Étiqueté : réflexivité

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et...

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur. […] Dans cette formation, un espace de réflexion et de prise de distance sur les enjeux de leur futur métier me paraît indispensable

Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

Billet publié en parallèle de celui de Stéphanie Messal sur la même expérience. Je suis ressortie fascinée et perplexe d’une expérience d’écriture collective avec Stéphanie Messal (Misanthropologue) et Yann Calbérac (Dans le miroir d’Alice)....

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Deux sites sur les questions science-société

Deux sites, que bien sûr je vous incite fortement à consulter, proposent, pour l’un des ressources sur les problématiques science-société et pour l’autre un espace de discussion sur ces questions, à destination des chercheurs...

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! »

[…]