Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Le 15 février 2010 – Axelle est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse.

Le protocole d’entretien utilisé est une adaptation de celui construit par Joëlle Le Marec dans le cadre du projet AFSSET.

Référence : Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010

Je demande à l’étudiant.e en thèse de noter, dans un agenda ou sur le support de son choix, pendant une semaine, l’ensemble des situations de communication dans lesquelles il est impliqué, quelque en soit le médium (discussion formelle, informelle, courriers électroniques, téléphone, etc.). Le choix des communications que le doctorant ou la doctorante choisit de noter est en lui-même significatif de ce que celui-ci considère comme étant représentatif de son travail de recherche. Lors de l’entretien, le ou la doctorant.e commente son relevé de communication.

Capture d’écran 2013-07-21 à 19.20.48Exemple de prise de note dans un agenda de l’une des doctorantes rencontrées en entretien.

La transcription est faite au plus proche du langage parlé de l’entretien. Les phrases n’ont pas été réécrite ce qui rend parfois la lecture et la compréhension plus ardue.

AXELLE – C’est les échanges de mails, les contacts dans le cadre professionnel avec des gens, et tous ce qui à rapport avec le travail et échanges scientifiques ?

MF – Tout ce que tu veux me raconter en fait…
–  D’accord. Alors, je vais commencer par lire ce que j’ai, ce que j’ai noté…

 … si tu veux, on reprend un par un et tu…
– Ouais je t’explique..

Tu commentes, voilà. Ouais, tu m’expliques comme ça, super.
– Alors lundi, j’ai travaillé avec RA et MN, donc c’est mes deux directrices de thèse, sur la rédaction de la discussion d’un article, dont je suis premier auteure, que, on voudrait soumettre bientôt. Donc.. ça a été… voilà de la rédaction conjointe, à trois devant un ordi, en discutant de, voilà, de tournures de phrases…

Vous êtes à quel stade là du coup de cet article ?
– Ben discussion c’est un peu la dernière étape, donc du coup on la met en forme, pour, en vue de l’envoyer d’ici à, une à deux semaines, voilà.

Donc toute la partie, intro, tout ça… ?
– Voilà, tout ça, tout ça c’est rédigé, c’est écrit, ça fait un bout de temps qu’on a mis les résultats en forme, que j’ai fait les figures, tout ça, et maintenant c’est la discussion, à tête reposée, avec les résultats bien en tête qu’on, qu’on rédige. Voilà, et c’est vrai que dans l’équipe c’est quelque chose que, autant on nous demande d’écrire, enfin de faire des figures, d’écrire les résultats, de tout mettre en forme, matériel et méthode, intro, autant la discussion, c’est quelque chose que on fait plutôt ensemble, voilà. Et il y a un sacré remaniement aussi des résultats qu’on a pu écrire ou des matériels et méthodes, on nous laisse faire un premier jet et puis après… c’est copieusement rougi et corrigé, voilà.

D’accord, et les résultats c’est, que tes manips, ou alors t’as travaillé… ?
– Non, c’est que mes manips. C’est un travail qui s’est déroulé en fait depuis que je suis en master 2, un travail qui s’est commencé à ce moment-là et qui s’est poursuivi pendant ma thèse, qui est pas vraiment ma thématique de thèse, mais bon c’était une question intéressante qu’on s’est posée et du coup ça s’est continué sur cette première année de thèse et là ça donne matière à faire un article, donc voilà.

Ok, donc là c’est vraiment la finalisation ?
– Ouais finalisation, d’article. On l’a pas encore soumis à quelque revue que ce soit, donc ça va être le premier, premier envoi quoi, donc voilà.

Et alors ça se passe comment quand vous travaillez, vous vous mettez toutes les trois devant l’ordi, vous… dans un bureau ?
– Ouais c’est ça, donc on se met dans un bureau, le bureau de ma chef, RA et MN sont dans le même  bureau, on se met derrière un ordinateur, et puis, soit à partir d’une nouvelle version, soit comme ça de but en blanc, généralement c’est RA qui écrit, nous on fait des suggestions, mais généralement, il y en a un qui, qui se lance pour écrire quelque chose et puis après on remanie le matériau. Voilà. Et puis après généralement, moi j’apporte ma biblio pour… pour qu’on regarde dans les papiers en même temps. Mes versions papier. Donc voilà.

Et ça, ça a pris… ?
– Ça a pris… un peu plus de trois heures. Sachant qu’avant on a aussi, on a un tout petit peu remachiner les tournures de phrases dans les résultats qui posaient problèmes la dernière fois. Tourner autrement pour éviter certaines questions peut-être un peu gênantes. Donc oui, sur trois, deux-trois bonnes heures non-stop. Voilà.

D’accord. Et des fois, enfin quand vous travaillez sur l’article, c’est de visu à chaque fois ?
– C’est-à-dire ?

Vous vous voyez ?
– Non. Alors en fait, les premières fois, quand j’ai du faire ma première version, je l’ai fait dans mon coin. Ensuite… ensuite, il y a quelque chose qui ne me plaît pas trop mais qui se fait beaucoup dans l’équipe, c’est à dire que comme moi j’ai du boulot, RA et MN vont sur mon disque où j’ai stocké mon article, ma version, tout ça, et voilà, elles me disent que dans la semaine elles vont regarder et elles le manipulent, elles font une autre version quoi, qu’elles appellent la version 2. Et elles l’ont refaite à leur sauce, elles ont souvent effacé des paragraphes entiers à moi, pour dire la même chose mais à leur façon, et voilà, donc elles remanient elles-mêmes, d’une façon qui est certes plus publiables, mais qui n’est plus la mienne. Donc c’est vrai que du point de vue interaction, ça prend moins de temps pour elles que de m’attendre quand j’ai pas de boulot et j’en ai plein, donc voilà, mais c’est peut-être moins constructif pour moi. C’est-à-dire que je vois pas tout le processus qui consiste à écrire à leur façon, qui est plus publiable, donc il faut que je compare ma version à moi et la version à elle et que je me dise « bon, effectivement c’est plus efficace », mais… mais en même temps j’étais pas là pour la correction, donc… voilà.

D’accord. C’est quand tu manipes en fait… ?
– Bah, c’est-à-dire que je suis un peu tout le temps aux manips, là au stade où j’en suis, j’ai des manips, si je veux juste faire de la manip bête et méchante pour avoir des résultats, avec toutes les données qu’on va stocker, c’est des cerveaux, donc entre tout ce qui est la découpe, les immuno, c’est pas moi qui les fais les immunos, après les comptages, tout ça, faire des comptages dans le cerveau, réaliser des maquettes, monter des trucs, ensuite traiter les données informatiquement, ça, j’en ai pour au moins quatre mois. J’ai plusieurs manips en parallèle, donc c’est sûr que, si je veux, mais j’essaye de l’éviter au possible, je peux faire juste ma, ma chair à paillasse pendant quatre-cinq mois, et voilà. Donc c’est sûr que… comme elles, elles ont tout intérêt à ce que j’avance dans mon boulot, et qu’en parallèle il faut qu’il y a un article qui faut qu’il soit écrit, c’est rentable [hésite à prononcer le mot] cette façon de faire : elles écrivent de leur côté et moi je continue de mon côté. Voilà. [sourire puis rires].

D’accord. Et toi, elles travaillent elles à deux, toujours comme ça ?
– Souvent ouais, souvent. Parce que, RA c’est… elle est… elle est maître de conférence, donc elle est à moitié en cours, à moitié, elle est au labo aussi. MN elle est chercheur CNRS récemment recrutée, ça fait deux ans, et donc elle, elle a plus de temps au labo et elles ont pris l’habitude de vraiment travailler l’une avec l’autre, surtout que là elles sont toutes les deux mes directrices de thèse, et… c’est souvent MN d’ailleurs qui pousse un peu RA à avancer un peu plus parce que elle a , elle a les dents longues et que, elle a besoin de publier, voilà, donc… donc c’est elle qui pousse un peu à la publication et à tout ça. Voilà. Donc du coup elles travaillent beaucoup à deux, ne serait-ce que pour la rédaction du projet d’équipe pour l’AERES par exemple, elles ont beaucoup travaillé en commun, avec aussi un chercheur de l’équipe qui travaille plus chez l’homme, nous on travaille chez la souris, lui il travaille chez l’homme… elles ont surtout rédigé le projet à deux, ensuite elles l’ont regardé avec OM, troisième chercheur. Et, enfin elles ont fait des répétitions ensemble à l’oral pour l’AERES où elles étaient là, ma chef, RA, qui présentaient. Mais donc ça, c’était pas cette semaine, c’était la semaine d’avant. Mais bon, oui c’est un travail conjoint, c’est pas juste la chef d’équipe dans son coin.

D’accord. Et t’interagis sinon toi avec les deux ?
– Alors, non. Parce que en fait, je l’ai compris que récemment, mais ma thématique de thèse intéresse surtout ma codirectrice, c’est à dire MN, la jeune chercheuse CNRS, tandis que ma chef de thèse RA, elle est plus intéressée dans Tel Sujet de, je travaille sur Tel Autre Sujet, et elle est plus intéressée par, tout ce qui est Tel Sujet, et donc du coup cet article que l’on publie, que je rédige avec elles là, ça concerne plus Tel Sujet, mais… elle est pas, DA n’est pas extrêmement intéressée par ma thématique de thèse, du coup, c’est vrai que j’ai tendance à plus communiquer avec MN, c’est à dire que quand je vais spontanément présenter mes résultats à RA, elle est pas spontanément super intéressée, youpla c’est la fête, donc bon…

Et tu dis que tu l’as compris récemment, il y a un truc qui… ?
– Bah, parce que j’en ai parlé avec MN et je lui ai dis « Ecoute, pfff, j’ai l’impression, aux trois dernières réunions qu’on a faites, que RA n’est pas passionnée par, par les résultats que je lui montre », et elle m’a dit que c’était sans doute parce que elle s’était d’avance non investie dans ce sujet-là parce qu’elle pensait que c’était l’affaire de MN, plus son domaine, et du coup, elle se sentait moins concernée. Donc ça vient pas nécessairement que de mes impressions, ça vient aussi… de MN qui me l’a dit [sourire] donc voilà.

D’accord, donc ça s’est confirmé…
– Oui, oui, oui. Non, mais je pense que c’est normal, un chef d’équipe ne peut pas chapeauter tout le monde. Mais bon, voilà quoi. Donc au niveau communication, dans ma thèse, c’est vrai que c’est pas idéal. Communication que ce soit sur mon travail, enfin oui sur mon travail, sur mes résultats c’est pas…, c’est pas non plus l’horreur hein, si je veux aller leur parler je peux leur parler, mais l’intérêt que ce soit au niveau de, par exemple me fournir des articles biblio, ou être disposée à écouter ce que moi j’ai à dire sur des articles de biblio, c’est vraiment pas le top ça. C’est-à-dire que… j’ai pas l’impression que si je viens sans résultat dans le bureau, ça va pas être, enfin, j’ai l’impression que je vais déranger un peu quoi. Bon, j’ai, ce que j’ai matérialisé dernièrement, conceptualisé, c’est que je n’ai pas l’impression de parler science pendant ma thèse, en dehors de présenter des résultats et dire « Ah ça varie dans ce sens-là, ça varie dans ce sens, on pourrait écrire ça dans tel papier », sinon pas de discussion globale sur le fond, sur ma thématique. Ce qui est un  peu frustrant somme toute quand on est, voilà, en deuxième année de thèse, on a envie de, savoir où on met les pieds quoi.

T’as pas d’autres occasions ?
– Bah, je peux discuter justement avec OM qui travail sur Tel Autre Sujet chez l’homme. Qui est quelqu’un de très intéressant, et qui lui justement est beaucoup plus… prêt, prêt à écouter, ou prêt à interagir, à discuter, sans forcément, puisqu’on travaille pas du tout dans le même modèle, lui chez l’homme, moi chez l’animal, je veux dire, il en a rien à faire de mes résultats, enfin, il en a rien à faire, non c’est intéressant, parce qu’on peut interagir, voir les similarités. Mais, oui, il est intéressant dans le sens où c’est lui [insiste sur « lui »] le premier à m’avoir fournit des bouquins, des publis, sur les thèmes qui l’intéressaient. Voilà. Donc j’ai quand même quelqu’un si je veux à aller voir. Mais c’est assez délicat, parce que si je passe trop de temps dans son bureau… mes directrices de thèse vont se demander ce que je fous là-bas, alors c’est vrai que bon… a priori j’ai pas tant de raisons que ça d’interagir avec lui. Voilà.

D’accord. Et il y a d’autres thésards, dans ton équipe ?
– Alors, oui, il y a beaucoup d’autres thésards, c’est-à-dire qu’on est actuellement… 5 thésards, pour… deux statutaires, réels, c’est-à-dire qu’il y en a un autre qui est, enfin… non j’oublie toujours la partie humaine, on est 6 thésards, dont 5 sont encadrés par deux personnes. C’est-à-dire que… ouais, donc il y en a, oui il manque BS, donc très récemment, plus que quatre, parce que BS a soutenu il y a deux semaines. Mais donc il y a deux semaines, RA encadrait 1, 2, 3, 4 thésards. Voilà. Avec ou pas l’aide d’autres personnes.

D’accord, extérieures ?
– Internes à l’équipe. Pour 4 internes à l’équipe, pour une externe à l’équipe, voilà. Donc c’est vrai que ça fait beaucoup, beaucoup de gens. Donc en terme d’encadrement… en fait ce qui se passe c’est que tout est un peu à la bourre, donc… elle est obligée de mettre un gros gros coup de bourre pour ce qui est de rédiger les thèses, encadrer tout ça, qui prend bien deux-trois mois et là, on peut vraiment pas reculer, on peut vraiment pas repousser, et du coup pendant tout ce temps-là où elle s’occupe de la thèse de quelqu’un, ça met complètement en stand by tout ce qui est les articles des autres et tout ça. Et du coup c’est un retard qui s’accumule, ce qui fait qu’on a toujours l’impression, c’est toujours le thésard qui est le plus avancé… enfin qui a le droit aux in…, oui au temps qui est accordé, ce qui est un peu normal finalement, mais, du coup par rapport à des gens qui, dans le laboratoire, encadrent chacun juste un thésard, c’est vrai qu’on voit la différence. En terme de qualité d’encadrement, de temps, de discussion, voilà. Et puis aussi, des thésards qui ont un peu plus l’impression de savoir où ils vont, où ils mettent les pied, plutôt que… que se, se diriger en espérant d’apercevoir la lumière au bout du tunnel [sourire]. Mais… que disais-je… voilà.

Tu disais qu’il y a une partie humaine, il y a la partie souris…
– Alors on dit la partie humaine parce qu’en fait, notre équipe, c’est… c’est donc, elle est arrivé depuis peu, ça fait depuis deux ans seulement que, on était une équipe qui travaillait sur Tel Autre Sujet chez la souris, et on s’est adjoint, on a été rejoint par deux autres personnes, deux autres chercheurs qui eux travaillent sur Tel Autre Sujet chez l’Homme. Et en fait ça s’est fait à l’occasion d’un papier écrit en commun, sur une question scientifique commune (…). Voilà donc ils ont sorti un papier (…). Donc ça ça a forgé un peu le rassemblement, maintenant il est officialisé, et donc l’équipe à la fois souris et humaine, est arrivé à l’AERES, présentée telle qu’elle comme une seule équipe.

D’accord, dans les mêmes locaux alors maintenant, tout le monde ?
– En fait, on est, on était dans les mêmes locaux avant, parce que c’est une UMR qui comprend pas mal d’équipes. Mais du coup, oui, maintenant on est même juste dans un même bout de couloir, donc géographiquement au même endroit.

Ok. Et vous avez beaucoup d’interactions ?
– Ben justement moi j’essaye de développer ça, parce que… en théorie on fait les, on fait des réunions d’équipe où on est tous présents, on fait des choses qui sont quand même globalement assez différentes, il y a des points, justement, mon sujet de stage, c’est le sujet sur lequel on se rejoint, donc Tel Autre Sujet, mais concrètement, c’est vrai qu’on a des thématiques assez différentes, et hormis les réunions d’équipe, pour l’instant, après c’est une soudure encore jeune, on a pas des masses d’interactions. Donc moi j’essaye justement d’aller plus interagir au cas par cas avec OM qui travaille chez l’homme, mais hormis ça, c’est vrai que pas, pas énormément.

D’accord. Des réunions d’équipe, tu en as eu une dans la semaine ou… ?
– Alors il y en a eu deux, c’est exceptionnel, d’habitude le rythme c’est plus, une fois par mois. Mais là c’était justement sur Tel Autre Sujet, il y a eu un peu de nouveauté, donc… donc on en a eu deux cette semaine. Une formelle et une plus informelle. Voilà.

Et ça change quoi entre… ?
– Alors réunion d’équipe formelle… c’est… on était tous réunis, y compris les stagiaires, parce qu’il faut dire aussi qu’en ce moment hormis les thésards, on a 4 stagiaires, donc on a doublé la taille de l’équipe en terme de gens qui manipent. Donc là, on était, pour donner une idée de la taille de l’équipe, j’aurais du commencer par ça… donc… 1, 2, 3, 4, 5, je vois 5 statutaires, 5 thésards et  4 stagiaires, 9, 9 étudiants. Plus AJ qui est technicienne-ingénieure, qui fait, elle est pas ingénieure, elle est technicienne, qui fait les manips d’immunohistochimie. Et voilà. Donc du coup on se réunit dans une salle qui est la bibliothèque du laboratoire, où il y a toutes les revues qui sont stockées, et ça commence par une sorte de bilan financier, bilan des… des, bon pas des congrès en ce moment parce qu’on a pas de sous donc de toute façon on peut pas y aller, mais des… des appels d’offres, appels à projet, (…) s’ils soumettent une offre, peut-être qu’ils vont avoir des sous pour, mener à bien un projet, enfin ils font un peu… ils regardent un petit peu ce qu’il serait intéressant de faire pour avoir de l’argent. Voilà, ça c’est le début, c’est plutôt entre les statutaires, nous, on a pas trop grand chose à dire, vu que c’est pas nous qui rédigeons les projet, et ensuite généralement, on passe à une partie scientifique, si il y a pas d’autres, d’autres sujets qui sont évoqués. Une partie scientifique, c’est un intervenant qui choisit, choisit ou pas trop, de présenter ses, ses résultats. Et du coup on en discute entre nous.

D’accord. C’est un tour de rôle imposé ou comment …?
– Alors, ça dépend, c’est-à-dire que souvent, comme c’est RA qui choisit la date, donc la chef d’équipe qui choisit la date de la réunion, qui l’annonce à tout le monde dans un mail pour savoir si tout le monde peut venir, généralement, elle vient te voir, dans nos bureaux, elle dit « bon il me faut un intervenant pour le tant, par exemple Axelle est-ce que t’as des résultats à présenter parce que bon, voilà c’est plus ou moins à toi de présenter, ça fait longtemps que t’as pas présenté », et donc du coup bon, on fonctionne comme ça. Là, en l’occurrence, elle a demandé à OM de présenter ses résultats, et, comme moi ça fait très très longtemps que j’ai pas présenté mes résultats et que j’avais envie de le faire, je suis allé voir OM pour lui dire « ben écoute, on bosse plus ou moins sur la même thématique, est-ce que ça te dis que je présente quelque chose après toi, 10 minutes, histoire qu’on alterne un peu, et qu’on, qu’on montre qu’on est en synergie », et du coup, ben, on est allé le dire à RA, et ça a fonctionné comme ça. Voilà.

D’accord. Et les informelles, du coup ?
– Informelles, c’est tout con, on a, on avait réservé la salle pour une heure et demi, moi j’ai fini, j’avais vingt minutes de présentation à faire, j’ai dû contracter en 10 min, parce qu’il y avait d’autres gens qui arrivaient après, ce qui fait que RA a envoyé un mail après pour dire, «et pour ceux que ça intéresse, on va continuer une petite discussion sur le sujet de la dernière fois », bon, c’était trois jours après le vendredi, deux jours après, dans mon bureau, là-dessus. Après, donc ça c’était avec ceux qui choisissaient de venir, voilà, donc on était une petite demi-douzaine. Mais pour ce qui est plus informelle, c’est quand on va nous-mêmes dans le bureau de la chef, pour discuter de tel ou tel problème, soit de protocole, de question existentielle qu’on se pose sur nos thèses, ou ça, ça peut même être les pauses clopes où parle science, c’est vraiment des interactions libres, on est assez libres d’interagir hein. Donc, ça il n’y a pas de problème. C’est juste l’intérêt chez les gens que tu suscites, est pas forcément à la hauteur de ce que t’attendait, mais sinon on est capable d’aller poser à peu près n’importe quelle question, il y a pas de problème.

T’as l’impression que c’est un peu trop… c’est pas assez naturel ?
– Il faut, mais de toute façon on me l’a beaucoup dit que je suis arrivée, les étudiants en thèse me l’ont beaucoup dit et je me rends compte que c’est très vrai, si on va de nous-mêmes solliciter de l’attention, c’est con, on a l’impression vraiment de fonctionner à l’affectif, tu vois, c’est, si tu ne te manifestes pas, si tu ne montres pas que tu es là, si tu ne vas pas rappeler tous les jours « Oh, oh, je suis là, je fais mes manips ! », spontanément la chef, à part une fois tous les deux mois, elle viendra pas te voir, elle pass…, d’un côté ça confère une grande liberté, indépendance dans tes manips tout ça, mais d’un autre côté, ça nous laisse des fois nous enfoncer, soit dans l’indifférence générale, soit dans le, bah dans l’erreur, parce qu’on a pas assez parlé, qu’on savait pas, du coup, c’est mitigé comme… comme effet. Mais c’est vrai que, moi ça m’est arrivé de croiser ma chef pendant un mois dans les couloirs et que jamais elle me demande où j’en étais dans mes manips, voilà. [rires].

