Archives de catégorie : Ecritures

Espaces physiques ou numériques : s’en servir ou les habiter

La magnifique phrase d’Hannah Arendt à propos de Walter Benjamin m’évoque les manières possibles (et donc les choix ?) d’investir les espaces numériques. Je la transpose donc à tous les lieux que l’on peut habiter, et je pense que les lieux numériques (par exemple les carnets de recherche ou Twitter) en font partie.

arendt benj« Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de même on habite une ville lorsqu’on se plaît à y flâner sans but ni dessein, les innombrables cafés qui flanquent les rues, et devant lesquels s’écoule la vie de la ville, le flot des passants, renforçant ce sentiment d’être chez soi. »
H. Arendt à propos de W. Benjamin

Dire et écrire les relations d’enquête – Co-intervention avec Joëlle Le Marec dans le cadre du séminaire « Le Chaos des écritures »

Contexte et recontextualisation dynamique

Hier après-midi, je suis intervenue avec Joëlle Le Marec dans le séminaire Le Chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines, qui existe depuis septembre 2009.

« Le séminaire aborde les modes d’écriture dans leur diversité (savantes, littéraires, artistiques, politiques, quotidiennes, etc.) et sur la longue durée. Il privilégie le croisement des perspectives, et s’attache à les renouveler au regard des mutations culturelles et anthropologiques induites par la grande conversion numérique et les transformations économico-politiques en cours. La thématique générale est déclinée en plusieurs journées d’étude annuelles, qui se font écho à travers des sous-thèmes fédérateurs  pluriannuels : l’oralité, le dialogue et la polyphonie, la réflexivité, l’émancipation, les relations entre science et littérature, l’ancien et le nouveau de l’invention de l’écriture au numérique.

Ce cycle de journées d’étude maintient une tradition de liberté formelle, de dialogisme et d’indisciplinarité, qui hérite de séminaires d’abord tenus à l’Université Pasteur de Strasbourg, à l’ENS de Lyon et à l’Université Rennes 2. Au croisement des études sur la littérature, sur les sciences, et sur l’information et la communication, il réunit des doctorants et chercheurs de toutes les disciplines, venant de plusieurs régions de France et de l’étranger. Le séminaire est dirigé par Baudouin Jurdant, Joëlle Le Marec, Laurent Loty et Emmanuel Souchier, dans le cadre du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des 17e et 18e siècles (CELLF 17-18e, Université Paris Sorbonne et CNRS), du Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR Lettres, Arts et Cinéma (CERILAC, Université Paris-Diderot) et du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC, Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées, CELSA, Université Paris Sorbonne). »

Le titre de notre intervention commune est le suivant : « Dire et écrire les relations d’enquête », dans une séance intitulée plus largement « Cultiver l’enquête »

« Il s’agira dans cette journée de détailler ensemble des aspects souvent peu traités de l’enquête, et qui relient le désir de scientificité non pas à la technicité des méthodes, mais à une conscience réflexive et poétique précise, partagée, discutée, des évènements  et des objets qu’elle crée. »

Notre présentation s’ancre dans l’expérience commune d’un terrain de recherche qui avait mené à la co-écriture de l’article « Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs » (Le Marec et Faury, 2012).

Le texte qui suit ne reprend pas l’intervention d’hier mais correspond aux réflexions qui ont préparées cette intervention. La mise en dialogue avec Joëlle Le Marec, au moment même de l’intervention nous a amené à construire un dire qui s’éloigne de et s’articule avec l’écrire qui suit ici.

Je remercie les organisateurs de ce séminaire de m’avoir invitée et pour la richesse de échanges. J’ai particulièrement apprécié de pouvoir à cette occasion reprendre le fil de mes réflexions de recherche. La mise en dialogue y est pour beaucoup.

« La lecture des ouvrages méthodologiques m’avait finalement assez mal préparée à ce que l’expérience de l’entretien me réservait… une relation humaine, une situation vivante (Raoul, 2002) qu’il serait vain de chercher à maîtriser par une « chasse au biais »130. Ainsi, j’ai décidé de me rendre le plus perméable possible, pendant l’entretien, à ce qui s’y passe. De lâcher prise pendant, l’attention en éveil, pour mieux ré-explorer la densité de l’entretien ensuite, au moment de l’analyse et de la prise de distance. Pour être entièrement dans la situation, j’ai même finalement pris le parti risqué de me passer de prise de notes, afin d’être totalement disponible, y compris corporellement, à ce que me disant mon interlocuteur. Tout reposait donc sur l’enregistrement et sur la mémoire que je garderai131 de l’expérience vécue de l’entretien, en espérant que la technique ne me fasse pas faux bond. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 204)

La préparation de cette intervention me donne l’occasion de replonger dans mon manuscrit de thèse, mais surtout dans l’expérience du terrain pendant mes années de doctorat, de sa mise en mot, de sa mise en inter-subjectivité.

Depuis ma soutenance, mi-septembre dernier, mes nouvelles activités professionnelles m’ont considérablement éloignée de ce vécu et de ces réflexions.

Avec Joëlle Le Marec, nous avions souligné, dans notre texte commun, et dans le cas particulier de ma thèse, l’importance de l’effet de la distance à l’expérience partagée par l’enquêté, au moment de l’entretien, sur le rapport au terrain du chercheur-enquêteur et aux personnes qu’il y rencontre (de la proximité à l’hyper-proximité en ce qui concerne mon travail de recherche sur la recherche).

« Des situations d’hyper-proximité – Ma posture de chercheur a fortement structuré les situations d’entretien dans lesquelles je me suis engagée, en particulier avec les doctorants en biologie, anciens camarades de promotion et/ou actuels amis. J’ai utilisé cette proximité, en la questionnant toujours, dans la mesure où la relation enquêteur-enquêté structure la dynamique d’entretien, et que la dynamique de création d’implicite et d’explicite fait partie de mon objet de recherche. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 296)

Et je me repose aujourd’hui de manière d’autant plus prégnante la question :

Que signifie revenir, et que faire d’un retour à l’expérience de terrain lorsque nous sommes très à distance de celui-ci ?

De quoi partir, sur quoi s’appuyer, à partir de quoi se souvenir de ce qui nous avait marqué, frappé à l’époque et dont le sens partageable s’est peut-être construit a posteriori, lors de la mise en discours, lors du dire ou de l’écrire ?

Le sens lui, éprouvé, de la situation d’enquête, n’a pas attendu les mots pour attirer notre attention : comment garder des traces de l’épreuve du terrain ? Le carnet de terrain, le dictaphone, le carnet de recherche, les mails, autant de mise en mots, oraux ou écrits qui nous permettent de rester au plus proche de ce que nous avons vécu dans l’enquête, et autant que possible d’y revenir.

Tout ce préambule pour dire finalement ceci : aujourd’hui je suis en effet très à distance de l’expérience du terrain, des espaces d’inter-subjectivité qui l’ont accompagnée1, et de sa mise en écriture, que vais-je pouvoir vous en dire2 ? Vais-je en effet pouvoir y revenir ? Et si oui, comment ? Quelle actualisation de l’expérience, le dire (lors du séminaire) et l’écrire (dans ce carnet de recherche) vont-ils susciter ?

Re-lire à distance, la situation d’entretien transcrite, nous dit souvent beaucoup aussi de ce que l’on attendait de la situation au moment où on l’a vécue, des hypothèses que l’on faisait à l’époque, de la méconnaissance parfois des spécificités du terrain que l’on amorce, du vécu des acteurs, du sens des mots qu’ils emploient et que l’on n’a pas nécessairement perçu sur le moment.

Présentation du terrain qui constitue la base de l’écriture et de l’intervention

« Les entretiens portent sur les pratiques quotidiennes de la recherche et sur la manière dont les enquêtés vivent leur condition de chercheur. Nous repérons les modalités de construction d’un discours sur ce que signifie faire de la recherche, sur la position de chacun dans des collectifs scientifiques (l’équipe, le projet, la discipline, la filiation) et sur la confrontation entre pratiques et principes.

Les entretiens sont menés auprès de doctorants en biologie expérimentale, de chercheurs à différentes étapes de leur carrière et de chercheurs ayant migré des sciences de la nature vers les sciences sociales. Un même protocole est utilisé, consistant pour les enquêtés à commenter le relevé quotidien systématique des situations de communication vécues cours d’une semaine de travail. » (Le Marec et Faury, 2012)

Dire et écrire les relations d’enquête – Dire l’enquête

L’enquête, le terrain, on commence à les dire, aux autres et à soi, au moment où on les prépare. Puis dans la prise de contact avec l’enquêté, lorsqu’il s’agit de lui présenter les raisons pour lesquelles on souhaiterait le rencontrer : dans les mails, par téléphone, lors du démarrage de l’entretien…

« Je viens pour que tu m’expliques »

« pour que vous me racontiez »

« tout m’intéresse », « ce que tu veux »

« on peut commencer à ce moment là »

Lors de mes enquêtes, je ne précise pas nécessairement le contexte général de la recherche, mais ce que j’attends de la situation d’enquête particulière à laquelle je souhaite que mon interlocuteur participe.

NB : j’utilise souvent « enquête » pour parler de l’ensemble des entretiens que j’ai mené, mais c’est un sens restreint de ce terme – et « situation d’enquête » pour un entretien particulier.

Le contrat de départ, ainsi établi, plus ou moins explicitement ou implicitement, de la relation d’enquête permet à chacun, enquêteur et enquêté, de s’installer dans ce qu’il projette de la situation de communication qu’il accepte en s’y rendant présent. Avec des hiatus éventuels, qui seront levés par des ajustements tout au long de l’entretien.

Relation enquêteur-enquêté en ajustement

Considérer qu’il y aurait à dire de la relation d’enquête n’est pas anodin. On considère dès lors l’enquêteur partie prenante de la relation d’enquête, et non à distance de celle-ci. On reconnaît qu’il y aurait dans les manières de dire et les manières de se dire, de l’enquêté et de l’enquêteur, des traces de la façon dont chacun vit l’expérience d’entretien, en tant que situation de communication, reconnue comme forme culturelle (Le Marec, 2002).

C’est accepter également cette nécessaire part manquante de l’interprétation par l’enquêté de la situation d’enquête (Le Marec, 2002), dont l’enquêteur ne saisit que des traces.

Dire la situation de communication vécue à l’instant où elle se vit, et ensuite

La transcription, telle que l’on choisit de l’effectuer, reflète une multitude de choix de la part de l’enquêteur : les phrases sont-elles reformulées ? Fait-on apparaître les silences ? Les regards ? Les hésitations, les répétitions ? Quelle place donne-t-on à la communication non verbale, sonore ou non, dans les entretiens non pas filmés mais enregistrés sur dictaphone ? Comment cela se traduit-il dans la transcription ? A quel tamisage3 procède-t-on au moment de la transcription ? Que constitue-t-on en données ? (Thèse de doctorat M. Faury,  p. 205)

Que choisit-on d’écrire dans le carnet de terrain ? Choisit-on de retranscrire les propos fidèlement au cas où l’enregistrement ne fonctionne pas, ou plutôt de ne rien écrire pour être entièrement (y compris dans l’attitude corporelle) dans l’écoute et dans la relation avec l’enquêté? Choisit-on d’écrire ses impressions (de gêne, d’étonnement, d’agacement, etc.) comme autant d’indicateurs qu’il est dit quelque chose pendant l’entretien qui vient d’être vécu ? Pourquoi le faire ?

Sous quelles formes peut-on conserver des traces pérennes de ce qui a été vécu sur le terrain ? Les dit-on (à soi-même par le dictaphone, à un collègue qui partage l’expérience de terrain, etc.) ou les écrit-on ? Dit-on ou écrit-on les ressentis ? Pourquoi ?

Dire l’autre dans l’enquête

Il y aurait beaucoup à dire pour dire l’autre dans l’enquête (identités et sens projetés, investissement de la situation de communication, etc.) et dans sa relation à l’enquêteur, et donc à soi dans l’enquête. Nous n’aurions peut-être d’ailleurs jamais fini, et c’est tant mieux, tant la relation est riche, tant l’autre est riche de significations. Tant la situation est vivante.

Dire et écrire les relations d’enquête – Se dire l’enquête l’un.e à l’autre à partir d’une expérience vécue commune

L’intervention commune avec Joëlle Le Marec, lors du séminaire « Le Chaos des écritures, s’appuie sur l’expérience des temps de partage de l’expérience de l’enquête et de la situation d’hyper-proximité que nous avons toutes les deux vécues, bien que différemment, dans le cadre d’une recherche sur la recherche, dans laquelle des chercheuses rencontrent des chercheurs pour qu’ils témoignent d’un quotidien et d’un vécu de la pratique quotidienne de la recherche comme métier.

L’échange entre ce que Joëlle Le Marec perçoit de la situation d’entretien et ce que j’y avais perçu moi-même nous a amené, par la discussion, a nourrir l’idée que l’entretien était l’occasion d’un partage d’une réalité de la recherche ressentie de manière proche chez l’enquêteur et l’enquêté. Cette proximité de l’enquêteur à l’enquêté « à des effets de reconnaissance de modes d’engagements et de vécus proches » (Le Marec et Faury, 2012). C’est la manière dont le chercheur-enquêteur associe le chercheur-enquêteur au parcours de ce qui constitue sa réalité quotidienne, par la description et le commentaire des pratiques de communication qui la compose, qui m’a amenée à développer l’idée d’espace mental de la recherche dans le cadre de ma thèse.

« Au cours de l’entretien, dans la relation qui s’établit avec l’enquêté, l’enquêtrice a le sentiment de « sentir l’espace mental de la recherche », dessiné par les pratiques de communication rapportées et commentées (espaces symboliques, frontières, contraintes, épaisseurs, pluralités) et de le comprendre par ce qu’elle vit lui-même (en tant que doctorant au moment des entretiens), ou ce qu’elle a vécu (en tant qu’ex- étudiante en biologie expérimentale et ancienne étudiante-stagiaire en laboratoire). Cette compréhension est d’une part utilisée dans l’interprétation et conditionne par ailleurs le rapport qui se construit à l’enquêté en entretiens » (Thèse de doctorat M. faury, p.119)

Se dire l’enquête et la relation d’enquête, entre chercheurs impliquées sur le terrain, nous a donc amenées à nourrir ntore perception, à balancer le vécu d’une situation de communication singulière par l’appel à des vécus proches mais différent, de chacune d’entre nous. Ces moments de discusions ont ainsi constitué de réels espaces de réflexivité et d’inter-subjectivité dans l’expérience du terrain.

