Archives par mot-clé : monde du travail

Reprendre la recherche

L’Infusoir bouge encore, puisque je reprends petit à petit le chemin vers la recherche (enfin !), que je n’ai jamais dissociée de l’écriture sur les blogs scientifiques.

Je commence par rattraper le fil : là où je m’étais interrompue en septembre 2012, déjà… La soutenance d’une thèse.

Quelles sont aujourd’hui devenues mes questions ?

A suivre…

A la recherche éperdue du temps

Depuis trois ans et demi, depuis finalement la fin de ma thèse, la soutenance et la suite professionnelle qui m’a éloignée de la recherche comme activité professionnelle principale, je suis à la recherche du temps.

Depuis 2012, ma principale activité expérimentale et empirique consiste finalement à apprivoiser le temps, ses modalités, ses interruptions, ma disponibilité. A essayer de le dompter, ce temps si rare et volatil, pour réussir à y conserver, ou y (ré)insérer, du temps pour penser, pour réfléchir, pour la prise de distance et la réflexivité (encore et toujours elle !). Continuer la lecture de A la recherche éperdue du temps

Bloguer à nouveau : est-ce possible ? Parler et se taire

Ma pratique du blogging est intrinsèquement liée, depuis ses tous débuts, à ma pratique professionnelle. Et plus précisément, au départ, à ma pratique scientifique, celle de la recherche doctorale d’abord, de toutes les réflexions brassées, au milieu de toutes les autres réflexions qui m’entouraient, et nourrie par elles : celles des collègues, autres doctorant.e.s, autres chercheur.se.s et étudiant.e.s. Continuer la lecture de Bloguer à nouveau : est-ce possible ? Parler et se taire

Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Le 7 avril 2009 – Éléonore est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Le 15 février 2010 – Axelle est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Le 8 mars 2010 – Daniel est en 3ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien, ou avec un an de décalage. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

« Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

 

« L’expression « vulgarisation de la science » apparaît au XIXe siècle pour désigner le fait de diffuser les connaissances savantes en les mettant à la portée du grand public. Le terme vulgaire, du latin vulgus, concernait jusque-là la foule, qualifiant ce qui est ordinaire, général et commun ; il prend sa tournure péjorative au fur et à mesure que s’affirment les valeurs bourgeoises, pour désigner en contrepoint les comportements populaires. » P. Rasse (2001)

J’interviens depuis 2013 dans un cours intitulé « Épistémologie de la médiation scientifique Cours #1« . Les récents tweets « #JeVulgariseCar » me donnent de la matière pour les prochaines éditions de ce cours, notamment afin de répondre à la question « Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?« , qui s’articule en particulier avec le travail déjà évoqué de Baudouin Jurdant sur les fonctions de la médiation scientifique et ses ambiguïtés (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques).

Sauf que la dite-matière à penser se situe un peu de manière décalée. Je suis interpelée non pas directement par les raisons mobilisées par ceux qui ont répondu à la question lancée (ici) par Cécile Michaut (scientifique, journaliste et formatrice), mais bien par l’épistémologie de la communication sous-jacente à cet engagement pour la « vulgarisation ».

Quelles sont les modèles de communication qui sous-tendent les conceptions du « partage » des savoirs exprimés ? Le « partage » est en effet l’un des thèmes récurrents des réponses tweetées.

Je me lance ainsi dans un « partage » des travaux de recherche sur la « vulgarisation » (la réflexivité, encore et toujours elle). Continuer la lecture de « Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

« Cet homme, me semble-t-il, a autorité quand il parle. »

NB : Les contextes d’où partent ces premières explorations sont ceux de l’enseignement des sciences, de la médiation scientifique, de la pratique de recherche, du rapport au(x) savoir(s), à la vérité, et des rapports de pouvoir dans les collectifs. Ces premières réflexions retourneront dans un deuxième temps vers les contextes qui leur ont donné lieu d’être.

Cet homme, me semble-t-il, a autorité quand il parle.

Il y a de la matière non neutre derrière le mot « autorité » : des expériences, souvent mauvaises, c’est-à-dire celles où l’on a eu à nommer, à désigner l’autorité de manière à comprendre ou à dire d’où venait l’abus, l’argument qui tranche, le sentiment de frustration, de domination. Peu d’expériences positives sont spontanément rapportées au sujet de l’autorité, comme celle qui émancipe par le cadre clair, par la légitimité accordée, par l’accord des parties. Alors que ces expériences existent bien, sûrement, mais souvent désignées autrement : le mot « autorité » induit d’emblée des images, des idées, des représentations connotées, par les expériences individuelles et les références récurrentes. Continuer la lecture de « Cet homme, me semble-t-il, a autorité quand il parle. »

Les premiers tweets qui parlent du lieu, de soi, et de la projection de soi dans le lieu numérique

Il fut un temps où j’observais Twitter côté méta, avec plusieurs méta-twittas et méta-twittos.
Et puis le temps file et les partages nous échappent parfois.

Pour le plaisir donc, de partager les cueillettes d’alors, et pour faire vivre ce lieu-ci, je prends un temps pour évoquer :

1/ « Un petit pas pour la twitta et le twittos… » – les premiers tweets,

qui parlent du lieu à découvrir au moment du premier pas, de celui qui tweete et de la projection de celui-ci dans le lieu numérique – avec quelques exemples en fin de billet s’ajoutant à la récolte initiale avec @drmlj @mapav8 et @misanthropolog, extraits plus récemment via la fonctionnalité dédiée de Twitter ; Continuer la lecture de Les premiers tweets qui parlent du lieu, de soi, et de la projection de soi dans le lieu numérique

S. Milgram – Soumission à l’autorité et/ou rapport à la correction de l’erreur – L' »état agentique » en discussion

milgram_05
Extrait d’archives

Note – Les billets à venir seront l’illustration du temps disponible, dans leur construction, leur taille et leur épaisseur, mais existeront au moins pour entretenir le mouvement.

J’ai précédemment évoqué l’expérience de S. Milgram, sujet de nombreuses discussions que j’ai alors délibérément éludées. L’un d’entre elles, émise par Philippe Breton, porte particulièrement sur la remise en contexte de l’expérience et de sa motivation : l’Allemagne totalitaire et la difficulté à s’expliquer l’emprise de l’idéologie nazie sur des personnes « ordinaires ». P. Breton pointe la sous-considération des « refusants », le problème d’une interprétation réductrice des comportements et motivations des candidats à l’expérience, notamment en éludant l’effet d’un contexte de propagande, ou encore la différence entre torture et punition, le rapport non explicité à l’erreur, à la punition légitime, à la correction de l’erreur des individus « cobayes », situés dans une époque et dans une société donnée (imprégnation de l’idéal de « justice vindicative »), dans le cadre d’une expérience qui leur a été présentée comme acte pédagogique. Continuer la lecture de S. Milgram – Soumission à l’autorité et/ou rapport à la correction de l’erreur – L’ »état agentique » en discussion

L’autorité : de la soumission à la désobéissance, en passant par la remise en question – L’Expérience de Milgram

«Pour résumer, heureux d’avoir pu rendre service.»

«J’espère que mes efforts et ma coopération ont pu être utiles à votre projet.»

«Je serai toujours content d’aider Yale dans ses expériences. Je crois fermement dans ce genre d’expériences qui aident à mieux comprendre les gens.»

Commentaires des participants à l’expérience de Milgram

milgram_03« Au début des années 1960, Stanley Milgram, chercheur à Yale, demande à des individus sélectionnés par petite annonce d’infliger des chocs électriques d’intensité croissante à d’autres individus (qui, eux, sont en réalité des acteurs, et ne reçoivent en fait pas de chocs) s’ils échouent à retenir des mots. Le tout sous la supervision d’un scientifique, et en leur faisant croire qu’ils participent à une étude sur l’influence de la punition sur l’apprentissage. »

« Dans la variante la plus connue de l’expérience, 65% des individus allèrent jusqu’à la tension maximale, et potentiellement mortelle, de 450 V. »

« Obéir aveuglément à l’idée du progrès scientifique plutôt qu’à l’autorité du chef, cela reste obéir aveuglément. »

Source : Slate – A-t-on mal interprété «l’expérience de Milgram», une des plus célèbres de l’histoire de la psychologie ?

Continuer la lecture de L’autorité : de la soumission à la désobéissance, en passant par la remise en question – L’Expérience de Milgram

Rapport à l’autorité – Nouveau souffle et fil conducteur

Il fallait le temps de la mise en mot, de l’explicitation, de vécus réels et douloureux aussi, peut-être pour être dans un nouveau sujet.

Des fils conducteurs multiples qui me guident sans s’annoncer ou se dire, il y a le rapport à l’autorité, dans le langage, les pratiques, les relations inter-personnels, les collectifs, la recherche, l’éducation, la circulation des savoirs. A ce sujet des notes, manuscrites et numériques, des lectures, des enseignements.

Capture d’écran 2015-02-27 à 14.13.24De ce rapport passionnant, vertigineux et parfois inquiétant, j’ai déjà tiré quelques réflexions. Quelque chose entre la science, le pouvoir et le désir de vérité. Continuer la lecture de Rapport à l’autorité – Nouveau souffle et fil conducteur

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »