Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ?

La présentation support de mon intervention et de la discussion avec les doctorants le 10 février 2015 au séminaire « Certificat de Compétences Numériques » (CCN) – CFDIP

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun

J’interviens le 10 février 2015 dans le cadre du Certificat de compétences numériques du CFDIP à Paris. (Programme2015-CCN-CFDIP)

J’aurais le plaisir d’échanger en table-ronde intitulée « Éthique, droit et économie de l’Internet » avec Francesca Musiani, chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS ( ISCC), responsable du réseau jeunes chercheurs de l’International Association for Media and Communication Research (IAMCR).

La demande qui m’a été adressée par Marie-Anne Paveau et Evelyne Jardin était de dérouler le fil de l’éthique dans cette table-ronde. Un fil conducteur arborescent et passionnant, qui dialogue avec le droit et l’économie.

Un grand merci pour l’invitation !

Ce billet est le premier d’une série sur « Internet, la recherche et l’éthique »

Je choisis ici d’aborder les questions d’éthique par deux principales entrées :

1/ L’éthique comme normes, comme droits, comme règles ;

2/ L’éthique comme valeurs de l’usage du web, qui se traduisent en pratiques partagées.

Ainsi, les normes s’articulent aux valeurs et fondent les pratiques, et plus précisément le référentiel construit pour définir les « bonnes pratiques » et les discriminer des « mauvaises pratiques ». Puisqu’il s’agit de s’adresser aux doctorants, je choisis de considérer les convergences entre les valeurs du web 2.0 et les valeurs de la pratique recherche, qui viennent donner aux acteurs le sens de leur pratique scientifique, le sens de leur engagement, en tout cas dans les discours si ce n’est dans les pratiques quotidiennes, où sont parfois ressentis de profond conflits de valeurs (Faury, 2012).

Il ne s’agit pas d’affirmer que tous les chercheurs partagent exactement ou nécessairement toutes les mêmes valeurs pour donner sens à leur métier, ni d’affirmer que les mêmes valeurs sont partagées par tous les usagers du web. La diversité des valeurs reste une nécessité démocratique et fondamentale à tout collectif. Mais ce sont malgré tout certaines valeurs qui permettent de construire les normes et les règles qui régissent un collectif. Et l’éthique en pratique consiste à respecter ces règles et normes. En se focalisant sur les règles et les normes « en vigueur », on peut ainsi remonter aux fondements en valeurs de la raison d’être d’un collectif, au contrat qui permet son fonctionnement, et comprendre dans quelles mesures certaines pratiques incompatibles, si elles n’étaient pas régulées par des normes et règles ou par l’auto-régulation du collectif, menaceraient sa pérennité. A l’inverse, on comprend aussi comment certaines règles instaurées en contradiction avec les valeurs du collectif suscitent de vives réactions, des désobéissances, des pratiques alternatives, etc.

Pour parler d’éthique et d’Internet en lien avec les pratiques de recherche, je choisis de considérer des valeurs qui me paraissent centrales et convergentes :

  • Les valeurs du web 2.0

Le web 2.0 est participatif, collaboratif. La création de valeur d’un objet, d’une information, d’une connaissance s’effectue par le partage de celle/celui-ci. Une connaissance, donc, a d’autant plus de valeur qu’elle est partagée, (donc accessible) réinscriptible et réinscrite, en circulation. Les questions posées par le Web 2.0 à la science (en société) et à la recherche sont immédiates : elles sont issues des pratiques collaboratives que la science peut potentiellement amplifier mais également des changements profonds de pratiques qui nécessitent de ré-expliciter les valeurs fondamentales de la recherche pour composer avec elles, réactualiser ses normes et règles, et construire une nouvelle déontologie intégrant ces potentialités.

« Le web 2.0 donne aux gens la possibilité de trouver, organiser, partager et créer de l’information d’une manière à la fois personnelle et globalement accessible. Il est alors entendu comme une “variation structurale dans l’écoulement de l’information”.

Pour Ian Davis, enfin, le web 2.0 est une attitude, une philosophie d’ouverture sociale dont le but est d’abandonner le contrôle individuel sur les choses au profit de la participation du plus grand nombre. » Hubert Guillaud, Qu’est-ce que le web 2.0 ? Internet Actu.net Septembre 2005.

« Les « nouveaux modèles » de structuration de l’information, popularisés sous le nom de « Web 2.0″, mettent en cause le modèle universitaire caractérisé par le tryptique auteur-éditeur-lecteur. En effet, ils en recomposent les figures et redessinent partiellement les frontières, notamment à travers les pratiques de « co-marquage », de validation a posteriori et d’« écritures collectives » (notamment de type Wiki, mais pas seulement). En rapprochant les univers du profane et du savant, ce processus enrichit la société mais embarrasse et, parfois, déstabilise l’identité des chercheurs et des institutions qui les structurent. » (Mounier, Pierre et Dacos, Marin, 2009)

Accessibilité, circulation, partage, réinscription

  • La notion de bien commun de la connaissance

« Un bien commun n’existe qu’à travers une communauté qui se fixe des règles et se donne les moyens de les appliquer. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

« À la fin des années 1990, la théorie des Communs renouvelle la réflexion dans un autre champ que l’écologie, celui de la connaissance. Avec le développement d’internet, les connaissances, la culture, le réseau numérique lui-même peuvent être pensés comme des Communs, partagés par les usagers. On y retrouve l’idée centrale d’un accord entre le libre accès aux ressources communes et des règles de gestion communautaires pour assurer la permanence d’un travail coopératif. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

Dans un processus collectif, et plus spécifiquement collaboratif, les pratiques individuelles peuvent venir déstabiliser la nature même du lien et des pratiques.

