Archives par mot-clé : réflexivité

Vécu, réflexivité et épistémologie – La thèse en train de se faire sur les carnets de recherche

J’ai éprouvé la pratique d’écriture sur un carnet de recherche pendant la thèse, ce que cela apporte pour la construction du travail de recherche, de la perspective que l’on déploie, la réflexivité à l’œuvre dans l’écriture, l’apprentissage de l’écriture intégrant le « je », le rapport au lecteur, l’échange de pratiques induit, et bien d’autres émergences.

Je trouve intéressant l’écriture réflexive ou épistémologique, le témoignage de pratiques qui émergent des carnets de doctorants, et je parcours ici, de manière non exhaustive nécessairement, des écritures sur l’expérience de la thèse, récoltées sur les carnets d’Hypotheses. Les catégories associées à ces billets sont en elles-mêmes passionnantes « Coulisses« , « Thèse« , « A propos de la thèse : Quelques pensée sur le travail de la thèse, 100% subjectives. », « recherches personnelles« , … ou quand les doctorant.e.s mettent leur vécu dans l’écriture sur blog, du subjectif en tout légitimité.

source : http://a403.idata.over-blog.com/2/42/35/08/ecrire.png
source : http://a403.idata.over-blog.com/2/42/35/08/ecrire.png

Ce billet pourra être nourri de vos retours, et la bibliographie-billet ci-dessous complétée. Je le compléterai également au fil de mes trouvailles.

Première mise à jour le 27 janvier 2015

Les carnets de thèse sur Hypotheses.org (ressources à explorer)

Giraud, Frédérique et Faury, Mélodie (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Goarzin, Maël (23 septembre 2013) “Une nouvelle année de thèse… action !”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/893

Goarzin, Maël (8 janvier 2014) “Blogging scientifique : un an après…”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/1163

Goarzin, Maël (2 juillet 2014) “Nouvelles estivales d’un carnet de recherche en constante évolution”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/1672

Kermoal, Benoît (29 novembre 2010) “démêler les fils d’une recherche”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/124

Kermoal, Benoît (20 février 2011) “Enklask au point mort ?”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/144

Kermoal, Benoît (6 septembre 2011) “Seulement la partie visible de l’iceberg”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/257

Kermoal, Benoît (10 octobre 2011) “48 rue Jean-Louis Rolland”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/279

Kermoal, Benoît (11 janvier 2012) “ »L’oeil de la caméra » de la thèse en cours”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/364

Kermoal, Benoît (19 avril 2013) “Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause ?”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/727

Kermoal, Benoît (11 mars 2014) “Comment déchiffrer un espace blanc”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/812

Kermoal, Benoît (11 janvier 2015) “Finir”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/925

Le Hégarat, Thibault (29 janvier 2013) “Un carnet de recherches”. Patrimoine et télévision[carnet de recherche]. Consulté le …. http://tvpatri.hypotheses.org/12

Le Hégarat, Thibault (4 janvier 2015) “A propos de la thèse (1)”. Patrimoine et télévision[carnet de recherche]. Consulté le …. http://tvpatri.hypotheses.org/533

Messal, Stéphanie (28 juin 2014) “[Thèse] La réanimation des objets mourants”. Misanthropologue [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://misanthropologue.hypotheses.org/1282

Muller, Caroline (4 septembre 2013) “Ce que je sais du doctorat”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/413

Muller, Caroline (27 juillet 2013) “Etape”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/397

Muller, Caroline (4 septembre 2013) “Ce que je sais du doctorat”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/413

Muller, Caroline (19 septembre 2013 ) “L’an II de la thèse”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/436

Muller, Caroline (22 mai 2014 ) “La thèse, ce livre de l’intranquilité”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/509

Muller, Caroline (28 août 2014) “Le goût de l’archive ?”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/536

Muller, Caroline (10 septembre 2014) “Le deuil de la vérité”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/539

Muller, Caroline (26 janvier 2015) “J’ai commencé à écrire ma thèse”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/571

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Sur ce carnet

Faury, Mélodie (12 janvier 2013) “Le jour du manuscrit – Regarder autour”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/3772

Faury, Mélodie (16 mars 2013) “Faire une thèse – Des images et des mots”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/4026

Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1

Éléments de contexte

Je prépare aujourd’hui mon premier cours d’épistémologie de la médiation scientifique, auquel j’articule d’emblée des questions d’éthique de la médiation scientifique. Ce cours est construit à destination des étudiants en Master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » de l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie).

 « Ce master s’adresse à tous les étudiants et les professionnels intéressés par le développement des sciences, des technologies, de la médecine et leur rôle dans la société. »

Je rencontre en particulier les étudiants des parcours « Culture, patrimoine et médiation des sciences » et « Enseignement – Histoire et philosophie des sciences ».

« Publics concernés par le master »

Le master s’adresse à différents publics d’étudiants avec l’ambition :

–         de former de futurs professionnels et de futurs chercheurs œuvrant à l’interface des domaines science/technologie/médecine et société ;

–         d’apporter une formation complémentaire à de futurs professionnels ou à des professionnels déjà en poste – scientifiques, médecins, pharmaciens, ingénieurs ou administrateurs de la recherche et de l’expertise, enseignants – qui souhaitent mettre en perspective leurs connaissances, approfondir la compréhension des enjeux sociaux des sciences, des technologies et de la médecine et acquérir un atout supplémentaire dans l’exercice de leur profession.

 Quels sont les autres cours que les étudiants des parcours 2 et 3 suivent ?

Parcours 2 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Politique de la culture et des publics

–         Musée et médiation en pratique

–         Méthodologie de la recherche et valorisation des compétences

Parcours 3 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Histoire et philosophie des disciplines scientifiques

Les questions posées dans ce cours

Les questions que je souhaite que nous nous posions pendant ce cours, en développant des formes de réflexivité individuelles et collectives, sont les suivantes :

Comment se construit un discours de médiation scientifique ?

Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ?

Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ?

Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?

En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ?

Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ?

Le lieu du premier cours

En quoi le lieu du cours est-il lié, par son histoire et par son actuelle fonction, aux questions que nous nous posons ?

Ce premier cours aura lieu dans un espace symboliquement fort, regroupant aujourd’hui des ressources en Épistémologie, Histoire des sciences, Philosophie des sciences, Didactique des sciences, Communication Scientifique ; et faisant partie hier des locaux du GERSULP ( Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science – actuel IRIST).

Contenu initialement prévu du cours face à un déroulement souvent porté par l’improvisation, dans l’interaction avec les étudiants

Qu’est-ce que la médiation scientifique ?

– Définition en terme de discours : « parler de et sur la science »

Réf : JURDANT, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6. html

Comment peut-on caractériser un discours ? Approche en sciences de l’information et de la communication

–   Situé – moment, endroit ;

–   Adressé – cibles ;

–  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Comment peut-on caractériser plus particulièrement un discours de vulgarisation, de médiation scientifique ?

Pour le définir, considérer, dans un premier détour : comment travaillent les médiateurs scientifiques ?

Caractérisation possible, que nous utiliserons dans le cadre de ce cours :

–         qui construit ce discours ?

–         quel est le public cible ?

–         quels sont les objectifs de ce discours ?

–         quel est le contexte de ce discours ?

photo
Fête de la Science à l’Université de Strasbourg

Exercice collectif

Visite de laboratoire : fête de la science / Visite de laboratoire « Science académie » : quelles différences en terme de caractérisation des discours de médiation construits ?

  • Quels sont les objectifs possibles d’un discours de médiation scientifique ? Ou plutôt de quoi dépendent-ils ?

L'(les) intérêts du porteur de discours  : Peut-on le / les « repérer dans les discours » ?

Exercice collectif – Analyse d’accroches de B. Labasse

Doc – Exemples accroches

  • De l’analyse du discours des autres, à celle en retour de son propre discours sur la science : réflexivité par l’autre et par soi

Quels sont mes intérêts pour la science ? Pourquoi ai-je envie d’en parler ? Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux sciences ?

Explicitation personnelle

1/ qu’est-ce que la science ?

2/ qu’est-ce qu’un discours de médiation scientifique ?

Exercice collectif

1/ analyse « qu’est-ce que la science ? » pour des M1 Biosciences

Doc – Qu’est-ce que la science

2/ pourquoi pourraient-ils avoir envie d’/ un intérêt à en parler dans une situation de médiation scientifique ?

Analyse de discours de médiation scientifique

Exercice collectif

Analyse des registres de vérité, de savoir de réalité dans un discours d’expertise à la télévision. Quelles questions peut-on se poser en écoutant ce discours / en le lisant ?

