Archives par mot-clé : réflexivité

A travers champs – Trajectoire et témoignage

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Ce billet reprend quelques éléments de mon intervention du 16 novembre 2011 dans le cadre de la deuxième journée d’étude « Trajectoire et Témoignage ». Il endosse le statut de « réflexion en cours », comme chacun des retours de journées d’étude ou des suites données à une intervention, présentés dans ce carnet.

« Cette deuxième journée d’étude, organisée au Centre Norbert Elias (École normale supérieure de Lyon, salle n° 2, bât. de l’IFE), le 16 novembre 2011, relève d’un cycle destiné à approfondir et partager une réflexion collective sur l’heuristique du témoignage dans la recherche en sciences humaines et sociales. Quelle que soit la discipline, le témoignage prend place, au moment du recueil comme au moment de l’analyse, à différents niveaux logiques et méthodologiques non exclusifs qui, souvent, sont entremêlés et « débordent » les uns sur les autres sans nécessairement que cela fasse l’objet d’une interrogation spécifique. Sans tenter de réduire la diversité des formes et des contextes, les journées d’étude Trajectoire et témoignage ont l’ambition d’explorer l’articulation de ces différents niveaux, leur fonctionnement et les démarches par lesquelles on peut les expliciter, grâce à l’éclairage de plusieurs approches disciplinaires. »

La première journée s’est déroulée le 28 juin 2011 et la troisième journée aura lieu le 24 janvier 2012. Ces trois journées donneront lieu à une publication collective.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse

Ainsi que l’a présenté Sarah Cordonnier, il s’agissait par cette introduction, que nous faisions à quatre voix, d’essayer de rendre compte, et de partager avec les participants à la journée d’étude de novembre 2011, la dynamique, les apports et les interrogations que nous portons dans des rencontres régulières, sorte de « mini-séminaires » que nous mettons en place Sarah Cordonnier, Bernard Bensoussan, Joëlle Le Marec et moi-même afin de préparer ce cycle Trajectoire et Témoignage.

Dans le cadre de cette journée d’étude, et en écho avec le travail mené dans nos rencontres préparatoires, il me paraissait d’abord intéressant de discuter la question de ce que l’on constitue en données signifiantes dans le témoignage, de ce que nous considérons comme les « moments » du recueil et comment nous les circonscrivons :  comment définit-on ce qui relève du « cadre » et du « hors cadre » ?

Je m’arrête principalement sur l’une des formes possibles du témoignage, qui n’est bien sûr pas la seule, celle de l’entretien. Par « hors-cadre » j’entends tout ce qui est en dehors de la transcription, c’est-à-dire ce qui est généralement considéré comme étant en dehors du « moment » de l’entretien, et qui donne pourtant à la situation d’entretien sa signification, pour l’enquêteur et pour l’enquêté, en tant qu’activité sociale (Le Marec, 2002 ; Le Marec et Babou, 2003).

L’autre élément au centre de mes interrogations, mais que je n’aborderai pas ici, était l’effet de la rencontre de pratiques de chercheurs d’autres disciplines sur nos propres pratiques, autour du témoignage et de la trajectoire. Plus généralement, il m’importait de considérer la portée du dialogue interdisciplinaire et de la réflexivité construite collectivement, notamment pour l’analyse individuelle et collective des situations d’entretiens (Le Marec et Faury, Publication prévue en 2012 ; Durrive, Faury et Henry, Publication prévue en 2012).

Dans quelle mesure pouvons-nous partager, témoigner[1], entre chercheurs, aux trajectoires différentes, aux disciplines différentes de ce qui se passe dans les situations d’entretien constituant notre terrain de recherche ?

L’hypothèse que nous faisons collectivement avec ces journées d’étude est que ce partage, de ce qui se passe dans la situation d’entretien, est possible. Il serait possible en-dehors même des cadres de références disciplinaires. Lorsque l’on vise à témoigner d’une situation d’entretien, l’entretien n’est dès lors pas pris seulement en tant que donnée recueillie, mais en tant qu’ « espace, témoignage et/ou relation d’enquête en construction », comme le présente l’argument du cycle dans le cadre duquel s’insère la journée d’étude.