Dire et écrire les relations d’enquête – Écrire l’enquête

La difficulté à écrire la relation d’enquête me semble avant tout venir de la linéarisation par laquelle nous fait passer l’écriture. Comment faire si je chercher à écrire l’enquête de manière pluri-dimensionnelle, c’est-à-dire si je cherche à éviter de faire de l’enquête un lieu de production d’un matériau décontextualisé, sorti de la relation et de la situation de communication qui ont permis son existence, sa construction ? Comment aller vers une écriture réflexive, par le dialogue qu’elle induit avec le lecteur, de l’enquête ?

« la réflexivité est éprouvée sur plusieurs plans simultanés dans l’entretien (dans la réflexion individuelle au cours de l’échange, dans la communication entre proches culturels, et dans la réflexion dialoguée entre pairs) et c’est cette caractéristique que nous exploitons. La situation d’entretien est bien sûr, d’un point de vue technique, une pratique d’analyse des conditions de productions de « matériaux de l’enquête ». Elle est également une situation reconnue culturellement comme destinée à produire des savoirs sur la société, mais dans un contexte où la conceptualisation de ce qu’est la situation d’entretien devient un des enjeux de la recherche puisque celle-ci porte sur des pratiques de chercheurs. Elle est enfin une condition partagée par l’enquêteur chercheur et le chercheur enquêté dans la mesure où l’enquête devient nécessairement un moment de dialogue entre collègues. » (Le Marec et Faury, 2012)

Comment donc en rendre compte dans l’écriture : en témoignant de ces épaisseurs, de ces représentations de l’enquête par la mobilisation concrète d’exemples, d’extraits de transcription, de sons, d’images, de composites (Le Marec, 2002) ?

J’ai ainsi par exemple accordé une importance particulière à la manière de dire pendant l’enquête menée au cours de ma thèse, et je me suis posée la question suivante :  comment en rendre compte par l’écriture, qui s’intéresse le plus souvent au « matériau » tamisé, transcrit, c’est à dire aux mots, à ce qui est dit, plus qu’à la manière dont ces mots donnent du sens à la relation, à la situation d’entretien ?

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Il me paraît particulièrement important de travailler, par le dire et l’écrire, à la contextualisation de la situation de communication, et d’en rendre compte pour permettre l’inter-subjectivité, pour permettre la réflexivité individuelle et collective à son endroit, pour tendre vers une interprétation partageable, et qui tende vers le plus d’objectivité possible.

Dire et écrire les relations d’enquête – Re-dire l’enquête

A quoi mène de re-dire l’enquête ? Dire et re-dire l’enquête nous amènerait ainsi à toujours reprendre ces situations d’enquête non comme figée mais vivante, partageable dans ces lieux précieux de la réflexivité collective. Comme c’est le cas dans le cadre de ce séminaire Le Chaos des écritures sur Cultiver l’enquête. Je gage que re-dire l’enquête nous amène à pousser plus loin cette idée que la réflexivité pourrait être une forme de « reconnaissance partagée du sens de ce qui se joue pour les uns et les autres. » (Le Marec et Faury, 2012) ? Un autre exemple, celui du travail mené avec Yann Calbérac, Sarah Coordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan à partir des entretiens menés par Yann Calbérac et en présence de celui-ci, me laisse penser que ce pourrait effectivement être le cas. Nous avons alors croisés quatre regards, n’ayant pas vécu la situation d’entretien, pour les mettre en dialogue avec celui qui l’a vécu et pour dire et faire dire au terrain, ce qui peut être partagé de la recherche, dans une dynamique d’objectivation qui s’assume comme processus4.

Finalement pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Dans le cadre de mon travail de thèse sur le rapport identitaire et culturel aux sciences, cette relation fait partie même de l’objet, objet communicationnel, que j’ai choisi d’étudier. Mais plus largement, l’attention à cette relation me paraît permettre d’initier une dynamique réflexive incontournable pour le chercheur qui cherche à comprendre plus qu’un matériau recueilli : une parole contextualisée, à l’intersection entre contexte de la recherche, vécu de l’enquêté et partage social d’une situation ancrée dans les mémoires culturelles de l’enquêteur et de l’enquêté.

« La réflexivité étant une dimension constitutive de n’importe quelle situation de communication, nous chercherons à développer une réflexion sur l’enquête comme situation de partage culturel où s’éprouvent des effets de reconnaissance réflexive de ce qui est demandé ou exprimé par les uns et les autres, enquêteurs et enquêtés. » (Le Marec et Faury, 2012 – lien)

Considérer l’enquête comme une pratique à la fois très réflexive et dialogique, pour l’enquêteur et pour l’enquêté. Considérer la relation d’enquête et chercher à la partager en la disant ou en l’écrivant amène à de passionnants dialogues interdisciplinaires et intergénérationnels dans des contextes de recherche où le collectif vise l’inter-subjectivité.

 » Il y a construction d’une condition réflexive collective : c’est le dialogue avec autrui qui permet d’abord de mettre à distance le rapport très singulier que le chercheur entretient avec son objet, mais aussi de transformer ce rapport singulier en résultat de recherche pour les autres membres du collectif de recherche. » (Le Marec et Faury, 2012)

En préparant ce billet, j’ai d’abord écrit ce que je souhaitais dire lors de ma co-intervention avec Joëlle Le Marec sur les relations d’enquête. Comment allais-je ensuite le dire ? Puisqu’il s’agit notamment d’un dire en relation. Et puis je l’ai ré-écrit, et enfin publié et partagé.


Références :

Jurdant, B. (2006). Ecriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec). Sciences de la société (n° 67), pp. 131-143.
Jurdant B. Parler la science ?, Alliage n°59, 2006.


Le Marec, J. , Babou, I. et Faury, M. , Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir. ), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Le Marec, Joëlle – Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2010. (éd. collective)

Le Marec, J. Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication no 25 – Questions de Terrains, 2002.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165.
Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communication modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982.

Olivier de Sardan, J. -P. , « La violence faite aux données », in : Enquête « Interpréter, surinterpréter », n°3, 1996, p. 31-60.

Crédit photographique : Moleskineh par Amir Kuckovic, licence CC-NC-SA

  1. notamment des discussions avec Joëlle Le Marec lors de nos terrains communs, et avec Sarah Cordonnier et Bernard Bensoussan dans le cadre des séances de préparation du séminaire « Trajectoires et Témoignage » []
  2. lors du séminaire et dans cette forme d’écriture oralisée du carnet de recherche []
  3. Ce terme provient des discussions menées avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan lors de nos séances de travail, d’analyse collective d’entretiens, pour préparer les journées d’étude Trajectoire et Témoignage []
  4. merci à Emmanuel Souchier pour la discussion à ce sujet []

Le carnet de recherche comme pratiques de recherches : « comment écrire pour un carnet de recherche ? » – THATCamp 2012

Les 25 et 26 septembre s’est déroulé le That Camp 2012, organisé par le Cléo et dont le programme était très riche (disponible en ligne / présentation du That Camp par Pierre Mounier).

