Recherches participatives : petit tour d'horizon

15 mars 2012
Par

Que sont les sciences participatives et les recherches participatives ?

Quelles sont les réalités que ces termes recouvrent et les réflexions qu’elles suscitent ?

Petit tour d’horizon de réflexions plus que jamais d’actualité (au sens journalistique du terme).

Exemple : Courrier International - Tous chercheurs

Si d’autres ressources, non mentionnées dans ce billet, vous paraissent intéressantes à indiquer à ce sujet, les commentaires vous sont largement ouverts !

Quelques définitions

  « Les formes de la recherche participative sont multiples mais elles présentent toutes un point commun : la prise en compte assumée, à des degrés variables, de savoirs non académiques.»,

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

C’est la nature de la prise en compte de ces savoirs ainsi que des acteurs qui en sont porteurs, le moment de leur mobilisation et le rôle qui leur est attribué qui varie d’un projet à l’autre : « partenariat égal »,  « co-construction », « participation », « coopération asymétrique », etc.

Courrier International, n°113, du 1er au 7 mars 2012

Définition donnée dans l’émission REC (Recherche en cours) du 11 mars 2011, par Jean-Marc Galan - Invités : Alix Cosquer et Romain Julliard

« Faire participer une vaste communauté de bénévoles, en général non scientifiques, à la résolution d’une question de recherche »

Émission REC sur les Sciences participatives du 11 mars 2011

« La recherche participative peut être définie comme une recherche conduite suivant un partenariat égal entre un partenaire académique (laboratoire, chercheur) et un partenaire de la société civile (associations, ONGs, groupes d'habitants, etc.). L'objectif dans ce type de partenariat est de produire des connaissances qui, à la fois, constituent un réel intérêt scientifique pour le chercheur et répondent également aux besoins du partenaire associatif. Par ailleurs, les convergences nécessaires pour mettre en œuvre ces connaissances impliquent des pratiques, un système de valeurs et des finalités qui lui sont propres et qui diffèrent en partie de ce qui est mis en œuvre autant dans la recherche  académique évaluée par les pairs que dans la recherche industrielle évaluée par les retours financiers sur investissement.

La recherche participative est ainsi un des processus de démocratisation des connaissances tant dans la façon dont elles sont produites que dans l'usage qui peut en être fait. »

Extrait de la présentation des formations organisées par la Fondation Sciences Citoyennes en mai 2010. (Présentation pdf)

 

« Les sciences participatives au sens moderne apportent ainsi une nouvelle dimension asymétrique à la coopération scientifique-amateurs. Les programmes sont proposés par les scientifiques, et libre au citoyen d'y participer. C'est même cette asymétrie que revendiquent les auteurs ayant tenté de donner une définition aux sciences participatives:

A citizen scientist is a volunteer2 who collects and/or processes data as part of a scientific enquiry. - J. Silvertown (1) »

Extrait du rapport de Pierre Tichit et Alexandre Genin, étudiants en première année de Master Biosciences (Rapport disponible en ligne)

 

"Dans plusieurs domaines des sciences sociales et humaines (éducation, communication, travail social, économie sociale, médecine communautaire, technologie rurale, et pratiques politiques et syndicales, entre autres), et même dans les sciences dites « dures », la recherche appartient de moins en moins à un monde à part de spécialistes éloignés du terrain. Ce type de recherches – recherche participative, recherche-action, recherche collaborative, recherche-formation – se caractérise par un processus de production des connaissances effectué de concert avec les acteurs de terrain. Elles ont pour corollaire la valorisation du savoir des citoyens, la mise en évidence des potentialités des participants et le renforcement, chez les personnes engagées, d'une prise de conscience de leurs propres capacités à déclencher et à contrôler l'action."

Présentation de l'ouvrage "La recherche participative - Multiples regards"

Le Monde, 2 mars 2012

L’implication d’acteurs non académiques dans le processus de recherche

« Au cours de cette journée, différentes pratiques de la recherche participative seront exposées. Ces pratiques impliquent notamment des situations de communications dans lesquels interviennent : (i) les dimensions statutaires et organisationnelles qui structurent les rencontres entre les acteurs, (ii) les dispositifs techniques dans lesquels elles s’inscrivent et (iii) les objets et les types de savoirs mobilisés à cette occasion. Il s’agira donc lors de cette journée d’étude de porter un regard réflexif sur une pratique scientifique singulière dans un contexte de normalisation de la définition de l’environnement. »

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

 

"Le geste citoyen de participer à la construction de la connaissance scientifique n'est donc certes pas nouveau, mais cette activité est aujourd'hui accessible à tous. Mieux, les scientifiques recherchent ainsi un public très large pour collecter leurs données ou pour participer à l'effort de calcul. Le programme Berkeley Open Infrastructure for Network Computing, dans lequel s'inscrit le fameux projet Seti@Home1, déporte ainsi le calcul scientifique sur les 5 millions d'ordinateurs individuels des participants. Un domaine en pleine expansion est la collection de données sur les écosystèmes (encadré page suivante) : la capacité d'inventaire d'un réseau de volontaires à l'échelle nationale est effectivement une aide précieuse pour appréhender l'évolution des systèmes naturels, à un coût estimé au tiers des services de professionnels."

Extrait du rapport de Pierre Tichit et Alexandre Genin, étudiants en première année de Master Biosciences (Rapport disponible en ligne)

Exemple de projets de sciences participatives

  • Sciences participatives et biodiversité

« Les programmes de sciences participatives à destination du grand public se multiplient, et ce tout particulièrement dans le domaine de la biodiversité. Des projets nationaux hyper médiatisés s’inscrivant dans la durée, aux inventaires communaux participatifs sur deux jours... des réseaux collaboratifs aux programmes éducatifs ou de gestion qui font produire des données... les formes prises par ces programmes sont multiples. » Sur le site de Telabotanica

Livret de l'Ifrée à télécharger sur "Sciences participatives et biodiversité" (pdf)

  • Boutiques des sciences

« Les Science Shops sont actuellement une centaine, répartis dans 24 pays, dont 17 en Europe. Ces Boutiques de Sciences traitent des milliers de demandes. Leur activité produit des recherches innovantes : non seulement elles donnent lieu à des publications scientifiques mais elles fournissent en outre des résultats directement exploitables, qui répondent à des besoins concrets exprimés par la société.

Toutes les Boutiques de Sciences n’ont pas la même organisation : elles peuvent travailler avec une université, des associations, des centres de recherche. Toutes n’ont pas le même mode de fonctionnement : la plupart sont spécialisées dans un domaine scientifique particulier, biologie, environnement, chimie, etc. »

Extrait du site de la Fondation Sciences Citoyennes

Article sur la Boutique des sciences de Lyon

Vidéo - Les projets de Boutiques de Sciences aujourd'hui à Lyon et Grenoble par Nicolas Lechopier

  • Le programme REPERE (Réseau d’Échange et de Projets sur le Pilotage de la Recherche et l'Expertise)

« La mise au point du programme REPERE – Réseau d’échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l’expertise par le Ministère de l’Ecologie est une des suites du Grenelle de l’environnement. Ce programme, lancé en octobre 2009, sur une durée de 3 ans, vise à « accompagner une réforme durable du pilotage de la recherche et de l’expertise en y intégrant la participation des ONG ». […] Le projet « Co-construction des savoirs et des décisions dans la recherche : l’exemple de la sélection participative en agri-environnement » s’intéresse aux démarches françaises de sélection végétale effectuées sur des variétés paysannes de blé tendre et blé dur, fourragères, choux, potagères, tournesols et maïs. Dans ces expériences, des paysans, des chercheurs de l’INRA, des techniciens, ainsi que des consommateurs, des transformateurs, des distributeurs ou des ONG, s’associent pour développer de nouvelles variétés de semences. »

Extrait du site de la Fondation Sciences Citoyennes

  • Autres acteurs de recherches participatives

"[…] Nous allons dans cette session aborder plusieurs types de processus qui ont rencontré un certain succès et figurent ainsi comme des emblèmes de ce que peut-être la recherche participative. Des Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) canadiennes aux Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l'Innovation (PICRI) franciliens, en passant par les Boutiques de Sciences, nous présenteront les quelques dispositifs qui ont réussi à faire émerger un « Tiers-Secteur Scientifique », à le développer et à acquérir une certaine maturité et qui mériteraient de trouver une plus grande reconnaissance en tant que mode de production de connaissances. »

Extrait de la présentation des formations organisées par la Fondation Sciences Citoyennes en mai 2010. (Présentation pdf)

Courrier International, n°113, du 1er au 7 mars 2012

L’idée de sciences citoyennes et l’impératif participatif

Le développement des recherches participatives s’associe d’une réflexion sur les implications de tels dispositifs, et parfois de leur critique (au sens positif du terme).

 

 « L’idée d’une co-construction de la recherche avec les acteurs s’accompagne de nombreux discours de promotion de modèles de participation. La participation, à peine posée comme forme d’ouverture de la recherche, devient alors une norme à la fois technique et politique de modernisation d’une recherche intégrée à des enjeux économiques et sociaux.