Les séminaires de préparation de ces journées Trajectoire et Témoignage, et les journées d’étude elles-mêmes amènent à se poser les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’analyse collective d’un entretien est-elle possible ? En quoi consiste-t-elle et que rend-t-elle envisageable par rapport à une analyse qu’effectue le chercheur qui a lui-même mené l’entretien ?
  • Peut-on d’une certaine manière témoigner collectivement de ce qui se passe dans un entretien, alors-même que nous n’avons pas conduit, rendu possible, ni vécu[2] l’entretien individuellement ?
  • Dans le collectif, lorsqu’il s’agit par exemple d’analyser les entretiens, qu’apporte de spécifique l’enquêteur, celui qui était présent, physiquement, et pour qui l’entretien prend sa place dans un processus plus large, et dans des questions de recherche particulières ? Se constitue-t-il en témoin de ce qui se passe (ou s’est passé), notamment « hors du cadre », c’est-à-dire hors de ce qui est finalement transcrit, enregistré, filmé, ou plus généralement de ce qui « est lisible », dans le texte, l’image ou le son ?
  • Étant extérieur à l’entretien, peut-on percevoir « à la lecture », au sens large, l’existence d’un « hors cadre », sans pour autant le comprendre ? L’enquêteur ayant physiquement expérimenté l’entretien est-il alors là pour lui donner un sens à ce « hors-cadre » ?
  • Lorsque l’on présente des verbatims par exemple, lors d’une présentation, comment les accompagne-t-on en tant que chercheurs, lorsque l’on veut témoigner sur ce qu’ils « disent » ? Ces extraits parlent-ils d’eux-mêmes ou non ? Dans quelle mesure le chercheur enquêteur témoigne-t-il de ce qu’ils ne « disent » pas ? Quelle est la nature des informations que le chercheur apporte dans son témoignage pour accompagner le film, la transcription, l’enregistrement ? Pour dire quoi ? Le partage de la situation d’entretien, de ce qui s’est passé porte-t-il sur les « données »[3] contenues dans l’entretien, ou sur les conditions qui ont donné lieu à l’entretien (le « protocole ») ?
  • Pour celui ou ceux qui lisent les entretiens sans les avoir eux-mêmes menés, voit-on, s’arrête-t-on sur les mêmes choses lorsque l’on lit ou on écoute (ou regarde un entretien) ? Voit-on les mêmes choses dans l’entretien ? Si ce n’est pas le cas, qu’apporte le croisement des regards en-dehors d’une plus grande exhaustivité[4] ? Notamment qu’apporte ce croisement des regards à celui-là même qui a mené l’entretien ?
  • Se pose également la question de la forme du témoignage sur les entretiens menés au cours d’une recherche et de l’ancrage nécessaire ou non de ces entretiens dans une question de recherche. Si on les dissocie de la question de recherche à partir de laquelle ils ont été mis en place, cela n’empêche pas de considérer les entretiens comme des situations de communication situées et contextualisées. Mais que deviennent les entretiens si on les met cette fois dans un espace d’intersubjectivité, où des regards extérieurs se porteraient sur les entretiens ? Quels sont justement les espaces d’intersubjectivité qui peuvent être envisagés ?

 

Références

Le Marec, J. et Babou, I.(2003). De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque, in : Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec [sous la dir.de], Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165

Le Marec, J. (2002). Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 – Questions de Terrains, 2002.

Durrive, B. “Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?”. Enquête sur l’homme vivant, 20 décembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 02 janvier 2012. http://ehvi.hypotheses.org/720

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. Préactes p. 60

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. Préactes p.95


[1] J’utilise délibérément le terme « témoigner » pour les chercheurs eux-mêmes : dans quelle mesure le chercheur peut-il témoigner de ce qui se passe dans la situation d’entretien dans laquelle il était partie prenante ?

