Fabuler, co-fabuler

Fabuler, co-fabuler

Co-fabuler – février 2021, notes

Février 2021 – Notes sous forme de mémo vocal sur une expérimentation épistémologique

transcription

« Je vais essayer de me reconnecter avec ce que j’aimerais faire avec les doctorant.es rencontrés lors de ma thèse. Reprendre sans cesse le fil interrompu.

L’idée ce serait de co-fabuler leur expérience avec cette idée de donner de la place à une co-écriture intéressante quant aux inévitables négociations sur ce que l’on va faire importer dans l’histoire. Recréer du sens a posteriori à partir d’une expérience, de fragments épars, de traces hétérogènes, selon une focale et un contact aux matériaux liés au gestes spéculatifs : faire importer, faire appel aux mondes réels et répondre à l’insistance des possibles. L’artisanat que je recherche explore là où insistent les possibles dans les fragments matériels, les archives qu’il me reste de l’époque de la thèse. Il s’agit de traiter aujourd’hui ces matériaux comme des supports à la fabulation et au récit, et non comme des « données à analyser », pour dire quelque chose, et plus encore, tout en même temps, faire sentir quelque chose de l’expérience vécue en tant qu’elle se déploie dans des agencements et qu’elle cherche à la fois à déployer ses propres agencements. Les doctorant.es portent des mondes dans un monde. Et que ce récit soit fabriqué avec les doctorant.es : les rendre sujets à nouveau de leur propre histoire et du sens à donner à leur histoire. Ne pas me mettre en position de surplomb par rapport à leur expérience, ne pas céder à la tentation de l’objectivation d’une réalité dont je serais “meilleure” observatrice ou “meilleure” témoin qu’elleux.

Donc, dans ce co-récit : différentes importances, différents attachements vont se tisser dans la trame. Ce sont leurs importances et les miennes qui vont se mettre à négocier. L’une de mes importances justement est de faire exister, d’activer des possibles qui sont déjà présents, qui en quelque sorte relient1 le présent et le futur, le passé et le futur, puisque cela fait 10 ans que l’expérience a eu lieu (et certains possibles se sont imposés depuis comme des évidences sans alternatives). Les réels possibles étaient peut-être présents dans le récits (bifurcations), l’idée étant selon moi que nous pouvons les partager par le récit – selon ce que nous souhaitons faire importer en tant que conteur.ses.

Une autre dimension très importante pour moi est la question de la relation entretenue par les doctorant.es avec leur “objet” de recherche – qui par le récit deviendra sujet, comme un parti pris de la fabulation, questionnant la manière dont la relation est habitée avec l’objet/sujet de connaissance (j’explorerai à ce niveau l’approche du réalisme agentiel de Karen Barad).
Ce qui m’intéressera aussi dans cette écriture des expériences croisées de la thèse – la mienne tout autant que celles des doctorant.es rencontrés – ce sera précisément de témoigner de ce processus de co-écriture. De la recherche de la forme juste, du geste juste, épistémologiquement parlant, qui me fait sans cesse osciller et vaciller. Une en-quête (auto)ethnographique – l’autre livre de la thèse, le non-manuscrit de thèse – qui est autant un rapport aux mondes et aux agencements désirables qu’un rapport à des pratiques de recherche et à des sciences désirables, que l’on fait advenir, exister et que l’on appel à se réaliser. »

  1. précisément par le récit a posteriori – et je relie la démarche à l’autobiographie raisonnée par exemple []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search