Archives par mot-clé : terrain

A travers champs – Trajectoire et témoignage

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Ce billet reprend quelques éléments de mon intervention du 16 novembre 2011 dans le cadre de la deuxième journée d’étude « Trajectoire et Témoignage ». Il endosse le statut de « réflexion en cours », comme chacun des retours de journées d’étude ou des suites données à une intervention, présentés dans ce carnet.

« Cette deuxième journée d’étude, organisée au Centre Norbert Elias (École normale supérieure de Lyon, salle n° 2, bât. de l’IFE), le 16 novembre 2011, relève d’un cycle destiné à approfondir et partager une réflexion collective sur l’heuristique du témoignage dans la recherche en sciences humaines et sociales. Quelle que soit la discipline, le témoignage prend place, au moment du recueil comme au moment de l’analyse, à différents niveaux logiques et méthodologiques non exclusifs qui, souvent, sont entremêlés et « débordent » les uns sur les autres sans nécessairement que cela fasse l’objet d’une interrogation spécifique. Sans tenter de réduire la diversité des formes et des contextes, les journées d’étude Trajectoire et témoignage ont l’ambition d’explorer l’articulation de ces différents niveaux, leur fonctionnement et les démarches par lesquelles on peut les expliciter, grâce à l’éclairage de plusieurs approches disciplinaires. »

La première journée s’est déroulée le 28 juin 2011 et la troisième journée aura lieu le 24 janvier 2012. Ces trois journées donneront lieu à une publication collective.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse

Ainsi que l’a présenté Sarah Cordonnier, il s’agissait par cette introduction, que nous faisions à quatre voix, d’essayer de rendre compte, et de partager avec les participants à la journée d’étude de novembre 2011, la dynamique, les apports et les interrogations que nous portons dans des rencontres régulières, sorte de « mini-séminaires » que nous mettons en place Sarah Cordonnier, Bernard Bensoussan, Joëlle Le Marec et moi-même afin de préparer ce cycle Trajectoire et Témoignage.

Dans le cadre de cette journée d’étude, et en écho avec le travail mené dans nos rencontres préparatoires, il me paraissait d’abord intéressant de discuter la question de ce que l’on constitue en données signifiantes dans le témoignage, de ce que nous considérons comme les « moments » du recueil et comment nous les circonscrivons :  comment définit-on ce qui relève du « cadre » et du « hors cadre » ?

Je m’arrête principalement sur l’une des formes possibles du témoignage, qui n’est bien sûr pas la seule, celle de l’entretien. Par « hors-cadre » j’entends tout ce qui est en dehors de la transcription, c’est-à-dire ce qui est généralement considéré comme étant en dehors du « moment » de l’entretien, et qui donne pourtant à la situation d’entretien sa signification, pour l’enquêteur et pour l’enquêté, en tant qu’activité sociale (Le Marec, 2002 ; Le Marec et Babou, 2003).

L’autre élément au centre de mes interrogations, mais que je n’aborderai pas ici, était l’effet de la rencontre de pratiques de chercheurs d’autres disciplines sur nos propres pratiques, autour du témoignage et de la trajectoire. Plus généralement, il m’importait de considérer la portée du dialogue interdisciplinaire et de la réflexivité construite collectivement, notamment pour l’analyse individuelle et collective des situations d’entretiens (Le Marec et Faury, Publication prévue en 2012 ; Durrive, Faury et Henry, Publication prévue en 2012).

Dans quelle mesure pouvons-nous partager, témoigner[1], entre chercheurs, aux trajectoires différentes, aux disciplines différentes de ce qui se passe dans les situations d’entretien constituant notre terrain de recherche ?

L’hypothèse que nous faisons collectivement avec ces journées d’étude est que ce partage, de ce qui se passe dans la situation d’entretien, est possible. Il serait possible en-dehors même des cadres de références disciplinaires. Lorsque l’on vise à témoigner d’une situation d’entretien, l’entretien n’est dès lors pas pris seulement en tant que donnée recueillie, mais en tant qu’ « espace, témoignage et/ou relation d’enquête en construction », comme le présente l’argument du cycle dans le cadre duquel s’insère la journée d’étude.

Les séminaires de préparation de ces journées Trajectoire et Témoignage, et les journées d’étude elles-mêmes amènent à se poser les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’analyse collective d’un entretien est-elle possible ? En quoi consiste-t-elle et que rend-t-elle envisageable par rapport à une analyse qu’effectue le chercheur qui a lui-même mené l’entretien ?
  • Peut-on d’une certaine manière témoigner collectivement de ce qui se passe dans un entretien, alors-même que nous n’avons pas conduit, rendu possible, ni vécu[2] l’entretien individuellement ?
  • Dans le collectif, lorsqu’il s’agit par exemple d’analyser les entretiens, qu’apporte de spécifique l’enquêteur, celui qui était présent, physiquement, et pour qui l’entretien prend sa place dans un processus plus large, et dans des questions de recherche particulières ? Se constitue-t-il en témoin de ce qui se passe (ou s’est passé), notamment « hors du cadre », c’est-à-dire hors de ce qui est finalement transcrit, enregistré, filmé, ou plus généralement de ce qui « est lisible », dans le texte, l’image ou le son ?
  • Étant extérieur à l’entretien, peut-on percevoir « à la lecture », au sens large, l’existence d’un « hors cadre », sans pour autant le comprendre ? L’enquêteur ayant physiquement expérimenté l’entretien est-il alors là pour lui donner un sens à ce « hors-cadre » ?
  • Lorsque l’on présente des verbatims par exemple, lors d’une présentation, comment les accompagne-t-on en tant que chercheurs, lorsque l’on veut témoigner sur ce qu’ils « disent » ? Ces extraits parlent-ils d’eux-mêmes ou non ? Dans quelle mesure le chercheur enquêteur témoigne-t-il de ce qu’ils ne « disent » pas ? Quelle est la nature des informations que le chercheur apporte dans son témoignage pour accompagner le film, la transcription, l’enregistrement ? Pour dire quoi ? Le partage de la situation d’entretien, de ce qui s’est passé porte-t-il sur les « données »[3] contenues dans l’entretien, ou sur les conditions qui ont donné lieu à l’entretien (le « protocole ») ?
  • Pour celui ou ceux qui lisent les entretiens sans les avoir eux-mêmes menés, voit-on, s’arrête-t-on sur les mêmes choses lorsque l’on lit ou on écoute (ou regarde un entretien) ? Voit-on les mêmes choses dans l’entretien ? Si ce n’est pas le cas, qu’apporte le croisement des regards en-dehors d’une plus grande exhaustivité[4] ? Notamment qu’apporte ce croisement des regards à celui-là même qui a mené l’entretien ?
  • Se pose également la question de la forme du témoignage sur les entretiens menés au cours d’une recherche et de l’ancrage nécessaire ou non de ces entretiens dans une question de recherche. Si on les dissocie de la question de recherche à partir de laquelle ils ont été mis en place, cela n’empêche pas de considérer les entretiens comme des situations de communication situées et contextualisées. Mais que deviennent les entretiens si on les met cette fois dans un espace d’intersubjectivité, où des regards extérieurs se porteraient sur les entretiens ? Quels sont justement les espaces d’intersubjectivité qui peuvent être envisagés ?

 

Références

Le Marec, J. et Babou, I.(2003). De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque, in : Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec [sous la dir.de], Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165

Le Marec, J. (2002). Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 – Questions de Terrains, 2002.

Durrive, B. “Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?”. Enquête sur l’homme vivant, 20 décembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 02 janvier 2012. http://ehvi.hypotheses.org/720

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. Préactes p. 60

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. Préactes p.95


[1] J’utilise délibérément le terme « témoigner » pour les chercheurs eux-mêmes : dans quelle mesure le chercheur peut-il témoigner de ce qui se passe dans la situation d’entretien dans laquelle il était partie prenante ?

[2] Ce terme me paraît très important : le fait de « vivre » la situation d’entretien, en tant que situation de communication.

[3] C’est-à-dire sur ce que l’on identifie en tant que « données » : ce qui pose la question de ce que l’on choisit de constituer en tant que données dans une situation d’entretien.

[4] Ce qui ne paraît justement pas être ce qui serait le plus intéressant.

Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, les motivations de Pauline pour la science étaient liées à son expérience personnelle. Ses objectifs ont évolué au fil de sa formation et de la découverte de l’importance d’une certaine mise à distance vis à vis de ses objets de recherche : «  […] je pense qu’il faut vraiment se méfier quoi, de l’implication sentimentale… Autant faire des choses, faire avancer la recherche en biologie, se dire qu’effectivement on va aider des personnes malades etc., je pense  que du coup le fait d’avoir des personnes malades dans son entourage peut être une motivation, mais travailler vraiment sur ce que ces personnes-là ont, je pense que c’est pas forcément bon quoi, pour soi, pour les autres, enfin, que c’est, tu manques forcément de recul quand tu fais ça je pense. »

L’intérêt qu’elle porte pour la recherche en génétique au moment de sa thèse dépasse finalement les applications potentielles des résultats qu’elle pourrait trouver : « Comprendre, juste pour comprendre la vie, même pas avec un but médical, ou en tout cas, à ma paillasse tous les jours, le but médical il est pas présent dans ma tête clairement, alors que le but de connaissances scientifiques ouais, toujours. C’est vraiment, ouais, c’est vraiment ça qui me motive quoi. »

Source: http://www.coramh.org/pages.php?p=2

De l’encadrement de son master, puis de sa thèse aux relations inter-individuelles dans et entre les laboratoires, Pauline porte un regard critique et tranché sur la recherche : « par rapport à l’encadrement de ma thèse, bon c’est clair, c’est pas comme ça que je vois la relation entre un thésard et une directrice de thèse, et par exemple je trouve qu’on a pas du tout assez d’interactions, sur le plan scientifique et sur le plan technique, et que ma chef est pas quelqu’un d’extrêmement présent, et ça, ça me pèse vraiment. » Elle ajoute plus loin : « c’est vraiment de l’arrivisme toujours quoi, enfin, les gens font passer leur carrière avant, avant l’aspect humain, alors, il y a sûrement des raisons aussi, il faut dire que c’est très difficile de faire une carrière dans la recherche donc effectivement, si tu es pas un peu un loup tu as un peu de mal à y arriver, enfin, il faut aussi un peu écraser les autres parce que sinon, ça passe pas. Mais je trouve ça dommage quoi, je trouve ça dommage que la sélection elle se fasse comme ça. C’est pas les meilleurs scientifiques qui arrivent aux plus hauts postes, c’est ceux qui ont les dents les plus longues. » Proche des mouvements de syndicats, elle exprime à plusieurs reprises un fort intérêt pour les questions de gouvernance de la recherche et un mécontentement quant aux modes de fonctionnement de la recherche : « Enfin, les chercheurs en biologie, de manière général je les trouve très peu concernés par très peu de choses en fait, enfin le manque d’intérêt est flagrant […] en ce moment, on est dans un contexte un peu particulier parce qu’il y a la refonte de l’unité, donc toutes les équipes en gros, c’est remis à plat et c’est reconstruit on va dire, donc que ça leur prend énormément de temps, énormément d’attention, et donc finalement les questions plus générales […] ils s’en fichent complètement quoi vraiment c’est… »

L’encadrement des stagiaires et des thésards est au centre de ses préoccupations et de ce qu’elle déplore dans le mode de fonctionnement de son laboratoire : « quand elle prend par exemple un stagiaire de master, et donc c’était sûrement mon cas quand je suis arrivée, même si après j’avais pas forcément de recul, etc., c’est… c’est, elle prend de la main d’œuvre pour faire des publications, elle prend pas quelqu’un qu’elle a envie de former par exemple, et ça c’est, enfin, peut-être un petit peu, mais c’est clairement pas le but principal, quand elle prend un stagiaire de master, c’est pour faire du volume, elle le voit comme sa force de frappe, c’est son mot quoi je veux dire. » Plus généralement, c’est la relation pédagogique qui lui paraît indissociable de la pratique de recherche : « enfin, moi qui suis extrêmement attachée à l’aspect enseignement et l’aspect encadrement des thésards et des stagiaires etc, c’est quelque chose qui me révolte complètement, et c’est pas qu’elle, hein je veux dire, là en ce moment, tous les chercheurs du labo ont au moins trois, voire quatre stagiaires, ce que je considère comme complètement anormal. […] Moi ce qui me plaît dans ma thèse c’est la partie monitorat, c’est la partie enseignement, donc quelle que soit la suite de ma carrière ce sera forcément avec un partie importante d’enseignement. Soit enseignement dans le secondaire, soit enseignement dans le supérieur. »

Source : http://www.observatoiredessubventions.com/tag/enseignement/

Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. » Continuer la lecture de Lucie – Ces échanges qui font la science

Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Philippe est venu en France pour faire ses études en biologie. Si son souhait de faire de la recherche apparaît assez tôt, son affinité pour sa spécialisation actuelle a évolué au fil de sa formation :« Ouais, lorsque j’étais arrivé en licence, c’était vraiment la bactério et rien. Et après je me suis dis, finalement, on reste dans la microbiologie avec les virus et j’ai essayé de trouver quelque chose où il y a de l’argent et où c’est intéressant. J’ai toujours aimé les trucs moléculaire, là c’était parfait.[…] Mais ouais la recherche ça m’a toujours plu. »

C’est sur les conseils d’enseignants-chercheurs et guidé par son intérêt pour un sujet de thèse, que Philippe choisit un laboratoire pour effectuer son doctorat : « J’ai demandé à une des profs de l’épigénétique, qu’est-ce qu’elle avait fait comme parcours, elle m’a dit qu’avant de faire de l’épigénétique, elle a travaillé dans le domaine de la traduction, donc du coup j’ai contacté Untel, parce que j’étais assez proche de lui, et je lui ai demandé s’il y avait un laboratoire de traduction dans Tel Lieu. Il m’a dit « oui », un super labo où ils font en plus de la virologie, donc c’était parfait. J’ai choisi comme ça. »

Continuer la lecture de Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Continuer la lecture de Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. » Continuer la lecture de Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

Continuer la lecture de Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Paroles de doctorants – Terrain de thèse

Mon travail de terrain, mené essentiellement sous forme d’entretiens, m’a amenée à rencontrer des doctorants en biologie, eux aussi en cours de thèse.

Ils ont bien voulu détailler leur pratique quotidienne de la recherche, le rapport qu’ils entretiennent à leur pratique au moment de l’entretien, mais parfois aussi plus largement à la science.

C’est de la diversité de l’expérience vécue de la thèse que la galerie de rencontres que j’initie aujourd’hui cherche à donner un aperçu. [1]

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, sous forme de commentaire ou de préférence à l’adresse suivante :

experiencedethèse@gmail.com

Une publication pourra ensuite être envisagée sur l’Infusoir (qui se réserve le choix des témoignages à publier, sur des critères liés à la rédaction de ceux-ci et non bien sûr à la nature de l’expérience vécue)

Pour cela ces témoignages devront être anonymes (pas de nom de lieux ou de personnes notamment) et reprendre la structure suivante :

  • Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?
  • Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?
  • Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?
  • Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?
  • Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?
  • Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?
  • Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?

[1] Idée inspirée de l’ouvrage de Gilles Chantraine, dans lequel il présente sous forme d’encadrés les prisonniers qu’il a rencontré au cours de ses entretiens : Par-delà les murs, Gilles Chantraine, Paris, PUF, 2004, 268 p.

Colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? »

Pré-programme du colloque

Limoges, 1er et 2 décembre 2010

www.flsh.unilim.fr

Argument


Ce colloque invite à confronter les conceptions, regards et pratiques autour de la notion de réflexivité : réflexivité comme posture, paradigme de recherche, vecteur de création, ou encore comme moyen d’action ; réflexivité du chercheur, du décideur, de l’acteur social… ; réflexivité et pratiques connexes : introspection, auto(socio)analyse, exploration du rapport à l’autre, herméneutique, interprétation… ; conséquences épistémologiques des pratiques de recherche réflexives…

Selon qu’elle est utilisée par Giddens, Schön, Bourdieu, Gadamer, Kaufmann, Ricoeur, Garfinkel, Genette ou Bakhtine, pour ne citer qu’eux, la notion de « réflexivité » connaît une gamme sémantique large et renvoie à des approches diverses : constructivistes, herméneutiques, compréhensives, ethno-méthodologiques, cliniques, expérientielles, socio-analytiques… entre autres.

Tour à tour travaillée au départ de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de la linguistique, des sciences de l’éducation et de la formation, de la didactique, de la littérature, de la philosophie, ou encore de l’histoire, elle peut être envisagée comme constituant une notion carrefour des sciences humaines et sociales, interrogeant, en particulier dans une perspective qualitative, l’interprétation, la compréhension, l’écriture, le rapport construit au monde, à l’expérience, à l’histoire, aux normes, à la diversité, et plus globalement les processus d’interaction entre la pensée et l’action.

Un objectif majeur du colloque est la rencontre de différentes disciplines scientifiques et pratiques professionnelles autour des conceptions, modalités de mise en œuvre et d’évaluation de la réflexivité, mais aussi sur les questions politiques et éthiques que posent ces pratiques, les déplacements, retournements, voire les paradoxes, que suscitent les postures réflexives, tant dans les recherches que dans les pratiques professionnelles. L’ambition du colloque est d’engager le dialogue interdisciplinaire nécessaire à l’exploration de l’interaction entre recherche/pratique dans une perspective d’ouverture interculturelle et internationale.

