de communication.

[3] C’est-à-dire sur ce que l’on identifie en tant que « données » : ce qui pose la question de ce que l’on choisit de constituer en tant que données dans une situation d’entretien.

[4] Ce qui ne paraît justement pas être ce qui serait le plus intéressant.

Colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? »

Pré-programme du colloque

Limoges, 1er et 2 décembre 2010

www.flsh.unilim.fr

Argument


Ce colloque invite à confronter les conceptions, regards et pratiques autour de la notion de réflexivité : réflexivité comme posture, paradigme de recherche, vecteur de création, ou encore comme moyen d’action ; réflexivité du chercheur, du décideur, de l’acteur social… ; réflexivité et pratiques connexes : introspection, auto(socio)analyse, exploration du rapport à l’autre, herméneutique, interprétation… ; conséquences épistémologiques des pratiques de recherche réflexives…

Selon qu’elle est utilisée par Giddens, Schön, Bourdieu, Gadamer, Kaufmann, Ricoeur, Garfinkel, Genette ou Bakhtine, pour ne citer qu’eux, la notion de « réflexivité » connaît une gamme sémantique large et renvoie à des approches diverses : constructivistes, herméneutiques, compréhensives, ethno-méthodologiques, cliniques, expérientielles, socio-analytiques… entre autres.

Tour à tour travaillée au départ de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de la linguistique, des sciences de l’éducation et de la formation, de la didactique, de la littérature, de la philosophie, ou encore de l’histoire, elle peut être envisagée comme constituant une notion carrefour des sciences humaines et sociales, interrogeant, en particulier dans une perspective qualitative, l’interprétation, la compréhension, l’écriture, le rapport construit au monde, à l’expérience, à l’histoire, aux normes, à la diversité, et plus globalement les processus d’interaction entre la pensée et l’action.

Un objectif majeur du colloque est la rencontre de différentes disciplines scientifiques et pratiques professionnelles autour des conceptions, modalités de mise en œuvre et d’évaluation de la réflexivité, mais aussi sur les questions politiques et éthiques que posent ces pratiques, les déplacements, retournements, voire les paradoxes, que suscitent les postures réflexives, tant dans les recherches que dans les pratiques professionnelles. L’ambition du colloque est d’engager le dialogue interdisciplinaire nécessaire à l’exploration de l’interaction entre recherche/pratique dans une perspective d’ouverture interculturelle et internationale.

L’enjeu est de rendre visibles, de confronter, et de soutenir des démarches dont la rigueur propre ne relève pas d’un modèle positiviste, du fait des exigences d’intelligibilité de leurs objets propres. Peut-on penser la réflexivité comme un concept commun ? Y a-t-il des lieux de rencontre et des lignes de divergence ? C’est en réalité en allant sur chaque terrain d’étude que l’on propose de travailler, à partir des expériences singulières et concrètes où l’on nomme une réflexivité : ainsi les communications pourront-elles aussi bien interroger les expériences diverses, que les méthodes et les épistémologies élaborées pour en rendre compte, ou les variations d’interprétation du concept même.

les axes suivants seront développés :
1 – Postures et interprétations
2 – Altérité et diversité
3 – Évaluation et éthique
4 – Histoire et identités
5 – Intervention sociale et éducative
6 – Expérience et transformation

Avec le soutien des universités et des acteurs régionaux de Touraine et du Limousin, le colloque s’articulera, de façon originale, autour d’une pluralité de lieux et de temps (journée d’étude à Tours en juillet et colloque à Limoges en décembre), alternant sessions plénières, ateliers et tables rondes.


COMITE D’ORGANISATION


Jacques Béziat, Aude Bretegnier, Hélène Amrit, Laurence Cornu, Noël Denoyel, Patricia Alonso, Vincent Enrico

Contact : jacques.beziat@unilim.fr

Service recherche : Danièle Bierne – daniele.bierne@unilim.fr


COMITE SCIENTIFIQUE


Abdoullah Cisse (Université de Bambey)
Andrée Tabouret Keller (GEPE, université Marc Bloch, Strasbourg)
Aude Bretegnier (DYNADIV, Université de Tours)
Catherine Guillaumin (DYNADIV, Université de Tours)
Claude Filteau (DYNADIV, Université de Limoges)
Claudine Moïse (ICTT, Université d’Avignon)
Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université de Tours)
Gilles Monceau (CIIRCEFT, Université de Paris 8)
Guy Tchibozo (DYNADIV, Université de Limoges)
Hélène Amrit (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Béziat (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Wallet (CIVIIC, université de Rouen)
Jean-Elie Larrieux (CREFI, Université Notre-Dame d’Haïti)
Jean-François Marchat (DYNADIV, Université de Limoges)
Laurence Cornu (DYNADIV, Université de Tours)
Monica Heller (CREFO, Université de Toronto)
N’Galasso Mwatha (LAPRIL/CELFA, Université de Bordeaux 3)
Noël Denoyel (DYNADIV, Université de Tours)
Patricia Alonso (DYNADIV, Université de Limoges)
Patricia Lambert (ICAR, INRP, Lyon)
Ramon Marti Solano (DYNADIV, Université de Limoges)

Les controverses scientifiques pour comprendre la recherche ?

L’étude des contro­ver­ses scien­ti­fi­ques, au cœur des pra­ti­ques des cher­cheurs, permet de com­pren­dre com­ment la science fonc­tionne, les jeux d’acteurs qu’elle met en mou­ve­ment. Ne sépa­rant pas les contex­tes de pro­duc­tion des conte­nus et savoirs scien­ti­fi­ques qui émergent dans la recher­che scien­ti­fi­que, elle apporte une vision com­plète de ce que signi­fie « faire de la science ».

Les contro­ver­ses scien­ti­fi­ques sont ainsi une entrée pri­vi­lé­giée pour tout scien­ti­fi­que sou­hai­tant pren­dre du recul et mieux com­pren­dre les tenants et abou­tis­sants de sa propre pra­ti­que.

Retrouver les enregistrements des conférences :

Introduction au cycle de conférence, Pablo Jensen, directeur de recherche au CNRS et dirige l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI)

Pourquoi s’intéresser aux controverses scientifiques ?, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

La controverse OGM, Christophe Bonneuil,spécialiste de l’histoire de la biologie et des questions sciences-société, professeur à l’EHESS

Les controverses éthiques au coeur des controverses scientifiques, Anne Cambon-Thomsen, directrice d’une équipe multidisciplinaire éthique – génétique à Toulouse

Que nous apprend l’analyse des controverses scientifiques? Un point de vue sociologique, Cyril Lemieux,Socioloque (Institut Marcel Mauss, EHESS)

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2009-2010

Organisées avec l’aide de Pablo Jensen et Nicolas Chéron.

La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ?

Qu’est-ce que la vulgarisation scientifique ? Quels en sont les objectifs, les fonctions et les enjeux ? Qui en sont les acteurs, les publics ? Comment la médiation des sciences peut-elle s’insérer dans la problématique des relations science-société ? Avec à chaque fois, tel un exercice de style, une tentative de réponse à la question initiale : la vulgarisation scientifique est-ce finalement une mode, une nécessité ou encore une illusion ?

Retrouver les enregistrements des conférences :

Les sciences à l’âge des publics, Gérard Wormser, philosophe, chargé de mission Science et société à l’ENS-Lsh
La vulgarisation : les modèles et les publics, Joëlle Le Marec, professeur en Sciences de l’information et de la communication, Directrice du laboratoire C2So
Communication scientifique et réflexivité, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2008-2009