Retour sur le manifeste Révoluscience – Les réactions – 2/2

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Des points d’achoppement :

Sur la question de l’attitude à tenir face aux publics de la médiation scientifique, l’idée d’une « médiation scientifique non autoritaire qui dialogue avec d’autres manières de penser le monde, qui sache valoriser les « savoirs profanes » et qui respecte les croyances populaires » a fait débat. Thomas Schumpp considère que « poser comme nécessaire la valorisation des savoirs profanes est (…) fondamentalement condescendant » et Malvina Artheau surenchérit en remarquant que « avec les meilleures intentions du monde, on peut facilement tomber dans certains militantismes et passer de ‘valoriser’ à ‘promouvoir' » — d’autant qu’il n’est pas forcément clair à quels types de croyances et de savoirs ces recommandations s’appliquent (le créationnisme n’étant pas sur le même plan que les tours de main du cuisinier). Foin de fausse ouverture d’esprit, Thomas propose d’assumer l’idée que la science (et la CST avec) est incompatible avec certaines visions ou approches, conforté par Diderot en verres miroirs selon qui il faudrait « tenter d’aborder la question de la scientificité elle-même (comment elle se décide, comment elle est acquise, etc.) de façon non condescendante avec les publics ». Pour Pauline Lachappelle, le problème provient de l’emploi de l’expression « croyances », « qui par définition induit qu’elle est contraire à une preuve scientifique ». Pour elle, il s’agit plutôt de « respecter chacun dans son identité et sa pensée ». Ainsi elle marque la différence entre « savoirs profanes », pouvant être qualifiés de populaire mais non de croyances, qui « n’induisent pas une tolérance des pratiques ou idées « humainement » contestables… « , comme le « racisme » ou « l’excision » par exemple. Pauline Lachappelle propose ainsi d’adapter les formes de médiation à ce type de rapport aux publics, pris comme autant « d’individus singuliers ».

De son côté, OldCola tient à affirmer que « la science n’est pas démocratique », quand le manifeste avance pour sa part que « la science peut contribuer à réfuter des superstitions néfastes, mais aussi à écraser des mythes enrichissants ». Une médiation scientifique responsable doit toujours savoir quand elle renforce chacun de ces impacts. », lui se méfie et répond qu’il ne connaît « aucun, strictement aucun, exemple où la science aurait écrasé des mythes enrichissants » !

Est-ce que les comités d’éthique font partie des « mécanismes permettant un fonctionnement responsable de la science » comme l’affirme le manifeste ? Non répond Jeannine Milhaud, pour qui c’est leur donner trop de pouvoir, surtout sur des sujets politico-économiques sensibles comme les nanotechnologies.

À travers l’ensemble de ces remarques, on voit que le manifeste pâtit ici de l’exercice périlleux qu’il représente (s’adresser à des médiateurs très hétérogènes dans leur réflexion sur ces questions et plaider à l’excès dans un sens pour remettre la balance à peu près au milieu)… finissant même parfois par s’aliéner des esprits plutôt favorables a priori !

La partie « nature et progrès » a également provoqué des réactions. Ainsi, la proposition « Pour une médiation scientifique qui ne présente pas la science comme nécessaire facteur de progrès »  fut plusieurs fois entendue comme « la science n’est pas nécessaire au progrès », voire même « la science ne permet pas le progrès ». D’une proposition sur les façons de communiquer la science dans les pratiques de médiation à la perception d’une sentence sur l’utilisation dangereuse de la science, le pas a parfois été vite franchi.

Il semble que la relation entre science et progrès reste un terrain miné, sujet au dérapage et à la sur-interprétation des propos. Il est facile d’être étiqueté « relativiste » si l’on n’y prend garde.

Des propositions plus unanimes :

L’enthousiasme exprimé par certains de ceux qui ont souhaité soutenir globalement la démarche (« ça fait plaisir d’être en phase avec vous ! « , « Un admirable effort. […] », »100% avec vous », « ENFIN!!! ») part essentiellement du sentiment de « s’y retrouver », de reconnaître dans des idées des pratiques menées individuellement ou collectivement :

  • « De très belles propositions, tout à fait en phase avec la vision qu’a notre association du rôle de la culture scientifique dans le débat public. A diffuser largement donc. « 
  • « Pour l’instant, je partage trés largement les idées que vous explicitez et suis  agréablement surprise de voir formuler par votre approche cognitive mes pratiques intuitives depuis que je me consacre activement à la médiation. »
  •  » Scientifique et comédienne, je soutiens le manifeste Révoluscience dont l’esprit correspond à ce que je tente modestement de faire en médiatisant la science par le théâtre au sien de ma compagnie « 

Ces retours positifs se sont souvent accompagnés de partages d’expériences, mais également de réserves, voire de critiques, notamment concernant la portée pratique de ces idées encore bien théoriques :  » Vous avez de bonnes idées. Mais il y a beaucoup de travail a faire pour les mettre en pratique. C’est un bon défi.  » ; « Je trouve l’initiative très bien et globalement les idées défendues me correspondent tout à fait. J’ai cependant relevé quelques termes et idées sur lesquelles je pense que l’écriture peut être améliorée et précisée. Peut-être que ça semblera du chipotage pour certains… mais les mots sont importants ! « .

Enfin, s’exprime ponctuellement chez ceux qui choisissent de soutenir le texte, l’envie de prolonger le débat, de poursuivre la réflexion ou encore de connaître qui sont les autres sympathisants du manifeste :

  •  » A titre personnel, j’adhère totalement aux propositions faites jusqu’alors. Si cela peut-être utile, il m’est possible de les mettre en débat dès la rentrée au sein de ma structure. Bravo pour l’initiative. « 
  •  » J’aimerais continuer à recevoir vos demarche « 
  •  » Rendre visible la liste des signataires ?  » (la liste est déjà accessible ici)

Sur la nécessité d’une pluralité et d’une diversité d’acteurs dans la médiation les réactions semblent aller dans le même sens, que ce soit en filigrane de plusieurs réactions aux ambiguïtés du texte, ou exprimé directement comme le fait Pauline Lachappelle appelant à l’ouverture du champ de la médiation scientifique aux autres domaines culturels.

Certains ont salué « l’essence de ce projet dont l’ouverture serait difficile à remettre en cause » et reconnaissent ailleurs « que ce manifeste a au moins le mérite de forcer la discussion et l’échange d’idées ». La notion de responsabilité, quel que soit le public à laquelle on l’attache (les chercheurs, les médiateurs…) est une thème que l’on retrouve aussi très souvent dans les commentaires.

Là où le manifeste semble avoir frappé le plus juste, c’est en essayant de remettre à plat les pratiques de la médiation scientifique et en proposant un point réflexif — avec quelques solutions possibles. La partie 5 (« Réflexivité et responsabilité ») a d’ailleurs été la plus commentée, preuve que cette question est aujourd’hui incontournable — comme souhaite y contribuer le dossier sur la Culture scientifique et technique de Sciences & Démocratie. Cette démarche réflexive trouve donc des échos et des demandes de prolongation à plusieurs niveaux émergent.

Pour Baudouin Jurdant, elle fait encore trop souvent défaut en particulier chez les chercheurs, et l’implication concrète de ces derniers dans la pratique de la médiation pourrait induire une démarche réflexive bénéfique, voire nécessaire (voir son intervention sur cette question « Communication scientifique et réflexivité », disponible en ligne). Il propose ainsi un point supplémentaire « pour un engagement authentique des communautés scientifiques elles-mêmes dans la médiation de leurs savoirs de spécialistes ».

Au niveau des pratiques de médiation, il semble que l’intérêt de la démarche réflexive ne soit pas remise en question et considérée comme intéressante à pousser plus avant : essayer de prendre du recul et de mieux comprendre les enjeux de ce que l’on fait dans sa pratique.

Mais la place des sciences humaines dans ce processus semble encore trop ténue pour Baudouin Jurdant, qui souhaite « un élargissement du dialogue » entre les sciences.  Ainsi, il gage que dans un dialogue avec les sciences dites « dures », que ce soit par l’intermédiaire des médiateurs professionnels ou des chercheurs engagés dans la médiation scientifique, elle permettrait de prendre conscience « d’où on parle », selon quelle perspective et avec quelle représentation du monde.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...