Discours expert_A analyser / Discours expert_analysé

Réflexivité et médiation scientifique

Discussion sur la relation entre médiation scientifique (l’oral, l’écrit, le collectif) et réflexivité (le chercheur réflexif, le médiateur réflexif) à partir des textes suivants :

1/ Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

2/ Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

3/ Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

4/Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

5/Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.

Extraits

– la reconnaissance, par les scientifiques exactes et expérimentales de « certaines formes de curiosité à l’égard des sciences (celles auxquelles la vulgarisation répond), mais pas toutes ».

– « si vous êtes surpris de l’intérêt que je vous porte, c’est que je ne m’intéresse pas aux sciences de la manière dont vous voudriez que je m’y intéresse. »

– « Cette réflexivité qui entraîne irrésistiblement l’exigence d’un dialogue à propos de
l’intérêt pour les sciences se retrouve dans tous les travaux de Baudouin et non
seulement dans tous ses travaux, mais aussi dans tous ses modes d’intervention. »

« Dans les articles récents de Baudouin Jurdant, la vulgarisation est elle-même posée à la fois, au plan historique et comme l’expression d’un refus de réflexivité (ce refus nécessaire à l’autonomisation du savoircollectif sur la nature) et comme l’opérateur d’une réflexivité nécessaire à la construction de l’intersubjectivité par laquelle cette autonomisation du savoir collectif se réalise. Or, pour Baudouin Jurdant, ce refus de réflexivité, et en contrepoint, cette ruse des sciences pour la récupérer malgré tout (puisqu’elle est nécessaire de toute façon à tout processus de signification, qui ne peut être que lié à des communications sociales) viennent d’un rapport des sciences à la langue : seul l’usage de la parole vivante implique immédiatement la présence de l’autre, et donc, par retour, un rapport réflexif à sa propre pensée. »

« Daniel Jacobi et Bernard Schiele ont très tôt cherché à observer et différencier
empiriquement les formes sociales et culturelles de la vulgarisation comme élément
de l’espace scientifique, et ont développé des œuvres de recherche fondamentales,
qui éclairent le fonctionnement communicationnel des sciences et son évolution »

Points à discuter plus particulièrement :

– Fonctions de la médiation scientifique (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques) ;

–  Éthique de la médiation scientifique – alternatives du discours, objectivité et idéologie, « discours de l’évidence » (sans ancrages explicites) / Donner accès, par le discours que l’on construit, à la perspective depuis laquelle on parle : donner la possibilité de situer le discours : qui parle, depuis où et pourquoi.

Lecture pour mettre la réflexivité au travail – Le « travail vivant » de Christophe Dejours

J’ai fait il y a quelques temps un storify de l’une des interventions de C. Dejours qui est disponible en ligne : Lectures & écoutes – « Souffrance au travail », Christophe Dejours.

Je vous conseille également la lecture de l’article « Activisme professionnel : masochisme, compulsivité ou aliénation ? »

Sur un sujet que j’associe, je vous invite à la lecture du livre de G. Herreros : « Plaidoyer pour des organisations réflexives ».

photo-2Extrait de l’ouvrage « Travail vivant – 2: travail et émancipation »

« Qu’est-ce que le travail ?

Définition

Les controverses entre les disciplines – sociologie, économie, ergonomie, psychologie, sciences de l’ingénieur – tiennent à des conceptions très différentes du travail. Pour les uns il s’agit avant tout d’un rapport social (typiquement : un rapport salarial), pour les autres il s’agit surtout de l’emploi, pour d’autres encore il s’agit d’une activité de production sociale,etc.

Pour nous, à partir du regard clinique, le travail est ce qu’implique, du point de vue humain, le fait de travailler : des gestes, des savoir-faire, un engagement du corps, la mobilisation de l’intelligence, la capacité de réfléchir, d’interpréter et de réagir à des situations, c’est le pouvoir de sentir, de penser et d’inventer, etc. En d’autres termes, pour le clinicien, le travail, ce n’est pas en première instance le rapport salarial ou l’emploi, c’est le « travailler », c’est-à-dire un certain mode d’engagement de la personnalité pour faire face à une tâche encadrée par des contraintes (matérielles et sociales). Ce qui, pour le clinicien encore, apparaît comme la caractéristique majeure du « travailler », c’est que, même si le travail est bien conçu, même si l’organisation du travail est rigoureuse, même si les consignes et les procédures sont claires, il est impossible d’atteindre la qualité si on respecte scrupuleusement les prescriptions. En effet, les situations de travail ordinaires sont grevées d’évènements inattendus, de pannes, d’incidents, d’anomalies de fonctionnement, d’incohérences organisationnelles, d’imprévus, provenant aussi bien de la matière, des outils et des machines, que des autres travailleurs, des collègues, des chefs, des subordonnés, de l’équipe, de la hiérarchie, des clients… il faut le reconnaître, il n’existe pas de travail d’exécution.

De fait, il existe toujours un décalage entre le prescrit et la réalité concrète de la situation. Ce décalage entre le prescrit et l’effectif se retrouve à la tous les niveaux de l’analyse entre tâche et activité ou encore entre organisation formelle et organisation informelle du travail. Travailler, c’est combler l’écart entre le prescrit et l’effectif. Or ce qu’il faut mettre en œuvre pour combler cet écart ne peut être prévu à l’avance. Le chemin à parcourir entre le prescrit et l’effectif doit être à chaque fois inventé ou découvert par le sujet qui travaille. Ainsi pour le clinicien, le travail se définit-il comme ce que le sujet doit ajouter aux prescriptions pour pouvoir atteindre les objectifs qui lui sont assignés ; ou encore ce qu’il doit ajouter de soi-même pour faire face à ce qui ne fonctionne pas lorsqu’il s’en tient scrupuleusement à l’exécution des prescriptions.

Le réel du travail

Comment donc se fait connaître au sujet qui travaille cet écart irréductible entre la réalité d’un côté, les prévisions, les prescriptions et les procédures de l’autre ? Toujours sous la forme de l’échec : le réel se fait connaître au sujet par sa résistance aux procédures, aux savoir-faire, à la technique, à la connaissance, c’est-à-dire par la mise en échec de la maîtrise. Le monde réel résiste. Il confronte le sujet à l’échec d’où surgit un sentiment d’impuissance, voire d’irritation, de colère ou encore de déception ou de découragement. Le réel se fait connaître au sujet par un effet de surprise désagréable, c’est-à-dire sur un mode affectif. (…) Mais dans le temps même où le sujet éprouve affectivement la résistance du monde, c’est l’affectivité qui se manifeste en soi. Ainsi est-ce dans un rapport primordial de souffrance dans le travail que le corps fait simultanément l’expérience du monde et de soi-même.

(…)

La souffrance n’est pas qu’une conséquence ultime du rapport au réel, elle est en même temps protention de la subjectivité vers le monde, à la recherche de moyens d’agir sur le monde, pour transformer cette souffrance en trouvant la voie pour surmonter la résistance du réel. »

pp.20-21.

Lectures qui m’amènent toujours plus à cultiver mon intérêt pour les processus, les dynamique, la construction, le « chemin à parcourir », plutôt que pour un résultat à un instant donné.

Merci à Marie-Anne pour ces saines lectures.

Dire et écrire les relations d’enquête – Co-intervention avec Joëlle Le Marec dans le cadre du séminaire « Le Chaos des écritures »

Contexte et recontextualisation dynamique

Hier après-midi, je suis intervenue avec Joëlle Le Marec dans le séminaire Le Chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines, qui existe depuis septembre 2009.

« Le séminaire aborde les modes d’écriture dans leur diversité (savantes, littéraires, artistiques, politiques, quotidiennes, etc.) et sur la longue durée. Il privilégie le croisement des perspectives, et s’attache à les renouveler au regard des mutations culturelles et anthropologiques induites par la grande conversion numérique et les transformations économico-politiques en cours. La thématique générale est déclinée en plusieurs journées d’étude annuelles, qui se font écho à travers des sous-thèmes fédérateurs  pluriannuels : l’oralité, le dialogue et la polyphonie, la réflexivité, l’émancipation, les relations entre science et littérature, l’ancien et le nouveau de l’invention de l’écriture au numérique.

