Les rencontres avec Serendip

A l’exact moment où je publie ici, Claire Placial publie dans les Langues de feu

A l’occasion d’une discussion avec Claire Placial, initiée par la lecture de l’un de ses billets dans la Villa réflexive, nous est venue l’idée d’écrire, chacune à notre manière, sur la carte de Serendip de nos rencontres d’auteurs et de pensées au cours de notre parcours.

Je rebondissais ainsi à une parenthèse :

« (j’avais essayé de dessiner cette année une carte de Serendip, en y plaçant les livres rencontrés, et les circonstances de leur lecture; une feuille à deux dimensions n’a pas suffi). », Claire Placial

Cette remarque a fait écho à mon expérience vécue dans la mesure où elle rejoignait une esquisse sur le papier, sur laquelle j’avais également tenté, en vain, de saisir un mouvement : celui des rencontres jalonnant mon parcours de formation à la recherche puis de thèse (venir à la thèse et prendre des directions successives au cours de la thèse) et l’ayant influencé. Je m’étais alors formulé l’idée que les rencontres marquantes sont multiformes et que j’avais rarement pesé sur le moment l’importance de l’effet d’une pensée autre sur le développement et sur la direction prise par la mienne. Cela me semblait d’autant plus important à tracer que j’essayais de comprendre les inflexions d’un parcours : celui qui m’avait fait passer de la biologie moléculaire aux sciences de l’information et de la communication. Quelles rencontres avaient bien pu alimenter, réactualiser, modifier, perturber, relancer mes questionnements ?

J’avais alors choisi le fil conducteur chronologique, plutôt que la métaphore de la carte, mais n’avais rencontré que le ramifié et le multifactoriel, bien loin du linéaire et de la relation cause-conséquence simple. Bien sûr. Comment aurait-il été possible de retracer simplement dans le temps l’effet des rencontres avec d’autres réflexions ?

Lectures – sur le papier, ou numériques – courtes ou longue – livres, articles, billets, etc

Écoutes – en direct ou en différé, choisies ou obligatoires, préparées ou improvisées, dans un cadre formel (conférence, cours, etc.) ou lors d’une discussion informelle (pas de porte, autour d’un café, au détour d’un couloir, dans le métro, sur Twitter, etc.)

Questions – sous toutes leurs formes, poser des questions, remettre en question, interroger les évidences, en collectifs hétérogènes de préférence pour éviter autant que possible l’entre-soi.

Une lecture, une écoute, sans question que l’on se pose, ne trouvera pas facilement d’accroche. Les résonances s’installent dès lors que l’on se met en situation de perméabilité à une façon de pensée, que l’on accepte de s’ouvrir1, pour un instant ou pour plus longtemps, à une autre perspective, que l’on pourra dès lors articuler à la sienne – à « sa motivation intrinsèque« . Et le fait même de pouvoir constater que l’articulation n’est pas possible est très formateur.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

On pourrait avoir une idée préalable, pour la recherche, de la « prévalence » (de la « noblesse » ?) d’une forme sur une autre – le livre, l’article, l’intervention en colloque international vaudraient plus que le billet, la discussion informelle, ou l’échange par mail. De quel point de vue ? Du point de vue de l’aboutissement et du degré de développement d’une idée, d’une pensée ? Sans doute. Mais pas toujours. Du point de vue de l’évaluation des productions scientifiques de la recherche ? Oui, puisque ce sont les critères actuels d’évaluation. Mais nous pourrions en discuter.

Et du point de vue de la matière à pensée ? Du « food for thoughts » comme dirait Claire Placial.

C’est souvent une rencontre vivante – d’une pensée, d’une idée, ou de quelqu’un qui me révélait l’existence et la valeur d’une pensée – qui m’a amenée à lire la chercheuse ou le chercheur que je venais d’entendre ou que l’on venait d’évoquer. L’oral a sans nul doute joué un rôle déterminant dans ma rencontre avec le travail de nombre de chercheur.se.s et d’auteurs. Peut-être est-ce lié avec une forme de mémorisation que je sais avoir plutôt auditive.

Ces chercheur.se.s que j’ai entendu.e.s et qui m’ont marquée

–  qui m’ont donné à penser à un moment ou à un autre de mon parcours et qui l’ont infléchi d’une manière ou d’une : soit que j’ai commencé à les lire après les avoir entendus, soit que j’ai commencé à les lire différemment après les avoir entendus, c’est-à-dire avec l’impression d’une meilleure compréhension de leur travail, d’une compréhension plus complexe, peut-être plus approfondie, en tout cas pluridimensionnelle.

Ces chercheur.ses et auteur.es que j’ai commencé à lire et comprendre, en étant orientée, grâce à des échanges avec des amis et des collègues

– à chacun d’entre eux est associé un souvenir d’échange vivant qui m’a donné envie de les découvrir – certains livres attendent encore sur une pile que cette envie naisse d’une situation, d’une rencontre, de nouvelles questions – bref que la rencontre avec l’écrit de l’auteur tombe à un moment où la résonance sera possible, avec la sereine conviction que cela arrivera, bientôt.

C’est souvent, aussi, une discussion improvisée entre deux couloirs qui m’a amenée à aller plus loin dans la découverte d’une façon de penser, d’auteurs. Je remercie d’ailleurs toutes et tous les collègues qui prennent le temps d’échanger et de faire des liens : « tiens ta question me fait penser à ce qu’a écrit untel », « as-tu lu unetelle, elle dit des choses passionnantes à ce sujet ». C’est à ce type d’échange et pensée conviviale que je reconnais la forme de recherche qui me plaît : quand la référence aux auteurs et aux travaux nourrit la discussion et les questions, et n’est pas utilisée comme bouclier de légitimité (« quoi, tu ne connais pas ce livre/article/travail d’untel.le ?! »).

Ces chercheur.se.s que j’ai d’abord cotoyé.e.s, avant de les lire (livre, article, billet – papier ou en ligne), nos discussions m’ayant donné envie de les lire

– dans les bureaux, les couloirs, les évènements scientifiques – et ceux et celles que je croise « numériquement », sur des blogs de recherche ou dans des réseaux sociaux, dont je découvre de multiples facettes, la profondeur et la dynamique de réflexion, au fil de leurs écrits que je suis.

La recherche conviviale

La recherche conviviale, « abondante et fluide« , qu’un certain nombre d’acteurs universitaires cherchent à préserver, multipliant les formes d’échanges et de pensée, est très précieuse.

Ainsi, j’ai rencontré des chercheuses et des chercheurs et grâce à eux des réflexions en mouvement, d’hier et d’aujourd’hui.

A chacune des formes de rencontres évoquées, et j’en oublie, sont associés des mots et des idées que je n’ai pas eu besoin d’inscrire dans un carnet pour m’en souvenir. Les effets de ces rencontres ne sont pas toujours identifiables, encore moins immédiatement.

Marie-Anne Paveau a parlé un jour de la mémoire en ces termes :

« en matière de mémoire, le sens compte assez peu à côté de l’impression »

Ces rencontres marquantes m’ont fait forte impression. Pourquoi à ce moment-là et pas à un autre ? Pourquoi peut-il arriver que l’on rate la rencontre, avec la pensée de l’autre ?

Pourquoi certaines lectures, certaines conférences arrivent-elles parfois trop tôt ? Ces moments où l’on se dit même que peut-être, à l’instant, on n’a pas saisi toute la profondeur de l’idée à portée mais non saisie, et qu’il faudrait pouvoir y revenir. Et on peut y revenir dans le cas d’un livre, d’un article, d’un billet de blog, d’une intervention filmée ou enregistrée, mais pas pour tous ces moments où si l’écoute n’est pas éveillée, alors tant pis, c’est déjà passé.

Il suffit qu’une lecture ou une intervention intervienne à un moment particulier pour qu’elle ouvre, débloque, infléchisse soudain le sens des questions que je me posais, qu’elle les rende plus clair ou compliqué. Pour peu que j’y soit ouverte, que mon esprit soit disponible à cette ouverture, et non occupé par d’autres enjeux.

Lorsqu’il y a rencontre, avec un texte, une parole, une pensée, alors je ressens quelque chose, souvent difficile à exprimer. Qui reste de l’ordre de l’impression et dont on ne trouve l’expression que plus tard, une fois la rencontre passée.

Le terme de rencontre ici me pose problème : je ne rencontre pas les personnes qui pensent ou qui ont pensé, au sens littéral. Il ne s’agit pas d’une relation inter-personnelle ou partagée. Mais d’une rencontre avec un écrit, une intervention, un discours. Je ne prétends pas rencontrer les personnes elles-mêmes. Il s’agit bien plus d’un point de rencontre entre un état et un autre : celui de mes questions avec l’état de questionnement de celui qui écrit ou parle, dans un contexte donné. Le plus souvent, la résonance n’est pas partagée – cela peut cependant arriver, notamment lors de projets de recherche commun ou dans des espaces où les réflexions convergent, mais c’est rare – et d’autant plus précieux, car celui qui donne à penser est déjà ailleurs : ce n’est pas lui que je saisis – et heureusement ! – mais un instantané de sa réflexion en mouvement, ou, et c’est souvent encore plus stimulant pour la réflexion, un aspect qu’il donne à voir de la dynamique de questionnement qui l’anime.

Ainsi, sur le moment, il est parfois bien difficile de comprendre pourquoi la lecture est si stimulante, si entrainante ou l’écoute si motivée et réjouissante. La résonance peut également être déstabilisante, car on sent bien qu’elle vient questionner des certitudes que l’on croyait acquises ou qu’elle vient mettre en mot, et rendre ainsi plus palpable et plus concrètes des idées dont on n’avait que l’intuition sans n’avoir pu jusqu’alors les formuler aussi bien. Et l’on voit combien c’est imprévisible. Et l’on voit combien la certitude d’être « dans le vrai » est incompatible avec ce type de rencontres.

  1. « la sérendipité n’est pas seulement une façon de trouver, c’est aussi une philosophie, une manière d’être au monde » dans le billet de Marie-Anne Paveau []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Claire Placial dit :

    Merci beaucoup Mélodie, pour l’idée de ce billet simultané d’abord, et pour ton texte qui de fait est lui aussi « food for thoughts ». C’est vrai que j’aime beaucoup cette expression, parce qu’elle me semble donner une bonne image de la façon dont les pensées s’augmentent: au contact de lectures, de discussions, elles sont nourries, comme on nourrirait un organisme, ou comme on nourrirait un feu, avec du combustible… et dans un cas comme dans l’autre, le penseur est central, comme sujet de la pensée, de la connaissance, de la réflexion, sans lui, la « nourriture » des pensées se perdrait!

    Une chose me frappe à la lecture de ton billet: nous n’avons pas pris les mêmes chemins pour l’écrire (tu es un peu moins dans la contemplation de ta bibliothèque que moi et je crois que c’est une très bonne chose!), et émergent pourtant deux notions identiques, alors que nous ne nous étions pas concertées à ce sujet: la temporalité, et la causalité.
    Il y a une chose dont tu parles que je n’ai pas évoquée, mais qui est vraiment importante: les rencontres ratées. Et d’ailleurs, ça me fait penser qu’il faudra que j’écrive un jour quelque chose qui s’appellera « on ne lit pas deux fois les mêmes livres », sur le mode de « on ne se baigne jamais dans la même rivière ». Pourquoi j’ai eu dans ma bibliothèque « l’épreuve de l’étranger » de Berman pendant sept ans, sans réellement l’ouvrir, le lire, le comprendre? Pourquoi ai-je l’impression que c’est maintenant que je le comprends? C’est sans doute une question de disposition, d’évolution, d’écho, et je te rejoins complètement sur la difficulté à nommer cela, qui ressort du sentiment. On l’a connu, ce sentiment, à la lecture: de plaisir, d’excitation, de curiosité, de perplexité, où l’on sent en soi quelque chose bouger…

    Sur la rencontre: c’est une notion compliquée, qui marche mal, et qu’on a quand même envie d’employer. Jusque dans le paradoxe de la relation interpersonnelle: si, mettons, je rencontre Berman, ou plutôt le livre de Berman, à moins que ce soit la pensée de Berman, bref, Berman ne me rencontre pas, il est mort en 1991. Encore que, et pourquoi pas? Maxime D. aurait des choses à dire à ce sujet, s’il passe ici!

    • Mélodie Faury dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire Claire.
      Je me rends compte en te re-lisant que cette idée de nourriture est central – ce ne doit pas être pour rien que j’aime autant le terme « roboratif » – et la nourriture, c’est vital
      Et nos billets sont cousins tu as raison – j’ai beaucoup aimé cette nouvelle expérience d’écritures parallèles et simultanées, avec ses points de rencontre imprévus

  2. Hervé A. dit :

    Bonjour,

    Je trouve votre billet très intéressant, et je vais essayer de dire pourquoi, parce que je ne comprends pas tout moi même.

    J’ai l’impression que ce qui est centre est la notion de rencontre ; on le voit dès le titre ‘Les rencontres de Serendip », mais il me semble que Serendip, ici, est juste un prétexte, vous pourriez vous en passer.

    La rencontre est quelque chose qui forme écho, corps, relance, objectivité (« objectivation », disent les chercheurs du cnrs, je crois).

    Ce n’est pas parce que l’on rencontre quelqu’un que la rencontre se fait, curieusement. Mais la rencontre « échec » est aussi importante que la rencontre « réussie ».

    Elle forme impression d’abord (quasi au sens d’imprimerie), puis, éventuellement, mais c’est mieux, expression. C’est d’abord une surprise, puis une réflexion, puis peut être une digestion.

    La rencontre a comme prélude un réseau dense de relations, un truc ramifié. Elle a aussi comme préalable la mémoire, qui permet de noter quelque part ce qu’on voit et entend, et qui permet de faire écho lorsque une rencontre se produit. Aussi, il faut un doute dans l’ordre du monde, une sorte d’ouverture, quelque chose comme « peut être ».

    J’ai plus de mal à comprendre lorsque vous parlez de l’objet de la rencontre.

    Je lis par exemple « Je ne prétends pas rencontrer les personnes elles-mêmes. Il s’agit bien plus d’un point de rencontre entre un état et un autre (…) Le plus souvent, la résonance n’est pas partagée »

    Mais aussi : « C’est souvent une rencontre vivante (…) L’oral a sans nul doute joué un rôle déterminant  »

    Comment faites-vous, à l’oral, si vous ne rencontrez pas la personne elle même, plus que ses états ? Un « état » ne fait pas de « rencontre vivante » ?

    Peut être, la notion de personne est… ramifiée, elle aussi ? Entre la « personne elle même », « ses états », « certains nombre d’acteurs universitaires », « des collègues », etc, etc, J’ai l’impression qu’il y a du grain à moudre pour comprendre la personne ici.

    Bref, est-ce que je suis à coté de la plaque pour vous comprendre ou est-ce que j’ai à peu près compris ce que vous dites ?

    Cordialement.

    • Mélodie Faury dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire
      Serendip est le point de rencontre à l’origine de ce billet (la lecture commune d’un billet et les réflexions initiées par cette lecture), je pouvais difficilement m’en passer
      D’accord avec vous pour l’importance des rencontres ratées, mais elles ne « font » pas la même chose (plutôt frustrantes que motivantes)
      Il y a en effet du grain à moudre dans toutes ces questions et le terme de « rencontre » me laisse encore insatisfaite, peut-être aurais-je pu aussi m’arrêter surtout sur ce qu’il y a de vivant, dans la pensée, dans la réflexion partagée par l’autre, que ce soit à l’oral ou à l’écrit, sur ce qui met en mouvement soi chez l’autre – et qui est difficile à expliciter, à cerner, à définir
      Ce mouvement on ne peut justement le sentir que chez soi, pas chez l’autre (sauf s’il est exprimé, oui), on n’est jamais sûr de ce fait qu’il y ait « rencontre dans le mouvement »
      Cordialement

  1. 18 août 2012

    […] A l’occasion d’une discussion avec Claire Placial, initiée par la lecture de l’un de ses billets dans la Villa réflexive, nous est venue l’idée d’écrire, chacune à notre manière, sur la carte de Serendip de nos rencontres d’auteurs et de pensées au cours de notre parcours.  […]