Pensée du jour – « Sois réflexif ! »

Le temps me manque en ce moment pour faire vivre ce carnet, j’y sème malgré tout une « pensée du jour ».

La pensée qui boucle et qui sait se situer - Photographie de Claire Placial

La réflexivité1 me paraît être un mouvement que l’on ne peut pas enclencher « délibérément », ni en la contrôlant. De la même manière qu’il me paraît difficile de comprendre que l’on ne comprend pas, ou encore de répondre à une injonction du type « sois naturel » ou « sois libre »2, il me paraît compliqué d’être certain que l’on développe bien une démarche réflexive. Un « point aveugle » est par définition difficile à percevoir, et je suppose que l’injonction « sois réflexif » ne mène à rien.

Ne peut-on dès lors qu’espérer être réflexif ? Non (et je répondrai un peu à côté), car l’on n’est jamais réflexif : c’est un mouvement qui s’entretient plus qu’un état que l’on acquiert.

Comment faire percevoir la nécessité et l’intérêt à « faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites » ? Et la nécessité de le renouveler, toujours ?

Comme tout ce que l’on n’a jamais éprouvé soi-même, on ne peut percevoir, je crois, la force, la portée d’une pratique3 avant d’en avoir une expérience propre. Au « risque » ensuite de se demander, « comment faisais-je, avant ? ».

Ce qui, comme pour toute perspective et pratiques nouvelles, demande de se jeter à l’eau, de prendre des risques, justement, et d’affronter certaines incertitudes.

  1. La pensée qui boucle et qui se situe, depuis une perspective []
  2. ces réflexions proviennent notamment des mois qui défilent dans les Espaces réflexifs, et d’une récente discussion avec Rémi Barré []
  3. Et certaines pratiques numériques, qui sont propices à mon sens à la réflexivité, me font ce même effet : je pense en particulier aux carnets de recherche et à Twitter []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    passer de l’être au devenir ? de « sois réflexif », à « deviens réflexif » ou plutôt « devenons réflexifs » ? on ne naît pas réflexif.ve, on le devient… c’était ma petite pensée ajoutée à la tienne ce matin…

    • Mélodie Faury dit :

      Merci Marie-Anne :-). Devenons oui, j’aime l’idée de réintégrer le collectif, l’intersubjectif. Mais peut-on le devenir ? N’est-ce pas sans cesse à renouveler, ce qui fait que la réflexivité nous entraîne, nous met en mouvement ? Il me paraît vain de viser à tout à fait « être réflexif » tout comme peut-être à « devenir réflexif », car c’est plus le processus que le résultat qui me paraît avoir de la valeur.

      • Mélodie Faury dit :

        et j’introduis ainsi une échelle de valeur qui m’est propre (mais partagée sans doute)… où alors le résultat avec son processus, mais pas seul 🙂

  2. jean-Philippe dit :

    Pourquoi ne pourrait on pas « enclencher délibérément la réflexivité » ? N’est ce pas ce que vous faites dans la « villa réflexive » ? Est ce que se questionner sur ce qu’est la réflexivité n’est pas déjà une forme de réflexivité ?
    « Comprendre que l’on ne comprend pas » n’a de sens que dans un contexte donné et c’est l’usage hors contexte de cette expression qui donne le sentiment d’avoir à faire à une aporie. Si quelqu’un me parle en hébreu je ne mettrai pas longtemps pour comprendre que je ne comprends pas, si quelqu’un me dit « tu ne peut pas comprendre ! » Alors là effectivement je ne serai incapable de comprendre que je ne comprend pas (je ne sais pas si je me suis fais comprendre ? ☺).
    Contrairement à « sois naturel » ou « sois libre », l’injonction « sois réflexif » peut très bien conduire à une mise en question de la pensée, à un retour de la pensée sur elle même, dans la mesure où cet ordre est, là aussi, donné dans un contexte précis. « Sois réflexif » relève du faire (comme tu le souligne plus loin) au même titre que « sois gentil », Alors que « sois naturel » et « sois libre » relèvent de l’être (sauf à jouer à être naturel ou à être libre).
    Peut on, comme tu le suggère, être toujours réflexif ? Ou tout du moins faire l’effort sans cesse renouvelé de la réflexivité ? Peut on atteindre à une forme de sagesse réflexive ? Celui qui en permanence est « un pas de coté et s’éloigne de ses propre orbites » est en permanence en état de lévitation introspective (à lire certaines contributions dans le carnet « espaces réflexifs », je me suis demande si certain n’ont pas atteint ce seuil ☺. (Est ce que l’abus de réflexivité ne finit pas par conduire à une forme de solipsisme, de narcissisme ?)

    La réflexivité me semble faire partie de l’éthique et au même titre que celle ci, s’inscrire dans une temporalité qui fait qu’un questionnement sur la valeur des choses est toujours possible, à condition de « prendre le temps » du questionnement, mais ce questionnement n’est que prémices d’une action à venir et non action en elle même.
    Ce n’est pas le processus réflexif qui a de la valeur, mais ce qui en est fait.
    La réflexivité induit effectivement un devenir, ce devenir ne doit pas être réflexif, mais éthique.

    • Mélodie Faury dit :

      Merci Jean-Philippe de partager tes questionnements en commentaire. J’aurais tendance à intégrer « ce qui est fait de la réflexivité » dans le processus, car il est non linéaire.
      Quant au lien avec l’éthique (ou plutôt même l’ethos), je suis d’accord.

  3. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour,
    Voilà bien longtemps que je n’étais plus venu sur ce carnet et cela m’a manqué. Mais le début du « joli mois de mai à Paris » fut mouvementé et ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour me poser et « laisser infuser » mes pensées…
    Juste un petit mot concernant l’injonction « Sois réflexif ! ». Comment ne pas penser ici aux travaux de Gregory Bateson, Paul Watzlawick et les autres membres de l’Ecole de Palo Alto sur les injonctions paradoxales ou double injonctions (« double-bind »)? Ces chercheurs ont démontré depuis la fin des années 50 comment ce procédé de communication injonctive pouvait être psychopathogène dans les familles mais aussi dans tout type d’organisation où les individus sont exposés à ce genre d’injonctions paradoxales.
    Dans les organisations de recherche, on pourrait retrouver ce genre de procédé lorsque les chercheurs reçoivent des injonctions contradictoires sous la forme « Soyez individuellement performant en publiant davantage! ».
    Qu’est-ce que la notion de performance en recherche ? Toute recherche et toute publication ne peuvent être le résultat que d’un travail collectif qui demande du temps, des échanges nombreux, croisés, contradictoires et qui parfois sont le fruit d’un consensus qui ne peut être supportable que s’il a laissé le temps aux divers points de vue de s’exprimer.
    L’injonction « Sois réflexif! » ne peut être donc que dénoncée comme une injonction contradictoire car imposant à l’individu auquel elle s’adresse une obligation à réfléchir sur un mode imposant l’immédiateté du résultat attendu. La réflexion et la réflexivité sont d’abord des exercices individuels porteurs et respectueux de la subjectivité de leurs auteurs et donc de la temporalité respective de celle-ci.
    La réflexivité ne s’impose pas pas plus que la liberté ou que l’amour !
    Attention donc aux dégâts collatéraux des injonctions contradictoires que certaines des politiques publiques « modernes » de gestion et d’évaluation de la recherche sont tentées de mettre en œuvre au nom d’une évaluation de la performance individuelle et collective des chercheurs et de leurs communautés.
    Voilà ma modeste contribution à cet espace et à ce thème de réflexion.

  4. Guillaume LAIGLE dit :

    Il me semble important, dans un tel questionnement, de revenir à une démarche à la fois étymologique, linguistique et philosophique, telle que l’entreprend régulièrement Michel Serres. Qu’on me pardonne de choisir d’employer le présent plutôt que le conditionnel pour des raisons esthétiques : le lecteur gardera à l’esprit, s’il le veut bien, qu’il s’agit ici de propositions, non d’affirmations.

    La réflexion est une action.

    Etymologiquement, il s’agit du renvoi du monde dedans soi, monde dont l’on fait soi-même partie. Penser le monde oblige nécessairement à penser sa place, à se penser, même si l’on n’est pas capable de le formaliser, comme le rappelle Comte-Sponville. Réfléchir, c’est donc voir le monde en prenant conscience de son propre regard. Or le monde ne cessant d’évoluer, soi-même compris, toute réflexion ne cesse de bouger, de changer. Chaque réflexion s’inscrit dans l’instant. Bien sûr, cette action réfléchissante peut être motivée par des actes passés ou futurs, mais elle ne s’accomplit que dans le présent. Il suffit pour s’en convaincre de relire ses réflexions, couchées sur le papier ou sur l’écran informatique, après quelques semaines ou quelques mois. La réflexion est une action continue dans le sens où, si l’on en croit Aristote ou Locke, elle est inhérente à la nature humaine, comme pendant de la sensation. Doué d’intellect, l’être humain ne cesse de penser sa place dans son environnement, ce qui est réflexion. La réflexion en fait son essence. Cette idée tranche radicalement selon Conche avec la version cartésienne de la réflexion comme posture narcissique de renvoi vers soi, accessible par quelques initiés, vision bien étrangère à la pensée grecque à l’origine pourtant du concept.

    En revanche, la réflexivité est une capacité.

    Comme telle, elle s’inscrit dans le temps, non pas comme une continuité mais une possibilité. Quelque chose susceptible d’arriver à de multiples reprises, mais qui n’est pas garanti. En somme, la réflexivité ne peut se manifester que par plusieurs ruptures.
    La réflexivité n’est donc pas une réflexion sur sa réflexion, qui est réflexion. Si la réflexion est un renvoi du monde dedans soi, la réflexivité doit être pensée dans un mouvement inverse comme un renvoi de soi dedans le monde. C’est un oubli de soi. Une ascèse. Si la réflexion est naturelle à l’homme, la réflexivité est un acte contre-nature, dans le sens où l’on ne peut s’oublier trop longtemps sans risque de dépérir. La réflexivité ne peut donc être continue mais ne peut exister que dans des temps limités, involontaires ou programmés. C’est un arrêt de sa pensée. Une absence de soi pour se rendre présent, disponible au monde. Etre réflexif, ce n’est pas réfléchir sur sa réflexion – vision de Descartes et Husserl –. Ce n’est pas non plus s’abstraire de réflexion. C’est s’autoriser à ne pas réfléchir pour mieux apprécier ses réflexions passées et futures. Un jeûne de l’esprit conjugué à un esprit de jeûne.

    « La pensée ne peut avoir d’autre chez soi que tout l’univers ; c’est là seulement qu’elle est libre et vraie. Hors de soi ! Au dehors ! » (Alain).
    « La réflexion mène à tout… à condition d’en sortir ! » (Comte-Sponville)

    Mes expériences personnelles témoignent que les personnes les plus dotées de réflexivité sont justement celles capables d’oublier de théoriser, d’analyser. Des personnes « réfléchies » mais capables de s’oublier penser.