S. Milgram – Soumission à l’autorité et/ou rapport à la correction de l’erreur – L' »état agentique » en discussion

milgram_05
Extrait d’archives

Note – Les billets à venir seront l’illustration du temps disponible, dans leur construction, leur taille et leur épaisseur, mais existeront au moins pour entretenir le mouvement.

J’ai précédemment évoqué l’expérience de S. Milgram, sujet de nombreuses discussions que j’ai alors délibérément éludées. L’un d’entre elles, émise par Philippe Breton, porte particulièrement sur la remise en contexte de l’expérience et de sa motivation : l’Allemagne totalitaire et la difficulté à s’expliquer l’emprise de l’idéologie nazie sur des personnes « ordinaires ». P. Breton pointe la sous-considération des « refusants », le problème d’une interprétation réductrice des comportements et motivations des candidats à l’expérience, notamment en éludant l’effet d’un contexte de propagande, ou encore la différence entre torture et punition, le rapport non explicité à l’erreur, à la punition légitime, à la correction de l’erreur des individus « cobayes », situés dans une époque et dans une société donnée (imprégnation de l’idéal de « justice vindicative »), dans le cadre d’une expérience qui leur a été présentée comme acte pédagogique.

État agentique : « l’individu se considère comme l’agent d’une volonté extérieure (mais le sens moral de l’individu ne disparaît pas : tension, état d’âmes, conscience du mal. Ils se sentent engagés auprès d’une autorité extérieure.) »

Exemple de critique de l’analyse de l’expérience de S. Milgram, par Philippe Breton

Extrait 1. « L’expérience montée par le professeur Stanley Milgram à l’université Yale entre 1960 et 1963 étant connue, je ne reviendrai pas sur les détails de son montage, sauf pour souligner deux points qui me paraissent essentiels. Le premier est que dans l’interprétation de cette l’expérience, on s’intéresse beaucoup aux cobayes qui ont accepté d’envoyer des décharges électriques jusqu’à provoquer des chocs (virtuels) très violents à leurs « victimes ». En revanche, on s’intéresse très peu à ceux qui ont refusé de le faire. Or, ils sont nombreux. Dans une relecture très fine de l’ouvrage de Stanley Milgram, Valentine Gourinat (2011) remarque que le nombre de « refusants » est bien plus élevé que ce que les présentations habituelles nous laissent croire. Sur l’ensemble des variantes de l’expérience, elle compte 58,4 % de refusants, soit 372 personnes, sur 636 participants. Or, la publicité, comme la réception sociale de l’expérience de Stanley Milgram, font la part belle uniquement à ceux qui acceptent de donner des décharges électriques comme punition. Le second est que Stanley Milgram franchit à l’évidence un saut trop important entre, d’une part, les résultats statistiques des réponses comportementales à une situation où plusieurs séquences comportementales sont mises en scène et, d’autre part, l’interprétation de ces résultats sous la forme d’une invention notionnelle ad hoc, le fameux « état agentique ». Le montage de l’expérience est rigoureux, et il n’y a rien à en redire. Le problème réside dans l’interprétation des raisons du comportement des cobayes. Le dispositif expérimental ne permet pas de connaître les motivations profondes conduisant des individus libres à torturer un cobaye. Pourtant, Stanley Milgram en conclut l’existence d’un état agentique qui paralyserait toute initiative de l’individu.

À aucun moment, un quelconque dispositif n’est là pour que l’expérimentateur se donne les moyens d’interroger ces motivations autrement que comme un rapport comportemental à l’autorité. La question aurait dû être : quels autres facteurs peuvent influer sur le comportement des cobayes pour que, dans de nombreux cas, ils soient les auteurs de tels actes de torture ? Afin d’en éliminer l’existence et, ainsi, de valider l’hypothèse initiale, la recherche de ces autres facteurs auraient dû être prioritaire. Cela n’a pas été le cas. Stanley Milgram semble même ne pas accepter l’idée qu’il puisse y avoir non seulement des motivations, mais des raisons, intériorisées, qui expliquent ces comportements. », Philippe Breton, « L’« État agentique » existe-t-il vraiment ? », 2011

Extrait 2. « Comprendre leurs représentations de l’éducation, de la pédagogie, du rôle et de la nature de la punition légitime, analyser la façon dont ils se représentaient l’erreur et les moyens de la corriger, voilà ce sur quoi, dans un debriefing postérieur à l’expérience, il aurait fallu interroger les cobayes de Milgram, ceux qui ont infligé des sévices corporels punitifs comme ceux qui ne l’ont pas fait. On aurait peut-être trouvé là une ligne de partage significative. (…) Là où le cobaye commence à avoir des doutes, c’est non pas sur la nature du traitement qu’il faut légitimement infliger à l’apprenant pour qu’il apprenne mieux, mais sur l’intensité de ce traitement. », Philippe Breton, « L’« État agentique » existe-t-il vraiment ? », 2011

Extrait 3. « Le rôle de l’autorité scientifique est ici celui d’un facilitateur, d’un aiguilleur, d’un soutien quand le bras faiblit. (…) L’oubli des refusants de l’expérience de Stanley Milgram prend tout son sens dans un tel cadre. Refusent-ils, dans une perspective « humaniste » d’infliger des souffrances à autrui, désignant ainsi les autres cobayes comme des marionnettes barbares ? Ou bien font-ils partie de cette minorité d’hommes et de femmes qui considèrent que l’on peut éduquer, sinon sans punir, du moins sans punir en utilisant la violence ? Là aussi, on en restera au niveau de l’hypothèse car les matériaux nous manquent. » Philippe Breton, « L’« État agentique » existe-t-il vraiment ? », 2011

Extrait 4. « Punir celui qui se trompe en apprenant a longtemps été jusqu’à aujourd’hui le protocole éducatif idéal. L’expérience de Stanley Milgram vérifie bien la persistance de ce protocole éducatif au cœur de l’Amérique des années 60. Une expérience de ce type faite de nos jours mesurerait l’intensité de la persistance de ces anciennes croyances éducatives au sein d’une société où, pourtant, l’autorité n’est plus une valeur centrale. C’est que le principe vindicatif est distinct du principe d’autorité. » Philippe Breton, « L’« État agentique » existe-t-il vraiment ? », 2011

Référence

Philippe Breton, « L’« État agentique » existe-t-il vraiment ? », Questions de communication [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 01 mars 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/2078 

Milgram S., 1969, Soumission à l’autorité. Un point de vue expérimental, trad. de l’américain par E. Molinié, Paris, Calmann-Lévy, 1974.