Archives par mot-clé : métadiscours

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.