A cette occasion, Pierre Mounier proposait un atelier intitulé « Comment écrire pour un carnet de recherche ? » auquel j’ai participé, et qui a donné lieu à l’écriture à plusieurs mains, notamment à partir du piratpad en ligne (prise de note collaborative) et de l’important travail d’édition qui a suivi (« Booksprint »), d’un article qui figure dans l’ouvrage publié le 30 septembre par la MSH (Maison des sciences de l’homme), dans l’une de ses collections électroniques :

THATCamp Paris 2012

Non-actes de la non-conférence des humanités numériques
Avec la collaboration de Collectif et Paul Bertrand
Le sommaire des « non-actes » est disponible ici

Résumé

« Un atelier proposé à cause du constat concernant le développement de nouvelles pratiques d’écriture sur la plateforme Hypothèses. Des carnetiers qui réfléchissent actuellement à la manière de produire des livres à partir de notes de blog. Cet atelier est conçu pour permettre une discussion sur ces questions. Écrire pour un carnet de recherche est très différent de ce qui est attendu pour une revue à comité de lecture. Quelles sont les particularités de ce mode d’écriture ? Comment concilier précision et brièveté de la forme ? Le style oral et conversationnel est-il compatible avec la rigueur propre au raisonnement scientifique ? L’idée est que l’atelier soit basé sur un échange d’expérience et une analyse en commun de quelques billets significatifs. »

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

Où est l’autre ? – Adresse et réflexivité dans l’écriture

La réflexivité dans l’écriture, c’est je crois Bertrand Labasse qui l’a initiée chez moi1.

« Ecoutez-vous, vous savez ce qui ne va pas dans vos textes »,
Bertrand Labasse, lors d’une formation doctorale
« J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire. »

Lors d’une formation à l’insertion professionnelle intitulée « Expertise rédactionnelle : des idées au texte » (2009), Bertrand Labasse développait, par de multiples entrées, les processus cognitifs à l’œuvre lorsque l’on écrit, et que l’on lit. Il se réappropriait ensuite ces connaissances pour proposer des manières d’écrire mieux, c’est-à-dire d’écrire en étant conscient, autant que possible, de ce qui se passe lorsque l’on écrit.

Il présentait l’acte d’écrire comme l’une des tâches mentales les plus exigeantes qui soient, dans la mesure où elle demande de composer avec :

–         un échange à établir avec un destinataire absent ;
–         des conflits à régler à chaque seconde ;
–         une linéarisation de sa pensée ;
–         une négociation sociale avec celui à qui l’on s’adresse ;

Cette formation se focalisait sur un type particulier d’écrit, l’écriture journalistique, l’écriture adressée prenant en compte son interlocuteur, potentiel, imaginé, supposé ou alors démontré, dans le cadre d’un journal, d’une revue ayant précisément défini les caractéristiques de son lectorat.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Adresser un discours

« Essayer de connaître les idées des lecteurs ou des visiteurs avant d’élaborer un projet d’article ou d’exposition

« Essayer de préciser l’impact possible de votre cours ou de votre produit en tenant compte des questions, des idées et des façons de raisonner de votre public ».

Extrait de l’encart p.141, Des idées pour apprendre, A. Giordan, F. Guichard et J. Guichard

Cette prise en compte d’un interlocuteur (lecteur, auditeur, participants, élèves, visiteurs, etc.), dans l’élaboration d’un discours oral ou écrit, que ce soit2 dans un contexte d’enseignement (éducation dite parfois « formelle ») ou dans les dispositifs de médiation (éducation dite en regard « informelle »3 ) est un élément central de nombre de textes de didactique des sciences ou encore des formations et guides à la médiation scientifique ou encore au journalisme scientifique (quelques références à titre d’exemples, en fin de billet).

« Se mettre dans la peau du lecteur

Que vous écriviez…

– un article journalistique que vous souhaitez enlevant

– un texte promotionnel pour lequel vos supérieurs ont imposé de nombreuses balises

– un communiqué de presse

– un rapport d’étape pour les investisseurs

– un livre pour enfants

– ou un article encyclopédique…

… il y a un point commun. LE point commun. LA question que toute personne qui communique devrait d’abord et avant tout se poser :

A qui est-ce que je parle ? »

Pascal Lapointe, Guide de vulgarisation – Au-delà de la découverte scientifique : la société, p.37

Il s’agit le plus souvent d’un interlocuteur que l’on pourrait qualifier « d’idéal-typique »4, dans la mesure où l’on considère plutôt ce qui fait l’homogénéité des interlocuteurs ciblés, c’est-à-dire ce qu’ils partagent, plutôt que leurs différences et leur diversité5.

Les caractéristiques considérées comme pertinentes pour définir cet interlocuteur / public / lecteur type, dans la construction du dispositif, varient selon les contextes de communication (enseignement, médiation, recherche, revues spécialisées) : connaissances acquises, parcours, expériences vécues,  spécialisation disciplinaire, intérêts, etcetera.

Ce qui me paraît particulièrement intéressant est l’effet de cette prise en compte d’un autre, plus ou moins défini, lorsqu’elle n’est pas seulement un impératif théorique, sur la conception-même, par l’enseignant, le conférencier, le médiateur, etcetera, de son matériau, de son support, de son écrit. C’est-à-dire la manière dont cet autre est intégré au dispositif. Et dans le cadre des dispositifs intégrant des connaissances scientifiques, je m’intéresse particulièrement à l’effet de cette attention à l’interlocuteur sur la construction ou l’actualisation d’un rapport aux savoirs mobilisés chez l’enseignant, le conférencier, le médiateur, c’est-à-dire chez celui qui construit le dispositif, ou d’une certaine manière qu’il co-construit si l’on estime qu’il construit avec l’autre qu’il y intègre. Mais c’est une question que je développerai vraisemblablement dans d’autres billets, en lien avec l’exemple de l’intégration de métadiscours dans les situations d’enseignement.

Pour le dire autrement, et en généralisant un peu, je m’intéresse à l’effet de la prise en compte d’un interlocuteur conceptualisé/imaginé/intériorisé, dans la construction d’un dispositif de communication de et sur la science (c’est-à-dire intégrant tout à la fois des contenus scientifiques et un rapport à ces contenus), sur celui ou celle qui construit ce dispositif.

Croiser les regards sur son texte en cours d’écriture

Sans avoir nécessairement à conceptualiser un interlocuteur bien défini, la méthode présentée alors par Bertrand Labasse, consiste au premier niveau à partir de ce qui faisait le dénominateur commun des parties prenantes de la situation de communication, c’est-à-dire de viser une compréhension du texte pour quiconque parlant la même langue6.

Il se basait ainsi sur l’idée qu’il fallait être attentif à certains aspects du processus d’écriture/lecture au moment de l’écriture et lors des successives relectures du texte.

Ainsi, l’idée qu’il proposait était d’être en éveil, en alerte, vis-à-vis de tout ce qui pourrait nuire à :

  • la lisibilité graphique7 du texte (« legibility » en anglais) : c’est-à-dire ce qui fait que l’on peut lire
  • la lisibilité lexico-syntaxique du texte (ou « charge lexico syntaxique » ; voir la formule de Flesh et Gunning) : c’est-à-dire ce qui permet de lire sans un effort cognitif trop important (longueur des phrases, nombre de syllabes par mots, nombre de phrases par paragraphe, etc.)
  • l’intelligibilité du texte, sa logique, sa cohérence ;
  • la figurabilité du texte, c’est-à-dire ce qui permet au lecteur de « voir de quoi on lui parle »

    Schéma du cours de Bertrand Labasse

Document total en ligne (pdf)

Pour ensuite s’attacher à l’équilibre entre effort et effet cognitif pour le lecteur.

