Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Quelques éléments de contexte

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Je souhaitais essayer d’ancrer mon discours le plus possible dans mon parcours, sous la forme d’une sorte de témoignage de ma confrontation progressive à la question de la responsabilité des scientifiques, et en particulier des chercheurs. J’ai en effet commencé par suivre une formation en biologie. Au cours de ce parcours, de toujours plus nombreuses questions sur la pratique de la recherche sont intervenues. Leur survenue associée à la quasi absence d’espaces dans la formation suivie pour y réfléchir et en discuter ont fait (pour faire court) que je ne pouvais finalement plus rester en biologie et que j’ai « migré » vers les sciences humaines.

Il me paraissait particulièrement pertinent d’avoir l’occasion d’aborder la question de la responsabilité des scientifiques dans le cadre plus large de la responsabilité citoyenne. Il me semble en effet important de réaffirmer que le chercheur est avant tout un citoyen comme les autres, c’est-à-dire comme vous et moi, ce qui engage déjà en soi une certaine responsabilité sociale.  Les chercheurs, depuis leur laboratoire, n’échappent pas à cette exigence de responsabilité.

Pour commencer, je choisis ici de faire dialoguer une expérience personnelle avec des points de vue et des discours de scientifiques « dures » (et plus particulièrement en sciences expérimentales) qui pensent eux-mêmes leur pratique.

Il n’est bien sûr pas question de dire aux chercheurs ce qu’ils « doivent » faire, mais bien de partager les questions qui m’ont taraudées à certains moments de mon parcours de biologiste, et que j’ai développées ensuite en poursuivant mes recherches du côté des sciences humaines.

Être responsable, comme tout un chacun

Je ne sais pas s’il faut présenter Jean-Claude Ameisen, membre du Comité consultatif national d’éthique et président du Comité d’éthique de l’Inserm, qui réfléchit particulièrement aux enjeux de la pratique médicale et de la recherche . Il dit ainsi par exemple qu’« être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. » (Ameisen, p.72, 2005). On voit pour commencer que l’idée de choix est centrale dans les questions de responsabilité. Axel Kahn, souvent bien connu pour ses diverses médiatisations, a réfléchi également à la question de la responsabilité, et ajoute un paramètre : « La responsabilité signifie en effet que j’ai conscience d’être ce que je fais dès lors qu’il m’apparaît avoir eu le choix de mon action. » (Kahn, p.70, 2005).

C’est-à-dire que l’on s’associe à l’action que l’on entreprend, que l’on ne ferait qu’un avec sa propre action, du fait même d’avoir eu le choix de cette action. Précisons d’emblée que l’absence d’action est également un choix.

Qu’advient-il de la responsabilité si nous sommes inconscients de nos actions ? Axel Kahn rajoute que « Lorsque celui qui agit n’a pas le moyen de s’identifier à son action – état d’ivresse, délire, etc. – il est irresponsable. Mais n’est pas vraiment responsable non plus celui qui, conscient de ses actes, n’a aucun moyen de les choisir. » (Kahn, p.70, 2005)

On retombe rapidement dans des problématiques propres au droit, à la législation. On voit bien d’ailleurs que ne pas s’informer sur le contexte de nos actions, leurs enjeux et leurs conséquences ne peut être assimilé à de l’inconscience mais bien à de l’irresponsabilité.

Par ailleurs, la remarque finale d’Axel Kahn sur les moyens du choix pose la question suivante : dans quelle mesure peut-on estimer que l’on a les moyens de choisir ou pas ? Il semble dès lors très facile de justifier par exemple l’inaction : « je n’ai pas eu le choix », « j’ai été obligé de ne rien faire » ou au contraire «j’ai été obligé d’agir de telle manière ».

Une dernière définition peut venir compléter notre regard d’entrée de jeu sur la responsabilité. Elle est cette fois prise sur Wikipédia :

« La responsabilité est le devoir de répondre de ses actes, toutes circonstances et conséquences comprises, c’est-à-dire d’en assumer l’énonciation, l’effectuation, et par suite la réparation voire la sanction lorsque l’obtenu n’est pas l’attendu. «

Que signifie dès lors « répondre de ses actes » pour un chercheur, et devant qui ?

Le métier de chercheur, comme tout autre métier, du fait de ses spécificités, engage vraisemblablement des responsabilités qui lui sont propres.

Faire de la recherche : des responsabilités spécifiques ?

Quelles seraient donc certaines implications du métier de chercheur en termes de responsabilité ?

Pour J-C Ameisen, de nouveau, dans le cadre d’une intervention pour le MURS (Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique ; voir encadré), au sein duquel des scientifiques mène une réflexion collective sur la responsabilité, correspondant à un besoin d’échanges sur cette question.

« Les êtres vivants ne font pas que résoudre les problèmes ; ils commencent d’abord par les créer », écrivait le généticien Richard Lewontin. La recherche, activité humaine [on ne le redit jamais assez], et donc vivante, ne fait pas exception. Et si elle permet d’apporter des solutions inattendues à des problèmes importants, jusque–là insolubles, elle crée souvent dans le même temps de nouveaux problèmes, en particulier d’ordre éthique, qu’elle n’a pas par elle-même, le plus souvent, la capacité de résoudre. »

Si la science se pose des questions formulées scientifiquement, c’est-à-dire de telles sortes qu’elles puissent être résolues dans le laboratoire (en ce qui concerne les sciences expérimentales), elle en crée par le même mouvement de nouvelles, qui quant à elles peuvent sortir du laboratoire, concerner la société dans son ensemble et toucher parfois aux valeurs (voire billet à venir centré sur la question des valeurs).

L’origine d’un questionnement personnel : parcours et posture quand il s’agit de parler de responsabilité sociale des scientifiques

Ces premiers éléments font échos à des réflexions qui sont intervenues dans mon parcours, que je n’aborderai que rapidement, à partir d’exemples.

J’ai suivi une formation en biologie moléculaire et cellulaire, on l’on travaille beaucoup à « la paillasse » comme on dit, avec des pipettes, des éprouvettes, et à l’échelle du microlitre. Une pratique de la recherche où l’on se retrouve pris dans des expériences très pointues, très précises, avec beaucoup de techniques associées et que l’on apprend à maîtriser. On ne se pose bien sûr pas tous les jours la question, surtout en tant qu’étudiant, de l’enjeu de se que l’on est en train de faire, loin de là. Souvent on utilise comme des boîtes noires des kits, en routine, et à la fin de la manipulation « à la paillasse », surtout quand celle-ci ne marche pas, on se retrouve parfois à ne plus savoir exactement ce que l’on a fait. On manipule de l’ADN tous les jours.

Dans les cours et les TD qui nous étaient donnés, notamment quand il s’agissait d’aborder la question de la transgenèse (injection de gènes dans des organismes animaux ou végétaux), les limitations techniques étaient abordées alors que les limitations éthiques n’étaient que survolées. Un professeur justifiant le fait de les éluder par l’argument de la « non compétence ».

Nous avions pourtant eu la chance, mes collègues de promo et moi, en 2005, d’assister aux premiers cours de « Bioéthique, Épistémologie, Développement » intégrés au tronc commun des formations en Master recherche de biologie de l’ENS de Lyon. C’était enfin rassurant de voir que ces dimensions de notre future activité étaient considérées par certains de nos enseignants comme suffisamment importantes pour être obligatoires dans notre formation. Mais l’intérêt de ce cours n’était pas toujours compris par les étudiants, qui en profitaient pour avancer dans ce qui leur était demandé dans les autres enseignements qu’ils suivaient, plus « sérieux », voire plus « rentables ».

C’est finalement en allant du côté des sciences humaines que j’ai trouvé plus de réponses à mes questions, surtout par manque d’interlocuteurs du côté des biologistes.

Suite de ce billet à venir

Un parti pris : considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour la recherche

Références

Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, 2005, N° 44, p. 64-86

Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, 2005, N° 46, p. 86, 58-71 [15 p.]

Plus généralement : articles du MURS

Qu’est-ce que le MURS ?

Trouvé sur le site du MURS  : www.murs-france.org

La dénomination de l’Association est : « Sciences et devenir de l’Homme », association française pour le Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique (M.U.R.S-France)

“L’homme ne doit plus subir son sort car il peut désormais orienter sa destinée vers un avenir réfléchi”, Jean DAUSSET, Prix Nobel Président de 1983 à 2002, fondateur des cahiers du M.U.R.S

Le M.U.R.S. est une organisation indépendante, n’ayant aucun caractère gouvernemental, ethnique, politique ou confessionnel qui a été créée en 1974.

Le M.U.R.S. cherche à harmoniser le savoir (objet de la science), le pouvoir (phénomène de société) et le devoir (obligation de la conscience morale individuelle ou collective).

Le MURS, pourquoi ?

Parce que nous sommes tous responsables individuellement, scientifiques ou non, décideurs ou simples citoyens ;

Parce que nous sommes souvent bénéficiaires dans l’immédiat du progrès des sciences et comptables des risques que ces progrès, mal orientés, peuvent faire courir à l’humanité ;

Parce que toute responsabilité, pour exister comme pour s’exercer, exige information et réflexion, préludes nécessaires au dialogue d’où doit émerger la décision.

Contribuer à la prise de conscience de cette responsabilité et fournir l’information qui ouvre les voies de la décision. Telle est la mission du M.UR.S. Mission ambitieuse mais à la dimension de l’enjeu, le devenir de l’homme face aux progrès de la science


Une réflexion au sujet de « Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? »

  1. Merci pour ces réflexions, Mélodie !
    J’y retrouve deux éléments qui me semblent essentiels dans la réflexivité :
    – le fait que nous ne sommes pas chercheurs à certains moments de notre vie et citoyens à d’autres : le danger de la conception utilitariste et rentabiliste de la recherche aujourd’hui est qu’elle amène la personne à se scinder. A gros traits : il y a les moments où je fais de la recherche, lors desquels ce n’est pas moi qui choisis ce que je fais, et donc lors desquels je ne suis pas responsable de l’initiative comme des conséquences de mes actions ; et il y a les moments privés, lors desquels je discute à bâtons rompus avec mes amis et je refais le monde dans des associations réflexives et éthiques, sans que ces réflexions ne m’amènent à changer le moins du monde mes pratiques quotidiennes…
    – et l’idée que la réflexivité, et les sciences humaines en général, ne sont pas là pour dire ce que l’on doit penser (choix de valeurs), mais pour inviter à penser (avoir conscience des valeurs sous-jacentes à mes conceptions du monde). En ce sens, pour revenir à la recherche, il ne me semble pas problématique d’avoir des valeurs – au contraire, il semblerait plutôt que la société actuelle en manque et que les chercheurs oublient qu’ils ont le droit d’en avoir – et de les affirmer, mais de ne pas se rendre compte que les discours et les modes de fonctionnement qu’on nous propose sont pétris de valeurs non assumées comme telles, et présentées comme « objectives » (il faudrait donc s’y résoudre, sous peine d’être trop « subjectif » – entendre souvent « sentimental » ou « social »…) et « évidentes » (ne pas accepter cette tendance serait aller contre le mouvement du monde). On oublie seulement que le monde a pour partie l’orientation qu’on lui donne…
    A suivre dans de prochaines discussions !

Les commentaires sont fermés.