1000 chercheurs sont sur un Panthéon…

Co-écrit Par Edouard Kleinpeter et Mélodie Faury

J’y vais, j’y vais pas ?

Présentation

Cet automne, à Paris, une exposition photographique fut projetée sur les murs du Panthéon à l’occasion de la Fête de la science. Pierre Maraval, le photographe à l’origine du projet développait alors un concept déjà éprouvé auprès de femmes, cubaines, canadiennes ou françaises, d’artistes, ou encore de sportifs : réunir 1000 portraits dans une même exposition, de personnes anonymes « liées par une situation ou un engagement communs dans la société ». Son travail qui se veut conçu autour des réseaux humains, avec l’idée de « représenter ce qui nous lie aux autres ».

Les portraits s’associaient d’une phrase choisie par chaque chercheur, devant exprimer sa vision de l’avenir et justifiant le titre de l’événement : « 1000 chercheurs parlent d’avenir ».

« 1000 CHERCHEURS PARLENT D’AVENIR réunit les portraits de mille chercheurs issus de tous les horizons de la recherche scientifique en France, des plus reconnus aux jeunes les plus prometteurs. Cet ensemble de créateurs et d’inventeurs, représente une communauté qui œuvre pour le futur et dessine les sociétés de demain. A chacun d’eux a été demandé une courte phrase pour exprimer sa vision de l’avenir. Cette mosaïque de visages et de mots donne lieu à une exposition monumentale en projections vidéo sur les murs du Panthéon à Paris, du 18 au 24 octobre 2010. »

Origine de notre implication

Via l’association Doc en Stock, nous sommes contactés par mail peu avant l’été 2010 pour participer à ce projet.

Quelques hésitations, notamment du fait de l’image individuelle de la recherche donnée par la « starification » d’individus représentés seuls sur chaque portrait, furent alors balayées devant  l’idée de participer à la diversité de la figure de la recherche et le côté ludique de cette contribution.

Il ne restait qu’un peu d’organisation pour se rendre à Paris depuis la province pour l’un d’entre nous et le rendez-vous fut pris.

Mais les questions se bousculent jusqu’au jour de la séance photo :

Pourquoi est-ce que j’y vais finalement ? Est-ce pour m’amuser ? Pour flatter mon égo ? Pour voir comment un tel événement est organisé « de l’intérieur » ?

Au fait, qui a demandé à Pierre Maraval de concrétiser ce projet pour la Fête de la Science ? Comment les photos vont-elles être projetées ? Connais-je assez ce à quoi je vais prêter mon visage ?

Ai-je bien et assez réfléchi ? Et… dois-je seulement me poser toutes ces questions ?

Pour l’un de nous, et malgré les doutes qui s’insinuaient, la curiosité de participer pour la première fois à une œuvre d’art de cette ampleur fit que la décision fut finalement assez rapide. Certes, accepter cette mise en valeur des scientifiques dont les portraits seront projetés sur la façade d’un bâtiment hautement symbolique du centre parisien (« Aux grands Hommes, la patrie reconnaissante ») peut sembler (et, de fait, est) contradictoire avec la volonté de briser les Tours d’Ivoire où nichent nos confrères depuis le XIXe siècle. Mais, s’est-il dit, zut, à la fin, si on ne peut plus rigoler… D’ailleurs, pour ajouter au côté ludique et festif de l’événement, il n’hésita pas à solliciter plusieurs de ses amis chercheurs qui se firent une joie de participer, eux aussi, à l’œuvre.

Pour l’autre, la prise de vue tombe le jour de la soutenance de thèse d’une amie : l’idée amusante de l’entraîner pour qu’elle figure sur le Panthéon pour fêter ce grand jour prend finalement le dessus ! Et puis le côté iconoclaste est assez amusant. Nous tentons donc de nous y rendre à trois alors qu’un seul rendez-vous avait été pris.

J’arrête de réfléchir !

Ministère de la Santé, grande porte et procédures d’entrée, montée dans de froids bureaux pour trouver un studio photo installé pour l’occasion. Là l’accueil est chaleureux. Il nous faut alors écrire notre phrase (si l’un d’entre nous y a longuement réfléchi, l’autre se contente de l’inventer sur le vif), nous faire maquiller et nous rendre face au photographe. Deux flashs, deux-trois phrases destinées à nous détendre et quelques contorsions de cou plus tard, c’est terminé.