« La vulnérabilité des Communs de la connaissance tient également au risque dit du « passager clandestin » : il suffit que quelqu’un vienne et s’approprie ce bien commun engendré par le travail coopératif de milliers de personnes pour qu’elles en soient dépossédées au profit d’un monopole. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

J’ai à l’esprit un exemple marquant de ce point de vue, celui du « pourrisseur du web »1, qui a démontré la manipulation d’outils numériques par un individu, indépendamment de l’intégration des valeurs sous-jacentes aux pratiques permises par ces outils. Faire « abstraction » des valeurs sous-jacentes au collectif, c’est agir de manière non éthique dans un contexte, celui du web 2.0, inscriptible et réinscriptible. D’où la nécessité de développer ses pratiques (en l’occurrence de recherche, pour le thème qui nous concerne ici) et de former son esprit avec le web, en intégrant le questionnement éthique. Je partage l’idée critique développée par Marie-Anne Paveau lors de « l’affaire du pourrisseur », qui vient nous plonger dans une nécessité éthique de l’usage du numérique, pour entretenir les conditions même de possibilité de nos pratiques numériques.

« le numérique fait intégralement partie de notre univers de pensée, d’apprentissage, d’information, de création », Marie-Anne Paveau

A la croisée du numérique et de la pratique de recherche, et à la suite de revues thématiques ayant porté sur cette question, il est intéressant de considérer l’éthique de l’Internet en tant qu’adaptation de principes éthiques déjà connus ou en tant que chan­ge­ment profond, avec cette spécificité fondamentale déjà rapidement évoqué de la construction par les collectifs des réseaux de leurs propres règles de gouvernance, de l’articulation avec les institutions de recherche et d’autres acteurs liés à la pratique de publication scientifique en ligne (éditeurs, reviewers, etc.) et de considérer les implications de la cohabitation et/ou des convergences de l’autorégulation (principalement issues des acteurs du web 2.0) et des règles institutionnelles.

« Le monde numérique comporte son lot de pratiques et de règles (…), comment faire en sorte que les diverses manifestations du numérique respectent l’éthique et, surtout, com­ment la penser ? » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « Dans l’univers numérique, le droit n’est pas nécessairement géné­rateur de certitude et le caractère mondial des réseaux limite d’ailleurs sa portée. Entre un droit autoritaire et l’autorégulation, impliquant un plura­lisme de normes, les possibilités sont nombreuses. Eu égard à l’accroisse­ment des acteurs et des enjeux, il est clair que le questionnement éthique sur les règles et pratiques est impérieux. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « (…) éthique, droit et auto­régulation ne s’opposent pas en soi, mais leurs interstices sont parfois difficiles à nommer. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « (…) l’éthique du numéri­que n’appartient pas à une seule branche du savoir et il faut souligner la diversité des provenances des textes, lesquels mettent parfaite­ment en lumière l’aspect interdisciplinaire des enjeux. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012

Quelques ressources en ligne

André, Francis. Libre accès aux savoirs = Open access to knowledge. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 1, 2006 [consulté le 25 janvier 2015]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-01-0131-004>. ISSN 1292-8399.

Azzaria, Georges et Castets-Renard, Céline. « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/987
Coutellec, Léo. De la démocratie dans les sciences. Epistémologie, éthique et pluralisme. Editions matériologiques : 2013.
Faury, Mélodie (1er juin 2012) « “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012″. En thèse [carnet de recherche]. Consulté le 8 février 2015. http://enthese.hypotheses.org/453
Latreille, Antoine. « L’appropriation des connaissances scientifiques à l’ère numérique », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1008
Mounier, Pierre et Dacos, Marin. Sciences et societe en interaction sur Internet. Éléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales. Communication & langages, Nec Plus, 2009, pp.123-135. < sic 00439828>
Tétu, Martin. « Des vertus culturelles du piratage à l’ère numérique : ou comment le peer-to-peer peut contribuer à la circulation du patrimoine québécois et à la diversité culturelle », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1015 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1015
Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures, entretien réalisé par Stany Grelet, Aude Lalande & Victoire Patouillard,Vacarme 50, hiver 2010, pp. 16-19.
Veille Scoop.it par Marie-Anne Paveau – L’affaire du « pourrisseur du web ». Points de vue critiques. http://www.scoop.it/t/l-affaire-du-pourrisseur-du-web-points-de-vue-critiques

Crédit photographique : spiralampe 2 par boris drenec, licence CC By NC SA

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (8 février 2015) “Ethique de l’Internet et pratique de recherche : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun”. Infuse ! [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/
  1. http://www.scoop.it/t/l-affaire-du-pourrisseur-du-web-points-de-vue-critiques []

Vidéos en ligne – Colloque « Chemins d’accès » Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ?

Présentation de la journée

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale. Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement, etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ?
Cette 12e édition des Chemins d’accès interroge les modalités de médiation de la culture scientifique et technique en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté.Enregistrements des interventions

source : http://classes.bnf.fr/rendezvous/actes/12/colloque12.htm

 2 décembre 2014
 Le programme de la journée

Ouverture par Bruno Racine, président de la BnF
 voir la vidéo

Ethique, sciences et société
Conférence par Jean-Claude Ameisen, médecin biologiste, président du Comité consultatif national d’éthique
 voir la vidéo

La médiation scientifique et la mission citoyenne de la science dans le champ de la médiation culturelle
Table-ronde animée par Lydia Ben Ytzhak, journaliste scientifique, France Culture, avec Mélodie Faury, directrice de la Maison pour la Science en Alsace et Joëlle Le Marec, Université Paris-Diderot, Sciences de l’information et de la communication, Sébastien Minchin, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen, Michel Cabaret, directeur de l’Espace des Sciences, CCSTI, Champs Libres de Rennes et David-Jonathan Benrubi, directeur de la Médiathèque d’agglomération de Cambrai (MAC).
 voir la vidéo