Ce cycle de journées d’étude maintient une tradition de liberté formelle, de dialogisme et d’indisciplinarité, qui hérite de séminaires d’abord tenus à l’Université Pasteur de Strasbourg, à l’ENS de Lyon et à l’Université Rennes 2. Au croisement des études sur la littérature, sur les sciences, et sur l’information et la communication, il réunit des doctorants et chercheurs de toutes les disciplines, venant de plusieurs régions de France et de l’étranger. Le séminaire est dirigé par Baudouin Jurdant, Joëlle Le Marec, Laurent Loty et Emmanuel Souchier, dans le cadre du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des 17e et 18e siècles (CELLF 17-18e, Université Paris Sorbonne et CNRS), du Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR Lettres, Arts et Cinéma (CERILAC, Université Paris-Diderot) et du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC, Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées, CELSA, Université Paris Sorbonne). »

Le titre de notre intervention commune est le suivant : « Dire et écrire les relations d’enquête », dans une séance intitulée plus largement « Cultiver l’enquête »

« Il s’agira dans cette journée de détailler ensemble des aspects souvent peu traités de l’enquête, et qui relient le désir de scientificité non pas à la technicité des méthodes, mais à une conscience réflexive et poétique précise, partagée, discutée, des évènements  et des objets qu’elle crée. »

Notre présentation s’ancre dans l’expérience commune d’un terrain de recherche qui avait mené à la co-écriture de l’article « Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs » (Le Marec et Faury, 2012).

Le texte qui suit ne reprend pas l’intervention d’hier mais correspond aux réflexions qui ont préparées cette intervention. La mise en dialogue avec Joëlle Le Marec, au moment même de l’intervention nous a amené à construire un dire qui s’éloigne de et s’articule avec l’écrire qui suit ici.

Je remercie les organisateurs de ce séminaire de m’avoir invitée et pour la richesse de échanges. J’ai particulièrement apprécié de pouvoir à cette occasion reprendre le fil de mes réflexions de recherche. La mise en dialogue y est pour beaucoup.

« La lecture des ouvrages méthodologiques m’avait finalement assez mal préparée à ce que l’expérience de l’entretien me réservait… une relation humaine, une situation vivante (Raoul, 2002) qu’il serait vain de chercher à maîtriser par une « chasse au biais »130. Ainsi, j’ai décidé de me rendre le plus perméable possible, pendant l’entretien, à ce qui s’y passe. De lâcher prise pendant, l’attention en éveil, pour mieux ré-explorer la densité de l’entretien ensuite, au moment de l’analyse et de la prise de distance. Pour être entièrement dans la situation, j’ai même finalement pris le parti risqué de me passer de prise de notes, afin d’être totalement disponible, y compris corporellement, à ce que me disant mon interlocuteur. Tout reposait donc sur l’enregistrement et sur la mémoire que je garderai131 de l’expérience vécue de l’entretien, en espérant que la technique ne me fasse pas faux bond. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 204)

La préparation de cette intervention me donne l’occasion de replonger dans mon manuscrit de thèse, mais surtout dans l’expérience du terrain pendant mes années de doctorat, de sa mise en mot, de sa mise en inter-subjectivité.

Depuis ma soutenance, mi-septembre dernier, mes nouvelles activités professionnelles m’ont considérablement éloignée de ce vécu et de ces réflexions.

Avec Joëlle Le Marec, nous avions souligné, dans notre texte commun, et dans le cas particulier de ma thèse, l’importance de l’effet de la distance à l’expérience partagée par l’enquêté, au moment de l’entretien, sur le rapport au terrain du chercheur-enquêteur et aux personnes qu’il y rencontre (de la proximité à l’hyper-proximité en ce qui concerne mon travail de recherche sur la recherche).

« Des situations d’hyper-proximité – Ma posture de chercheur a fortement structuré les situations d’entretien dans lesquelles je me suis engagée, en particulier avec les doctorants en biologie, anciens camarades de promotion et/ou actuels amis. J’ai utilisé cette proximité, en la questionnant toujours, dans la mesure où la relation enquêteur-enquêté structure la dynamique d’entretien, et que la dynamique de création d’implicite et d’explicite fait partie de mon objet de recherche. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 296)

Et je me repose aujourd’hui de manière d’autant plus prégnante la question :

Que signifie revenir, et que faire d’un retour à l’expérience de terrain lorsque nous sommes très à distance de celui-ci ?

De quoi partir, sur quoi s’appuyer, à partir de quoi se souvenir de ce qui nous avait marqué, frappé à l’époque et dont le sens partageable s’est peut-être construit a posteriori, lors de la mise en discours, lors du dire ou de l’écrire ?

Le sens lui, éprouvé, de la situation d’enquête, n’a pas attendu les mots pour attirer notre attention : comment garder des traces de l’épreuve du terrain ? Le carnet de terrain, le dictaphone, le carnet de recherche, les mails, autant de mise en mots, oraux ou écrits qui nous permettent de rester au plus proche de ce que nous avons vécu dans l’enquête, et autant que possible d’y revenir.

Tout ce préambule pour dire finalement ceci : aujourd’hui je suis en effet très à distance de l’expérience du terrain, des espaces d’inter-subjectivité qui l’ont accompagnée1, et de sa mise en écriture, que vais-je pouvoir vous en dire2 ? Vais-je en effet pouvoir y revenir ? Et si oui, comment ? Quelle actualisation de l’expérience, le dire (lors du séminaire) et l’écrire (dans ce carnet de recherche) vont-ils susciter ?

Re-lire à distance, la situation d’entretien transcrite, nous dit souvent beaucoup aussi de ce que l’on attendait de la situation au moment où on l’a vécue, des hypothèses que l’on faisait à l’époque, de la méconnaissance parfois des spécificités du terrain que l’on amorce, du vécu des acteurs, du sens des mots qu’ils emploient et que l’on n’a pas nécessairement perçu sur le moment.

Présentation du terrain qui constitue la base de l’écriture et de l’intervention

« Les entretiens portent sur les pratiques quotidiennes de la recherche et sur la manière dont les enquêtés vivent leur condition de chercheur. Nous repérons les modalités de construction d’un discours sur ce que signifie faire de la recherche, sur la position de chacun dans des collectifs scientifiques (l’équipe, le projet, la discipline, la filiation) et sur la confrontation entre pratiques et principes.

Les entretiens sont menés auprès de doctorants en biologie expérimentale, de chercheurs à différentes étapes de leur carrière et de chercheurs ayant migré des sciences de la nature vers les sciences sociales. Un même protocole est utilisé, consistant pour les enquêtés à commenter le relevé quotidien systématique des situations de communication vécues cours d’une semaine de travail. » (Le Marec et Faury, 2012)

Dire et écrire les relations d’enquête – Dire l’enquête

L’enquête, le terrain, on commence à les dire, aux autres et à soi, au moment où on les prépare. Puis dans la prise de contact avec l’enquêté, lorsqu’il s’agit de lui présenter les raisons pour lesquelles on souhaiterait le rencontrer : dans les mails, par téléphone, lors du démarrage de l’entretien…

« Je viens pour que tu m’expliques »

« pour que vous me racontiez »

« tout m’intéresse », « ce que tu veux »

« on peut commencer à ce moment là »

Lors de mes enquêtes, je ne précise pas nécessairement le contexte général de la recherche, mais ce que j’attends de la situation d’enquête particulière à laquelle je souhaite que mon interlocuteur participe.

NB : j’utilise souvent « enquête » pour parler de l’ensemble des entretiens que j’ai mené, mais c’est un sens restreint de ce terme – et « situation d’enquête » pour un entretien particulier.

Le contrat de départ, ainsi établi, plus ou moins explicitement ou implicitement, de la relation d’enquête permet à chacun, enquêteur et enquêté, de s’installer dans ce qu’il projette de la situation de communication qu’il accepte en s’y rendant présent. Avec des hiatus éventuels, qui seront levés par des ajustements tout au long de l’entretien.

Relation enquêteur-enquêté en ajustement

Considérer qu’il y aurait à dire de la relation d’enquête n’est pas anodin. On considère dès lors l’enquêteur partie prenante de la relation d’enquête, et non à distance de celle-ci. On reconnaît qu’il y aurait dans les manières de dire et les manières de se dire, de l’enquêté et de l’enquêteur, des traces de la façon dont chacun vit l’expérience d’entretien, en tant que situation de communication, reconnue comme forme culturelle (Le Marec, 2002).

C’est accepter également cette nécessaire part manquante de l’interprétation par l’enquêté de la situation d’enquête (Le Marec, 2002), dont l’enquêteur ne saisit que des traces.