  • Effort cognitif, c’est-à-dire l’effort mobilisé pour traiter une information ;
  • Effet cognitif, c’est-à-dire ce que retire le lecteur de l’accès à l’information.

Bertrand Labasse s’appuie à ce niveau sur la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1992) :

« Les êtres humains cherchent automatiquement, dans toute leur activité cognitive, à obtenir la pertinence la plus grande possible, c’est-à-dire l’effet cognitif le plus grand, pour l’effort de traitement le plus faible. »

Sperber et Wilson (1992)

En regard, il proposait des méthodes, des outils conceptuels et des pratiques.

Ce qui m’avait paru alors particulièrement intéressant était l’idée de devoir prendre de la distance par rapport au texte, au moment même où on l’écrit, ce qui demande de travailler une sorte de gymnastique pour se mettre à distance « en temps réel » (le lire à distance, l’entendre en l’écrivant, etc). Celle-ci n’est pas facile à enclencher lorsque l’on a pris d’abord l’habitude de ne pas « entendre / comprendre » ce que l’on écrit ((voir à ce sujet la veille partagée de Marie-Anne Paveau)).

« L’écriture peut-elle être réflexive ? Peut-elle s’approprier elle-même en tant qu’écriture ou bien est-elle obligée, irrévocablement obligée, de passer par la lecture pour se repenser […] »

Baudouin Jurdant, « Écriture/lecture : questions sur la réflexivité« 

Les relectures, telles que je les avais apprises en tant qu’élève puis étudiante, m’amenaient plus à chasser les  fautes orthographiques et grammaticales qu’à imaginer la réception de mon texte sur un interlocuteur, en l’occurrence l’enseignant qui relirait ma copie, puisque c’en était alors le seul destinataire.

Il s’agit donc d’imaginer l’autre lisant au moment où l’on écrit. Et où l’on se relit.

L’astuce proposée par Bertrand Labasse, très imagée, de manière délibérée pour qu’elle soit marquante, était d’écrire toujours en s’accompagnant de deux personnages perchés (des « gnomes » ) respectivement sur les épaules droite et gauche.

Le premier nous interrompant à tout instant, « ne fait aucune déduction, n’a aucune mémoire de travail et ne comprend que ce qui est dit explicitement, à condition qu’il puisse se le représenter ».

Le second surenchérissant, à chaque phrase: « Et alors ? Qu’est-ce que j’en ai à faire, pourquoi tu me racontes ça ? »

Cette mise à distance du texte par sa soumission à des regards, que l’on adopterait successivement, en se décentrant pouvant (aussi ?) se faire, non pas au moment même de l’écriture, mais lors des relectures successives, axant celles-ci sur différents aspects des enjeux du texte (lisibilité, intelligibilité…).

Je retiens de cette proposition l’idée d’emprunter différents regards qui se poseraient sur le texte que j’écris, pour le rendre partageable, et pour désherber l’accès aux regards qui s’y poseront effectivement. D’une certaine manière, j’inscris ainsi la perspective particulière que je développe en écrivant, dans un prisme de multiples autres perspectives. Sans pouvoir les endosser toutes les unes après les autres, bien entendu, la dynamique ainsi amorcée présente l’intérêt de connecter la mienne à ces autres.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Faut-il toujours prendre en compte un interlocuteur, adopter d’autres regards ?

Il est entendu qu’un texte, pour peu que l’on souhaite qu’il soit lu, doit répondre aux critères minimums de lisibilité et d’intelligibilité  décrits plus haut.

En dehors de ces critères assurant qu’un texte n’existe pas que pour lui-même mais également pour un potentiel « autre », ou peut également souhaiter cibler plus particulièrement ses lecteurs.

Les écritures adressées sont ainsi particulièrement adaptées à certains contextes fréquents de la pratique de recherche : l’écriture d’articles, la préparation d’intervention, la construction de supports de présentation (Power point, Prezi, etc), construction de dispositifs de communication « grand public ».

C’est-à-dire dans tous les contextes où l’enjeu est dans une certaine mesure didactique (transmettre un certain nombre de concepts, idées, connaissances) et/ou conversationnel (la discussion est possible, souhaitée).

L’intégration d’une extériorité au discours que l’on construit peut constituer un frein. Notamment pour d’autres formes d’écritures, plus libres (au sens de moins normées, moins ancrées à un contexte défini par les interlocuteurs qui s’y trouvent) ou littéraires.

Ainsi, lorsque l’interlocuteur est difficile à saisir, à cerner, à incarner, la volonté ou l’impératif plus ou moins conscient de sa prise en compte peut devenir paralysante. L’interlocuteur se dérobe et l’écriture n’arrive pas à prendre de direction.

Le choix peut être alors d’écrire pour soi, pour construire une réflexion. Cette forme d’écriture, sans visée discursive, ne prévoit a priori pas de place à l’autre. Ce qui n’exclut pas pour autant que celui-ci la trouve, de gré ou de force.

Il est aussi des formes d’écritures, poétiques ou philosophiques, qui n’ont pas à prendre en compte le lecteur parce qu’elles touchent au sensible ou au métaphysique. Et les échos qu’y trouvera le lecteur s’ancreront dans son expérience, dans ses émotions, dans son vécu, indépendamment de qui il est, de ce qu’il fait et d’où il vient.

« Quant au lecteur, c’est la vieille histoire. J’ai quand même l’impression d’écrire pour le lecteur, sinon je l’aurais laissé dans mon tiroir, ce manuscrit, justement. Je souhaite mille lectures possibles et mille lectures différentes. Puisque l’on sait bien qu’une fois qu’on a écrit, et c’est bien cela l’intérêt, cela nous échappe totalement. »

Pierre Sauvanet, à propos de son ouvrage « L’Insu – Une pensée en suspens », dans l‘émission « Du Jour au lendemain » (France Culture) du 21 juillet 2012.

Écrire pour

Dans la plupart des situations d’écriture de mes pratiques de recherche, d’enseignement, ou de médiation scientifique,  j’écris pour quelqu’un, même si parfois ce quelqu’un n’est pas tout à fait identifié et simplement doté de certaines caractéristiques, ne serait-ce pour commencer que celle de ce que nous ne partageons pas comme évidences, comme « boîtes noires » qu’il faut donc réouvrir.

Je peux écrire pour

des collègues, de la même discipline, dont les objets de recherche et les méthodes sont différents des miens

des collègues de disciplines différentes

des étudiants, dont le parcours et l’expérience vécue sont différents des miens

des acteurs professionnels, qui travaillent dans des contextes différents du mien,

des acteurs sociaux dont les enjeux, vis-à-vis d’objets communs, sont différents des enjeux de recherche ou d’enseignement,

etc.

Ici même dans ce carnet de recherche, mes écrits ne sont pas toujours adressés aux mêmes lecteurs d’où peut provenir la difficulté à comprendre articulation des uns avec les autres. Celle-ci n’est autre que celle de mon parcours et du cheminement de mes réflexions au fil de mes recherches et enseignements, où je suis amenée à rencontrer différents types d’interlocuteurs et à discuter avec eux : étudiants, doctorant.e.s, chercheur.se.s en sciences expérimentales, chercheur.se.s en sciences humaines, enseignants, acteurs de la communication scientifiques, techniques et industriels, etc.

Je pourrais préciser à chaque billet à qui il s’adresse, mais je m’y refuse pour l’instant, pensant que l’interlocuteur imaginé n’est pas exclusif ni excluant, et que les points de convergences entre la perspective que je développe et l’intérêt des lecteurs ne peuvent être toujours anticipés. J’imagine ainsi favoriser les surprises de l’intérêt partagé inattendu.

