L’autorité : de la soumission à la désobéissance, en passant par la remise en question – L’Expérience de Milgram

«Pour résumer, heureux d’avoir pu rendre service.»

«J’espère que mes efforts et ma coopération ont pu être utiles à votre projet.»

«Je serai toujours content d’aider Yale dans ses expériences. Je crois fermement dans ce genre d’expériences qui aident à mieux comprendre les gens.»

Commentaires des participants à l’expérience de Milgram

milgram_03« Au début des années 1960, Stanley Milgram, chercheur à Yale, demande à des individus sélectionnés par petite annonce d’infliger des chocs électriques d’intensité croissante à d’autres individus (qui, eux, sont en réalité des acteurs, et ne reçoivent en fait pas de chocs) s’ils échouent à retenir des mots. Le tout sous la supervision d’un scientifique, et en leur faisant croire qu’ils participent à une étude sur l’influence de la punition sur l’apprentissage. »

« Dans la variante la plus connue de l’expérience, 65% des individus allèrent jusqu’à la tension maximale, et potentiellement mortelle, de 450 V. »

« Obéir aveuglément à l’idée du progrès scientifique plutôt qu’à l’autorité du chef, cela reste obéir aveuglément. »

Source : Slate – A-t-on mal interprété «l’expérience de Milgram», une des plus célèbres de l’histoire de la psychologie ?

Pour entrer dans les questions du rapport à l’autorité en lien avec les pratiques scientifiques, je vous propose pour commencer une petite séance lectures et vidéo, avec notamment un extrait du film « I comme Icare » reprenant la très célèbre expérience de Milgram sur la soumission à l’autorité.

Extraits :

« Ce qui nous intéresse, c’est la capacité de résistance de Monsieur Despaul, sa soumission à l’autorité. l’autorité pour Monsieur Despaul, c’est le cadre de cette université, le professeur Flavius, moi-même, et nos blouses blanches qui sont les symboles de cette autorité. Nous venons de lui imposer un code de punition pour une victime qui ne lui a rien fait. Jusqu’où va-t-il obéir à cet ordre imbécile et révoltant que nous venons de lui donner ? Tout le problème est là. »

« Voyez-vous il est évident qu’à partir d’un certain moment Monsieur Despaul va devoir affronter un problème. D’un côté sa soumission à l’autorité : exécuter la mission qui lui a été confiée. De l’autre sa répugnance à faire souffrir sa victime. Despaul va être secoué par un conflit intérieur presque insoutenable. Pour se tirer de cette situation il devra rompre avec l’autorité et désobéir. C’est l’instant de cette rupture que nous étudions. »

« Dès que la cohérence au niveau hiérarchique disparaît, dès qu’il y a désaccord au niveau de l’autorité, le sujet en profite pour arrêter d’obéir. »

« Trois après chaque expérience, nous reconvoquons les candidats pour leur dire la vérité et lui demander de justifier son comportement. »

« J’obéis à une autorité lorsque je respecte cette autorité et que je l’accepte, c’est tout. »

Images d’archives visiblement à l’origine de certaines scènes du film « I comme Icare« .

Extrait : « (…) la manière dont on va percevoir l’autorité, dont on va la légitimer est aussi importante. Il y a une part aussi en nous, qui vient de notre contexte familial, de notre contexte social, qui va définir des perceptions. » 

Source de cette vidéo : http://www.bxllaique.be/index.php