Dire la situation de communication vécue à l’instant où elle se vit, et ensuite

La transcription, telle que l’on choisit de l’effectuer, reflète une multitude de choix de la part de l’enquêteur : les phrases sont-elles reformulées ? Fait-on apparaître les silences ? Les regards ? Les hésitations, les répétitions ? Quelle place donne-t-on à la communication non verbale, sonore ou non, dans les entretiens non pas filmés mais enregistrés sur dictaphone ? Comment cela se traduit-il dans la transcription ? A quel tamisage3 procède-t-on au moment de la transcription ? Que constitue-t-on en données ? (Thèse de doctorat M. Faury,  p. 205)

Que choisit-on d’écrire dans le carnet de terrain ? Choisit-on de retranscrire les propos fidèlement au cas où l’enregistrement ne fonctionne pas, ou plutôt de ne rien écrire pour être entièrement (y compris dans l’attitude corporelle) dans l’écoute et dans la relation avec l’enquêté? Choisit-on d’écrire ses impressions (de gêne, d’étonnement, d’agacement, etc.) comme autant d’indicateurs qu’il est dit quelque chose pendant l’entretien qui vient d’être vécu ? Pourquoi le faire ?

Sous quelles formes peut-on conserver des traces pérennes de ce qui a été vécu sur le terrain ? Les dit-on (à soi-même par le dictaphone, à un collègue qui partage l’expérience de terrain, etc.) ou les écrit-on ? Dit-on ou écrit-on les ressentis ? Pourquoi ?

Dire l’autre dans l’enquête

Il y aurait beaucoup à dire pour dire l’autre dans l’enquête (identités et sens projetés, investissement de la situation de communication, etc.) et dans sa relation à l’enquêteur, et donc à soi dans l’enquête. Nous n’aurions peut-être d’ailleurs jamais fini, et c’est tant mieux, tant la relation est riche, tant l’autre est riche de significations. Tant la situation est vivante.

Dire et écrire les relations d’enquête – Se dire l’enquête l’un.e à l’autre à partir d’une expérience vécue commune

L’intervention commune avec Joëlle Le Marec, lors du séminaire « Le Chaos des écritures, s’appuie sur l’expérience des temps de partage de l’expérience de l’enquête et de la situation d’hyper-proximité que nous avons toutes les deux vécues, bien que différemment, dans le cadre d’une recherche sur la recherche, dans laquelle des chercheuses rencontrent des chercheurs pour qu’ils témoignent d’un quotidien et d’un vécu de la pratique quotidienne de la recherche comme métier.

L’échange entre ce que Joëlle Le Marec perçoit de la situation d’entretien et ce que j’y avais perçu moi-même nous a amené, par la discussion, a nourrir l’idée que l’entretien était l’occasion d’un partage d’une réalité de la recherche ressentie de manière proche chez l’enquêteur et l’enquêté. Cette proximité de l’enquêteur à l’enquêté « à des effets de reconnaissance de modes d’engagements et de vécus proches » (Le Marec et Faury, 2012). C’est la manière dont le chercheur-enquêteur associe le chercheur-enquêteur au parcours de ce qui constitue sa réalité quotidienne, par la description et le commentaire des pratiques de communication qui la compose, qui m’a amenée à développer l’idée d’espace mental de la recherche dans le cadre de ma thèse.

« Au cours de l’entretien, dans la relation qui s’établit avec l’enquêté, l’enquêtrice a le sentiment de « sentir l’espace mental de la recherche », dessiné par les pratiques de communication rapportées et commentées (espaces symboliques, frontières, contraintes, épaisseurs, pluralités) et de le comprendre par ce qu’elle vit lui-même (en tant que doctorant au moment des entretiens), ou ce qu’elle a vécu (en tant qu’ex- étudiante en biologie expérimentale et ancienne étudiante-stagiaire en laboratoire). Cette compréhension est d’une part utilisée dans l’interprétation et conditionne par ailleurs le rapport qui se construit à l’enquêté en entretiens » (Thèse de doctorat M. faury, p.119)

Se dire l’enquête et la relation d’enquête, entre chercheurs impliquées sur le terrain, nous a donc amenées à nourrir ntore perception, à balancer le vécu d’une situation de communication singulière par l’appel à des vécus proches mais différent, de chacune d’entre nous. Ces moments de discusions ont ainsi constitué de réels espaces de réflexivité et d’inter-subjectivité dans l’expérience du terrain.

Dire et écrire les relations d’enquête – Écrire l’enquête

La difficulté à écrire la relation d’enquête me semble avant tout venir de la linéarisation par laquelle nous fait passer l’écriture. Comment faire si je chercher à écrire l’enquête de manière pluri-dimensionnelle, c’est-à-dire si je cherche à éviter de faire de l’enquête un lieu de production d’un matériau décontextualisé, sorti de la relation et de la situation de communication qui ont permis son existence, sa construction ? Comment aller vers une écriture réflexive, par le dialogue qu’elle induit avec le lecteur, de l’enquête ?

« la réflexivité est éprouvée sur plusieurs plans simultanés dans l’entretien (dans la réflexion individuelle au cours de l’échange, dans la communication entre proches culturels, et dans la réflexion dialoguée entre pairs) et c’est cette caractéristique que nous exploitons. La situation d’entretien est bien sûr, d’un point de vue technique, une pratique d’analyse des conditions de productions de « matériaux de l’enquête ». Elle est également une situation reconnue culturellement comme destinée à produire des savoirs sur la société, mais dans un contexte où la conceptualisation de ce qu’est la situation d’entretien devient un des enjeux de la recherche puisque celle-ci porte sur des pratiques de chercheurs. Elle est enfin une condition partagée par l’enquêteur chercheur et le chercheur enquêté dans la mesure où l’enquête devient nécessairement un moment de dialogue entre collègues. » (Le Marec et Faury, 2012)

Comment donc en rendre compte dans l’écriture : en témoignant de ces épaisseurs, de ces représentations de l’enquête par la mobilisation concrète d’exemples, d’extraits de transcription, de sons, d’images, de composites (Le Marec, 2002) ?

J’ai ainsi par exemple accordé une importance particulière à la manière de dire pendant l’enquête menée au cours de ma thèse, et je me suis posée la question suivante :  comment en rendre compte par l’écriture, qui s’intéresse le plus souvent au « matériau » tamisé, transcrit, c’est à dire aux mots, à ce qui est dit, plus qu’à la manière dont ces mots donnent du sens à la relation, à la situation d’entretien ?

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Il me paraît particulièrement important de travailler, par le dire et l’écrire, à la contextualisation de la situation de communication, et d’en rendre compte pour permettre l’inter-subjectivité, pour permettre la réflexivité individuelle et collective à son endroit, pour tendre vers une interprétation partageable, et qui tende vers le plus d’objectivité possible.

Dire et écrire les relations d’enquête – Re-dire l’enquête

A quoi mène de re-dire l’enquête ? Dire et re-dire l’enquête nous amènerait ainsi à toujours reprendre ces situations d’enquête non comme figée mais vivante, partageable dans ces lieux précieux de la réflexivité collective. Comme c’est le cas dans le cadre de ce séminaire Le Chaos des écritures sur Cultiver l’enquête. Je gage que re-dire l’enquête nous amène à pousser plus loin cette idée que la réflexivité pourrait être une forme de « reconnaissance partagée du sens de ce qui se joue pour les uns et les autres. » (Le Marec et Faury, 2012) ? Un autre exemple, celui du travail mené avec Yann Calbérac, Sarah Coordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan à partir des entretiens menés par Yann Calbérac et en présence de celui-ci, me laisse penser que ce pourrait effectivement être le cas. Nous avons alors croisés quatre regards, n’ayant pas vécu la situation d’entretien, pour les mettre en dialogue avec celui qui l’a vécu et pour dire et faire dire au terrain, ce qui peut être partagé de la recherche, dans une dynamique d’objectivation qui s’assume comme processus4.

Finalement pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Dans le cadre de mon travail de thèse sur le rapport identitaire et culturel aux sciences, cette relation fait partie même de l’objet, objet communicationnel, que j’ai choisi d’étudier. Mais plus largement, l’attention à cette relation me paraît permettre d’initier une dynamique réflexive incontournable pour le chercheur qui cherche à comprendre plus qu’un matériau recueilli : une parole contextualisée, à l’intersection entre contexte de la recherche, vécu de l’enquêté et partage social d’une situation ancrée dans les mémoires culturelles de l’enquêteur et de l’enquêté.

« La réflexivité étant une dimension constitutive de n’importe quelle situation de communication, nous chercherons à développer une réflexion sur l’enquête comme situation de partage culturel où s’éprouvent des effets de reconnaissance réflexive de ce qui est demandé ou exprimé par les uns et les autres, enquêteurs et enquêtés. » (Le Marec et Faury, 2012 – lien)

Considérer l’enquête comme une pratique à la fois très réflexive et dialogique, pour l’enquêteur et pour l’enquêté. Considérer la relation d’enquête et chercher à la partager en la disant ou en l’écrivant amène à de passionnants dialogues interdisciplinaires et intergénérationnels dans des contextes de recherche où le collectif vise l’inter-subjectivité.