Cette démarche est spécifique je crois au carnet de recherche ou au blog, dont la « ligne éditoriale » peut se permettre d’être mouvante et non fixée a priori, comme cela peut être le cas d’un journal ou d’une revue.

Je finis par m’adresser ici « aux lecteurs de ce carnet », visant avant tout à être lisible, intelligible. C’est dans le temps que la cohérence entre les billets peut émerger. Et chaque billet, inscrit dans un contexte général, celui du carnet, a aussi une vie propre, et ses lecteurs spécifiques.

Cette adresse à des lecteurs supposés, en soi, est une dynamique qui donne forme à la réflexion, qui donne un cadre et une direction tout à la fois, et qui rend possible dans ce carnet l’inscription, la matérialisation et l’élaboration de réflexions que je n’aurais pas inscrites de la même manière dans une forme écrite pour moi-même, ni pour des interlocuteurs plus précisément identifiés. Cette adresse un peu floue n’est pas toujours évidente pour l’écriture et la lecture puisqu’elle induit souvent l’arborescence du propos dans plusieurs directions à la fois. Mais elle est globalement motrice, car elle s’associe à un format, celui du billet numérique, qui cadre l’écriture suffisamment pour que des réflexions liées à mes pratiques d’enseignement, de recherche et de médiation s’inscrivent, sous l’impulsion d’une exigence de lisibilité, liée à l’écriture en ligne.

En écrivant ce billet, je considère donc le processus d’écriture et celui de l’adresse en même temps : qu’est-ce que je fais quand j’écris ? A qui est-ce que je m’adresse quand j’écris ? La forme est-elle ajustée ?

Est-ce que je m’adresse à quelqu’un quand je passe par l’écriture pour réfléchir sur la réflexivité, si ce n’est aux lecteurs eux-mêmes intéressés par la réflexivité ? Et pour préciser le contexte rendant possible l’écriture de ce billet : l’aurais-je écrit de cette manière si je n’avais pas eu par ailleurs des échanges dans le cadre du carnet collectif Les Espaces réflexifs ?

  • Séminaire

Le chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines (publication à venir), organisé en 2010 par Joëlle Le Marec, Yves Jeanneret et Baudouin Jurdant

  • Quelques ressources bibliographiques sur la prise en compte de l’interlocuteur (au sens large) dans diverses situations de communication et d’élaboration de discours, oraux ou écrits, intégrant l’autre, selon différents enjeux

[Exemple de la diversité des enjeux de la vulgarisation scientifique, par B. Jurdant.]

Boyer, J.-Y. (1992) La lisibilité, Revue française de pédagogie n°99, pp.5-14. Consulté le 6 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Giordan, A., Girault, Y. et Clément, P. (1994) Conceptions et connaissance, Peter Lang.

Giordan, A. (1996) – Les conceptions de l’apprenant : un tremplin pour l’apprentissage. Sciences humaines. Hors série. – Auxerre. – No 12, pp. 48-50

Giordan, A., Guichard, F. et Guichard, J. (2001) Des idées pour apprendre, Chapitre 5 – « Comment connaître et prendre en compte les apprenants ? ». Paris :  Z’éditions-Delagrave. pp.123-142

Jurdant, Baudouin (11 février 2012) “Écriture/lecture : questions sur la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 6 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/575

Labasse, B. (1999). La lisibilité rédactionnelle, Communication & langages n°121. Consulté le 4 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Labasse, B. (2001). La communication scientifiqueLogiques et méthodes. Chassieu : Pôle universitaire de Lyon

Labasse, B. (2004). Lisibilité et pertinence : ce que la psychologie cognitive peut apprendre à l’écriture de presse, Comité national pour le développement de l’information, vol.1, n°3. Consulté le 6 août 2012. URL : http://cndi.pressetech.org/EtudesdePresse3.pdf

Lapointe, Pascal (2008). Guide de vulgarisation – AU-delà de la découverte scientifique : la société. Québec : Éditions MultiMondes

Martinand, J.-L. et Guichard , J. (2000). Médiatique des sciences. Paris : PUF, collection “ éducation et de formation

Sperber, D., & Wilson, D. (1989) La Pertinence. Paris : Éditions de minuit.

  • Références

Flesh, R. (1948), A new readibility yardstick, Journal of Applied Psychology, 32, 221­233.

Sur la vulgarisation scientifique –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de retracer l’histoire des théories de la vulgarisation, et de comprendre l’évolution de ses discours et de ses pratiques. Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Sur le public –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de comprendre la notion de « public ». Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Analyse du discours et psychanalyse “Une approche du discours dans sa division et son inquiétude : le sujet, habité par l’Autre, ne sait pas ce qu’il dit” – Veille de Marie-Anne Paveau

  1. en tant que mouvement et processus à l’œuvre, et non en tant que résultat []
  2. je n’oublie que chacune des situations de communication évoquées ici présentent leurs spécificités, mais je fais le choix de considérer leur point commun, la prise en compte d’autrui, indépendamment des objectifs multiples et divers de chacune de ces situations []
  3. Voir l’ouvrage « Médiatique des sciences » []
  4. Voir l’ouvrage « Essais sur la théorie de la science » de M. Weber []
  5. à l’exception bien sûr des dispositifs d’enseignement et de médiation qui s’appuient justement, par l’interactivité, sur ce qui peut émerger de cette diversité []
  6. et non pas nécessairement le même langage, en particulier lorsqu’il s’agit d’un langage de spécialiste []
  7. cette qualification est de moi, pour différencier plus cette forme de lisibilité de la lisibilité lexico-syntaxique []

Les carnets Hypothèses – Expériences et usages

Mélodie Faury – Licence CC-BY

Tour d’horizon  bibliographique des ressources que j’ai identifiées à ce jour au sujet d’une réflexion « méta » sur les carnets de recherche Hypothèses, par ses utilisateurs et à partir d’expériences diverses de leur intégration dans des pratiques de recherche.

Pour des ressources plus globalement sur l’utilisation des blogs dans les pratiques de recherche (« recherche 2.0 »), voir la page Ressources.

Ce tour peut bien sûr être complété en commentaires si vous avez connaissance d’écrits intéressants à ce sujet, pas nécessairement francophones.

– Première mise à jour le 2 août 2012-

Aboubekeur, Zineddine (15 mars 2012) “ Dix bonnes raisons pour tenir un carnet de recherche! ”. Analyse du discours numérique [Carnet de recherce] Consulté le 28 mai 2012. http://metablog.hypotheses.org/1

Acquier, Françoise (2 décembre 2011) “Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ?”. Le Cresson veille [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://lcv.hypotheses.org/4070

Berra, Aurélien (19 avril 2012) « News from the Hyposphere« . Philologie à venir [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://philologia.hypotheses.org/710

Chibois, Jonathan (5 avril 2012) “Écrire (publiquement) pour penser ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1738

Chibois, Jonathan (10 avril 2012) “ Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1781

Chibois, Jonathan (16 avril 2012) “Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1842

Chibois, Jonathan (24 avril 2012) “Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ? ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1752

Chibois, Jonathan (27 avril 2012) “Le carnet réflexif (IV). Penser en réseau, écrire en réseau”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2050

Chibois, Jonathan (30 avril 2012) “Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2057

Dacos, Marin (23 juillet 2009) “La conversation silencieuse”. blogo numericus [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://blog.homo-numericus.net/article191.html

Dacos Marin et Mounier Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, vol. 2, 2010. URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849.

Faury, Mélodie (5 décembre 2011) “Le “carnet” de recherche”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet http://infusoir.hypotheses.org/1984

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Faury, Mélodie (1er juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche] Consulté le 22 juillet 2012. http://enthese.hypotheses.org/453

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juillet Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.http://reflexivites.hypotheses.org/2583

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://infusoir.hypotheses.org/2087

Kermoal, Benoît (6 septembre 2011) “Seulement la partie visible de l’iceberg” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/257

Kermoal, Benoît (11 janvier 2012) “ “L’oeil de la caméra” de la thèse en cours” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.  http://enklask.hypotheses.org/364

Kermoal, Benoît (21 février 2012) “ Négocier le tournant de la pointe sèche Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/382

Kermoal, Benoît (2 août 2012) “Le tournant du mois d’août Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/493

Mounier, Pierre (11 septembre 2011) « Ouvrir l’atelier de l’historien : médias sociaux et carnets de recherche en ligne«  Homo Numericus [Blog]. Consulté le 2 août 2012. http://homo-numericus.net/article304.html

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Paveau, Marie-Anne (4 juin 2012) “ De “La pensée du discours” à La Musardine : quand les billets font des livres”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/9752

Paveau, Marie-Anne (26 juillet 2012) “Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/10212

Ruiz, Emilien (31 janvier 2012) “6 mois, 30 billets, 12 700 visites ”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012. http://devhist.hypotheses.org/991

Ruiz, Emilien (30 juillet 2012) “1 an, 45 billets, 72 000 visites”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012.  http://devhist.hypotheses.org/1433

Verdeil, Eric (4 décembre 2011). “Comment je blogue”, Rumor [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://rumor.hypotheses.org/2249

‘‘L’esprit Du Blog‘’, Le Blog De La Grotte Des Fraux [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://champslibres.hypotheses.org/7

[Fichiers] Archives, épaisseurs et intrications

081009_Sujet de thèse

090105_Notes

090116_Notes

090211_Notes complémentaires

[…]

090623_Mots clés thèse

090920_Résumé

091104_Plan provisoire de la thèse

091401_Thèse

093001_Thèse

100125_Plan provisoire_ thèse_Mélodie

100126_Essai de résumé

100216_Présentation _Journée du labo

100413_Plan de thèse_en chantier

100414_Formulaire Resume_MFaury

[…]

100716_Sommaire_Etat avancement thèse

100722_Etat avancement thèse

110302_Ebauche_plan_Entrée 2

110302_ElementsPlan thèse

110303_Ebauche_plan_Entrée 2

110303_Ebauche_plan_Entrée 3

110303_Plan thèse

[…]

120225_Plan_général(2)

120225_Remerciements_en_tête

120225_SOMMAIRE

120226_Thèse_envoyée (2)

120226_Thèse_envoyée

120313_Thèse_envoyée_reprise

120403_Doc_travail

120403_Itinéraire2_reprise

120403_Itinéraire2_reprise_1er_mouvement

120403_Itinéraire2_reprise_2ème_mouvement

120403_Thèse_envoyée_reprise

120405_Itinéraire2_reprise

120405_Thèse_envoyée_reprise

120406_Itinéraire2_reprise

120406_Thèse_envoyée_reprise

120407_Bibliographie

120407_Itinéraire2_reprise

120407_SOMMAIRE_I2

120407_Thèse_envoyée_reprise

120408_Bibliographie

120408_Thèse_envoyée_reprise

120409_Itinéraire2_reprise

120409_Thèse_envoyée_reprise

120413_Bibliographie

120413_Itinéraire2_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise2

120414_Bibliographie

120414_Itinéraire2

120414_Thèse

120417_Thèse

120420_Biblio

120420_Thèse

120430_Thèse

120501_Thèse

120505_Thèse

120506_Thèse

120507_A faire

120507_En cours

120507_Thèse

[…]

Suspendue… quelque part dans ma thèse

L’écriture n’a jamais été « là » avant.

Photographie : an untrained eye, certains droits réservés (creative commons)

Elle vient parfois.

Elle me laisse souvent.

Quand la main est un intermédiaire trop lent, trop imparfait, qui fige ce que l’esprit a déjà pensé et déjà dépassé.

J’écris mais je ne sais pas. « L’écriture ne peut rien »1. L’écriture ne dit rien de ce qui aurait pu être. De ce qui est passé avant d’être couché.

J’écris dans la banalité et je devrais effacer au fur et à mesure que le fil se déroule, car il m’est étranger, à mesure.

Écrit-on seulement ce qui a été déjà dit ? Ne fait-on qu’inscrire des mots ?

Me fais-je comprendre ? Cherche-je à le faire ou (é)cris-je au fil de ce (ceux) qui vien(nen)t ?

Pourquoi écrire ? Plutôt que dire.

Plutôt que de laisser filer.

Méritait-ce d’être écrit ?

Puis-je écrire sans penser avant ?

Si écrire c’est partager, alors ne doit-on pas peser ce qui doit l’être, ce qui peut l’être ?

Si écrire c’est penser, alors pourquoi faire lire et pourquoi se relire ? Pour se rappeler qu’on a pensé ainsi, un jour ?

Si écrire c’est vivre… alors pourquoi m’arrêter ?

Si je n’arrive plus à écrire, est-ce que je respire encore ?

Écrire, inscrire, laisser des traces, se prouver que l’on existe.

Pour drmlj, karinesperanto, mapav8 et misanthropologue, qui m’aident à m’autoriser…

  1. Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit []

Ces chemins qui mènent ici

L’idée de ce billet est née d’un échange avec Misanthropologue qui décline l’exercice de style sur son carnet de recherche.

A l’occasion d’une plongée dans les statistiques du carnet de recherche où vous êtes arrivés (comment ?), j’ai justement eu l’occasion de découvrir toutes ces phrases entrées dans les moteurs de recherche, qui, d’une manière ou d’une autre (on se demande bien comment parfois) ont amenés certains d’entre vous ici.

En voici un florilège, pour le plaisir…

Internet – Lampe merveilleuse numérique

« si vous pouviez m’encadrer pendant mon stage »

« j aimerais reprendre ma thèse et reprendre confiance en moi »

« j veu savoire est ce la science est la bienfaitrice de l humanité »

« donnez-moi une idée pour une entreprise de télécommunication »

« j ai une bourse de 18 mois et je cherche d un laboratoire pour effectuer mon stage »

Désœuvrement et plus…

« je regrette d avoir fait une thèse »

« pas envie de me mettre à ma these »

« doctorant degouté par la recherche »

« regret d avoir fait une thèse »

Improbables

« petit guide élections présidentielles 2012 »

« eleonore elias »

Étranges

« pour ou contre les progrès de la science »

« poisson »

Cryptiques

« dialoguer pour situer un lieu de rendez-vous »

« une-toute »

« hommes têtes ordinateurs médiation culturelle »

Laissent songeur

« science désir et réalisation »

« la science conditions de vie »

« est il possible de se marier au panthéon ? »

« la mode une nécessite »

« horaires des présences dans un laboratoire »

« solitude du doctorant »

« cherche lucie »

« depuis trois siècles la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. explication »

Avez-vous des twitt-heures ?

Question du 5 janvier 2012 posée sur twitter


 

Cette question m’est semble-t-il arrivée par plusieurs chemins.

Le premier, deux lectures, celle du tweet de @klermor (12:34 AM – 5 Janv 12) et de @boris_urbas (12:08 PM – 4 Janv 12)

Puis une seconde, au détour d’un billet sur Les carnets du SID, intitulé Twitter, twimpact factor et citation d’où provient la citation suivante : « […] un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire ».

Depuis le temps que la twitt-réflexivité me chatouille, voici une première occasion que je saisis de l’expérimenter un peu.

Ces deux inscriptions font échos à des réflexions latentes ces derniers jours d’utilisation intensive de twitter1 : elles proviennent notamment des rendez-vous qui s’installent lorsque je passe des journées avec twitter en fond d’ordinateur ou sous forme de consultations régulières sur mon smartphone : je crois savoir, par exemple, qu’en ce moment @mapav8 pointe souvent le bout de son nez en fin de matinée et jusqu’à la fin de ma pause déjeuner, puis de nouveau en fin d’après-midi, tandis que @ndelavergne est plutôt du soir quand il relaye sa veille, même s’il fait quelques petites incursions en journée.

Pour d’autres utilisateurs de twitter présents sur ma TL (Time-Line), c’est plus difficile à dire, entre les flux tendus et les apparitions ponctuelles, cela pose quelques questions :

Quels usages faisons-nous de twitter ?

Et si nos twitt-heures avaient beaucoup à dire de la façon dont nous nous approprions twitter en tant qu’outil (personnel, professionnel, les deux mêlés, veille, mise en relation, discussion voire chat, etcetera) ?

Elles parlent en tout cas de nos inscriptions sur Twitter, beaucoup moins de nos modes de lectures.

Entre présence, lectures et écritures, avez-vous plutôt des tweet-heures, de tweet-jours, des tweet-envies ou des tweets-inspirations ?

Vos commentaires sont bien sûr comme toujours les bienvenus !

Quelques premières réponses reçues sur Twitter le 5 janvier 2012, face à mes interrogations (merci à tous !) :

 

 

 

 

  1. A l’inverse de @boris_urbas j’ai fait cette fois le choix de garder une activité sur twitter pendant la rédaction de ma thèse, ce qui n’avait pas été le cas de ma première période d’écriture intensive où j’avais à l’inverse ressenti le besoin de « couper » avec le numérique pour un temps, du fait de temporalités qui me semblaient incompatibles. []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

Circulation des savoirs à l’ère du numérique – 1er jour

cc Mélodie Faury

 

L’Université d’été du Cléo « Circulation des savoirs à l’ère du numérique » a débuté hier à Marseille et peut être suivie en direct sur twitter. (Toutes les conférences sont filmées et seront mises en ligne)

Après un très bon accueil, nous (re)parcourons le programme de la journée et de la semaine, bien chargé, mais surtout prometteur.

Conférences introductives

L’ouverture du président de l’Université de Provence, J.-P. Caverni donne le ton.

Morceaux choisis :

« Le privé fait main basse sur la connaissance, or elle est un bien public. La démarche de revue.org est d’intérêt public. »

« Dans un monde [la recherche] où parfois il faut payer pour lire ce qu’on a écrit. Ceux qui écrivent se posent des questions. »

« Il n’y a pas de pensée qui ne soit associée à une pratique. Les chercheurs savent tous cela, c’est leur quotidien. »

« Le partage comme règle d’une communauté universitaire : un refus de la concurrence »

Jean-luc Pinol, directeur du TGE-Adonis, enchaîne et insiste sur la « nécessaire cohérence des acteurs du numérique » pour l’accès aux publications scientifiques, notamment pour le bon fonctionnement du portail Isidore, regroupant des ressources en sciences humaines et sociales.

Marin Dacos, nous présente à son tour la démarche de cette seconde édition de l’Université d’été et nous rappelle les 10 commandements de l’édition électronique ouverte proposée par le Cléo, ou ses principes de bases :

Être lisible

Être manipulable

Être indexable

Être cherchable

Être copiable et collable

Être annotable et inscriptible

Être citable et identifiable

Être décrit avec métadonnées

Être interopérable

Être en libre accès

cc OpenEdition (sur Flickr)
cc OpenEdition (sur Flickr)

Pour M. Dacos, la mise en œuvre de ces principes demande la mise en place d’un modèle économique nouveau, différent du modèle auteur-payeur (voir L’édition électronique, de M. Dacos et P. Mounier).

Pierre Mounier se charge ensuite des aspects pratiques de la journée, et nous retenons en ce début de journée un état d’esprit :

 » Il ne s’agit pas d’asséner des vérités mais déclencher des conversations  (notamment sur twitter) « 

« Le projet Unlibrary : les auteurs amplifiés », Chris Meade

Premier cours du matin en parallèle de : « Sociale, la lecture ? » par H. GuillaudSupport du cours en ligne

En quelques mots :

Chris Meade, directeur du think and do tank If:Book, explorant le futur du livre, nous offre une promenade et des rencontres en Unlibrary (bibliothèque « buissonnière »). Pour C. Meade, il n’y a plus de lieux spécifiquement dédiés à la lecture, elle est partout dans tous les espaces (métro, rue, etc.) avec l’arrivée des smartphones et autres tablettes, il parle même de « retour du livre » sous une autre forme certes, mais il s’agit toujours de lecture. Une lecture « mobile ».

« Pourquoi passer tant de temps à promouvoir l’usage de la « page écrite » alors que ce sont les mots que l’on aime ? » C. Meade

« Le livre n’est pas un objet, c’est une expérience » C. Mead

 » Amplified author & creative reader : blogging, tweeting, publishing, learning, conversing, illuminating, etc. »

Tweets de la conférence de Chris Meade

Atelier – Utiliser Lodel pour l’édition électronique de livres et de revues 1/2

cc OpenEdition (sur Flickr)

Animé par I.  Secondat de Montesquieu et S. Roulet

Objectifs de cet atelier : voir quelles sont toutes les étapes pour la mise en ligne d’une revue sur Lodel (utilisé par Revues.org)

En parallèle de :

Construire une veille thématique (S. Mercier, L. Bester); Tweets de l’atelier « Construire une veille thématique »

Maîtriser XML TEI pour l’édition ( D. Roux, P-Y. Buard, J-F. Rivière) ; 

OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques (J. -C. Peyssard, J.-B. Bertrand) ; Tweets associés à « OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques »

Valoriser le patrimoine scientifique en ligne (R. Maurel-Segala, Th. Mansier) ; Tweets associés à « Valoriser le patrimoine scientifique en ligne »

De la lecture numérique, M. Roland-Guill

cc OpenEdition (sur Flickr)

 

Tweets de l’exposé « De la lecture numérique »

En quelques mots :

M. Roland-Guill nous propose une « causerie », non pas sur les conditions de fabrication et d’utilisation du livre électronique, mais en déplaçant la problématique du côté de la lecture numérique, des modes de lecture qu’elle induit.

Parcourant et discutant différentes théories des médias, en partant notamment de celles de Nicolas Carr (« the message is the media »), il nous amène à considérer le livre comme un révélateur d’un état de la société (approche historique), la lecture comme un processus qui ne dépend pas tant des supports sur lesquels elle s’effectue que des intentions qui la motivent (information versus formation).