« La thèse peut-elle contribuer, même de loin, à l’action ? »

Je reproduis ici le texte que j’ai écrit pour répondre à l’une des questions posées dans un dossier de candidature : « La thèse peut-elle contribuer, même de loin, à l’action ? ». Question qui nous amène à l’articulation entre recherche et engagement, sous différentes formes.

Qu’en est-il de la vôtre ? De vos travaux de recherche ?

Mon travail de thèse est issu d’une question de départ : que signifie « être scientifique ? ». Cette interrogation porte plus précisément sur le sens que les acteurs de la recherche en sciences expérimentales donnent à leur pratique. Cette question est issue d’un parcours personnel, de la pratique et de la formation à la biologie expérimentale à son interrogation (voir « D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines » – http://infusoir.hypotheses.org/1465). Bien plus, j’ai souhaité comprendre comment les chercheurs se construisent une image d’eux-mêmes et de leur activité au cours de leur formation, puis au fil de leur expérience de la pratique scientifique et de leur parcours de recherche. J’ai cherché également à mettre en évidence la très probable diversité, voire l’envisageable antagonisme de cette représentation d’un individu à l’autre.

“Fibra óptica I (On explore)“, par Christian Puhlemann, licence CC-BY-NC-SA

“Fibra óptica I (On explore)“, par Christian Puhlemann, licence CC-BY-NC-SA

Comment une thèse de doctorat peut-elle contribuer à l’action alors même qu’elle n’a pas cet objectif dans sa problématique de départ ? La compréhension d’un objet d’étude n’aboutit pas nécessairement à des effets concrets, même si, pour le chercheur et ceux qui le lisent, elle change la perception, les représentations que l’on se fait sur cet objet.

Je n’ai pas commencé ma thèse en prévoyant les effets ou les applications de celle-ci. Mais elle a profondément changé mon regard, ma connaissance et ma façon d’aborder la question de la pratique professionnelle de la recherche, ma reconnaissance de ressorts des discours de celles et ceux qui parlent de science et leurs interconnexions avec des systèmes de valeurs et de normes que l’on peut repérer par l’analyse de discours, et qui construisent une forme de rapport au métier de chercheur.

Les connaissances que j’ai construites et partagées sur la pratique quotidienne de jeunes chercheurs en biologie expérimentale, à partir de leurs discours :

  1. rendent compte d’un quotidien peu connu, celui de la pratique en laboratoire et des expériences « à la paillasse » qu’assurent les doctorants dans le cadre de leur thèse et des recherches de leur directeur de thèse ;
  2. permettent une mise en relation de ce quotidien et des discours recueillis sur ce quotidien avec les modes de production, d’évaluation de la recherche actuelle, mais aussi avec la définition européenne de « l’économie de la connaissance » telle qu’elle est définie à l’échelle européenne depuis la stratégie de Lisbonne ;
  3. invitent à comprendre des formes d’engagement et des systèmes de valeurs qui sous-tendent la relation de ces jeunes chercheurs à leur (futur) métier (approche compréhensive).

En termes d’actions, je pense que ces connaissances et leur partage contribuent à la compréhension du sens que les chercheurs, ou au moins de jeunes chercheurs en biologie expérimentale, donnent à leur pratique. Dans l’optique de la transposition de ma démarche à d’autres pratiques de recherche, mon travail donne des outils, construits à partir du terrain, pour mieux comprendre le sens donné à la recherche comme métier, à partir des discours portés sur la pratique scientifique par les chercheurs eux-mêmes. Cette compréhension permet l’action dans la mesure où elle doit à mon sens permettre d’entrer en dialogue effectif avec ces scientifiques, dans le cadre des grands enjeux de société mêlant science, politique, économie, etc.

En quelque sorte, si je souhaite formuler l’un enjeu de la relation entre science et société auquel s’attelle cette thèse, il s’agit de comprendre comment les scientifiques se construisent un rapport aux sciences et à leur métier, en tant que cette compréhension serait une condition nécessaire (mais non suffisante) pour rendre le dialogue possible entre eux et d’autres corps de métier (journalistes, décideurs politiques, etc.), notamment dans le cadre des prises de décision intégrant des formes de participations citoyennes, selon l’enjeu démocratique consistant à pouvoir (au sens d’avoir la possibilité et le droit) de se forger un regard critique, y compris sur la science.

