Solenne : temps, projets et publications au centre de la recherche

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, c’est plutôt pour l’enseignement que Solenne avait choisi sa formation, au cours de laquelle elle découvre finalement son intérêt pour la recherche : « Enfin déjà, tu sais le petit stage d’une semaine qu’on avait fait, déjà rien que ça, j’avais adoré quoi, j’avais passé ma semaine à faire des mini-preps, enfin des trucs qui maintenant me paraissent chiants, mais j’avais adoré ça, c’était juste, « ouais c’est incroyable ce qu’on peut faire avec rien du tout quoi, j’adore ! », et c’est vraiment ça qui m’a plu tout de suite. Mais c’est vrai qu’avant j’étais plus rentrée à l’ENS pour l’enseignement par contre. C’était plus ça qui me plaisait, et je crois que c’est plus petit à petit au cours de l’enseignement qui est plus axé recherche, que je me suis rendu compte que, c’était vraiment passionnant, et que c’était ce qui me plaisait quoi. »

Après son stage en deuxième année de Master, Solenne décide de rester dans le même laboratoire pour effectuer sa thèse, étant donné que la thématique lui plaît, que l’ambiance dans l’équipe est agréable et qu’elle s’entend bien avec son directeur de thèse : « Mais je savais, enfin j’avais rien signé au départ, j’aurais très bien pu partir, mais… enfin, vu comme s’est passé mon M2, « il y a pas de problème, je fais ma thèse ici quoi », au bout du premier stage de M2, j’ai dit, « c’est bon je reste, et je reste pour… pour quatre ans quoi. » Mais bon. Mais au départ oui je me suis dit, « si c’est vraiment l’horreur », que ça me plaît pas, machin, j’essaierais de trouver ailleurs et puis le faire ailleurs quoi. Mais comme ça me plaisait bien, que les gens étaient sympas, que mon directeur de thèse c’est une crème, j’ai fait « c’est bon, je reste » [rires]. »

Photo : cc ex_magician sur Flickr

Les activités de Solenne sont structurées par les projets de recherche dans lesquels elle est impliquée. Ainsi, leur avancement conditionne ses urgences et son planning, ainsi que les relations qu’elle entretient avec les autres membres de l’équipe : « on est une dizaine, mais on est plusieurs à travailler sur le même projet, genre… moi, il y a mon directeur de thèse donc qui m’encadre, donc mes sujets sont ses sujets on peut dire, et on a tous les deux une ingénieure qui travaille avec nous, donc elle c’est pareil… c’est des projets en fait à trois, on a les mêmes genres de projets. Donc après c’est plus genre petits groupes dans le sens où on est une dizaine, mais on est trois ou quatre à bosser sur les mêmes choses ».

Au sein d’un projet, c’est plus particulièrement la production de résultats, en vue de publier des articles, qui organise sa pratique de recherche et la répartition de son temps : « […] le nouveau sujet, on a… on a bien avancé, et donc là on essaye de voir un peu ce qui manque pour rédiger un article. Et donc résultat, on refait plein de manips pour avoir de belles figures, etcetera, etcetera. […] Donc ce qui fait que l’autre sujet, j’ai plus le temps de le faire, parce qu’il demande quand même beaucoup de temps. Alors en plus il demande de faire les choses bien, parce que c’est des extractions d’ARN, dans des échantillons super précieux, donc je peux pas faire ça à la va-vite, entre deux minutes, donc il faut clairement que j’ai du temps. »

Dans le parcours de Solenne, c’est la vie personnelle qui conditionne en grande partie les choix professionnels, et notamment celui de faire un post-doctorat en France, plutôt qu’à l’étranger : « Moi je sais que pour des questions prof…, enfin privées, j’ai pas envie de partir et que je partirai pas donc… tout le monde me dit, « Ah, mais tu peux partir, deux ans c’est pas grave, deux ans sans ton mari… « , « – Ah non, mais non, deux ans sans mon mari moi je le conçois pas mais… » [rires], et puis bon, j’aimerais bien avoir une vie de famille aussi, donc deux ans avec moi aux Etats-Unis, lui en France, ça va être difficile la vie de famille [rires]. Donc non, je conçois pas comme ça ma vie, et clairement ma vie privée passe avant ma vie professionnelle, donc ben si il faut faire un choix, c’est déjà fait. Donc… donc voilà. Certaines personnes ont du mal à le comprendre et à le concevoir, mais… c’est assez marrant d’ailleurs, selon les gens avec qui tu discutes il y en a qui te prennent pour une extra-terrestre, genre « – Ah bon, mais tu peux pas te passer de ton mari pendant deux ans ? », « – N..non !» [rires]. «- Si je l’ai épousé c’est qu’il y a une raison, c’est pas pour le quitter et partir deux ans à l’étranger […] Donc résultat c’est des choix à faire et, ils sont déjà faits dans ma tête, donc après si le professionnel suit pas, bah, tant pis, il suivra pas et puis je ferais autre chose. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...