Si l’on écoute Pierre Maraval sur les origines du projet, au moment de l’inauguration :

Lien vers l’émission REC (Recherche en Cours)

Le retour de la mauvaise conscience

Et la projection a lieu.

Avec elle vient bizarrement la crainte d’être vus par des collègues sur les murs du Panthéon, et l’envie simultanée de tenir au courant famille et amis. Une sorte de « consécration » 

(Extrait de microtrottoir effectué par Jean-Marc Galan)

ou en tous cas qui pourrait être perçue comme telle par notre entourage, mais difficile à assumer du côté de nos pairs.

Pour quelles raisons ? Est-ce un sentiment d’imposture ? Non, nous sommes 1000 à défiler à un rythme soutenu, et nous ne considérons pas cet événement comme une quelconque reconnaissance professionnelle. Est-ce le sentiment que ce type d’événement donne une drôle d’image de la recherche que nous alimentons en y participant ?

Concilier une prise de positions collective et des actions individuelles

Une discussion finit par s’engager au sein du groupe Traces, entre ceux ayant accepté et ceux ayant refusé de participer à ce projet. Chacun est même amené à se justifier, à argumenter, le débat est engagé… d’autant que récemment les membres du groupe Traces ont participé, au sein du collectif Révoluscience, à l’écriture d’un Manifeste Pour une médiation scientifique émancipatrice, autocritique et responsable.

Une question centrale se pose très vite : comment concilier ce que l’on prône d’une part dans un texte comme le Manifeste et ce que l’on fait à titre individuel ? En tant que co-auteurs de ce Manifeste, peut-on s’abriter derrière un prosaïque « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ? Quelle crédibilité accorder, dès lors, à des gens qui, semble-t-il, violent ouvertement les principes qu’ils posent ? Ce Manifeste a-t-il vocation à être normatif, à servir de ligne de conduite, à imposer une ascèse de la médiation scientifique ?

Au-delà de la discussion, d’autres enjeux

Toutes ces questions furent posées et suscitèrent de longues et animées discussions au sein du groupe. Mais de nos échanges, et de ce souci de l’accord entre nos principes, nos valeurs partagées et nos actes, surgit une autre question, bien plus générale et dont nous allons discuter à présent :

Les médiateurs scientifiques et les scientifiques sont-ils prêts à laisser d’autres personnes donner leur point de vue sur la science et/ou sur la façon de la mettre en scène ?

En effet, on peut s’insurger face à cette façon de présenter la science, transformant les chercheurs en vedettes « panthéonisées », d’autant plus lorsqu’on défend une pratique humanisée, accessible et démocratique de la science.

Ceci étant dit, et c’est là le point central, une question demeure : pourquoi Pierre Maraval, artiste photographe, devrait-il se soucier des états d’âmes de nous autres médiateurs ? Après tout, il met en scène sa propre vision de la science. Et peu lui importe qu’elle soit en adéquation avec l’idéal démocratique évoqué ci-dessus.

Pourtant, il y a là quelque chose qui gratte le médiateur, qui le gène car cela entre en contradiction avec ce qu’il considère être la « bonne pratique » de la médiation scientifique.

Profitons donc de ce débat pour pratiquer un semblant de réflexivité sur nos actions et nos discours, nous qui passons notre temps à demander aux chercheurs de « lâcher-prise », de cesser de considérer que les méthodes qu’ils connaissent sont les seules universellement valides, de s’ouvrir à d’autres visions du monde lorsqu’ils échangent avec un public non-scientifique, etc. Mais, au juste, pourquoi n’en irait-il pas de même pour la médiation ? Pourquoi le médiateur scientifique professionnel ne devrait-il pas, lui aussi, accepter qu’il n’a pas l’exclusivité du discours sur la science et qu’il y a en ces matières autant d’orthodoxies que de fidèles ?

Reprenons une à une quelques critiques qui ont pu être faites à l’exposition.

L’exposition « 1000 Chercheurs » ne donne pas une image exacte de la science

Voir ces portraits de gens beaux et souriants, parfois agrémentés d’une phrase vantant les bienfaits de la science rayonnant sur le monde, pourrait en ulcérer plus d’un parmi ceux qui vivent la science et qui savent que c’est un lieu de débats, parfois âpres, de luttes de pouvoir et de conflits qui ne sont pas toujours tranchés par la froide raison. Mais, comme il le dit lui-même,

Pierre Maraval ne cherchait pas à donner une vision représentative des acteurs qui composent la recherche. Le sens de son travail est tout autre. Loin de « l’œuvre sociologique », il se conçoit comme un paysagiste qui pose son chevalet quelque part et qui peint ce qu’il a sous les yeux. Il représente ainsi des individus en s’efforçant de les rendre beaux et non ce que serait ou devrait être le monde de la recherche. Bien plus, son travail irait même selon lui à l’encontre de certains clichés sur les chercheurs qu’on se représente parfois comme mal habillés, mal peignés et peu soucieux de leur apparence.

Le Panthéon, un symbole tout sauf anodin

Intéressante est aussi la question du choix du Panthéon comme lieu de projection. Là encore, on pourrait objecter qu’étant donné sa charge symbolique, il ne s’agit pas du lieu idéal pour permettre aux chercheurs « d’aller vers le public »,

ce qui semble pourtant l’une des intentions accompagnant le projet. Pierre Maraval, comme il le relève dans son interview au Prisme à Idées n°3, n’a pas envisagé les choses sous cet angle : il a surtout vu les immenses murs nus et le léger dénivelé de la rue Soufflot qui assurait à son œuvre une visibilité maximale. Nouveau signe que médiateurs et artistes ne réfléchissent pas (toujours) de la même façon…

Quand même on se demande ce qu’il a voulu montrer de la science…

De la science, Pierre Maraval ne souhaitait rien montrer de particulier.

L’exposition laisse simplement s’exprimer des personnalités qui sont dans la science, « sans prétention, sans message ».  Il ajoute d’ailleurs lui-même : « Si ça a des implications, ce sont à des gens qui sont à l’extérieur de le dire ».

Peut-on blâmer dès lors l’artiste du fait de l’image de la science que nous estimons que l’exposition renvoie ? En regard de quels critères et au nom de quoi serions-nous autorisés à émettre un jugement ?


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Super retour critique sur l’expo 1000 Chercheurs! Merci beaucoup…

  2. Métalogos dit :

    Expo photo sur les murs du Panthéon …
    Que faut-il y voir ?
    Une allégorie grandiloquente ou il est question de commémorer la Science, comme si elle faisait déjà partie du passé ?
    On pourrait le croire : Le choix du Panthéon où gisent les restes décomposés de personnages historiques enchâssés comme le fut à l’origine Ste Geneviève, Le choix de la prise de vue de trois quart sur fond neutre, la posture rigide et le vêtement classique, qui n’est pas sans rappeler les photos des défunts qui ornes les caveaux, sans parler des phrases choisies par les chercheurs, formules que l’on peut imaginer longuement muries, travaillées pour exprimer en une dizaine de mots un idéal, un engagement…une vie, alors qu’elles n’exhalent qu’une odeur de fleurs artificielles, autant d’épitaphes qui confinent aux bons sentiments et aux clichés.

    Il faut se méfier des artistes, l’art n’est qu’artefact, relique d’un monde fantasmé, la Science n’a rien à gagner à le fréquenter.

    • Edouard dit :

      Cher Metalogos,

      Merci de votre réaction.
      Je ne partage pas votre avis, mais je suis convaincue que le débat d’idées, surtout lorsqu’il est contradictoire, est toujours enrichissant (d’ailleurs, n’est-ce pas de cela dont se nourrit notre idéal scientifique ?).

      Aussi, si vous le souhaitez, j’aimerais beaucoup que vous développiez votre argument selon lequel la science n’a rien à gagner à fréquenter l’art. Vous dites « l’art n’est qu’artefact » et cela m’intéresserait de savoir i) dans quelle mesure vous considérez que la science n’est pas, elle aussi, un artefact (défini, si j’ai bien compris, comme quelque chose de créé par l’Homme, par opposition à un phénomène naturel) et ii) en quoi le fait d’être un artefact est péjoratif pour vous ?

      En vous remerciant par avance.

      • infusoir dit :

        Malgré ma première réaction un peu vive, je suis tout à fait d’accord avec Edouard en ce qui concerne le débat d’idées 🙂 !

  3. infusoir dit :

    Bonjour Métalogos,

    Le travail de Pierre Maraval ne justement dit en rien ce qu’il « faudrait » voir dans cette représentation de la science.

    En outre, votre propre ressenti et vos interprétations face aux partis pris de Pierre Maraval n’engagent que vous et relèvent d’une conception de la science (ou devrais-je dire « la Science » ?) que je ne partage pas.

    Quant à votre appel à la méfiance vis-à-vis des artistes, c’est là encore une façon qui me paraît bien autoritaire de revendiquer le contrôle des discours et des regards portés sur la science et ceux qui la font, et qu’une fois encore je ne partage pas.
    C’est justement à l’encontre même de cette posture que se positionne ce billet.

    « Les médiateurs scientifiques et les scientifiques sont-ils prêts à laisser d’autres personnes donner leur point de vue sur la science et/ou sur la façon de la mettre en scène ? »

    Votre réponse me paraît claire sur ce point.

    « Peut-on blâmer dès lors l’artiste du fait de l’image de la science que nous estimons que l’exposition renvoie ? En regard de quels critères et au nom de quoi serions-nous autorisés à émettre un jugement ? »

    Rien ne l’indique dans votre commentaire.
    Et la réponse des auteurs de ce billet à ces dernières interrogations est contenue dans la nature rhétorique de ces questions.

  4. Métalogos dit :

    Bonjour infusoir
    A croire que la grandiloquence du projet artistique a déteint sur mon commentaire…. Mais j’assume
    Cette analyse de l’œuvre n’engage que moi. J’ai laissé libre court à une interprétation qui a le mérite d’être un minimum argumentée. Il me semble que la lecture qui en est faite est plausible, le lieu, les photos et les phrases (R. Bathes aurait parlé de « studium ») contribuent à cette impression de commémoration qui est l’objet de ma critique .
    Il n’y a là aucune conception particulière de la (S)science, ce n’est que la critique d’une œuvre d’art.
    Comme vous l’avez relevé, il y a dans le discours de Mr Maraval matière à questionnement et le « sentiment d’imposture » ne me semble pas avoir été totalement levé, vos échanges au sein de Traces me laisse penser que je ne suis pas le seul à penser ainsi.
    La presse spécialisée se fait régulièrement l’écho des différents entre critiques d’art, des réactions pour le moins contrastée du public, cette ambigüité, ce sentiment d’imposture qu’il y a dans tout discours sur l’art contemporain est le contexte dans lequel je dis qu’il faut que la science se méfie de la cohabitation avec les artistes. Je vais essayer d’être plus précis dans ma future réponse à Edouard…
    « Peut-on blâmer dès lors l’artiste du fait de l’image de la science que nous estimons que l’exposition renvoie ? En regard de quels critères et au nom de quoi serions-nous autorisés à émettre un jugement ? »
    La question sous-jacente, qui revient tout au long de ce billet, qui se trace en filigrane, c’est la question de la responsabilité.
    Responsabilité de l’artiste « pourquoi Pierre Maraval, artiste photographe, devrait-il se soucier des états d’âmes de nous autres médiateurs ? Après tout, il met en scène sa propre vision de la science. Et peu lui importe qu’elle soit en adéquation avec l’idéal démocratique évoqué ci-dessus. ».
    Responsabilité du chercheur « Est-ce le sentiment que ce type d’événement donne une drôle d’image de la recherche que nous alimentons en y participant ? ».
    Cette responsabilité, balayée d’un « j’arrête de réfléchir », me fait réfléchir…
    « Il est pourtant du devoir et de la responsabilité du médiateur de se demander si les dispositifs mis en œuvre s’avèrent en accord avec ces objectifs, voire même s’ils ne leurs sont pas contraires » proposition 3 – Reflexivité et Responsabilité – Révoluscience

    • infusoir dit :

      Bonjour Métalogos,

      Merci beaucoup pour ce nouveau commentaire, et de nous donner ainsi l’occasion de mieux percevoir les raisons de votre réaction.
      A mon tour donc de m’expliquer.

      Je crois que deux choses se mêlent.

      D’un côté, il y a effectivement matière à questionnement sur le discours associé à l’exposition, et la volonté d’écrire un billet sur le sujet vient en ce qui me concerne de doutes a priori sur ma participation (ai-je vraiment envie de prêter mon visage à cette mise en scène) et d’un malaise ressenti a posteriori face au résultat, pour le coup en accord avec le projet tel qu’il était présenté aux participants. Je ne parle qu’en mon nom car je ne suis pas sûre qu’il en soit de même pour Edouard. J’avoue que l’écriture n’a pas totalement levé ce sentiment.