[…] Au cours de cette journée, différentes pratiques de la recherche participative seront exposées. Ces pratiques impliquent notamment des situations de communications dans lesquels interviennent : (i) les dimensions statutaires et organisationnelles qui structurent les rencontres entre les acteurs, (ii) les dispositifs techniques dans lesquels elles s’inscrivent et (iii) les objets et les types de savoirs mobilisés à cette occasion. Il s’agira donc lors de cette journée d’étude de porter un regard réflexif sur une pratique scientifique singulière.»

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

 

« Pour cette troisième « carte blanche », je voulais, pour une fois, non pas parler de recherches et de travaux passés, mais plutôt à venir (ou pas) : j’y constatais en effet le développement actuel d’expériences de participation du public à la production des connaissance dans les sciences expérimentales, comme par exemple l’astronomie ou la biologie, et m’interrogeais sur le « retard » des sciences sociales dans ce domaine. » Extrait du billet écrit par Pierre Mercklé, février 2012.

Pierre Mercklé propose une riche bibliographie dans ce billet.

Le Monde, 2 mars 2012

Appel à communication et journées d'étude - Mars / Avril 2012

Dossier thématique du volume 25, numéro 2 de la revue Nouvelles pratiques sociales

Cet appel de contributions propose de se pencher sur la recherche participative dont les finalités visent à soutenir le développement démocratique des pratiques sociales. Ce type de recherches nous semble balisé par un certain nombre de finalités :

  1. Être centrées sur les besoins et les intérêts des personnes et des communautés qui ne disposent pas des ressources pour entamer par eux-mêmes un processus de recherche;
  2. Favoriser la rencontre et le croisement des savoirs en donnant une place et un pouvoir aux participants aux différentes étapes du processus de recherche;
  3. Faciliter l’émergence de savoirs peu connus, plus expérientiels et d’action, et soutenir la production de ces nouveaux savoirs;
  4. Permettre aux groupes et aux communautés de s’approprier, partager, discuter et disséminer les résultats, notamment afin d’être en mesure de modifier eux-mêmes leurs pratiques.

Afin d’atteindre ces finalités, il va de soi que les rapports entre les chercheurs et les participants seront modifiés. Dans certains cas, les participants vont accompagner la démarche, tandis que dans d’autres études, les participants deviennent eux-mêmes des co-chercheurs.

[...] Un certain nombre de questionnements émergent et pourraient être couverts dans ce numéro :

  • Quels sont les traditions et les courants de recherche qui aspirent à favoriser une réelle participation des personnes concernées?
  • À quelles conditions une plus grande participation à la recherche peut-elle générer une plus grande démocratisation des pratiques?
  • Dans de telles études, comment soutenir une réelle appropriation par les participants des objectifs, des méthodologies et du processus même de recherche ?
  • De quelles manières de telles recherches peuvent-elles interpeler la communauté scientifique, les décideurs et les intervenants ?

De quelle façon la recherche participative peut-elle s’inscrire dans les finalités actuelles de l’intervention sociale ?

« La question de la démocratie participative est au cœur des mutations qu’a connues l’action publique depuis quelques décennies dans les démocraties occidentales. Dans un contexte de crise du gouvernement représentatif, la participation citoyenne aux négociations et aux débats publics, ainsi qu’aux processus d’expertise et de décision, fait désormais figure de norme ou d’impératif. S’est ainsi intensifié le recours à des technologies ou à des dispositifs ayant pour objectif d’impliquer davantage les citoyens dans la conduite des affaires qui les concernent, ceci dans un nombre croissant de domaines. Cette amorce d’institutionnalisation de la démocratie participative n’est cependant pas sans poser problèmes. A en particulier été questionnée son association avec une véritable dynamique de démocratisation. De fait, les ambivalences des formes participatives sont nombreuses. »

Cette journée est organisée  par le GIS « Participation du public, décision, démocratie participative»

Programme de la journée d’étude en ligne - Version pdf

La question de l’amateur

Les recherches ou sciences participatives, ou encore dites citoyennes posent la question de l’articulation entre différents registres de savoirs, désignés de multiples façons : académiques, professionnels, empiriques, « profanes » ou encore « amateurs ».

Le Monde, 2 mars 2012

La revue Alliage consacre à la question de l'"amatorat" son dernier numéro.