L’enjeu est de rendre visibles, de confronter, et de soutenir des démarches dont la rigueur propre ne relève pas d’un modèle positiviste, du fait des exigences d’intelligibilité de leurs objets propres. Peut-on penser la réflexivité comme un concept commun ? Y a-t-il des lieux de rencontre et des lignes de divergence ? C’est en réalité en allant sur chaque terrain d’étude que l’on propose de travailler, à partir des expériences singulières et concrètes où l’on nomme une réflexivité : ainsi les communications pourront-elles aussi bien interroger les expériences diverses, que les méthodes et les épistémologies élaborées pour en rendre compte, ou les variations d’interprétation du concept même.

les axes suivants seront développés :
1 – Postures et interprétations
2 – Altérité et diversité
3 – Évaluation et éthique
4 – Histoire et identités
5 – Intervention sociale et éducative
6 – Expérience et transformation

Avec le soutien des universités et des acteurs régionaux de Touraine et du Limousin, le colloque s’articulera, de façon originale, autour d’une pluralité de lieux et de temps (journée d’étude à Tours en juillet et colloque à Limoges en décembre), alternant sessions plénières, ateliers et tables rondes.


COMITE D’ORGANISATION


Jacques Béziat, Aude Bretegnier, Hélène Amrit, Laurence Cornu, Noël Denoyel, Patricia Alonso, Vincent Enrico

Contact : jacques.beziat@unilim.fr

Service recherche : Danièle Bierne – daniele.bierne@unilim.fr


COMITE SCIENTIFIQUE


Abdoullah Cisse (Université de Bambey)
Andrée Tabouret Keller (GEPE, université Marc Bloch, Strasbourg)
Aude Bretegnier (DYNADIV, Université de Tours)
Catherine Guillaumin (DYNADIV, Université de Tours)
Claude Filteau (DYNADIV, Université de Limoges)
Claudine Moïse (ICTT, Université d’Avignon)
Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université de Tours)
Gilles Monceau (CIIRCEFT, Université de Paris 8)
Guy Tchibozo (DYNADIV, Université de Limoges)
Hélène Amrit (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Béziat (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Wallet (CIVIIC, université de Rouen)
Jean-Elie Larrieux (CREFI, Université Notre-Dame d’Haïti)
Jean-François Marchat (DYNADIV, Université de Limoges)
Laurence Cornu (DYNADIV, Université de Tours)
Monica Heller (CREFO, Université de Toronto)
N’Galasso Mwatha (LAPRIL/CELFA, Université de Bordeaux 3)
Noël Denoyel (DYNADIV, Université de Tours)
Patricia Alonso (DYNADIV, Université de Limoges)
Patricia Lambert (ICAR, INRP, Lyon)
Ramon Marti Solano (DYNADIV, Université de Limoges)

La situation d’entretien et le rapport au terrain

Référence de départ :

Agnès D’arripe, « Construction d’un dispositif méthodologique et de ses outils: savoir commun et savoir scientifique, de l’induction aux hypothèses », Etudes de communication 2009/1 n°32, p.97-108.

La lecture de l’article d’Agnès D’arripe pose notamment la question du lien entre les modalités de l’entretien, tel qu’il est mené par le chercheur face à l’enquêté, et le type de discours construit par l’enquêté dans cette situation.

Dans le travail présenté dans l’article, l’un des objets de recherche d’Agnès D’arripe est la méta-communication.

D’arripe, 2009 – Page 5 :

« Au-delà de ces codes communicationnels souvent implicites, nous nous pencherons sur la manière dont les acteurs méta-communiquent sur leurs actions et leurs comportements. Dans ce cadre, nous ferons appel aux théories de L. Boltanski et L. Thévenot pour tenter de comprendre les logiques d’action mises en place et la manière dont les acteurs justifient leurs actes. Pour ces auteurs, les acteurs vont justifier leurs actions de diverses manières selon les circonstances. […] Les moments où s’exprimera la justification seront ceux de remise en cause et de critique. C’est dans ces moments que la réflexivité se déploiera et que les acteurs réfléchiront sur le sens qu’ils donnent à leurs pratiques. […] Nous tenterons d’approcher cette méta-communication de deux manières différentes. Tout d’abord, à travers les moments où, durant les ateliers de recherche, les acteurs disent des choses de ce qu’ils font . Ensuite nous désirons aller plus loin en suscitant également cette méta-communication via une méthode particulière, celle de l’analyse de groupe […]».

Ainsi, lorsque l’objet de la recherche est le discours qu’élaborent les acteurs sur eux-mêmes, sur leurs propres pratiques, comment construire sur le terrain les conditions pour que celui-ci puisse être mis en œuvre ?

Il s’agit bien de saisir les moments du discours où se développe une certaine réflexivité.

Et quel est le sens ou l’effet de la mise en place par le chercheur d’une situation où l’enquêté produit un discours qu’il n’aurait pas été amené à produire seul ?

Continuer la lecture de La situation d’entretien et le rapport au terrain