 » Il y a construction d’une condition réflexive collective : c’est le dialogue avec autrui qui permet d’abord de mettre à distance le rapport très singulier que le chercheur entretient avec son objet, mais aussi de transformer ce rapport singulier en résultat de recherche pour les autres membres du collectif de recherche. » (Le Marec et Faury, 2012)

En préparant ce billet, j’ai d’abord écrit ce que je souhaitais dire lors de ma co-intervention avec Joëlle Le Marec sur les relations d’enquête. Comment allais-je ensuite le dire ? Puisqu’il s’agit notamment d’un dire en relation. Et puis je l’ai ré-écrit, et enfin publié et partagé.


Références :

Jurdant, B. (2006). Ecriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec). Sciences de la société (n° 67), pp. 131-143.
Jurdant B. Parler la science ?, Alliage n°59, 2006.


Le Marec, J. , Babou, I. et Faury, M. , Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir. ), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Le Marec, Joëlle – Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2010. (éd. collective)

Le Marec, J. Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication no 25 – Questions de Terrains, 2002.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165.
Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communication modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982.

Olivier de Sardan, J. -P. , « La violence faite aux données », in : Enquête « Interpréter, surinterpréter », n°3, 1996, p. 31-60.

Crédit photographique : Moleskineh par Amir Kuckovic, licence CC-NC-SA

  1. notamment des discussions avec Joëlle Le Marec lors de nos terrains communs, et avec Sarah Cordonnier et Bernard Bensoussan dans le cadre des séances de préparation du séminaire « Trajectoires et Témoignage » []
  2. lors du séminaire et dans cette forme d’écriture oralisée du carnet de recherche []
  3. Ce terme provient des discussions menées avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan lors de nos séances de travail, d’analyse collective d’entretiens, pour préparer les journées d’étude Trajectoire et Témoignage []
  4. merci à Emmanuel Souchier pour la discussion à ce sujet []

– Le 27 février 2012 –

– Le 27 février 2012 –

La thèse, c’est un itinéraire. La mienne m’a emmené beaucoup plus loin que je n’aurais pu l’imaginer.

Faire une thèse, c’est trouver son chemin et le perdre en même temps. Le perdre, tout le temps. Il s’agit de ne pas s’y perdre soi-même.

Faire une thèse, c’est rencontrer des gens, rencontrer des pensées, des façons d’être, de dire, de réfléchir. Et c’est s’arrêter sur certaines d’entre elles, parce qu’elles nous touchent, nous parlent, parce que, par rapport à nos questions, elles nous offrent une nouvelle façon de voir.

En faisant ma thèse, je n’ai jamais vraiment su où j’allais. J’ai cru à un moment le savoir, et je l’ai perdu l’instant d’après.

En faisant ma thèse, j’ai cru que je faisais de la science, et « seulement » de la science.

J’essayais de construire un discours scientifique sur les parcours de chercheurs. Et je ne suis pas sûre de n’avoir fait que de la science ni d’avoir été uniquement à la recherche de la compréhension des parcours des autres (je suis même sûre, et depuis longtemps, que ce n’est pas le cas).

Pourquoi partir des sciences expérimentales ?

Ma thèse je l’ai écrite, et réécrite.
On dit que le travail de thèse est un travail solitaire. Que l’on marche tout(e) seul(e).
Mais j’ai rencontré d’autres chercheurs, d’autres pensées. Et ce qu’ils m’ont apporté est inexprimable. Nous ne sommes pas si seuls.

On peut apprendre à s’autoriser des choses pendant la thèse. A aller au-delà des interdits et de ce que l’on apprend qu’il « faut » faire, de telle et telle manière. On peut se construire sa propre définition de ce qu’est une thèse et du rôle qu’elle joue dans notre parcours. Et ce parcours nous est propre.

Parfois l’écriture ne vient plus. Parfois je n’ai plus été sûre d’avoir moi-même écrit ce que je relisais quelques mois plus tard. Alors on prend du champ, on fait des pauses.

Et puis on repart.

Je ne suis plus tout à fait sûre des raisons pour lesquelles j’ai commencé une thèse. Ce dont je suis sûre, c’est que je veux la terminer.

Et qu’elle m’a apporté bien au-delà de la dimension « scientifique ». Elle a construit mon regard de chercheur, mais elle m’a aussi fait comprendre beaucoup de choses sur mon propre rapport à la science. Elle m’a appris à écrire, à penser.

Elle m’a appris la réflexivité.

Illustration : Clémentine Robach

Pour qu’un carnet vive…

Il faut, pour qu’il vive, qu’un carnet de recherche, qu’il soit collectif ou individuel, ait un sens. Qu’il remplisse un besoin, ou des besoins.

Le mien a eu un sens, multiforme et mouvant pendant plusieurs mois, plusieurs années. Il a accompagné mon travail de thèse, en faisant vivre notamment des réflexions qui jalonnent la thèse, sans y apparaître directement.

J’ai été portée par deux intentions, suffisamment intriquées pour que je n’arrive pas toujours à les démêler, et qui, lorsque l’une prend trop le pas sur l’autre, empêchent l’écriture de se déployer : partager une réflexion en cours (intervention du regard du lecteur) et donner forme à des pensées volatiles (rôle personnel, parfois intime, de l’écriture), en les ancrant et les inscrivant dans un cadre et dans un format.

Aujourd’hui, il me semble que le carnet se décale, sans trop savoir à l’avance vers où.

J’aime l’idée qu’un carnet de recherche soit vivant et que son statut change.

Je ne conçoit pas mon carnet comme un lieu d’unique valorisation d’une réflexion déjà faite, mais bien comme le lieu de matérialisation, d’élaboration et de partage d’une pensée en cours.
De ce fait, je ne peux pas savoir encore ce qui s’y déploiera dans les semaines et les mois à venir, de la même manière que je ne peux prévoir à l’avance quelles seront les notes que je prends sur mes carnets papier, dans leur contenu ou leur forme.

L’Infusoir est en mutation. Celle-ci ne sera peut-être pas palpable de l’extérieur.  Il est question de la place de cet espace dans ma pratique de recherche et du sens que je donnerai au fait d’écrire ici.

Illustration : Clémentine Robach

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.

Pensée du jour – « Sois réflexif ! »

Le temps me manque en ce moment pour faire vivre ce carnet, j’y sème malgré tout une « pensée du jour ».

La pensée qui boucle et qui sait se situer - Photographie de Claire Placial

La réflexivité1 me paraît être un mouvement que l’on ne peut pas enclencher « délibérément », ni en la contrôlant. De la même manière qu’il me paraît difficile de comprendre que l’on ne comprend pas, ou encore de répondre à une injonction du type « sois naturel » ou « sois libre »2, il me paraît compliqué d’être certain que l’on développe bien une démarche réflexive. Un « point aveugle » est par définition difficile à percevoir, et je suppose que l’injonction « sois réflexif » ne mène à rien.

Ne peut-on dès lors qu’espérer être réflexif ? Non (et je répondrai un peu à côté), car l’on n’est jamais réflexif : c’est un mouvement qui s’entretient plus qu’un état que l’on acquiert.

Comment faire percevoir la nécessité et l’intérêt à « faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites » ? Et la nécessité de le renouveler, toujours ?

Comme tout ce que l’on n’a jamais éprouvé soi-même, on ne peut percevoir, je crois, la force, la portée d’une pratique3 avant d’en avoir une expérience propre. Au « risque » ensuite de se demander, « comment faisais-je, avant ? ».

Ce qui, comme pour toute perspective et pratiques nouvelles, demande de se jeter à l’eau, de prendre des risques, justement, et d’affronter certaines incertitudes.

  1. La pensée qui boucle et qui se situe, depuis une perspective []
  2. ces réflexions proviennent notamment des mois qui défilent dans les Espaces réflexifs, et d’une récente discussion avec Rémi Barré []
  3. Et certaines pratiques numériques, qui sont propices à mon sens à la réflexivité, me font ce même effet : je pense en particulier aux carnets de recherche et à Twitter []

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Billets précédents :

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

J’interviens mardi soir prochain, avec Jean-Paul Martin et Rémy Marchal aux Arts et Métiers Paris Tech à Cluny, dans le cadre d’une conférence organisée par « Le Centre de Conférences Internationales de Cluny – Arts et Métiers ParisTech Cluny et Cluny Chemins d’Europe », et intitulée « La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité »

Illustration : cc gogoloopie, sur Flickr

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

Mon intervention partira de cette idée de « question » de responsabilité. Où et comment se pose la question de la responsabilité du chercheur ?

« Une question de responsabilité » : on ne précise pas de qui, et c’est en soi très intéressant. Car justement, qui est responsable, et de quoi ? Les chercheurs ont-ils des responsabilités particulières ? Devant qui ? Doivent-ils prendre des responsabilités et qui les y poussent ? Eux-mêmes, leurs pairs ou d’autres acteurs sociaux, qui ne sont pas chercheurs ?

L’UNESCO organisait récemment (le 9 décembre 2011) un séminaire intitulé « Les scientifiques doivent-ils être responsablies ? Fondements, enjeux et évolution normative ».

La formulation même du titre de ce séminaire, auquel je n’ai pas pu assister, mais dont les résumés des interventions sont disponibles sur le site diplomatie.gouv.fr, et dont je lirais les actes avec grand intérêt s’ils sont sont mis en ligne1, est très intéressante.

« Les scientifiques doivent-ils être responsables ? » La question de la responsabilité se pose-t-elle pour les scientifiques, et à quels niveaux (et j’entendrais ici par « scientifiques » les chercheurs, afin d’ancrer mon discours dans une pratique professionnelle, un métier, un statut) ?

Dans le cadre de mon travail de thèse, je m’intéresse en particulier aux normes et valeurs exprimées dans les discours de doctorants en biologie expérimentale. Ils expriment à plusieurs reprises, au cours des entretiens, ce à quoi correspond pour eux le « bon » chercheur, ce que « doit » faire un doctorant ou un chercheur dans sa pratique de recherche, pour être reconnu, légitime, c’est-à-dire notamment légitimé par ses collègues et en particulier via les processus d’évaluation.

« […] quelque chose n’est une norme, au sens déontique de ce qu’on doit ou de ce qu’il est permis de faire, que si l’agent qui s’y conforme est libre de le faire, et s’il est possible de le blâmer ou de le tenir comme responsable de ne pas l’avoir suivie. »(Engel, 2003)

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (février 2010)

« En fait ça, c’est dans la politique du laboratoire, vraiment chaque thésard doit partir, enfin doit, il veut pas, il le fait pas, mais normalement, une fois pendant sa thèse à un congrès international. Il débloque, le laboratoire débloque des fonds pour ça, vraiment spécifiquement, parce que, ça fait partie de notre formation, et donc… ça y a, y a pas de soucis. »

Dans la question « les scientifiques doivent-ils être responsables » se pose la question de la norme et de celui, ceux, qui fixe(nt) la norme.

S’agit-il d’une norme instituée, dans les textes, qui contraindrait les chercheurs de telle sorte qu’ils n’ont pas le choix ? S’ils souhaitent pouvoir continuer à excercer leur métier, ou bien progresser dans leur carrière (être « bien » évalués), ils « doivent » être responsables.

S’agit-il d’une norme tacite, implicite, qui définirait ce qui est « normal » pour un chercheur, c’est-à-dire accepté et valorisé par les pairs, même si cela ne constitue pas des critères explicites d’évaluation par exemple ? De la même manière qu’il est « normal » d’être honnête dans sa pratique de recherche, et que c’est le comportement de fraude qui est considéré comme anormal ou « pathologique »2, il pourrait être normal d’assumer certaines responsabilités.3

Il me semble que ce n’est aujourd’hui ni l’un, ni l’autre et que c’est justement pour cette raison que des journées comme celles de l’UNESCO sont organisées. Aujourd’hui, les chercheurs ne « doivent » pas spécialement être responsables dans leur pratique : cela ne fait partie ni de leur ethos, ni des textes de définition des missions de chercheur (article14 ici, ici ou encore ici), ni de leur évaluation4 ; bien que des recommandations dans ce sens existent.

J’entends par ethos « […] l’ensemble des valeurs et des normes teintées d’affectivité auxquelles l’homme de science est censé devoir se conformer. » (Merton, 1973, p.267 ; cité dans Vinck, 2007).

Au cours de mon travail de thèse, j’ai relevé (voir présentation ici) dans les discours des doctorants en biologie expérimentale, en entretien, ainsi que dans la présentation des qualités du chercheur, par mes étudiants en master Biosciences, une très faible occurrence de l’idée de responsabilité, en tant que valeur individuelle du chercheur, ou valeur collective de la recherche.

J’entends par valeurs des « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991).

Ce constat, notamment, contribue à alimenter l’idée que la responsabilité n’est pas une valeur actuelle de la recherche.

Elle est souvent perçue (et je m’appuie ici essentiellement sur mon expérience personnelle), par les chercheurs, comme une interpellation contraignante de la société et parfois comme une limitation, incompatible avec une éthique de la connaissance beaucoup plus partagée. C’est le cas, de la même manière, pour les questions d’éthique au demeurant, que les chercheurs présentent parfois comme ne faisant pas partie de leur « compétence » ou « domaine d’expertise ». D’où l’importance, à mon avis de l’intégration de ces dimensions dans les formations de futurs chercheurs.

Éthique de la connaissance

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (avril 2010)

« Faire de la recherche, c’est vrai ça, qu’est-ce que ça veut dire [rires] ? Faire de la recherche pour moi c’est… tenter… de répondre à une… question… soit que, totalement nouvelle… enfin répondre à une question dont on a pas entièrement la réponse en tout cas quoi. Donc soit c’est une question qui n’a jamais été posée et tu poses la question, soit c’est une question qui existe plus ou moins déjà, mais qu’il s’agit de… réinterroger, sous un autre angle, une autre perspective etcetera, voilà. Donc faire de la recherche derrière il y a, l’idée que à l’issue de notre travail on va avoir produit de la connaissance, ou en tout cas, si le mot était un peu pompeux [rires] juste produit des morceaux de réponses à des questions. »

« C’est l’impératif : connaître pour connaître. L’impératif de connaître doit triompher, pour la connaissance, de tous interdits, tabous, qui la limiteraient. Ainsi, la connaissance scientifique, depuis Galilée, a victorieusement surmonté les interdits religieux. Or l’éthique du connaître tend d’elle-même à s’opposer à toute autre valeur, et cette connaissance « désintéressée »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

« La responsabilité est une notion humaniste éthique qui n’a de sens que pour un sujet conscient.

Or la science, dans la conception « classique » qui règne encore de nos jours, disjoint par principe fait et valeur, c’est-à-dire élime de son sein toute compétence éthique, fonde son postulat d’objectivité sur l’élimination du sujet de la connaissance scientifique. Elle ne fournit aucun moyen de connaissance pour savoir ce qu’est un « sujet ».

La responsabilité est donc non-sens et non-science. Le chercheur est irresponsable par principe et métier. »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Quand Edgar Morin écrit que cette conception règne, il ne signifie pas qu’elle est pertinente, au contraire, puisque son ouvrage s’intitule « Science avec conscience », et que les travaux de recherche menés sur la relation entre sciences et valeurs soulignent son omniprésence dans les pratiques de recherche actuelles et passées (voir par exemple ici et ici).

« La science n’est plus la vérité – Parallèlement, le statut amoral et apolitique du savoir scientifique est remis en question. Non seulement les experts sont souvent soupçonnés de partialité, mais la distinction bien tranchée entre faits et valeurs est reconsidérée. Il est aujourd’hui reconnu et pleinement assumé que la production scientifique ne privilégie pas que des valeurs épistémiques comme la vérité, l’objectivité, la simplicité, mais aussi des valeurs sociales, économiques et culturelles. » (Bernadette Bensaude-Vincent, 2011)

Photo : cc Martino's doodles sur Flickr

La responsabilité réside d’abord dans des choix

« La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité « . Cette conférence, mardi, axe son regard sur « l’impact sociétal » de la recherche : est-ce l’objet par excellence pour lequel se pose la question de la responsabilité ?

« J’entends assez souvent parler de la « responsabilité » du scientifique face à ses découvertes. Schématiquement, on estime que le scientifique doit se préoccuper des conséquences sociales, politiques, bref humaines, de celles-ci. On donne souvent comme exemple le développement de l’arme nucléaire : n’était-il pas irresponsable de la part des scientifiques impliqués de produire pareils instruments de destruction ? » (David Monniaux, 2011)

Quand on parle de responsabilité, on pense souvent aux applications de la recherche. Et lorsque l’on parle de responsabilité aux chercheurs, ils se sentent acculés et disent « Les applications de la recherche, on n’y peut rien ! ». Ils évacuent par la même occasion la question de la responsabilité. Alors qu’elle se trouve à plein d’autres niveaux sur lesquels ils ont une action directe possible.

