Member Login
Lost your password?

A travers champs – Trajectoire et témoignage

2 janvier 2012
Par

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Ce billet reprend quelques éléments de mon intervention du 16 novembre 2011 dans le cadre de la deuxième journée d’étude “Trajectoire et Témoignage”. Il endosse le statut de “réflexion en cours”, comme chacun des retours de journées d’étude ou des suites données à une intervention, présentés dans ce carnet.

“Cette deuxième journée d’étude, organisée au Centre Norbert Elias (École normale supérieure de Lyon, salle n° 2, bât. de l’IFE), le 16 novembre 2011, relève d’un cycle destiné à approfondir et partager une réflexion collective sur l’heuristique du témoignage dans la recherche en sciences humaines et sociales. Quelle que soit la discipline, le témoignage prend place, au moment du recueil comme au moment de l’analyse, à différents niveaux logiques et méthodologiques non exclusifs qui, souvent, sont entremêlés et « débordent » les uns sur les autres sans nécessairement que cela fasse l’objet d’une interrogation spécifique. Sans tenter de réduire la diversité des formes et des contextes, les journées d’étude Trajectoire et témoignage ont l’ambition d’explorer l’articulation de ces différents niveaux, leur fonctionnement et les démarches par lesquelles on peut les expliciter, grâce à l’éclairage de plusieurs approches disciplinaires.”

La première journée s’est déroulée le 28 juin 2011 et la troisième journée aura lieu le 24 janvier 2012. Ces trois journées donneront lieu à une publication collective.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse

Ainsi que l’a présenté Sarah Cordonnier, il s’agissait par cette introduction, que nous faisions à quatre voix, d’essayer de rendre compte, et de partager avec les participants à la journée d’étude de novembre 2011, la dynamique, les apports et les interrogations que nous portons dans des rencontres régulières, sorte de “mini-séminaires” que nous mettons en place Sarah Cordonnier, Bernard Bensoussan, Joëlle Le Marec et moi-même afin de préparer ce cycle Trajectoire et Témoignage.

Dans le cadre de cette journée d’étude, et en écho avec le travail mené dans nos rencontres préparatoires, il me paraissait d’abord intéressant de discuter la question de ce que l’on constitue en données signifiantes dans le témoignage, de ce que nous considérons comme les “moments” du recueil et comment nous les circonscrivons :  comment définit-on ce qui relève du “cadre” et du “hors cadre” ?

Je m’arrête principalement sur l’une des formes possibles du témoignage, qui n’est bien sûr pas la seule, celle de l’entretien. Par « hors-cadre » j’entends tout ce qui est en dehors de la transcription, c’est-à-dire ce qui est généralement considéré comme étant en dehors du “moment” de l’entretien, et qui donne pourtant à la situation d’entretien sa signification, pour l’enquêteur et pour l’enquêté, en tant qu’activité sociale (Le Marec, 2002 ; Le Marec et Babou, 2003).

L’autre élément au centre de mes interrogations, mais que je n’aborderai pas ici, était l’effet de la rencontre de pratiques de chercheurs d’autres disciplines sur nos propres pratiques, autour du témoignage et de la trajectoire. Plus généralement, il m’importait de considérer la portée du dialogue interdisciplinaire et de la réflexivité construite collectivement, notamment pour l’analyse individuelle et collective des situations d’entretiens (Le Marec et Faury, Publication prévue en 2012 ; Durrive, Faury et Henry, Publication prévue en 2012).

Dans quelle mesure pouvons-nous partager, témoigner[1], entre chercheurs, aux trajectoires différentes, aux disciplines différentes de ce qui se passe dans les situations d’entretien constituant notre terrain de recherche ?

L’hypothèse que nous faisons collectivement avec ces journées d’étude est que ce partage, de ce qui se passe dans la situation d’entretien, est possible. Il serait possible en-dehors même des cadres de références disciplinaires. Lorsque l’on vise à témoigner d’une situation d’entretien, l’entretien n’est dès lors pas pris seulement en tant que donnée recueillie, mais en tant qu’ « espace, témoignage et/ou relation d’enquête en construction », comme le présente l’argument du cycle dans le cadre duquel s’insère la journée d’étude.