Couverture et sommaire (pdf)

 

 

 

 

 

 

 

 

-


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Réflexivités, Pratiques de recherche, Tour d'horizon

3 commentaires pour “ Recherches participatives : petit tour d'horizon ”

  1. anthropopotame le 18 mars 2012 à 10:38

    Bonjour Mélodie, merci pour ce tour d'horizon. Deux ajouts: le premier, comme Antoine l'a signalé, est que j'organise également une journée sur les sciences participatives, la participation et la restitution des données, le 11 mai à l'Institut des Amériques (http://www2.institutdesameriques.fr/get_transamericaine_detail_dev.php?id=10132). Je vois que la page a disparu, le texte de l'appel est le suivant:
    Une exigence toujours plus forte se fait sentir, de la part des communautés que nous étudions comme de la part des bailleurs de fond, d’intégrer à la démarche scientifique de terrain une dimension participative. Or la participation des populations à nos travaux - informateurs, pilotes, guides, simples interlocuteurs - exige qu'il y ait restitution, d'une manière ou d'une autre, des résultats du terrain. Ensuite, l'implication de scientifiques dans la recherche-action nécessite de comprendre les processus délibératifs, et par conséquent de traiter les données comme des éléments de débat. Enfin, intéresser les populations à nos travaux, les inciter à devenir acteurs et moteurs de l'enquête, semble une voie prometteuse si la communauté scientifique veut jouer son rôle d’orientation des politiques publiques, tant au niveau local qu’institutionnel.

    Toutefois, ces notions de participation et de restitution, et leurs corollaires (délibération, co-construction…) n’ont pas de contours bien définis, tant en pratique qu’en théorie. D’une discipline à l’autre, les définitions varient : peut-on parler d’une unique « science participative », ou cette notion recouvre-t-elle des approches divergentes, voire des champs d’application distincts ?
    La tenue d’une Table Ronde autour de ces questions semble donc opportune. Elle sera structurée par des récits d'expérience, des exposés méthodologiques, et d'exemples de traitements différenciés de l'information selon qu'on s'adresse à la communauté scientifique ou aux populations étudiées.

    L'objectif est, entre autres, de déterminer ce qui est éthiquement souhaitable ou indésirable, ce qui est susceptible de biaiser les recherches et ce qui peut être perçu, par les communautés étudiées, comme un comportement déloyal, ou inversement, ce que la communauté scientifique peut juger excéder les limites de l’implication.

    La journée se déroulera en quatre étapes, qui privilégieront la forme « débat » (bref exposé suivi d’une discussion) :
    1) Les enjeux de la participation (en amont, dans la conception du projet, et en aval dans les conclusions)
    2) La « science participative » au double prisme des SHS et des Sciences Naturelles.
    3) Les protocoles de participation.
    4) Le traitement des données en vue des restitutions

    Par ailleurs, je dirige un programme pilote financé par le ministère de l'écologie qui porte sur l'implication de communes françaises dans la réhabilitation de la biodiversité ordinaire (programme CLEVERT) accessible à cette adresse:
    http://anthropopotamie.typepad.fr/programme_clevert/
    Désolé pour cette promo, mais j'espère qu'elle s'inscrit dans ta ligne d'exposition :)

  2. Célya le 20 mars 2012 à 17:57

    Bonjour Mélody

    Merci pour ce tour d'horizon très utile.

    Depuis quelques semaines, les médias même généraux se sont emparés de la thématique " science citoyenne et participative" sans vraiment définir clairement ces notions. Ce billet de blog est donc bien utile pour mieux comprendre ce que se cache derrière ces expressions.
    Pour le blog MyScienWork, j'avais moi même rédiger un article à la suite d'un colloque très intéressant sur les "citizen science " à Londres (LCCS2) . http://blog.mysciencework.com/2012/03/01/citizen-science-rencontre-entre-la-science-et-les-citoyens.html

    David Larousserie auteur des articles du Monde que tu mentionnes, présent pour ce colloque a pu s'en inspirer pour écrire ses articles.
    Pour ma part, j'avais fait le choix de garder l'expression anglaise "citizen science" n'étant pas satisfaite par une traduction française. Ton article me permet de clarifier mes idées et pousser encore d'un cran ma réflexion. Merci

    Célya

  3. [...] le résume sur son blog Mélodie Faury, co-responsable du laboratoire junior interdisciplinaire “Enquête sur l’homme [...]

Les Espaces Réflexifs

cropped-Sans-titre-1.jpg

Penser (dans) l'action

Penser (dans) l'action

De "L'Infusoir" à "Infuse!"

Travail de thèse

IMG_3706

\"Parcours de chercheurs - De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?\"
En ligne

Archives

Lire, lire et relire