Archives par mot-clé : mythe

Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

La pensée que je souhaite partager aujourd’hui est celle de Dominique Vinck, sous la forme d’une citation extraite de l’un de ses ouvrages, intitulé « Sciences et société – Sociologie du travail scientifique » (incontournable pour celui, étudiant, chercheur, enseignant, qui cherche à comprendre « les dynamiques sociales de fabrication de connaissances et d’innovation », pour pouvoir « y intervenir, en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable ») : elle exprime l’une des motivations du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » et de mon travail de thèse.

"Faites de la science" - Et comprendre ce que cela veut dire...

Sciences et société – Sociologie du travail scientifique, Dominique Vinck, Ed. Armand Colin, Paris : 2007, p.6-7 :

« Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire. Le seul exposé de l’état des connaissances, comme cela se pratique dans l’enseignement et dans les émissions de vulgarisation scientifique, ne suffit pas pour comprendre comment elles ont été élaborées. L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de chose à voir avec la science telle qu’elle se pratique. […] Certains discours de la philosophie qui dégagent une conception générale et universelle de la science et la proposent comme norme à suivre par les chercheurs sont néfastes. D’une part, ils produisent une mystification de la science, bien différente des pratiques effectives ; ils sont de peu d’utilité pour guider concrètement le chercheur dans son travail. Ils offrent une occasion de réfléchir sur la science et d’en modifier le cours, mais ils sont surtout le privilège de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et qui ont le loisir de discourir sur la science. D’autre part, cette conception générale de la science, mise en avant pour lutter contre les pseudo-sciences et contre irrationalisme, est si éloignée des pratiques scientifiques concrètes qu’elle perd sa crédibilité. A défaut d’une représentation philosophique proche de ce qui peut effectivement s’observer ou se pratiquer, le chercheur réflexif ou l’observateur extérieur risque d’être conduit vers le pire des relativismes : « s’il n’y a pas une science universelle alors tout se vaut ». »