« Ce qui lie liberté négative et liberté positive, c’est la volonté démocratique de donner à ceux qui sont soumis et dépendants la capacité d’agir librement, de discuter à égalité de droits et de garanties avec ceux qui détiennent les ressources économiques, politiques et culturelles. […]

La grande affaire pour la démocratie devient de défendre et de produire la diversité dans une culture de masse. »

Alain Touraine, Qu’est-ce que la démocratie ?, Fayard, 1994

Extrait du résumé de la thèse

« Que signifie être scientifique ? Comment et quand le devient-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d’un rapport identitaire et culturel aux sciences ? Comment l’épreuve de la pratique intervient-elle dans la construction ou dans la crise de ce rapport aux sciences ?

Comprendre comment les scientifiques se perçoivent eux-mêmes, construisent leur propre identité et s’approprient une forme de culture, nous semble une étape indispensable à la compréhension des rapports entre sciences et société.

Dans le cadre de cette recherche sur les discours liées à la pratique de recherche, notre attention se porte vers les discours d’acteurs, sur leur parcours, leurs pratiques de recherche et sur eux-mêmes, au cours d’entretiens construits de telle sorte qu’ils permettent l’exercice d’une certaine réflexivité, par l’enquêté (la réflexivité comme objet d’analyse) et par l’enquêteur (la réflexivité comme démarche de recherche). »

Du point de vue de la construction d’un esprit critique vis-à-vis des discours sur la science, les outils construits dans le cadre de cette thèse peuvent amener ceux qui y sont confrontés à déceler les systèmes de valeurs et de normes sur lesquels ils reposent (objet de certains de mes enseignements décrits plus bas). Les outils d’analyse développés dans cette thèse pourraient être transposés de manière féconde au discours de la vulgarisation et de la médiation scientifique afin d’analyser le rapport identitaire et culturel aux sciences[1] qu’ils portent et de développer un regard critique sur ceux-ci, encore trop peu présent chez les acteurs eux-mêmes, malgré les nombreux travaux déjà existants à ce sujet (Jurdant, Le Marec, Jacobi, Jeanneret, Schiele, etc.).

L’appropriation de ces outils d’analyse critique des discours (identification des évidences, repérage des normes et des valeurs mobilisées, etc.) me paraît fondamental pour les étudiants se destinant aux métiers de la recherche, mais aussi pour ceux qui seront amenés dans leur futur pratique professionnelle à interagir avec les acteurs de la recherche.

Extrait de l’introduction de ma thèse

« Il s’agit ainsi bien de se demander quand, pourquoi et comment, c’est-à-dire à quelles conditions, un individu devient ou non, se sent ou non, chercheur. Peut-on appréhender par exemple des processus d’identification, des relations d’appartenance, de reconnaissance ou encore d’appropriation de codes, ou de normes qui conditionneraient la construction par le chercheur, le jeune chercheur ou encore l’étudiant en science d’une image de lui-même à travers son projet professionnel ? Comment cette image se confronte-t-elle à l’épreuve de la pratique de recherche, en commençant par les stages en laboratoire puis la thèse, et par la suite tout au long de la carrière de recherche ?

Ainsi que l’écrit Dominique Vinck (2007 ; p. 6) : « L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de choses à voir avec la science telle qu’elle se pratique. ». Pour le dire encore autrement, je chercherai ainsi à comprendre comment l’expérience vécue du travail de recherche intervient dans la construction ou bien dans la crise d’un certain rapport identitaire et culturel aux sciences.

