L'Infusoir Site

L’autre livre : forme numérique et dialogique

Je partage sous forme numérique et dialogique “L’autre livre” dont j’ai ramassé les fragments depuis plus de 10 ans pour les agencer aujourd’hui dans une forme hybride, peut-être expérimentale, en tout cas composite, dont l’efficace sera – je l’espère – à la fois celle du remembrement et de l’ouverture d’espaces de conversation pour interroger les possibles de nos pratiques d’enquête, dans l’enchevêtrement des discussions que nous avons déjà – sous différentes formes, et pour ouvrir les échanges avec celles et ceux qui en auront envie.

Parution article “L’enquête, terre d’accueil. Expériences, agencements et conversations” avec Joëlle Le Marec

Sommaire de l’article :
> La possibilité d’un seuil
> Un espace d’attentions multiples
> Cheminer dans un plan d’expérience
> Devenir plusieurs
> S’empêcher de capitaliser : le respect.
> Devenir lieu de traverse : remettre au monde
> Comment raconter nos enquêtes, sous quelles formes ?
> L’action politique : entretenir ce qui est sans cesse menacé d’insignifiance
> La restitution
> Mener l’enquête au niveau du signifié et non du signifiant
> Sur la propriété
> Converser, entretenir, se mouvoir
> Responsabilité : celles et ceux qui viennent…
> La réflexivité ne suffit pas

Quelles voix pour les sciences ? Présences, traverses et effacements en communication scientifique

n quoi le dispositif de médiation définit-il ce qui peut être dit ou non ? Que disent les actrices et acteurs de la communication scientifique quand elles et ils parlent ? Peuvent-ils porter leur voix propre (Gilligan, 1982), et si non de quelles voix sont-ils les incarnations ? Peuvent-ils par exemple se positionner à partir d’un vécu de la recherche ou du contact à la recherche ? Ou au contraire s’effacent-ils pour parler « au nom de la Science ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search