Archives par mot-clé : valeurs

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

Introduction aux Science Studies, Dominique Pestre, Ed. La Découverte, Paris : 2006, p.8 :

« Un point est encore à ajouter : dans les discours généralement tenus sur la science, la dimension normative, même si elle est implicite, est centrale. Dire la vérité de la science et de son histoire a en effet souvent consisté à énoncer ce qu’elle devait être. Parce que parler de la science renvoie à l’objectivité et à la vérité, toute analyse trop radicale à son endroit suscite une grande incompréhension, voire de l’indignation. Parce que la science est assimilée à la Raison – et qu’elle s’oppose donc à l’irrationalité, avec tout ce que cette dernière notion véhicule d’inquiétant d’un point de vue historique, et en particulier depuis l’Holocauste -, toute approche non orthodoxe est rendue délicate, que celle-ci se mène en termes intellectuels ou en termes politiques. Parce que parler de la science implique de prendre position sur un phénomène social et culturel, aux racines profondes et qui touche aux convictions les plus intimes de notre monde – et parce que l’univers des sciences est, dans les sociétés modernes, un univers institutionnellement puissant -, le débat ne peut que difficilement être mené sur un ton neutre et détaché. Parce que la science évoque des images d’emblée positives, il est aussi difficile de la contester politiquement ou socialement que d’en proposer une lecture conceptuelle qui la décentre de la position idéale dans laquelle elle est traditionnellement installée. »

Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Continuer la lecture de Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Continuer la lecture de Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Billet initialement publié le 17 mars 2011 sur le carnet de recherche du laboratoire Junior interdisciplinaire  « Enquête sur l’homme vivant ».

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

Dans le cadre du colloque « Sciences en société au XXIe siècle : autres relations, autres pratiques », qui s’est déroulé les 28 & 29 novembre 2007 à Strasbourg, l’intervention de Baudouin Jurdant porte sur « Les ambiguïtés de la vulgarisation ». Il choisit dans les aborder en regard des différents types d’enjeux avec lesquels celle-ci s’articule.

Vidéo de l’intervention de Baudouin Jurdant (17min30)

Les Actes du colloque en ligne

Des enjeux didactiques

Les acteurs de la vulgarisation se revendiquent régulièrement de participer à « l’éducation informelle »[0], et par conséquent mettent régulièrement en avant les enjeux didactiques de leur métier.

Or pour Baudouin Jurdant, « si la vulgarisation scientifique permet de transmettre un certain nombre de connaissances ou plutôt de rendre accessibles certaines notions associées au discours des sciences, elle peut, dans sa forme comme dans sa manière, avoir des effets négatifs sur l’ignorance des gens, elle la modèle. Elle change effectivement les questions que les gens se posent. Elle colonise l’ignorance populaire. Et ce faisant, elle accentue la dépendance du profane vis-à-vis du savoir des experts ».

Continuer la lecture de Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

Les valeurs de la recherche ? Enquête

Ce message s’adresse aux doctorants, post-doctorants, chercheurs en activité ou ayant pratiqué la recherche scientifique (quel qu’en soit le domaine).

Les réponses sont anonymes.

Bonjour à tous,

Au cours de mon travail de thèse, je m’intéresse à la relation entre sciences et valeurs, plus particulièrement au sein de la pratique de la recherche scientifique.
Je diffuse dans ce cadre un questionnaire rapide à remplir (10 min environ) sur les valeurs de la recherche et serait très intéressée par vos réponses. Vous le trouverez en ligne ici.

Nous partons de la définition suivante de « valeur » :

« Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société, d’un groupe et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre.

Nous avions des systèmes de valeurs différents. » 1

N’hésitez pas à diffuser ce document si vous connaissez des doctorants, post-doctorants, chercheurs ou anciens chercheurs.

Un grand merci par avance pour votre aide !

1. Adapté de la définition du Larousse

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?

La science : un système de valeurs ?