(…)

Comprendre comment les scientifiques se perçoivent eux-mêmes, construisent leur propre identité et s’approprient une forme de culture, me semble en effet une première étape indispensable à la compréhension des rapports entre sciences et société. Il s’agit par ce travail de dessiner quelques contours de ce que j’appelle le rapport identitaire et culturel aux sciences. Je pars de l’hypothèse que rapport, qui serait construit par l’épreuve de la pratique professionnelle de la recherche, structure une posture communicationnelle (Molinatti, 2007). Celle-ci pourrait se retrouver ensuite dans les espaces de dialogue entre sciences et société. »

Mon travail de thèse a ainsi accompagné mes activités d’enseignements et de mise en circulation des connaissances (médiation science-société, écriture en ligne sur des carnets de recherche notamment), mais a aussi profondément et concrètement modifié celles-ci. Par l’adhésion et l’écho que mon travail de thèse a rencontré chez un nombre assez important de collègues au cours même de la construction doctorale, ma thèse a contribué à l’action collective :

–       participation à la mise en œuvre de nouveaux cours et de nouvelles formations (Université de Lyon – PRES , Sciences Po Paris, ENS de Lyon) ;

–       co-construction d’une forme de réflexion collective et interdisciplinaire dans le cadre d’un laboratoire junior interdisciplinaire ;

–       structuration d’une réflexion collective sur les questions de responsabilité et de réflexivité dans les pratiques de recherche, dans le cadre du programme « Ethique et responsabilité » de la Fondation Charles Léopold Meyer ;

–     co-construction d’espaces numériques de réflexivité, interdisciplinaires, dans nos pratiques d’enseignements et de recherche, sous la forme de carnet de recherche – Exemple des Espaces réflexifs (reflexivites.hypotheses.org, 152 billets écrits depuis janvier 2012) qui donneront naissance à un livre numérique collectif à la rentrée 2013 ;

–       travail d’intégration de la dimension réflexive (rapport au métier et à ses « missions », rapport à la science et à ses représentations, etc.) dans le développement professionnel d’enseignants en enseignement des sciences, dans le cadre de la Maison pour la Science en Alsace.

Cet effet de la thèse peut être considéré comme un effet proximal, en lien avec les collègues et les étudiants avec lesquels j’ai pu être directement en interaction.

Je pense que cette thèse peut contribuer plus largement à la recherche d’espaces de réflexivité dans les pratiques professionnelles, en particulier dans les pratiques scientifiques, où manquent le temps du recul et de la réflexion éthique, du sens du métier, de l’explicitation des choix (d’évaluation, de modes de management, de production, de définition du savoir comme marchandise ou bien commun, etc.). Elle appuie l’importance de la place du discours critique dans l’institution et dans le monde du travail, et s’insère en cela dans la même dynamique que des travaux comme ceux par exemple de G. Herreros : « La violence ordinaire dans les organisations – Plaidoyer pour des organisations réflexives »., ou encore de C. Dejours sur le travail vivant.

Cette thèse vient également appuyer l’importance de la prise en compte de la place du sujet et de sa subjectivité dans la recherche en tant que pratique professionnelle de la science expérimentale, là où la quête de l’objectivité, de la neutralité et de la scientificité pour la construction de connaissances légitimes en viennent au contraire à l’effacer. Cette prise en compte est loin d’être effective et facile car les frontières sont parfois floues et glissantes entre la recherche comme travail mobilisant des individu et construction d’un savoir à visée universelle.

Le travail que j’ai effectué pendant ma recherche doctorale vient pointer une nouvelle fois (voir Morange, Latour, Jurdant, Levy-Leblond,…) que les chercheurs en sciences exactes et expérimentales ne sont pas formés à être réflexifs et que ce « déficit de réflexivité » (Jurdant, 2012) dans la formation a des conséquences sur les modes d’investissements d’un métier et sur l’expérience vécue de celui-ci, mais aussi sur les discours qu’une communauté élabore pour parler d’elle-même.

Enfin, cette thèse pose de manière transversale, même si ce n’est pas toujours de manière explicite, la question de la responsabilité des acteurs dans la recherche. Et pose une série de questions ouvertes qui me paraissent être centrales dans notre société actuelle, pour la pratique scientifique, mais plus largement pour les pratiques professionnelles dans des cadres institutionnels.

