Archives par mot-clé : sciences humaines et sociales

Paroles de doctorante – 32 ans, tout début d’une thèse en histoire du droit

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés
Témoignage reçu par courrier électronique le 15 janvier 2011

« Je découvre ce blog par personne interposée, moi qui cherche d’une façon ou d’une autre à partager la recherche, l’envie de découverte de façon générale. Je me prête donc au témoignage !« 

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Par ennui. L’ennui du monde du travail d’aujourd’hui, celui que les jeunes trentenaires de la génération Y rejettent en nombre de plus en plus important. Par besoin de comprendre notre monde qui est certes complexe, mais surtout on veut nous faire croire qu’il est trop complexe pour le quidam et qu’il vaut mieux laisser les « experts » se charger de décider pour nous. Finalement, faire de la recherche a une valeur de responsabilité citoyenne. Analyser notre monde, être capable d’en saisir les complexités qui sont loin d’être inaccessibles, être capable de décrypter les évènements avec le recul historique, voilà l’enjeu pour moi de la recherche. Bien sûr l’idée de transmettre et de vulgariser est liée, même si je n’ai pas encore trouvé le média le plus commode.

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Je ne connais toujours pas mon laboratoire de recherche…
Après avoir travaillé 6 ans dans le notariat par dépit et par hasard, après avoir été licenciée (vive la crise de 2008), après un voyage en Europe et des problèmes de santé (ça fait toujours réfléchir de réaliser ce que ça représente de perdre ses moyens physiques) j’ai décidé de faire un Master recherche en histoire du droit, veille idée que je n’avais jamais eu l’audace de réaliser. La thèse vient donc comme la suite logique, de la même façon qu’un Master II est la suite d’un Master I. Le travail de mon mémoire m’avait plu, mes capacités de réflexion m’avaient rassurée, le challenge de mener un projet vaste, et enfin la proposition de mon directeur de mémoire, devenu directeur de thèse.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Mon statut est le pire et le meilleur : le pire car sans financement, on dit en général qu’il est difficile de mener une thèse sereinement. Pire du pire puisque je vais avoir un bébé dans 2 mois ! Je cumule donc toutes les difficultés statistiques. En même temps, en lisant quelques sites de doctorants, mon statut n’est pas si mal puisque je suis libre comme l’air. Ma liberté est totale : pas d’obligation de résultats, pas d’obligations de réserve vis-à-vis d’un financeur, ni de calcul de rentabilité de carrière. Je me sers de la thèse avant tout pour ma propre progression intellectuelle, je ne me sens donc plus étudiante (trop vieille! 😉 ), peut-être chercheur, mais au sens propre de « celui qui cherche ».

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Mes activités quotidiennes se partagent avec quelques heures de cours dans un établissement supérieur en alternance et les TD à la fac de droit. Je n’ai pas beaucoup d’interactions, et je le regrette, d’où l’intérêt des galeries comme celle-ci! Je cherche également à interagir avec « la société civile » au sens large qui sera forcément en rapport même lointain avec mon sujet.

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

On verra.

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

On verra aussi.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Je transforme cette question en : « quel est votre projet professionnel en rapport avec la thèse ». En bien cette thèse n’est pas d’abord un projet professionnel, mais un besoin intellectuel de réflexion.  J’ai d’autres possibilités beaucoup plus rémunératrices et plus « valorisantes » socialement de gagner ma vie. Ce choix est plutôt marginalisant, un peu comme aller faire du fromage dans le Larzac (toutes proportions gardées). C’est un choix en soi signifiant. Pour l’avenir professionnel, je commence à donner des cours dans un établissement d’enseignement supérieur ce qui me convient bien pour le moment : bon rapport investissement temps/ rémunération, et relationnel avec les étudiants plus riche qu’un travail de bureau. Je n’exclus pas trouver une façon de faire du droit d’une façon ou d’une autre pour rester dans le circuit en partie.

Quelle est votre situation actuelle ?

Bonne, merci ! Pas de contrat fixe, incertitude financière, mais des projets et en mouvement, c’est l’essentiel !

Paroles de doctorante – Se lancer dans une thèse en anthropologie

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés
Témoignage reçu par courrier électronique le 19 décembre 2011

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Quand j’ai eu fini mes études d’architecture, j’ai voulu d’abord intégrer la FEMIS. Mais au final après 6 ans d’études, j’avais surtout envie de me lancer dans la vie active. Des années plus tard, après une expérience d’architecte et après avoir tenu un salon de thé, je décide de passer le concours de professeur des écoles d’architecture. En regardant de plus près, il s’avère que j’ai besoin d’un doctorat pour pouvoir accéder à ce concours. Je suis au chômage et voilà quasi un an que je cherche du travail dans une période de crise. Alors pourquoi pas transformer ce temps « perdu » à quelque chose d’utile et me lancer dans une thèse !