Je pense que les acteurs de la recherche (ingénieurs, doctorants, enseignants chercheurs, stagiaires, etc) auraient pour commencer à intégrer cette notion, de manière constructive, dans leurs pratiques : il y a en effet beaucoup d’autres moments où se joue la responsabilité du chercheur, à définir et identifier, dans le quotidien de leurs recherches.

La responsabilité dans une multitude de choix, au quotidien de la recherche

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. »

(Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportement intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

 « Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53)

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix :

en choisissant de publier dans une revue plustôt qu’une autre (voir boycott récent), en brevetant un résultat (voir exemple du C.O.V), en acceptant un financement au détriment d’un autre, en participant à la diffusion mise en circulation des savoirs, en contribuant à des recherches interdisciplinaires, etc.

Et que ces choix engagent des valeurs.

Quant aux responsabilités liées aux impacts sociétaux, puisqu’il s’agit de choix de société, nous impliquant tous en tant que citoyens, il me semble qu’elles ne peuvent être prise que collectivement, dans des formes de co-responsabilités, qu’il reste encore à inventer, et que certains expérimentent déjà (ici et ici par exemple).

Suite de ce billet à venir

Responsabilité et réflexivité : quel rapport ?

Pour l’écriture de ce billet et mes réflexions sur ces thématiques, je dois beaucoup aux échanges que nous avons eus avec Barthélemy Durrive et Julie Henry au sujet des normes, des valeurs et de la responsabilité ; et plus largement aux séances organisées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant » et aux vivifiantes discussions entre ses membres.

Quelques références

Ameisen, Jean-Claude (2005) Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, N° 44, p. 64-86

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience – Façonner le monde atome par atome, Paris : Editions La Découverte.

Engel, P. et Mulligan, K. « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 3/2003 (n° 15), p. 171-186. URL : www.cairn.info/revue-cites-2003-3-page-171.htm.

Lechopier, N. (2011) Les valeurs de la recherche. Enquête sur la protection des données personnelles en épidémiologie, Paris, Michalon

Morin, E. (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Weber, M. (1963). Le savant et le politique. Paris : Plon [1ère édition : 1959].

Bensaude-Vincent, B. (7 octobre 2011) « La nouvelle place du citoyen » Ouvertures [Site internet]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=525

Faury, M (24 mars 2011) “Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?“. L’infusoir [carnet de recherche]. http://infusoir.hypotheses.org/912

Maurel, Lionel (6 juin 2010) Obtention végétale : le droit d’auteur pourrait en prendre de la graine ! S.I.Lex [blog] http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/06/obtention-vegetale-le-droit-dauteur-pourrait-en-prendre-de-la-graine/

Monniaux, D. (15 septembre 2011) « La responsabilité du scientifique : un appel à la technocratie ? » La vie est mal configurée [blog] http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/09/15/La-responsabilit%C3%A9-du-scientifique%C2%A0%3A-un-appel-%C3%A0-la-technocratie%C2%A0

Roud, T. (29 octobre 2010) « Faut-il boycotter Elsevier ? » Matières vivantes [blog] http://tomroud.owni.fr/2010/10/29/faut-il-boycotter-elsevier/

 

  1. Appel non déguisé à cette mise en ligne []
  2. voir à ce sujet les travaux de Canguihlem []
  3. Je suis bien consciente qu’en disant cela, on ne définit toujours pas de quelles responsabilités il pourrait s’agir : mais nous n’avons pas encore fini avec la question de la possibilité même de l’existence de ces []
  4. N’hésitez pas à me signaler si des textes à votre connaissance comportent cette notion de responsabilité []

Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

La pensée que je souhaite partager aujourd’hui est celle de Dominique Vinck, sous la forme d’une citation extraite de l’un de ses ouvrages, intitulé « Sciences et société – Sociologie du travail scientifique » (incontournable pour celui, étudiant, chercheur, enseignant, qui cherche à comprendre « les dynamiques sociales de fabrication de connaissances et d’innovation », pour pouvoir « y intervenir, en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable ») : elle exprime l’une des motivations du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » et de mon travail de thèse.

"Faites de la science" - Et comprendre ce que cela veut dire...

Sciences et société – Sociologie du travail scientifique, Dominique Vinck, Ed. Armand Colin, Paris : 2007, p.6-7 :

« Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire. Le seul exposé de l’état des connaissances, comme cela se pratique dans l’enseignement et dans les émissions de vulgarisation scientifique, ne suffit pas pour comprendre comment elles ont été élaborées. L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de chose à voir avec la science telle qu’elle se pratique. […] Certains discours de la philosophie qui dégagent une conception générale et universelle de la science et la proposent comme norme à suivre par les chercheurs sont néfastes. D’une part, ils produisent une mystification de la science, bien différente des pratiques effectives ; ils sont de peu d’utilité pour guider concrètement le chercheur dans son travail. Ils offrent une occasion de réfléchir sur la science et d’en modifier le cours, mais ils sont surtout le privilège de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et qui ont le loisir de discourir sur la science. D’autre part, cette conception générale de la science, mise en avant pour lutter contre les pseudo-sciences et contre irrationalisme, est si éloignée des pratiques scientifiques concrètes qu’elle perd sa crédibilité. A défaut d’une représentation philosophique proche de ce qui peut effectivement s’observer ou se pratiquer, le chercheur réflexif ou l’observateur extérieur risque d’être conduit vers le pire des relativismes : « s’il n’y a pas une science universelle alors tout se vaut ». »

A la recherche d’espaces de réflexivité

Je n’étais plus sûre de publier ce billet (que j’avais commencé pour le publier en février dans un carnet de recherche collectif sur la réflexivité), et puis Marie-Anne Paveau a écrit son dernier billet du mois de Mars dans les Espaces réflexifs, et nous a proposé les idées de « réflexivité éthique » et de « lieu de l’interrogation épistémique-éthique sur l’élaboration du discours scientifique ». Deux idées qui me parlent, beaucoup.

Un discours réflexif ne peut être élaboré que si on lui offre des conditions pour exister. Il me semble qu’il restera sinon, tout au plus, à l’état de besoin ressenti. Serait-ce ce besoin qui poussent certains chercheurs à faire de la vulgarisation ou de la médiation scientifique (Jurdant, 2006) ?

La question qui me tient actuellement est celle des conditions dans lesquelles un discours réflexif pourrait être ébauché, initié, voire se déployer dans nos pratiques de recherche et dans la formation des futurs chercheurs.

Je suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes noires, ou tout autres évidences construites. Encore faut-il réaliser et comprendre la construction de nos connaissances scientifiques ainsi que leurs modes de construction. Cette prise de conscience et la compréhension précise du caractère construit et situé de la connaissance n’amènent en rien à un jugement de valeur négatif sur celle-ci, ni à une forme de relativisme, mais bien au contraire ce qui me paraît donner de la valeur aux connaissances scientifiques. Cette prise de conscience permet en effet d’expliciter ce qui donne leur scientificité aux connaissances produites :

« […] les scientifiques peuvent très bien oublier la perspectives qui détermine le discours qu’ils tiennent sur la réalité. Parce qu’ils tiennent un discours sur la réalité. Ils construisent une certaine représentation du monde. J’adore cette définition que l’on doit à un linguiste suisse, Luis Prieto, dans les années 70, il disait quelque chose qui m’a toujours fasciné. Il pose à un moment donné le problème suivant : « Quelle est la différence entre une connaissance idéologique, et une connaissance scientifique ? ». Bon. Facile. Non pas si facile, vous allez le voir. Alors la réponse qu’il donne, est une réponse qui à mon avis est très intéressante. Il dit, « une connaissance scientifique est une connaissance qui n’oublie pas qu’elle est connaissance. Alors qu’une connaissance idéologique, c’est une connaissance qui a oublié qu’elle était de l’ordre de la représentation, qu’elle était effectivement connaissance. » (Jurdant, intervention 2009)

L’altérité permise, à différents niveaux et degrés, par toute situation communication peut constituer, à mon sens, le premier déclencheur d’un regard réflexif, pour peu que l’on soit dans l’intention de « se rencontrer », que la « la motivation [soit] moins une curiosité vague que le besoin vivement ressenti de « sortir » de cadres disciplinaires trop exclusifs (conceptuels, problématiques, protocolaires ou axiologiques) » (Durrive, Faury et Henry, 2012). Au-delà de la naïveté des bons sentiment et des bonnes intentions, il s’agirait de considérer que « la présence de mon interlocuteur dans un espace interdisciplinaire signifie et représente son exigence de comprendre. Dès lors que je le reconnais comme un alter ego : il existe d’abord à travers le jugement et le point de vue  qu’il porte sur mon activité – et non à travers une ignorance qui le résumerait à du non-être ou à un obstacle » (Durrive, Faury et Henry, 2012).