Et ce labo-là, tu y étais allé… ?
– Ce labo j’y étais allé de moi-même parce que j’avais eu deux, deux des membres de l’équipe en cours, donc GF et RA, parce que la thématique m’intéressait, j’y suis allé en Master 2, donc pendant un stage de 4 mois, que j’ai plus ou moins prolongé pendant 5 mois pendant les vacances. Où là dès le début aussi, j’ai du plus ou moins me débrouiller toute seule, mais c’est vrai que c’était une thématique qui me plaisait et qui me plaît toujours d’ailleurs, et du coup j’ai décidé de continuer en thèse, et puis bon, comme j’avais une bourse qui nécessitait pas un concours, il y a pas eu de problème à me garder. Et… donc oui, j’avais déjà eu un aperçu du fonctionnement et qu’il faut beaucoup beaucoup de motivation, il faut pas décrocher, et il faut toi-même te mettre la pression, parce que c’est pas quelqu’un d’autre qui va te la mettre. Voilà.

(…)

On va reprendre le déroulé…
– Le fil. Alors du coup, bon alors j’ai fait un tiret. Lundi, il y a eu dans l’après-midi la rédaction de la discussion. Le matin, j’ai fait des petites manips, petites mises à jour de mails, petites découpes de cerveaux, enfin du travail de paillasse, sans spécialement de contact. Ensuite, j’ai eu au niveau des mails… après c’est, j’ai relu ton mail et c’était pas des mails vraiment actifs, j’avais, j’avais demandé, non, j’ai reçu des mails avec des appels d’offre de bourses de mobilité, donc ça c’est des mails qui viennent de l’administration de Telle Université, j’ai reçu, donc là, c’était plus actif, c’était une réponse à quelque chose que j’avais demandé, un mail d’un collègue de ma mère, ma mère est prof de physique-chimie, et je lui avais posé des questions, de chimie orga, en rapport avec mon travail, et elle a contacté un collègue à elle, qui m’a envoyé le lien vers un logiciel qui pouvait éventuellement me servir, donc voilà. Donc j’ai eu un mail de ce monsieur là. Et j’ai eu aussi un mail, de ce collègue, j’ai eu un mail auquel j’ai pas répondu, qui était une proposition de symposium, et qui était plutôt adressé à des titulaires, parce que nous on est pas encore assez mâtures pour faire des symposium, c’était un mail de quelqu’un du labo. Qui est pas dans l’équipe, mais qui est dans le laboratoire. Voilà pour les mails que j’ai reçu lundi.

Donc ce genre de mails là, tu les lis ?
– Je les lis, pour me tenir un peu au courant d’éventuels congrès qui pourraient avoir lieu sur une thématique qui m’intéresse, mais ils ne me sont pas adressés parce que c’est pas moi qui vais allé monter un symposium, mais je les lis pour me tenir au courant. Et les appels d’offre, bourses de mobilité, il pas spécialement question que je bouge pendant ma thèse, donc… j’ai regardé vite fait, mais c’est pas, c’est pas très conséquent.

Et quand tu bosses le matin comme ça à la paillasse, ou dans la journée, tu bosses, tu es toute seule, ou tu es avec, avec d’autres personnes ?
– Il m’arrive de croiser des gens, mais ce que je fais nécessite que je sois toute seule, sinon… quand je compte Telles Cellules, ben je peux pas trop discuter avec quelqu’un d’autre. Pareil quand je suis devant le cryostat, il y a des gens qui passent pour dire « coucou », mais c’est pas, pas plus que ça quoi. C’est vraiment des manips dans son coin, sans vraiment d’interaction.

Que tu fais de A à Z en fait, tu fais de la première étape à la dernière, ou il y a des choses que tu… ?
– Alors la seule chose que je ne fais pas au laboratoire, c’est les immunohistochimies. C’est-à-dire que je fais toute la partie sur le comportement, tout ce qui est traitement de données sur le comportement, tout ce qui est euthanasie, alors les euthanasies ont, ont le fait à plusieurs parce qu’il faut perfuser l’animal, il faut être au moins deux. Donc ça c’est quelque chose en commun, d’ailleurs je vais pas euthanasier, j’euthanasie pas que mes animaux, parfois j’aide des gens qui en ont besoin. Ensuite, tout ce qui est découpe de cerveaux, ou de muqueuse… c’est, c’est moi qui le fait, c’est moi qui le fait, et ensuite je demande à AJ, la technicienne, si elle a le temps de me faire, ou quand est-ce qu’elle peut me faire des immunos, donc je lui mets les boîtes avec les lames que je voudrais qu’elle passe au frigo, et elle, elle les fait et quand elle les a fini, elle me les rend. L’immuno, c’est la seule chose à laquelle je participe absolument pas, et après tout ce qui est comptage de cellules, tout ce qui est traitement de données cellulaires, c’est moi qui fait aussi.

D’accord. Donc AJ, elle est chargée des immunos principalement ?
– Voilà, elle fait que ça. Que ça. Mais c’est vrai qu’elle a pas mal de boulot, ça lui suffit, parce qu’on est au moins quatre, on a doublé la taille de l’équipe en terme de manips avec les stagiaires, donc, donc ouais.

Et les stagiaires d’ailleurs ils interagissent avec toi, ou ils sont sur … ?
– Ils sont sur leurs thématiques. Donc des fois, ils viennent me demander des conseils en terme de protocole, de truc à faire, de solution à préparer, mais, en général, ils vont plus demander, ils ont tous plus ou moins été recrutés par MN, donc ils vont lui demander, ou alors, voilà. Mais sinon, non ils sont sur leur thématique, et c’est moi, parce que je suis curieuse sur ce que font les gens, qui aies du leur demander quel est leur projet, parce que ça avait pas été expliqué en réunion d’équipe. On nous a en fait dit au mois de décembre, qu’il y aurait 4 stagiaires qui viendraient au mois de janvier et, voilà. Mais leurs thématiques de recherche étaient pas forcément non plus arrêtées. Là, elle a changé du jour au lendemain pour deux des stagiaires, donc… on sait pas trop ce qu’ils font, on nous communique pas énormément ce qu’ils font, donc peut-être à la fin de leur stage, mais pour l’instant c’est assez obscure. Pour nous c’est important, on fait des réunions entre étudiants pour ce qui est l’occupation de la salle de manips parce qu’on pas se permettre de se monter dessus, mais ouais, j’ai pas énormément de communications avec eux.

D’accord. Donc là non plus au niveau inter…, comm…, enfin discussion sur les sujets y a pas eu trop … ?
– Bah étant donné qu’en fait, c’est pas, c’est mal vu, moi en fait on m’a pas du tout consultée, j’aurais bien aimé prendre un stagiaire, ça me dérangeait vraiment pas, j’aime beaucoup, voilà quelqu’un qui fait des manips qui vont te servir et avec qui tu peux interagir, expliquer ton boulot, c’est très sa…, c’est quelque chose que j’aime bien. Mais en, sur les quatre stagiaires, il n’y a personne qui est venu me dire, « est-ce que tu veux en encadrer un ou une ? ». Donc, dans la mesure où chacun a déjà son encadrant, il y en a deux qui sont encadrés par MN, et deux par BS, qui est, donc le thésard qui a soutenu et qui maintenant est parti en pseudo-post-doc, justement pour encadrer ces deux stagiaires… bah voilà, ils ont chacun leur référent. Donc je vais pas aller les voir pour leur dire « alors, ça se passe bien, t’as un problème avec ça ? », enfin, je le fais, mais quand les autres sont pas, sont pas là, parce que ça peut être considéré comme de l’ingérence. Et oui, grosso modo, j’ai pas trop à me mêler de, de projets de recherche qui ne me regarde pas, enfin c’est comme ça que ça va être ressenti. Si je pose la question on va me répondre, mais spontanément les gens ne vont pas me parler de ce que font leurs stagiaires. Voilà.

Ok. Donc ça c’était le lundi, ou il y avait d’autres choses peut-être ?
– Non, le lundi c’est début de semaine, donc c’est pas très… mardi, c’était pas énorme non plus, j’ai pas mal, pareil, manipé, j’ai compté des cellules pendant huit heures. Et… j’ai eu MN qui est venue me voir devant le microscope pour me dire que, elle avait envoyé l’article, donc ce qu’on avait fini de rédiger plus ou moins la veille, à MA, et IR, donc MA, et IR, c’est des chercheurs qui sont dans le laboratoire, mais extérieurs à notre équipe, qui travaillent plus ou moins dans le domaine sur lequel, que concerne l’article, et à qui on a envoyer donc l’article non finalisé, mais quand même bien dégrossi, pour qu’ils nous donnent leur avis dessus. Avant toute soumission à des vrais journaux. Donc elle m’a demandé si j’étais d’accord pour qu’on envoie à ces deux personnes du laboratoire, j’ai répondu « oui ». Et donc du coup elle a envoyé l’article à reviewer à ces gens, de façon informelle aussi. Et… MN m’a aussi envoyé un mail, à ma requête, avec des données expérimentales à elle, d’un papier publié, pour que, ouais je regarde deux ou trois trucs dessus, et que je réponde à une question que je me posais. Voilà.

Ok. Et donc c’est les seules personnes que t’as vues parce que t’es dans une salle noire avec ton microscope ou… ?
– Non je suis dans une salle qui est un peu isolée, elle est pas noire, elle est sombre, elle donne accès au couloir principal, où là, j’ai accès aux bureaux, à la fois de mon équipe et d’autres gens du laboratoire, mais c’est vrai que je suis au fond d’une salle, derrière le microscope, et qu’on me voit pas de l’entrée de la salle. Donc… il y a des gens qui passent, qui vont, qui viennent, mais on parle pas tellement de science, c’est plus, « bon ça va Axelle, t’en as pas trop marre ? ». Après, c’est sûr, je fais des allers et venues à mon bureau, je regarde mes mails, je discute, je fais, je peux faire des petites pauses clopes avec les uns et les autres, mais c’est vrai que quand j’ai compté huit heures devant le microscope je sais pas trop ce qui s’est passé ailleurs, dans le reste du labo. Voilà.

Et le midi, pour manger, ça se passe comment ?
– Alors, le midi, généralement, je prends un sandwich à la cafétéria qui est en face, cafétaria de l’université, et on mange ensemble dans un petit espace, qu’il y a premier étage du laboratoire, où il y a des tables, des chaises, et on peut manger, ensemble. Généralement, on descend à plusieurs pour manger à ce moment-là.

D’accord. Vous passez vous cherchez comme ça.
– Ouais voilà, mais on se voit dans les couloirs, hein, on est tous, on est dans des bureaux adjacents, les étudiants on est tous dans des bureaux côté à côte donc… Voilà, tu restes pas une heure sans croiser quelqu’un ou qu’il y ait quelqu’un qui vienne te taper sur l’épaule, ou… voilà.