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

J’ai d’abord été me renseigner à l’École d’Architecture dans le Sud-Est. Le professeur qui m’a reçu était des plus désagréable. Très clairement, je sortais des sentiers battus et je n’étais pas une de ses élèves. Il n’a fait aucun effort pour en savoir plus sur mon projet. Au moment de partir, la secrétaire qui avait entendu la conversation m’interpelle discrètement depuis son bureau. Elle me donne alors l’adresse de l’École Doctorale à laquelle est rattachée l’École d’Architecture. Je me rends donc sur place. Je rencontre la directrice qui emballée par mon projet m’envoie vers deux laboratoires : celui de sociologie et celui d’anthropologie. En sociologie et exposant mon sujet, mon interlocuteur m’oriente directement en anthropologie. Là, je rencontre le directeur du laboratoire. Mon sujet traitant des objets, il me propose deux personnalités.

Sortant d’architecture, j’avoue que je ne connais ni l’un ni l’autre. Ma bibliographie se limite à quelques grands ouvrages sur mon sujet comme « Le système des objets » de Baudrillard. Monsieur B. est disponible. A la lecture de mon sujet, il me rencontre et me dit qu’il faut que je trouve un terrain d’enquête et surtout que je ne choisisse qu’un seul thème dans tous ceux que j’ai abordé dans le papier que je lui ai fait suivre. J’opte pour la seconde vie des objets (j’avais aussi proposé les objets-mémoires et les objets-transformés).

Je crois que c’est à ce moment précis que je me suis dit : « Je peux le faire ! » La rencontre avec Monsieur B. a été déterminante. Quelqu’un à l’écoute et de bons conseils. Exigeant mais sympathique. C’est d’ailleurs une attitude qui l’honorera tout au long de la thèse. C’est quelque part le critère déterminant. Si je n’avais pas eu le bon feeling avec mon directeur, j’aurais laissé tomber l’idée de pouvoir faire une thèse. J’avais envie d’un rapport qui sorte du schéma prof-élève, étant donné que cela faisait environ 10 ans que j’étais sorti du circuit universitaire.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Je suis doctorante. Tout simplement ! Je suis aussi un OVNI ou un alien, l’extra-terrestre de service. Celle que l’on regarde en diagonale. Je ne suis pas des « leurs » : je viens d’architecture et je n’ai pas le bagage d’un bon étudiant en anthropologie. Je le ressens d’autant plus aux rares conversations du repas de midi ou autour du café : elles sont truffées de références bibliographiques ! Je suis parfois consternée et parfois amusée : ça dépend de mon humeur ah ah ! Mais je trouve toujours dommage que ces personnes soient toujours dans l’intellectualisation. Aucune ne vous dira le dernier film qu’elle a été voir ou sa dernière engueulade avec sa copine ! Je me demande parfois si ces gens ont une vie en dehors de la recherche. Mais après tout, s’ils sont heureux ainsi, grand bien leur fasse ! Je suis plus perçue comme une touriste au final que comme un membre à part entière du laboratoire. Et j’avoue que je ne cherche pas à m’insérer plus que cela dans la vie du labo : question de réciprocité j’imagine ! Je rends ce que l’on me donne.

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Mon directeur de thèse reste mon interlocuteur favori. D’abord parce que c’est tout de même lui qui m’accompagne dans ma thèse. Ensuite parce que c’est une personne que j’apprécie beaucoup pour deux raisons : il est toujours présent et de bon conseil, et il a un caractère très appréciable. C’est quelqu’un qui ne manque pas d’humour et puis c’est aussi quelqu’un qui ne se met pas en avant. Il n’est pas dans cette suffisance de cuistre que peut arborer la plupart des membres du labo. Il fait son chemin, tranquillement, sans un mot plus haut que l’autre. Toujours aimable, toujours égal ! C’est vraiment appréciable ! Ce n’est pas de la fausse modestie : je crois qu’il y a des personnes qui sont capables de rendre leurs lettres de noblesse au mot « humilité » sans que cela paraisse trop galvaudé.

Il y avait aussi un garçon en première année, doctorant lui aussi. Je crois qu’on s’est trouvé parce que lui non plus ne venait pas d’anthropologie. Il avait fait sport-études ! Vous imaginez !? Un sport-études qui se lance dans une thèse ! Moi je trouve ça très honorable ! En plus, le sujet de sa thèse était vraiment intéressant. Et il l’a mené en 3 ans et quelques mois. Bravo ! Certains doctorants le regardaient de haut. J’en ai même entendu dire : « Oui enfin c’était une thèse médiocre, il n’a même pas eu de mention. » Ce à quoi je me suis sentie obligée de répondre pour remettre les pendules à l’heure : « Oui mais au moins lui il l’a passé sa thèse et il l’a eu en seulement 3 ans, ce qui n’est pas le cas de tout le monde ! » C’est assez insupportable cette attitude prétentieuse ou pédante… C’est même triste surtout quand je me dis que ces personnes se prétendent anthropologue : il y a comme un paradoxe non ?

Cette année, je communique un peu plus avec le représentant des doctorants. Mais je crois que c’est surtout parce que c’est quelqu’un de poli. Je ne suis pas bien sûr qu’à l’arrivée nous resterons en contact. C’est très dommage parce que je pense que c’est quelqu’un qui a un véritable potentiel ! Il devrait se mettre un peu plus en avant. J’aime beaucoup sa façon de penser… Pour cette troisième année, j’ai décidé de l’assister pour le séminaire d’épistémo-méthodologie. C’était une façon de m’impliquer un peu plus dans la vie du laboratoire (oui ça va à l’encontre de ce que j’ai dit plus haut, mais je pense aussi qu’il faut toujours se montrer sous son meilleur jour et ne pas reproduire les attitudes les plus basses). Au final, il a demandé à une autre doctorante de nous rejoindre. Je crois qu’il l’a fait parce qu’il n’a pas vraiment confiance en moi… Il a peur que je fasse du grand guignol le jour J. Ce serait bien que les gens soient capables de faire la part des choses. Il y a un temps pour tout : s’amuser et travailler. Mais à voir, ce n’est pas encore compris comme tel !

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

En elle-même, la thèse se déroule bien. La première année a été consacrée à une remise à niveau : lectures et retour sur les bancs de la fac en licence d’anthropologie. La deuxième année fut entièrement dévouée au terrain d’enquête. Et là, je suis en pleine rédaction. Enfin pleine… ah ah ah !!! J’essaie d’être régulière, mais en ce moment, c’est l’hiver et il fait froid et nuit plus tôt : j’ai envie de dormir et aussi de manger plein de chocolats en regardant des films à l’eau de rose ! AH AH AH !!!

J’ai toujours eu le contact avec mon directeur de thèse par mail et par rdv de façon régulière. C’est le mot : la régularité, c’est la clé !

Je pense que je prends la thèse comme un travail ! Je ne l’aborde pas comme un étudiant qui poursuit son cursus LMD. Le fait d’avoir déjà travaillé me permet d’avoir le recul nécessaire et de m’impliquer sans me perdre. Je ne ressens pas du tout le syndrome du thésard en pleine angoisse, qui doute, qui ne dort plus. Je ne me reconnais pas dans ces échos : je suis très loin de ça ! J’ai une maison à faire tourner, j’ai des amis à voir avec plaisir et une famille avec qui discuter. La thèse, c’est mon travail. J’organise ma journée comme une journée de travail : je bosse de telle heure à telle heure et après c’est l’heure du thé ! Et les jours où je n’ai pas envie ? Je ne culpabilise pas. Même en archi, on ne peut pas toujours être à 100% ! Je profite alors de ce genre de journée pour faire la cuisine, sortir, voir mes amis, m’aérer la tête. C’est important : ça permet de repartir de plus belle dans la thèse. Avoir la tête dans le guidon n’est pas la meilleure solution. Il faut savoir mettre de la distance. L’implication est une chose mais il ne faut pas que ce soit au détriment de tout le reste. C’est un juste équilibre à trouver et pour le moment, ça va !

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Elle n’a pas évolué ! Ah ah ! C’est comme partout ! Un joyeux bordel ! Dans le fond thèse ou projet d’architecture, c’est la même chose. Organisation, planification, rendu, tenir les délais, etc. Et tout cela en jonglant avec l’administration. Pour moi, ça ne change rien au final. Sauf qu’au lieu de concevoir un bâtiment, je conçois une thèse.

