Vers une société apprenante ? Des acteurs, des rapports et jusqu’aux réseaux pour un changement de paradigme

NB : Cet article est une perspective personnelle, donc subjective et située, de ma réception du mouvement actuel autour de la société apprenante, de la manière dont ce mouvement me parle. Il ne s’agit en aucun cas d’une « analyse objective » ou journalistique. Il s’agit de la manière dont ce mouvement fait sens depuis là où je parle et agis.

Depuis la remise en mars 2017 du rapport collectif Vers une société apprenante (Taddei, Becchetti-Bizot, Houzel) à la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, je me suis intéressée, et depuis ce que je pouvais en percevoir, à la manière dont le document circulait, créait des réactions, des appropriations par les acteurs de l’éducation et de la recherche (ou au contraire des rejets), et surtout à la manière arborescente dont François Taddei porte ce rapport, au nom du collectif, et dont on peut percevoir des traces via de multiples interventions et articles, dans différents journaux et différents supports.

Les tweets et les re-tweets : des liens potentiels pour l’émergence d’un réseau

Cette diffusion de la parole portée par F. Taddei et les modes d’appropriation de ses idées (au sens positif ie au sens 2.0) peut être appréhendée par certains des retweets opérés par François Taddei, distincts de ceux qui relèvent de la veille documentaire partagée qu’il opère depuis plusieurs années.

F. Taddei se positionne en effet comme un éditorialiste du propos du rapport Vers une société apprenante et du CRI (Centre de Recherches Interdisciplinaires, qu’il dirige) qu’il incarne. Cette démarche rend visible concrètement1 qui sont les acteurs qui se retrouvent dans les propos, directs ou rapportés, du rapport Vers une société apprenante  et/ou sont en résonance avec l’esprit ‘’CRI’’  – l’un et l’autre n’étant pas évident à dissocier tant la culture qui les porte est la même.

S’il s’agissait de créer un réseau des acteurs qui se reconnaissent dans cet état d’esprit, il suffirait dès lors, à toutes celles et ceux qui souhaitent se mettre en réseau, de suivre l’ensemble des personnes qui relaient le propos, elles-mêmes retweetées par F. Taddei. Ainsi le lien ne passerait pas uniquement par la source, direct du propos – auteurs du rapport -ou indirecte – articles, etc -, mais deviendrait plus horizontal, entre les acteurs s’auto-définissant comme concernés. Pour faire une comparaison, c’est comme si F. Taddei, par cette simple action de retweet, créait un espace numérique de ‘’réseautage’’ entre personnes qui partagent une vision proche ou commune de leur action en recherche et en éducation. Entre acteurs qui se reconnaissent. Suivre quelqu’un revient en quelque sorte alors à échanger une carte de visite, à tisser un lien.

« Apprendre demain » a investi le numérique, via une plateforme et Twitter, pour contribuer à la mise en réseau des acteurs.

Sens et valeurs des pratiques de recherche et d’éducation : une réactivation de l’idéal

Dans la mise en circulation des propos du rapport Vers une société apprenante, j’ai retrouvé des éléments en résonance avec mes travaux de recherche : la reconnaissance des acteurs entre eux par la (re)-mobilisation de normes et de valeurs qui semblent fonder une part de leur engagement dans leur pratique professionnelle.

La question que me pose la situation actuelle est la suivante : à quelle(s) condition(s) une telle reconnaissance peut-elle faire réseau ? F. Taddei insiste à juste titre sur l’importance des rencontres physiques au-delà du lien numérique.

Je dois expliquer à ce stade comment je connais F. Taddei et comment ma perspective sur ce qui va suivre s’est construite il y a déjà plusieurs années.

En 2006, j’ai eu la chance de rencontrer des acteurs engagés dans la vulgarisation scientifique, dans le débat science-société, dans les sciences ouvertes, dans l’empowerment de tous les acteurs, dans la cohésion et le lien social, au bénéfice de l’éducation et de la recherche. François Taddei faisait partie de ceux-là, avec notamment Livio Riboli-Sasco, Leïla Perié, Richard-Emmanuel Eastes, Francine Pellaud, Mattéo Merzagora, et bien d’autres. Je me suis rapidement impliquée dans ce mouvement riche et stimulant via des associations comme Traces, les Atomes Crochus et Paris-Montagne. Nous avons ainsi interagit dans cette ébullition visant à démocratiser la connaissance, en ouvrant les portes des institutions de la ‘’Montagne Sainte-Geneviève’’, comme-on-dit (festival Paris Montagne), et à donner accès aux laboratoires à des lycéens, motivés et curieux (programme Science Académie), mais parfois objets d’une forme d’auto-censure quant à leurs projets professionnels et personnels, induite par leur situation sociale et par cette hiérarchie socio-professionnelle dont nous faisons tous l’objets, à notre détriment ou notre avantage.