Photographie : fdecomite (sur flickr)

Pour les chercheurs, les situations interdisciplinaires, entre disciplines ou même entre spécialités d’une même discipline, dans la mesure où elles sont conçues comme un dialogue où l’autre est à rencontrer et à comprendre, constituent des espaces de réflexivité potentiels. L’autre est le même en cela qu’il peut partager une réalité commune du fait de son statut d’universitaire, mais où il est également autre :

« En fait, malgré l’altérité (inter)disciplinaire, il reste sans doute sinon une connivence sur laquelle s’appuie cet échange – ce que montre peut-être la difficulté plus importante encore à être compris hors de l’entre-soi des chercheurs. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

« Une telle situation de communication nous paraît rendre l’ascèse réflexive plus « naturelle », en l’inscrivant dans le mouvement spontané de l’interaction où l’on cherche à se faire comprendre. Cependant, elle nous semble aussi donner à l’autocritique réflexive plus de radicalité, dans la mesure où celle-ci est vécue comme une crise : l’absence du consensus disciplinaire habituel – qui nous offre la connivence conceptuelle, problématique et axiologique garantissant la compréhension – est ici subie comme un inconfort où l’on ne peut plus se satisfaire de nos repères de fait. Or, bien qu’il puisse être polémique, ce dialogue désamorce le conflit qui devient plutôt une crise symbolique : contrairement à l’objectivation unilatérale d’un spécialiste autre qui prétend nous réduire aux conditions de notre discours, c’est ici nous-même qui nous mettons en difficulté par ce défi. Aussi est-ce bien sur fond d’une expérience intime (remettre en cause de soi-même la légitimité de ses questionnements habituels dès lors qu’ils ne vont plus de soi hors de leur contexte disciplinaire) que l’effort discursif et analytique de réflexivité se renouvelle. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Les espaces de réflexivité, pour les chercheurs, seraient des espaces (auto)critiques mais pas seulement (voir le billet de Marie-Anne Paveau sur ce que n’est pas la réflexivité), où l’on prendrait le temps de la rencontre avec l’autre, dans un effort d’intercompréhension et d’explicitation. Concrètement, les espaces de réflexivité pourraient par exemple consister en des formations (étudiants, jeunes chercheurs, chercheurs) où la prise de parole orale, ou encore par l’écrit évitant la « scripturalité primaire » (Jurdant, 2006), par les formés, est centrale : non pas pour exprimer « gratuitement » une « opinion » mais pour mettre à l’œuvre la réflexivité en situation de communication, c’est-à-dire celle qui peut se développer, si on y fait attention (Le Marec, 2002), lorsque l’on s’adresse à un interlocuteur. C’est en effet en situation de communication que l’on est en mesure de réaliser la part d’altérité que l’on ne soupçonne pas a priori dans ce que l’on considère comme l’entre-soi.

Photographie : fdecomite (sur flickr)

La réflexivité nous éloigne toujours plus du sur-place. Elle nous amène à explorer de nouvelles dimensions de nos pratiques de recherche, à les situer, à les contextualiser, à présenter le regard qu’elles supposent : sans les relativiser, elle nous permet de mieux les (re)connaître, d’en percevoir les spécificités, les dimensions et les profondeurs. Et, peut-être surtout, de mettre ce regard en perspective, et non en concurrence, avec d’autres.

Ce billet tombe dans un écueil : celui de l’absence d’exemple concrets. Je m’efforcerais d’en proposer dans mes prochains billets sur ce sujet.

Références

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/695

Jurdant B. (2006) Parler la science ?, Alliage, n°59

Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14)

Paveau, Marie-Anne (4 février 2012). “Des exigences de la connaissance scientifique”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 4 février 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8447

Paveau, Marie-Anne (30 mars 2012) Ce que n’est pas la réflexivité. Boucle finale Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le …   http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1568

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (30 mars 2012) “A la recherche d’espaces de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/2579

 

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Avez-vous des twitt-heures ?

Question du 5 janvier 2012 posée sur twitter


 

Cette question m’est semble-t-il arrivée par plusieurs chemins.

Le premier, deux lectures, celle du tweet de @klermor (12:34 AM – 5 Janv 12) et de @boris_urbas (12:08 PM – 4 Janv 12)

Puis une seconde, au détour d’un billet sur Les carnets du SID, intitulé Twitter, twimpact factor et citation d’où provient la citation suivante : « […] un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire ».

Depuis le temps que la twitt-réflexivité me chatouille, voici une première occasion que je saisis de l’expérimenter un peu.

Ces deux inscriptions font échos à des réflexions latentes ces derniers jours d’utilisation intensive de twitter1 : elles proviennent notamment des rendez-vous qui s’installent lorsque je passe des journées avec twitter en fond d’ordinateur ou sous forme de consultations régulières sur mon smartphone : je crois savoir, par exemple, qu’en ce moment @mapav8 pointe souvent le bout de son nez en fin de matinée et jusqu’à la fin de ma pause déjeuner, puis de nouveau en fin d’après-midi, tandis que @ndelavergne est plutôt du soir quand il relaye sa veille, même s’il fait quelques petites incursions en journée.

Pour d’autres utilisateurs de twitter présents sur ma TL (Time-Line), c’est plus difficile à dire, entre les flux tendus et les apparitions ponctuelles, cela pose quelques questions :

Quels usages faisons-nous de twitter ?

Et si nos twitt-heures avaient beaucoup à dire de la façon dont nous nous approprions twitter en tant qu’outil (personnel, professionnel, les deux mêlés, veille, mise en relation, discussion voire chat, etcetera) ?

Elles parlent en tout cas de nos inscriptions sur Twitter, beaucoup moins de nos modes de lectures.

Entre présence, lectures et écritures, avez-vous plutôt des tweet-heures, de tweet-jours, des tweet-envies ou des tweets-inspirations ?

Vos commentaires sont bien sûr comme toujours les bienvenus !

Quelques premières réponses reçues sur Twitter le 5 janvier 2012, face à mes interrogations (merci à tous !) :

 

 

 

 

  1. A l’inverse de @boris_urbas j’ai fait cette fois le choix de garder une activité sur twitter pendant la rédaction de ma thèse, ce qui n’avait pas été le cas de ma première période d’écriture intensive où j’avais à l’inverse ressenti le besoin de « couper » avec le numérique pour un temps, du fait de temporalités qui me semblaient incompatibles. []

Les Espaces Réflexifs

Adresse du carnet de recherche collectif : reflexivites.hypotheses.org

Ce carnet vise à expérimenter une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans nos pratiques de recherche et d’enseignement, avec pour question de départ, la déclinaison, selon nos disciplines, d’appartenance ou d’origine, de la question posées par Yann Calbérac sur son carnet de recherche (en cours de construction : Le miroir d’Alice) : “Que se passerait-il si les géographes/ les linguistes/ les historiens/ les biologistes/ etcetera, alors qu’ils mènent leurs recherches, se regardaient faire ?”

Ce carnet accueillera des billets individuels ou collectifs, parus précédemment sur nos blogs respectifs ou écrits spécifiquement,mais aussi des billets invités et présentations d’extraits de “grands textes” de la réflexivité, français et étrangers.

Photographie : e y e / s e e - (Certains droits réservés - licence Creative Commons)

Fonctionnement de l’équipe de rédaction :

Tour à tour, les participants au carnet “Espaces réflexifs” pourront prendre en charge la “direction” de la publication, pendant un mois. Chacun donnera alors sa “couleur” au carnet et l’investira comme il le souhaite. Les autres participants feront alors vivre le carnet par les discussions qui auront lieu en commentaires. $

Ce carnet est bien sûr également ouvert aux commentaires de ses lecteurs !

Intégration du carnet dans un projet collectif plus large :

Le travail initié dans ce carnet pourra donner lieu à une journée d’étude sur la réflexivité dans les pratiques de recherche, en 2012, voire à une publication collective de revue, dont le carnet serait l’incubateur.

Participants au carnet collectif sur la réflexivité :

  • Yann Calbérac – Sur twitter @yann_c