Si elle a évolué, ce serait sur une chose : nous sommes dans un moment charnière. Il y a un changement dans la recherche quant à sa diffusion et puis sur la façon de l’aborder. Je me rends compte qu’il y a de ce fait deux écoles : ceux qui restent dans leur partie et ne veulent rien diffuser avant d’avoir sorti leur ouvrage, et ceux qui s’ouvrent à l’échange pluri-disciplinaire pour un même sujet et qui diffusent l’avancée de leur recherche au fur-et-à-mesure. Je me range dans la deuxième catégorie. Je pense que l’avenir de la recherche est là sinon on risque de tourner en rond. L’échange est à mes yeux la clé du progrès pour de nouvelles idées ! Je n’ai pas peur de diffuser mon travail en ligne. Dans mon labo, j’ai proposé aux doctorants d’ouvrir leur carnet de recherche hypotheses en ligne par exemple. La réponse fut sans appel : « Non, c’est dangereux de diffuser ses idées en ligne comme ça, on pourrait te les voler ! » Certes… Mais le vol d’idée n’a pas attendu le net pour exister. Et dans un certain sens, je préfère être un chercheur volé qu’un chercheur oublié. Du coup, via ces nouveaux supports de diffusion, je me suis rapprochée d’autres chercheurs issus d’autres laboratoires et d’autres secteurs (linguistique, géographie, sociologie, etc.) : ces rencontres ont été stimulantes et enrichissantes ! J’ai pu trouver auprès de ces personnes un retour attentif (attentionné parfois) à mon projet et vice versa. Le partage, l’échange, le don… Ce thème me passionne aussi, ce n’est donc pas un hasard.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Après la thèse ? Et même dans cette dernière année puisque je vais m’inscrire à deux concours de la fonction publique : celui d’Architecte Urbaniste d’État et celui de Conservateur du Patrimoine. Je croise les doigts pour réussir mais le niveau des concours est de plus en plus élevé et nous sommes de plus en plus nombreux à nous présenter. Si j’obtiens un de ces postes, j’aimerais pouvoir m’inscrire comme professeur d’architecture (titulaire ou vacataire), à condition bien sûr que je ne sois pas mutée loin d’une école d’architecture. Je ne veux pas perdre mon idée première : celle de pouvoir enseigner dans les écoles d’architecture. Mais en sociologie-anthropologie de l’habitat. Les cours de Monsieur R. m’ont vraiment marquée pendant les études. Ils étaient passionnants. La place de l’homme est primordiale dans les projets d’architecture. Après tout, nous construisons pour l’homme ! Ce sont les hommes qui vont vivre dans ce que l’on nomme « les cellules d’habitation ». Et je crois que c’est quelque chose qui a été perdu de vue depuis un certain temps. Sûrement que mon expérience dans les cabinets d’architecture m’en a fait plus grandement prendre conscience. On ne conçoit pas : on rentabilise de la surface ! C’est horrible ! Des heures au téléphone à négocier des cm2 au lieu de réfléchir au bien-être des habitants ! Cela devenait frustrant et démoralisant à la longue…

Quelle est votre situation actuelle ?

Je suis actuellement en 3ème et dernière année de thèse, je l’espère. 3 ans, c’est très suffisant en ce qui me concerne. Je ne sais pas trop comment font les personnes qui restent plus de 5 ans en thèse ! C’est trop long ! Il s’agit d’une thèse et pas d’un travail de « chercheur » dans le sens noble du terme. C’est le début. Et dans un sens si on arrive à gérer une thèse, alors on sera capable de gérer un sujet de recherche plus vaste et de tenir la longueur !

Paroles de doctorante – Premier bilan d’une toute jeune doctorante en latin

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Témoignage reçu par courrier électronique le 12 décembre 2011

Ce témoignage était accompagné du message suivant :

« Je ne suis pas réellement concernée, puisque je viens de commencer ma thèse – en latin – au mois de septembre. Mais il m’a paru intéressant, pour moi-même, de répondre à votre questionnaire, me disant qu’il pourrait être utile de s’astreindre à le reprendre chaque année, pour voir comment je vais évoluer dans le monde de la recherche. Je vous adresse néanmoins ce premier bilan de ma pour l’instant courte vie de thésarde, pour contribuer à votre galerie de doctorant. »

Source : juliefrigeni.canalblog.com

Récit d’un début de thèse de Doctorat de latin

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Difficile à dire, je ne suis même pas sûre de le savoir moi-même ! Gentille fille douée à l’école, j’ai suivi les filières « d’excellence » par goût d’apprendre et de savoir, dans toutes les disciplines. Tout comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, moi je pratiquais en quelque sorte l’encyclopédisme. Du bac à la prépa, de la prépa à l’ENS, intégrée presque plus par défi personnel qu’autre chose, après un échec à la première tentative. Après un mémoire de M1 sur un manuscrit du XIIIème siècle accompagné d’avertissements « attention, le latin médiéval ne vous mènera à rien en thèse, faites quelque chose de plus conventionnel », de grosses incertitudes : à quoi ça sert de passer 3 ans de thèse sous le joug d’un sujet qui ne nous convient pas vraiment ? Pas pour moi, non merci ! Puis vient le temps de l’agrégation, elle aussi accompagnée de questions existentielles : que fais-je ici ? pourquoi suis-je là ? et surtout où vais-je ? Devant la dégradation constante des conditions de travail des professeurs dans le secondaire, une seule chose ne faisait aucun doute pour moi : hors de question de me retrouver devant 30 élèves de seconde qui savent à peine lire ! Aucune envie surtout d’enseigner la littérature française : je l’aime, mais je ne me sens pas de la professer. Si je dois être prof, ce sera prof de latin. De là se dessine l’idée d’enseigner en fac, et donc l’inévitable versant « recherche » qui s’y rattache. Mais là où j’étudie, je ne me trouve pas de mentor. Et par ailleurs je n’ai pas un sujet de prédilection absolue… Ce que je sais, c’est que je ne veux pas travailler sur du « grand latin classique ». J’aime les biais, les marges, et le plaisir de travailler sur une source directe, vraie, sur un objet concret. C’est mon côté scientifique qui ressort !

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Comment j’ai connu mon laboratoire ? Attention, ma réponse n’aura aucune rigueur scientifique : via Google. Sur quels critère je l’ai choisi ? Encore moins de rigueur scientifique : pour me rapprocher de mon copain. Par provocation je peux réellement résumer les choses de la sorte. Dans les faits c’est un peu plus complexe et un peu plus motivé. Il est néanmoins vrai que je cherchais à me rapprocher de mon ami, et que devant le peu d’atome crochu que j’avais là où j’étais, je pouvais bien chercher ailleurs ce qui se faisait. Il se trouve que la chance était de mon côté, puisque je suis tombée, dans LA région que je souhaitais rejoindre sur LE labo proposant L’axe d’étude qui m’intéressait (à savoir la lecture des auteurs antiques par les humanistes, pour résumer). A partir de ce moment, aucune considération carriériste, ni stratégique. Conviée à une journée d’étude, j’y ai rencontré le MCF-HDR qui allait être mon directeur de mémoire de M2 pour l’année et qui est à présent mon directeur de thèse. A mieux découvrir aujourd’hui le fonctionnement du labo, j’aurais peut-être eu plus de réserve ; mais maintenant, c’est parti comme ça ! Et je m’entends très bien avec mon directeur et c’est l’essentiel.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Je suis CRD (chargée de recherches documentaires), poste très rare, réservé aux anciens normaliens, qui me donne un statut de PRAG et des conditions de travail particulières : un service d’enseignement de 96h annuelles doublé de 400h annuelles dans une bibliothèque, sur un travail en relation avec mon sujet de thèse. De ce que j’ai pu constater à l’issu de ce premier semestre dans mon université, les doctorants sont considérés comme des collègues par les autres enseignants-chercheurs. Le mot d’ordre du labo est « apprendre la recherche par la recherche » et de nombreuses possibilités nous sont données de présenter nos travaux. Rien qu’en trois mois j’ai déjà pu le constater, et ma première prise de parole aura lieu en mars. Par ailleurs je suis pleinement intégrée dans les activités « communes » de recherche, au même titre que les MCF ou les PU. Je trouve pour l’instant que c’est grisant, et j’espère que cela va continuer.

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Difficile de juger pour l’instant ! Ce d’autant que ce premier semestre a surtout été consacré à ne pas se laisser submerger par la tâche d’enseignement et mon travail en bibliothèque. Mais mon directeur est toujours présent – d’autant plus que nous partageons le même bureau. Mes collègues également, pour tout ce qui concerne les questions liées à la charge d’enseignement. Et puis il y a les étudiants aussi, à hauteur de 4h30/semaine sur ce premier semestre.

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

La réponse dans 4 ans.

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Les projets auxquels je me retrouve associée (programme européen, édition intégrale avec traduction de la correspondance de BR) m’ont permis dès la mise en place de mon projet de thèse de comprendre que la recherche n’était pas qu’un acte solitaire. Et ça m’a fait le plus grand bien ! Mais cet avis risque de bien évoluer dans les années qui viennent.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

La réponse dans 4 ans aussi.

Quelle est votre situation actuelle ?

Doctorante en latin dans le cadre d’un contrat de CRD depuis le 01/09/11.

Paroles d’un ancien doctorant – Doctorat en géographie, convention CIFRE

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Source : http://www.cdt.cict.fr/guide/
Témoignage reçu par courrier électronique le 03 décembre 2011

Récit d’une thèse de Doctorat de géographie,

réalisée en convention CIFRE entre novembre 1991 et décembre 1994

(soutenue devant l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse)

• Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Après avoir refusé de m’engager dans une thèse après mon DEA, j’ai commencé à travailler au Canada puis en France dans plusieurs sociétés du secteur du privé. Au bout de 3 ans, mon goût pour la réflexion et en particulier pour une réflexion propre à la recherche s’est à nouveau imposé à moi. Mais pour autant, je voulais trouver la possibilité d’effectuer un travail de recherche appliquée et je devais pour cela trouver une organisation à la fois intéressée par mon profil et mes propositions de sujets recherche, et capable de m’accueillir et de financer mon poste de chercheur. J’ai effectué des démarches dans ce sens et j’ai eu la chance de trouver l’opportunité d’effectuer ma thèse dans le cadre d’une convention CIFRE au sein d’une société d’aménagement régional du sud de la France, et en étant admis en même temps dans un laboratoire de recherche en géographie.

• Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Je connaissais déjà ce laboratoire de recherche avant d’y être admis, et certains de ses membres. Ce laboratoire faisait partie d’un groupement d’intérêt public connu sur le plan national et international, à la fois comme éditeur d’ouvrages et de revues de référence en géographie et de divers programmes de recherche notamment dans mes domaines d’intérêt, en l’occurrence l’aménagement du territoire. Enfin, ce laboratoire souhaitait engager une collaboration avec mon futur employeur et ma candidature est arrivée à point pour les trois parties.

• Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Dans le laboratoire, j’avais un statut de doctorant chercheur et je partageais ce statut avec cinq autres doctorants. Mais en étant en même temps ingénieur de recherche dans l’entreprise qui m’accueillait, la répartition de mes activités entre ces deux organisations créa rapidement une situation difficile à concilier, qui le resta pendant les trois années de la thèse. De ces deux statuts, celui qui me rattachait à mon employeur devint plus « attractif » et j’eus du mal à résister aux obligations professionnelles qui me liaient à mon employeur au détriment du laboratoire de recherche.

• Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Dans le laboratoire de recherche, je n’avais que de rares contacts avec mon directeur de thèse qui assurait en même temps la fonction de directeur de laboratoire. Mes échanges les plus fréquents étaient avec un chercheur qui fut désigné comme mon co-directeur de thèse et certains des autres doctorants. Mon travail dans le laboratoire de recherche était fait de lectures, de discussions, de travaux sur postes informatiques, mais où j’ai plus souvent fait l’expérience de la solitude du chercheur que celle de la collégialité d’une équipe de chercheurs.

• Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

Du fait de mon statut particulier et de mon double rattachement institutionnel, ma thèse s’est déroulée de façon déséquilibrée dans le temps passé entre le laboratoire et l’entreprise. Cela semble être souvent le cas des thèses CIFRE, où l’employeur, lorsqu’il est du secteur privé, perçoit le doctorant comme un employé comme les autres qui a des obligations de présence avant d’avoir des droits d’absence comme doctorant et chercheur associé à un laboratoire. Cette difficulté ainsi que la nature de mon travail de recherche et ses résultats firent l’objet de débats animés lors de ma soutenance et de la délibération du jury, même si l’issue de celle-ci me fut très favorable.

• Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Là aussi du fait de la nature particulière du cadre institutionnel du déroulement de ma thèse, ma conception de la recherche a été directement influencée par la nature d’une recherche appliquée, c’est-à-dire orientée vers la production de résultats tangibles au détriment de réflexions de fond et moins directement transposables pour l’entreprise. Ce déséquilibre fut une source de frustration mais le laboratoire de recherche ne fit pas non plus la démonstration de vouloir imposer à mon employeur ce qui devait être une répartition de mon emploi du temps à parité, initialement prévue par la convention cadre de ma thèse. J’ai néanmoins vécu « de l’intérieur » ce qu’est un travail de recherche appliquée, ce qui était mon souhait initial, même si je ne pouvais pas prévoir dans le détail les difficultés mais aussi tous les bénéfices que j’ai pu tirer de ces trois années. Enfin, j’ai eu l’occasion de participer à diverses collaborations avec d’autres laboratoires de recherche et à deux programmes européens de recherche, ce qui m’a permis de me faire une idée pratique d’une recherche conduite en collaboration internationale et plus seulement franco-française, ce qui m’a donné le goût de poursuivre ce type de collaboration.

• Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Après ma thèse, l’entreprise m’a proposé de continuer à travailler pour elle, en changeant la nature de mon contrat de travail (CDI après un CDD de trois ans) et de changer mon poste d’ingénieur de recherche en un poste d’ingénieur d’étude. J’ai pu prendre la responsabilité de projets, où la part de R&D a été très réduite sans pour autant en disparaître totalement. J’ai ensuite occupé diverses fonctions en ingénierie technique, commerciale, dans des organisations du secteur privé (société en informatique, structure de transfert de technologies), des collectivités locales et des organismes publics de recherche.

• Quelle est votre situation actuelle ?

Depuis près de deux ans, je suis ingénieur de recherche dans un établissement public de recherche dans le secteur du patrimoine culturel, au sein du Service Méthodes et Qualité de la Direction Scientifique et Technique. J’y conduis diverses actions de recherche appliquée et à visée très opérationnelle. En parallèle, je suis chercheur associé dans une UMR du CNRS. Je participe à diverses actions de recherche collective (PCR), des groupes de recherche (GdR), des réseaux de chercheurs et je tente de maintenir tant bien que mal un équilibre entre ces divers axes de mon activité dans un contexte de fortes contraintes budgétaires, sans oublier l’activité de publication scientifique ni celle de veille méthodologique.

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

Colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? »

Pré-programme du colloque

Limoges, 1er et 2 décembre 2010

www.flsh.unilim.fr

Argument


Ce colloque invite à confronter les conceptions, regards et pratiques autour de la notion de réflexivité : réflexivité comme posture, paradigme de recherche, vecteur de création, ou encore comme moyen d’action ; réflexivité du chercheur, du décideur, de l’acteur social… ; réflexivité et pratiques connexes : introspection, auto(socio)analyse, exploration du rapport à l’autre, herméneutique, interprétation… ; conséquences épistémologiques des pratiques de recherche réflexives…

Selon qu’elle est utilisée par Giddens, Schön, Bourdieu, Gadamer, Kaufmann, Ricoeur, Garfinkel, Genette ou Bakhtine, pour ne citer qu’eux, la notion de « réflexivité » connaît une gamme sémantique large et renvoie à des approches diverses : constructivistes, herméneutiques, compréhensives, ethno-méthodologiques, cliniques, expérientielles, socio-analytiques… entre autres.

Tour à tour travaillée au départ de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de la linguistique, des sciences de l’éducation et de la formation, de la didactique, de la littérature, de la philosophie, ou encore de l’histoire, elle peut être envisagée comme constituant une notion carrefour des sciences humaines et sociales, interrogeant, en particulier dans une perspective qualitative, l’interprétation, la compréhension, l’écriture, le rapport construit au monde, à l’expérience, à l’histoire, aux normes, à la diversité, et plus globalement les processus d’interaction entre la pensée et l’action.

Un objectif majeur du colloque est la rencontre de différentes disciplines scientifiques et pratiques professionnelles autour des conceptions, modalités de mise en œuvre et d’évaluation de la réflexivité, mais aussi sur les questions politiques et éthiques que posent ces pratiques, les déplacements, retournements, voire les paradoxes, que suscitent les postures réflexives, tant dans les recherches que dans les pratiques professionnelles. L’ambition du colloque est d’engager le dialogue interdisciplinaire nécessaire à l’exploration de l’interaction entre recherche/pratique dans une perspective d’ouverture interculturelle et internationale.

L’enjeu est de rendre visibles, de confronter, et de soutenir des démarches dont la rigueur propre ne relève pas d’un modèle positiviste, du fait des exigences d’intelligibilité de leurs objets propres. Peut-on penser la réflexivité comme un concept commun ? Y a-t-il des lieux de rencontre et des lignes de divergence ? C’est en réalité en allant sur chaque terrain d’étude que l’on propose de travailler, à partir des expériences singulières et concrètes où l’on nomme une réflexivité : ainsi les communications pourront-elles aussi bien interroger les expériences diverses, que les méthodes et les épistémologies élaborées pour en rendre compte, ou les variations d’interprétation du concept même.

les axes suivants seront développés :
1 – Postures et interprétations
2 – Altérité et diversité
3 – Évaluation et éthique
4 – Histoire et identités
5 – Intervention sociale et éducative
6 – Expérience et transformation

Avec le soutien des universités et des acteurs régionaux de Touraine et du Limousin, le colloque s’articulera, de façon originale, autour d’une pluralité de lieux et de temps (journée d’étude à Tours en juillet et colloque à Limoges en décembre), alternant sessions plénières, ateliers et tables rondes.


COMITE D’ORGANISATION


Jacques Béziat, Aude Bretegnier, Hélène Amrit, Laurence Cornu, Noël Denoyel, Patricia Alonso, Vincent Enrico

Contact : jacques.beziat@unilim.fr

Service recherche : Danièle Bierne – daniele.bierne@unilim.fr


COMITE SCIENTIFIQUE


Abdoullah Cisse (Université de Bambey)
Andrée Tabouret Keller (GEPE, université Marc Bloch, Strasbourg)
Aude Bretegnier (DYNADIV, Université de Tours)
Catherine Guillaumin (DYNADIV, Université de Tours)
Claude Filteau (DYNADIV, Université de Limoges)
Claudine Moïse (ICTT, Université d’Avignon)
Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université de Tours)
Gilles Monceau (CIIRCEFT, Université de Paris 8)
Guy Tchibozo (DYNADIV, Université de Limoges)
Hélène Amrit (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Béziat (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Wallet (CIVIIC, université de Rouen)
Jean-Elie Larrieux (CREFI, Université Notre-Dame d’Haïti)
Jean-François Marchat (DYNADIV, Université de Limoges)
Laurence Cornu (DYNADIV, Université de Tours)
Monica Heller (CREFO, Université de Toronto)
N’Galasso Mwatha (LAPRIL/CELFA, Université de Bordeaux 3)
Noël Denoyel (DYNADIV, Université de Tours)
Patricia Alonso (DYNADIV, Université de Limoges)
Patricia Lambert (ICAR, INRP, Lyon)
Ramon Marti Solano (DYNADIV, Université de Limoges)

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

Les valeurs de la recherche ? Enquête

Ce message s’adresse aux doctorants, post-doctorants, chercheurs en activité ou ayant pratiqué la recherche scientifique (quel qu’en soit le domaine).

