Les conversations scientifiques comme lieux d’élaboration de la pensée

Les conversations scientifiques comme lieux d’élaboration de la pensée

J’interroge également notre rapport à la conversation scientifique dans nos pratiques d’écriture et de publication. Il me paraît intéressant de questionner – et j’ai pu largement converser à ce sujet avec Léna Dormeau, Yosra Ghliss et Marc Jahjah – que nous effacions toutes les conversations que nous avons eues au fil de l’élaboration de nos recherches, pour finalement, ne citer que des articles écrits dans nos articles de recherche, éventuellement remercier rapidement et évoquer ce qui au fond pourrait être déterminant pour relier à ce que nous élaborons, le milieu dans lequel nous l’élaborons. Bien sûr, les lectures nous permettent de conceptualiser, d’avoir des idées, de préciser notre rapport au terrain, etc. mais à titre personnel, sans conversations orales je ne sais pas faire de la recherche. Dès lors, ai-je les moyens par l’écriture, par la forme choisie, de redonner toute sa place et toute son importance à ce qui contribue à tisser la trame de la pensée – au contact toujours d’autres pensées et existences – dans ma pratique de recherche ?

Ainsi, parmi les formes que j’ai rêvées, j’ai envisagé de ré-écrire la thèse comme des lettres adressées à toutes les personnes qui m’ont permis de penser la thèse. Des conversations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search