Il y a une bonne ambiance, alors ?
– Alors entre étudiants, ça dépend. On est, il y a des étudiants qui sont, notamment une étudiante qu’on peut pas trop encadrer. Mais bon… c’est un peu la guerre froide, c’est-à-dire qu’on préserve les apparences, on va pas se disputer devant les chefs, mais bon, voilà, c’est un peu la guerre froide. Sinon, je m’entends bien avec un thésard un peu plus âgé du labo. Oui, il y a généralement une bonne ambiance, une bonne ambiance d’entre-aide, même avec les stagiaires qui viennent d’arriver, bon, il y a pas de problème. Après, c’est sur des trucs plus professionnels, vis-à-vis des chefs, par exemple moi, j’ai quelques rancœurs vis-à-vis de mes chefs, c’est vrai que des fois il y a une ou deux remarques qui m’échappent comme ça, c’est pas l’ambiance rêvée, mais… on a globalement une ambiance assez sympathique dans le labo, ça nous est arrivé souvent d’aller boire des verres avec… entre gens de l’équipe. Donc c’est globalement assez cordial.

Et là, avec la thésarde avec qui… c’est la guerre froide, il y a eu un événement particulier qui a déclenché ou… ?
– Ah, c’est tout un ensemble de choses… c’est-à-dire que c’est bon. C’est une thésarde qui fait à la fois médecine, et son travail de thèse. C’est-à-dire que… elle, elle est là beaucoup, beaucoup moins souvent, et en fait ce qui se passe, c’est que… elle fait ses manips, ouais, elle fait un peu technicienne si tu veux, elle fait ses manips, mais toute la partie traitement de données, toute la partie rédaction d’articles ou de posters, c’est sa chef, donc MN qui le fait, ce qui fait que, bah, effectivement, elle a déjà un article, publié dans une revue assez chouette, mais, c’est pas elle qui l’a écrit, et elle est là, un tiers de temps, enfin elle est là, ouais trente pourcent du temps que nous on passe au laboratoire, et c’est vrai que… ça, plus d’autres choses… la façon qu’elle a bon d’être très péremptoire alors que c’est, cette nana elle se vante d’avoir jamais fait de biblio si tu veux, donc c’est des choses qui te heurte un peu quand toi tu passes une semaine à faire de la biblio pour essayer de faire ton boulot correctement, et que bon, elle, elle arrive à faire un article et que les chefs disent [voix plus grave] « fantastique cette fille ! », alors que cette nana n’y connaît vraiment pas grand chose. Donc voilà, c’est un problème de, de oui de jalousie un petit peu par rapport à… ouais, bah tout simplement à l’attention qui est accordée à cette nana, alors qu’on pense juste qu’elle le mérite pas. Voilà. C’est un peu cabinet de psychanalyse là, hein ? [sourire]

Non. Tu me dis que ce que tu veux [rires].
– Du coup, ouais c’est, bon ben… c’est, on en discute surtout entre étudiants, voilà, on va pas la pourrir devant quelqu’un d’autre, mais bon c’est, bon c’est ce qu’on pense quoi, voilà.

Et donc du coup avec les autres étudiants ça se passe bien, quoi, globalement.
– Ouais, ouais, ça se passe bien, ça se passe bien. C’est à dire qu’on va, mais même avec elle, si elle a besoin d’une machine à un moment, je vais pas faire exprès de la prendre pour l’empêcher hein, ça reste raisonnable, mais disons que c’est pas notre amie quoi.

Alors mardi du coup, les cellules ?
– Mardi c’était les cellules ouais, c’était pas très… c’était un peu répétitif, donc comptage automatique de cellules avec juste grosso modo … ces deux interactions là, avec MN. Mercredi. Donc mercredi matinée avec réunion d’équipe. Où là, ce que je te disais j’ai présenté, ça devait être vingt minutes, c’était plus dix minutes, devant tout le monde, ben les choses que j’avais trouvé en faisant de la biblio. Voilà, donc ça a pas mal intéressé les gens, parce qu’après j’ai des stagiaires qui sont venu me voir en me disant, « ah, c’était intéressant ce que t’as montré », donc j’étais assez contente. Ensuite… échange… donc l’après-midi…

Juste pour la réunion d’équipe, du coup, comment ça se passe, parce que, est-ce qu’ils y en a qui interviennent pendant la réunion et vous avez une discussion qui suit ou pas ?
– Alors en fait ce qui se passe, c’est un peu ce que je t’ai dis tout à l’heure, c’est que ça commence par les bilans financiers, bilan des différents congrès et/ou appels d’offre, ensuite on passe aux points scientifiques, c’est-à-dire qu’il y a quelqu’un, ça a commencé par OM, qui expose son truc avec un support powerpoint devant tout le monde, donc là on peut poser des questions pendant l’exposé, c’est libre, voilà, donc lui ça a duré à peu près quarante minutes, ensuite moi j’ai présenté ce que j’avais à dire, donc ça a suscité des discussions dans la salle, des gens qui ont émis des hypothèses, tout ça. Et donc on a discuté entre nous, et les stagiaires aussi peuvent poser des questions, enfin c’est vraiment libre, on est dans une salle, une table en U et on interagit comme ça. Et on a du sortir de la salle finalement assez précipitamment parce que c’était l’heure de la libérer, mais bon, j’ai eu le temps de présenter ce que j’avais à dire.

Et ça t’a été utile du coup la présent… ?
– Ça m’a été utile parce que ça m’a permis d’avoir un retour… sur, de ce que pensaient les gens un petit peu. Enfin voilà, avoir, en fait c’est quelque chose qui se rapporte à ma thématique, mais que j’ai exploré, une question que j’ai explorée… en allant chercher des données dans des vieux papiers. J’ai repris ces données, j’ai un peu décalqué ces données, et essayé de faire un peu une synthèse de mon côté en répondant à une question que je me posais, donc vu sous un angle différent, et ça a fait sortir des choses. Du coup, c’était un peu… et c’était quelque chose qui s’articulait complètement avec ce qu’avait trouvé OM en fait. OM est venu me voir en me disant, « écoute, j’ai trouvé quelque chose d’assez sympa ». Et du coup, bon même si c’est pas sensé être mon rôle, moi je me suis dis « ouahou, c’est vraiment sympa », et je suis allé regarder dans des articles, chercher des données, pour essayer d’aller un peu plus loin dans ce sens-là. Du coup, je voulais présenter ça, voilà. Mes chefs étaient pas au courant d’ailleurs que j’avais fait ça, du coup j’ai, j’ai présenté ça.

Et elles ont dit quoi alors ?
– Bah que c’était intéressant, voilà, que c’était intéressant. Mais… grosso modo, c’est ce que je trouve, c’est que ça a pas suscité l’espèce de brainstorming général que ça aurait suscité si ça avait été le thème bateau de l’équipe, qui les intéressent plus apparemment que le mien. Bon ok, tant que je vais pas présenter de gros résultats sur la table, avec des petits tests, des machins comme ça, ça reste au stade de, d’hypothèses, de pistes exploratoires et ça les intéresse pas spécialement. Voilà. Donc ça, c’était pour la réunion d’équipe. Et après… après j’ai reçu un mail avec mon article commenté par une des chercheuses à qui on l’avait envoyé, MA. Donc qui avait été très rapide puisqu’on lui avait envoyé la veille. Donc j’ai lu ses commentaires, je suis allé la remercier dans son bureau parce qu’elle est pas très loin, c’est quelqu’un avec qui je m’entends très bien, qui est très très gentille. Je l’ai remerciée d’avoir relu l’article, je lui ai dis que ça allait beaucoup m’aider ses commentaires. On a reçu un mail de RA qui nous annonçait la date de la prochaine réunion, formelle, et qui nous disait aussi qu’il y aurait une petit réunion, informelle, le vendredi, pour continuer la discussion. Entre étudiants, on s’est envoyé un mail pour programmr une réunion entre nous pour l’occupation des salles d’une part, et une formation à un logiciel d’exploitation de données, qui est mis au point par un ingénieur du labo, et qui nous sert à peu près à tous dans l’équipe, aux étudiants, pour le traitement de données. Du coup, il proposait une remise à niveau qu’on a faite ce matin. Et donc voilà, c’était un mail de rappel, « voilà, n’oubliez pas que lundi matin on a la réunion. »

C’est l’ingénieur qui fait la formation ?
– Ouais, c’est à dire que c’est lui qui met en place le logiciel à notre demande, enfin, les scripts de traitement de données, c’est lui qui les met en place, et du coup il y a une interface qui nécessite deux-trois explications. Et en fait à l’origine, c’est moi qui lui ai demandé, « est-ce qu’on pourrait pas faire une formation pour un, nous remettre à niveau, deux, que les stagiaires qui viennent d’arriver puissent comprendre quelque chose ? ». Du coup, ben c’est tombé ce lundi, donc on y a tous assisté, tous les étudiants, à cette formation. Et ensuite, bon j’ai reçu un mail pour la journée de sensibilisation à la valorisation de la recherche, mais j’y ai pas répondu. Et sinon, qu’est-ce que j’ai marqué ? J’ai lu des publis, j’ai compté Telles Cellules et j’ai fait de la biblio, voilà.

Ça c’est des choses qui reviennent régulièrement ?
– Les phases biblio, c’est pas spécialement très, en ce moment j’en fais beaucoup parce que justement je me pose deux-trois questions existentielles. Enfin, il y a deux ou trois hypothèses qui nécessitent que j’aille creuser dans de la biblio des années soixante-dix. Du coup, ça prend du temps, et puis ça m’intéresse, donc j’en fais beaucoup. Au détriment peut-être de mon travail manuel. Mais… généralement, j’essaye d’alterner, parce que c’est un peu soulant à la longue de faire juste, compter Telles Cellules et couper Tels Tissus, j’essaye d’alterner les deux. Mais oui, mon travail au labo c’est ça, couper Tels Tissus, compter Telles Cellules, faire du comportement, et traiter des données.

Et tous les aspects te plaisent ou tu as des préférences pour… ?
– Je, je suis pas dégoutée par le travail manuel, enfin je veux dire, faire du comportement, être avec mes souris, même enfermée trois heures avec elles à les regarder se balader, c’est pas ce qui me dérange. Même couper Tel Tissu j’aime bien. Aligner des tranches Tel Tissu, je trouve ça joli. Compter des cellules c’est un peu rébarbatif, surtout en mode automatique. J’aime bien traiter des données aussi parce que c’est ce qui fait sortir des résultats ou pas, donc c’est intéressant, non le… globalement le travail me plaît, c’est juste la longueur que ça prend, par exemple entre le jour où je décide de lancer une manip et le jour où je peux avoir des résultat en terme cellulaire, j’aurais des résultats comportementaux avant, à échéance d’à peu près un mois, un mois résultats comportementaux et trois mois après, j’ai les résultats cellulaires globaux. Donc c’est vrai que t’attends quatre mois avant d’avoir une vue d’ensemble de ta manip, tout ce que tu peux en tirer, c’est parfois un peu long. Quatre mois, c’est dans le meilleur des cas.

Et c’est long pourquoi ? Parce que t’as…
– Parce que tout simplement, il faut, le comportement ça prend du temps, c’est à dire que… il faut, des protocoles qui prennent à peu près un mois, le temps que ta souris arrive, qu’elle s’acclimate, que tu leur injecte un marqueur, que ça marque les cellules qui faut, de faire ton comportement qui dure parfois une semaine, ensuite t’attends un peu, tu leur fais un test de mémoire, tu les euthanasies. Voilà, ça prend un mois. Et ensuite, il faut, préparer Tels Tissus, les couper, compter, enfin, que, attendre que AJ puisse te faire toutes tes immuno, avoir le microscope suffisamment longtemps pour pouvoir tout compter, traiter tes données, tout reconstruire et du coup, ouais ça prend du temps. Bah tout simplement à cause de la dimension manuelle et parce que… tu fais pas que ça non-stop quoi.

Donc en fait c’est un cycle que tu refais régulièrement ?
– Alors en fait généralement, on se débrouille pour faire se chevaucher des manips différentes qui prennent parfois moins de temps, ce qu’on appelle les « side projects », c’est à dire que, ouais, enfin moi c’est ce que je me dis, j’ai pas envie d’être que sur une manip et tout le temps faire la même chose tout le temps, si je peux avoir quelque chose à côté, qui me rapporte, une collaboration avec quelqu’un d’autre qui me, qui me rapporte, soit des résultats, soit mon nom sur un papier, soit… soit juste l’impression de faire quelque chose d’autre, dans ce cas là je ne me prive pas. Donc c’est vrai que du coup, ce genre de petits coups de main à d’autres gens, que ce soit compter Telles Cellules à eux, les aider dans telle procédure comportementale, ça m’a valu pour l’instant trois papier où j’ai mon nom en troisième ou quatrième auteur. Voilà.

Donc c’est plutôt bien ?
– C’est plutôt bien, ouais, ouais. Bah, c’est aussi une démarche que j’ai fait, je suis assez intéressée globalement honnêtement par ce que font les autres, enfin et puis même, j’hésite pas à aller leur demander, même s’ils ont pas trop l’air de vouloir en parler, et… et comme, comme ça m’intéresse, j’hésite pas à proposer mes services, du coup voilà, ça se solde par des papiers.

Ok.
– Donc voilà on était arrivé à mercredi, je continue. Jeudi. Donc jeudi… J’ai fait une réunion informelle avec OM, donc celui qui travaille chez l’homme sur un peu la même thématique que moi. Pendant une heure pour… lui montrer quelque chose, oui parce que j’ai trouvé un truc super cool en fait. Dans ma phase publi, biblio machin de la veille, je suis tombée sur quelque chose… qui est très intéressant dans le cadre de l’hypo…, de la question que l’on se pose, du coup le matin je l’ai alpagué quand il est arrivé, je lui ai dis,  « regarde, il faut que je te montre ça ! ». Du coup, lui ça l’a beaucoup intéressé, et on a discuté pendant une heure de ça et on a con…, on a donc convenu que j’allais présenter ça à la petite réunion informelle de vendredi… voilà. Il a même parlé éventuellement, l’éventualité d’écrire une revue. Ensemble. En [inaudible] un peu les trucs de biblio tout ça. Donc voilà, donc ça c’était assez constructif, j’étais contente, enfin quelqu’un qui s’intéressait à ce que je faisais ! [sourire]. Ensuite, j’ai eu, un mail d’une étudiante du laboratoire avec qui j’interagis parce qu’on organisait la demi-journée des doctorants. C’est-à-dire une demi-journée où il y avait cinq doctorants du laboratoire, pas forcément que de mon équipe, qui présentaient leur travail, soit un projet de leur travail de thèse, soit tout leur travail de thèse, en dix à quinze minutes sur une question, devant tous les gens du labo qui voulaient être présents. Soit titulaires ou étudiants. Donc moi je faisais chairman, c’est à dire que j’introduisais les, les thésards, et j’expliquais vite fait leur thém…,  enfin leur thématique, et ensuite je les laissais parler et puis après, je, je distribuais plus ou moins les questions, si jamais il y a bousculade dans les questions. Donc ça c’était pour cette organisation-là, notamment les questions de quelle salle on choisi, tout ça.

Elle a lieu quand cette… ? Elle a eu lieu ?
– Elle a eu lieu, et ben le vendredi matin. En fait c’était, c’était la veille quoi, choix de la salle, on se disait qu’il y aurait peut-être pas assez de place pour tout le monde, voilà. Mais il y avait eu déjà des échange de mails auparavant, heureusement. Après, j’ai eu sinon dans le cadre du travail, donc après j’ai plus ou moins préparé ce que j’allai dire le lendemain, j’ai relu des publis, cherché des supports visuels, pour prouver ( ?) ce que j’avais, ce que j’avais à dire. J’ai aussi eu un appel informel à ma mère, pour des questions de chimie. Puisque comme, enfin voilà. Des questions à lui poser, j’avais pas de bouquin sous la main, et donc je l’ai appelée parce que ma maman fait de la chimie…

Et ça t’a débloquée ?
– ça m’a débloquée, ça m’a… ça m’a aidée à trouver des pistes, enfin voilà, ça m’a aidé à me faire une idée un peu plus, un peu plus ciblée de ce que je voulais quoi. Donc voilà pour jeudi. Donc jeudi, pas trop de travail manuel. Je crois pas, non.

Tu sais au début de ta semaine ce que tu vas avoir à … ?
– Alors ça dépend, en ce moment comme le microscope est très très occupé, on a…, les chefs ont suggéré qu’on établisse un calendrier d’occupation, c’ est-à-dire les trois, de trois fois quatre heures de huit heures à vingt heures le soir. Donc il y a un créneau de huit heures à douze heures, un créneau de douze heures à seize heures et de seize à vingt. Et du coup, on le réserve à l’avance sur un fichier excel qui est commun sur le disque d’équipe. Donc c’est vrai que… là deux semaines avant que à tel moment je serai en train de compter les cellules. Mais sinon, globalement… non j’ai plein de choses que je sais que je dois faire, et… j’y vais un peu… en faisant en premier les choses qui me plaisent le plus, et en dernier quand j’y suis obligée les trucs que j’ai pas envie de faire. Mais… ouais globalement je sais si telle semaine je dois faire traitement de mes données de comportement, ou plus avancer mon comptage cellulaire ou plus finir d’écrire l’article, je sais à peu près ce que je dois faire.

Et t’as pas l’air très convaincue par l’idée du planning…
– L’idée du planning c’est quelque chose de bien, dans le sens du programme, on essaye d’optimiser l’occupation. Le problème c’est que, c’est quelque chose qui est … tout nouveau et qui est du au fait que, on est deux fois plus que d’habitude. C’est à dire le fait qu’il y ait, ça va devenir complètement infernal quand il va y avoir huit personnes qui vont devoir compter en même temps sur un microscope, sachant que pour le comptage, c’est bien si tu peux t’y mettre une semaine un peu tous les jours et après t’as fini. Mais là du coup, ça va énormément étaler dans le temps, donc bah… ça, ça va retarder la production de résultats de thèse, au profit de gens qui font des stages donc eux, c’est leur rapport de stage, en plus ils vont être prioritaires sur le microscope parce qu’il faut qu’ils pondent leur rapport de stage à temps. Du coup… c’est quelque chose qui s’est déjà passé sur un stage qui se déroulait de septembre à décembre où il y a une stagiaire qui était prioritaire pour les résultats, ce qui fait que pour le mois de décembre, j’ai pas pu compter de cellule, et ça a repoussé mes résultats, et voilà pareil, c’est-à-dire que c’est les stagiaires qui, des gens qui font que passer, ouais il faut qu’il fasse un rapport, mais qui font que je repousse sans cesse la possibilité de, d’avoir des résultats et donc c’est un peu, c’est un peu embêtant parce que… voilà, enfin j’ai l’impression qu’on est un peu là tout le temps, on pourrait aussi… on pourrait aussi avancer dans nos travaux. Mais du coup, je suis pas septique sur le problème du planning, je suis septique sur le fait qu’on doive en arriver là quoi. Parce que pour l’instant on est trois plus ou moins à l’occuper, quand on va être huit, ça va être… un peu ingérable. Voilà.

Ça va te permettre de bloquer des créneaux justement peut-être ?
– Bah, ce qu’il y a, c’est que…non, il faut une répartition homogène, c’est-à-dire que, quand on est huit sur trois créneaux par jour, ça fait qu’on peut faire difficilement plus de, il faut que je fasse le calcul, mais de deux ou trois par semaine, donc c’est pas suffisant ça. Donc ça va forcément me faire prendre du retard, mais en même temps tout le monde doit compter, moi je veux pas être prioritaire par rapport à quelqu’un d’autre. Non, c’est juste qu’avant on avait pas besoin d’en arriver là parce qu’on s’entendait entre nous et c’était pas aussi… aussi extrême comme situation.

Et pourquoi ils prennent des étudiants, des stagiaires tu sais ou … ?
– Bah parce que, notamment MN, jeune chercheuse CNRS, il s’avère que sa, enfin sa stagiaire principale, celle qu’elle suit depuis le plus longtemps, donc qui est en médecine, a très peu de temps de présence au labo, donc concrètement ses manips avancent pas, du moins pas énormément. Et donc elle, elle a les dents longues et elle veut publier au moins trois trucs par an, et elle a besoin de résultats. Donc elle a engagé, parce que celle qui est à l’origine de ça, non pas un , non pas deux, non pas trois, mais quatre stagiaires, pour avoir des résultats. Vraiment dans l’optique « chair à paillasse », c’est vraiment ça. Donc… donc voilà, c’est ça, c’est qu’elle a besoin de résultats, et… sa thésarde ne lui permet pas de lui en fournir assez, donc elle cherche un moyen détourné d’en avoir. Voilà. Enfin bon, c’est comme ça que je l’analyse, mais je veux dire… bon deux stagiaires ça va, ça va encore je veux dire, on est, mais quatre c’est vraiment énorme. Voilà.

Du coup, vous avez assez de paillasses pour tout le monde ?
– Bah les paillasses ça va, parce que c’est pas énormément de travail de paillasse, c’est plutôt les salles de comportement, il y en a que deux donc il faut qu’on s’entende sur le planning, après il y a moyen de s’arranger, mais il faut faire plus attention, et puis le vrai facteur limitant c’est le microscope quoi. Il est, il est occupé pendant douze heures tous les jours, tous les jours. Voilà. Ce qui n’était pas le cas avant qu’il y ait, qu’il y ait autant de stagiaires quoi. Après bon, bah c’est un problème de surnombre parce que même AJ qui fait les immunos de tout le monde, elle peut plus suivre, elle a trois ou quatre semaines de retard. Donc elle, enfin, on en a parlé de l’occupation du microscope, AJ elle est allé dire, « ben oui mais moi je peux pas…», mais bon, oui il y a des priorités qui sont imposées par les chefs. Telle personne doit passer d’abord, telle personne doit passer d’abord. Voilà.

Donc elle prenne quand même en compte le fait que certaines personnes viennent les voir pour leur dire « j’arrive plus » … ?
– Oui, mais dans leur intérêt personnel, c’est à dire que telle manip c’est intéressant qu’elle finisse plus tôt, donc on va décaler la manip de telle autre personne, pour mettre la, elle prenne en compte… ouais.

