Archives par mot-clé : réseau

A travers champs – Sciences Sociales 2.0

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Jeudi 17 novembre, à Lyon, se déroulait la journée d’étude Sciences Sociales 2.0 (voir le programme) marquant les 10 ans de Liens Socio, qui a donné naissance au printemps 2011 à la revue Lectures.

Archivage  des tweets #socio2 de la journée (par @piotrr70) / Fichier pdf

Prise de note collaborative (version etherpad, version pdf) – Détournement du principe de l’etherpad : ici

Le billet de Pierre Mercklé sur la journée

Sur le principe de Conférence 2.0 voir le billet de J. Chibois et le commentaire de P. Mounier sur les questions de convivialité entre chercheurs

Vidéos de la journée Sciences Sociales 2.0 en ligne (à venir)

J’avais le plaisir d’être discutante d’Antonio A. Casilli (@bodyspacesoc), qui intervenait sur la question « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? » (présentation en ligne), en abordant la question selon trois principaux angles :

  • rapport aux objets et méthodes ;
  • rapport aux savoirs ;
  • rapport à la demande sociale ;

J’ai découvert son travail, très intéressant, à cette occasion, et notamment l’ouvrage Les liaisons numériques.

En lisant le résultat de ses recherches portant sur la société en réseaux, définie, suivant Will F. Jenkins, comme « un espace social, où des corps interagissent pour créer des liens de coexistence » (Casilli, 2010), j’avais en permanence en tête la question suivante : « Quelles seraient les conséquences des usages numériques sur ces trois aspects dans la pratique de recherche en science sociales ? »

Avant toute chose, et depuis mon approche à la croisée des études des sciences et technologies (ou STS, Science and Technological Studies) et des sciences de l’information et de la communication (SIC), considérer la question « comment les usages du numériques transforment les sciences sociales ? », comme Pierre Mercklé l’avait proposé à Antonio Casilli, m’a amené à me demander : « les sciences sociales en tant que quoi ? ». Il me semble qu’adopter alternativement différents regards possibles de la sociologie des sciences (Vinck, 2007) mais aussi des SIC nous permet de parcourir différents aspects possibles des transformations des sciences sociales par les usages numériques. Un exercice un peu systématique, sans doute un peu scolaire, qui m’ouvre beaucoup de réflexions quant aux effets du numérique sur les pratiques de recherche, en sciences sociales en particulier.

Je livre ici ces quelques réflexions, de manière un peu abrupte, et sous forme de questions, dont une bonne partie ont déjà trouvé des éléments de réponse lors de la journée Science Sociales 2.0.

Tous vos commentaires, retours critiques, pistes, références et compléments sont les bienvenus !

Photo : Y. Calbérac

Les sciences sociales comme institution sociale de production des connaissances rationnelles

Comme dans toute institution, du normatif au normal1 , des normes structurent les pratiques de recherche.

Comment les usages numériques changent-ils (ou non) les normes de l’institution, au sens d’espace social normé ?

Quelles sont les nouvelles règles qui s’instaurent (évaluation, publication, communication), selon les disciplines, les nouvelles habitudes qui s’établissent, et les valeurs qui naissent, s’installent ou s’effacent (efficacité, quantité, rapidité, etc.) ou à l’inverse les contre-valeurs et contre-normes qui émergent ?

Les valeurs (et les cultures) des différents collectifs composant la recherche (disciplines, institutions, générations, etcetera) ne sont vraisemblablement pas les mêmes vis à vis du numérique. Les usages numériques sont-ils en train de redéfinir une « hiérarchie des disciplines » selon qu’ils y sont centraux ou périphériques, selon qu’ils sont des outils, des méthodes ou des moyens de communication ou de construction de réseaux sociaux ?

Comment les usages numériques transforment-ils par exemple les principes d’accumulation de crédit et de reconnaissance par les pairs ? Comment jouent-ils plus particulièrement sur le positionnement des acteurs de la recherche en sciences sociales ?

Et peut-être avant tout : quels types d’usages sont faits des outils numériques dans la recherche ? Quelle proportion de chercheurs utilise les outils numériques dans leur dimension relationnelle ? L’usage principal (prédominant) n’est-il pas avant tout celui de la production de données ?

