Chère Caroline – 13 janvier 2018

Strasbourg, le 13 janvier 2018

Chère Caroline,

J’ai beaucoup repensé depuis hier à notre échange téléphonique. Quelle joie que ton projet soit accepté !

Nous nous demandions dans quel processus nous nous engagions en décidant de publier nos thèses, dans quel parcours et dans quelles modifications, quelles négociations, quels choix, quelles intégrations de nouvelles normes propres à l’éditeur. Toi quelques mois plus tard, mois 5 ans et demi après la soutenance (une belle ellipse temporelle !). J’ai eu hier soir également la confirmation que l’un de mes deux projets était « dans les tuyaux ».

Toi comme moi attachons de la valeur au processus, aux pratiques d’écritures, je le formulerai à ma façon en disant « aux pratiques de communication dans les pratiques de recherche ». Nous attachons de la valeur à ces espaces réflexifs que peuvent devenir les carnets Hypotheses et plus généralement les blogs de chercheur.e.s, quand il dépasse la fonction de communication, la logique de personnal branding ou du publish or perish.

Je me suis dis que jouer d’une correspondance pourrait être un jeu réflexif en résonance avec ta démarche, ton travail, avec nos premiers élans dans ce sens dans la Villa réflexive. Un échange en écho avec la plume de toutes ces femmes que tu as lues pendant ta thèse et avec l’élan de Virignia Woolf (je n’oserai pas comparer nos plumes à la sienne ! Mais le geste, quelque part, d’une certaine manière) dans Ce que je suis en réalité demeure inconnu. Une discussion numérique et partagée pour réfléchir aux enjeux de la publication de thèse et à la légitimation d’un intérêt pour les pratiques, les vécus, les écritures de doctorant.e.s.

Quand j’écrivais mon manuscrit de thèse, j’avais bien en tête aussi qu’il « faut » publier la thèse, pour la « carrière », pour les recrutements. Il y a cette idée qu’il ne faudrait rien dévoiler avant, que l’éditeur ne l’accepterait pas sinon. Mais cette thèse, je l’ai d’abord écrite pour la partager, ce travail de recherche je l’ai conduit pour contribuer à une connaissance collective, pas pour « capitaliser dessus ». Je suis engagée depuis l’ouverture de ce carnet dans cette idée d’une science ouverte comme étant un bien commun. Ma thèse a donc été immédiatement déposée sur Hal-Tel – archives ouvertes. Et je vais donc essayer de poursuivre dans cette dynamique pour la publication, de pousser la logique et la cohérence le plus loin possible.

Et puis je me suis confrontée lors de l’écriture du manuscrit à cette difficulté de linéariser la pensée. J’avais envie de faire des boucles, des liens, des hypertextes. De renvoyer vers des données en ligne, des articles disponibles en open access pour que le lecteur puisse suivre le fil que j’étais en train de tisser. Et pour qu’il navigue selon le chemin, l’itinéraire qu’il souhaite, pas nécessairement dans un ordre chronologique. J’ai tourné autour de mon objet pendant les années de thèse, j’avais envie d’emmener le lecteur dans cette exploration en trois dimensions. L’écriture papier, avec ses normes et ses contraintes me contraignait parfois trop dans ce que j’avais envie de dire. Donc là aussi, nouvel enjeu, aller vers l’écriture d’une thèse « numériquer« . Y arriverais-je ? L’écriture sur ce carnet m’inspire beaucoup en ce qu’elle m’a ouvert de nouvelles manières de penser et d’écrire depuis 2010. Je repense ici à ce qu’en dit Marie-Anne Paveau : « En effet, Internet, et le Web en particulier, ne constituent pas de simples supports pour une production scripturale qui s’y transporterait, mais bien des environnements qui configurent structurellement les écritures de manière spécifique. Après l’exposé du cadrage épistémologique et théorique de l’étude, on distingue trois catégories de scripturalité numérique (numérisée, numérique et numériquée) ».

Tu me diras si cette forme te convient, j’ai hâte dans tous les cas de ces réflexions à venir,

A bientôt !

Mélodie

 

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  2. Caroline De Man dit :

    Chère Mélodie,

    merci pour ta lettre.
    je trouve ta réflexion sur la dynamique de l’écriture et l’échange des connaissances très intéressante.
    je me suis sentie très concernée par ton message
    bonne continuation,
    bien à toi,
    Caroline

  3. Labonne Marie-Pierre dit :

    un petit mot pour vous faire sourire… je dois publier ma thèse , n’est ce point original ???

    Merci pour vos billets

    Marie-Pierre

  1. 22 janvier 2018

    […] semblerait que la question de la publication de la thèse soit dans l’air du temps. Le début de correspondance entre Mélodie et Caroline a rencontré mes questionnements actuels. Alors, puisque Mélodie me l’a proposé, je viens […]