[2] Ce terme me paraît très important : le fait de « vivre » la situation d’entretien, en tant que situation de communication.

[3] C’est-à-dire sur ce que l’on identifie en tant que « données » : ce qui pose la question de ce que l’on choisit de constituer en tant que données dans une situation d’entretien.

[4] Ce qui ne paraît justement pas être ce qui serait le plus intéressant.

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et de la déontologie dans la recherche.

Source : www.vacanceo.com/albums_photos/voir-photo_60030.php

J’intervenais avec un doctorant en Droit, Lucas Bento, qui avait choisi d’aborder cette question sur le plan sémantique et donc de poser avant tout des définitions dont nous pourrions ensuite discuter. Les doctorants auraient par ailleurs accès à un texte questionnant le rôle des comités d’éthique, écrit par Antoine Blanchard (alias Enro ou @Enroweb).

De retour de cette journée, et grâce notamment aux discussions très intéressantes qui y sont nées, je voudrais ici partager de nouvelles réflexions sur la question des responsabilités des chercheurs. Continuer la lecture de Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ; Continuer la lecture de Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

Billet publié en parallèle de celui de Stéphanie Messal sur la même expérience.

Je suis ressortie fascinée et perplexe d’une expérience d’écriture collective avec Stéphanie Messal (Misanthropologue) et Yann Calbérac (Dans le miroir d’Alice).

Ce fut imprévisible et étonnant.

Nous avions convenu de bloquer une heure de notre temps, au milieu de nos travaux, de nos journées individuelles et parallèles pour nous retrouver devant nos écrans respectifs, chacun se situant dans une salle différente et indéterminée, dans un lieu qu’aucun d’entre nous n’a pas précisé. Peu d’indices sur les contextes dans lesquels chacun était. Un seul peut-être : c’était l’heure du thé du côté de Yann.

Nous nous étions donnés rendez-vous quelques jours plus tôt. Comme une rencontre que l’on prévoit, mais par écrans interposés.

Nous ne savions pas trop où aller. Une seule envie commune justifie notre initiative : faire se croiser nos intérêts, nos préoccupations. Notre exercice à commencer par la mise en commun de thèmes, sous forme de mots-clés et d’associations d’idées, en amont, pour situer les points où l’on se rejoignait.

Photo : cc Maxime Faury

A partir d’une liste riche constituée au préalable, nous sommes partis de plusieurs mots-clés qui semblaient refléter la croisée de nos chemins :

Culture matérielle, imaginaire disciplinaire, passage,

et, subsidiairement, thé et miroir Continuer la lecture de Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

La responsabilité, une valeur pour la recherche

Billet précédent : Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Photo : Maxime Faury

Aujourd’hui enseignante, lorsque je demande aux étudiants quels sont les rôles des scientifiques dans la société selon eux, la notion de responsabilité n’apparaît que très ponctuellement.

Les responsabilités des chercheurs selon certains étudiants en Master Biosciences « Le scientifique est également « responsable » de ses découvertes et des conséquences de celles-ci. Il doit donc réfléchir aux conséquences que pourront avoir ses travaux. Le scientifique n’est pas libre de faire de la recherche sur le domaine qui lui plait, il doit prendre en compte les problèmes éthiques que peuvent poser ses expériences ainsi que les conséquences de ses expériences sur la société. » 

« Je pense qu’il est aussi responsable de ce qu’il découvre et doit toujours être en alerte par rapport à toutes les applications de ses découvertes. Étant donné que de nos jours on peut être amené à faire appel à des industries pour trouver des financements à ses projets, il faut savoir aussi faire le bon choix quant à l’entreprise qui finance. » 

« Je suppose que ça dépend beaucoup des domaines. D’une manière générale, il me semble que les scientifiques sont responsables, en grande partie, de la façon dont la science est perçue dans le reste de la société. »

Un parti pris : considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour la recherche

Je décide ici de prendre un parti, qui me paraît décisif : il consiste à considérer la responsabilité comme une valeur en soi. Continuer la lecture de La responsabilité, une valeur pour la recherche

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Quelques éléments de contexte

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Continuer la lecture de Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

Introduction aux Science Studies, Dominique Pestre, Ed. La Découverte, Paris : 2006, p.8 :

« Un point est encore à ajouter : dans les discours généralement tenus sur la science, la dimension normative, même si elle est implicite, est centrale. Dire la vérité de la science et de son histoire a en effet souvent consisté à énoncer ce qu’elle devait être. Parce que parler de la science renvoie à l’objectivité et à la vérité, toute analyse trop radicale à son endroit suscite une grande incompréhension, voire de l’indignation. Parce que la science est assimilée à la Raison – et qu’elle s’oppose donc à l’irrationalité, avec tout ce que cette dernière notion véhicule d’inquiétant d’un point de vue historique, et en particulier depuis l’Holocauste -, toute approche non orthodoxe est rendue délicate, que celle-ci se mène en termes intellectuels ou en termes politiques. Parce que parler de la science implique de prendre position sur un phénomène social et culturel, aux racines profondes et qui touche aux convictions les plus intimes de notre monde – et parce que l’univers des sciences est, dans les sociétés modernes, un univers institutionnellement puissant -, le débat ne peut que difficilement être mené sur un ton neutre et détaché. Parce que la science évoque des images d’emblée positives, il est aussi difficile de la contester politiquement ou socialement que d’en proposer une lecture conceptuelle qui la décentre de la position idéale dans laquelle elle est traditionnellement installée. »

Deux sites sur les questions science-société

Deux sites, que bien sûr je vous incite fortement à consulter, proposent, pour l’un des ressources sur les problématiques science-société et pour l’autre un espace de discussion sur ces questions, à destination des chercheurs et des acteurs de terrain.

Un portail « Science et Société »

science-societe.fr

Ce site fut présenté lors de la Journée d’étude « Édition et diffusion des études de sciences » (ENS Lyon, 9 février 2011).

Présentation trouvée sur le site :

« Ce site est un lieu de ressources, d’échanges et de réflexions entre chercheurs et acteurs de terrain autour du thème des relations entre sciences et société.

Continuer la lecture de Deux sites sur les questions science-société

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

Retour sur le manifeste Révoluscience – Les réactions – 2/2

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Des points d’achoppement :

Sur la question de l’attitude à tenir face aux publics de la médiation scientifique, l’idée d’une « médiation scientifique non autoritaire qui dialogue avec d’autres manières de penser le monde, qui sache valoriser les « savoirs profanes » et qui respecte les croyances populaires » a fait débat. Thomas Schumpp considère que « poser comme nécessaire la valorisation des savoirs profanes est (…) fondamentalement condescendant » et Malvina Artheau surenchérit en remarquant que « avec les meilleures intentions du monde, on peut facilement tomber dans certains militantismes et passer de ‘valoriser’ à ‘promouvoir' » — d’autant qu’il n’est pas forcément clair à quels types de croyances et de savoirs ces recommandations s’appliquent (le créationnisme n’étant pas sur le même plan que les tours de main du cuisinier). Foin de fausse ouverture d’esprit, Thomas propose d’assumer l’idée que la science (et la CST avec) est incompatible avec certaines visions ou approches, conforté par Diderot en verres miroirs selon qui il faudrait « tenter d’aborder la question de la scientificité elle-même (comment elle se décide, comment elle est acquise, etc.) de façon non condescendante avec les publics ». Pour Pauline Lachappelle, le problème provient de l’emploi de l’expression « croyances », « qui par définition induit qu’elle est contraire à une preuve scientifique ». Pour elle, il s’agit plutôt de « respecter chacun dans son identité et sa pensée ». Ainsi elle marque la différence entre « savoirs profanes », pouvant être qualifiés de populaire mais non de croyances, qui « n’induisent pas une tolérance des pratiques ou idées « humainement » contestables… « , comme le « racisme » ou « l’excision » par exemple. Pauline Lachappelle propose ainsi d’adapter les formes de médiation à ce type de rapport aux publics, pris comme autant « d’individus singuliers ».

De son côté, OldCola tient à affirmer que « la science n’est pas démocratique », quand le manifeste avance pour sa part que « la science peut contribuer à réfuter des superstitions néfastes, mais aussi à écraser des mythes enrichissants ». Une médiation scientifique responsable doit toujours savoir quand elle renforce chacun de ces impacts. », lui se méfie et répond qu’il ne connaît « aucun, strictement aucun, exemple où la science aurait écrasé des mythes enrichissants » !

Est-ce que les comités d’éthique font partie des « mécanismes permettant un fonctionnement responsable de la science » comme l’affirme le manifeste ? Non répond Jeannine Milhaud, pour qui c’est leur donner trop de pouvoir, surtout sur des sujets politico-économiques sensibles comme les nanotechnologies.

À travers l’ensemble de ces remarques, on voit que le manifeste pâtit ici de l’exercice périlleux qu’il représente (s’adresser à des médiateurs très hétérogènes dans leur réflexion sur ces questions et plaider à l’excès dans un sens pour remettre la balance à peu près au milieu)… finissant même parfois par s’aliéner des esprits plutôt favorables a priori !

La partie « nature et progrès » a également provoqué des réactions. Ainsi, la proposition « Pour une médiation scientifique qui ne présente pas la science comme nécessaire facteur de progrès »  fut plusieurs fois entendue comme « la science n’est pas nécessaire au progrès », voire même « la science ne permet pas le progrès ». D’une proposition sur les façons de communiquer la science dans les pratiques de médiation à la perception d’une sentence sur l’utilisation dangereuse de la science, le pas a parfois été vite franchi.

Il semble que la relation entre science et progrès reste un terrain miné, sujet au dérapage et à la sur-interprétation des propos. Il est facile d’être étiqueté « relativiste » si l’on n’y prend garde.

Des propositions plus unanimes :

L’enthousiasme exprimé par certains de ceux qui ont souhaité soutenir globalement la démarche (« ça fait plaisir d’être en phase avec vous ! « , « Un admirable effort. […] », »100% avec vous », « ENFIN!!! ») part essentiellement du sentiment de « s’y retrouver », de reconnaître dans des idées des pratiques menées individuellement ou collectivement :

  • « De très belles propositions, tout à fait en phase avec la vision qu’a notre association du rôle de la culture scientifique dans le débat public. A diffuser largement donc. « 
  • « Pour l’instant, je partage trés largement les idées que vous explicitez et suis  agréablement surprise de voir formuler par votre approche cognitive mes pratiques intuitives depuis que je me consacre activement à la médiation. »
  •  » Scientifique et comédienne, je soutiens le manifeste Révoluscience dont l’esprit correspond à ce que je tente modestement de faire en médiatisant la science par le théâtre au sien de ma compagnie « 

Ces retours positifs se sont souvent accompagnés de partages d’expériences, mais également de réserves, voire de critiques, notamment concernant la portée pratique de ces idées encore bien théoriques :  » Vous avez de bonnes idées. Mais il y a beaucoup de travail a faire pour les mettre en pratique. C’est un bon défi.  » ; « Je trouve l’initiative très bien et globalement les idées défendues me correspondent tout à fait. J’ai cependant relevé quelques termes et idées sur lesquelles je pense que l’écriture peut être améliorée et précisée. Peut-être que ça semblera du chipotage pour certains… mais les mots sont importants ! « .

Enfin, s’exprime ponctuellement chez ceux qui choisissent de soutenir le texte, l’envie de prolonger le débat, de poursuivre la réflexion ou encore de connaître qui sont les autres sympathisants du manifeste :

  •  » A titre personnel, j’adhère totalement aux propositions faites jusqu’alors. Si cela peut-être utile, il m’est possible de les mettre en débat dès la rentrée au sein de ma structure. Bravo pour l’initiative. « 
  •  » J’aimerais continuer à recevoir vos demarche « 
  •  » Rendre visible la liste des signataires ?  » (la liste est déjà accessible ici)

Sur la nécessité d’une pluralité et d’une diversité d’acteurs dans la médiation les réactions semblent aller dans le même sens, que ce soit en filigrane de plusieurs réactions aux ambiguïtés du texte, ou exprimé directement comme le fait Pauline Lachappelle appelant à l’ouverture du champ de la médiation scientifique aux autres domaines culturels.

Certains ont salué « l’essence de ce projet dont l’ouverture serait difficile à remettre en cause » et reconnaissent ailleurs « que ce manifeste a au moins le mérite de forcer la discussion et l’échange d’idées ». La notion de responsabilité, quel que soit le public à laquelle on l’attache (les chercheurs, les médiateurs…) est une thème que l’on retrouve aussi très souvent dans les commentaires.

Là où le manifeste semble avoir frappé le plus juste, c’est en essayant de remettre à plat les pratiques de la médiation scientifique et en proposant un point réflexif — avec quelques solutions possibles. La partie 5 (« Réflexivité et responsabilité ») a d’ailleurs été la plus commentée, preuve que cette question est aujourd’hui incontournable — comme souhaite y contribuer le dossier sur la Culture scientifique et technique de Sciences & Démocratie. Cette démarche réflexive trouve donc des échos et des demandes de prolongation à plusieurs niveaux émergent.

Pour Baudouin Jurdant, elle fait encore trop souvent défaut en particulier chez les chercheurs, et l’implication concrète de ces derniers dans la pratique de la médiation pourrait induire une démarche réflexive bénéfique, voire nécessaire (voir son intervention sur cette question « Communication scientifique et réflexivité », disponible en ligne). Il propose ainsi un point supplémentaire « pour un engagement authentique des communautés scientifiques elles-mêmes dans la médiation de leurs savoirs de spécialistes ».

Au niveau des pratiques de médiation, il semble que l’intérêt de la démarche réflexive ne soit pas remise en question et considérée comme intéressante à pousser plus avant : essayer de prendre du recul et de mieux comprendre les enjeux de ce que l’on fait dans sa pratique.

Mais la place des sciences humaines dans ce processus semble encore trop ténue pour Baudouin Jurdant, qui souhaite « un élargissement du dialogue » entre les sciences.  Ainsi, il gage que dans un dialogue avec les sciences dites « dures », que ce soit par l’intermédiaire des médiateurs professionnels ou des chercheurs engagés dans la médiation scientifique, elle permettrait de prendre conscience « d’où on parle », selon quelle perspective et avec quelle représentation du monde.

Colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? »

Pré-programme du colloque

Limoges, 1er et 2 décembre 2010

www.flsh.unilim.fr

Argument


Ce colloque invite à confronter les conceptions, regards et pratiques autour de la notion de réflexivité : réflexivité comme posture, paradigme de recherche, vecteur de création, ou encore comme moyen d’action ; réflexivité du chercheur, du décideur, de l’acteur social… ; réflexivité et pratiques connexes : introspection, auto(socio)analyse, exploration du rapport à l’autre, herméneutique, interprétation… ; conséquences épistémologiques des pratiques de recherche réflexives…

Selon qu’elle est utilisée par Giddens, Schön, Bourdieu, Gadamer, Kaufmann, Ricoeur, Garfinkel, Genette ou Bakhtine, pour ne citer qu’eux, la notion de « réflexivité » connaît une gamme sémantique large et renvoie à des approches diverses : constructivistes, herméneutiques, compréhensives, ethno-méthodologiques, cliniques, expérientielles, socio-analytiques… entre autres.

Tour à tour travaillée au départ de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de la linguistique, des sciences de l’éducation et de la formation, de la didactique, de la littérature, de la philosophie, ou encore de l’histoire, elle peut être envisagée comme constituant une notion carrefour des sciences humaines et sociales, interrogeant, en particulier dans une perspective qualitative, l’interprétation, la compréhension, l’écriture, le rapport construit au monde, à l’expérience, à l’histoire, aux normes, à la diversité, et plus globalement les processus d’interaction entre la pensée et l’action.

Un objectif majeur du colloque est la rencontre de différentes disciplines scientifiques et pratiques professionnelles autour des conceptions, modalités de mise en œuvre et d’évaluation de la réflexivité, mais aussi sur les questions politiques et éthiques que posent ces pratiques, les déplacements, retournements, voire les paradoxes, que suscitent les postures réflexives, tant dans les recherches que dans les pratiques professionnelles. L’ambition du colloque est d’engager le dialogue interdisciplinaire nécessaire à l’exploration de l’interaction entre recherche/pratique dans une perspective d’ouverture interculturelle et internationale.

L’enjeu est de rendre visibles, de confronter, et de soutenir des démarches dont la rigueur propre ne relève pas d’un modèle positiviste, du fait des exigences d’intelligibilité de leurs objets propres. Peut-on penser la réflexivité comme un concept commun ? Y a-t-il des lieux de rencontre et des lignes de divergence ? C’est en réalité en allant sur chaque terrain d’étude que l’on propose de travailler, à partir des expériences singulières et concrètes où l’on nomme une réflexivité : ainsi les communications pourront-elles aussi bien interroger les expériences diverses, que les méthodes et les épistémologies élaborées pour en rendre compte, ou les variations d’interprétation du concept même.

les axes suivants seront développés :
1 – Postures et interprétations
2 – Altérité et diversité
3 – Évaluation et éthique
4 – Histoire et identités
5 – Intervention sociale et éducative
6 – Expérience et transformation

Avec le soutien des universités et des acteurs régionaux de Touraine et du Limousin, le colloque s’articulera, de façon originale, autour d’une pluralité de lieux et de temps (journée d’étude à Tours en juillet et colloque à Limoges en décembre), alternant sessions plénières, ateliers et tables rondes.


COMITE D’ORGANISATION


Jacques Béziat, Aude Bretegnier, Hélène Amrit, Laurence Cornu, Noël Denoyel, Patricia Alonso, Vincent Enrico

Contact : jacques.beziat@unilim.fr

Service recherche : Danièle Bierne – daniele.bierne@unilim.fr


COMITE SCIENTIFIQUE


Abdoullah Cisse (Université de Bambey)
Andrée Tabouret Keller (GEPE, université Marc Bloch, Strasbourg)
Aude Bretegnier (DYNADIV, Université de Tours)
Catherine Guillaumin (DYNADIV, Université de Tours)
Claude Filteau (DYNADIV, Université de Limoges)
Claudine Moïse (ICTT, Université d’Avignon)
Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université de Tours)
Gilles Monceau (CIIRCEFT, Université de Paris 8)
Guy Tchibozo (DYNADIV, Université de Limoges)
Hélène Amrit (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Béziat (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Wallet (CIVIIC, université de Rouen)
Jean-Elie Larrieux (CREFI, Université Notre-Dame d’Haïti)
Jean-François Marchat (DYNADIV, Université de Limoges)
Laurence Cornu (DYNADIV, Université de Tours)
Monica Heller (CREFO, Université de Toronto)
N’Galasso Mwatha (LAPRIL/CELFA, Université de Bordeaux 3)
Noël Denoyel (DYNADIV, Université de Tours)
Patricia Alonso (DYNADIV, Université de Limoges)
Patricia Lambert (ICAR, INRP, Lyon)
Ramon Marti Solano (DYNADIV, Université de Limoges)

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.