Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

Introduction aux Science Studies, Dominique Pestre, Ed. La Découverte, Paris : 2006, p.8 :

« Un point est encore à ajouter : dans les discours généralement tenus sur la science, la dimension normative, même si elle est implicite, est centrale. Dire la vérité de la science et de son histoire a en effet souvent consisté à énoncer ce qu’elle devait être. Parce que parler de la science renvoie à l’objectivité et à la vérité, toute analyse trop radicale à son endroit suscite une grande incompréhension, voire de l’indignation. Parce que la science est assimilée à la Raison – et qu’elle s’oppose donc à l’irrationalité, avec tout ce que cette dernière notion véhicule d’inquiétant d’un point de vue historique, et en particulier depuis l’Holocauste -, toute approche non orthodoxe est rendue délicate, que celle-ci se mène en termes intellectuels ou en termes politiques. Parce que parler de la science implique de prendre position sur un phénomène social et culturel, aux racines profondes et qui touche aux convictions les plus intimes de notre monde – et parce que l’univers des sciences est, dans les sociétés modernes, un univers institutionnellement puissant -, le débat ne peut que difficilement être mené sur un ton neutre et détaché. Parce que la science évoque des images d’emblée positives, il est aussi difficile de la contester politiquement ou socialement que d’en proposer une lecture conceptuelle qui la décentre de la position idéale dans laquelle elle est traditionnellement installée. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...