Sur le site de l’émission « Recherche en cours », je vous invite à écouter l’enregistrement de l’entretien intitulé « Quand la science recolle les morceaux », réalisé auprès de Leïla Peirié  et Livio Riboli-Sasco, rondement mené par David Dumoulin et Jean-Marc Galan, ainsi qu’à lire les commentaires associés. Extrait…

Sur la page d’accueil du site de l’association Paris-Montagne

Livio et Leïla, qui m’excuseront je crois de discuter ici de leur intervention, comme point de départ à une discussion sur les relations entre sciences et valeurs, y présentent leurs travaux de recherche respectifs, ainsi que des initiatives de médiation scientifique engagées au sein de l’association Paris-Montagne. Sur le site, il est ainsi indiqué en guise de présentation : « L’arrière pensée est claire : derrière les contenus scientifiques faire passer les valeurs positives véhiculées par la science. »

Mais voilà que je ne peux m’empêcher de me demander : la science véhicule-t-elle des valeurs positives en elle-même ? Peut-on dire que la science est un « système de valeurs » ? En cela, je rejoindrais le commentaire de Ed, sur le fond non sur la forme, quand il se demande comment concilier réalité d’une pratique et un certain idéal de la science : ces valeurs que l’on projette sur la science, comment faire quand on ne les rencontre pas dans son quotidien ? Faut-il en prendre son parti ou peut-on se démener pour les y réinjecter ? S’agit-il d’un discours utopiste ? La science est-elle, peut-elle ou encore doit-elle[1] être le lieu d’existence de valeurs (pas nécessairement positives d’ailleurs…) ?

Que la science puisse être un lieu de projection de valeurs, voilà qui n’est pas nouveau, mais très intéressant. On peut effectivement penser la science et ce que la science devrait être dans l’idéal, en lien avec une certaine conception de la société, mais « science » rime-t-il par exemple avec « démocratie » dans les faits? Là encore entre idéal et réalité…

D’où nous vient alors cette idée que la science pourrait être porteuse de valeurs ? La question mérite d’être posée de la relation effective et souhaitable, toujours dans une certaine conception de la société, entre sciences et valeurs (voir par exemple les questions posées aux participants de Pari d’avenir 2008, et le  séminaire Sciences, Technologie et Valeurs coordonné par Bernadette Bensaude-Vincent d’octobre 2009 à janvier 2010).

Pour Ian Hacking, « ce qui donne aux sciences une valeur intrinsèque […] (est) le fait que nous assistons à ce qui nous rend proprement humains, ces talents ou facultés dont chacun est cultivé par un style de raisonnement scientifique distinct, durable, et en même temps entièrement historique. »[2]. Pourtant, dans la discussion qui nous occupe, ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais bien de ce que chacun projette comme valeurs (extrinsèques ?) dans la science.

Il y aurait je pense une différence fondamentale à faire entre science et médiation scientifique. Il semble que nous ayons chacun notre propre définition de la science, parfois fédérée autour d’un idéal commun, souvent empreinte de nos valeurs, et en tout cas issue de notre histoire individuelle et collective, de notre culture, voire de notre posture dans le « champ scientifique »[3]. Ainsi pour Bourdieu « lorsqu’on est jeune, -c’est de la sociologie de la science élémentaire-, on a, toutes choses égales par ailleurs, moins de capital, et aussi moins de compétence, et on est donc incliné, presque par définition, à se poser en s’opposant aux plus anciens, donc à porter un regard critique sur leurs travaux. »[3]. Dans l’émission qui nous sert de point de départ, la pratique de la science comme « remise en cause permanente de ses paradigmes » est l’image de la possibilité et des effets concrets, dans la médiation scientifique, d’une projection d’un idéal « révolutionnaire » sur une science qui peut dans ce cadre se permettre de jouer le caméléon, changeant au gré de ceux qui se l’approprient.

Qu’en est-il dans la pratique de recherche ?


[1] L’idée de « non-empiètement des magistères » développée par S.J. Gould, dans son livre Et Dieu dit : « Que Darwin soit ! », pourrait ici nous être utile.

[2] Hacking I., « Vrai », les valeurs et les sciences, Actes de la recherche en sciences sociales 2002/2, 141, p.13-20.

[3] Bourdieu Pierre, 2001. Science de la science et réflexivité. Paris : Editions Raisons d’agir.