      D’un autre, c’est l’idée que nous souhaitions développer dans notre billet (et qui est peut-être pas suffisamment bien affirmée puisque justement nous finissions sur une question). Nos discussions, au sein du groupe Traces en particulier, nous avaient amenés à conclure que nous ne sommes pas « habilités » à critiquer le travail d’un artiste, surtout si c’est pour dire que nous ne sommes pas d’accord avec le message que nous pensons être finalement transmis (on pourrait d’ailleurs se demander comment il a été reçu et si l’effet de l’exposition a été globalement le même sur tous les spectateurs). Il s’agit du « lâcher-prise » des scientifiques et des médiateurs sur les discours que d’autres qu’eux-mêmes pourraient construire sur la science (notamment les artistes). Car contrôler le discours culturel qui entoure la science ne serait-ce pas un peu dangereux ? Là encore, peut-être devrais-je plutôt choisir d’affirmer que cela me paraît effectivement assez dangereux.

      Reste donc effectivement la responsabilité que nous avions : choisir de participer, donc d’une certaine manière de cautionner ou non cette mise en scène.

      C’est une question très importante, je suis entièrement d’accord. Ainsi que la question « Peut-on parfois s’arrêter de réfléchir ? ». Ce sont des questions qui me poursuivent depuis que j’ai commencé mes études de sciences (biologie puis sciences humaines), et qui ont même influencé notablement mon parcours.
      Elles mériteraient au moins un commentaire à elles seules (à venir, ci-dessous), voire une série de billets sur la question !

  5. Métalogos dit :

    Bonjour Edouard,

    « Il faut se méfier des artistes, l’art n’est qu’artefact, relique d’un monde fantasmé, la science n’a rien à gagner à le fréquenter. ».
    Cette affirmation peut choquer, pourtant il n’y a là aucune provocation, et il serait intéressant de savoir en quoi elle choque.
    Par la forme ? Certainement, mais cette tournure peut être mise sur le compte d’une mauvaise maitrise de la langue et (ou)d’une méconnaissance des codes académiques.
    Par le fond ? Ne peut-elle être interprétée de cette manière ? :
    – Les questionnements autour de la sincérité des artistes devraient nous amener à s’en méfier, à prendre nos distances.
    – L’œuvre d’art n’est qu’un artefact, un objet parmi d’autres, mais une production humaine pas comme les autres.(1)
    – La science n’a donc pas intérêt à associer son image à celui de l’art.
    Je l’aime bien cette thèse (est-ce le bon mot ?), elle ouvre à de nombreuses questions ?
    – Art et science, mariage d’amour ou de raison ?
    Nous sommes sur un site dont le sujet et « vulgarisation et communication scientifique » tenons nous en-là et posons-nous les questions qui relèvent de ces sujets : Qu’est-ce que l’art (au sens large – le processus créatif, l’œuvre en tant que telle, l’artiste et son projet, le milieu des critiques et des galeries, le marché de l’art) peut apporter à la vulgarisation et à la communication scientifique ?
    Impossible de traiter un sujet si vaste, dans des échanges de commentaires. Il faudrait commencer à l’aborder en dissociant vulgarisation et communication car ces deux thèmes supposent une approche totalement différents (tient au fait pourquoi les associez-vous ?)
    Il serait toutefois intéressant, du point de vue de la communication, de faire un retour d’expérience sur la collaboration entre 1000 chercheurs et le photographe Pierre Maraval :
    Petit jeu qui n’a certainement pas la validité de Médiamétrie 🙂
    – J’ai questionné autour de moi sur environ 100 personnes, aucune n’est au courant (il faut dire qu’aucune n’est scientifique et qu’elles n’habitent pas la régions parisienne…)
    – Sur Google 213 000 entrées à la requête « 1000 chercheurs parlent d’avenir »
    J’ai navigué sommairement et j’ai relevé :
    . Les 4 premières entrées concernent le site de Pierre Maraval (en voilà un au moins qui tire son épingle du jeu…sans commentaires si non vous allez dire qu’en prenant partie je fausse le résultat) – dans la rubrique revue de presse de son site : Rien.
    . Je n’ai pas trouvé une seule entrée concernant un média national, à croire que l’information n’a été relayée que par les partenaires du projet et blog de doctorants.
    . Aucun média d’art ne pointe son nez
    . Plus inquiétant, Je n’en ai pas trouvé une seule entrée qui fait le lien entre l’œuvre et les chercheurs, leurs travaux, leur problèmes, pas le moindre travail de fond, uniquement du copié collé extrait de la revue de presse…
    pour information sur le site science.gouv.fr, il n’y a aucune trace de cet « évènement »
    Désolé de parler de retour sur investissement, mais j’aimerai bien avoir une idée de l’impact que ce projet a eu en matière de communication scientifique et de vulgarisation, au regard des sommes investies et du temps passé. Mais peut-être suis-je bassement matérialiste 😉
    Henri Kissinger, l’ancien secrétaire d’Etat américain demandait : « L’Europe, qu’elle numéro de téléphone ? » Je vous retourne la question : « le service de communication de la science, qu’elle numéro de téléphone ? » 🙂
    (1)« L’œuvre d’art n’appartient pas à l’ordre des artefacts techniques communs, elle est extraordinaire au sens strict… » Marcel Gauchet – Le sacré le profane

  6. Métalogos dit :

    Désolé pour les fautes de français dans le dernier message, Je vais essayer de m’appliquer…mais ce n’est pas gagné.

    Je ne suis pas certain d’avoir correctement répondu a ta question concernant les raisons pour lesquelles je dis que la science n’a rien à gagner à fréquenter l’art, je me permet donc de revenir avec ces quelques questions, certaines jetées comme autant de cailloux qui s’enfonceront dès qu’ils toucheront la surface, d’autres un peux plus affutés, qui je l’espère ricocheront suffisamment pour faire des ronds dans l’eau.

    Est-ce que l’art et la science ont le même objet ?

    La science est l’art explorent l’un est l’autre le monde, celui-ci est « tout ce qui arrive » Wittgenstein, sauf que pour Wittgenstein : « Ce qui arrive, le fait, est l’existence des états de choses ».
    Le fait, semble bien être la cible de la science, mais est ce celui de l’art?
    Si l’objet de la science est de cerner le réel, est-ce que l’art par son discours grandiloquent n’a pas d’autre objet que « d’escamoter le réel en faisant rien de quelque chose » (Clément Rosset – Le réel – Traité de l’idiotie) ?
    L’objet de l’art ne serait donc pas d’exprimer le réel (en faisant quelque chose de rien) mais de l’escamoter (en faisant rien de quelque chose).

    Est-ce que le langage de la science est transposable dans le langage de l’art?

    Je vais encore faire appel à Wittgenstein : « … si ces expressions n’avaient pas de sens, ce n’est pas parce que les expressions que j’avais trouvées n’étaient pas correctes, mais parce que leur essence même était de ne pas avoir de sens. En effet tout ce à quoi je voulais arriver avec elles, c’était d’aller au-delà du monde, c’est-à-dire au-delà du langage signifiant »
    Comment un langage, où « l’inexprimable est inexprimablement contenu dans ce qui est exprimé » (le même) peut-il être interopérable avec un langage qui n’a d’autre fonction que chercher à signifier?
    Quels sont les gènes communs qui pourraient rendre le mariage possible ?

    Pourquoi la science est l’art ont en commun d’avoir l’un est l’autre besoin de médiation ?

    Peux t-on tracer un parallèle entre ce qui relève d’un besoin de reconnaissance et ce qui relève de la connaissance ? un jeu de mot pour faire référence aux jeux de langage de Wittgenstein (bien-sur !)
    « l’inexprimable » contenu dans l’art semble justifier à lui seul l’intervention d’un « décodeur » des codes et règles du jeu de langage utilisé par l’art pour s’auto-expliquer.
    Mais la science…en quoi la science, pour qui « la signification c’est l’usage » (toujours lui) aurait besoin de médiation ?
    « (…) pour leur expliquer une question scientifique il faudrait tout un cours et non d’une conférence sur une heure. Une autre alternative aurait été de faire de la vulgarisation scientifique c’est-à-dire une conférence orientée à leur faire croire qu’ils comprennent une chose qu’en fait ils ne comprennent pas, ce que je crois être l’un des plus bas désirs des gens modernes à savoir, la curiosité superficielle sur les dernières découvertes de la science. »Wittgenstein – conférence sur l’éthique.

    La science ne peut elle se contenter de cette formule ? : « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire ».Wittgenstein,

    Ce à quoi l’artiste rajoutera certainement : « mais on peut toujours chercher à le montrer »
    « …Par exemple, bien qu’on ne puisse pas dire quel est le sens de la vie, il y a quand même quelque chose, mais qu’on ne peut exprimer ; ceci se montre, il s’agit de l’élément mystique. ». Wittgenstein

  1. 19 février 2011

    […] photos sur le Panthéon sont disponibles ici. Voici également un article du blog L’infusoir qui explique la démarche de Pierre Maraval et les raisons de participer à un tel […]