La responsabilité, une valeur pour la recherche

Billet précédent : Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Photo : Maxime Faury

Aujourd’hui enseignante, lorsque je demande aux étudiants quels sont les rôles des scientifiques dans la société selon eux, la notion de responsabilité n’apparaît que très ponctuellement.

Les responsabilités des chercheurs selon certains étudiants en Master Biosciences « Le scientifique est également « responsable » de ses découvertes et des conséquences de celles-ci. Il doit donc réfléchir aux conséquences que pourront avoir ses travaux. Le scientifique n’est pas libre de faire de la recherche sur le domaine qui lui plait, il doit prendre en compte les problèmes éthiques que peuvent poser ses expériences ainsi que les conséquences de ses expériences sur la société. » 

« Je pense qu’il est aussi responsable de ce qu’il découvre et doit toujours être en alerte par rapport à toutes les applications de ses découvertes. Étant donné que de nos jours on peut être amené à faire appel à des industries pour trouver des financements à ses projets, il faut savoir aussi faire le bon choix quant à l’entreprise qui finance. » 

« Je suppose que ça dépend beaucoup des domaines. D’une manière générale, il me semble que les scientifiques sont responsables, en grande partie, de la façon dont la science est perçue dans le reste de la société. »

Un parti pris : considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour la recherche

Je décide ici de prendre un parti, qui me paraît décisif : il consiste à considérer la responsabilité comme une valeur en soi. Les « valeurs » sont prises au sens de « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991). Il ne s’agit pas ici de discuter l’idée que la « responsabilité » pourrait être une valeur universellement partagée (voir aussi le site www.charter-human-responsibilities.net/), mais bien de gager qu’elle pourrait l’être par les chercheurs, selon une certaine conception de la pratique de recherche et de ses liens avec la société.

Photo : B Tal, licence CC sur Flickr

La formation civique des citoyens se fonde sur certaines valeurs, concernant « les règles de vie sociale et le fonctionnement des institutions, et sur la transmission des valeurs, correspondant aux principes selon lesquels ces règles sont construites, sur lesquelles ces institutions reposent, et aux comportements que l’on attend du citoyen dans la société et dans ses rapports avec les autres. » (Audigier, 1991). Par conséquent, l’existence d’institutions, et donc l’institutionnalisation de la recherche en particulier, entretiennent certaines valeurs comme elles en empêchent d’autres de se développer (Bensaude-Vincent, 2011). La formation des futurs chercheurs et le partage des valeurs qu’elle induit produit finalement une attente en termes de comportement individuel et collectif. La responsabilité pourrait bien en faire partie si on la considérait comme centrale dans la formation des scientifiques.

Nous pouvons aussi considérer les valeurs comme « ‘les critères du désirable’ propres à une société donnée » (Joyeux , F. Cavé , G. Durandin , H. Feertchak, 1979). C’est-à-dire que l’on désirerait que tout citoyen soit responsable par exemple, que tout chercheur agisse de manière responsable. Cela ne signifie pas bien sûr que ce ne soit jamais le cas ! Mais l’affirmer revient à valoriser et à reconnaître ce comportement en tant que qualité « requise ».

C’est donc ce parti que nous prendrons ici, et contre lequel il paraît difficile de se positionner : considérer la responsabilité comme désirable, comme une valeur en soi. C’est donc une posture théorique, un a priori.

De la théorie à la pratique : la responsabilité comme valeur de la recherche ?

Les scientifiques eux-mêmes considèrent-ils que la responsabilité soit une valeur, ou la revendiquent-ils (dans leurs discours sur leur pratique) comme une valeur de leur travail ?

Des chercheurs en sociologie des sciences, et plus largement en STS (Science and Technological Studies) ont pris la science pour objet, afin d’appréhender les enjeux de l’activité de recherche. Certains ont essayé de comprendre, en particulier Merton et les chercheurs qui l’ont suivi, si les scientifiques fondaient leur pratique sur des valeurs particulières.

Dans les discours de chercheur, retrouve-t-on systématiquement ou régulièrement certaines valeurs ?

Même si les travaux de Merton ont beaucoup été discutés et sont discutables sur certaines aspects (voir Vinck 2009), il paraît intéressant de voir que la responsabilité ne fait pas partie de l’ethos scientifique mertonien, alors que l’on retrouve d’autres valeurs de manière récurrente.

Les travaux de Merton – En bref

* Ethos : éthique du chercheur, valeurs auxquelles adhèrent les chercheurs dans leurs discours

« Merton pose ainsi les bases de l’analyse institutionnelle des sciences en portant l’attention sur les normes de comportement, les habitudes sociales et professionnelles, les valeurs et les idées qui guident les comportements des scientifiques. » (Vinck, 2099, p39)

Détail des normes identifiées par Merton  en  1942 (Vinck, 2009, p40)« Les normes éthiques, ou impératifs institutionnels, sont au nombre de quatre :

1.        L’universalisme […]

2.        Le communalisme […]

3.        Le désintéressement […]

4.      Le scepticisme organisé […] »

Ces normes ont été complétées par la suite par « les normes d’originalité, d’humilité, de rationalité, de neutralité émotionnelle et d’individualisme. » (Vinck, 2009, p41)

Dans mes entretiens de thèse, menés auprès de doctorants en biologie expérimentale, ce sont les valeurs suivantes qui émergent régulièrement : honnêteté intellectuelle, intégrité (opposé à fraude), créativité, liberté, initiative, explorer, être innovant, original, sortir des sentiers battus, être autonome, etcetera. La responsabilité en est quasi absente.

Dans les qualités du chercheur identifiées par des étudiants en Master Biosciences, on dégage les occurrences ci-dessous.

Quelles sont les qualités d’un chercheur ?

– 29 réponses données par des étudiants en Master Biosciences, 2010

(classification et désignation à partir des travaux de Schwartz)

Valeurs – Désignation Domaines motivationnels (voir travaux de Schwartz) Nombre de réponses
Discipline personnelle Conformité 24
Honnêteté Bienveillance 17
Capacité Autonomie 12
Ouverture d’esprit Universalisme 10
Humilité Tradition 7
Curiosité Maîtrise de sa destinée 7

Pourtant, la responsabilité est bien considérée comme une valeur par d’autres études, visant à mettre en évidence des valeurs qui pourraient être considérées comme universelles (trans-culturelles) selon les auteurs de ces recherches. C’est le cas par exemple de Schwartz et Sagiv (1995), qui retiennent 56 valeurs, regroupés selon 10 grandes catégories de « justification des agirs ».

Domaine motivationnel Description Valeurs – Désignations
Bienveillance Préservation et amélioration du bien-être des gens avec qui un individu est fréquemment en contact. – Altruisme- Honnêteté- Loyauté– Responsabilité– Véritable amitié

– Amour mature

Choisir de considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour les chercheurs, vers laquelle il s’agirait donc de tendre par la pratique de recherche (que ce soit en sciences de la nature ou en sciences humaines et sociales), revient à décider d’assumer les responsabilités là où elles se trouvent, face aux enjeux de la relation entre science et société. Ce qui demande au préalable de les identifier…

Suite de ce billet à venir

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Références

Audigier, F. (1991). « Enseigner la société, transmettre des valeurs. » Revue française de pédagogie 94(1): 37-48.

Bensaude-Vincent, B. (2009) Les vertiges de la technoscience, Paris, Eds La découverte.

Deschamps & Molinier (2011). « L’identité en psychologie sociale » , Paris, Eds Armand Colin

B. Joyeux , F. Cavé , G. Durandin , H. Feertchak  (1979) Méthode d’étude des valeurs dans les messages de propagande, L’année psychologique, Vol.   79 (1), pp. 181-195

Sagiv L., Schwartz S. H., 1995. – « Value priorities and readiness for out-group social contact », Journal of personality and social psychology, 69, 3, pp. 437-448.

Shalom H. Schwartz « Les valeurs de base de la personne : théorie, mesures et applications », Revue française de sociologie 4/2006 (Vol. 47), p. 929-968.

Pestre D. (2006), Introduction aux sciences studies, Paris, La Découverte.

Vinck, D. (2001). Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin.

Plus de références STS : Bibliographie proposée par Igor Babou


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Julie Henry dit :

    Je suis (paradoxalement) surprise de trouver dans les valeurs émergeant régulièrement dans les entretiens avec les doctorants la « liberté »… Grande et noble valeur, s’il en est, que le bon sens associerait volontiers à la recherche : « sans liberté, point de découverte ! ». Mais justement, l’association de la liberté à l’idée de cvondition de possibilité de découvertes me mène aux valeurs venant ensuite dans la même liste : innovation et créativité.
    Et soudain, je crains de mieux comprendre : favoriser la créativité du jeune chercheur, afin qu’il produise des résultats innovants … en regard des résultats de l’équipe concurrente ! (et non pas créateurs de nouvelles valeurs) Et l’on retombe dans les oppositions sans cesse rabâchées : pour être « performant », il faut être innovant dans le cadre commun, et non à l’égard du cadre lui-même.
    On ne reviendra pas sur la célèbre théorie des paradigmes selon Kuhn : on ne peut changer sans cesse de paradigme, il faut d’abord aller le plus loin possible dans le cadre du paradigme actuel (ce qu’on appelle la « science normale », par distinction avec les « révolutions scientifiques »).
    Le problème, c’est qu’à force de ne plus questionner le paradigme, ce dernier se confond aujourd’hui avec la « réalité » ; et à force de croire en l’objectivité de la science, ses « vérités » deviennent celles de la société.
    C’est alors la société elle-même qui devient incapable de changer de paradigme… Non de son fait : la société est force de cristallisation, dans sa nature même. Mais du fait de la rtecherche, qui ne joue plus son rôle : proposer des alternatives, au lieu de reproduire les valeurs (non assumées comme telles) de la société contemporaine, en les teintant qui plus est d’ « objectivité » et de « scientificité » (les rendant dès lors indiscutables).