Comment peut-on être responsable sans être réflexif ? Comment être réflexif quand les espaces de cette réflexivité n’existe pas ou pas suffisamment ?

Comment la mise en discours de la science et de la pratique scientifique contribue-t-elle à l’entretien de mythes sur elle-même ou au contraire induit-elle un discours réflexif ? Comment les conflits de normes et de valeurs sont-ils pris en charge dans les institutions de recherche ? Laissent-elles une place au discours réflexif et au discours critique ? (…)

“Reflection 066“, par Christian Puhlemann, licence CC-BY-NC-SA

“Reflection 066“, par Christian Puhlemann, licence CC-BY-NC-SA

En travaillant les questions du rapport à la pratique professionnelle (et en particulier la question du sens du métier), du rapport au travail, du rapport aux discours publiques et plus particulièrement du rapport aux sciences, mon travail de thèse m’a finalement amenée à la mise en œuvre les actions suivantes :

Action 1 : se doter d’outils et forger le regard pour engager le dialogue dans des contextes interdisciplinaires et interprofessionnels – se doter d’un regard pour comprendre le rapport identitaire et culturel à une pratique professionnelle, plutôt que de le juger, de revenir à ce qui fait sens pour trouver les convergences dans l’idée de partage d’un projet commun (projet de société, projet d’éducation, projet culturel, etc.)

Action 2 : créer, entretenir et préserver des espaces de réflexivité dans les organisations et les collectifs – La réflexivité comme facteur de dialogue, d’intercompréhension, de reconnaissance de l’autre, de préservation du discours critique comme forme démocratique.

Exemple des Espaces réflexifs, comme espace numérique de réflexivité sur nos pratiques de chercheurs et d’enseignants : reflexivites.hypotheses.org

« A la recherche d’espaces de réflexivité » – http://infusoir.hypotheses.org/2579

Extrait :

« La question qui me tient actuellement est celle des conditions dans lesquelles un discours réflexif pourrait être ébauché, initié, voire se déployer dans nos pratiques de recherche et dans la formation des futurs chercheurs.

Je suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes noires, ou tout autres évidences construites. Encore faut-il réaliser et comprendre la construction de nos connaissances scientifiques ainsi que leurs modes de construction. Cette prise de conscience et la compréhension précise du caractère construit et situé de la connaissance n’amènent en rien à un jugement de valeur négatif sur celle-ci, ni à une forme de relativisme, mais bien au contraire ce qui me paraît donner de la valeur aux connaissances scientifiques. »

Action 3 : mettre en place de nouveaux enseignements pour former des professionnels réflexifs et en particulier des chercheurs réflexifs (Université de Lyon-PRES, ENS de Lyon, Sciences Po Paris) – trouver des formats non magistraux à ces enseignements pour permettre à la dynamique réflexive de s’amorcer chez les étudiants pendant la formation elle-même, par la mise en action, par l’enclenchement d’une dynamique de réflexion qui s’autonomise.

« Pourquoi une UE Sciences-Société pour de futurs chercheurs ? » http://infusoir.hypotheses.org/1519

Organisation par les étudiants du colloque « Sciences co-responsables » – http://recherche.hypotheses.org/251

Action 4 : fédérer et travailler aux conditions de possibilité d’un travail et d’une réflexion interdisciplinaire. En particulier dans le cadre du laboratoire Junior EHVI « Enquête sur l’homme vivant », fondé par Julie Henry et Baptiste Morizot.

Voir le carnet de recherche « Enquête sur l’homme vivant » : http://ehvi.hypotheses.org

Voir le site internet « Enquête sur l’homme vivant » : http://ehvi.ens-lyon.fr

Extrait :

« Ce labo­ra­toire de recher­che pro­pose à des jeunes cher­cheurs issus de dif­fé­ren­tes dis­ci­pli­nes (phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, scien­ces humai­nes et socia­les, méde­cine, arts du spec­ta­cle) d’explo­rer ensem­ble cette ques­tion : qu’impli­que, pour l’homme, le fait d’être d’abord un être vivant ? »

Action 5 : élaboration d’un document de réflexion et de propositions relatives à la question des (co)-responsabilités des acteurs, universitaires et de la société civile, dans le cadre des relations entre sciences et sociétés,  à partir de la réflexion collective dans le cadre du programme « Ethique et responsabilités » de la fondation Charles Léopold Meyer.

Voir le carnet de recherche « Penser la science » : http://recherche.hypotheses.org

Extrait :

« J’y vois d’abord un défi de dialogue et d’inter-compréhension interdisciplinaire, à prendre à bras le corps, puis à ouvrir au croisement avec d’autres perspectives, celles des relations entre sciences et société. (…) j’articule étroitement l’idée de “responsabilité” à celle de “réflexivité”. En effet, si l’on considère a priori (mais ce point pourra lui-même faire l’objet de discussions) que l’idée de responsabilité réside dans les choix que l’on fait, dans les pratiques de recherches et les pratiques scientifiques en société (pour faire vite), il paraît avant tout nécessaire d’identifier et d’expliciter ces choix, quotidiens (publication, évaluation, etc.) ou plus ponctuels, ainsi que les espaces de liberté relatifs.

En ce qui concerne la perspective que je développerai dans ce carnet, je choisis donc pour commencer d’aborder la notion de responsabilité par l’idée des choix individuels et collectifs, dans la recherche et avec la société. Cela nous évitera, ce qui n’est pas négligeable à mon sens, de focaliser d’emblée la discussion exclusivement autour de l’idée de responsabilité des applications de la recherche, qui occulte une grande partie des problématiques liées à l’idée de responsabilité des scientifiques. »

Action 6 : intégrer des formes de réflexivité liées à la « science vivante » et à la démarche d’investigation dans une offre de développement professionnel en enseignement des sciences à destination des enseignants de la maternelle au collège, dans le cadre du projet national « Maisons pour la science » porté à l’échelle nationale par la fondation La Main à la Pâte et l’Académie des sciences.

Site internet : maisons-pour-la-science.org/alsace

« Edito de printemps » : http://www.maisons-pour-la-science.org/fr/content/edito-de-printemps

Ainsi, et élargissant ce qu’affirme Dominique Vinck (2007), je pense que s’il importe pour les futurs, jeunes et actuels chercheurs « de comprendre ce que faire de la science veut dire », il est également incontournable pour l’ensemble des acteurs de la science, de l’éducation (de la maternelle au supérieur), de la recherche et de la mise en circulation des savoirs de se construire et/ou de s’approprier les outils pour interroger leur propre rapport aux sciences et le mettre en articulation avec les enjeux science-société majeurs de notre société actuelle, chacun depuis la place qu’il occupe, avant tout en tant que citoyen, à même et en droit d’exercer un esprit critique et constructif sur les modes de construction, d’utilisation et de mise en accès de la connaissance scientifique contemporaine.


[1] Extrait du résumé de la thèse : « Le rapport identitaire et culturel aux sciences tel que nous le définissons par ce travail s’exprime au moins à trois niveaux articulés.

D’un premier point de vue, la construction d’un rapport identitaire et culturel aux sciences par l’expérience vécue se laisse appréhender par le recensement des pratiques de communication quotidiennement éprouvées, qui forgent un espace mental de la recherche, où s’associent représentation de la science et représentation de soi.

A un deuxième niveau, l’espace de l’entretien rend possible la construction d’un discours à distance de cette expérience, où l’enquêté se positionne vis-à-vis de ce qu’il rapporte. Il mobilise notamment des normes et valeurs dans le discours qu’il tisse sur son parcours, sa pratique de recherche et sur lui-même. Celles-ci, en tant que ressources discursives, participent à l’expression et à l’actualisation, au moment-même de la situation d’entretien, d’un rapport identitaire et culturel aux sciences.

Enfin, nous distinguons un troisième niveau de construction de ce rapport identitaire et culturel aux sciences, dans la situation de communication que constitue l’entretien. L’enquêté élabore un discours situé et contextualisé où parcours, pratique et (re)présentation de soi se mêlent et s’éprouvent dans un ajustement permanent entre l’enquêté et l’enquêteur. »

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...