Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

La pensée que je souhaite partager aujourd’hui est celle de Dominique Vinck, sous la forme d’une citation extraite de l’un de ses ouvrages, intitulé « Sciences et société – Sociologie du travail scientifique » (incontournable pour celui, étudiant, chercheur, enseignant, qui cherche à comprendre « les dynamiques sociales de fabrication de connaissances et d’innovation », pour pouvoir « y intervenir, en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable ») : elle exprime l’une des motivations du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » et de mon travail de thèse.

"Faites de la science" - Et comprendre ce que cela veut dire...

Sciences et société – Sociologie du travail scientifique, Dominique Vinck, Ed. Armand Colin, Paris : 2007, p.6-7 :

« Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire. Le seul exposé de l’état des connaissances, comme cela se pratique dans l’enseignement et dans les émissions de vulgarisation scientifique, ne suffit pas pour comprendre comment elles ont été élaborées. L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de chose à voir avec la science telle qu’elle se pratique. […] Certains discours de la philosophie qui dégagent une conception générale et universelle de la science et la proposent comme norme à suivre par les chercheurs sont néfastes. D’une part, ils produisent une mystification de la science, bien différente des pratiques effectives ; ils sont de peu d’utilité pour guider concrètement le chercheur dans son travail. Ils offrent une occasion de réfléchir sur la science et d’en modifier le cours, mais ils sont surtout le privilège de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et qui ont le loisir de discourir sur la science. D’autre part, cette conception générale de la science, mise en avant pour lutter contre les pseudo-sciences et contre irrationalisme, est si éloignée des pratiques scientifiques concrètes qu’elle perd sa crédibilité. A défaut d’une représentation philosophique proche de ce qui peut effectivement s’observer ou se pratiquer, le chercheur réflexif ou l’observateur extérieur risque d’être conduit vers le pire des relativismes : « s’il n’y a pas une science universelle alors tout se vaut ». »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Guillaume Laigle dit :

    Salut Mélodie

    Le bouquin de Vinck est intéressant, mais, selon mon point de vue, parfois « trop » synthétique au point qu’on a l’impression d’une série d’énoncés sociologiques qui dent tout et leur contraire. Je le vois particulièrement bien sur la façon dont il expose la méthode de Callon et Latour, dont je connais assez bien l’oeuvre, où il me semble qu’il est soit trop vague, soit il n’a pas compris leur manière de travailler.

    Si on peut reprocher à une certaine philosophie de proposer une conception universelle de la science, un peu décalée du réel, dans l’esprit des « Lumières du XVIII° » – ce qui va amener le Positivisme -, on peut reprocher à une autre philosophie, d’inspiration utilitariste, de concevoir la science comme une série d’îlots hyper-contextualisés, dont les savoirs sont intransx-pntables ailleurs. Cette manière de pensée « pnti-universelle » est elle-aussi porteuse d’une idéologie, typiquement technocratique.

    L’une et l’autre ne sont ni meilleures ni pires: l’important est de penser ces deux « bornes ».

    M’intéressant pour mon mémoire biblio aux modèles de communication publique des sciences, je me suis aperçu que cette opposition existe sans être explicitement évoquée, dans la com des sciences, à travers deux type de valorisation « culturelle » des sciences: l’approche culturelle « latine » (« méditerranéenne » comme l’appelle Greco) – où la « culture scientifique » est un patrimoine universel, historiquement marqué – et l’approche « utilitaire anglo-saxonne » où la culture est au contraire un agrégat hyper-localisé, préférant l’outillage intellectuel à la patrimonialisation.
    La position de Lévy-Leblond est assez par-pnte sur le manque de réflexion autour de cette axialisation. Dans ces textes, il oscille d’une voie à l’autre, sans s’en apercevoir… D’un côté, une culture qui doit montrer un patrimoine commun sans oublier son histoire, de l’autre une culture hyper-adaptée aux contraintes contemporaines et à la diversité des sources de production des savoirs. On peut bien sûr arguer que l’on peut faire les deux. Sauf que les finalités ne sont pas tout à fait les mêmes.
    J’espère que je réussirai à mettre cela en lumière dans une des parties de mon mémoire biblio, que je t’enverrai bien sûr 😉

    • Mélodie Faury dit :

      Bonjour Guillaume, c’est justement ce qui est intéressant dans l’ouvrage de D. Vinck qui m’intéresse 😉

  2. Guillaume Laigle dit :

    J’ai oublié. Sur un autre sujet, tu animes un cours qui s’appelle « éthique et com des sciences ». Mais est-ce qu’il existe des cours et des publis sur l’éthique DE LA com des sciences ? Après la lecture d’un paquet de publis, j’en suis en effet arrivé à la conclusion que la com des sciences n’est pensée que dans les dimensions prescriptives, performatives ou explicatives. On évoque les risques inhérents à la com des sciences, l’accroissement du ens critique du public, mais il me semble qu’il y a peu de travaux théoriques ou empiriques sur l’éthique de la com des sciences elle-même, qui devrait se penser entre éthique des sciences, éthique de la communication politique, éthique de l’enseignement, éthique de la communication commerciale avec très certainement des particularités.
    Mais je me trompe peut-être.
    Tu n’aurais pas des infos à ce propos ?

    • Mélodie Faury dit :

      [Ce n’est pas tout à fait l’intitulé du cours en question, cela a son importance]
      Je ne sais pas vraiment quoi te répondre. Beaucoup de travaux existent en éthique et en philosophie du discours, ainsi que sur le rapport entre discours sur la science et valeurs (épistémiques et non épistémiques). Tu y trouveras peut-être ce que tu cherches.