D’accord, en fonction de la priorité de la manip.
– Voilà, voilà, c’est pas…

Et les bureaux, vous êtes installés comment ?
– On est pas mal installés, on a des grands bureaux, grands espaces. Moi dans mon bureau, ça va, on est trois. Avec des bureaux très bien, qui sont séparés chacun, on a chacun un ordinateur, le réseau tout ce qui faut, des étagères donc très bien, très bonne installation. Dans le bureau de derrière, pareil, chacun a plus ou moins son bureau, mais ils sont déjà cinq dans une pièce qui fait la taille de la mienne donc… c’est un peu plus serré, c’est très vivable donc ça va. On a une grande capacité d’accueil a priori donc c’est pas… il y a juste deux stagiaires qui se retrouvent dans la même salle que celle du microscope qui du coup est sombre, un peu plus isolée. Donc ils voient moins les gens et puis… mais bon. Grosso modo ça se traduit pas ce surnombre par… par tout le monde tassé sur un petit coin de bureau. Ça reste assez, assez vivable de ce côté-là.

Et ce que, parce que t’as fait un stage dans ce labo quand tu étais en master ?
– Ouais j’ai fait mon stage de master 2.

Et du coup, la façon dont tu le vis maintenant, est-ce que ça ressemble à la façon dont tu le vivais en master, est-ce que tu… ?
– Bah c’est-à-dire que… J’ai gardé la même indépendance dans le travail, sauf que maintenant je sais un peu plus ce que je fais, au niveau du recul, bah de l’expérience tout simplement. Je sais ce qu’il faut que je fasse en priorité, je comprends mieux quand on me demande de faire quelque chose, comment il faut que je le fasse. Mais sinon globalement, au niveau de l’encadrement, ça a pas spécialement changé. Et c’est juste que je vois un peu plus les mécanismes, pourquoi les gens font ci, font ça. Je me rends compte de l’intérêt qu’ont les gens à faire telle ou telle chose, je suis un peu plus lucide. Enfin bon, ça aide pas forcément. Oui un peu plus lucide, un peu moins naïve sur, les intérêts qui guident les gens.

D’accord. Donc si tu es revenue, c’est surtout pour le sujet en fait.
– En fin de M2… j’étais très intéressée par mon sujet, mais j’étais moins désabusée que je ne le suis maintenant. Je suis toujours désabusée, mais mon sujet m’intéresse. Après ce qui m’embête c’est que, d’avoir l’impression de passer à côté d’une thèse qui pourrait être bien meilleure si j’avais plus d’interactions avec les gens. Après ça vient peut-être de moi, parce qu’il faut que je sois plus insistante, mais j’ai pas envie de ramper devant les gens pour qu’ils s’intéresse à ce que je f…, ce que je fais, ouais c’est un peu ça en fait. Après non, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup, c’est un cadre qui est… qui est très agréable pour travailler parce qu’on a de la place, parce que c’est une équipe qui consacre beauc…, une grande majorité est composée de gens sympathiques, avec qui je m’entends bien. Et voilà. J’ai accès à beaucoup de ressources biblio qui m’intéresse, mais… voilà, c’est que je manque un peu de parrain quoi, de conseil, plus expérimenté.

D’accord. Et du coup tu sais déjà ce que tu fais après la thèse, là ?
– J’ai envie de faire un post-doc, j’ai peut-être une idée de quelqu’un chez qui j’ai envie d’aller. Mais pour l’instant, ça reste quelque chose d’assez éloigné, et classiquement dans l’équipe on s’en préoccupe en deuxième moitié de troisième année de thèse, donc… un peu six mois avant de soutenir quoi, c’est une préoccupation, on est en pleine rédaction, il y a le stress de la rédaction, et en plus on doit se trouver un post-doc, donc généralement ça se fait un peu à l’arrach’ comme ça. Moi j’ai une idée, mais, ça dépende de beaucoup de choses, ça dépend de ce, des résultats que je vais avoir pendant ma thèse, que j’ai pas encore, ça dépend de… ouais de beaucoup de choses. Donc, la personne chez qui j’ai envie de faire ma thèse, connaît très bien OM, et c’est aussi une des raisons pour laquelle ça me fait plaisir de travailler avec lui, d’interagir avec lui, parce qu’il pourrait éventuellement me recommander à cette personne, ensuite. Parce que lui il avait aussi son post-doctorat avec cette personne. Donc moi aussi je me conduit de façon un peu intéressée avec lui, même si, son travail m’intéresse de toute faon, j’espère que, éventuellement, il pourra me recommander [petite toux].

Et, enfin, du coup, par rapport, tu vas continuer la recherche, enfin ?
– Oui, j’aimerais bien oui. J’envisage, oui, donc non seulement de faire un post-doctorat, mais.. en plus j’aimerais bien… être chercheuse dans la recherche publique après, j’aimerais bien. C’est mon projet. Si je suis pas dégoutée d’ici là et si il y a pas autre chose qui est entré en ligne de compte, mais a priori c’est mon projet.

C’est quoi qui pourrait te dégouter, ou inter… ?
– Bah me dégouter… pfff. Bah m’apercevoir que ça me plaît plus tout simplement, que c’est trop… trop envahissant. Que j’arrive pas à obtenir satisfaction avec la façon que j’ai de travailler pour l’instant. C’est-à-dire que là, par exemple, bon bah, d’un côté mon boulot me plaît, mais il y a des choses qui ne me satisfont pas dans mon interaction avec les gens, dans… ouais, dans, dans la façon dont j’avance dans mon travail.

C’est-à-dire… ?
– Bah c’est-à-dire bon voilà, le besoin peut-être de parler plus avec d’autres gens, j’en ai pas forcément l’occasion tout le temps et… et c’est peut-être une idée que je me fais, mais j’ai l’impression que pour l’instant mon rôle c’est de, produire des résultats, pas forcément de me poser des questions sur des problématiques, des thématiques adjacentes ou… Donc… donc voilà, j’ai l’impression que… je m’épanouirais peut-être plus dans le post-doctorat. Mais, peut-être que ça me, enfin ça me fatiguera avant, cette façon, enfin cette insatisfaction que j’ai, peut-être que ça me fatiguera et qu’à la fin de la thèse j’aurai pas envie de, de continuer, enfin je sais pas. Je sais pas trop.

Par rapport à l’idée que tu pouvais peut-être te faire avant de venir thèse ou même en stage master et tout ça, c’est différent, très différent ou pas trop ?
– Je ne me souviens plus trop ce que je m’imaginais avant… Non, je crois que… en ce qui concerne ce laboratoire-là, je suis assez étonnée de la latitude qu’on me laisse, justement, de la confiance en quelque sorte, qui est du à la fois au fait que les gens ont pas le temps de s’occuper de moi, ou que ben voilà, les chefs sont pas forcément, sont plus forcément au courant de ce qui se fait dans les salles de comportement, ou à la paillasse. Et que les autres étudiants ont d’autres choses à faire que d’encadrer des stagiaires qu’on leur a pas collé dans les pattes directement. Mais ça, c’est plutôt un bon côté parce que du coup on prend des initiatives, mais il y a toujours le pendant tu fais plein d’erreurs et tu t’en mors les doigts parce que personne t’as dit et t’as pas deviné, donc bon. Donc c’est vrai que je suis assez étonnée par ce degré de liberté-là, qui est pas forcément le même dans tous les labos mais du moins dans le mien. Non, j’ai pas, je me souviens plus trop en fait ce que j’en pensais avant.

Tu sais plus trop, qu’est-ce qui t’avais donné envie de faire de la recherche par exemple ?
– Si, ça je sais, je sais que ce qui m’a donné envie de faire de la recherche, ce qui me plaît toujours dans la recherche, c’est voilà, cette liberté qu’on a, liberté hormis le fait qu’on est un thème qui nous cloisonne un petit peu, et qu’on ait plus ou moins des chefs qui nous guident, liberté de… réfléchir sur ce que tu vas faire faire à tes bestioles, sur le protocole, sur la question posée, sur la façon de l’aborder, la liberté extrême en fait qui fait qu’on a toutes les infos à portée dans la biblio, que c’est juste à nous d’aller les chercher, pour éventuellement être meilleur dans ce qu’on va faire, c’est quelque chose qui me plaît beaucoup. Pouvoir décider, beaucoup plus que d’autre, de ce qu’on va faire, de ce qu’on peut apporter à notre manip, et puis aussi, liberté d’horaire, c’est-à-dire que ça va dans les deux sens, je peux arriver tard au labo, ou je peux aussi décider, au grand désarroi de mes amis, d’y passer un week-end. Donc c’est, c’est une façon de faire qui est, enfin moi je pense beaucoup à mon travail en dehors des périodes de, de laboratoire, enfin, ça me, quand je me réveille le matin souvent je suis en train de penser à ce que je vais faire dans la journée. De me poser des questions, parfois j’en rêve, et c’est vrai que du coup, cette liberté dans les horaires, me permet vraiment de faire mon travail quand je veux. Je pourrais pas faire mes horaires de 8h à 17h et arrêter d’y penser après, ça c’est impossible. Du coup je peux travailler quand j’ai envie, quand je veux, ça m’arrive de ramener des publis à la maison et… voilà, c’est cette liberté dans le travail qui me plaît, beaucoup.

Alors qu’est- ce qui te plaît moins du coup ?
– Ce qui me plaît moins, c’est… le fait que j’ai l’impression que je pourrais être plus efficace, et… plus cultivée sur mon domaine, et plus, plus motivée si, si mes chefs de thèse m’encadraient un peu plus. Voilà. Et ce qui me plaît pas trop non plus c’est, que ça prenne tant de temps de faire ces manips et d’avoir des résultats… tu vois, tant de travail manuel pour avoir, pour avoir des choses sur lesquelles réfléchir. En fait je veux être chef. [rires].

Mais chef apparemment c’est moins de paillasse.
– Oui, mais c’est plus de traitement de résultats.

Et c’est ça qui te plaît le plus ?
– Bah ouais, ça pourrait me plaire un peu plus ouais.

Parce que tu traites y compris les résultats des autres en fait ?
– Ouais, mais t’en traites plus en général, c’est pas la question de mes résultats ou des résultats des autres, c’est juste que t’as juste plus de questions à laquelle tu peux tenter de répondre.

C’est cette gymnastique-là de…
– Ouais qui me plaît. Après le travail manuel me déplaît pas, justement bien faire les choses pour essayer de répondre au mieux à la question ça me dérange pas, et puis, j’ai l’esprit qui vagabonde quand, quand je suis en comportement ou ces trucs-là, quand je coupe Tel Tissu, c’est pas le problème mais… c’est surtout le temps à attendre avant de répondre à une question qui, qui est embêtant.