Les séminaires de préparation de ces journées Trajectoire et Témoignage, et les journées d’étude elles-mêmes amènent à se poser les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’analyse collective d’un entretien est-elle possible ? En quoi consiste-t-elle et que rend-t-elle envisageable par rapport à une analyse qu’effectue le chercheur qui a lui-même mené l’entretien ?
  • Peut-on d’une certaine manière témoigner collectivement de ce qui se passe dans un entretien, alors-même que nous n’avons pas conduit, rendu possible, ni vécu[2] l’entretien individuellement ?
  • Dans le collectif, lorsqu’il s’agit par exemple d’analyser les entretiens, qu’apporte de spécifique l’enquêteur, celui qui était présent, physiquement, et pour qui l’entretien prend sa place dans un processus plus large, et dans des questions de recherche particulières ? Se constitue-t-il en témoin de ce qui se passe (ou s’est passé), notamment « hors du cadre », c’est-à-dire hors de ce qui est finalement transcrit, enregistré, filmé, ou plus généralement de ce qui « est lisible », dans le texte, l’image ou le son ?
  • Étant extérieur à l’entretien, peut-on percevoir « à la lecture », au sens large, l’existence d’un « hors cadre », sans pour autant le comprendre ? L’enquêteur ayant physiquement expérimenté l’entretien est-il alors là pour lui donner un sens à ce « hors-cadre » ?
  • Lorsque l’on présente des verbatims par exemple, lors d’une présentation, comment les accompagne-t-on en tant que chercheurs, lorsque l’on veut témoigner sur ce qu’ils « disent » ? Ces extraits parlent-ils d’eux-mêmes ou non ? Dans quelle mesure le chercheur enquêteur témoigne-t-il de ce qu’ils ne « disent » pas ? Quelle est la nature des informations que le chercheur apporte dans son témoignage pour accompagner le film, la transcription, l’enregistrement ? Pour dire quoi ? Le partage de la situation d’entretien, de ce qui s’est passé porte-t-il sur les « données »[3] contenues dans l’entretien, ou sur les conditions qui ont donné lieu à l’entretien (le « protocole ») ?
  • Pour celui ou ceux qui lisent les entretiens sans les avoir eux-mêmes menés, voit-on, s’arrête-t-on sur les mêmes choses lorsque l’on lit ou on écoute (ou regarde un entretien) ? Voit-on les mêmes choses dans l’entretien ? Si ce n’est pas le cas, qu’apporte le croisement des regards en-dehors d’une plus grande exhaustivité[4] ? Notamment qu’apporte ce croisement des regards à celui-là même qui a mené l’entretien ?
  • Se pose également la question de la forme du témoignage sur les entretiens menés au cours d’une recherche et de l’ancrage nécessaire ou non de ces entretiens dans une question de recherche. Si on les dissocie de la question de recherche à partir de laquelle ils ont été mis en place, cela n’empêche pas de considérer les entretiens comme des situations de communication situées et contextualisées. Mais que deviennent les entretiens si on les met cette fois dans un espace d’intersubjectivité, où des regards extérieurs se porteraient sur les entretiens ? Quels sont justement les espaces d’intersubjectivité qui peuvent être envisagés ?

 

Références

Le Marec, J. et Babou, I.(2003). De l’étude des usages à une théorie des “composites” : objets, relations et normes en bibliothèque, in : Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec [sous la dir.de], Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165

Le Marec, J. (2002). Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 – Questions de Terrains, 2002.

Durrive, B. “Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?”. Enquête sur l’homme vivant, 20 décembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 02 janvier 2012. http://ehvi.hypotheses.org/720

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. Préactes p. 60

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. Préactes p.95


[1] J’utilise délibérément le terme « témoigner » pour les chercheurs eux-mêmes : dans quelle mesure le chercheur peut-il témoigner de ce qui se passe dans la situation d’entretien dans laquelle il était partie prenante ?

[2] Ce terme me paraît très important : le fait de « vivre » la situation d’entretien, en tant que situation de communication.

[3] C’est-à-dire sur ce que l’on identifie en tant que “données” : ce qui pose la question de ce que l’on choisit de constituer en tant que données dans une situation d’entretien.

[4] Ce qui ne paraît justement pas être ce qui serait le plus intéressant.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Etiquettes: , , , , , ,

One Response to A travers champs – Trajectoire et témoignage

  1. TUFFERY le 3 janvier 2012 à 11:42

    Bonjour et bonne année 2012, je vous souhaite que celle-ci vous apporte matière à réflexion individuelle et collective.
    Votre article est très intéressant, comme souvent. Il pose déjà bien certains problèmes qui, de mon point de vue, relèvent à la fois d’objectifs expérimentaux (l’objet de l’observation) et de principes méthodologiques à respecter (comment l’observation doit-elle être conduite). Cette dichotomie est certainement quelque peu artificielle puisque l’on sait que les aspects méthodologiques inter-influent avec l’objet même de l’expérimentation et ses objectifs visés.
    Les problèmes que soulèvent d’une part la participation d’un chercheur à titre individuel comme acteur d’un entretien (ce qui constitue déjà un sujet d’interrogation épistémologique en soi) puis la lecture collective a posteriori de l’entretien par plusieurs chercheurs non-acteurs de cet entretien (ce qui en constitue un autre), peuvent utilement s’appuyer sur certains des travaux de l’Ecole de Palo Alto que j’ai déjà cités ici. Je vous invite en particulier à regarder (si vous ne l’avez pas déjà fait) du côté des travaux de G. Bateson, notamment ceux sur la double-contrainte (double-bind). L’ouvrage “La double contrainte. L’influence des paradoxes de Bateson en sciences humaines” Ed. De Boëck, 208) pourrait vous apporter des éclairages intéressants sur l’application de cette approche dans l’analyse de la communication interactionnelle, qui distingue grossièrement dans les situations de communication, les contenus des échanges et la méta-communication ou autres messages que prennent les échanges et qui peuvent passer notamment par des gestes des regards, des postures physiques ou d’attention et qui peuvent plus ou moins modifier, altérer voire rendre contradictoire contenus et formes des échanges. Mais vous devez probablement connaître déjà tout cela.
    Je m’interroge depuis quelque temps sur l’apport de cette approche de Bateson sur les entretiens de recherche en SHS, notamment dans des entretiens réalisés par des chercheurs auprès d’autres chercheurs, qu’ils soient extérieurs à leur propre institution d’appartenance, ou qu’ils y appartiennent.
    Existe-t-il des situations d’enquête entre chercheurs où il peut se produire une double contrainte dans des situations comme la suivante.
    Je suis chercheur et je demande à un autre chercheur de m’expliquer sincèrement et le plus objectivement ce qu’il fait comme travail ou les problèmes épistémologiques qu’il rencontre mais je me sens pris dans une double obligation contradictoire : d’un côté rester le plus neutre, et d’un autre côté montrer au chercheur interrogé que je comprends ce qu’il m’explique, que je m’y intéresse et qu’il peut me faire confiance pour ne pas le trahir, voire pour qu’il se livre à moi de plus en plus, peut-être même comme il ne l’a jamais fait auparavant. Cette double-posture méthodologique ne trouve-t-elle pas vite ses limites du fait de sa double-contradiction ? Car en même temps, plus je m’avance dans l’entretien, plus je me sens moi aussi en confiance, pas seulement parce que je crois bien comprendre ce que le chercheur interrogé m’explique de son travail et de ses questionnements, mais aussi par que le chercheur interrogé m’accorde SA confiance lors de cet entretien et que cette confiance m’impose de plus en plus, malgré moi, de ne pas pouvoir rester neutre. C’est ainsi que le chercheur interrogé ne peut demeurer très longtemps un chercheur extérieure à l’entretien et à la relation à deux qui se noue au cours de l’entretien, que celui-ci se passe “bien” ou “mal”.
    C’est aussi pour cela que, de mon point de vue, la lecture a posteriori du “résultat” d’un entretien par d’autres chercheurs non-acteurs, s’il peut apporter utilement une lecture à froid et extérieur, ne sera fondamentalement pas de même nature que pour le chercheur ayant participé à l’entretien lui-même.
    Je ne sais pas si ces quelques lignes peuvent utilement faire avancer votre propre réflexion, mais je suis intéressé par y participer si cela est le cas, ayant moi-même à m’interroger sur ce genre de démarche et ses conséquences sur la perception réciproque entre chercheurs interrogeant et chercheurs interrogés.





Carnets de recherche