Autoethnographie de la thèse

Autoethnographie de la thèse

Une des formes que je travaille actuellement. J’aime dire maintenant que je rêves des formes. Je rêve d’autoethnographie – avec cet autre rêveur et activateur en quête de formes, Marc Jahjah, qui m’accompagne et que je remercie pour les pistes qu’ils ouvrent avec enthousiasme et générosité.

Concrètement, l’idée de l’autoethnographie, telle que je la perçois et qu’elle résonne, n’est pas de faire une autobiographie intellectuelle, ou de venir raconter sa vie dans un ego-trip, c’est très loin de cette démarche.

L’autoethnographie – et c’est finalement ce que nous faisons aussi avec les témoignages, quand nous essayons de monter en agencement collectif à partir des vécus individuels-, c’est une manière d’accéder à la trame systémique, à partir du très situé.

Ce qui m’intéresse, c’est croiser la démarche menée auprès des doctorant.es en biologie expérimentale (du vécu individuel au systémique) avec un autoethographie permettant de suivre le même mouvement à partir de mon vécu situé de la thèse, comme expérience de la recherche à un endroit et à un moment donnée.

Qu’est-ce que ça veut dire faire de la biologie il y a 10 ans ? Qu’est-ce que mon expérience de thèse en sciences de l’information et de la communication dit lui aussi de ce que signifie faire de la recherche il y a 10 ans ? Quels échos ? Quels enchevêtrements ?

Mon travail auprès des doctorant.es en biologie expérimentale, loin de ne raconter que des singularités, met par exemple en avant ce que fait concrètement ce fameux publish or perish, sur les corps des doctorant.es. « Il faut avancer » : voilà par exemple une des expressions qu’iels emploient de manière récurrente dans les entretiens. Iels témoignent aussi de la centralité de la publication dans l’agencement de leurs activitéss quotidiennes. Nous pouvons ainsi faire des allers-retours de corrélation entre les politiques et l’économie de la recherche – et en particulier le développement de l’économie marchande de la connaissance via la stratégie de Lisbonne (entre entre 2000 et 2010) -, et le vécu situé et concret des doctorant.es dans leurs laboratoires. Nous pouvons ainsi mettre en regard trame systémique et vécu localisé, individu situé. Nous ne sommes pas uniquement dans de l’anecdotique, loin de là.

C’est un geste similaire que tente l’autoethnographique, partant de l’idée que la manière dont nous nous situons individuellement dans notre vécu de la pratique de recherche, à un moment donnée, à un endroit donné, est conditionné par l’agencement institutionnel, matériel, intellectuel, économique, affectif, dans lesquels nous sommes pris (plié.es) à l’endroit où nous mènent nos enquêtes. Cela m’intéresse beaucoup, l’autoethnographie est une forme que je vais à mon avis explorer un moment.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search