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de production des connaissances et les objectifs des institutions de recherche quant à la production de connaissances  (qualitativement et quantitativement) ?

Quelles sont les nouvelles temporalités qu’ils proposent / imposent ? Quelles sont les normes d’évaluation qu’ils favorisent ?

Comment les questions de gestion des données se posent-elles ? 

A quoi les chercheurs renoncent-ils éventuellement en termes de connaissances productibles, sur un plan épistémologique ?

Les sciences sociales comme reflet de cultures et de sociétés locales

Si l’on considère maintenant que « les intérêts des scientifiques et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent orientent l’activité scientifique » (Vinck, 2007), on peut s’intéresser à la manière dont les usages numériques transforment les sujets de la recherche, reflet de l’intérêt plus large d’une société pour ces problématiques.

Dans quelle mesure ce qui se passe dans la recherche en sciences sociales reflète-t-il ce qui se passe plus largement dans notre société ?

Les usages numériques définissent-ils une nouvelle culturelle matérielle et cognitive locale dans notre société, dont la recherche en sciences sociales serait le reflet ou voit-on se développer une culture numérique spécifique aux sciences sociales ?

Les sciences sociales comme ensemble de pratiques de communication et comme système d’échanges

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de communication entre chercheurs et avec la société ? Comment les usages numériques mettent-ils en réseau les chercheurs en sciences sociales, entre eux et avec la société ?

Maintenant que l’informatique est devenue « relationnelle et communicante », comme le dit Antonio Casilli, quels statuts / quelle part les usages numériques occupent-ils dans les pratiques de communication quotidiennes des pratiques de recherche en sciences sociales, et quels rôles jouent-ils ?

Comment ces formes de communications organisent-elles physiquement le laboratoire ? Comment les usages numériques structurent-ils les espaces sociaux de la recherche et la façon dont les corps interagissent, ou encore transforment-ils la manière dont les liens de coexistence inter-individuels, inter-professionnels ou encore interdisciplinaires s’établissent (Casilli, 2010) ?

Comment les professionnels de la recherche et de la circulation des savoirs, les différents métiers qui les rendent possibles, se réorganisent-ils, se redéfinissent-ils potentiellement, autour des usages numériques ?

Voir à ce sujet les questions abordées dans le cadre de l’Université d’été du Cléo (septembre 2011).

Comment les usages numériques posent-ils la question de l’échange d’information et de la circulation des savoirs ?

Comment les usages numériques transforment-ils notamment le rapport à l’information (lecture, flux, gestion) et à la propriété intellectuelle dans les sciences sociales ? Comment s’articulent-ils ou non avec les modes actuels de validation scientifique de l’information ?

Si l’on considère les sciences sociales en tant que construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche, on peut se demander comment les usages numériques transforment les réseaux d’acteurs, leur densité, leur extension, la nature de leurs liens, ainsi que comment ils s’articulent et s’ils ont des effets sur les réseaux non virtuels.

Comment s’articule, ou non, par exemple le sentiment d’appartenance à une communauté de chercheur en ligne (exemple : les carnetiers d’Hypotheses.org) avec celui de l’appartenance avec une communauté hors ligne, celle de ses collègues, d’un même laboratoire, d’une même discipline ?

Quels sont les enjeux des communautés numériques pour la recherche et les chercheurs (capital symbolique, reconnaissance, etcetera), dans la mesure où celle-ci fonctionnent, de la même manière que les communautés non virtuelles, sur les principes suivants (Casilli, 2010) :

1. « plus un individu est reconnu par la collectivité, plus il se sent appartenir à celle-ci » ;

2. « le sentiment d’épanouissement éprouvé par chaque membre du collectif tient davantage à l’échange avec les autres qu’à son activité solitaire » ;

3. un membre d’un collectif ressent sensation de manque associé à la privation de l’échange, de l’interaction avec les autres.

Les communautés virtuelles adjoignent à ces caractéristiques la spécificité de conférer un « sentiment d’efficacité« , et des satisfactions presque instantanées, dans la mesure où « le don de temps et d’énergie pour la collectivité [y] serait récompensé de manière claire, immédiate et proportionnelle à l’effort  » (Casilli, 2010).

A. Casilli ajoute que les communautés virtuelles sont autant « ressenties » que celles établies dans des espaces physiques, et que « les pratiques communautaires en ligne s’ajoutent à celles qui préexistent et ne se substituent pas à elles ». Les usages numériques relationnels sont-ils dès lors amenés à se répandre, dans la mesure où ils semblent contenter certains besoins associés au travail en collectif, exprimés notamment par les doctorants (en sciences humaines ou en sciences expérimentales) ?

Comment les chercheurs s’approprient-ils des pratiques numériques de manière à ce que cela fasse sens pour eux : par des pratiques, des discours, des valeurs qui croisent ce qu’ils projettent sur leur pratique de recherche ?

Comment les trois principaux facteurs de participation aux communautés virtuelles, citées par A. Casilli (2010), d’après Peter Kollock, peuvent-ils recroiser la manière dont certains chercheurs investissent leur pratique IRL (In Real Life), et combler éventuellement un manque ressenti dans la pratique quotidienne de la recherche2 ?

1. Motivation par le principe du don-contre-don : en fonction de son investissement, on reçoit des informations, de l’aide, du support assuré par les autres ;

2. Désir de reconnaissance publique : ce qu’A. Casilli appelle le « cercle vertueux de reconnaissance et d’engagement »;

3. Sentiment que le comportement individuel peut changer la donne ou « compter pour quelque chose » ;

En bref, comment les usages numériques reconfigurent-ils la sociabilité des chercheurs entre eux, mais aussi avec la société ?

Les usages numériques participent à « créer des communautés électives » (Casilli, 2010), c’est-à-dire composées d’individus partageant nos valeurs et désirs. N’est-ce pas déjà ce que l’on fait dans les pratiques de recherche ? Pour A. Casilli, dans le cadre de la communication entre les chercheurs, fondées pour une grande part sur la convivialité3 et l’informel, les médias sociaux gommeraient la dimension conflictuelle de la recherche (controverse, luttes entre écoles…), qui l’enrichit. Ce manque ferait courir le risque potentiel d’un appauvrissement de l’échange intellectuel : comment pourrait-on réinjecter ces aspects dans les réseaux sociaux ?

@bodyspacesoc RT @yann_c: Je like! RT @piotrr70 @bodyspacesoc réclame un bouton « dislike » dans les réseaux sociaux et le possiblité de se faire des ennemis ! #socio2  / Thu, 17 Nov 2011 11:08:12 +0000 – tweet id 137124873557381120 – #529

Enfin, les communautés virtuelles ne s’établissent-elles qu’entre chercheurs ou reconfigurent-elles les relations chercheurs-non chercheurs ?

 ——

Cette journée me met finalement à la croisée des chemins : celui de l’étude des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de la sociologie des usages numériques et de la sociologie des sciences.

  • Quelques pistes numériques déjà engagées

Marin Dacos, Pierre Mou­nier, L’édition élec­tro­nique, Paris, La Décou­verte, 2010, 128p.

Antonio Casilli, Les liaisons numériques, Paris, Seuil, 2010, 336p.

Blogo numericus par Marin Dacos et Pierre Mounier

Blog de Pierre Mercklé

BodySpaceSociety, Blog d’Antonio Casilli

  • Des pistes à suivre

Milad Doueihi, La Grande Conversion numérique, paris, Seuil, 2008, 271p / Billet de P. Mounier sur cet ouvrage

Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 192 p. Compte-rendu sur Nonfiction

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux, Paris, La Découverte, 2011, 128 p.

Pierre Mounier, Les Maîtres du réseau – Les enjeux politiques d’internet, Paris, Cahiers libres, 2002, 216 p.

Communications, n° 88. « Cultures du numérique », Communications, 88, 2011 (introduction en ligne)

  • Autres références

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris, Les éditions de minuit, 1984, 320 p.

Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites  », Études de communication , 25 | 2002 , [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2011. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 19 novembre 2011.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

  1. Lors d’une séance du Labo Junior EHVI, Julie Henry avait exploré les frontières entre « normal », « normalisé », « normatif », « anomal » et « anormal ». []
  2. Ces réflexions sont en lien avec les entretiens que j’ai menés auprès de doctorants, non pas en sciences sociales, mais en biologie expérimentale : voir la Galerie de rencontres []
  3. Voir à ce sujet le commentaire de P. Mounier au billet de J. Chibois []