Archives par mot-clé : perspectives

A la recherche d’espaces de réflexivité

Je n’étais plus sûre de publier ce billet (que j’avais commencé pour le publier en février dans un carnet de recherche collectif sur la réflexivité), et puis Marie-Anne Paveau a écrit son dernier billet du mois de Mars dans les Espaces réflexifs, et nous a proposé les idées de « réflexivité éthique » et de « lieu de l’interrogation épistémique-éthique sur l’élaboration du discours scientifique ». Deux idées qui me parlent, beaucoup.

Un discours réflexif ne peut être élaboré que si on lui offre des conditions pour exister. Il me semble qu’il restera sinon, tout au plus, à l’état de besoin ressenti. Serait-ce ce besoin qui poussent certains chercheurs à faire de la vulgarisation ou de la médiation scientifique (Jurdant, 2006) ?

La question qui me tient actuellement est celle des conditions dans lesquelles un discours réflexif pourrait être ébauché, initié, voire se déployer dans nos pratiques de recherche et dans la formation des futurs chercheurs.

Je suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes noires, ou tout autres évidences construites. Encore faut-il réaliser et comprendre la construction de nos connaissances scientifiques ainsi que leurs modes de construction. Cette prise de conscience et la compréhension précise du caractère construit et situé de la connaissance n’amènent en rien à un jugement de valeur négatif sur celle-ci, ni à une forme de relativisme, mais bien au contraire ce qui me paraît donner de la valeur aux connaissances scientifiques. Cette prise de conscience permet en effet d’expliciter ce qui donne leur scientificité aux connaissances produites :

« […] les scientifiques peuvent très bien oublier la perspectives qui détermine le discours qu’ils tiennent sur la réalité. Parce qu’ils tiennent un discours sur la réalité. Ils construisent une certaine représentation du monde. J’adore cette définition que l’on doit à un linguiste suisse, Luis Prieto, dans les années 70, il disait quelque chose qui m’a toujours fasciné. Il pose à un moment donné le problème suivant : « Quelle est la différence entre une connaissance idéologique, et une connaissance scientifique ? ». Bon. Facile. Non pas si facile, vous allez le voir. Alors la réponse qu’il donne, est une réponse qui à mon avis est très intéressante. Il dit, « une connaissance scientifique est une connaissance qui n’oublie pas qu’elle est connaissance. Alors qu’une connaissance idéologique, c’est une connaissance qui a oublié qu’elle était de l’ordre de la représentation, qu’elle était effectivement connaissance. » (Jurdant, intervention 2009)

L’altérité permise, à différents niveaux et degrés, par toute situation communication peut constituer, à mon sens, le premier déclencheur d’un regard réflexif, pour peu que l’on soit dans l’intention de « se rencontrer », que la « la motivation [soit] moins une curiosité vague que le besoin vivement ressenti de « sortir » de cadres disciplinaires trop exclusifs (conceptuels, problématiques, protocolaires ou axiologiques) » (Durrive, Faury et Henry, 2012). Au-delà de la naïveté des bons sentiment et des bonnes intentions, il s’agirait de considérer que « la présence de mon interlocuteur dans un espace interdisciplinaire signifie et représente son exigence de comprendre. Dès lors que je le reconnais comme un alter ego : il existe d’abord à travers le jugement et le point de vue  qu’il porte sur mon activité – et non à travers une ignorance qui le résumerait à du non-être ou à un obstacle » (Durrive, Faury et Henry, 2012).

Photographie : fdecomite (sur flickr)

Pour les chercheurs, les situations interdisciplinaires, entre disciplines ou même entre spécialités d’une même discipline, dans la mesure où elles sont conçues comme un dialogue où l’autre est à rencontrer et à comprendre, constituent des espaces de réflexivité potentiels. L’autre est le même en cela qu’il peut partager une réalité commune du fait de son statut d’universitaire, mais où il est également autre :

« En fait, malgré l’altérité (inter)disciplinaire, il reste sans doute sinon une connivence sur laquelle s’appuie cet échange – ce que montre peut-être la difficulté plus importante encore à être compris hors de l’entre-soi des chercheurs. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

« Une telle situation de communication nous paraît rendre l’ascèse réflexive plus « naturelle », en l’inscrivant dans le mouvement spontané de l’interaction où l’on cherche à se faire comprendre. Cependant, elle nous semble aussi donner à l’autocritique réflexive plus de radicalité, dans la mesure où celle-ci est vécue comme une crise : l’absence du consensus disciplinaire habituel – qui nous offre la connivence conceptuelle, problématique et axiologique garantissant la compréhension – est ici subie comme un inconfort où l’on ne peut plus se satisfaire de nos repères de fait. Or, bien qu’il puisse être polémique, ce dialogue désamorce le conflit qui devient plutôt une crise symbolique : contrairement à l’objectivation unilatérale d’un spécialiste autre qui prétend nous réduire aux conditions de notre discours, c’est ici nous-même qui nous mettons en difficulté par ce défi. Aussi est-ce bien sur fond d’une expérience intime (remettre en cause de soi-même la légitimité de ses questionnements habituels dès lors qu’ils ne vont plus de soi hors de leur contexte disciplinaire) que l’effort discursif et analytique de réflexivité se renouvelle. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Les espaces de réflexivité, pour les chercheurs, seraient des espaces (auto)critiques mais pas seulement (voir le billet de Marie-Anne Paveau sur ce que n’est pas la réflexivité), où l’on prendrait le temps de la rencontre avec l’autre, dans un effort d’intercompréhension et d’explicitation. Concrètement, les espaces de réflexivité pourraient par exemple consister en des formations (étudiants, jeunes chercheurs, chercheurs) où la prise de parole orale, ou encore par l’écrit évitant la « scripturalité primaire » (Jurdant, 2006), par les formés, est centrale : non pas pour exprimer « gratuitement » une « opinion » mais pour mettre à l’œuvre la réflexivité en situation de communication, c’est-à-dire celle qui peut se développer, si on y fait attention (Le Marec, 2002), lorsque l’on s’adresse à un interlocuteur. C’est en effet en situation de communication que l’on est en mesure de réaliser la part d’altérité que l’on ne soupçonne pas a priori dans ce que l’on considère comme l’entre-soi.

Photographie : fdecomite (sur flickr)

La réflexivité nous éloigne toujours plus du sur-place. Elle nous amène à explorer de nouvelles dimensions de nos pratiques de recherche, à les situer, à les contextualiser, à présenter le regard qu’elles supposent : sans les relativiser, elle nous permet de mieux les (re)connaître, d’en percevoir les spécificités, les dimensions et les profondeurs. Et, peut-être surtout, de mettre ce regard en perspective, et non en concurrence, avec d’autres.

Ce billet tombe dans un écueil : celui de l’absence d’exemple concrets. Je m’efforcerais d’en proposer dans mes prochains billets sur ce sujet.

Références

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/695

Jurdant B. (2006) Parler la science ?, Alliage, n°59

Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14)

Paveau, Marie-Anne (4 février 2012). “Des exigences de la connaissance scientifique”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 4 février 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8447

Paveau, Marie-Anne (30 mars 2012) Ce que n’est pas la réflexivité. Boucle finale Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le …   http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1568

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (30 mars 2012) “A la recherche d’espaces de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/2579