Archives de catégorie : Regards

Réflexions, depuis là où je vous parle

Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Le 7 avril 2009 – Éléonore est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Le 15 février 2010 – Axelle est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Axelle – 15 février 2010 // Retour au entretiens de thèse

Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Le 8 mars 2010 – Daniel est en 3ème année de thèse au moment de l’entretien, qui se déroule dans mon bureau, c’est-à-dire en dehors du laboratoire où elle effectue sa thèse.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien, ou avec un an de décalage. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Daniel – 8 mars 2010 // Retour aux entretiens de recherche doctorale

Sur la critique – Une lecture qui surgit

1On fait parfois de belles rencontres avec des textes. C’est en attendant quelqu’un que j’ai regardé autour de moi et que je suis tombé sur ces textes de Vacarme, à portée de main et que j’aurais pu ne pas voir.

J’ai découvert par la même occasion des écritures et travail éditorial originaux et passionnants.

Quelques extraits de l’article « mille milliards de critiques » – Vacarme 62 – hiver 2013, qui me parlent particulièrement et que je retiendrai de cette lecture surgissante :

b1« Essayons d’assumer les conditions de ce b4 b3 b2partage : égale dignité des voix, égale dignité des objets, égale dignité des perspectives. »

« Quelles critiques nous permettent de mieux aimer et de mieux voir, de mieux danser, de mieux être en colère, de mieux affirmer notre mauvais goût ? Lesquelles au contraire nous rendent plus méchants, plus froids, plus assis, plus solitaires, sans amis et sans énergie ? »

« La critique est cet art de convenir avec soi-même, les autres et le monde. Cet art ne peut jamais être donné d’avance. Il est à réinventer pour chaque objet et chaque situation. »

Pensée du jour – « Sois réflexif ! »

Le temps me manque en ce moment pour faire vivre ce carnet, j’y sème malgré tout une « pensée du jour ».

La pensée qui boucle et qui sait se situer - Photographie de Claire Placial

La réflexivité1 me paraît être un mouvement que l’on ne peut pas enclencher « délibérément », ni en la contrôlant. De la même manière qu’il me paraît difficile de comprendre que l’on ne comprend pas, ou encore de répondre à une injonction du type « sois naturel » ou « sois libre »2, il me paraît compliqué d’être certain que l’on développe bien une démarche réflexive. Un « point aveugle » est par définition difficile à percevoir, et je suppose que l’injonction « sois réflexif » ne mène à rien.

Ne peut-on dès lors qu’espérer être réflexif ? Non (et je répondrai un peu à côté), car l’on n’est jamais réflexif : c’est un mouvement qui s’entretient plus qu’un état que l’on acquiert.

Comment faire percevoir la nécessité et l’intérêt à « faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites » ? Et la nécessité de le renouveler, toujours ?

Comme tout ce que l’on n’a jamais éprouvé soi-même, on ne peut percevoir, je crois, la force, la portée d’une pratique3 avant d’en avoir une expérience propre. Au « risque » ensuite de se demander, « comment faisais-je, avant ? ».

Ce qui, comme pour toute perspective et pratiques nouvelles, demande de se jeter à l’eau, de prendre des risques, justement, et d’affronter certaines incertitudes.

  1. La pensée qui boucle et qui se situe, depuis une perspective []
  2. ces réflexions proviennent notamment des mois qui défilent dans les Espaces réflexifs, et d’une récente discussion avec Rémi Barré []
  3. Et certaines pratiques numériques, qui sont propices à mon sens à la réflexivité, me font ce même effet : je pense en particulier aux carnets de recherche et à Twitter []

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et de la déontologie dans la recherche.

Source : www.vacanceo.com/albums_photos/voir-photo_60030.php

J’intervenais avec un doctorant en Droit, Lucas Bento, qui avait choisi d’aborder cette question sur le plan sémantique et donc de poser avant tout des définitions dont nous pourrions ensuite discuter. Les doctorants auraient par ailleurs accès à un texte questionnant le rôle des comités d’éthique, écrit par Antoine Blanchard (alias Enro ou @Enroweb).

De retour de cette journée, et grâce notamment aux discussions très intéressantes qui y sont nées, je voudrais ici partager de nouvelles réflexions sur la question des responsabilités des chercheurs. Continuer la lecture de Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ; Continuer la lecture de Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Quelques éléments de contexte

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Continuer la lecture de Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.