Mettre la science hors d’elle
Conférence par Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, professeur émérite de l’Université de Nice, directeur des collections scientifiques aux Éditions du Seuil et de la revue Alliage.
 voir la vidéo
L’art de la rencontre
Table-ronde animée par Anna Alter, journaliste scientifique, avec Frédéric Feu, scénographe, muséographe, membre du Centre de l’Imaginaire Scientifique et Technique du Cœur d’Hérault, Lionel Maillot, créateur de l’Experimentarium, Université de Bourgogne, coordinateur de la Nuit Européenne des chercheurs, Frédéric Tournier, enseignant chercheur, Université Paris-Diderot, Lettres, Arts, Cinéma et Jean-François Peyret, metteur en scène, auteur.
 voir la vidéo
Enjeux sociaux et éducation populaire
Conférence de clôture par Olivier Las Vergnas, Université de Lille 1, Secrétaire Général du Réseau international des Cités des métiers, président de l’Association française d’astronomie.
 voir la vidéo

Vécu, réflexivité et épistémologie – La thèse en train de se faire sur les carnets de recherche

J’ai éprouvé la pratique d’écriture sur un carnet de recherche pendant la thèse, ce que cela apporte pour la construction du travail de recherche, de la perspective que l’on déploie, la réflexivité à l’œuvre dans l’écriture, l’apprentissage de l’écriture intégrant le « je », le rapport au lecteur, l’échange de pratiques induit, et bien d’autres émergences.

Je trouve intéressant l’écriture réflexive ou épistémologique, le témoignage de pratiques qui émergent des carnets de doctorants, et je parcours ici, de manière non exhaustive nécessairement, des écritures sur l’expérience de la thèse, récoltées sur les carnets d’Hypotheses. Les catégories associées à ces billets sont en elles-mêmes passionnantes « Coulisses« , « Thèse« , « A propos de la thèse : Quelques pensée sur le travail de la thèse, 100% subjectives. », « recherches personnelles« , … ou quand les doctorant.e.s mettent leur vécu dans l’écriture sur blog, du subjectif en tout légitimité.

source : http://a403.idata.over-blog.com/2/42/35/08/ecrire.png
source : http://a403.idata.over-blog.com/2/42/35/08/ecrire.png

Ce billet pourra être nourri de vos retours, et la bibliographie-billet ci-dessous complétée. Je le compléterai également au fil de mes trouvailles.

Première mise à jour le 27 janvier 2015

Les carnets de thèse sur Hypotheses.org (ressources à explorer)

Giraud, Frédérique et Faury, Mélodie (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Goarzin, Maël (23 septembre 2013) “Une nouvelle année de thèse… action !”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/893

Goarzin, Maël (8 janvier 2014) “Blogging scientifique : un an après…”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/1163

Goarzin, Maël (2 juillet 2014) “Nouvelles estivales d’un carnet de recherche en constante évolution”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://biospraktikos.hypotheses.org/1672

Kermoal, Benoît (29 novembre 2010) “démêler les fils d’une recherche”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/124

Kermoal, Benoît (20 février 2011) “Enklask au point mort ?”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/144

Kermoal, Benoît (6 septembre 2011) “Seulement la partie visible de l’iceberg”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/257

Kermoal, Benoît (10 octobre 2011) “48 rue Jean-Louis Rolland”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/279

Kermoal, Benoît (11 janvier 2012) “ »L’oeil de la caméra » de la thèse en cours”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/364

Kermoal, Benoît (19 avril 2013) “Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause ?”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/727

Kermoal, Benoît (11 mars 2014) “Comment déchiffrer un espace blanc”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/812

Kermoal, Benoît (11 janvier 2015) “Finir”. Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://enklask.hypotheses.org/925

Le Hégarat, Thibault (29 janvier 2013) “Un carnet de recherches”. Patrimoine et télévision[carnet de recherche]. Consulté le …. http://tvpatri.hypotheses.org/12

Le Hégarat, Thibault (4 janvier 2015) “A propos de la thèse (1)”. Patrimoine et télévision[carnet de recherche]. Consulté le …. http://tvpatri.hypotheses.org/533

Messal, Stéphanie (28 juin 2014) “[Thèse] La réanimation des objets mourants”. Misanthropologue [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://misanthropologue.hypotheses.org/1282

Muller, Caroline (4 septembre 2013) “Ce que je sais du doctorat”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/413

Muller, Caroline (27 juillet 2013) “Etape”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/397

Muller, Caroline (4 septembre 2013) “Ce que je sais du doctorat”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/413

Muller, Caroline (19 septembre 2013 ) “L’an II de la thèse”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/436

Muller, Caroline (22 mai 2014 ) “La thèse, ce livre de l’intranquilité”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/509

Muller, Caroline (28 août 2014) “Le goût de l’archive ?”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/536

Muller, Caroline (10 septembre 2014) “Le deuil de la vérité”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/539

Muller, Caroline (26 janvier 2015) “J’ai commencé à écrire ma thèse”. Acquis de conscience [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://consciences.hypotheses.org/571

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Sur ce carnet

Faury, Mélodie (12 janvier 2013) “Le jour du manuscrit – Regarder autour”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/3772

Faury, Mélodie (16 mars 2013) “Faire une thèse – Des images et des mots”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/4026

Parution – Redéfinir l’individu à partir de sa trajectoire. Hasard, déterminismes et rencontres

artoff190Ouvrage collectif – Editions MatériologiquesCollection « Sciences & philosophie »

Auteurs : Jean-Jacques Kupiec, Michel Morange, François Pépin, Julie Henry, Philippe Huneman, Guillaume Lecointre, Giuseppe Longo , Livio Riboli-Sasco, Stéphanie Bardy, Marcello Buiatti, Serge Duperret, Barthélemy Durrive, Pascal Sévérac , Ariel Suhamy

Sous la direction de Barthélemy Durrive & Julie Henry

De nombreuses disciplines s’intéressent à l’individu sans que l’individualité fasse l’objet d’une science dédiée. Et pour cause : le défi de connaître les réalités individuelles se pose à chaque fois de façon spécifique au biologiste, au sociologue, au philosophe, au praticien. Comment rendre compte dans son propre cadre disciplinaire de ce qui se joue à l’échelle et à la temporalité individuelles, sans pour autant réduire la singularité et le devenir des êtres auxquels on a affaire à une essence anhistorique, un système de dispositions, un concours de circonstances ou un programme génétique ?

Si la variété de ces problématiques exclut une approche transversale, elle en appelle d’autant plus une démarche comparative : comment nos différentes disciplines font-elles pour dépasser un point de vue fixiste et réducteur niant la réalité des trajectoires de vie singulières  ? Entre historicité, émergence, trajectoires et rencontres, nos pratiques de recherche développent des modes d’explicitation permettant de sortir de l’opposition binaire entre déterminisme et hasard où l’individualité est la première perdue.

Cet ouvrage interdisciplinaire est une invitation à croiser les perspectives sur la notion d’individu, les difficultés qu’elle pose et l’inventivité méthodologique dont elle est l’occasion. Il vise à esquisser une définition de l’individu au prisme de ses trajectoires (biologiques, existentielles, sociales, éthiques) déterminées par des rencontres qui sont toujours en partie imprévisibles.

Agrégé de philosophie, Barthélemy Durrive est doctorant à l’ENS de Lyon et l’université Lyon I sur l’épistémologie historique de la physiologie du travail.

Julie Henry est postdoctorante en éthique et philosophie dans le projet ANR Anthropos (ENS de Lyon, IHPC-UMR 5037) et directrice de programme au Collège international de philosophie.

Trop peu de mots mais des images, et les mots des autres pour dire quand même, pour que la parole reste

10923570_892834347443227_1084043242851127057_n

Source : http://www.algerie-focus.com/…/libert%C3%A9-de-presse.jpg

« Si vous croyez vraiment à la liberté d’expression, cela signifie que vous croyez à la protection des opinions que vous méprisez. Autrement, vous ne croyez pas à la liberté d’expression. »

« If you’re in favor of freedom of speech, that means you’re in favor of freedom of speech precisely for views you despise, otherwise, you’re not in favor of freedom speech »

Noam Chomsky

Source : http://www.erudit.org/revue/cd/2012/v53/n4/1013002ar.html

Par Bansky
Par Bansky

« Nous manquons d’une capacité à assumer réellement l’amour de la liberté, le goût de l’autre, la conviction viscérale de l’égalité, l’exercice de la liberté, l’appétit pour la réflexion et la création, nous qui sommes ensemble, tous contemporains et tous différents dans un monde complexe. » http://sciences-medias.fr/blogs/

Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ? – 2 décembre à la BNF, Paris

Le texte de ma présentation en ligne ici

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale.

Capture d’écran 2014-11-18 à 12.48.03

Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement, etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ? Cette 12e édition des Chemins d’accès interrogera les modalités de médiation de la culture scientifique et technique en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté.

Mardi 2 décembre 2014
BnF, site François-Mitterrand
9h-17h30
entrée libre sur réservation au 01 53 79 49 49

Programme de la journée (pdf)

La culture scientifique et technique contribue à la réflexion des publics sur les sciences.  C’est elle qui sensibilise les citoyens aux enjeux liés aux progrès scientifiques et techniques. Pour diffuser cette culture scientifique, le choix du sensible, de l’émotion, de l’imaginaire ou du jeu est souvent privilégié, par les médiateurs, dans la transmission des connaissances. Comment éviter les pièges de l’érudition savante comme ceux de la vulgarisation simpliste ? C’est en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté que cette 12ème édition des Chemins d’accès interrogera les modalités de médiation de la culture scientifique et technique.

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale. Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement  etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ?  Les situations sont contrastées : le théâtre met depuis longtemps la science en scène, l’imaginaire scientifique nourrit le travail des artistes et des écrivains, de nombreux musées travaillent sur l’invention et la diffusion des sciences, tandis qu’en bibliothèque, on peut craindre que la CST ne reste souvent le parent pauvre de la valorisation des collections, et ce malgré les nombreuses initiatives qui foisonnent :  projets d’éducation à l’environnement, événements liés aux sciences participatives, rencontres entre chercheurs et publics, expositions et expériences pédagogiques innovantes…

Cette journée de réflexion devrait permettre de dégager l’importance toute particulière d’une transmission des sciences empreinte de transversalité  disciplinaire et inscrite dans le débat citoyen.

————————————————————————————————————————–

9h accueil

9h30 ouverture par Bruno Racine, président de la BnF

9h45 – 10h30  Ethique, sciences et société – Conférence par Jean-Claude AMEISEN, médecin biologiste, président du Comité consultatif national d’éthique

—–

10h30 – 12h30 La médiation scientifique et la mission citoyenne de la science dans le champ de la médiation culturelle

Table ronde

Mélodie Faury, directrice de la Maison pour la Science en Alsace et Joëlle Le Marec, professeur en sciences de l’information et de la communication

Sébastien Minchin, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen

Michel Cabaret, directeur de l’Espace des Sciences, Champs Libres de Renness, CCSTI

David-Jonathan Benrubi, directeur de la Médiathèque d’agglomération de Cambrai.

————————————————–

14h – 14h45  Mettre la science hors d’elle

Conférence par Jean-Marc LEVY – LEBLOND, physicien, professeur émérite de l’université de Nice, directeur des collections scientifiques au Seuil et de la revue Alliage

—–

14h45 – 16h45  L’art de la rencontre

Table ronde

Frédéric Feu,  scénographe et muséographe, membre du CIST – Centre de l’Imaginaire Scientifique et Technique de l’Hérault,

Lionel Maillot, créateur de l’Experimentarium , Université de Bourgogne, coordinateur de la Nuit européenne des chercheurs,

Frédéric Tournier, enseignant chercheur, Université Paris-Diderot, Lettres, Arts, Cinéma

Jean-François Peyret, auteur et metteur en scène.

16h45 – 17h15  Enjeux sociaux et éducation populaire

Conférence par Olivier Las Vergnas, professeur à Lille 1, Secrétaire général du Réseau international des Cités des métiers. Président de l’Association française d’astronomie. Fondateur de la Cité des Métiers et de la Cité de la Santé à Universciences.

Informations
Lorène Karayan : 01 53 79 42 74 – lorene.karayan@bnf.fr

Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1

Éléments de contexte

Je prépare aujourd’hui mon premier cours d’épistémologie de la médiation scientifique, auquel j’articule d’emblée des questions d’éthique de la médiation scientifique. Ce cours est construit à destination des étudiants en Master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » de l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie).

 « Ce master s’adresse à tous les étudiants et les professionnels intéressés par le développement des sciences, des technologies, de la médecine et leur rôle dans la société. »

Je rencontre en particulier les étudiants des parcours « Culture, patrimoine et médiation des sciences » et « Enseignement – Histoire et philosophie des sciences ».

« Publics concernés par le master »

Le master s’adresse à différents publics d’étudiants avec l’ambition :

–         de former de futurs professionnels et de futurs chercheurs œuvrant à l’interface des domaines science/technologie/médecine et société ;

–         d’apporter une formation complémentaire à de futurs professionnels ou à des professionnels déjà en poste – scientifiques, médecins, pharmaciens, ingénieurs ou administrateurs de la recherche et de l’expertise, enseignants – qui souhaitent mettre en perspective leurs connaissances, approfondir la compréhension des enjeux sociaux des sciences, des technologies et de la médecine et acquérir un atout supplémentaire dans l’exercice de leur profession.

 Quels sont les autres cours que les étudiants des parcours 2 et 3 suivent ?

Parcours 2 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Politique de la culture et des publics

–         Musée et médiation en pratique

–         Méthodologie de la recherche et valorisation des compétences

Parcours 3 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Histoire et philosophie des disciplines scientifiques

Les questions posées dans ce cours

Les questions que je souhaite que nous nous posions pendant ce cours, en développant des formes de réflexivité individuelles et collectives, sont les suivantes :

Comment se construit un discours de médiation scientifique ?

Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ?

Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ?

Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?

En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ?

Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ?

Le lieu du premier cours

En quoi le lieu du cours est-il lié, par son histoire et par son actuelle fonction, aux questions que nous nous posons ?

Ce premier cours aura lieu dans un espace symboliquement fort, regroupant aujourd’hui des ressources en Épistémologie, Histoire des sciences, Philosophie des sciences, Didactique des sciences, Communication Scientifique ; et faisant partie hier des locaux du GERSULP ( Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science – actuel IRIST).

Contenu initialement prévu du cours face à un déroulement souvent porté par l’improvisation, dans l’interaction avec les étudiants

Qu’est-ce que la médiation scientifique ?

– Définition en terme de discours : « parler de et sur la science »

Réf : JURDANT, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6. html

Comment peut-on caractériser un discours ? Approche en sciences de l’information et de la communication

–   Situé – moment, endroit ;

–   Adressé – cibles ;

–  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Comment peut-on caractériser plus particulièrement un discours de vulgarisation, de médiation scientifique ?

Pour le définir, considérer, dans un premier détour : comment travaillent les médiateurs scientifiques ?

Caractérisation possible, que nous utiliserons dans le cadre de ce cours :

–         qui construit ce discours ?

–         quel est le public cible ?

–         quels sont les objectifs de ce discours ?

–         quel est le contexte de ce discours ?

photo
Fête de la Science à l’Université de Strasbourg

Exercice collectif

Visite de laboratoire : fête de la science / Visite de laboratoire « Science académie » : quelles différences en terme de caractérisation des discours de médiation construits ?

  • Quels sont les objectifs possibles d’un discours de médiation scientifique ? Ou plutôt de quoi dépendent-ils ?

L'(les) intérêts du porteur de discours  : Peut-on le / les « repérer dans les discours » ?

Exercice collectif – Analyse d’accroches de B. Labasse

Doc – Exemples accroches

  • De l’analyse du discours des autres, à celle en retour de son propre discours sur la science : réflexivité par l’autre et par soi

Quels sont mes intérêts pour la science ? Pourquoi ai-je envie d’en parler ? Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux sciences ?

Explicitation personnelle

1/ qu’est-ce que la science ?

2/ qu’est-ce qu’un discours de médiation scientifique ?

Exercice collectif

1/ analyse « qu’est-ce que la science ? » pour des M1 Biosciences

Doc – Qu’est-ce que la science

2/ pourquoi pourraient-ils avoir envie d’/ un intérêt à en parler dans une situation de médiation scientifique ?

Analyse de discours de médiation scientifique

Exercice collectif

Analyse des registres de vérité, de savoir de réalité dans un discours d’expertise à la télévision. Quelles questions peut-on se poser en écoutant ce discours / en le lisant ?

Discours expert_A analyser / Discours expert_analysé

Réflexivité et médiation scientifique

Discussion sur la relation entre médiation scientifique (l’oral, l’écrit, le collectif) et réflexivité (le chercheur réflexif, le médiateur réflexif) à partir des textes suivants :

1/ Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

2/ Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

3/ Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

4/Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

5/Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.

Extraits

– la reconnaissance, par les scientifiques exactes et expérimentales de « certaines formes de curiosité à l’égard des sciences (celles auxquelles la vulgarisation répond), mais pas toutes ».

– « si vous êtes surpris de l’intérêt que je vous porte, c’est que je ne m’intéresse pas aux sciences de la manière dont vous voudriez que je m’y intéresse. »

– « Cette réflexivité qui entraîne irrésistiblement l’exigence d’un dialogue à propos de
l’intérêt pour les sciences se retrouve dans tous les travaux de Baudouin et non
seulement dans tous ses travaux, mais aussi dans tous ses modes d’intervention. »

« Dans les articles récents de Baudouin Jurdant, la vulgarisation est elle-même posée à la fois, au plan historique et comme l’expression d’un refus de réflexivité (ce refus nécessaire à l’autonomisation du savoircollectif sur la nature) et comme l’opérateur d’une réflexivité nécessaire à la construction de l’intersubjectivité par laquelle cette autonomisation du savoir collectif se réalise. Or, pour Baudouin Jurdant, ce refus de réflexivité, et en contrepoint, cette ruse des sciences pour la récupérer malgré tout (puisqu’elle est nécessaire de toute façon à tout processus de signification, qui ne peut être que lié à des communications sociales) viennent d’un rapport des sciences à la langue : seul l’usage de la parole vivante implique immédiatement la présence de l’autre, et donc, par retour, un rapport réflexif à sa propre pensée. »

« Daniel Jacobi et Bernard Schiele ont très tôt cherché à observer et différencier
empiriquement les formes sociales et culturelles de la vulgarisation comme élément
de l’espace scientifique, et ont développé des œuvres de recherche fondamentales,
qui éclairent le fonctionnement communicationnel des sciences et son évolution »

Points à discuter plus particulièrement :

– Fonctions de la médiation scientifique (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques) ;

–  Éthique de la médiation scientifique – alternatives du discours, objectivité et idéologie, « discours de l’évidence » (sans ancrages explicites) / Donner accès, par le discours que l’on construit, à la perspective depuis laquelle on parle : donner la possibilité de situer le discours : qui parle, depuis où et pourquoi.

Cours d’introduction – « Sciences et société : éthique et communication scientifique » – ENS Lyon – M1 Biosciences

Cours d’introduction à l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifique », du tronc commun des M1 Biosciences de l’ENS de Lyon.
Co-intervention avec Ioan Negrutiu à l’occasion de ce premier cours.

Lecture pour mettre la réflexivité au travail – Le « travail vivant » de Christophe Dejours

J’ai fait il y a quelques temps un storify de l’une des interventions de C. Dejours qui est disponible en ligne : Lectures & écoutes – « Souffrance au travail », Christophe Dejours.

Je vous conseille également la lecture de l’article « Activisme professionnel : masochisme, compulsivité ou aliénation ? »

Sur un sujet que j’associe, je vous invite à la lecture du livre de G. Herreros : « Plaidoyer pour des organisations réflexives ».

photo-2Extrait de l’ouvrage « Travail vivant – 2: travail et émancipation »

« Qu’est-ce que le travail ?

Définition

Les controverses entre les disciplines – sociologie, économie, ergonomie, psychologie, sciences de l’ingénieur – tiennent à des conceptions très différentes du travail. Pour les uns il s’agit avant tout d’un rapport social (typiquement : un rapport salarial), pour les autres il s’agit surtout de l’emploi, pour d’autres encore il s’agit d’une activité de production sociale,etc.

Pour nous, à partir du regard clinique, le travail est ce qu’implique, du point de vue humain, le fait de travailler : des gestes, des savoir-faire, un engagement du corps, la mobilisation de l’intelligence, la capacité de réfléchir, d’interpréter et de réagir à des situations, c’est le pouvoir de sentir, de penser et d’inventer, etc. En d’autres termes, pour le clinicien, le travail, ce n’est pas en première instance le rapport salarial ou l’emploi, c’est le « travailler », c’est-à-dire un certain mode d’engagement de la personnalité pour faire face à une tâche encadrée par des contraintes (matérielles et sociales). Ce qui, pour le clinicien encore, apparaît comme la caractéristique majeure du « travailler », c’est que, même si le travail est bien conçu, même si l’organisation du travail est rigoureuse, même si les consignes et les procédures sont claires, il est impossible d’atteindre la qualité si on respecte scrupuleusement les prescriptions. En effet, les situations de travail ordinaires sont grevées d’évènements inattendus, de pannes, d’incidents, d’anomalies de fonctionnement, d’incohérences organisationnelles, d’imprévus, provenant aussi bien de la matière, des outils et des machines, que des autres travailleurs, des collègues, des chefs, des subordonnés, de l’équipe, de la hiérarchie, des clients… il faut le reconnaître, il n’existe pas de travail d’exécution.

De fait, il existe toujours un décalage entre le prescrit et la réalité concrète de la situation. Ce décalage entre le prescrit et l’effectif se retrouve à la tous les niveaux de l’analyse entre tâche et activité ou encore entre organisation formelle et organisation informelle du travail. Travailler, c’est combler l’écart entre le prescrit et l’effectif. Or ce qu’il faut mettre en œuvre pour combler cet écart ne peut être prévu à l’avance. Le chemin à parcourir entre le prescrit et l’effectif doit être à chaque fois inventé ou découvert par le sujet qui travaille. Ainsi pour le clinicien, le travail se définit-il comme ce que le sujet doit ajouter aux prescriptions pour pouvoir atteindre les objectifs qui lui sont assignés ; ou encore ce qu’il doit ajouter de soi-même pour faire face à ce qui ne fonctionne pas lorsqu’il s’en tient scrupuleusement à l’exécution des prescriptions.

Le réel du travail

Comment donc se fait connaître au sujet qui travaille cet écart irréductible entre la réalité d’un côté, les prévisions, les prescriptions et les procédures de l’autre ? Toujours sous la forme de l’échec : le réel se fait connaître au sujet par sa résistance aux procédures, aux savoir-faire, à la technique, à la connaissance, c’est-à-dire par la mise en échec de la maîtrise. Le monde réel résiste. Il confronte le sujet à l’échec d’où surgit un sentiment d’impuissance, voire d’irritation, de colère ou encore de déception ou de découragement. Le réel se fait connaître au sujet par un effet de surprise désagréable, c’est-à-dire sur un mode affectif. (…) Mais dans le temps même où le sujet éprouve affectivement la résistance du monde, c’est l’affectivité qui se manifeste en soi. Ainsi est-ce dans un rapport primordial de souffrance dans le travail que le corps fait simultanément l’expérience du monde et de soi-même.

(…)

La souffrance n’est pas qu’une conséquence ultime du rapport au réel, elle est en même temps protention de la subjectivité vers le monde, à la recherche de moyens d’agir sur le monde, pour transformer cette souffrance en trouvant la voie pour surmonter la résistance du réel. »

pp.20-21.

Lectures qui m’amènent toujours plus à cultiver mon intérêt pour les processus, les dynamique, la construction, le « chemin à parcourir », plutôt que pour un résultat à un instant donné.

Merci à Marie-Anne pour ces saines lectures.

L’expérience de l’après-thèse : et vous ?

Ce billet vise à croiser des expériences vécues ou à vivre de la suite de la recherche doctorale.

Illustration par Clémentine Robach
Illustration par Clémentine Robach

Voilà presque un an que j’ai soutenu ma thèse : moment intense, humainement et scientifiquement. Je ne savais pas trop si celui-ci marquerait la fin ou le début de quelque chose. Les deux en même temps certainement. Ce qui me frappe à présent c’est à quel point le basculement est grand une fois la thèse passée.Il faut en effet « passer à autre chose », c’est-à-dire laisser provisoirement ou définitivement le sujet de la thèse. Après des années passées à s’enfoncer dans les profondeurs, les rebondissements, les pics et les méandres de ce sujet. Ce qui ne signifie pas pour autant laisser ses interrogations, motrices du travail de recherche, mais les voir se transformer, évoluer, de façon plus ou moins radicale, selon le contexte professionnel dans lequel on se retrouve ensuite.

Selon que l’on cherche à poursuivre dans la recherche ou non, il y a un pas à faire, qui, si la thèse n’accompagne pas une activité professionnelle associée, passe souvent par le pôle emploi, pour un temps plus ou moins long. J’ai eu la chance d’avoir rapidement un poste, qui n’est cependant pas un poste de chercheuse.

En ce qui me concerne, voilà un an presque que j’ai mis un point final à mon manuscrit, mais j’étais loin de souhaiter mettre un point final aux recherches, à la dynamique, au processus de réflexion dans lequel il s’inscrivait. J’ai vécu cette année comme une parenthèse. Assez abrupte, et par conséquent difficile.

J’avais voulu ma thèse programmatique, posant les jalons d’un questionnement qui la dépasse largement, celui des rapports que nous entretenons aux sciences.  Peut-être mes difficultés avec la forme de rupture que constitue l’après-thèse viennent-elles de là.

L’espace précieux que constituait la thèse pour ces réflexions a momentanément disparu. Et je compte sur ce carnet pour m’aider à les réintégrer (garder toujours vive la réflexivité !) dans mon nouveau quotidien professionnel.

Et vous, comment comptez-vous gérer ou avez-vous géré l’après-thèse ?

« Prendre la société de la connaissance au sérieux » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention d’Ulrike Felt, professeur en sociologie des sciences à l’Université de Vienne

Vidéo en ligne de l’intervention

« Prendre la société de la connaissance au sérieux », intervention d’Ulrike Felt à partir de travaux d’un groupe d’expert effectués pour la direction « Science, Economie et Société » de la Commission Européenne.

Rapport de 2007 disponible en ligne (en anglais), dont U. Felt est rapporteur et B. Wynne « chairman ».

version 2009

Capture d’écran 2013-08-01 à 17.16.17« (…) le défi posé au groupe était de repenser l’engagement de la société civile démocratique dans la gouvernance de la science en Europe. L’idée était de rassembler des connaissances acquises par des chercheurs dans le domaine STS (science, technologie, société) pour évaluer les défis actuels et débattre des stratégies futures concernant la science et sa gouvernance. (…)

Cependant le rapport ne devait pas aboutir à des recommandations de « best pratice » en ce qui concerne science et gouvernance. Il s’agissait plutôt de montrer les enchevêtrements complexes entre science et société et leur profond enracinement dans nos cultures. Le rapport visait donc plutôt à offrir des options pour repenser la situation. En conséquence, nous avons abordé la question de science et gouvernance à travers les notions-clés employées dans les discours des décideurs européens.

Nous avons identifié quatre notions à approfondir : l’innovation, son orientation, sa distribution ; le risque et la science, ainsi que sa dimension normative; l’éthique, la politique normative européenne et le rôle des experts ; et enfin les publics européens, leurs formations, performances et rencontres.

Dans le processus de discussion, deux thèmes transversaux ont émergé. Premièrement, la question se posait de savoir comment nous apprenions en tant que société et que signifiait l’apprentissage dans le contexte d’une société européenne de la connaissance. Deuxièmement, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait prêter une grande attention à ce que nous avons appelé les « imaginaires » et les narratifs dominants car ils sont le cadre de tous nos futurs potentiels : ils sont des lieux d’articulation entre les idées plus générales de progrès et les développements technoscientifiques. Ainsi, le rapport s’est fixé comme but de contribuer à une conceptualisation différente et plus large des questions en jeu dans le domaine science et gouvernance en Europe, et d’offrir un point de départ pour la construction d’une société de la connaissance plus robuste, ouverte et durable. »

Rapport à lire donc.

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention de Jean-Pierre Alix, secrétaire général du M.U.R.S, conseiller science-société à la présidence du CNRS.

Vidéo en ligne de l’intervention

« Perfectionner le dialogue avec la société sur les enjeux scientifiques », à partir de travaux menés dans le cadre de l’OCDE

Quelques extraits, mais je vous conseille la lecture de l’article dans sa totalité.

Publication en ligne de l’OCDE

Capture d’écran 2013-08-01 à 10.26.53

« Qu’est-ce que la question « sciences en société » ? Notre découverte, c’est que le rationnel classique de sciences en sociétés est en position critique. Il vient d’une espèce d’âge d’or, qui n’a peut-être pas existé, dans lequel la science occupe une place mythique due aux grandes figures (…) Pasteur, Einstein et d’autres. Il a été assez commode de gérer la politique scientifique à partir de ce mythe pendant un certain nombre de décennies. la conséquence de ce paradigme est que le transfert des connaissance vers les profanes est le plus souvent fait par le système éducatif, c’est-à-dire à long terme. Une autre de ses caractéristiques est que le public ne comprend pas spontanément la science. Une troisième caractéristique est que les décisions vont du haut vers le bas. une quatrième est que les experts, encore faudrait-il déterminer exactement de quoi il s’agit, jouent un rôle majeur et silencieux. C’est donc ce modèle de déficit de connaissance du public qui est dominant, selon lequel il faut donc enseigner le public. la communication est unidirectionnelle, elle va des scientifiques vers le public, elle est linéaire, depuis la théorie jusqu’à la technologie, jusqu’aux nouveaux usages. Mais cette « vision de l’âge d’or » est contrebattue par des faits nouveaux, que chacun de nous peut observer.

Le premier est que la vie quotidienne des citoyens dépend de la science et de la technologie, dans un très grand nombre de domaines, c’est d’ailleurs leur succès d’une certaine façon. (…)

Le deuxième est que les enjeux des sciences en sociétés deviennent très nombreux : OGM, tests génétiques, nano, déchets nucléaires, réchauffement du climat, énergie, science et religion, avec les courants créationnistes. Parallèlement, la confiance envers le système scientifique et le complexe scientifico-militaro-industriel décroît, du moins en Europe : ce n’est pas vrai dans tous les pays du monde. Ceci marque une différence majeure avec les époques où la discussion à propos de la science « tait limitée à un petit nombre d’experts, appartenant à l’Etat ou à l’industrie. Or, le public ou la société, selon le terme que l’on emploie, souhaite exprimer qu’il possède un savoir contextuel, souvent issu de la tradition, pas totalement empirique, pas totalement formalisé, savoir qui échappe souvent aux experts. (…)

Il y a donc une mutation réciproque : une mutation en soi de la vie des sciences, des déplacements de sujets et la société développe ses propres mutations. Il n’y a pas de raisons que leurs rapports restent harmoniques à tout moment. (…)

C’est dans ce contexte qu’a démarré l’atelier du Forum mondial de la science. Il a été décidé d’explorer l’approche par le dialogue, avec l’idée que pour changer ce système de communication unilatérale, il faut maintenant passer à la communication à deux sens : à la fois les scientifiques offrent, et à la fois la société offre. Chacun est légitime pour poser ses question à sa façon. C’est donc l’idée d’un dialogue bidirectionnel. Les premières conclusions ont montré qu’il fallait un élargissement du processus démocratique, lui-même fondé sur le principe du consentement éclairé, conduisant à un dialogue bidirectionnel, et à un besoin de définir clairement ce qu’est un processus de dialogue, considérant en particulier que ce processus est complexe, en raison de l’imbrication, souvent mal connue, des parties prenantes. Elles sont nombreuses, puisqu’on peut citer aussi bien les systèmes éducatifs, le système économique, la recherche elle-même, la culture, les médias, les décideurs, etc. »

Un peu plus loin :

« Qu’est-ce que le public ? Est-ce une construction ? Est-ce la même chose de dire société ? Est-ce la même chose de dire opinion publique ? Ce sont des constructions intellectuelles qu’il faut savoir définir et comparer. Une autre question importante est comment évaluer et identifier les préoccupations du public ? Qu’est-ce qu’une préoccupation du public ? D’où part-elle, comment se définit-elle, comment évolue-t-elle ? Une troisième question, c’est que nous introduisons sans le vouloir un débat entre différentes formes de démocratie, qui est le suivant : y a-t-il contradiction entre la démocratie représentative, c’est-à-dire le système électif, et ces nouveaux systèmes d’expression de la société civile qui auto-désignent leurs représentants ? Enfin une question importante pour que les processus de dialogue soient efficaces, c’est de savoir si ces consultations peuvent être transformées en décisions politiques recevables, c’est-à-dire applicables, que les décideurs puissent entendre. »

En quête d’espaces de réflexivité – Elans de pensées dans et hors cadres