Ça c’est dû à ton modèle surtout, non ?
– Ouais c’est dû à mon modèle, c’est vrai que (…)  quand on regarde ce qui se passe chez la drosophile, ils font beaucoup d’études à la fois parce que Tel Tissu est beaucoup, beaucoup moins complexe, et que bah les drosophiles tu les mets dans un tube, tu leur fais faire ce que tu veux, t’as un échantillon de 50 au lieu de une souris, par heure, c’est beaucoup plus, à la fois plus rapide, modèle, donc c’est eux qui font les plus gros papiers, c’est eux qui font les découvertes essentielles sur Tel Sujet, et c’est vrai que je me pose vraiment la question, plus tard, est-ce que je changerai pas de modèle. Parce qui a énorm…, et justement du fait de la simplicité de ce modèle, ça permet tout de suite de faire des modélisations informatiques qui sont intéressantes, qui permettent de trouver des choses et qui éventuellement permettent d’être appliquées après au modèle murin, ou… Mais chez, je m’inspire beaucoup, j’essaye de faire beaucoup la bibliographie chez l’insecte, dans le but de m’en inspirer pour le modèle souris, qui est beaucoup plus compliqué, mais quand même, on a des pistes chez l’insecte, parce que ça va plus vite, parce que les échantillons sont plus grands et que c’est plus simple.

Ouais, ça te permet d’écarter directement des pistes au moins…
– Voilà, ou d’avoir des idées de choses qui peuvent avoir éventuellement été conservé, ou être régis par les mêmes lois, entre les insectes et les animaux, les mammifères. Voilà.

D’accord. Ok, il nous reste encore un jour…
– Donc voilà, j’avais fini pour jeudi. Vendredi… Chronologiquement comment ça va se faire [par rapport aux notes lues sur le papier] ? Donc le matin… le matin j’ai coupé Tel Tissu, j’ai vu mes mails. J’en encore lu des publis parce que l’après-midi je présentais un truc. Donc les mails c’étaient, donc là j’ai noté même si j’ai pas répondu parce que c’était un mail de diffusion important, c’était des annonces de Tel Institut, qui annonçait les conférences, les offres de post-doctorats et aussi des appels à projet, (…) et aussi des prix de recherche auxquels il faut s’inscrire. Voilà. Donc j’ai lu cette notice, il y avait rien spécialement qui me concernait à part ces conférences qui m’intéressaient pas. Mais bon on les reçoit régulièrement de la part de cet, voilà, cet institut, et du coup j’ai lu ça. Ensuite… oui, donc le matin, le matin à partir de… 10 heures, il y a eu cette journée de doctorants du laboratoire, où là on a eu des présentations scientifiques, c’était assez chouette. Donc cinq, cinq, cinq étudiants qui ont présenté leur travail, avec des questions après. Donc ensuite on a mangé.

Il y avait du monde alors ? parce que tu disais que c’est ceux qui voulaient qui venaient ?
– Oui bah alors, globalement, c’est vraiment si tu as des grosses réunions, ou que tu es en manips et que tu peux vraiment pas venir, voilà, mais c’est annoncé longtemps à l’avance sur le site du labo, et… les doctorants sont obligés de venir, à cette présentation, enfin que ce soit ceux qui présentent ou ceux qui assistent, enfin les titulaires, la plupart mettent un point d’honneur à venir, là en l’occurrence il y en avait un ou deux qui pouvaient pas venir, mais sinon oui tout le monde est très intéressé et … et oui, c’est même pas une corvée, c’est vraiment tout le monde est très intéressé, même si c’est des disciplines que tout le monde connaît pas forcément, et donc il y a un auditoire qui est assez fourni, d’une quarantaine de personnes. Et puis bien sûr les étudiants, les étudiants même les stagiaires viennent voir ce que c’est. C’est aussi une aide à la présentation de voir comment font des gens avec plus d’expérience. Donc ouais, il y avait pas mal de monde, et il y avait pas mal de questions, c’était vraiment constructif, les présentations étaient de bonne qualité, et… les gens intéressés, donc c’était bien, j’étais contente.

Alors comment ça s’est fait que tu sois dans l’organisation et puis même du coup… ?
– Alors ça tourne, c’est à dire que la dernière réunion qu’il y a, enfin présentation de doctorants qui a eu lieu en octobre… c’est moi qui présentais entre autres, et c’est juste qu’on essaye d’alterner les chairman, les chairwoman, on était deux en fait, on s’était partagé le travail, on essaye d’alterner les, les organisateurs de la journée et bien sûr les gens qui présentent, les doctorants qui présentent. Il y a aussi le même genre de réunion, mais qui est pas, aussi régulière, qui se fait un peu quand il y a des post-docs qui arrivent dans le labo. En fait à un moment ou à un autre dans l’année qui suit leur embauche, ils présentent ce qu’ils font devant tout le labo. Il y en a eu une il y a pas longtemps, une post-doctorat du labo. Et oui donc les réunions de doctorants, ça a lieu donc octobre, tous les quatre mois je pense, tous les quatre mois il y en a une, des gens du labo qui passent pour présenter ce qu’ils font.

Donc ça c’est toujours un moment que t’apprécies quoi ?
– Que t’apprécie ou que tu crains, parce que c’est vrai que c’est un peu, juste ton travail, il y a des questions qui te sont posées, c’est ouvert, il y a tous les spécialistes du coin qui te posent des questions, parfois, il y a en même temps des, des vieilles inimités entre équipes qui jouent qui font que t’es l’élève, enfin l’étudiante de quelqu’un, tu vas te faire dézinguer parce que on aime pas ton chef, dézinguer, enfin te poser des questions pièges. Ou alors quelqu’un peut pas te supporter et va essayer de t’humilier devant tout le monde, enfin bon ça ça reste… assez marginal, mais c’est un moment, moi je sais que j’ai préparé… soigneusement ma présentation et les questions parce qu’il faut être impeccable, parce que tu représentes à la fois ton équipe, et toi-même, et t’es jugé par tout le monde, au-delà de l’intérêt de ton travail, par la façon dont tu présentes, à ta culture biblio, tout ça.

Ça t’es déjà arrivé ça d’être un peu pris comme ça dans des enjeux… de problèmes interpersonnels… ?
– Oui, alors pas à moi, à une… thésarde qui est dans mon bureau, pour une histoire de bourse parce que les équipes présentent leurs étudiants pour des bourses… donc des bourses de l’école doctorale, et c’est vrai qu’il y en a un qui l’a eu et pas un étudiant de l’autre équipe, des fois les chefs s’envoient des pics, ou alors justement dans le cas de ma, ma collègue, elle s’est fait posé des questions clairement mauvaises et méchantes par rapport à celles qu’avaient eu les autres, parce que elle avait eu cette bourse, enfin c’est comme ça qu’elle l’interprète, parce qu’il y avait eu des jalousies dans l’autre équipe. Il y a des choses comme ça, des choses sympathiques. Et globalement dans notre labo, il y a des gens qui sont dans le même labo depuis une vingtaine d’années, et il y a des choses qu’on nous dit quand on arrive « ah, telle personne peut pas blairer telle personne », on sait pas pourquoi, ça remonte à très longtemps, donc entre étudiants de ces équipes-là ça se ressent pas parce que nous en fait on en a rien à faire, mais oui c’est un peu la guerre froide. C’est rigolo. Mais non, c’est vrai que sinon ça se passe plutôt bien ces réunions de doctorants, et puis c’est vraiment intéressant.

Et donc après vous êtes allés manger tous ensemble ?
– Non, pas tous ensemble, je suis allée mangé, je suis allé mangé avec les gens de mon équipe, en bas, et c’est vrai que les autres vont au restaurant universitaire donc… on mange pas au même endroit. De toute façon, il y a pas la place pour que tout le monde mange en même temps donc…

Les autres, c’est les autres équipes ?
– Les autres équipes ouais, donc on est une grosse cinquantaine dans l’unité, et il y avait trois ou quatre équipes avant, maintenant ça a été réuni dans le projet AERES, projet de réunion entre deux équipes, la mienne, celle qui est issue de la fusion côtés homme et souris, plus tout le reste en fait. Voilà.

D’accord. Et le fait que ce soit vous qui ayez l’espace cafet’ du coup ?
– Bah ça c’est pas, c’est pas régulier, c’est juste qu’il y a plus de gens de notre équipe qui ont tendance à manger en bas, alors que les autres vont tous au restaurant universitaire. Mais c’est vrai qu’on se mélange pas énormément (…). En raison, en partie parce qu’il y a des inimités entre nos chefs, en partie tout simplement parce qu’on est pas sur les mêmes lieux de manips, on est pas du tout dans les mêmes salles, on a des salles qui sont séparées donc on se croisent pas beaucoup, donc on se connaît pas beaucoup et… et voilà.

D’accord.
– Donc ensuite vendredi il y a eu… cette, ensuite l’après-midi, cette présentation d’une heure devant les titulaires de l’équipe plus deux ou trois thésards, présentation que j’ai faite là, sur ce que j’avais trouvé… voilà, donc j’ai présenté, on en a discuté, j’ai essayé de les convaincre de l’intérêt de la chose.

Ça a marché ?
– Moyennement, en fait ce qu’on voulait faire avec OM, c’était de leur proposer cette… cette sorte de façon de voir les choses, qui était assez intéressante, qui expliquait deux ou trois trucs, qu’on comprenait pas jusqu’à présent, dans le but de susciter un espèce d’un élan de groupe pour rédiger une revue, tu vois, essayer de grappiller dans la biblio, dans nos données personnelles, dans les données du labo, des données, allant dans ce sens de cette hypothèse, pour voilà publier une revue quoi, tout du moins essayer de, de l’écrire. Mais en fait, quand j’ai, c’est peut-être parce que moi j’ai présenté ce truc, mais mes chefs, RA et MN, ont juste vu l’application potentielle qu’il pourrait y avoir sur ma manip. Qui est une manip sur la souris, une manip un peu étriq…, enfin voilà une manip qui est… et c’était pas du tout ça qu’on voulait induire, on voulait induire quelque chose de beaucoup plus ouvert. Et non, elles ont juste vu comme d’habitude le côté [en imitant] « comment on peut l’appliquer au petit résultat qu’on a là », alors que, il y avait OM qui travaillait chez l’homme qui peut avoir lui aussi accès à des données, enfin, elles, elles ont pas vu les choses de la même façon que nous. Enfin, je sais pas si c’est très clair ce que je te dis, enfin on s’attendait vraiment à quelque chose de, enfin un peu plus d’enthousiasme que ma chef affalée dans la chaise en train de dire [en imitant] « bon, alors l’hypothèse c’est quoi finalement ? », voilà c’est ça, peut-être que c’est parce que aussi elles sont pas aussi impliquées que OM et moi dans la thématique, où nous vraiment on a un problème, on cherche à le résoudre et bam, il y a cette hypothèse qui est arrivée, qui était bien. Et elles, ça leur a pas paru spécialement transcendant, alors que nous si, et… et ouais, juste un manque d’intérêt quoi. Donc on était, moi j’étais un poil déçue donc, je suis après allé voir OM, je lui ai dis « alors qu’est-ce que tu as pensé de la réunion ? », il dit, « bah pfff, c’est vrai je pense que c’est bien parce que toi t’as un guide dans ta manip, tu sais ce que tu, tu sais ce tu cherches, t’as une hypothèse à formuler », je lui ai dis « moi j’ai pensé, je suis un peu mitigée, j’ai pensé qu’il faut qu’on laisse décanter ça dans leurs esprits et voir si après on a des retours ou des gens qui viennent nous voir, mais… » , voilà et après il m’a donné des données à lui que je pouvais, « pour m’amuser avec » il m’a dit [rires].

Et du coup, si elles rebondissent pas même après, vous faites quoi ?
– Bah… on a discuté avec OM, il m’a dit, il faudrait qu’on se revoit d’ici à deux semaines, avec, en ayant chacun de notre côté cherché des trucs… voilà, dans les biblios, dans nos données, il faudrait qu’on se revoit et puis, je pense que c’est pas à moi, l’étudiante, d’aller chercher les gens pour que, pour qu’ils participent à ce projet, parce que ce serait assez mal vu, parce que déjà je ne sais pas trop comment s’est passé le fait que je cherche de mon côté quelque chose qui soit pas explicitement mes manips. Ouais, elles m’ont dit que c’était bien, mais sans plus, et je pense que ça passera mieux si je laisse maintenant OM aller les voir en tant que chercheur, du genre « bon vous voulez pas écrire cette revue là avec moi ? » et que je me pose pas comme… un peu leur égale à ce niveau-là, parce que finalement je suis plus impliquée qu’elles là-dedans, je connais plus de choses, mais je pense pas que ce soit ce qu’il faille montrer, diplomatiquement, si je veux que ça avance. Donc là, j’ai un peu, je vais attendre, d’ici une à deux semaine je vais aller voir OM et je pense qu’il sera allé les voir d’ici là lui-même et que ça passera mieux.

Pour que ce soit elles en fait qui te refilent le bébé ou que … ?
– Voilà, ou que… que ça vienne pas de moi qu’on rédige une revue ensemble quoi. Je pense qu’il faut d’une part laisser décanter l’idée dans leur esprit. D’autre part que ce soit OM qui viennent les voir en leur disant, en leur précisant l’intérêt de cette hypothèse parce qu’elle s’inscrit bien dans le contexte, c’est lui qui a l’expérience du truc et je suis pas sensée l’avoir parce que voilà. C’est vrai que je maitrise beaucoup mieux mon sujet que mes chefs de thèse donc… et qu’elles ont pas nécessairement envie de le savoir donc…

Ça veut dire que tu le montres pas en fait ?
– Bah si, justement ces deux réunions où j’ai présenté, c’est un peu un truc que j’attendais depuis longtemps, parce que j’avais envie de montrer que je maitrisais mon sujet, qu’elles étaient grave à la bourre sur ne serait-ce que la biblio. Ça j’avais envie de leur montrer, surtout que j’ai bientôt mon comité de suivi de thèse, et que je subodore que ma chef de thèse va découvrir des papiers ou des notions qu’elle connaît pas. Donc… là je leur ai montré mon avancement dans mon sujet, le fait que bah oui j’avançais un peu, que c’était pas forcément dans mes manips, et donc là ce que j’espère c’est que ça va les pousser un petit peu à réfléchir et à se dire « ah oui c’est vrai il faudrait qu’on bosse un petit peu sur cet axe de recherche avec OM et Axelle ». J’espère que ça va venir tout doucement et que… voilà, mais maintenant je pense que, j’ai fait ce que je pouvais, et que c’est à OM d’aller les voir en tant que chercheur.

Mais par contre, tu fais quand même attention à pas en faire trop parce que … ?
– Non, j’en fais trop mais je le dis pas, enfin pour avoir ces résultats j’ai bossé, j’ai bossé les week-ends, enfin c’est juste parce que c’est quelque chose qui m’intéresse énormément, je pouvais pas penser à autre chose, donc j’ai ramené des publis chez moi, j’ai bossé très tard chez moi, j’ai bossé les week-ends, je suis resté au labo jusqu’à dix heures parfois certains soirs, bon, pour répondre aux questions que je me posais, mais ça elles le savent pas, parce qu’elles partent à 18 heures, et bon je leur dis pas « je suis resté au labo jusqu’à dix heures », mais… voilà, j’essaye de faire mon travail, mon travail de paillasse et les manips qu’elles savent que je fais, plus à côté, répondre aux questions qui m’intéressent. Mais je cache pas spécialement, si on me demande, je suis toute disposée à leur parler de ce que je fais, mais ce qu’il y a c’est qu’elles me demandent pas donc… donc voilà.

Je vois. Et du coup le vendredi, après c’est réunion un peu décevante…
– Oh, mitigé disons, après je suis allez discuté avec OM, environ trente minutes là. Ensuite je suis allé voir un autre membre de l’équipe, GF qui lui n’intervient pas beaucoup dans ce que l’on fait, parce qu’il est beaucoup dans la construction de Tel Institut. Donc lui, il fait partie de cette [inaudible] d’organisation du centre, c’est l’ancien chef d’équipe mais bon il est un peu… il suit plus trop au niveau scientifique, mais par contre comme c’est une thématique concernant des articles des années soixante-dix, lui ça lui parlait beaucoup. Et il connaissait ce thème. Donc en fait… chose assez rare, il m’a fait venir dans son bureau, il m’a donné plein d’articles, il m’a dit « tenez Axelle, machin, truc bidule, prenez ça et puis ça », et puis je suis ressortie avec une pile comme ça. Bon, ça m’a fait bien plaisir parce que c’est quelqu’un qui interagit pas forcément avec les étudiants, et là, manifestement ça l’a intéressé ce que j’ai montré et puis il voulait m’aider donc…

Donc c’était suite à celle-là de … ?
– A cette réunion, à cette petite réunion, où il était présent, et où je lui ai parlé d’un truc qu’il connaissait plus ou moins et il avait plein d’articles stockés dans un coin et il me les a refilés. Donc c’est quand même un aspect positif ouais ouais. C’est quand même le directeur de l’école doctorale donc bon, c’est toujours bien d’être bien vue par quelqu’un comme ça. Sinon c’est à peu près tout, j’ai bossé encore un peu mais comme j’étais, un peu mitigé, j’ai décidé de rentrer et préparer la grosse soirée qu’il y avait chez nous le soir, voilà.

D’accord. Et du coup là avec GF tu peux, tu peux interagir avec lui tu crois, ou c’est impossible, parce que si c’est quelqu’un qui connaît bien ces thématiques… ?
– Alors ce qu’il y a c’est qu’il est un petit peu, il connaissait bien ces thématiques, c’est-à-dire qu’il connaît vaguement les auteurs à lire et tout ça, mais honnêtement scientifiquement il est plus dans le coup parce que ça fait vingt ans, ouais dix ans qu’il est un peu à l’ouest, qu’il connaît plus les techniques d’investigation actuelles, qu’il ressasse toujours ses trucs à lui. Ça a un intérêt parce que l’hypothèse je suis allée la chercher il y a longtemps donc il en avait connaissance contrairement aux autres qui n’avaient jamais lu cette biblio, mais je pense qu’il m’aidera pas beaucoup à avancer. Donc, j’ai pris ce qu’il avait à me donner, les articles, mais je pense que je, j’aurais plus de temps à perdre qu’autre chose à aller le voir, et lui il n’a pas le temps non plus.

D’accord. Et donc là, par rapport aux autres semaines que tu peux avoir, c’est une semaine quoi, enfin elle est, elle est plutôt typique ou pas vraiment… ?
– Alors elle est atypique dans le sens où je n’ai jamais eu l’occasion en une semaine d’avoir autant de visibilité vis-à-vis de l’équipe, ouais sur ce je fais. C’est la première fois que je présentais officiellement devant l’équipe cette thématique sur laquelle je travaille. Parce qu’avant ils ont surtout vu l’aspect mémoire que je continuais depuis mon master, mais pas vraiment mon sujet de thèse, ils avaient pas vraiment eu l’occasion de voir ce que je faisais en manips. Donc quand même c’était quelque chose au bout d’un an et demi que je tenais à leur montrer mon vrai sujet de thèse, donc ça j’étais contente. C’était aussi, donc atypique en terme de visibilité. Ouais, en terme de réunion et d’interaction avec les gens, mine de rien, parce que il y a eu à la fois cette réunion des post-doctorants, ces deux réunions d’équipe, et ce grand moment d’interaction avec OM, que j’ai pas l’occasion d’aller voir très souvent, parce que lui aussi il est très occupé, et puis, bah là on s’est un peu mis à travailler sur le même projet, donc c’était une semaine plutôt chouette au niveau interactions. Voilà, je sais pas si par rapport à d’autres gens que tu as vu c’est, c’est différent… ?

De toute façon vous avez tous des, c’est très très différent, ouais.
– Donc ouais, non c’était plutôt une semaine à interactions, que sans.

Donc plutôt satisfaisante pour toi ?
– Mitigée, mais oui, au moins j’ai, oui, au moins j’ai, j’ai un peu expliqué ce que je faisais, et j’ai pu communiquer avec pas mal de gens donc c’est quelque chose que, c’est le genre de semaines structurantes, il y en a une tous les deux mois, une semaine qui, qui t’aide à faire la part des choses, à balayer de côté des trucs et à plus te focaliser sur autre chose. Ça c’était une semaine structurante. Voilà. J’ai pas forcément beaucoup bosser pour ce qui concerne le travail manuel, mais c’est une semaine qui aide à avancer.

Donc du coup derrière une semaine comme ça, tu, tu fais quoi ?
– Ben… je me change les idées le week-end parce que généralement les, les trucs qui ressortent d’assez mauvais du genre manque d’intérêt tout ça, ça me mine un peu, mais, sinon après ça, j’essaye de, à la fois de me remotiver pour mon travail manuel au jour le jour, parce qu’il faut pas que je le laisse de côté et ensuite, ben, bosser sur cette hypothèse-là et travailler dans mon coin, en parler avec OM et puis, ouais, essayer de, d’avancer sur, de creuser dans cette direction. Voilà.

Et ça va, ça a pas été trop contraignant de faire le… ?
– Non, parce que pour être franche en fait, je l’ai pas vraiment faite au jour le jour, j’ai consulté mon historique de mails, bon il s’avère que j’en ai pas énormément des mails de boulot, je les reçois sur une boîte précise. Donc ça a été, j’ai sélectionné ceux qui étaient intéressant, ceux qui, auxquels j’avais répondu. Et puis justement le fait que j’ai des plannings, bon ben ça fait que, enfin je sais très bien ce que j’ai fait tel ou tel jour. Et… et voilà, et puis et j’ai pas eu, non c’était pas contraignant parce que j’ai pas des masses d’interactions intéressantes dans une journée de travail. C’est vrai que, voilà, quand je dis une journée je compte pendant huit heures, c’est assez facile à résumer. Donc non, c’était pas contraignant. Et… bah éventuellement je pourrais le refaire sur une semaine d’ici quelque temps si ça t’intéresse. Une semaine qui soit pas forcément agencée comme celle-ci, je pense ça peut se prévoir un peu à l’avance le nombre de réunion…

Oui pourquoi pas ?
– Donc voilà. Je sais pas dans quelle mesure ça répondait à tes attentes.

Oui complètement.
– Ok.

Oui c’était très intéressant d’ailleurs, merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En quête d’espaces de réflexivité – Elans de pensées dans et hors cadres