Les réponses sont anonymes.

Bonjour à tous,

Au cours de mon travail de thèse, je m’intéresse à la relation entre sciences et valeurs, plus particulièrement au sein de la pratique de la recherche scientifique.
Je diffuse dans ce cadre un questionnaire rapide à remplir (10 min environ) sur les valeurs de la recherche et serait très intéressée par vos réponses. Vous le trouverez en ligne ici.

Nous partons de la définition suivante de « valeur » :

« Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société, d’un groupe et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre.

Nous avions des systèmes de valeurs différents. » 1

N’hésitez pas à diffuser ce document si vous connaissez des doctorants, post-doctorants, chercheurs ou anciens chercheurs.

Un grand merci par avance pour votre aide !

1. Adapté de la définition du Larousse

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.

La situation d’entretien et le rapport au terrain

Référence de départ :

Agnès D’arripe, « Construction d’un dispositif méthodologique et de ses outils: savoir commun et savoir scientifique, de l’induction aux hypothèses », Etudes de communication 2009/1 n°32, p.97-108.

La lecture de l’article d’Agnès D’arripe pose notamment la question du lien entre les modalités de l’entretien, tel qu’il est mené par le chercheur face à l’enquêté, et le type de discours construit par l’enquêté dans cette situation.

Dans le travail présenté dans l’article, l’un des objets de recherche d’Agnès D’arripe est la méta-communication.

D’arripe, 2009 – Page 5 :

« Au-delà de ces codes communicationnels souvent implicites, nous nous pencherons sur la manière dont les acteurs méta-communiquent sur leurs actions et leurs comportements. Dans ce cadre, nous ferons appel aux théories de L. Boltanski et L. Thévenot pour tenter de comprendre les logiques d’action mises en place et la manière dont les acteurs justifient leurs actes. Pour ces auteurs, les acteurs vont justifier leurs actions de diverses manières selon les circonstances. […] Les moments où s’exprimera la justification seront ceux de remise en cause et de critique. C’est dans ces moments que la réflexivité se déploiera et que les acteurs réfléchiront sur le sens qu’ils donnent à leurs pratiques. […] Nous tenterons d’approcher cette méta-communication de deux manières différentes. Tout d’abord, à travers les moments où, durant les ateliers de recherche, les acteurs disent des choses de ce qu’ils font . Ensuite nous désirons aller plus loin en suscitant également cette méta-communication via une méthode particulière, celle de l’analyse de groupe […]».

Ainsi, lorsque l’objet de la recherche est le discours qu’élaborent les acteurs sur eux-mêmes, sur leurs propres pratiques, comment construire sur le terrain les conditions pour que celui-ci puisse être mis en œuvre ?

Il s’agit bien de saisir les moments du discours où se développe une certaine réflexivité.

Et quel est le sens ou l’effet de la mise en place par le chercheur d’une situation où l’enquêté produit un discours qu’il n’aurait pas été amené à produire seul ?

Continuer la lecture de La situation d’entretien et le rapport au terrain

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?

La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ?

Qu’est-ce que la vulgarisation scientifique ? Quels en sont les objectifs, les fonctions et les enjeux ? Qui en sont les acteurs, les publics ? Comment la médiation des sciences peut-elle s’insérer dans la problématique des relations science-société ? Avec à chaque fois, tel un exercice de style, une tentative de réponse à la question initiale : la vulgarisation scientifique est-ce finalement une mode, une nécessité ou encore une illusion ?

Retrouver les enregistrements des conférences :

Les sciences à l’âge des publics, Gérard Wormser, philosophe, chargé de mission Science et société à l’ENS-Lsh
La vulgarisation : les modèles et les publics, Joëlle Le Marec, professeur en Sciences de l’information et de la communication, Directrice du laboratoire C2So
Communication scientifique et réflexivité, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2008-2009

De sciences en sciences…

Un point de départ : questionner ma discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire.
Qui m’emmènera bien plus loin, aux croisements de l’histoire, de l’épistémologie, de la philosophie et de la sociologie des sciences… avec toujours au centre la question des relations entre sciences et société.
Pour une approche réflexive de la science, où communication scientifique, notamment via la vulgarisation, et culture scientifique auront certainement un place de choix.

Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.