L’approche des co-fondateurs du CRI, Ariel Lindner et François Taddei, et de celles et ceux qui s’y engagent – si je la reformule à ma façon, non réductrice et non recouvrante avec la manière dont les co-fondateurs eux-mêmes pourraient en parler – revient à remobiliser les normes et les valeurs de la recherche et de l’éducation par la recherche, par des actions très concrètes, qui créent quelque chose de nouveau, et ce faisant (re)connectent les acteurs avec le sens de leur métier et de leur engagement professionnel, et par là-même faire communauté. Ils remobilisent l’ethos du métier. En cela, je pense qu’ils réactivent une forme d’idéal un peu mertonnien, au sens de ce vers quoi on veut tendre, mais réactualisé dans le contexte des métiers de la recherche et de l’éducation. Plus pragmatiquement, c’est une vision politique, au sens de l’action dans la Cité, qu’ils posent sur leur pratique. Cette approche les amène à ne pas se contenter ni se conformer à ce qui existe, par exemple en termes de critères d’évaluation : s’ils repèrent un conflits de valeur ou de norme par rapport à leur idée-idéal de la recherche, ils s’autorisent, aidés par la légitimité acquise au cours de leur carrière, à proposer des alternatives, en identifiant les marges de manœuvre à leur disposition.

F. Taddei :  » Le CRI est aussi un Carrefour de Rencontres Intéressantes qui abrite des Collectifs qui Recombinent les Idées »

Autrement dit, ils ont profondément intégré et incarnent l’idée selon laquelle toute absence de choix est déjà un choix, et que le suivi des règles et normes passent systématiquement par un retour aux sens et aux raisons d’existence de ces règles et normes, par rapport aux missions et objectifs d’une profession, d’une institution, etc.

C’est en cela que leurs discours consistent en une forme d’empowerment :

  • Un discours sur les marges de liberté et de choix de chacun, à son propre niveau d’action, dans lesquels l’on (re)donne du sens ;

Je mets à ce niveau la réintégration de la question de la co-responsabilité individuelle et collective : l’individu doit alors faire face à la liberté de ses choix, y compris dans le cadre d’un système contraint, quand il a la possibilité, même faible, d’agir – dans la marge d’action qu’il possède. L’absence d’action est déjà un choix.
L’empowerment des acteurs est une forme d’anti-fatalisme et bannit le ‘’c’est comme ça’’, sans naïveté, et sans faire abstraction de ce que nous disent les sciences humaines et sociales sur notre société.2

  • Un discours qui s’appuie sur le bottom-up comme force de proposition pour en retour revenir aux institutions, puis à partir des institutions avec des propositions faisant sens pour les acteurs de terrain – et pour viser une valorisation politique en retour des initiatives et des transformations opérées, pour soutenir et développer ces transformations ;
  • Une pensée évolutive et non la description d’une situation figée : ils pensent à l’évolution des pratiques à l’échelle du groupe et non de l’individu isolé, par l’émergence des mutations, comme source d’innovation (ie de nouveautés) et simultanément par le changement des pressions de sélection. Selon les pressions de sélection, les mutations pourront être sélectionnées positivement et ou supprimées : c’est en cela que l’innovation comporte un risque lorsque l’environnement ne suit pas.

Un changement de culture

C’est en cela que nous pouvons parler d’un changement de culture avant un changement de structure. Culture qui semble déjà partagée dans plusieurs pays, dans l’esprit du Life Long Learning. Et c’est ce que présentent des rapports comme ceux de la STRANES et Vers une société apprenante.

La démarche actuelle de F. Taddei et de ses collègues a peut-être pour effet de réunir les acteurs qui donnent du sens à leur pratique, d’abord au niveau local. Permettra-t-elle de faire suivre la reconnaissance institutionnelle de ces pratiques par un effet de ‘’masse critique’’ ou de ‘’preuve de concept’’3 ? L’une des difficultés consiste à changer d’échelle de temps, de modes relationnels (coopération versus compétition ; ‘’culture du oui’’, confiance vs méfiance, etc.) et d’unités de valeur pour que l’échange inter-personnel et inter-professionnel soit possible.

« Agis en ton lieupense avec le monde« , Edouard Glissant – devise également de Béatrice Korc

Flagship – Université de Cork, Ville apprenante – Musée Glucksmann

Le processus sera long car réflexes et habitudes sont bien ancrées. Les personnes qui réagissent actuellement à la proposition des territoires apprenants et d’une société apprenante sont celles qui vivent déjà leur métier ancrés dans des valeurs fortes, sans que ce soit nécessairement les mêmes pour tout.e.s, et/ou qui font déjà des choses dans leur lieu d’action : peut-être voient-elles là l’occasion, de faire communauté, d’être reconnues, et de faire bouger les cadres ?
Un des défis majeurs à mon sens sera celui du rôle que choisiront de jouer les institutions avec ces acteurs, et en particulier celles qui ne sont pas encore engagées dans ce qui constitue un changement de paradigme : comment composeront-elles avec leurs propres fonctionnements et leurs propres marges pour intégrer et valoriser ces pratiques ?

Source : https://alterlieu.wordpress.com/2016/05/26/bienvenue-dans-notre-espace-virtuel-dedie-a-la-creativite-sous-toutes-ses-formes/

  1. à celles et ceux qui le suivent sur Twitter []
  2. je pense notamment aux travaux sur l’intersectionnalité, aux recherches en STS (sciences and technological studies) et à tous les travaux inspirés par les approches de P. Bourdieu et M. Foucault []
  3. je tiens ce terme d’Ariel Lindner, qui utilise également le terme de flagship []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *