Archives par mot-clé : STS

Entretien avec Pierre Clément – Cours « Science et Société » à l’Université Lyon 1, dans les années 1970 – Extrait

Vous trouverez ici un extrait – L’entretien complet est disponible sur le site science-societe.fr

Accéder à l’entretien complet, publié le 19 septembre 2012

Le 6 juin 2011 – Dans un bureau de l’ENS de Lyon

Mélodie Faury : Je serais très intéressée par votre expérience d’enseignement science-société à l’Université Lyon 1, dans les années 1970. Je serais curieuse de savoir comment cela se passait concrètement. Pour commencer tout m’intéresse, je pourrais resituer ensuite avec des questions plus précises, mais si vous voulez bien me raconter…

Pierre Clément : Ça fait beaucoup !

MF : Nous pourrions débuter par un retour sur ce à quoi correspondaient ces cours, comment ils étaient reçus, comment ils se déroulaient ?

Pierre Clément : L’histoire commence dans l’après 1968. Il y a eu une loi d’orientation en 1969 qui n’a été mise en œuvre à l’Université Lyon 1 qu’en 1973, si je me souviens bien. Une circulaire est alors passée appelant à proposer des idées d’enseignements. C’était ce que l’on appelait des « options III ». C’est à dire qu’en premier cycle, en DEUG,les étudiants s’inscrivaient dans des options, A ou B. DEUG A c’était les mathématiques, la physique. DEUG B, plutôt biologie, géologie, biochimie.

Au sein de chacune de ces deux branches, ils choisissaient des « options II », qui étaient des filiaires disciplinaires, puis des enseignements à la carte, ouverts pour toutes les filières du DEUG A ou pour celles du DEUG B : les « options III ».  Ils étaient créés, de novo. Il y avait 50 heures à l’année, par étudiant, à choisir parmi un certain nombre d’options III qu’on leur proposait. Et donc il fallait les créer. Et il y a eu un appel d’offre.

Alors moi j’y suis allé. C’était Louis David qui pilotait, un professeur de géologie, qui avait une certaine ouverture d’esprit. Il a dirigé le musée Guimet pendant pas mal de temps, jusqu’à ce que le Musée des Confluences prenne assez récemment la relève.

Et donc, je vais le voir, et il me dit : « Liberté totale, pour créer ce que vous avez envie de créer », je lui dis « C’est pas possible ça ! Un espace de liberté ! ». Alors, ça correspondait quand même bien à l’époque, à l’après 68, ça bouillonnait d’idées.

Lire la suite ->

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Billets précédents :

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

J’interviens mardi soir prochain, avec Jean-Paul Martin et Rémy Marchal aux Arts et Métiers Paris Tech à Cluny, dans le cadre d’une conférence organisée par « Le Centre de Conférences Internationales de Cluny – Arts et Métiers ParisTech Cluny et Cluny Chemins d’Europe », et intitulée « La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité »

Illustration : cc gogoloopie, sur Flickr

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

Mon intervention partira de cette idée de « question » de responsabilité. Où et comment se pose la question de la responsabilité du chercheur ?

« Une question de responsabilité » : on ne précise pas de qui, et c’est en soi très intéressant. Car justement, qui est responsable, et de quoi ? Les chercheurs ont-ils des responsabilités particulières ? Devant qui ? Doivent-ils prendre des responsabilités et qui les y poussent ? Eux-mêmes, leurs pairs ou d’autres acteurs sociaux, qui ne sont pas chercheurs ?

L’UNESCO organisait récemment (le 9 décembre 2011) un séminaire intitulé « Les scientifiques doivent-ils être responsablies ? Fondements, enjeux et évolution normative ».

La formulation même du titre de ce séminaire, auquel je n’ai pas pu assister, mais dont les résumés des interventions sont disponibles sur le site diplomatie.gouv.fr, et dont je lirais les actes avec grand intérêt s’ils sont sont mis en ligne1, est très intéressante.

« Les scientifiques doivent-ils être responsables ? » La question de la responsabilité se pose-t-elle pour les scientifiques, et à quels niveaux (et j’entendrais ici par « scientifiques » les chercheurs, afin d’ancrer mon discours dans une pratique professionnelle, un métier, un statut) ?

Dans le cadre de mon travail de thèse, je m’intéresse en particulier aux normes et valeurs exprimées dans les discours de doctorants en biologie expérimentale. Ils expriment à plusieurs reprises, au cours des entretiens, ce à quoi correspond pour eux le « bon » chercheur, ce que « doit » faire un doctorant ou un chercheur dans sa pratique de recherche, pour être reconnu, légitime, c’est-à-dire notamment légitimé par ses collègues et en particulier via les processus d’évaluation.

« […] quelque chose n’est une norme, au sens déontique de ce qu’on doit ou de ce qu’il est permis de faire, que si l’agent qui s’y conforme est libre de le faire, et s’il est possible de le blâmer ou de le tenir comme responsable de ne pas l’avoir suivie. »(Engel, 2003)

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (février 2010)

« En fait ça, c’est dans la politique du laboratoire, vraiment chaque thésard doit partir, enfin doit, il veut pas, il le fait pas, mais normalement, une fois pendant sa thèse à un congrès international. Il débloque, le laboratoire débloque des fonds pour ça, vraiment spécifiquement, parce que, ça fait partie de notre formation, et donc… ça y a, y a pas de soucis. »

Dans la question « les scientifiques doivent-ils être responsables » se pose la question de la norme et de celui, ceux, qui fixe(nt) la norme.

S’agit-il d’une norme instituée, dans les textes, qui contraindrait les chercheurs de telle sorte qu’ils n’ont pas le choix ? S’ils souhaitent pouvoir continuer à excercer leur métier, ou bien progresser dans leur carrière (être « bien » évalués), ils « doivent » être responsables.

S’agit-il d’une norme tacite, implicite, qui définirait ce qui est « normal » pour un chercheur, c’est-à-dire accepté et valorisé par les pairs, même si cela ne constitue pas des critères explicites d’évaluation par exemple ? De la même manière qu’il est « normal » d’être honnête dans sa pratique de recherche, et que c’est le comportement de fraude qui est considéré comme anormal ou « pathologique »2, il pourrait être normal d’assumer certaines responsabilités.3

Il me semble que ce n’est aujourd’hui ni l’un, ni l’autre et que c’est justement pour cette raison que des journées comme celles de l’UNESCO sont organisées. Aujourd’hui, les chercheurs ne « doivent » pas spécialement être responsables dans leur pratique : cela ne fait partie ni de leur ethos, ni des textes de définition des missions de chercheur (article14 ici, ici ou encore ici), ni de leur évaluation4 ; bien que des recommandations dans ce sens existent.

J’entends par ethos « […] l’ensemble des valeurs et des normes teintées d’affectivité auxquelles l’homme de science est censé devoir se conformer. » (Merton, 1973, p.267 ; cité dans Vinck, 2007).

Au cours de mon travail de thèse, j’ai relevé (voir présentation ici) dans les discours des doctorants en biologie expérimentale, en entretien, ainsi que dans la présentation des qualités du chercheur, par mes étudiants en master Biosciences, une très faible occurrence de l’idée de responsabilité, en tant que valeur individuelle du chercheur, ou valeur collective de la recherche.

J’entends par valeurs des « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991).

Ce constat, notamment, contribue à alimenter l’idée que la responsabilité n’est pas une valeur actuelle de la recherche.

Elle est souvent perçue (et je m’appuie ici essentiellement sur mon expérience personnelle), par les chercheurs, comme une interpellation contraignante de la société et parfois comme une limitation, incompatible avec une éthique de la connaissance beaucoup plus partagée. C’est le cas, de la même manière, pour les questions d’éthique au demeurant, que les chercheurs présentent parfois comme ne faisant pas partie de leur « compétence » ou « domaine d’expertise ». D’où l’importance, à mon avis de l’intégration de ces dimensions dans les formations de futurs chercheurs.

Éthique de la connaissance

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (avril 2010)

« Faire de la recherche, c’est vrai ça, qu’est-ce que ça veut dire [rires] ? Faire de la recherche pour moi c’est… tenter… de répondre à une… question… soit que, totalement nouvelle… enfin répondre à une question dont on a pas entièrement la réponse en tout cas quoi. Donc soit c’est une question qui n’a jamais été posée et tu poses la question, soit c’est une question qui existe plus ou moins déjà, mais qu’il s’agit de… réinterroger, sous un autre angle, une autre perspective etcetera, voilà. Donc faire de la recherche derrière il y a, l’idée que à l’issue de notre travail on va avoir produit de la connaissance, ou en tout cas, si le mot était un peu pompeux [rires] juste produit des morceaux de réponses à des questions. »

« C’est l’impératif : connaître pour connaître. L’impératif de connaître doit triompher, pour la connaissance, de tous interdits, tabous, qui la limiteraient. Ainsi, la connaissance scientifique, depuis Galilée, a victorieusement surmonté les interdits religieux. Or l’éthique du connaître tend d’elle-même à s’opposer à toute autre valeur, et cette connaissance « désintéressée »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

« La responsabilité est une notion humaniste éthique qui n’a de sens que pour un sujet conscient.

Or la science, dans la conception « classique » qui règne encore de nos jours, disjoint par principe fait et valeur, c’est-à-dire élime de son sein toute compétence éthique, fonde son postulat d’objectivité sur l’élimination du sujet de la connaissance scientifique. Elle ne fournit aucun moyen de connaissance pour savoir ce qu’est un « sujet ».

La responsabilité est donc non-sens et non-science. Le chercheur est irresponsable par principe et métier. »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Quand Edgar Morin écrit que cette conception règne, il ne signifie pas qu’elle est pertinente, au contraire, puisque son ouvrage s’intitule « Science avec conscience », et que les travaux de recherche menés sur la relation entre sciences et valeurs soulignent son omniprésence dans les pratiques de recherche actuelles et passées (voir par exemple ici et ici).

« La science n’est plus la vérité – Parallèlement, le statut amoral et apolitique du savoir scientifique est remis en question. Non seulement les experts sont souvent soupçonnés de partialité, mais la distinction bien tranchée entre faits et valeurs est reconsidérée. Il est aujourd’hui reconnu et pleinement assumé que la production scientifique ne privilégie pas que des valeurs épistémiques comme la vérité, l’objectivité, la simplicité, mais aussi des valeurs sociales, économiques et culturelles. » (Bernadette Bensaude-Vincent, 2011)

Photo : cc Martino's doodles sur Flickr

La responsabilité réside d’abord dans des choix

« La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité « . Cette conférence, mardi, axe son regard sur « l’impact sociétal » de la recherche : est-ce l’objet par excellence pour lequel se pose la question de la responsabilité ?

« J’entends assez souvent parler de la « responsabilité » du scientifique face à ses découvertes. Schématiquement, on estime que le scientifique doit se préoccuper des conséquences sociales, politiques, bref humaines, de celles-ci. On donne souvent comme exemple le développement de l’arme nucléaire : n’était-il pas irresponsable de la part des scientifiques impliqués de produire pareils instruments de destruction ? » (David Monniaux, 2011)

Quand on parle de responsabilité, on pense souvent aux applications de la recherche. Et lorsque l’on parle de responsabilité aux chercheurs, ils se sentent acculés et disent « Les applications de la recherche, on n’y peut rien ! ». Ils évacuent par la même occasion la question de la responsabilité. Alors qu’elle se trouve à plein d’autres niveaux sur lesquels ils ont une action directe possible.

Je pense que les acteurs de la recherche (ingénieurs, doctorants, enseignants chercheurs, stagiaires, etc) auraient pour commencer à intégrer cette notion, de manière constructive, dans leurs pratiques : il y a en effet beaucoup d’autres moments où se joue la responsabilité du chercheur, à définir et identifier, dans le quotidien de leurs recherches.

La responsabilité dans une multitude de choix, au quotidien de la recherche

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. »

(Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportement intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

 « Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53)

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix :

en choisissant de publier dans une revue plustôt qu’une autre (voir boycott récent), en brevetant un résultat (voir exemple du C.O.V), en acceptant un financement au détriment d’un autre, en participant à la diffusion mise en circulation des savoirs, en contribuant à des recherches interdisciplinaires, etc.

Et que ces choix engagent des valeurs.

Quant aux responsabilités liées aux impacts sociétaux, puisqu’il s’agit de choix de société, nous impliquant tous en tant que citoyens, il me semble qu’elles ne peuvent être prise que collectivement, dans des formes de co-responsabilités, qu’il reste encore à inventer, et que certains expérimentent déjà (ici et ici par exemple).

Suite de ce billet à venir

Responsabilité et réflexivité : quel rapport ?

Pour l’écriture de ce billet et mes réflexions sur ces thématiques, je dois beaucoup aux échanges que nous avons eus avec Barthélemy Durrive et Julie Henry au sujet des normes, des valeurs et de la responsabilité ; et plus largement aux séances organisées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant » et aux vivifiantes discussions entre ses membres.

Quelques références

Ameisen, Jean-Claude (2005) Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, N° 44, p. 64-86

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience – Façonner le monde atome par atome, Paris : Editions La Découverte.

Engel, P. et Mulligan, K. « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 3/2003 (n° 15), p. 171-186. URL : www.cairn.info/revue-cites-2003-3-page-171.htm.

Lechopier, N. (2011) Les valeurs de la recherche. Enquête sur la protection des données personnelles en épidémiologie, Paris, Michalon

Morin, E. (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Weber, M. (1963). Le savant et le politique. Paris : Plon [1ère édition : 1959].

Bensaude-Vincent, B. (7 octobre 2011) « La nouvelle place du citoyen » Ouvertures [Site internet]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=525

Faury, M (24 mars 2011) “Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?“. L’infusoir [carnet de recherche]. http://infusoir.hypotheses.org/912

Maurel, Lionel (6 juin 2010) Obtention végétale : le droit d’auteur pourrait en prendre de la graine ! S.I.Lex [blog] http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/06/obtention-vegetale-le-droit-dauteur-pourrait-en-prendre-de-la-graine/

Monniaux, D. (15 septembre 2011) « La responsabilité du scientifique : un appel à la technocratie ? » La vie est mal configurée [blog] http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/09/15/La-responsabilit%C3%A9-du-scientifique%C2%A0%3A-un-appel-%C3%A0-la-technocratie%C2%A0

Roud, T. (29 octobre 2010) « Faut-il boycotter Elsevier ? » Matières vivantes [blog] http://tomroud.owni.fr/2010/10/29/faut-il-boycotter-elsevier/

 

  1. Appel non déguisé à cette mise en ligne []
  2. voir à ce sujet les travaux de Canguihlem []
  3. Je suis bien consciente qu’en disant cela, on ne définit toujours pas de quelles responsabilités il pourrait s’agir : mais nous n’avons pas encore fini avec la question de la possibilité même de l’existence de ces []
  4. N’hésitez pas à me signaler si des textes à votre connaissance comportent cette notion de responsabilité []

Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

La pensée que je souhaite partager aujourd’hui est celle de Dominique Vinck, sous la forme d’une citation extraite de l’un de ses ouvrages, intitulé « Sciences et société – Sociologie du travail scientifique » (incontournable pour celui, étudiant, chercheur, enseignant, qui cherche à comprendre « les dynamiques sociales de fabrication de connaissances et d’innovation », pour pouvoir « y intervenir, en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable ») : elle exprime l’une des motivations du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » et de mon travail de thèse.

"Faites de la science" - Et comprendre ce que cela veut dire...

Sciences et société – Sociologie du travail scientifique, Dominique Vinck, Ed. Armand Colin, Paris : 2007, p.6-7 :

« Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire. Le seul exposé de l’état des connaissances, comme cela se pratique dans l’enseignement et dans les émissions de vulgarisation scientifique, ne suffit pas pour comprendre comment elles ont été élaborées. L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de chose à voir avec la science telle qu’elle se pratique. […] Certains discours de la philosophie qui dégagent une conception générale et universelle de la science et la proposent comme norme à suivre par les chercheurs sont néfastes. D’une part, ils produisent une mystification de la science, bien différente des pratiques effectives ; ils sont de peu d’utilité pour guider concrètement le chercheur dans son travail. Ils offrent une occasion de réfléchir sur la science et d’en modifier le cours, mais ils sont surtout le privilège de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et qui ont le loisir de discourir sur la science. D’autre part, cette conception générale de la science, mise en avant pour lutter contre les pseudo-sciences et contre irrationalisme, est si éloignée des pratiques scientifiques concrètes qu’elle perd sa crédibilité. A défaut d’une représentation philosophique proche de ce qui peut effectivement s’observer ou se pratiquer, le chercheur réflexif ou l’observateur extérieur risque d’être conduit vers le pire des relativismes : « s’il n’y a pas une science universelle alors tout se vaut ». »

Jean-Marc Levy-Leblond. (Auto)critique de la science. Paris : Seuil, 1973 – Version numérique à télécharger

Annonce initialement publiée sur le portail science-societe.fr

L’ouvrage « (Auto)Critique de la science », coordonné par Alain Jaubert et Jean-Marc Levy-Leblond a été numérisé, avec l’autorisation de l’éditeur et de l’auteur, à l’ENS de Lyon, par Amaury Delarge (pour le travail de numérisation), Igor Babou (traitement graphique des pages et mise en ligne). Cette  numérisation s’inscrit dans les travaux de l’équipe « Communication, Culture et Société » (Centre Norbert Elias) pilotée à l’époque de la numérisation par Joëlle Le Marec.

Ce livre prend place en 1973 dans la collection « Science ouverte » aux Editions du Seuil et peut maintenant être téléchargé sur le lien suivant (attention, le téléchargement peut être un peu long, l’ouvrage étant volumineux : 384 pages) :

http://science-societe.fr/autocritique-de-la-science/

Une présentation de cette ouvrage a été rédigée par Mathieu Quet, et est disponible à la même adresse.

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ; Continuer la lecture de Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006

Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

Introduction aux Science Studies, Dominique Pestre, Ed. La Découverte, Paris : 2006, p.8 :

« Un point est encore à ajouter : dans les discours généralement tenus sur la science, la dimension normative, même si elle est implicite, est centrale. Dire la vérité de la science et de son histoire a en effet souvent consisté à énoncer ce qu’elle devait être. Parce que parler de la science renvoie à l’objectivité et à la vérité, toute analyse trop radicale à son endroit suscite une grande incompréhension, voire de l’indignation. Parce que la science est assimilée à la Raison – et qu’elle s’oppose donc à l’irrationalité, avec tout ce que cette dernière notion véhicule d’inquiétant d’un point de vue historique, et en particulier depuis l’Holocauste -, toute approche non orthodoxe est rendue délicate, que celle-ci se mène en termes intellectuels ou en termes politiques. Parce que parler de la science implique de prendre position sur un phénomène social et culturel, aux racines profondes et qui touche aux convictions les plus intimes de notre monde – et parce que l’univers des sciences est, dans les sociétés modernes, un univers institutionnellement puissant -, le débat ne peut que difficilement être mené sur un ton neutre et détaché. Parce que la science évoque des images d’emblée positives, il est aussi difficile de la contester politiquement ou socialement que d’en proposer une lecture conceptuelle qui la décentre de la position idéale dans laquelle elle est traditionnellement installée. »

Colloque « Science & Société » : 27 mai 2011 (Lyon)

Repris du site science-societe.fr

Télécharger le programme (pdf)

9 h 00 – 9h 30 : Accueil (Président de Lyon 1, Maire de Villeurbanne,  sous réserve)

9 h 30 – 11 h 00 : Science et Société à Lyon et en France

  • 9 h 30 – 10 h 00 – Pierre Clément : 1971-1986 : « Science et Société » à Lyon 1.
  • 10 h 00 – 10 h 30 – Jean-Marc Lévy-Leblond Autocritique de l’autocritique de la Science
  • 10 h 30 – 11 h 00 – Joëlle Le Marec – Le renouveau des recherches et actions dans le domaine STS.

11 h 00 -11 h 15 : pause café

Continuer la lecture de Colloque « Science & Société » : 27 mai 2011 (Lyon)

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Billet initialement publié le 17 mars 2011 sur le carnet de recherche du laboratoire Junior interdisciplinaire  « Enquête sur l’homme vivant ».

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Deux sites sur les questions science-société

Deux sites, que bien sûr je vous incite fortement à consulter, proposent, pour l’un des ressources sur les problématiques science-société et pour l’autre un espace de discussion sur ces questions, à destination des chercheurs et des acteurs de terrain.

Un portail « Science et Société »

science-societe.fr

Ce site fut présenté lors de la Journée d’étude « Édition et diffusion des études de sciences » (ENS Lyon, 9 février 2011).

Présentation trouvée sur le site :

« Ce site est un lieu de ressources, d’échanges et de réflexions entre chercheurs et acteurs de terrain autour du thème des relations entre sciences et société.

Continuer la lecture de Deux sites sur les questions science-société

Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

Dans le cadre du colloque « Sciences en société au XXIe siècle : autres relations, autres pratiques », qui s’est déroulé les 28 & 29 novembre 2007 à Strasbourg, l’intervention de Baudouin Jurdant porte sur « Les ambiguïtés de la vulgarisation ». Il choisit dans les aborder en regard des différents types d’enjeux avec lesquels celle-ci s’articule.

Vidéo de l’intervention de Baudouin Jurdant (17min30)

Les Actes du colloque en ligne

Des enjeux didactiques

Les acteurs de la vulgarisation se revendiquent régulièrement de participer à « l’éducation informelle »[0], et par conséquent mettent régulièrement en avant les enjeux didactiques de leur métier.

Or pour Baudouin Jurdant, « si la vulgarisation scientifique permet de transmettre un certain nombre de connaissances ou plutôt de rendre accessibles certaines notions associées au discours des sciences, elle peut, dans sa forme comme dans sa manière, avoir des effets négatifs sur l’ignorance des gens, elle la modèle. Elle change effectivement les questions que les gens se posent. Elle colonise l’ignorance populaire. Et ce faisant, elle accentue la dépendance du profane vis-à-vis du savoir des experts ».

Continuer la lecture de Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant