La situation d’entretien et le rapport au terrain

Référence de départ :

Agnès D’arripe, « Construction d’un dispositif méthodologique et de ses outils: savoir commun et savoir scientifique, de l’induction aux hypothèses », Etudes de communication 2009/1 n°32, p.97-108.

La lecture de l’article d’Agnès D’arripe pose notamment la question du lien entre les modalités de l’entretien, tel qu’il est mené par le chercheur face à l’enquêté, et le type de discours construit par l’enquêté dans cette situation.

Dans le travail présenté dans l’article, l’un des objets de recherche d’Agnès D’arripe est la méta-communication.

D’arripe, 2009 – Page 5 :

« Au-delà de ces codes communicationnels souvent implicites, nous nous pencherons sur la manière dont les acteurs méta-communiquent sur leurs actions et leurs comportements. Dans ce cadre, nous ferons appel aux théories de L. Boltanski et L. Thévenot pour tenter de comprendre les logiques d’action mises en place et la manière dont les acteurs justifient leurs actes. Pour ces auteurs, les acteurs vont justifier leurs actions de diverses manières selon les circonstances. […] Les moments où s’exprimera la justification seront ceux de remise en cause et de critique. C’est dans ces moments que la réflexivité se déploiera et que les acteurs réfléchiront sur le sens qu’ils donnent à leurs pratiques. […] Nous tenterons d’approcher cette méta-communication de deux manières différentes. Tout d’abord, à travers les moments où, durant les ateliers de recherche, les acteurs disent des choses de ce qu’ils font . Ensuite nous désirons aller plus loin en suscitant également cette méta-communication via une méthode particulière, celle de l’analyse de groupe […]».

Ainsi, lorsque l’objet de la recherche est le discours qu’élaborent les acteurs sur eux-mêmes, sur leurs propres pratiques, comment construire sur le terrain les conditions pour que celui-ci puisse être mis en œuvre ?

Il s’agit bien de saisir les moments du discours où se développe une certaine réflexivité.

Et quel est le sens ou l’effet de la mise en place par le chercheur d’une situation où l’enquêté produit un discours qu’il n’aurait pas été amené à produire seul ?

L’un de mes principaux objets de recherche correspond aux conditions, aux moments et aux effets de la mise en œuvre d’un discours réflexif par les acteurs de la recherche scientifique, notamment sur leurs pratiques quotidiennes et ce que l’on pourrait appeler un rapport identitaire et culturel aux sciences. Je m’intéresse ainsi également aux moments « où la réflexivité se déploie » et par suite « au sens que les acteurs donnent à leurs pratiques ».

L’utilisation d’un protocole développé au laboratoire par Joëlle Le Marec permet d’analyser les pratiques de communication dans lesquels sont pris les chercheurs au quotidien

« Dans une troisième phase, nous avons mis en place et testé un protocole permettant d’étudier, pendant une période donnée, l’ensemble des situations de communication quotidiennes de six chercheurs impliqués dans le programme. Ces relevés et les entretiens qui ont suivi portent sur une semaine de travail, et ont été effectués à deux reprises, à plusieurs mois d’intervalles. A chaque fois, un entretien a été réalisé pour commenter et préciser tout ce qui a été relevé. »,  Rapport de recherche 2009 « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques »,  sous la direction de D. Schneider, UJF Grenoble, p.62

Ce type d’entretien n’est pas toujours un lieu de construction d’un discours sur soi et sur ses pratiques.  Il peut rester très proche de la description des pratiques, et ne nécessité pas un engagement fort et personnel de l’enquêté. Il est ainsi libre de se saisir de la situation de communication comme une occasion d’exprimer un positionnement et des revendication vis à vis du groupe d’appartenance, un désaccord, de la frustration, etc. Cette variabilité provient non seulement de l’expérience vécue de l’acteur rencontré lors de l’entretien, mais également de ce que celui-ci projette sur la situation de communication.

« En fait, le questionnaire et l’entretien me semblent pouvoir être vus comme étant, pour ces responsables de projet, une occasion de tenter de se rendre un peu plus visible, de quérir une certaine reconnaissance, du moins de tenter de trouver une écoute et un écho concernant leur projet… alors même que cette visibilité et cette écoute ne paraissent pas très probante si l’on se fie au taux de fréquentation (très faible) du lieu », Bruno Raoul, « Un travail d’enquête à l’épreuve du terrain ou « l’expérience de terrain » comme relation en tension », Études de communication, 25 | 2002, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2009. URL : http://edc.revues.org/index653.html. Consulté le 16 juin 2010.

Plutôt que l’analyse de groupe, développée par Agnès D’arripe, et pour susciter la mise en œuvre d’un discours  réflexif, nous avons utilisé un protocole de choix forcé adapté d’un travail de recherche mené en 1982 par B. Jurdant (Rapport de recherche 1982 « Obstacles et enjeux d’un développement intégré des sciences exactes et des sciences sociales », sous la direction de Baudouin Jurdant, GERSULP Strasbourg).

Lors de l’entretien, les enquêtés sont ainsi obligés de choisir l’une des deux propositions, et une seule. Ils sont amenés à argumenter et nuancer leur choix. Ils s’engagent ainsi dans un discours sur leur conception de la recherche, de la science, en général et selon leur propre expérience vécue de situations auxquelles ils font appel afin de justifier leur décision. Ces entretiens viennent compléter les premiers et sont menés auprès des mêmes personnes.

Quels sont les types de discours que l’on rencontre dans les différents types d’entretien ? Que révèlent-ils de la relation qui s’établit avec l’enquêteur ?

Que dire des conditions de construction de ces différents types de discours ?

Quel statut donner aux paroles des acteurs émises dans une situation mise en place par le chercheur lui-même  ?

« L’information recueillie par le biais d’un questionnaire (ou lors d’un entretien) est une information par laquelle celui qui la produit participe de la construction de la réalité sociale dont il est censé rendre compte, sachant que c’est le chercheur lui-même qui peut être à l’origine de cette production ». (Bruno Raoul, 2002)

En quoi la perception par l’enquêté de la situation d’entretien, en tant que situation de communication dans lequel le chercheur lui-même est pris, conditionne-t-elle l’engagement de l’enquêté ?

Le travail de Joëlle Le Marec permet de donner toutes leurs dimensions à ces questions, en abandonnant deux modèles de la communication  prégnants dans certains types de relations au terrain de recherche :

« Dans le premier modèle, il existe des vérités, des faits qui existent en dehors de l’observation. Dans le second, ce qui est vrai est l’information purifiée des effets contextuels de la relation. » ( Joëlle Le Marec, « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites », Études de communication, 25 | 2002, [En ligne], mis en ligne le 31 mars 2009. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 16 juin 2010).

Il s’agit plutôt de considérer « le terrain » comme l’ensemble des situations de communication dans lesquelles le chercheur est engagé lors de son enquête, et qu’il découvre et construit au fil de celle-ci.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Leïla dit :

    dans ton enquête interroges-tu les gens dans leur labo? car comme tu le fais remarquer la mise en scène peut être un paramètre important. des expériences en science de la cognition montrent cela très clairement.
    je me demande aussi à quelle point le discours ambiant sur la pratique de recherche influence le discours des interrogés.

    • Infusoir dit :

      Bonjour Leïla, merci pour ton message.

      Le choix du lieu revient aux personnes que je rencontre, et est souvent en lui-même intéressant à considérer en lien avec la relation que le doctorant entretient avec son directeur de thèse par exemple, à sa situation dans l’équipe de recherche, au type de discours qu’il va tenir au cours de l’entretien, à ce qu’il souhaite dire. Une personne critique sur la façon dont cela se passe dans son labo m’invitera rarement à la cafétaria partagée avec ses collègues. A l’inverse, une personne me recevant dans un lieu de passage aura plus de difficultés à se sentir totalement libre de s’exprimer. Plus que de mise en scène, je préfère alors parler de contexte, qui laisse moins penser que celui-ci est imposer par le chercheur. Il y a par contre effectivement une certaine mise en scène dans l’entretien (dictaphone que l’on sort, phrase de démarrage, phrase de conclusion) qui indique que l’on se trouve bien dans une situation un peu rituelle d’entretien, donc dans le cadre d’une recherche. Il ne s’agit pas d’une « simple discussion ».

      A quelles expériences en sciences de la cognition fais-tu référence exactement ?
      Et à quel type de discours ambiant penses-tu ?
      Il y a effectivement une sorte de « discours officiel » qui ressort de plusieurs des entretiens, mais je voudrais être sûre que l’on parle de la même chose ;-).